Archive pour le Tag 'propos'

Le doute s’installe à propos de la monnaie Libra de Facebook

Le doute s’installe à propos de la monnaie Libra de Facebook

 

 

 

Le doute commence à s’installer à propos de LIBRA , la  crypto monnaie de Facebook. La première raison c’est que l’empire numérique est de plus en plus contesté  y compris  aux États-Unis où certains demandent son démantèlement. Cela concerne aussi d’autres géants comme Google et autres. Une autre question vise la fiscalité actuellement en discussion à l’OCDE. L’idée serait d’autoriser  les Etats à appliquer une fiscalité sur ces entreprises du numérique qui effectuent d’importants chiffres d’affaires dans des pays où ils n’ont pas officiellement de présence physique officielle. Le troisième problème concerne la perspective de rémunération des grands médias au nom du droit voisin. En effet compte tenu de leur puissance, les grands du numérique détournent à leur profit la publicité qui allait précédemment aux médias classiques. De manière un peu provocatrice Facebook a annoncé il y a quelques jours qu’il entendait contourner cette question en créant lui-même son propre média en reprenant des informations dont certaines seraient rémunérées et d’autres pas du tout. Enfin le monde politique qui s’inquiète déjà de l’hégémonie numérique de certains grandes entreprises notamment américaines apprécie encore plus mal le projet ambitieux de Facebook de créer une nouvelle monnaie numérique appelée Libra. Il est clair qu’avec une monnaie, Facebook priverait de fait  de souveraineté les Etats qui jusqu’alors étaient  seuls décideurs en matière d’émission monétaire et de support. Certes plusieurs cryptomonnaies ont vu  le jour, elles restent cependant marginales. Avec Facebook, cela prendrait une autre dimension. Devant cette vague de problèmes, certains géants du paiement comme MasterCard et Visa ont décidé de prendre du champ par rapport au projet de Facebook. Les deux groupes ont annoncé leur intention de quitter l’association portant le projet, emboîtant le pas d’EBay et du groupe de paiement sud-américain Mercado Pago.

PayPal Holdings, a lui quitté le groupement il y a une semaine, alors que les régulateurs à travers le monde ont fait part de leurs inquiétudes sur cette cryptomonnaie. L’association Libra se trouve désormais dépourvue de spécialistes de premier plan du paiement parmi ses membres, ce qui veut dire qu’elle ne pourra plus compter sur un acteur mondial pour aider les consommateurs à convertir leurs devises en Libra et pour faciliter les transactions.

Les autres membres de l’association, parmi lesquels Lyft et Vodafone, sont constitués pour l’essentiel de sociétés de capital investissement, de groupes de télécommunication et de technologies, de spécialistes de la blockchain ou d’associations à but non lucratif. “Visa a décidé de ne pas rejoindre l’association Libra à ce stade”, déclare la société dans un communiqué. “Nous allons continuer notre évaluation et notre décision finale sera déterminée par un certain nombre de facteurs, dont la capacité de l’association à satisfaire pleinement aux attentes des régulateurs”.

Immigration : les propos de voyou de Castaner sur les O.N.G.

Immigration : les propos de voyou de Castaner sur les O.N.G.

Castaner, le ministre de l’intérieur, a conservé de son passé certaines attitudes du milieu avec ses caricatures indignes. Ainsi quand il a considéré que tous les gilets jaunes venaient dans des manifestations « pour tuer ». Cette fois il s’attaque aux O.N.G. considérant qu’elles  ou un rôle essentiel pour aider les passeurs. S’il est exact que les passeurs, eux, tiennent compte des services de secours des états ou des O.N.G., il est tout à fait honteux d’assurer que les O.N.G. sont complices. Les passeurs savent que les migrants lâchés en pleine mer pourront éventuellement être secourus, c’est une évidence notamment lorsqu’il ne fournisse même pas le carburant nécessaire à la totalité du voyage. Inversement les O.N.G. ne sont coupables de rien, elles assument simplement l’objet social de leur organisation en portant secours comme le font d’ailleurs les Etats eux-mêmes. Dans la crise des gilets jaunes on a déjà mesuré l’incapacité de Castaner  à prendre la hauteur nécessaire et les mesures adaptées. En permanence il s’est davantage situé comme un militant que comme un gestionnaire de l’ordre public. Le problème avec Castaner,  c’est qu’il ne parvient pas à maîtriser sa fonction et se réfugie en permanence dans la provocation pour masquer son insuffisance. Cette fois évidemment Castaner  essaye de séduire les électeurs de l’extrême droite sans doute pour sauver la liste en marche menacée par la liste rassemblement national. La déclaration de Castaner  a d’ailleurs été récupérée par le rassemblement national « .  La tête de liste du RN pour les élections européennes Jordan Bardella s’est attribué l’antériorité de ces propos, en ironisant sur le fait que son parti avait « eu raison un peu tôt ».

« Les responsables des morts de la Méditerranée sont tous ceux qui incitent à l’immigration massive dans notre pays et qui font croire à ces populations qu’en venant sur le territoire européen, ils y trouveront un eldorado », a affirmé Jordan Bardella, au « Grand rendez-vous » d’Europe 1 / CNews / Les Echos.

Le député LR Eric Ciotti avait salué vendredi « le courage des mots » de Christophe Castaner, mais fustigé « la faiblesse de (son) action » en rappelant que la France avait accueilli « 42 migrants débarqués par l’ONG SeaWatch et autorisé l’Aquarius de SOS Méditerranée à faire escale à Marseille ».

À l’inverse, Yannick Jadot, tête de liste EELV aux Européennes, s’est dit « profondément choqué » par les propos de Christophe Castaner, qui met « le doigt sur les associations qui sauvent les vies » et « en même temps (…) organise le maintien des migrants dans le désert libyen avec les milices libyennes ». Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a exprimé sur France Inter sa « honte », en expliquant que « le grand défi n’est pas là »: « S’il y a un réchauffement climatique ce n’est pas 300 (personnes) avec l’Aquarius qui vont arriver mais des centaines de millions, (…) parce qu’il y aura des guerres climatiques ».
Tête de liste LFI, Manon Aubry a estimé sur Twitter que la cheffe du RN Marine Le Pen, Jordan Bardella ainsi que le ministre italien de l’Intérieur et chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini « n’auraient pas dit mieux » que Christophe Castaner. Pour Castaner, secourir des naufragés sur le point de se noyer et sauver l’honneur d’une Europe incapable d’assurer l’accueil coordonné des exilés, c’est être complice des passeurs. Le Pen, Bardella et Salvini n’auraient pas dit mieux.  La veille à Toulouse, la tête de liste de Place publique-PS Raphaël Glucksmann avait aussi dit sa « honte » d’entendre Christophe Castaner reprendre des mots de Matteo Salvini. L’association SOS Méditerranée a récusé à plusieurs reprises être « complice de réseaux de passeurs, de trafic d’êtres humains », promettant d’attaquer en diffamation ceux qui « criminalisaient » ses actions.  Le président Emmanuel Macron avait aussi critiqué en juin dernier à Rome le rôle des ONG qui « (font) le jeu des passeurs en réduisant le coût du passage ».

Agriculture ; les propos de bistrot de Le Pen

Agriculture ; les propos de bistrot de Le Pen

 

Il est clair que l’agriculture vit une crise grave et qu’on peut facilement surfer sur les peurs. Ce qu’a fait pendant 9 heures Marine le Pen avec des propos de bistrot. Florilège :

- sauver l’agriculture avec le patriotisme économique

-l’union européenne fait disparaitre le monde paysan

- Franciser les aides

-arrêter la concurrence déloyale

- Mettre fin aux accords de libre échange

-assurer la souveraineté alimentaire

- pas d’aides à l’hectare mais aux » bonshommes »

Des banalités pathétiques, des contrevérités et des orientations illusoires. Bref les propos très généraux, pas d’analyse des réalités et des facteurs explicatifs.  Du verbiage, des slogans de bistrot après 5 ou 10  tournées d’apéros.  En effet l’agriculture française a une  double particularité : elle est fortement mondialisée et massivement subventionnée. Véritable machine à exporter, elle est aussi une pompe aspirante à subventions européennes. C’est dire combien apparaît cocasse et farfelu le projet du Front national envers ce secteur qui, depuis un demi-siècle, s’est tout entier construit et restructuré en fonction des politiques européennes et des marchés mondiaux. Sortie de l’euro, sortie de l’Union européenne : la conséquence, d’une clarté aveuglante, est la ruine immédiate de l’intégralité de ce secteur économique. Nul doute que la quasi-totalité des préfectures d’un Front national au pouvoir seraient en l’espace de quelques mois occupées, prises d’assaut, brûlées. Il faut donc lire le projet de Marine Le Pen à destination des agriculteurs comme un exemple type de ce que la politique peut produire de stupide et néfaste. Voilà un ahurissant slogan, tout d’abord : «La France abandonnera la PAC au bénéfice de la PAF (Politique agricole française).» Cette politique agricole commune verse aujourd’hui aux agriculteurs français un peu plus de 10 milliards d’euros de subventions. La France contribue en effet à hauteur de 19 milliards au budget européen et reçoit en retour environ 12 milliards, donc, pour l’essentiel, des aides agricoles. «La France devra en venir durablement à une politique agricole nationale», dit le programme du Front national. Et bien sûr maintenir les aides au moins à la hauteur actuelle dit encore le FN. Avec quel financement ? Avec la perte immédiate de 200 milliards sur la dette convertie d’euros en francs. ? Privée de subventions, l’agriculture serait achevée par la sortie de l’euro, avec un retour au franc accompagné d’une dévaluation de 20%, le retour de droits de douanes et de barrières tarifaires aux frontières. Outre l’augmentation insupportable des importations nécessaires à l’agro-business industriel, outre la violation de toutes les règles de l’OMC (sauf à sortir également de l’OMC), les capacités d’exportation du secteur seraient détruites. Autre plaisanterie avancée dans ce programme : «la stabilisation des prix des matières premières agricoles». , matières premières largement importées et qui dépendent du marché mondial. Autre arme magique brandie par le FN : «la réduction de la bureaucratie agricole et la simplification des procédures et des contrôles qui permettront de faire des économies budgétaires». Toujours le même cocktail au FN amalgame de quelques vérités banales, mélangées à des solutions farfelues et à une idéologie nationaliste qui faiat de l’étranger le responsable de tous les maux. Et pas de réflexion sur l’évolution structurelle sur la nature des productions, les modes de production et les circuits commerciaux. En conclusion le même bla-bla qu’on pourrait adresser à n’importe quel autre secteur économique.

Emission politique de Marine Le Pen : des propos de bistrot grossiers, vulgaires et mensongers

Emission politique de Marine Le Pen : des propos de bistrot grossiers, vulgaires et mensongers

 

La caricature, la vulgarité, l’insulte et le mensonge  caractérisent les interventions de Marine Le Pen. Des propos de bistrot sans doute pour des électeurs dans un état psychique proche de celui de clients de café très avinés. La technique est connue, c’est celle qu’emploient Trump, Poutine et autres démagogues. On prend un élément de vérité qu’on déforme pour donner uen légitimité à des orientations ineptes voire abjectes. Exemple à propos de la nationalisation automatique des conjoints immigré de Français. La vérité dans ce domaine c’est que les conjoints immigrés de français peuvent effectivement présenter une demande de nationalité mais le processus demande des années avant que le ministère de l’intérieur après de nombreuses enquêtes relatives en particulier à l’intégration ne donne son avis. Il n’y a aucun droit à la naturalisation. Dans de nombreux cas les dossiers sont d’ailleurs enterrés et le demandeur ne reçoit aucune réponse. Marine Le Pen affirme aussi que cette naturalisation automatique est y compris accordée aux étrangers condamnés. Ce qui est encore totalement faux En France, la demande de naturalisation d’un étranger ayant été condamné pour des crimes ou des délits constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un acte de terrorisme ou à une peine égale ou supérieure à six mois de prison sans sursis est irrecevable. De plus, une enquête préfectorale de « bonnes vies et mœurs » vient compléter ces premières conditions, pendant laquelle les condamnations pénales – en France ou à l’étranger – sont vérifiées. Ces conditions ne sont toutefois pas applicables à un condamné ayant bénéficié d’une réhabilitation de plein droit ou à une personne dont la condamnation a été exclue du bulletin numéro 2 – excluant les peines pour des faits mineurs - du casier judiciaire. Autre exemple de manipulation : Marine Le Pen affirme que 500 000 migrants venus en Allemagne ce sont répandus dans le reste de l’union européenne du fait de l’accord de Schengen. Elle semble faire référence à un chiffre publié en avril 2016 par le tabloïd allemand Bild. Le ministère allemand de l’intérieur indiquait que 500 000 réfugiés vivaient dans le pays sans s’être enregistrés comme demandeurs d’asile – notamment par peur d’être expulsés en cas de rejet de leur demande. Rien n’indique toutefois que ces personnes se sont « dispersées » dans le reste de l’Europe. Dernier exemple elle se fonde sur l’exemple allemand qui interdirait la bille nationalités pour l’imposer aussi en France.: « c’est le cas en Allemagne,». Là encore ses totalement faux puisque la binationalité est autorisée outre-Rhin depuis 2000 et son obtention a été facilitée en 2014 (y compris pour les nationalités extracommunautaires). Autre contradiction face à la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, Marine Le Pen a affirmé que tous ses enfants avaient, comme elle, effectué leur scolarité dans des établissements publics. Pourtant, en 2014, le Courrier de l’Ouest relevait que sa fille de 15 ans était en fait scolarisée dans un établissement catholique à Nyoiseau (Maine-et-Loire). Enfin et surtout il y a l’invective, l’insulte comme celle adressée à Benoît Hamon qualifié d’ « islamo-gauchiste». Certes on peut convenir que Benoît Ha mon propose des orientations clairement gauchistes pour autant il est intolérable de considérer qu’il est un partisan des thèses islamiques. Le pire sans doute et sans doute le culot de Marine Le Pen de se présenter comme une candidate du peuple anti système. Celle qui a bénéficié de la fortune de son père et qui a même dissimulé une partie de son patrimoine (plusieurs enquêtes judiciaire sont en cours) et est bien elle aussi une candidate du «  nanti-système » comme l’a qualifier l’humoriste Vanhoenacker (intervenue dans son émission politique) en se fondant sur le «joli patrimoine immobilier » de la député européenne -et est ajoutant « Fillon, il fait tellement petit bourgeois à côté de vous » -, avant de conclure : « c’est bien la preuve que vous, vous êtes la candidate du nanti-système ».

Euro 2016 : « pression raciste » (Benzema), des propos inacceptables

Euro 2016 : « pression raciste » (Benzema), des propos inacceptables

 

 

Nouveau dérapage inacceptable de la part de Benzema qui reproche au sélectionneur de l’équipe de France de foot d’avoir cédé à des pressions racistes. Dans un entretien avec un journal espagnol, l’attaquant du Real Madrid relie son éviction de la compétition européenne à ses origines et au score du Front national aux dernières élections. Un amalgame tout à fait condamnable quand on sait que l’équipe de France est composée environ pour moitié de joueurs d’origine étrangère. D’une certaine manière Benzema reprend bêtement l’argumentation fantaisiste d’Eric Cantona. Des joueurs de foot qui comme la plupart de leurs collègues ne ce caractérisent  pas par une grande finesse d’analyse et une grande intelligence et qui tombent e d’autant plus facilement dans une provocation idiote. Avec de telles déclarations il est clair que Benzema se ferme des définitivement les portes de l’équipe de France. Il serait utile de conseiller à la plupart des joueurs de foot, Benzema et les autres, de s’imposer le silence compte tenu de l’indigence voire de l’idiotie de leurs propos. L’utilisation de l’argutie communautariste ne renforce pas la pertinence de l’attaque contre Didier Deschamps d’abord parce que cet argumentaire est totalement illégitime ensuite parce qu’il introduit une problématique raciste plus générale non fondée dans un sport où les joueurs d’origine étrangère sont légion y compris dans l’équipe de France. Karim Benzema, très déçu de son éviction de l’équipe de France pour l’Euro 2016, s’en prend à son tour à Didier Deschamps. Dans un entretien au quotidien sportif espagnol Marca, l’avant-centre fournit les mêmes hypothèses qu’Éric Cantona qui a accusé Didier Deschamps de racisme, quant à sa non-sélection chez les Bleus pour la compétition européenne de football : « Deschamps a cédé sous la pression d’une partie raciste de la France« , déclare-t-il à Marca dans une interview publiée ce mercredi.  « Il faut savoir qu’en France le parti d’extrême droite est arrivé au deuxième tour des dernières élections », poursuit l’attaquant du Real Madrid. Mais je ne sais pas si c’est une décision individuelle de Didier, car je m’entends bien avec lui, et avec le président. Je m’entends bien avec tout le monde. » Même si le joueur mis en examen dans l’affaire de « chantage à la sextape », se dit « tranquille » et « concentré » sur le Real Madrid, il ne cache pas sa déception. « La France va se rendre compte qu’elle a été injuste avec moi. J’ai déjà subi le contrecoup de la Coupe du monde 2010, mais l’Euro, c’est encore plus dur. C’est l’une des plus grandes déceptions que j’ai eues, sans aucun doute.

(Avec RTL)

Facebook, Twitter et Youtube poursuivis pour propos haineux

Facebook, Twitter et Youtube poursuivis pour propos haineux

 

Il est clair qu’on trouve tout sur les réseaux sociaux, le meilleur comme le pire ;  y comprit les propos injurieux et haineux. Cela d’autant plus facilement qu’on peut ce cacher derrière l’anonymat.  De ce point de vue, une réflexion déontologique devrait s’imposer notamment pour d’envisager l’obligation de déclarer son identité.  il est vraiment regrettable que l’outil numérique que constitue Internet soit utilisé pour permettre le défoulement notamment anonyme. Pour le moins un  besoin de régulation déontologique s’impose. Trois associations antiracistes françaises ont annoncé dimanche qu’elles portaient plainte contre Facebook, Twitter et YouTube pour non-respect de leurs obligations de modération des propos diffusés par ces réseaux sociaux. L’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS racisme et SOS homophobie ont signalé 586 contenus racistes, antisémites, négationnistes, homophobes ou faisant l’apologie du terrorisme et de crimes contre l’humanité entre le 31 mars et le 10 mai derniers sur ces réseaux. « Sur ces 586 contenus haineux signalés, seuls 4% ont été supprimés sur Twitter, 7% sur YouTube et 34% sur Facebook », écrivent les trois associations dans un communiqué. Elles précisent qu’elles assigneront en référé devant la justice française Twitter, YouTube et Facebook « pour comprendre les raisons du non respect de leurs obligations légales ». La législation sur l’économie numérique impose aux hébergeurs de supprimer « dans un délai raisonnable » les « contenus manifestement illicites » et de les signaler à la justice, rappellent-elles. « Vu les bénéfices réalisés par Youtube, Twitter et Facebook en France et le peu d’impôts qu’ils paient, leur refus d’investir dans la lutte contre la haine est inacceptable », commente le président de l’UEJF, Sacha Reingewirtz.

(avec AFP)

Emmanuelle Cosse à propos de son cumul de mandat : « merde à la fin »

Emmanuelle Cosse à propos de son cumul de mandat : « merde à la fin »

 

Emmanuelle Cosse commence à être sérieusement agacée à propos de la critique concernant son double mandat d’élus régionaux et de ministres. La ministre écolo a notamment été mis en cause dans le petit journal. L’émission de Canal+ qui a diffusé vendredi une séquence où l’un de ses journalistes questionne la nouvelle ministre du Logement entre deux séances au conseil régional d’Ile-de-France, où elle est toujours élue. Le sujet rappelait ses promesses de campagne (« des élus uniquement engagés dans leur mandat, des élus garantis sans cumul ») et celles de François Hollande (« Moi président de la République, les ministres ne pourront pas cumuler leurs fonctions avec un mandat local ») et interrogeait l’ex-EELV sur ses contradictions.  D’abord les explications : « cumuler, c’est avoir deux mandats. « Etre ministre, est-ce un mandat? Non! Alors où est le problème », se défend-elle. Le journaliste, face à elle, ne se démonte pas, persiste et lui dit qu’elle joue sur les mots. Puis arrive l’exaspération : « Merde à la fin », suivi ensuite par « Vous contribuez à dénigrer le travail des élus locaux […], le FN est très content de tout ça. » La ministre-conseillère régionale a souhaité répondre samedi à la polémique. « Un mandat d’élu d’opposition n’est pas une fonction exécutive », ajoute-t-elle sur sa page Facebook. « Ma situation n’est en rien en contradiction avec la loi sur le cumul qui entrera en vigueur en 2017; je respecte la charte du gouvernement et l’engagement du Président de la République, qui veut que les ministres ne cumulent pas leur fonction avec un mandat dans un exécutif local (maire, maire-adjoint, président ou vice-président de Conseil départemental ou de Conseil régional) », précise-t-elle encore, même si, dans sa tirade « Moi président », jamais François Hollande n’a signifié qu’il ne parlait que des fonctions de membre d’un exécutif local. Et de proposer un « statut de l’élu local » qui permettrait, comme c’est le cas pour les parlementaires, que les élus locaux soient assurés de retrouver leur mandat après un passage dans un ministère. « On peut être en désaccord avec mon choix mais je n’accepte pas qu’il soit caricaturé de manière outrancière et malhonnête », poursuit-elle. Le Petit journal démontrait également que la ministre ne prenait pas part aux votes régionaux traitant des sujets de son ministère, le logement. Emmanuelle Cosse se défendait en expliquant qu’il s’agit du règlement intérieur du conseil régional

Depardieu « philosophe » : des propos de bistrot !

Depardieu « philosophe » : des propos de bistrot !

 

Certes Depardieu est un grand comédien mais quand il lui prend l’envie de sortir de son texte et de philosopher comme dans son autobiographie » Innocent » on retombe forcément dans le propos de bistrot. Ses considérations sur la religion, la liberté, le pouvoir, la nature humaine  dégagent un sérieux parfum simplificateur très fortement anisé. Deux  hypothèses ou bien il était encore sous l’emprise de la vinasse quand il a écrit son bouquin ou bien il n’avait pas assez bu. Un livre en tout cas à commenter dans tous les cafés du commerce là où Depardieu a fait ses universités. Extraits qui valent leur poids de cacahuètes : De toute évidence l’ancien petit voyou n’a guère profité de sa notoriété pour se cultiver un peu.  « Le vrai danger, c’est quand l’homme avec toute son arrogance, sa perversité et son ignorance se met à interpréter les textes sacrés dans le seul  but, pas forcément conscient, de se mettre à la place de Dieu », estime-t-il dans ce texte écrit avant les attentats du 13 novembre.  »Là, commence la manipulation », ajoute l’acteur révélé en 1974 par le film Les Valseuses. Il rappelle qu’à son arrivée à Paris, en 1965, il s’est converti à l’islam. « J’ai fréquenté la mosquée pendant deux ans. Je faisais les cinq prières par jour ».   Or, « le vrai danger, ce n’est pas la foi, ça n’a jamais été la foi« , souligne-t-il dans son livre dont L’Express publie des extrais.  »Il y a, bien sûr, les idéaux français, qui ont fait le tour du monde. Mais si on les regarde de près… La liberté, il n’y en a plus », estime Gérard Depardieu. « On nous la prend. Les gens sont manipulés, fliqués, on sait tout d’eux ».  « L’égalité a toujours été une utopie. La fraternité, ça j’y crois encore un peu (…) parce que je crois que l’homme est foncièrement bon. Même si à cause de l’esprit politique, il devient chaque jour un peu plus con« , poursuit-il.  L’acteur justifie également dans ces pages une nouvelle fois sa relation avec le président russe.  »On me reproche de fréquenter Poutine, mais j’aurais trouvé beaucoup plus malsain de fréquenter les Kennedy et leur entourage », fait-il valoir.  »Poutine, c’est un ancien voyou, je l’ai entendu parler aux oligarques qui essayent de saigner le pays », poursuit-il. « C’est eux qui ont peur de lui et pas l’inverse comme dans tellement d’autres pays. Et je vois bien quand je parle aux gens là-bas combien ils lui sont reconnaissants d’avoir retrouvé face aux autres pays une certaine dignité ».  À propos de ses excès, Gérard Depardieu reconnaît que « quand l’ennui (le) prend, (il) boit énormément ou (il) mange énormément ».  »Dans ce mal-être, ni la drogue, ni l’alcool, ni la bouffe ne m’ont jamais rien apporté de bon« , concède-t-il.  »Il faut être très con finalement pour vouloir rester en permanence dans ses propres failles. Ou très narcissique. La vie est vraiment ailleurs », assure le comédien qui a écrit cet ouvrage dans « le souci de raconter ce que je vois, ce que je vis et ce que je ressens lorsque je voyage. De parler des gens que je rencontre. Je ne me considère pas comme quelqu’un d’important, mais je veux faire écho à ce que j’entends », confie-t-il à L’Express.

 

Bygmalion: « Aucune crédibilité aux propos de Jérôme Lavrilleux » ! (Sarkozy)

Bygmalion: « Aucune crédibilité aux propos de Jérôme Lavrilleux » !  (Sarkozy)  

Circulez, il n’y a rien à voir, en gros le système de défense de Sarkozy suite aux déclarations de son ancien directeur adjoint de campagne Jérôme Lavrilleux qui avait déclaré que Sarkozy mentaient. Lavrilleux, qui l’accuse de ne pas assumer sa responsabilité dans le système de fausses factures mis au jour dans le financement de sa campagne de 2012 et qui dénonce le système de défense récurrent de Sarkozy dans les différentes affaires en cours : « c’est pas moi, c’est l’autre ». Député européen et ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux s’en prend donc  à Nicolas Sarkozy après l’avoir, jusqu’alors, dédouané.   »Oui, les comptes ont débordé de tous les côtés. Il n’y a que Nicolas Sarkozy pour dire dans sa déposition que cette affaire ne concerne pas sa campagne. C’est un système de défense voué à un échec total. Il adopte le même dans toutes les affaires où il est entendu : c’est pas moi, c’est l’autre », déclare Jérôme Lavrilleux. « Dans Bygmalion, il dit : ‘C’est pas moi, c’est Copé.’ Il se défausse, il vit dans un monde irréel, et ne sait pas assumer. Les grands chefs sont pourtant ceux qui assument. L’ingratitude est la marque des faibles », ajoute-t-il. « Je vais vous dire quelque chose que je n’ai jamais dit, et dont j’ai la certitude, conforté par la lecture du dossier aujourd’hui : les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont dérapé, et pas seulement le budget consacré aux meetings. Il ne faudrait plus appeler cette affaire ‘Bygmalion’, mais celle des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy », poursuit-il.

Propos de Morano : un cocktail de ragots de bistrot ou le triomphe du populisme

Propos de Morano : un cocktail de ragots de bistrot ou le triomphe du populisme

Face au désarroi général d’un grand nombre de Français dans le domaine socio-économique voir sociétal, en comprend que les propos les plus populistes puissent avoir un écho favorable chez certains.  Peu importe d’ailleurs que ces propos soient inexacts, contradictoires, qu’ils  relèvent même simplement de la crétinerie  ordinaire, ils permettent de schématiser à outrance les situations et de trouver facilement des boucs émissaires. De ce point de vue, l’inénarrable Nadine Morano s’est faite une spécialité de l’outrance et de l’approximation. Elle mélange allègrement les questions de race, de religions, de couleurs de peau, d’ethnies sans grand scrupule d’autant que sa culture est plus qu’approximative ; des questions évidemment qui peuvent avoir des liens mais qui sont déformées et relèvent  de la manipulation. Il y a d’abord cette question de race, une expression couramment utilisée mais qui ne correspond à aucun concept scientifique puisque la race humaine est unique. On emploie le concept de race pour les chiens pas pour les hommes. Par ailleurs, il est clair qu’on ne saurait parler   de « race » unique puisque nos origines   sont multiples et cela depuis des siècles ; Morano elle-même descendante d’étranger a la mémoire et la culture courtes. Ses propos vont même au-delà de ce que pense le Front national. En vérité cette parvenue de la politique (elle dispose simplement d’un simple diplôme de vente) a effectué toute sa carrière dans  la politique ;  grâce à Sarkozy elle est curieusement parvenue aux plus hautes fonctions sans aucune compétence.  Du coup brusquement écartée de la direction des Républicains elle a décidé de mener bataille contre Sarkozy. Pour cela, elle a en nouveau enfourché le cheval de bataille de l’extrémisme le plus ignoble. Il y a sans doute chez elle des arguments politiciens mais le plus grave c’est que cette élue nationale ne comprend même pas le 10e des concepts qu’elle avance et de leurs conséquences.  Bref,  Morano c’est l’exemple même de la politique dans le caniveau ce qui ne l’empêche pas d’avoir le soutien d’une partie de l’opinion, elle-même complètement perdue par au rapport aux évolutions sans précédent que nous vivons sur le plan économique, social, technologique, environnemental ou sociétal.

Fleur Pellerin dérape à propos RTL et Europe1

Fleur Pellerin dérape à propos  RTL et Europe1

Comme Sarko, Hollande aime s’entourer de jeunes et jolies femmes au gouvernement  mais politiquement ce n’est pas nécessairement très efficace. La preuve une   bourde de plus  pour la charmante et  jeune énarque qui a hérité de la culture où elle montre autant d’incompétence que dans ses attribution précédentes. Invitée ce lundi de la matinale de Patrick Cohen, sur France Inter, la ministre de la Culture et de la Communication est revenue sur le conflit social qui touche Radio France depuis plus de quinze jours, rappelant son «attachement viscéral à la singularité et l’identité» du service public.  Tout allait bien jusqu’au moment où Fleur Pellerin s’est mise à comparer les radios publiques et privées. «Quand on écoute France Inter, on n’écoute pas RTL, a-t-elle lâché. Malgré tout le respect que j’ai pour RTL ou Europe 1. Il y a une mission spécifique de décryptage de l’information, d’accès à la culture.». C’est vrai que France inter diffuse des émissions qui méritent intérêt mais sa particularité est d’être marquée à gauche et même souvenait très à gauche. En outre la rédaction revendique ce positionnement de gauche. Ce qui pose évidemment un problème de démocratie dans le service public. En outre on ne peut pas dire que les programmes de France inter soient d’uen exceptionnelle qualité comme d’ ailleurs les radios en général dont l’audience ne cesse de diminuer. Il faut en effet noter  le recul de la radio dans sa globalité. Les Français sont  moins nombreux à l’écouter avec 42 690 millions d’auditeurs de plus de 13 ans. En audience cumulée, la radio enregistre son plus mauvais résultat depuis 2002 (– 0,8 point) – une tendance baissière qui se répète depuis plusieurs vagues et devient significative. En cause précisément la qualité des programme et la concurrence des nouveaux médias ,internet en particulier.la déclaration de Fluer Pellerin est donc assez inopportune.   Les réactions ne se sont pas fait attendre. Chez les journalistes des stations concernés. Comme chez leurs auditeurs.

 

Cambadélis à propos du FN : » il y a un problème » , tu m’étonnes !

Cambadélis à propos du FN : » il y a un problème » , tu m’étonnes !

Il y a un problème qui constate naïvement Cambadélis avec  la progression du FN ; le problème c’est lui, les autres, le système. Lancien gauchiste s’est lui aussi embourgeoisé comme son parti ;  grassouillet, vieilli, institutionnalisé.  il y a longtemps que Cambadélis, comme le PS, n’a plus ni idée, ni volonté. Finalement, Cambadélis ne fait guère mieux que Harlem Désir qui a troqué le col roulé et le Jean pour le costume trois pièces de député européen. Contrairement à ce que pense l’apparatchik Cambadélis, la problématique centrale ne tourne pas autour des du front républicain ou de l’hypothétique rassemblement à gauche  mais autour de la capacité de ce gouvernement d’hommes d’appareil à dynamiser la croissance réduire  chômage, gaspillages  et les inégalités.  Invité de France Info, le Premier secrétaire du PS s’est montré très préoccupé par le score du FN dans la législative partielle du Doubs : « Le Front national est en dynamique ».  « Le PS a gagné, le Front national pour la 12e fois a été battu mais il y a le feu au lac pour tous ceux qui comme moi combattent le FN et ses idées depuis de très nombreuses années. Nous sommes dans une situation où le FN est dans une dynamique. Il perturbe l’UMP. Et l’absence d’unité réelle entre les forces de gauche lui donne la capacité de se déployer » assure Jean-Christophe Cambadélis.    »A chaque fois le FN progresse entre les deux tours. Le PS aussi » assure le Premier secrétaire du Parti socialiste. « Le désistement républicain me semble nécessaire face au Front national » qui n’est une « formation d’extrême droite« . Il ne s’inquiète pas que pour les élections départementales, « qui ne seront qu’un moment de la vie électorale française. Mais vous avez derrière les régionales et la présidentielle. A partir du moment où l’UMP n’est pas capable de se désister républicainement, vous avez un FN qui progresse. Ceci n’est pas sans poser un grave problème. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol