Archive pour le Tag 'pseudo'

«l’imposture des pseudo-jihadistes». ( Madjid Si Hocine)

«l’imposture des pseudo-jihadistes». ( Madjid Si Hocine)

Madjid Si Hocine est médecin à l’Hôpital Saint Camille de Bry-sur-Marne et militant associatif du collectif L’égalité d’abord ! Ils protestent contre les pseudo jihadistes qui sont souvent des ignorants au service d’imposteurs ( tribune dans l’Opinion)

 

 

Bouleversé par le meurtre de ces trois fidèles à l’intérieur de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice et par l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, dont le seul crime est d’avoir voulu montrer que la liberté d’expression ne peut avoir pour limite la divergence d’opinions, il revient à ma mémoire des souvenirs refoulés. Le 27 septembre 1997, près de Sidi Bel Abbes, onze institutrices furent égorgées devant leurs élèves, coupables du seul crime d’avoir voulu enseigner.

A Conflans, le bourreau venait de Tchétchénie, terre musulmane du Caucase riche d’une tradition spirituelle d’inspiration soufie, qui a vu venir à elle lors des deux guerres menées par les Russes, ces « wahhabites ». Des jihadistes venus combattre dans les troupes de Chamil Bassaïev, qui recevait le soutien de pays du Golfe avec lesquels nous entretenons les meilleurs rapports comme autrefois le FIS algérien fut aidé par les « frères » koweïtiens et saoudiens.

Moyens de recrutement. Cet islam traditionnel de nos pères a été corrodé par l’influence de pratiques rigoristes venues de pays dotés d’immenses moyens de propagation de leur doctrine. Cassettes, bourses d’études, chaînes satellitaires ont diffusé « la bonne parole ». Pire, les premiers jihadistes revenus d’Afghanistan, les « combattants de la liberté » soutenus par les Américains car ils s’attaquaient à l’ogre soviétique, ont importé une stratégie violente de la propagation du « vrai islam ». Je me souviens de ces Algériens vêtus à l’afghane qui dans les années 80 prenaient le contrôle de la mosquée de Belcourt, essaimant dans la jeunesse désœuvrée « la bonne parole ». Parole loin de celle du prophète Mahomet qui disait « les savants sont les héritiers du prophète ». Phrase que ne connaissait probablement pas le boucher de Conflans.

Plus récemment, Daesh a raffiné les moyens de recrutement de candidats au jihad, utilisant les réseaux sociaux, les forums, pour séduire, convaincre, des aspirants au martyr dans une jeunesse reléguée, pas toujours très instruite notamment sans grande culture religieuse. Ces proies faciles ont commis l’impardonnable, reniant leur famille, trahissant le pays qui les a vus grandir et qui a mis beaucoup de temps pour les reconnaître comme ses vrais enfants. Eux aussi qui ne comprennent pas que, malgré tout, ils n’ont pas de patrie de rechange.

Ils devraient ouvrir les yeux sur ce qu’ils sont, musulmans certes, mais aussi une composante de cette nation qui s’égare dans l’idée du retour vers une tradition mythifiée. Le rêve de nombre de leurs coreligionnaires est pourtant de venir vivre dans ces pays de « mécréants » où, en dépit des discriminations de l’éloignement culturel et religieux, les musulmans y sont plus heureux que chez eux. En témoignent ceux qui s’embarquent pour rejoindre cette supposée terre de cocagne.

On voudrait les entendre dénoncer la barbarie des imposteurs islamistes. On le leur demande souvent, dans les diatribes des chroniqueurs qui font leur miel de la peur qu’inspire désormais l’islam. Pour cela, il faudrait qu’on leur tende le micro, qu’on les invite sur les plateaux eux aussi, notamment ceux qui sont en mesure d’apporter un contre-discours. Ceux qui sont capables d’expliquer, de rappeler la règle sans pour autant tomber dans le reniement ou dans le ridicule quand ils sont incapables de s’exprimer dans un français décent. De vrais musulmans de France, il en existe, j’en ai croisé de remarquables en vingt ans d’engagement.

Il y a un enjeu pédagogique, notamment envers la jeunesse, sur ce qu’est la laïcité, et sa singularité française qui tient à des raisons historiques

Il y a six ans, je faisais cosigner un texte que j’avais écrit à l’occasion de l’assassinat d’Hervé Gourdel« Nous sommes aussi des sales Français ». Le président Hollande salua l’une des premières prises de parole publique de personnalités de culture musulmane pour condamner un meurtre commis au nom de leur foi. Mais à ce jour, aucune des propositions que nous avions formulées n’a été suivie d’effet.

Plafond de verre. En 2016, je cosignais l’appel des 41 où nous nous déclarions prêts à prendre nos responsabilités. En réponse, nous n’eûmes qu’une proposition de déchéance de la nationalité inconstitutionnelle, un débat sur le burkini, et la ressuscitation de la Fondation de l’islam de France ! Je me souviens encore de l’entretien avec Manuel Valls et de celui avec le ministre de l’Intérieur de l’époque. J’entends encore l’étonnement de ce journaliste de RTL qui ne comprenait pas que ce ne soient pas des gens « comme nous » qui soient sur les plateaux !

Qu’attend-on pour les écouter, les promouvoir dans les débats, sur les plateaux ? Ou faudra-t-il accepter une autre forme de plafond de verre qui voudrait que ne puissent s’exprimer que les experts du sérail coupés du terrain ? Faudra-t-il encore que l’on s’obstine à refuser d’offrir en exemple à la jeunesse tous ceux qui ont malgré tout pu prendre l’escalier social, puisqu’il est acquis que l’ascenseur ne monte pas à tous les étages ?

Faudra-t-il qu’on taise encore le fait qu’il y a en France 5 millions de musulmans qui doivent s’impliquer plus dans la vie politique et publique, à condition qu’on leur fasse une place ? Ceux-ci doivent s’élever contre l’imposture représentée par les pseudo-jihadistes et réagir lucidement, avant tout en tant que citoyen français, ce qui ne le met pas en porte à faux avec leur foi qui est aussi universelle que les deux autres religions monothéistes.

Il y a un enjeu pédagogique, notamment envers la jeunesse, sur ce qu’est la laïcité, et sa singularité française qui tient à des raisons historiques, l’école n’y arrivant pas. Pour cela il faut renoncer et au simplisme, et à l’autocensure, sur des vérités qui déplaisent. Plus qu’une loi sur le séparatisme, ayons le courage de mettre les pieds dans le plat : la visibilité de l’islam gêne et certains musulmans, faute d’autre référence que celle venue des franges extrêmes, font fausse route. Réunissons les conditions d’un débat franc et serein mais avec d’autres animateurs que les professionnels de la polémique. Cherchons des canaux pour parler aux quartiers populaires où se concentrent les misères propices à l’éclosion de l’islamisme, comme à Alger ou ailleurs. Pour la communauté nationale, mais aussi pour les musulmans de France, plus éprouvés qu’ils ne le disent ou qu’on ne le croit par tous ces drames.

Madjid Si Hocine est médecin à l’Hôpital Saint Camille de Bry-sur-Marne, militant associatif du collectif L’égalité d’abord ​!

« Sauver le service civique » et enterrer le pseudo service universel !

 « Sauver le service civique » et enterrer le pseudo  service universel !

A juste titre un collectif emmené par des élus en charge de politiques de la vie associative et de la jeunesse estime que le service civique est aujourd’hui directement menacé par le pseudo service national universel. Ils seront 150 000 à s’y engager en 2019 tandis que le service dit universel n’en rassemble que quelques milliers. Autre différence de taille , le service civique est autrement structuré et il porte sur des durées qui varient de six mois à 2 ans alors que le service dit universel est limité un petit mois.

 

Tribune.

 

« Petit miracle républicain » voté à l’unanimité en 2010, le service civique était alors plein de promesses : sécuriser l’engagement des jeunes, le développer, le valoriser.

« Le service civique, c’est un engagement volontaire au service de l’intérêt général ouvert aux 16-25 ans. Accessible sans condition de diplôme, le service civique est indemnisé », écrit sur son site l’Agence du service civique.

« Le service civique a pour objet de renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale et offre à toute personne volontaire l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif en effectuant une mission d’intérêt général », selon le code du service national.

Aujourd’hui, le service civique est devenu un marqueur générationnel phare pour les jeunes Français, résultat d’une politique du chiffre assumée. Ils seront ainsi presque 145 000 jeunes à s’y être engagés en 2019. Un remarquable succès quantitatif, gagné à la force d’un branle-bas de combat ministériel et associatif, qui mobilise aujourd’hui une très large frange d’acteurs autour de l’engagement de la jeunesse.

Le service civique est fondé sur le volontariat, sur la progression personnelle dans le cadre d’un projet au moins en partie défini par le jeune lui-même, sur la montée en compétences dans le cadre d’une citoyenneté exercée librement. S’il est vrai que beaucoup de jeunes ne s’y engagent pas par fibre militante a priori, tous découvrent au cours de leur mission les notions d’intérêt général et de citoyenneté. Le service civique est une belle école de l’engagement, tout comme une formidable opportunité de renouvellement pour les associations et institutions publiques qui accueillent les volontaires.

Le racialisme nouvelle pseudo science des demeurés haineux

Le racialisme  nouvelle pseudo science des demeurés haineux

 

 

 

Un papier intéressant du Monde des idées sur le nouveau racisme.

 

« . Grand absent du Littré mais aussi du Dictionnaire de l’Académie française et du Larousse, le mot « racialisme » apparaît cependant comme un incontournable de notre époque. Cette notion est convoquée tour à tour par les détracteurs de Nadine Morano – laquelle, en 2015, emploie le terme de « race blanche » , par Bernard Maro, directeur de recherche au CNRS, pour désigner le Parti des indigènes de la République, ou encore par les professeurs Barbara Lefebvre et Anne-Sophie Nogaret contre des « chercheurs en indigénisme » réunis lors d’un colloque, en septembre 2018, à Paris-VII. Une manière pour les défenseurs de l’universalisme de reprocher aux chercheurs et aux militants inspirés par la pensée postcoloniale de remettre au cœur du débat une notion, la race, qui a nourri des idéologies dangereuses et mortifères.

Mais que signifie donc, au juste, le terme de « racialisme » ? Dans son Dictionnaire historique et critique du racisme (PUF, 2013), Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, le définit comme « toute construction idéologique fondée sur l’idée de “race humaine” et faisant appel à une conceptualité supposée scientifique, d’une façon plus ou moins prononcée ». Résumé ainsi, le racialisme constitue la base théorique sur laquelle vient s’appuyer le « comportement » raciste analysé par l’historien des idées Tzvetan Todorov.

Historiquement, le terme de racialisme est d’abord utilisé pour désigner un courant de pensée qui se développe dans l’Europe du milieu du XIXe siècle. Issu de « la théorie des races » datant du siècle précédent, ce racialisme originel ambitionne d’expliquer les phénomènes sociaux à la lumière de facteurs raciaux et héréditaires : il définit, il différencie et il hiérarchise les différentes « races ». Les corps sont mesurés, les groupes sanguins comparés. C’est ainsi que naissent la phrénologie, la théorie selon laquelle la forme du crâne détermine le caractère de l’individu, ou encore la craniométrie, l’étude précise des mensurations des os du crâne et donc de la place qui serait laissée au cerveau. Cette dernière pseudo-discipline utilisée à l’origine pour déterminer de quelle « race » étaient les individus examinés constitue le foyer privilégié de bon nombre de discours racistes. …..»

Uber : le conflit aussi de la pseudo révolution numérique

Uber : le conflit aussi de la pseudo révolution numérique

 

 

 

 

Une confusion sémantique totale qui masque en réalité une exploitation éhontée des travailleurs du secteur par une multinationale américaine. Une confusion qui mélange la révolution numérique avec l’économie collaborative, la robotisation, bref le progrès technique et social avec la recherche effrénée de profits. Les technologies d’information n’ont pas grand-chose à voir dans l’affaire. Il s’agit pour uber d’augmenter sa commission pour la passer de 20 à 25 %. Un énorme prélèvement évidemment sur les revenus des taxis qui utilisent la plate-forme et qui n’arrivent  déjà pas à dégager un SMIC comme salaire. D’une certaine manière uber illustre l’Inter médiation quasi mafieuse entre le client et le producteur réel de services. Mafieuse puisque la méthode uber consiste à s’affranchir des contraintes fiscales, sociales et des contraintes de capital. uber aujourd’hui valorisé à hauteur de 60 milliards dans le monde constitue l’exemple même de l’asservissement des travailleurs. Des travailleurs dits indépendants et qui dépendent économiquement entièrement de leurs donneurs d’ordres. Eu égard aux enjeux financiers il n’est pas étonnant que le conflit s’éternise. La plateforme américaine a en effet refusé hier  de geler l’augmentation de sa commission comme le lui demandait le secrétaire d’Etat aux Transports et proposé un fonds d’aide aux chauffeurs qui ne satisfait pas les intéressés. Plusieurs organisations de VTC en conflit avec Uber, dont CAPA VTC, ont appelé en conséquence à des actions tôt vendredi matin autour des aéroports parisiens d’Orly et de Roissy. Le gouvernement a rendu la plateforme responsable de l’impasse. Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a déclaré au Sénat que le gouvernement était « absolument déterminé » à ce qu’Uber « s’engage dans la voie du progrès ». Le secrétaire d’Etat aux transports Alain Vidalies avait demandé lundi à la société Uber une « avancée immédiate » : le gel temporaire, le temps des négociations, de sa commission, récemment passée de 20 à 25%. Il a déploré mardi son refus, regrettant dans un communiqué un choix « qui ne favorise pas le bon déroulement des discussions à venir ». En contrepartie, la filiale française de la société américaine a annoncé la création d’un fonds de deux millions d’euros pour ses chauffeurs partenaires en difficulté en France, un geste dont le gouvernement a simplement pris acte. Les conducteurs de véhicules de transport avec chauffeurs (VTC) font du retour à 20% de la commission prélevée par Uber sur les courses un préalable pour continuer les discussions.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol