Archive pour le Tag 'psychodrame'

Notre-Dame-des-Landes : la fin du psychodrame !

Notre-Dame-des-Landes : la fin du psychodrame !

 

 

Un vrai psychodrame théâtral cette affaire de Notre Dame des Landes et peut être la conclusion prochaine. Il aura fallu passer par l’épisode ridicule de 2500 gendarmes poursuivant des écolos gauchistes qui veulent travailler un coin de terre constitué essentiellement de landes. Une affaire instrumentalisée par le pouvoir pour montrer ses muscles et détourner l’attention des conflits sociaux. Une occasion rêvée pour les écolos radicaux de montrer aussi leur détermination et leur pouvoir de rassemblement puisque plusieurs milliers de personnes sont venus soutenir les zadistes menacés d’expulsion. Une opération complètement ridicule avec retour au point de départ c’est à dire à terme le maintien sur place de ceux qui ont des projets ruraux ou artisanaux. Une centaine de personnes pour une quarantaine de projets. Bref, tout ça pour ça ! Ce qu’on appelle la politique spectacle pour satisfaire surtout les plus réacs comme Ciotti et autres fachos qui encourageaient à casser de l’écolo pour se venger de la décision d’annuler l’inutile projet de NDDDL.  Les occupants de la “zone à défendre” de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont déposé vendredi 40 dossiers nominatifs de projets agricoles, ouvrant la voie à une possible sortie de crise sur le site où devait être construit un nouvel aéroport. Parmi ces projets, vingt-huit sont des projets “agricoles” à proprement parler, les autres sont des projets “culturels”, “artisanaux” ou “para-agricoles”.

Loi travail : fin du psychodrame avec le 49 -3

Loi travail : fin du psychodrame avec le 49 -3

Manuel Valls qui se dit héritier de Michelle Rocard n’a pourtant guère brillé dans sa pratique de concertation.  Pour preuve même la CFDT. est montée au créneau pour imposer des modifications fondamentales au texte initial. La suite des événements après intégration des sous-amendements voulus par la CFDT relève de péripéties politiques et politiciennes. Il y a d’abord eu la grogne interne au parti socialiste et la guerre en dentelle entre les sociaux libéraux et les crypto marxistes. Une guerre ancienne qui remonte à l’origine même de la création du parti socialiste. La guerre aussi avec la droite, au Sénat bien sûr où les sénateurs pour des préoccupations tout autant politiques qu’existentielles ont voulu faire entendre leur musique d’opposants. La guerre aussi à l’Assemblée nationale avec les députés de droite quittant par exemple hypocritement les rangs de l’assemblée hier pour protester contre une loi avec laquelle ils sont d’accord et qu’ils ne remettront jamais en cause. Hypocrisie aussi de la part du Medef maintenant sur les positions de la CGT et qui réclamait le retrait d’un texte qui d’après les patrons est vidée de son contenu. La vérité c’est que le Medef a approuve totalement ce texte même s’il considère qu’il ne va pas assez loin. Bref un véritable psychodrame à la française où posture et caricature nourrissent  un lamentable débat.  Manuel Valls est évidemment aussi coupable de cette chienlit pour avoir voulu incarner par excès l’homme de la réforme et de l’autorité aux dépens de Macon dont qui lui fait de l’ombre. Valls  a donc de nouveau engagé mardi à l’Assemblée nationale la responsabilité du gouvernement sur le projet de loi Travail, faute de majorité sur ce texte contesté au même moment dans la rue par une douzième mobilisation syndicale en quatre mois. Le Premier ministre a défendu un « texte de progrès social » nécessaire face à la concurrence internationale, et renvoyé dos à dos « frondeurs » socialistes et opposition de droite, hostiles pour des raisons opposées à cette réforme du marché du travail. (Avec Reuters)

Brexit : le psychodrame habituel avec le Royaume-Uni

Brexit : le psychodrame habituel avec le Royaume-Uni

 

C’est devenu une sorte de rituel à chaque négociation avec le Royaume-Uni ;  on assiste à une sorte de psychodrame qui aboutit toujours de la même manière avec un accord bâtard. Pour résumer,  le Royaume-Uni va continuer de conserver un pied dans l’Europe un pied en dehors. Les concessions faites par l’union européenne sont surtout destinées à conforter le premier ministre britannique David Cameron qui s’est lui-même piégé avec son idée de référendum concernant l’appartenance à l’union économique. Du coup,  les concessions faites au Royaume-Uni pourraient donner des idées à d’autres pays qui souhaitent aussi se désengager de certaines contraintes européennes. Le Royaume-Uni est donc parvenu à un accord avec ses partenaires européens sur les conditions de son maintien dans l’Union européenne. Vendredi 19 février, vers 23 heures, l’accord a été annoncé après plus de 18 heures de négociations que l’on disait très difficiles. Aussitôt, le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé que les termes de cette entente étaient « suffisants » pour qu’il recommande le maintien du Royaume-Uni dans l’UE aux électeurs britanniques lors du référendum dont la date sera annoncée ce samedi, mais qui pourrait avoir lieu le 23 juin. Qu’a obtenu David Cameron ? L’assurance, affirme-t-il que le Royaume-Uni ne sera « jamais inclus dans un super-Etat européen » et qu’il pourra conserver la livre. Les traités devraient être modifiés pour exclure le pays d’une union « toujours plus étroite » et pour préciser que l’euro n’est pas la seule monnaie de l’UE. David Cameron a défendu un accord dans lequel le Royaume-Uni conserve ce qu’il aime dans l’UE et écarte ce qu’il n’aime moins. La compétitivité sera ainsi une priorité de l’UE, l’accès du Royaume-Uni au marché unique sera garantie, mais Londres ne devra pas participer aux mécanismes propres à la zone euro, comme les sauvetages de pays endettés. Sur la question des aides sociales aux migrants de l’UE, qui était une pierre d’achoppement depuis quelques semaines, il a été convenu que le Royaume-Uni pourra suspendre durant les sept prochaines années ces allocations pour une durée maximum de quatre ans. David Cameron espère qu’elle sera suffisante pour que les Britanniques se décident finalement à rester dans l’UE.

Saga Hollande –Trierweilller (suite) le psychodrame à la française

Saga Hollande –Trierweilller (suite) le psychodrame à la française

 

Il y a eu la célèbre saga américaine « Dallas » mais  la série française Hollande-Trierweilller n’est pas mal non plus et elle commence même à obtenir une audience internationale significative ; comme quoi, la France a quand même des capacités à exporter. On ne sait pas si Hollande a reçu l’absolution au Vatican, en tout cas il était seul dans le confessionnal, sans compagne. Trierweilller, elle s’apprête à aller en Inde, en voyage officiel. D’après l’avocat de Trierweilller (remercié) l’affaire devait se résoudre rapidement dans la dignité. En fait elle s’installe dans le vaudeville. Le président voyage seul, Trierweilller de son coté. Parviendront-ils à voyager ensemble ?  c’est la grande question peut être aux Etats-Unis le 11 février ou alors pas du tout. JR Hollande fait durer le suspens ; dans la coulisse à l’Elysée on tape sur la Première dame mais comment s’en débarrasser ?  Sils étaient mariés, il suffirait de divorcer y compris sans le consentement de l’un  des époux. Mais là c’est compliqué, Hollande a installé une compagne passagère (on a encore de la chance ce ne soit pas un compagnon !). Une seule solution donc, la virer. Mais la courtisane écartée s’accroche, elle a raison, la victime c’est bien elle. Le coupable c’est l’ado prolongé auteur de frasques rue du Cirque et qui s’échappe de l’Elysée  discrètement comme un malfaiteur, en scooter en plus. Pourquoi pas en roller. ! Une querelle de ménage qui n’est guère propice aux affaires  et en plein pacte de responsabilité ; »Moi président de la république,  j’aurai une conduite exemplaire » avait-il affirmé de manière théâtrale lors de sa confrontation avec Sarko. Pas de chance, il se fait coincer comme  un gamin, la main dans le pot de confiture. La dignité imposerait la réconciliation mais l’inconsistance Hollandaise lui commande  de rompre. Qui triomphera ? La vertu ou le libertinage ? Le suspens est insoutenable. Une chose est sûr Hollande ne succombera pas à la dépression, la santé mentale est inébranlable. Enfin on pourrait quand même s’ assurer avec un petit scanner de routine pour vérifier si l’affection prostatique antérieure (heureusement guérie)  n’aurait pas aussi contaminé le cerveau. (À suivre).




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol