Archive pour le Tag 'PS'

Page 11 sur 15

Kofi Yamgnane, ex-secrétaire d’Etat PS mis en examen pour trafic d’influence

Kofi Yamgnane, ex-secrétaire d’Etat PS  mis en examen pour trafic d’influence
L’ancien secrétaire d’Etat PS avait été placé en garde à vue ce mercredi matin dans le cadre de cette affaire qui vaut une mise en examen à Christophe Rocancourt. La justice soupçonne ce dernier d’avoir tenté, contre paiement, de faire régulariser des situations administratives en lien avec des titres de séjour, auprès de la préfecture de police de Paris. Ancien secrétaire d’Etat aux Affaires sociales et à l’Intégration (1991-1992) puis à l’Intégration (1992-1993) dans les gouvernements Cresson et Bérégovoy, Kofi Yamgnane avait ensuite été élu député PS du Finistère de 1997 à 2002.  Christophe Rocancourt, 46 ans, a été mis en examen et écroué le 9 octobre pour escroquerie, trafic d’influence actif, blanchiment de fraude fiscale et exercice illégal de la profession de banquier. Sa compagne, l’un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi, l’ex-patron du GIGN, Christian Prouteau, et un notaire ont également été mis en examen, mais laissés en liberté. Christophe Rocancourt a passé douze ans en prison, essentiellement aux Etats-Unis et au Canada pour avoir arnaqué des célébrités d’Hollywood dans les années 1990 en se faisant passer tour à tour pour un ex-champion de boxe, un producteur de film, le fils de Dino De Laurentiis ou de Sophia Loren. En 2012, il a également été condamné pour abus de faiblesse sur la réalisatrice Catherine Breillat, qui en a tiré un film avec le rappeur Kool Shen dans le rôle-titre. Rocancourt était placé sous bracelet électronique du fait de cette condamnation.

 

Changement de nom du PS: Valls recadré par Bartolone

Changement de nom du PS: Valls recadré par Bartolone

La cacophonie continue au PS et cette fois c’est Bartolone qui recadre Valls sur l’éventuel changement de nom du PS et même sur sa future candidature en 2017. Au lendemain de la cacophonie au sein de la majorité mercredi 22 octobre entre le gouvernement Valls et les anciens ministres Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, après le retour en force des frondeurs du groupe PS lors du vote du budget 2015, Claude Bartolone était l’invité de Jean-Michel Aphatie ce jeudi 23 octobre 2014. Le président de l’Assemblée nationale a recadré le locataire de Matignon, estimant que vouloir changer le nom du PS est « une faute ». Il a également réaffirmé son soutien à François Hollande, dont il assure qu’il « sera candidat » à la présidentielle de 2017.

 

Hamon doit quitter le PS (Le Foll)

 

Hamon doit quitter le PS (Le Foll)

 

Ce n’est pas la panique mais ça y ressemble. Sur RMC ce matin, Le Foll invite Hamon à quitter le PS pour s’être abstenu lors du premier vote sur le budget. Si Le Foll voulait être cohérente, il devrait aussi demandé à tous les frondeurs- y compris Martine Aubry- de quitter aussi le parti socialiste. Certes Hamon a fait partie du gouvernement mais s’il l’a quitté c’est précisément en raison de son opposition à l’austérité voulue par Hollande.  Pour Benoît Hamon, ancien ministre PS, la politique de l’exécutif « menace la République » et mène vers un « immense désastre démocratique ». Pour Stéphane Le Foll, « arriver au moment où nous en sommes et dire des choses comme ça, je ne peux pas l’accepter, et je ne comprends pas. Rien n’est facile aujourd’hui, mais de se laisser comme ça dériver avec des formules pareilles, dans ces moments-là où il y a un besoin de cohérence! » Qu’est-ce qui serait cohérent? « Que Benoît Hamon quitte le Parti socialiste, si c’est ça », répond Stéphane Le Foll. « Qu’il soit cohérent! S’il dit que c’est un problème démocratique qui en train de se poser, franchement, il a été deux ans et demi au gouvernement! Il va trop loin. Il y a une limite qui a été franchie ». La majorité s’érode, 39 députés socialistes frondeurs n’ont pas voté le Budget 2015. Pour Stéphane Le Foll, « depuis le départ, ils se sont mis en marge, ils sont systématiquement contre ce qui est voté. Qu’ils en tirent les conséquences. Sur chaque texte on a eu à chaque fois les mêmes. Rien de plus. Et on avancera ». Oui ma la question c’est avec quelle majorité !

Budget : les frondeurs godillots s’abstiennent

Budget :  les frondeurs godillots s’ abstiennent

 

Pas fous les frondeurs du PS, ils se sont abstenus lors de ce premier vote du budget. Pas question de couper la confortable branche sur laquelle ils sont assis, donc pas question de voter contre. Ils sont en colère mais pas au point de perdre leur siège de député en cas de dissolution de l’assemblée. L’Assemblée a donc adopté mardi en première lecture à une courte majorité de 266 voix contre 245 la partie recettes du budget de l’État pour 2015, marquée par une abstention toujours plus forte de socialistes « frondeurs ».   39 socialistes se sont abstenus, dont les anciens ministres Aurélie Filippetti, Benoît Hamon et Delphine Batho ainsi que 14 écologistes, deux radicaux de gauche et un élu d’Outre-mer. La droite et le Front de gauche ont voté contre. C’est un des plus hauts niveaux atteints par les frondeurs depuis le début de leur mouvement de contestation de la politique économique du gouvernement il y a six mois. Il y avait eu 31 abstentions socialistes lors du vote mi-septembre de la confiance au deuxième gouvernement Valls et 33 sur le budget rectificatif de la Sécu en juillet. Mais 41 socialistes s’étaient abstenus en avril, sur le programme de stabilité budgétaire.  Au nom des frondeurs, confortés par le retour de Martine Aubry et ses critiques de la politique du gouvernement, Christian Paul a lancé « un appel pressant au président de la République » pour « trouver les moyens d’un nouveau contrat de majorité plus proches des engagements de 2012 et aussi plus proches de l’efficacité économique ». Les radicaux de gauche, confortés par de récents engagements de Manuel Valls sur des chantiers leur tenant à cœur, ont accepté d’avoir un « vote positif sans être laudatif ». Les écologistes ont regretté « que le gouvernement persiste dans une politique qui n’a pas porté ses fruits ». La droite et le Front de gauche se sont opposés au texte pour des raisons radicalement différentes. L’UMP et l’UDI reprochent au gouvernement de ne pas faire de réformes structurelles et de laisser filer les déficits alors que le Front de Gauche critique la poursuite d’une logique d’austérité. Construit sur l’hypothèse d’une croissance à 1% en 2015, jugée « fausse » par la droite, le texte prévoit un déficit public en légère baisse à 4,3% du PIB, repoussant de deux ans à 2017 le retour au plafond autorisé de 3%. Les députés ont d’ailleurs voté en même temps la loi de programmation des finances publiques 2014-2019. Là aussi la majorité fut étroite avec 263 voix contre 245, trois députés chevènementistes s’ajoutant aux abstentions côté socialiste. 

 

Assemblée: un vote de confiance surtout interne au PS

Un vote de confiance surtout interne au PS

 

On pourrait dire tout ça pour ça. ! Car on ne sollicite pas un vote de confiance 5 mois après le même exercice. Valls a utilisé l’assemblée nationale pour des raisons interne au PS et non pour obtenir la confiance du parlement et au-delà de la nation. Valls n’a cesse de répéter que ce gouvernement ne faisait pas de l’austérité, un discours essentiellement adressé aux frondeurs ; il leur a même promis l’immobilisme jusqu’en 2017 abandonnant au passage le pacte de stabilité européen ; «  Ni impôts, ni économies supplémentaires » a-t-il déclaré. Cela la suffira-t-i l à rassurer ces fameux frondeurs ? Sans doute pas. Pour autant ils ne pousseront pas la protestation  jusqu’à voter contre Valls. Un vote qui serait alors suicidaire puisque la plupart seraient alors assurés de ne pas être réélus. Pour leur défense,  ces frondeurs affirment vouloir rester dans la majorité et agir de l’intérieur. Force cependant est de constater que ces frondeurs n’ont ni  projet, ni leader communs. On y trouve des proches de DSK, de Martine Aubry, de Montebourg, de Hamon, des trotskystes, des opposants qui veulent juste se mettre en valeur. Pas vraiment de quoi dégager er une perspective très claire et très homogène  mis à part leur opposition à Hollande et peut-être surtout à Valls.

 

Vote de confiance : abstention des frondeurs PS

Vote de confiance : abstention des frondeurs PS

 

Les députés ont le choix entre deux possibilités, voter la confiance et ne pas être réélu en 2017 ou ne pas voter et ne pas être réélu non plus en cas de dissolution. Finalement une fronde qui vient bien trop tard. Politiquement Hollande est mort et le PS bouge à peine écartelé entre dés lignes socialistes traditionnelles, des lignes sociale-démocrates, des lignes sociale-libérales et surtout entre nombre opportunistes sans vraiment de conviction. Les députés « frondeurs » du Parti socialiste ont donc annoncé mardi qu’ils s’orientaient vers une abstention collective la semaine prochaine lors du vote de confiance du nouveau gouvernement dirigé par Manuel Valls, qui s’annonce serré. Le Premier ministre engagera le 16 septembre la responsabilité de son nouveau gouvernement sur une déclaration de politique générale, un vote par lequel il espère rassembler un parti divisé sur sa politique en faveur des entreprises. « Nous nous orientons vers une abstention collective », a dit à la presse Christian Paul, l’un des chefs de file des frondeurs.  « Nous pensons qu’il n’est pas possible d’imposer au groupe socialiste une unanimité de façade », a-t-il ajouté, demandant à l’exécutif un changement de politique économique. Manuel Valls a pourtant dramatisé les enjeux devant le groupe socialiste réuni à l’Assemblée nationale. « Face à une situation politique très dégradée en France, (…) nous devons tenir, nous devons être à la hauteur », a-t-il dit à sa sortie. « Il y a tellement de doutes, tellement de défiance, une telle crise de confiance dans notre pays qu’il faut être capable de gouverner dans la dignité et en tenant évidemment le cap. »

 

Thévenoud viré du PS mais évite pôle emploi en restant député

Thévenoud viré du  PS mais  évite pôle emploi en restant député

 

 

Finalement on a trouvé le mauvais compromis pour Thévenoud, il este député mais n’aura plus l’étiquette du PS ; Ainsi d’ici quelques années après être resté sans étiquette, il pourra retrouver sa famille d’origine (c’est la pratique habituelle avec les dissidents et les pestiférés provisoires). En Fait Thévenoud qui s’était transforme en procureur de la fraude à l’assemblée nationale ne veut perdre son job et se retrouver à pôle emploi. C’est qu’il ne sait rien faire d’autre, il a fait carrière dans la politique, conseiller de Fabius, puis directeur de cabinet du président du sénat, il s’était concocté une petite circonscription tranquille pour être élu. C’était  même un des députés les plus brillants du PS (comme Cahuzac). Les grincheux lui reprochent d’avoir «  oublié » de payer ses impôts pendant 3 ans ; quand même pas de quoi fouetter un chat, il y a pire. ! Si on se met à démettre les politiques sans conviction et-ou malhonnêtes par qui la France sera gouvernée ?   Thévenoud, écarté du gouvernement jeudi dernier pour avoir été en délicatesse avec l’administration fiscale, a annoncé lundi qu’il quittait le Parti socialiste et reprenait son fauteuil de député de Saône-et-Loire, dans une déclaration à l’AFP. L’éphémère secrétaire d’Etat français au Commerce extérieur – il est resté neuf jours au gouvernement – explique s’être entretenu avec le premier secrétaire du PS et avoir « décidé de [s]e mettre en retrait du Parti socialiste et donc du groupe SRC à l’Assemblée nationale ». « Je veux rappeler que l’enchaînement de négligences choquantes qui m’ont placé dans cette situation ne fait pas de moi un fraudeur », poursuit-il. « Mes électeurs de Saône-et-Loire seront mes seuls juges. » Thomas Thévenoud, qui avait émis le souhait de retrouver sa place à l’Assemblée nationale, avait été convoqué par Jean-Christophe Cambadélis pour « tirer les conséquences en tant que député socialiste des révélations sur ses déclarations fiscales », avait auparavant annoncé un communiqué du PS. Le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, a par ailleurs annoncé lundi avoir accepté la demande de mise en congé, sans traitement, de la femme de Thomas Thévenoud, Sandra Thévenoud, qui était son chef de cabinet.

 

« Députés PS des béni-oui-oui »(Mélenchon)

« Députés PS des béni-oui-oui »(Mélenchon)

 

Le vote de confiance à l’égard de Valls demandé aux députés sera forcément cornélien pour les élus PS. S’ils votent contre, ils prennent le risque de la dissolution et pour la plupart à peu près sont  certains de ne pas être réélus. Sils votent pour, ils risquent là de se déconsidérer un peu plus vis-à-vis de l’opinion qui n’appréciera pas leur posture de godillots. C’est pour quoi sans doute Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) a interpellé dimanche 7 septembre les députés socialistes avant le vote de confiance au gouvernement le 16 septembre, les appelant à mettre leurs « actes » en accord avec leurs « pensées » et cesser d’être les « béni oui-oui » de François Hollande et de Manuel Valls. « Il faut mettre vos actes en accord avec vos pensées. Ca suffit de faire les grognons et puis après, hop! Tout le monde va aller directement (jouer) les béni-oui-oui de François Hollande et de Manuel Valls », a-t-il dit sur France 5, en référence au vote de confiance du 16 septembre à l’Assemblée.  »Sur le terrain, les militants (socialistes) sont totalement désespérés. Beaucoup viennent vers moi ». « Je suis un peu leur mauvaise conscience. Dès fois, ils sont un peu penauds et (…) je me charge de leur rappeler que cela fait un moment qu’ils se trompent. Mais je leur dis bienvenue à tous », a-t-il poursuivi.

 

Thévenoud(PS): « je veux rester député », ben voyons !

Thévenoud «  je veux rester député », ben voyons !

C’est vrai, il a juste oublié de déclarer ses revenus, c’est quand même pas un drame. D’après France Info il s’agit de 40 000 euros pour 2013, 40 000 euros qu’il vient de payer,,, une broutille ! Normal qu’il ait oublié  Au fait il fait quoi Thévenoud, le député « socialiste » pur gagner autant ? D’autant qu’il surtout fait carrière en politique. Normal qu’il ait oublié.  Il a raison de vouloir rester député, c’est un métier bien payé en plus surtout quand sa femme est aussi chef de cabinet du groupe parlementaire PS dont Thévenoud est vice président. On ne peut pas lui reprocher une maque de probité puisqu’il a été membre de la commission Cahuzac et de la commission anti-fraude de l’assemblée. En outre il se rend, repent à son compte sa propres formule «  repentez-vous’ avait-il dit aux exilés en son temps ! C’est fait pour lui ! Dans un entretien vendredi au Journal de Saône-et-Loire, département dont il est élu, Thomas Thévenoud revient sur son départ du gouvernement pour des problèmes « fiscaux ». « On peut m’accuser de négligence mais pas de malhonnêteté », affirme le socialiste, qui souhaite garder son mandat de député à l’Assemblée nationale.  Il s’agit de sa première interview, au lendemain de son départ forcé du gouvernement, et Thomas Thévenoud veut « être très précis ». Non, le socialiste n’a « jamais fait de fausses déclarations, jamais dissimulé des revenus ou des éléments de (son) patrimoine ». « Je n’ai jamais trompé l’administration fiscale qui connaissait parfaitement ma situation. Je n’ai fait d’ailleurs l’objet d’aucune procédure pénale », affirme dans un entretien « par écrit » au Journal de Saône-et-Loire le désormais ex-secrétaire d’Etat au Commerce extérieur. « Il s’agit uniquement de problèmes de déclaration et de retards de paiement », précise-t-il. « On peut m’accuser de négligence – c’est légitime et croyez bien que je suis le premier à le faire – mais pas de malhonnêteté », assène Thomas Thévenoud, qui explique s’être « laissé débordé par (son) engagement public ». « Ma vie s’est accélérée et, à mesure que j’assumais de nouvelles responsabilités publiques, les problèmes s’accumulaient dans ma gestion privée. Au fond, ma rigueur dans la vie publique n’a eu d’égale que ma négligence dans la gestion privée », va-t-il même jusqu’à écrire. L’élu de Saône-et-Loire livre le détail de ses « négligences » au journal local. Sa déclaration de revenus en 2012? « Déposée avec retard » mais réglée « intégralement depuis longtemps, pénalités comprises ». 2013? Pas de déclaration, ce qui « a donné lieu à ce que l’on appelle une taxation d’office par l’administration fiscale ». Et enfin sur la déclaration de 2014, là encore « déposée en retard », déclare Thomas Thévenoud, qui dit attendre « maintenant l’envoi de (son) avis d’imposition ». « Aujourd’hui, au regard de l’administration fiscale, je suis à jour de mes obligations déclaratives et de paiements », ajoute-t-il. Sur le plan politique, le jeune quadragénaire pensait au moment d’entrer au gouvernement avoir « prouvé (sa) bonne foi », « ayant entamé les démarches nécessaires à la régularisation » de sa situation fiscale. Il dit toutefois avoir acquitté la taxation d’office de 2013 le 1er septembre 2014, c’est à dire après son entrée au gouvernement. « Le Premier ministre a considéré que cette situation rendait impossible ma présence au Gouvernement. Je l’ai parfaitement compris », a-t-il dit (lire ci-contre), jugeant son comportement « incompréhensible » mais répétant ne pas être un « fraudeur ». « J’ai payé ce que je devais à l’Etat et j’en paie aujourd’hui le prix politique, c’est normal », juge-t-il. Pour autant, Thomas Thévenoud n’a pas l’intention de démissionner de son mandat de député. « J’ai été élu pour cinq ans et je souhaite mener ma mission jusqu’à son terme », répond-il, en assurant qu’il allait « corriger (ses) faiblesses ». Pas sûr que cela plaise forcément à ses collègues. Autre élu PS de Saône-et-Loire, Philippe Baumel a par exemple jugé vendredi que si Thomas Thévenoud « revenait sur les bancs du Palais Bourbon, il donnerait un sentiment d’immunité qui serait mal perçu par nos concitoyens ».

 

Thévenoud : un député PS modèle !

Thévenoud :  un  député PS modèle !

«  Des retards de déclaration et de paiement d’impôt », c’est ce qu’ a reconnu Thévenoud en utilisant la dialectique confuse de l’ENA, en fait il n’aurait pas payé (ni fait de déclaration) d’impôts pendant trois ans d’après France info. Il était pourtant considéré comme un député modèle du PS. Il avait même appelé à la « repentance fiscale » pour inciter les évadés fiscaux à revenir en France. Un vrai expert !  L’ex-secrétaire d’État au Commerce extérieur était l’une des étoiles montantes du parti socialiste avant d’être débarqué du gouvernement pour avoir dissimulé ses impôts à l’administration fiscale. Thévenoud c’est effectivement un député modèle du PS, un vrai oligarque, qui à faiat l’ENA et/ou sciences politiques (13 ministres sur 18 ont faiat l’ENA). Un copain de Fabius dont il a été conseiller technique)  et de Hollande. Un rai oligarque, sa femme est également chef de cabinet du groupe socialiste ( normal Thévenoud est auusi vice président du groupe !).  Pourtant Thomas Thévenoud a été contraint de quitter le gouvernement, jeudi 4 septembre, après 9 jours passé à la tête du secrétariat d’état au Commerce extérieur. Motif : le député socialiste s’était « soustrait au Fisc ».  Pourtant, l’ex-secrétaire au commissariat extérieur était plutôt l’élève modèle de l’école socialiste. Rappelez-vous, en 2013, Thomas Thévenoud avait même été nommé vice-président de la commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac. Il était alors au-dessus de tout soupçon.   Thomas Thévenoud, c’est le député modèle, porte-parole du groupe socialiste, toujours souriant, blagueur et disponible. Proche d’Arnaud Montebourg, il était également très bien vu à Matignon.  Son entrée au gouvernement, Thomas Thévenoud la doit aussi à son action. Il était sur le point de trouver une issue à la guerre entre les taxis et les voitures de tourisme. En 2012, il s’était déjà fait remarquer en critiquant la TVA réduite dans la restauration. Souvent, le député de Saône-et-Loire raconte fièrement qu’il refuse et renvoie tous les cadeaux, les bouteilles de vin, de champagne, qu’il reçoit dans sa circonscription. En juin 2013, il répond aux questions de RTL midi en tant que vice-président de la commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac. « C’est un ancien collègue, ça a été un ministre qui avait du savoir faire mais il nous a menti et c’est une trahison. » Un retournement de situation cruel pour celui qui a également été élu, en 2013, vice-président de la mission d’information sur la fraude fiscale. Bref, un vrai « faux-cul » type Hollande, de quoi en rire ou plutôt en pleurer pour la démocratie !

 

PS- Valls (La Rochelle) : du bla-bla.

PS- Valls (La Rochelle) : du bla-bla.

 

Tout et son contraire, en substance le discours de Valls à la Rochelle. Exemple sur la durée du travail,  pas de remise en cause de la durée légale mais on peut changer dans les entreprises. Idem sur l’austérité,  résorber les déficits est une priorité mais dans les faits les dépenses ne diminuent pas. On matraque les couches moyennes, on augmente la TVA  mais ce n’est pas de l’austérité. On se félicite de l’action de la BCE qui pourtant ne bouge pas. On veut une relance économique de l’Europe, surtout de l’Allemagne qui n’en veut pas. Bref la synthèse à la mode PS rien ;  sur le chômage car les chiffres sont trop mauvais ! Rien sur la croissance, elle est aux abonnés absents. Des contreparties pour le patronat qui les refuse. Une confusion qui a suffi a ramené un peu le calme chez des responsables socialistes frondeurs redevenus des godillots.  Ainsi Manuel Valls a réaffirmé qu’il n’y aurait pas de « remise en cause » des 35 heures, promettant de réformer « pour débloquer » mais sans « aller en arrière », dimanche à l’université d’été du Parti socialiste à La Rochelle.   »Bien sûr, il nous reste encore beaucoup de blocages à lever. De réformes à mener. Réformer pour débloquer, libérer ces énergies dans bien des domaines. Mais réformer, ce n’est pas allé en arrière », a déclaré le Premier ministre. « Je le réaffirme ici, simplement et clairement, car je ne veux pas de faux débats, il n’y aura pas de remise en cause des 35 heures, pas de remise en cause de la durée légale du temps de travail », a-t-il ajouté.  Le Premier ministre Manuel Valls a répondu à ses détracteurs de gauche en martelant que son gouvernement ne faisait « pas de l’austérité ».  Si la lutte contre les déficits est « une priorité », cette « réduction des déficits ne doit pas se faire par dogmatisme, ce n’est pas un but en soi » et « sur cette question, il n’y a pas de débat à avoir entre nous », a-t-il lancé. « Quand nous créons 60.000 postes dans l’Education nationale pour refaire de l’école une priorité, nous ne faisons pas de l’austérité. Quand nous préservons les missions du budget de la Culture pour la création et le spectacle vivant, nous ne faisons pas de l’austérité. Quand nous créons des postes de policiers et de gendarmes, pour garantir la sécurité des Français sur tout le territoire -dans les quartiers populaires, dans les zones rurales- nous ne faisons pas de l’austérité », a-t-il dit, sous de vifs applaudissements.   »Quand nous créons des postes dans la Justice, la pénitentiaire, et pour mettre en œuvre la réforme pénale, nous ne faisons pas de l’austérité. Quand nous agissons avec les emplois d’avenir pour permettre aux jeunes de débuter dans la vie, nous ne faisons pas de l’austérité », a-t-il lancé. « Quand nous augmentons le RSA de 10%, quand nous mettons en place un grand plan de lutte contre la pauvreté, nous ne faisons pas de l’austérité. Quand nous augmentons l’allocation de rentrée scolaire que viennent de toucher des milliers de familles, nous ne faisons pas de l’austérité. Quand nous augmentons les bourses pour les étudiants, nous ne faisons pas de l’austérité », a ajouté le chef du gouvernement.  L’Allemagne ne pourra pas « échapper à ses responsabilités » et aura elle aussi besoin d’une relance économique face au ralentissement de la croissance européenne, a estimé le Premier ministre.   »Tous les pays doivent prendre leurs responsabilités. Et l’Allemagne ne peut pas échapper aux siennes. Elle aura aussi besoin d’une relance », a jugé le chef du gouvernement, alors que la France pousse pour ralentir le rythme de réduction des déficits publics en Europe pour ne pas étouffer la croissance.  Manuel Valls a également salué l’action, plus souple monétairement, de la Banque centrale européenne (BCE) et de son président Mario Draghi ces derniers mois, tout en appelant à aller « plus loin ».   »Reconnaissons-le : la politique monétaire a commencé à changer. Mais il faut aller plus loin », a dit le Premier ministre, qui depuis sa prise de fonctions avait jugé à plusieurs reprises l’euro surévalué sur le marché des changes.  Manuel Valls a exhorté les chefs d’entreprise à « faire preuve de patriotisme économique ». « La Nation a consenti un effort nécessaire et c’est donc maintenant aux chefs d’entreprise, parce que nous créons un début de confiance, de faire preuve de patriotisme économique, sur les salaires, en embauchant, en formant, en investissant », a lancé le Premier ministre devant les militants PS, quatre jours après avoir dit devant le Medef qu’il « aime l’entreprise ».  Cette ode aux entreprises avait été très mal accueillie par les contestataires du PS et la gauche de la gauche. « La Nation a consenti un effort sans précédent. Cet effort était nécessaire. Il va se mettre progressivement en œuvre. J’assume que la gauche fasse ce qui est nécessaire pour renforcer l’économie et donc les entreprises qui créent de la richesse et de l’emploi. Et nous le faisons dans le dialogue, en associant les syndicats aux réformes conduites. Et nous sommes vigilants, exigeants sur les engagements qui ont été pris », a ajouté Manuel Valls.

 

PS-Cambadélis : pas de frondeurs, des godillots

Cambadélis : pas de frondeurs,  des godillots

 

En fait les frondeurs après avoir une peu sifflé Valls au début de son intervention à La Rochelle se sont tus ensuite. Cambadélis est content, tous sont revenus dans le rang, en tout cas d’après lui. Pourtant les propos de Valls étaient très généraux, confus auusi, un peu dans la veine Mitterrandienne, du bla- bla qui plait à la gauche sur les banlieues par exemple et sur la république. ça ne changera pas grand chose aux banlieues mais ça légitime le vernis gauche du PS.  En réalité les frondeurs du PS sont bien coincés, s’ils déstabilisent  le gouvernement, ce sera peut-être la dissolution et en l’état des sondages la plupart de seraient pas réélus. Bref des fondeurs finalement assez godillots. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, s’est donc félicité dimanche 31 août d’avoir vu le Premier ministre « faire un certain nombre de gestes » à l’université d’été du PS pour apaiser les critiques visant son gouvernement. « Je crois que le Premier ministre a fait un certain nombre de gestes à La Rochelle », a-t-il assuré, lors de l’émission BFM Politique/Le Point/RMC évoquant les 35 heures, la « question du social-libéralisme (qui) n’a pas été abordée » et qui « était pourtant le titre de tous les journaux » et « l’objet de la polémique à l’intérieur du PS ». Le député de Paris a assuré que « le PS ne sera pas social-libéral » : « Quand on est social-libéral on déverrouille les 35 heures, quand on est social-démocrate, on garde les acquis sociaux, même si on veut les moderniser ici ou là, donc c’est pas tout à fait la même chose. » D’après lui, les « frondeurs » - ces socialistes de l’aile gauche qui contestent l’orientation économique du gouvernement - « doivent prendre en compte la réalité actuelle et les pas que le gouvernement a faits ». Le problème de la réaction d’Arnaud Montebourg, qui s’était nettement démarqué du gouvernement lors de sa rentrée politique le 24 août et qui lui a coûté sa place à Bercy, « c’est qu’on n’a pas pu enregistrer l’excellente interview de François Hollande donnée à un quotidien du soir dans laquelle il indiquait des infléchissements. » « Sur les 3%, sur le pouvoir d’achat, sur la manière dont nous devons faire les investissements, il y avait des infléchissements », a assuré le patron des socialistes.  »Arnaud Montebourg n’a pas écouté ce qu’a dit le président de la République, et par voie de conséquence, il a fait l’intervention que vous connaissez, disant qu’il porterait la résistance jusqu’au coeur du gouvernement (…) et donc que le gouvernement n’était plus un gouvernement solidaire mais une coalition. Il a eu tort car cette crise a brouillé beaucoup de choses et réouvert des plaies »,.  D’après lui, l’édition 2014 du rendez-vous atlantique des socialistes « s’est bien passée ». Rappelant les états généraux du PS, qu’il a lancés, il a redit que son parti n’était pour l’instant « pas au clair » sur ses idées, qu’il y avait « un problème de doctrine ». C’est le moins qu’on puisse dire ! Mais « le PS est derrière le gouvernement, évidemment ».

 

Sondage : la disparition du PS pour 76% des Français

Sondage : la disparition du PS pour 76% des Français

 

 

La gauche peut mourir et surtout le PS, c’est ce que pensent les Français. A juste titre car le PS en faiat n’a jamais eu grand-chose de socialiste plutôt conglomérat d’ancien marxistes reconvertis au libéralisme (comme le premier secrétaire actuel, Jospin et d’autres), de fonctionnaires à la recherche d’une job plus rémunérateur, d’étatistes, de libéraux et surtout d’arrivistes. Le PS est sans doute le sel parti socialiste qui ne compte pas ouvriers, de paysan, de chef d’entreprise, de syndicaliste, d’employé du privé dans les rangs de sa direction. D’ailleurs au gouvernement on compte 13 ministre énarques, pas tout à faiat sociologiquement ce qu’on peut attendre d’un parti socialiste. il n’y a pas de ligne au PS. Dans l’opposition on promet tout et n’importe quoi et au pouvoir on gère-plutôt encore plus mal-que les autres. Et cela dure depuis Mitterrand ! Du coup  A la question posée par l’IFOP sur le risque d’éclatement du Parti socialiste d’ici 2017, ils répondent oui à 76%. Plus incroyable encore 64% des sympathisants socialistes jugent cette éventualité probable. Le pronostic d’une mort du PS tel qu’il existe depuis sa renaissance à Epinay sous la houlette de François Mitterrand est écrasant. Voilà qui devrait faire réfléchir les camarades socialistes réunis jusqu’à dimanche à La Rochelle où ils entendront le discours de Manuel Valls dans un climat de grande confusion. « Le PS d’Epinay est en voie d’implosion. Jamais le risque d’éclatement n’a été aussi grand dans un parti qui a connu de nombreuses secousses depuis les tensions Mitterrand/Rocard, le choc de 2002 après l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle et la fraude au congrès de Reims », rappelle Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Par ailleurs, toujours interrogés par l’Ifop pour le JDD, les Français sont sans surprise très sévères avec leurs partis politiques. Seuls 37% les jugent « utiles », 24% estiment qu’ils peuvent réformer, mais ils sont seulement 17% à penser qu’ils sont adaptés à la situation actuelle du pays et 14% à l’écoute des attentes des Français. L’impuissance et la déconnexion restent donc bien les deux mots qui caractérisent les partis politiques de l’Hexagone. Interrogés sur la cote des partis (PS, UMP et FN), les réponses des Français sont globalement peu variables. Certes, l’UMP s’en tire le mieux (31% de bonnes opinion mais 67% de mauvaises opinions). Mais sa mauvaise cote n’est pas si éloignée de celle du FN (25) et du PS (24). Les partis n’ont plus la cote. On remarquera quand même que le FN de Marine Le Pen, qui sort d’une victoire aux européennes, devance le PS qui est au pouvoir.

 

PS-la Rochelle -Valls : des mesurettes sur le pouvoir achat pour éviter d’être sifflé

PS-la Rochelle -Valls :  des mesurettes sur le pouvoir achat pour éviter d’être sifflé

Et voilà après avoir été applaudi par le Medef, Valls doit éviter de se faire siffler à La Rochelle par les socialistes. Du coup il va utiliser les bonnes vielles méthodes des promesses chères à Hollande, cette fois sur le pouvoir d’achat en vue de calmer les grognards de gauche. Des mesurettes évidemment mais en politique le verbe surmédiatisé est plus important que l’action discrète et efficace.  Dimanche, son discours sera scruté par tous les socialistes et surtout ceux qui accusent le nouveau gouvernement de trop aimer les entreprises. Manuel Valls leur réserve un cadeau : face aux militants socialistes réunis à l’université d’été de La Rochelle, le Premier ministre devrait faire, selon nos informations, des annonces pour améliorer le pouvoir d’achat des Français. Ce discours, qu’il prononcera en clôture de l’université d’été, en milieu de journée dimanche, est important pour le Premier ministre. Ce vendredi, il travaille dessus et il le peaufinera samedi soir. « Ce ne sera pas un discours de politique général, mais il va donner de la cohérence et du sens à l’action du gouvernement », explique un visiteur de Matignon. « Il faut donner de la perspective, dire là où on va. » Alors que sa déclaration d’amour aux entreprises devant le Medef a été particulièrement mal perçue par une partie de la gauche – Cécile Duflot l’accusant dans Les Echos « d’imiter Thatcher » – Manuel Valls doit calmer les « frondeurs » qui menacent, notamment, de ne pas voter le prochain projet de loi de finances qui fixera le budget de l’Etat pour 2015. Plusieurs annonces ont déjà été faites par l’exécutif ces derniers jours. Le Revenu de Solidarité Active (RSA) « socle » va ainsi augmenter de 2% au 1er septembre, passant à 509,30 euros par mois pour une personne seule, a appris l’AFP auprès du Secrétariat d’Etat en charge de la lutte contre l’exclusion. Le président a pour sa part annoncé une refonte des premières tranches de l’impôt sur le revenu pour le rendre « plus juste et plus simple », ainsi qu’une fusion de la prime pour l’emploi et du RSA activité. Ces deux mesures, dont les modalités restent à trancher, doivent compenser la censure par le Conseil constitutionnel des 2,5 mds d’euros d’allègements de cotisations salariales pour les salariés modestes, l’essentiel du volet « solidarité » du Pacte.

 

PS-La Rochelle: Cambadélis demande de ne pas siffler Valls !

PS-La Rochelle: Cambadélis demande de ne pas siffler Valls !

La première rencontre à huis clos avec Valls a été très tendue. Du coup Cambadélis premier secrétaire du PS a demandé aux secrétaires nationaux de ne pas siffler Valls lors de la séance publique, les invitant  simplement à  ne pas applaudir pour manifester leur mécontentement !  En effet Manuel Valls clôturera dimanche trois jours de travaux au terme d’une séquence qui l’a vu changer de gouvernement, en remplaçant notamment le réfractaire Arnaud Montebourg au ministère de l’Economie par un banquier, et recevoir l’ovation debout des patrons du Medef réunis à Jouy-en-Josas. Le Premier ministre, qui « aime l’entreprise » et veut « sortir des postures », peut-il compter sur un accueil aussi chaleureux de la part des militants de sa famille politique?  Rien n’est moins sûr, même si le soutien à François Hollande de 200 députés exprimé jeudi dans une tribune montre qu’une majorité des 290 membres socialistes de l’Assemblée nationale partage la ligne de l’exécutif. « Nous voulons réussir ensemble et non perdre les uns contre les autres », écrivent-ils dans ce texte en disant s’inscrire « dans [le] chemin » social-démocrate défini par l’exécutif. Mais les images de Jouy-en-Josas ont « sidéré » les tenants de l’aile gauche du PS, en total désaccord avec le choix de François Hollande et Manuel Valls de tout miser sur le pacte de responsabilité qui prévoit des baisses de charges et d’impôts en faveur des entreprises, alors que leur politique n’a pour l’instant donné aucun résultat sur la croissance ni l’emploi. La nomination au ministère de l’Economie de l’ancien banquier Emmanuel Macron fait aussi des vagues dans les rangs des militants, surtout après ses propos sur le réaménagement des 35 heures, immédiatement salués par la droite.

 

PS- réforme territoriale : la trouille du referendum

PS- réforme territoriale : la trouille du referendum

 

Pas fous les députés PS, ils ne veulent pas de referendum concernant la réforme des regions.la reforme concoctée dans les arrière cuisines  électorales de Hollande est favorable aux intérêts des barons locaux, pas question d’y toucher. Quant aux Français,  « circulez, il n’ya rien à voir ! En Substance ce que signifie le scrutin de l’assemblée nationale qui refuse le referendum. Un véritable déni de démocratie qui coûtera très cher au PS. D’autant que cette réforme bâclée n’a aucune cohérence économique, sociale  voire culturelle. Sur le strict plan économique,  il y a tout au plus une dizaine de régions correspondant à des entités économiques réelles (autour des grands pôles d’échanges de flux de biens et de personnes).   Il n’y aura donc pas de référendum pour la réforme territoriale. La discussion générale sur un texte qui doit ramener de 22 à 14 le nombre de régions métropolitaines et reporter à décembre 2015 les élections cantonales et régionales de mars pourra commencer au Sénat jeudi à partir de 16h45, alors qu’elle devait initialement débuter mardi après-midi. La motion du Sénat demandant ce référendum n’a été voté à l’Assemblée que par le Front de gauche, les radicaux de gauche et l’UMP. « C’est pour nous un impératif démocratique incontournable car la réforme territoriale s’attaque aux fondements même de l’organisation républicaine de notre pays », a plaidé Marc Dolez pour le Front de gauche. « Le gouvernement traite cet enjeu comme il s’agit d’un problème subalterne », a renchéri le radical de gauche Roger-Gérard Schwartzenberg. Pour l’UMP Valérie Pécresse, « il y a urgence de demander au peuple de se prononcer sur cette réforme ubuesque ». Socialistes, écologistes et UDI ont voté contre. « Les partisans d’un référendum sont ceux qui sont favorables au statu quo. Le risque est qu’un cartel des non, hétéroclite et inefficace, fasse échouer la réforme territoriale », a jugé le socialiste Carlos Da Silva.  »Nous devons être en capacité de débattre de chacune des modalités de cette réforme, de la carte des régions, des modes de scrutin et du calendrier électoral », ce qui sera impossible par une « question binaire », a plaidé l’UDI Charles de Courson. « C’est notre métier de parlementaires d’amender ce texte, nous voulons débattre sans plus attendre », a renchéri l’écologiste François de Rugy, déplorant le début d’une « longue bataille d’obstruction au Sénat. Au Sénat, la motion avait été votée par 175 voix pour, les sénateurs UMP, communistes et radicaux de gauche. 134 sénateurs, PS et Ecologistes, l’ont rejetée. Les centristes se sont abstenus. Depuis son dépôt au Sénat, le 18 juin, la réforme territoriale fait l’objet d’une série d’obstructions à la Haute Assemblée, où le gouvernement affronte l’hostilité non seulement de la droite, mais aussi du RDSE (à majorité radicale de gauche) et du groupe CRC (Communiste, républicain et citoyen) dont les voix lui sont indispensables. La nouvelle carte des régions devra passer en première lecture au Sénat mais aussi à l’Assemblée nationale « avant la fin de la session extraordinaire de l’été », a assuré mercredi le Premier ministre Manuel Valls, se disant prêt à faire siéger le Sénat « le week-end, tout le mois de juillet ou tout le mois d’août ».

 

Sabban(PS) a menti sur son logement social

Sabban(PS)  a  menti sur son logement social

Nouvelle affaire  démontrant que des élus n’hésitent pas à se sucrer tant qu’ils ne sont pas prix la main dans le  pot de confiture. Michèle Sabban, vice-présidente (PS) de la région Ile-de-France, avait donné des « informations inexactes » concernant le logement social dont elle a bénéficié, et a décidé de remettre sa délégation de vice-présidente, a annoncé mardi Jean-Paul Huchon, président de la région.  Michèle Sabban, vice-présidente (PS) de la région Ile-de-France, avait donné des « informations inexactes » concernant le logement social dont elle a bénéficié, et a décidé de remettre sa délégation de vice-présidente, a annoncé mardi Jean-Paul Huchon, président de la région. Michèle Sabban « m’a remis sa délégation de vice-présidente en charge du personnel, de l’administration générale et des marchés publics, ce que j’ai accepté », a indiqué Jean-Paul Huchon, président de la région dans un communiqué mardi. Selon lui, Michèle Sabban, qui a fin juin quitté son logement social, « a reconnu avoir donné des informations inexactes à l’ensemble des élus régionaux lors de son audition devant la Mission d’information et d’évaluation (MIE) sur le logement ». Michèle Sabban « a indiqué ce jour (mardi) avoir bénéficié d’un logement appartenant au quota réservataire régional », précise-t-il.  »Elle a présenté ses excuses à l’ensemble de l’exécutif régional et confirmé qu’elle quitte son logement », a ajouté Jean-Paul Huchon. Michèle Sabban louait 70 m2 dans le 8e arrondissent 1.218 euros par mois. Pierre-Yves Bournazel, qui a présidé la MIE sur les logements de la région Ile-de-France, avait demandé à Jean-Paul Huchon de communiquer les « documents établissant de manière incontestable » que Michèle Sabban n’a pas eu son logement sur le quota régional réservataire et permettant de connaître les conditions d’obtention de ce logement. Le 25 juin, la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, avait « demandé aux conseillers de Paris en logement social de déménager ». Un mois plus tôt, les conseillers de Paris avaient approuvé à l’unanimité, le 20 mai, un code de déontologie prévoyant que les élus ne disposent pas d’un logement social, « sauf situation particulière justifiant un maintien dans le logement occupé avant l’élection ».

 

Budget : ça chauffe au PS contre le pacte de responsabilité

Budget : ça chauffe au PS contre le pacte de responsabilité  

 

Début de tourmente au sien du PS à l’assemblée contre le  Pacte de responsabilité et de solidarité qui  s’est retrouvé sous les tirs croisés de la droite ; une sévère  critique de mauvais choix dommageables aux Français, mais surtout d’une portion de la gauche, décidée à « réorienter » le Pacte en faveur des ménages. Les gestes du gouvernement et les appels à la discipline, encore réitérés dans la matinée lors de la réunion du groupe PS n’ont pas fait taire les récalcitrants. Les débats, qui ont peu avancé et n’ont débouché que sur de légères retouches du texte, ont surtout illustré dans la soirée l’ampleur des fractures dans la majorité, où le plan de 50 milliards d’économies d’ici 2017 coince toujours, au-delà des 41 abstentionnistes PS. Dans un hémicycle inhabituellement garni, avec plusieurs dizaines de députés à gauche, un amendement de certains socialistes, identique à un amendement écologiste, a occasionné une discussion sur le fil du rasoir, soldée par le rejet des amendements – par 77 voix contre 51 dans le cas de l’amendement PS. Bruno Le Roux avait pourtant appelé à plusieurs reprises à ne pas défendre d’amendements n’ayant pas le feu vert du groupe socialiste et à ne « pas chercher des majorités ailleurs dans l’hémicycle ». L’objectif était d’obliger une entreprise à rembourser les sommes versées au titre du CICE en cas de non respect des objectifs de la loi, par exemple si elle s’en est servie pour augmenter les dividendes ou les hautes rémunérations. « C’est un chaînon manquant depuis deux ans », « une exigence démocratique » et une manière d’ »armer les partenaires sociaux », a notamment plaidé Jean-Marc Germain (PS), relayé ensuite par d’autres frondeurs. « Les parlementaires s’assurent que l’argent est justement employé, alors que les 20 milliards par an que vont coûter le CICE sont financés par les efforts des Français, la TVA hier, le gel de prestations sociales demain », a lancé Eva Sas (écolo), appuyée fortement par Cécile Duflot. Pas convaincu, comme plusieurs autres récalcitrants, Laurent Baumel a alerté notamment sur « le trouble que pourrait créer chez les électeurs » des informations sur des entreprises ayant touché le CICE et supprimé des emplois ou délocalisé malgré cette baisse du coût du travail. Dominique Lefebvre, Christophe Caresche ou Guillaume Bachelay sont intervenus pour appeler leurs camarades à la raison. « Aucun d’entre nous ne veut de détournement du CICE » mais attention aux effets d’un tel « amendement de défiance par rapport aux chefs d’entreprise mais aussi aux partenaires sociaux », a prévenu Olivier Faure, s’adressant notamment à « Jean-Marc » parce que « nous avons été dans le même cabinet autrefois » sous la houlette de Martine Aubry. La droite, qui a critiqué des travers d’un CICE bénéficiant massivement à la grande distribution ou à La Poste, n’a pas manqué d’ironiser sur « une sorte de débat interne à un congrès ou à un conseil national du PS ». « Nous étions tous rassemblés en juillet 2012 pour annuler la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, six mois avant le CICE, un succédané », a par ailleurs lancé Nicolas Sansu (Front de Gauche). La reprise des débats sur ce texte prévoyant un déficit ramené à 3,8% du PIB était intervenue ce mardi peu après l’appel de François Hollande à plus de « flexibilité » de l’Union européenne dans « l’application des règles budgétaires ». Le ministre des Finances Michel Sapin a néanmoins défendu ce lundi comme « indispensable » le plan massif d’économies, soulignant que des mesures parallèles étaient prises pour « soutenir le pouvoir d’achat et la demande ».

 

Hollande : le PS, faux-cul, critique sa nouvelle conseillère économique

Hollande : le  PS, faux-cul,  critique sa nouvelle conseillère économique

Un peu faux-cul le PS pour critiquer la nouvelle conseillère de Hollande. Il y a longtemps que le fameux slogan » l’ennemi, c’est la finance » est passé aux oubliettes aux PS comme à l’Elysée. Carlos Da Silva, porte-parole du PS, a critiqué le « symbole » que représente la nouvelle conseillère économique de François Hollande, Laurence Boone, jusqu’alors chef économiste de Bank of America. « Comme symbole, on aurait pu faire bien mieux », a tranché Carlos Da Silva, l’un des trois porte-parole du Parti socialiste, au sujet de la nomination de Laurence Boone en tant que conseillère économique du président de la République.  « Surtout une conseillère qui s’exprime dans la presse », a-t-il poursuivi ce dimanche 15 juin sur Canal +. Ce proche du Manuel Valls a ensuite minoré : « Pour moi, un conseiller ça reste un conseiller. Celui qui décide c’est le président de la République », a-t-il dit. « C’est une technicienne. Soit elle obéit, soit elle s’en va ». Ces derniers temps, Laurence Boone avait eu des mots très durs sur l’ »absence totale de politique économique » de l’exécutif français. À compter du 15 juillet, elle occupera le poste de conseiller économique et financier auquel officie actuellement Emmanuel Macron.

 

Valls: « le PS peut mourir « ….tant mieux !

Valls: « le PS peut mourir « ….tant mieux !

Le PS peut mourir adit Valls, tant mieux car le PS en réalité n’a jamais été un parti de gauche mais d’apparatchiks plutôt à droite. Pas un drame non plus si c’est la gauche qui meurt car le clivage gauche-droite est devenu complètement obsolète. C’est en fait un alibi pour permettre l’alternance entre des partis qui appliquent  à peu prés la même politique et qui se couchent  en fait devant les technocrates qui eux mêmes n’y entendent rien ( sauf la voix des multinationales).  La justice, la cohésion sociale, la solidarité, la démocratie sont des mots devenus vides de sens lorsqu’ils sont confrontés aux réalités socio culturelles et économiques. Hollande par plus que Valls ne savent ce que signifie réellement les valeurs dites de gauche, ce sont des apparatchiks qui ont pour seule ambition la conquête du pouvoir dont ils ne savent pas quoi faire ensuite. Valls peut faire ce qu’il veut Marine Lepen sera au second tour en 2017, c’est la seule chose qui inquiète Valls : la question du pouvoir ! Car Marine Le pen ne sera pas élus bien étendu et c’est heureux mai c’est le candidat de droite qui bénéficiera du reflex républicain.  Le Premier ministre, Manuel Valls, a donc  sonné l’alerte générale, trois ans avant la présidentielle, devant le conseil national du Parti socialiste. Il a averti qu’il existait un « risque de voir Marine Le Pen au second tour » en 2017. « Notre pays peut se défaire et se donner à Marine Le Pen », a ajouté samedi le Premier ministre selon un texte distribué à la presse. Selon lui, « nous pourrions basculer (…) dans une ère dans laquelle le risque de voir Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle existe. Une ère dans laquelle un des grands partis républicains et cette fois sans que cela soit une surprise… peut être absent de ce grand rendez-vous électoral. Et si rien n’est fait, ce peut être la droite, ce peut être nous, par conséquent une ère dans laquelle la gauche peut aussi disparaître ». Prévenant que « oui la gauche peut mourir » et qu’il n’existe « pas d’alternative à gauche », l’échec électoral du PS ne renforçant pas « la gauche de la gauche », Manuel Valls a estimé : « Nous sentons bien que nous sommes arrivés au bout de quelque chose, au bout peut être même d’un cycle historique pour notre parti. » « La gauche n’a jamais été aussi faible dans l’histoire de la Ve République », a-t-il également affirmé. Face à ce constat le chef de l’Etat a jugé que « la gauche doit être capable de se dépasser ». « Nous devons nous réinventer. Et nous réinventer dans un contexte particulier : l’exercice du pouvoir, faute de ne l’avoir pas fait dans l’opposition », selon lui. Manuel Valls a également envisagé samedi des baisses d’impôts pour les ménages : « Il nous faudra explorer d’autres chemins, sans tabou. Je pense à la baisse de la fiscalité des ménages et notamment des classes moyennes. Car je l’ai dit, les impôts sont trop lourds. Mais nous ne pourrons nous engager dans cette voie que si nous avons réduit la dépense publique », a prévenu le Premier ministre

 

1...910111213...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol