Archive pour le Tag 'propagation'

Le grand danger de la propagation chez les jeunes asymptomatiques

Le grand danger de la propagation chez les jeunes asymptomatiques

 

 

Les jeunes sont beaucoup plus asymptomatiques que la moyenne de la population, ils sont porteurs du virus et le transmettent d’autant plus facilement qu’ils n’ont aucune affection. L’accélération de la propagation souterraine est encouragée par la multiplication des contacts à l’occasion notamment des vacances. «La circulation du virus s’intensifie chez les jeunes dans certaines régions, reflétant un probable relâchement dans l’application des mesures de distanciation sociale et du respect des mesures barrières, confirme la Direction générale de la Santé (DGS). Cette tendance, pour le moment limitée, est suivie très attentivement par les autorités sanitaires.»

Le même phénomène est observé dans tous les pays. L’augmentation de l’incidence (nombre de cas positifs pour 100.000 habitants) concerne certes toutes les tranches d’âge. Mais elle reste en effet presque deux fois plus importante pour les 15-44 ans (près de 8 cas pour 100.000) par rapport aux autres classes d’âge, selon le dernier point hebdomadaire de Santé publique France pour la semaine du 13 au 19 juillet. Ce taux monte même à 11 chez les 20-29 ans! Conséquence de ce rajeunissement, les personnes asymptomatiques représentent 54% des cas positifs. Si ce chiffre montre que le dépistage est efficace, il n’est pas non plus exclu qu’une bonne partie passe encore sous les radars. Auquel cas des personnes infectées pourraient sans le savoir contaminer des proches plus vulnérables. La seule réponse qui casse à limiter les grands rassemblements surtout ceux en milieu clos voir à fermer certains établissements où le respect des gestes barrières ne peut être respecté.

Pause

Un risque majeur de propagation de l’épidémie à l’hémisphère sud (Laurence Boone ,OCDE)

Un  risque majeur  de propagation de l’épidémie à l’hémisphère sud  (Laurence Boone ,OCDE)

La chef économiste de l’organisation internationale de l’OCDE s’inquiète du risque majeur dune propagation du virus à l’hémisphère sud. Elle prévoit une récession mondiale au premier trimestre provoquée par le coronavirus Covid-19, suivie d’une reprise progressive de la croissance ( une prévision sans doute optimiste car les conséquences néfastes pourraient bien se faire sentir jusqu’à l’été NDLR). (interview dans l’Opinion)

Quel était l’horizon macroéconomique avant l’émergence du coronavirus Covid-19 ?

Nous étions sur une fin de cycle, avec une croissance mondiale stabilisée autour de 3%. Un niveau plutôt bas en dépit des politiques économiques très accommodantes mises en place. Les problèmes politiques et commerciaux pesaient sur le secteur manufacturier mais les commandes repartaient à la hausse. La consommation ralentissait, le taux de croissance de l’emploi ralentissait.

Et depuis ?

Il faut rester extrêmement prudent car beaucoup d’incertitudes demeurent. Nous avons tout de même modélisé deux scénarios. Dans le meilleur des cas, si l’épidémie se stabilise à son niveau actuel, la contraction de l’économie chinoise pèsera sur la croissance mondiale mais repartira d’ici 2021. L’impact sur la croissance mondiale serait alors de -0,5% cette année. L’autre scénario est celui d’une propagation de l’épidémie en zone Asie-Pacifique et dans les pays avancés, dans les mêmes proportions que ce que l’on a connu en Chine. L’impact serait alors plus important, de l’ordre de 1,5%. La croissance mondiale tomberait alors à 1,5% en 2020.

C’est le pire des scénarios ?

Non. Au moins deux autres sont possibles, sans que nous les ayons modélisés parce qu’ils sont plus spéculatifs. On peut imaginer une reprise rapide de l’activité en Chine avec la fin des mesures de confinement mais que cette levée arrive trop tôt ; elle pourrait alors être suivie d’une nouvelle vague de contaminations en Chine et de mesures de confinement qui feraient replonger l’économie chinoise (scénario « en W »). Mais le pire des scénarios serait celui d’une propagation de l’épidémie à l’hémisphère sud en même temps que l’hémisphère nord, avec des conséquences difficiles à estimer.

«Ce qui se passe sur les marchés nous inquiète. Il ne faudrait pas qu’une crise financière s’ajoute à la crise sanitaire»

Y a-t-il un risque de récession à court terme ?

Dans le premier scénario, le plus optimiste, le creux de la crise serait atteint au premier trimestre avec une croissance mondiale négative, croissance qui repasserait doucement en territoire positif dans les trimestres suivant. Il faudrait attendre 2021 pour retrouver le niveau de PIB que l’on attendait dans nos perspectives de novembre. Dans le second scénario – scénario de risque – le creux de la crise serait atteint au troisième trimestre, avec un PIB mondial inférieur de 1,8 point à ce qu’il serait normalement. Tous les pays touchés par des mesures de confinement souffriraient de manière à peu près égale. L’Europe et le Japon entreraient en récession, les États-Unis seraient en croissance très faible.

Que penser de la correction des marchés ?

Ce qui est en train de se passer sur les marchés nous inquiète. Il y a aujourd’hui beaucoup de dettes de faible qualité. Plus de la moitié des dettes « investment grade » [les plus sûres] émises en 2019 ont été notées BBB [la note la plus faible au sein de cette catégorie]. Il ne faudrait pas qu’une crise financière s’ajoute à la crise sanitaire.

Une relance monétaire et/ou budgétaire est-elle nécessaire ?

Il faut laisser les stabilisateurs automatiques fonctionner normalement et cibler les secteurs en difficultés (tourisme, loisirs, automobile, électronique) par des mesures comme des reports de charges et d’impôts, et des soutiens pour préserver l’emploi. Envisager également des mesures de salaire pour les professionnels de la santé. Ce n’est pas le moment de limiter ces dépenses budgétaires. Il faut accélérer les plans d’investissements qui sont prêts à être dégainés. Si la situation continue, un signe de coordination des pays au niveau du G7 ou du G20 serait très positif, tant sur les mesures de santé que sur des soutiens budgétaires et financiers, avec les banques centrales prêtes à réagir. Ce serait un signal fort. Il faut se tenir prêt économiquement, sans surréagir.

«La crise du coronavirus, c’est d’abord un choc d’offre. Mais c’est aussi un choc de demande, de confiance, avec beaucoup moins de voyageurs, touristes ou professionnels»

Comment estimer l’impact de cette crise alors que les informations sur la résistance ou la dangerosité ce virus restent parcellaires ?

Au-delà des questions de santé qui restent la première des priorités, nous avons regardé les canaux de transmission économique. Quel est l’impact des confinements ? Des mesures de quarantaine ? Des fermetures de places publiques ? La crise du coronavirus, c’est d’abord un choc d’offre qui impacte notamment les chaînes de valeur. Mais c’est aussi un choc de demande, de confiance, avec beaucoup moins de voyageurs, touristes ou professionnels.

Mais n’est-on pas en train de donner des chiffres au doigt mouillé ? Le mot « incertitude » revient 17 fois en 17 pages dans la note de l’OCDE…

Nous restons en effet très prudents. On regarde les canaux de transmission mais il est vrai que nous ne connaissons pas tous les scénarios. On essaye simplement d’anticiper. Il est important de ne pas ajouter une crise économique et financière à une crise sanitaire. Nous sommes la première institution internationale à sortir une étude. La Banque centrale européenne devrait le faire la semaine prochaine, suivie par la Fed et la Banque du Japon. Nous cherchons tous l’équilibre.

Qu’est-ce qui a changé depuis la crise du Sras en 2003 ?

Principalement le fait que le poids de la Chine dans l’économie mondiale a été multiplié par trois. La crise financière de 2008 a aussi été importante pour trois raisons. Depuis, un arsenal d’outils a été mis en place pour faire face plus rapidement à des chocs économiques assez forts. Par ailleurs, les politiques monétaires sont beaucoup plus souples et soutiennent davantage l’économie. Enfin, les banques sont plus solides après la vague de consolidation de leurs fonds propres.

Le monde est-il trop dépendant de la Chine ? Faut-il, comme l’appel de ses vœux Bruno Le Maire, relocaliser les usines de production en France ou en Europe ?

Trop je ne sais pas, très dépendant de la Chine c’est une certitude. Un exemple : 27% de la valeur ajoutée dans les ordinateurs et les systèmes électroniques vient de Chine. Les États-Unis, qui représentent 20% du secteur, importent de Chine 24% des pièces qui forment les composants qu’ils fabriquent eux-mêmes. Je pourrai aussi citer les secteurs de l’automobile, de la pharmacie ou du tourisme. Les voyageurs et touristes chinois pèsent lourd dans le monde, par exemple un point de PIB en Australie.

Coronavirus : Un risque très élevé de propagation mondiale (OMS)

Coronavirus : Un risque très élevé de propagation mondiale (OMS)

 

La communication de l’organisation mondiale de la santé évolue entre paroles rassurantes et perspectives inquiétantes. Pour rassurer l’OMS s’appuie surtout sur les propos des autorités chinoises considérant  que la situation là-bas est sous contrôle alors qu’on n’en sait strictement rien. Mais pour respecter son objet social, l’OMS évoque maintenant la  possibilité de danger mondial.  Bref, l’organisation mondiale de la santé financée par les grandes puissances et notamment par la Chine souffle  le chaud et le froid. La vérité, c’est que l’organisation mondiale de la santé pas plus que des responsables politiques et même des responsables  sanitaires ne connaissent grand-chose encore du virus. “Nous n’avons pour l’instant pas la preuve que le virus circule désormais librement. Tant que cela ne sera pas le cas, nous aurons encore une possibilité de contenir ce virus”, a-t-il ajouté. Autant dire qu’on ne sait pas trop quoi faire.

 

“Nous ne sous-estimons pas le risque, c’est pourquoi nous avons dit aujourd’hui que le risque mondial était très élevé. Nous sommes passé d’élevé à très élevé”, a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, tout en se félicitant de la baisse du nombre de nouveaux cas en Chine, qui est son niveau le plus bas depuis plus d’un mois. Ce que l’intéressé ignore totalement mais ça demande ça ne mange pas de pain de plaisir à la Chine est aussi à l’opinion publique.

A ses côtés, le directeur des programmes d’urgence de l’OMS, le Dr Mike Ryan, a souligné que l’OMS était à son plus haut niveau d’alerte. “Pour autant, a-t-il ajouté, il ne s’agit pas de provoquer la panique. Il faut à présent accepter la réalité et comprendre qu’une approche partagé par tous les gouvernements et toute la société est requise.”

Coronavirus: des cas de propagation non expliqués en France

Coronavirus: des cas de propagation non expliqués en France

 

Contrairement à ce qu’affirment les responsables politiques et des personnalités médicales complaisantes, la France n’est évidemment pas à l’abri du virus chinois. Aucun pays d’ailleurs ne peut l’être puisque désormais le Coronavirus a atteint les cinq continents. Pour la France,  on vient même de découvrir que des personnes ont été contaminées sans qu’on connaisse les vecteurs de cette infection. La preuve sans doute que des personnes infectées considérées comme saines peuvent transmettre le virus en totale opacité. “Ces deux personnes ne s’étaient pas rendues dans des zones d’exposition à risque”, a déclaré le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), Etienne Champion, lors d’une conférence de presse mercredi à la préfecture de Beauvais (Oise).

“Les investigations sont encore en cours à cette heure pour déterminer la source de ces deux contaminations”, a-t-il ajouté.“Une évaluation du risque pour les soignants du service de réanimation a été menée en présence de Santé publique France et du Centre d’appui pour la prévention des infections associées”, a dit l’ARS dans un communiqué.

“A l’issue de cette évaluation qui a duré jusqu’en fin d’après-midi, il a été décidé la fermeture du service de réanimation pour 14 jours.”L’un des deux patients, un Français de 60 ans qui était enseignant dans l’Oise, est mort dans la nuit de mardi à mercredi après son transfert à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Le second, un homme âgé de 55 ans, se trouve dans un “état grave” et est en réanimation au centre hospitalier universitaire (CHU) d’Amiens, a précisé le directeur général de l’ARS.

Une cellule de crise “travaille depuis hier (mardi-NDLR) soir (…) à l’identification des personnes avec lesquelles les deux patients ont été en contact rapproché”, qu’il s’agisse des familles, des patients et des soignants des autres hôpitaux dans lesquels ils avaient séjourné, ou encore les médecins généralistes qu’ils avaient consultés.

Selon qu’ils seront asymptomatiques ou non, les “cas contacts” seront soit invités à rester à domicile pendant deux semaines ou immédiatement hospitalisés à l’isolement dans la région dans l’attente d’un diagnostic précis.

L’enseignant décédé dans la nuit de mardi à mercredi était en arrêt de travail depuis le “12 février inclus et il n’a pas fréquenté son établissement depuis cette date”, a précisé Etienne Champion.

Dans la mesure où la période d’incubation de 14 jours est désormais écoulée, “une personne qui aujourd’hui n’est pas malade n’est plus concernée par la contagion” par le nouveau coronavirus, a-t-il expliqué.

Seules les personnes qui auraient été en contact avec cet homme et auraient développé des symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires) “sont invitées à se manifester auprès du 15”, a-t-il insisté.

Le coronavirus responsable de cette épidémie de pneumonie virale a contaminé près de 80.000 personnes et fait plus de 2.700 morts, pour l’immense majorité en Chine.

En France, le bilan est pour l’heure de 18 cas, dont deux mortels, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.Cette dix-huitième personne est l’épouse d’un homme d’une soixantaine d’années vivant dans l’agglomération d’Annecy (Haute-Savoie) qui est soigné au centre hospitalier Annecy-Gennevois.

Cet homme travaille entre la France et l’Italie et effectue des aller-retours réguliers entre les deux pays. Il est revenu le 15 février de Lombardie, région italienne la plus touchée par l’épidémie. Serge Morais, le directeur général de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, a précisé lors d’une conférence de presse qu’”il avait appelé le Samu le 24 février dès les premiers signes et après le classement de la Lombardie en zone sensible”.

Conformément aux procédures, les membres de son entourage sont contactés.S’ajoutait à ces 17 cas une suspicion en Corse concernant un patient hospitalisé à Ajaccio.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol