Archive pour le Tag 'propagande'

Salman Rushdie : le fruit de la propagande obscurantiste

 Salman Rushdie : le fruit de la de la propagande obscurantiste

 

 

 

Un papier du Monde dénonce les conséquences de la propagande obscurantiste criminelle des clercs du radicalisme musulman. 

Le couteau de l’obscurantisme s’est attaqué une nouvelle fois à la liberté. Plus de trente ans après l’intolérable appel au meurtre de Salman Rushdie proféré par le chantre d’une révolution islamique iranienne alors en perte de vitesse, Ruhollah Khomeyni, il s’est trouvé une main pour tenter d’exécuUn papier du monde dénonce les conséquences de la propagande obscurantiste criminelle des clercs du radicalisme musulman.ter cet ordre indigne, le 12 août, dans une petite ville de l’Etat de New York.

La tentative d’assassinat de l’écrivain, devenu à son corps défendant un symbole de la liberté d’expression, a été perpétrée dans un centre culturel, à l’occasion d’une conférence, en l’absence manifeste de mesures de sécurité particulières. Cruelle ironie, Salman Rushdie devait y évoquer les Etats-Unis, où il vit depuis deux décennies et où il a été naturalisé en 2016, comme refuge des écrivains en exil. Grièvement blessé, il a été évacué par hélicoptère et placé depuis sous assistance respiratoire. L’animateur du débat prévu a également été blessé, mais plus légèrement.

 

La police du comté n’a donné aucune indication concernant les motivations de l’agresseur présumé, un résidant du New Jersey, dans les heures qui ont suivi le drame. Elle s’est contentée de donner son nom, Hadi Matar, et son âge, 24 ans. Tout porte à croire cependant que ses motivations sont liées aux accusations de blasphème proférées depuis des décennies par calcul cynique, comme par ignorance crasse, contre l’auteur des Versets sataniques, publiés en 1988. Ils ont transformé en enfer la vie de leur auteur, qui marche depuis cette date avec une cible dans le dos.

Sous le couvert de la défense d’un islam présenté très abusivement comme agressé, les attaques contre Salman Rushdie, qui ont précédé la publication de la fatwa de Khomeyni, ( fils et petit fils d’Ayatollah NDLR ) ont été propices à toutes les manipulations. De la part du premier Guide de la révolution iranien tout d’abord, chiite, voulant se poser en protecteur de l’islam plus intransigeant que l’Arabie saoudite honnie, après la mobilisation initiale de fondations financées par des pays du Golfe, sunnites, contre un ouvrage qu’elles n’avaient probablement pas lu.

Manipulations de la part des factions iraniennes ensuite, qui se sont servies de la fatwa de 1989 pour étalonner leurs rivalités. De la part de gouvernements également, à commencer par celui de la patrie d’origine de l’écrivain, l’Inde, par calcul électoral. Mais aussi de bien d’autres, qui ont entretenu de sinistres brasiers autour de cette querelle montée de toutes pièces pour mieux détourner l’attention de problèmes intérieurs autrement plus impératifs dont ils avaient la charge.

Bien avant l’agression dont vient d’être victime Salman Rushdie, ce climat ainsi forgé dans une totale impunité a tué. Le cercle de l’intolérance s’est élargi, jusqu’au grotesque, aux traducteurs de l’ouvrage, assassinés ou agressés. La machine infernale ayant, pour ses instigateurs, fait la preuve de son efficacité, cette arme du blasphème a été dupliquée, avec le même cynisme usant de la même ignorance, par les courants islamistes les plus radicaux sur fond de montée de l’islam politique, comme par les groupes djihadistes.

 

Cette perversion de la foi s’est étendue comme une métastase. En France, l’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, en 2015, comme l’assassinat atroce de l’enseignant Samuel Paty, en 2020, s’inscrivent dans ce sillage aussi mortifère qu’insistant. L’attaque insupportable dont Salman Rushdie a été la victime n’offre d’autre choix que la défense intraitable de la liberté de penser et d’écrire. Elle ne doit souffrir aucun accommodement.

 

Propagande Macron à la télé : le CSA complice

Le CSA complice

 

 

Confirmation de l’inutilité ou plus exactement même de la complicité du CSA vis-à-vis de la propagande du pouvoir avec cette décision qui consiste à refuser de décompter le temps de parole de Macron lors de sa dernière intervention de propagande de mercredi.

Et en plus avec cette orientation particulièrement hypocrite consistant à décompter les propos du président « quand il s’agit de débats politiques nationales mais à ne pas le compter quand il s’agit du débat régalien. ». Le seul problème c’est que à l’occasion d’une élection présidentielle le débat national ne porte pour l’essentiel que sur les aspects régaliens ! Faux-cul, tu meurs!

Pas étonnant les membres du conseil supérieur audiovisuel sont choisis avec soin pour leur souplesse d’échine et leur manque de personnalité. En bref, ils sont la brosse à reluire du pouvoir en place.

 

Valérie Pécresse, candidate LR et Yannick Jadot, candidat écologiste, avaient tous les deux saisi le CSA sur le décompte du temps de parole d’Emmanuel Macron lors de l’émission de T1 et LCI intitulée «Où va la France ? ».

La question a été traitée lors d’une séance du collège des sages du CSA le 15 décembre, jour de la diffusion de l’émission. Dans un courrier adressé aux deux plaignants, le CSA leur a précisé la manière dont le temps de parole du Président sera traité.

De manière fort hypocrite, le  régulateur rappelle «que le choix des personnes invitées à s’exprimer à l’antenne relève exclusivement de la responsabilité éditoriale des services de radio et de télévision. Il ne dispose d’aucun pouvoir pour imposer ou récuser a priori la présence d’un intervenant dans un programme particulier» et du coup explique pourquoi il n’a aucune raison de s’opposer à la diffusion de cette émission politique sur les antennes de TF1 et LCI.

Comme si une chaîne pouvait refuser une intervention du chef de l’État !
Conclusion, il est temps de faire sauter ce type de conseil qui comme beaucoup d’autres ne sert strictement à rien sinon à satisfaire l’ego des pré retraités  qui s’y trouvent  et à passer de la pommade au pouvoir.

Propagande-Macron s’offre une nouvelle page électorale télévisée sur TF1

Propagande-Macron s’offre une nouvelle page électorale télévisée sur TF1

 

Macro va-t-il un jour présentait la météo ? La question se pose compte tenu de ses apparitions régulières sur le petit écran. La publicité que va constituer l’intervention de Macron pour son propre éloge ne sera pas directement rémunératrice pour TF1 ( enfin pas directement). Pour autant, elle relève bien de la pub puisque l’intéressé a parlé il y a une semaine déjà. Le problème est que la panique commence à saisir l’Élysée face à la fois à la montée de l’extrême droite mais peut-être aussi et surtout à l’envolée de Pécresse qui est une candidate autrement plus dangereuse pour Macron.

Le président de la République Emmanuel Macron répondra donc aux questions d’Audrey Crespo-Mara et de Darius Rochebin mercredi à 21h05 sur TF1. Il évoquera notamment son quinquennat, ses réussites, ses échecs et sa vision de l’avenir. Bref une véritable interview électorale avec la complicité du CSA évidemment.

Une intervention qui évidemment sera quand même suivi d’une autre allocution à la veille des fêtes de fin d’année. Encore un peu et Macron va présenter la météo !
Emmanuel Macron reviendra également sur les moments forts qui ont marqué sa présidence, ses réussites comme ses échecs. Moins de quatre mois avant le premier tour, il se confiera sur sa vision de l’avenir. Cet événement exceptionnel de près de deux heures sera diffusé sur TF1 et LCI, à suivre depuis l’Élysée. 

 

Coronavirus: La honteuse propagande chinoise

Coronavirus: La honteuse propagande chinoise  

La propagande chinoise actuelle paraît particulièrement honteuse. Elle tente de faire croire à la suprématie du régime de dictature communiste par rapport à la démocratie. Pour cela, elle  n’hésite pas à reprendre les slogans les plus éculés des années 50. C’est ainsi par exemple qu’on trouve dans l’information de l’ambassade de Chine en France l’affirmation que le pays laisse mourir les personnes âgées sans nourriture ! Une autre affirmation sur le fait que les Français auraient désormais du mépris à l’égard du pouvoir politique mais de l’attirance pour le régime communiste chinois. C’est évidemment oublier  que la Chine est géographiquement à l’origine du virus. Que pendant presque deux mois, le régime communiste a interdit les informations sur le Coronavirus. Les découvreurs de l’épidémie ont  même été poursuivis, l’un des principaux est morts.

Ensuite la Chine a travesti la vérité. Jusqu’à ces derniers jours elle affirmait n’avoir constaté qu’autour de 3000 décès, un chiffre curieusement rectifié à 4500 hier. Comment se pourrait-il que la Chine n’ait enregistre que 4500 décès quand il y en a déjà 60 000 en Europe alors que la population est trois à quatre fois plus nombreuse.

Évidemment tout est faux dans la propagande du régime de dictature chinois qui devient de plus en plus fou depuis que le président a été élu à vie. Par crainte sans doute d’être écarté, les responsables chinois comme l’ambassadeur de Chine en rajoute des couches pour plaire au pouvoir central. C’est pourquoi France a insisté vendredi sur l’importance de la transparence dans la gestion de l’épidémie de coronavirus et sur les informations données, “essentielles” à ses yeux pour lutter efficacement “tous ensemble” contre la pandémie partie de Chine avant de se propager dans plus de 200 pays.

“Il faut travailler avec tout le monde, tous les pays du monde sont touchés et à la fin si tous les pays du monde ne travaillent pas ensemble pour y répondre, on ne va pas s’en sortir”, a dit une source à l’Elysée.

“Donc il faut qu’on travaille avec les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, l’Afrique, avec tout le monde mais” il y a un “besoin de transparence pour comprendre cette épidémie et pour y répondre parce qu’on ne pourra y répondre parfaitement que quand on comprendra tout”, a ajouté cette source. “Donc oui il y a besoin de transparence, d’ailleurs c’est dans le communiqué du G20” publié fin mars à l’issue d’un sommet extraordinaire consacré à l’épidémie de coronavirus.

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises ces dernières semaines accusé Pékin d’avoir dissimulé l’ampleur et la portée de l’épidémie, et d’avoir sous-évalué son bilan. La Chine a dénoncé des commentaires “indécents” et a invité les autorités américaines à cesser de politiser une question de santé publique.

Dans un entretien au Financial Times mis en ligne jeudi et publié vendredi, Emmanuel Macron a estimé pour sa part qu’il y avait des zones d’ombre dans la gestion par la Chine de l’épidémie, appelant à ne pas faire preuve de “naïveté”.

A Londres le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a de son côté estimé que des “questions difficiles” allaient devoir être posées concernant “l’apparition du virus et pourquoi il n’a pas pu être stoppé plus tôt”.

Emplois – 500 000 créés depuis 2017 , de la propagande ?

 

 Emplois -500 000 créés depuis 2017 ,  de la propagande ?

L’économiste Philippe Askenazy met sérieusement en doute dans une tribune du Monde  le chiffre de création de 500 000 emplois créés depuis 2017 annoncés triomphalement par Macron. Ces  supposées créations  d’emplois paraissent en effet particulièrement douteuses  quand on sait que la croissance s’est écroulée pour se limiter pour de 1,2 % par exemple en 2019. Comme si plus la croissance était faible et plus le nombre d’emplois se développait.  Il y a de toute évidence du bidouillage de la part de certaines institutions statistiques et économiques qui ont perdu toute déontologie voire  même toute pertinence.

 

 

Tribune dans le monde.

 

« Lors de ses vœux pour l’année 2020, le président de la République s’est félicité de la création de 500 000 emplois depuis son élection. Ce chiffre correspond à l’évolution de l’emploi salarié du deuxième trimestre (T2) 2017 au troisième trimestre 2019, issue des compilations de données administratives par l’Insee, l’Acoss (Sé­curité sociale) et la Dares (ministère du travail). L’autre grande source disponible est l’enquête Emploi, où l’Insee interroge en continu un échantillon représentatif de la population en âge de travailler sur sa situation d’emploi. Là, le portrait est bien moins reluisant : entre les deux dates, seulement 200 000 personnes supplémentaires seraient « occupées » au sens d’Eurostat (ni chômeur ni inactif au moment de l’enquête).

 

La divergence est même pire si on se concentre sur le nombre de travailleurs dont l’activité principale est salariée : il aurait baissé de l’ordre de 40 000 sur la même période d’après les chiffres bruts fournis par Eurostat.

 

S’il est habituel que les deux sources ne coïncident pas, notamment en raison d’effets de calendrier (fin de trimestre pour la première, en continu pour la seconde), la divergence des estimations est spectaculaire pour la seconde année du quinquennat. Du T2 2018 au T2 2019, l’économie française aurait créé près de 250 000 emplois salariés selon les données administratives, et au plus 75 000 emplois tous statuts confondus selon l’enquête Emploi traitée par Eurostat. La divergence est même pire si on se concentre sur le nombre de travailleurs dont l’activité principale est salariée : il aurait baissé de l’ordre de 40 000 sur la même période d’après les chiffres bruts fournis par Eurostat. Les deux séries apportent ainsi des visions antithétiques, l’une cohérente avec la satisfaction du pouvoir, l’autre avec le malaise social persistant.

 

Les administrations économiques n’ont pour l’instant pas publié d’analyse de cette divergence récente (qui semble se prolonger au T3 2019, selon des données encore très provisoires). Les chercheurs n’auront accès que dans de très long mois aux fichiers détaillés. On en est donc réduit à émettre des hypothèses.

L’enquête Emploi aurait subitement perdu en pertinence, potentiellement minée par le contentieux entre les enquêteurs de l’Insee et leur direction (in fine résolu cet automne par la création d’une prime de collecte). Mais alors que vaudraient les chiffres officiels du chômage calculés à partir de cette enquête ?

 

Abdeslam : l’instrumentalisation de la justice à des fins de propagande

Abdeslam : l’instrumentalisation de la justice à des fins de propagande  

 

 

 

Le paradoxe apparent c’est que Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, a voulu être jugé à Bruxelles pour les faits reprochés  en Belgique mais qu’une fois le procès commencé il refuse de s’exprimer. Pas tout à fait en réalité car ce procès très médiatisé lui a donné l’occasion de faire un plaidoyer en faveur du terrorisme. Finalement, il y a lieu de s’interroger sur l’intérêt de tels procès public dont l’objet est partiellement détourné par les personnes mises en cause. De toute manière, il est évident qu’on ne peut rien tirer de ces accusés murés dans leur certitude et leur entêtement. Se pose la question de savoir s’il ne conviendrait pas de d’organiser des procès spécifiques à huis clos afin d’éviter l’instrumentalisation de la justice au profit de la propagande. Abdeslam en effet a  fustigé lundi à l‘ouverture de son procès à Bruxelles une justice qui traite selon lui les musulmans “de la pire des manières”, tout en gardant le silence sur son parcours de djihadiste. “Je ne souhaite pas répondre aux questions.” A-t-il d’abord déclaré Mais, loin de se murer dans le silence, il a ensuite longuement expliqué ce refus, se montrant décontracté, souriant parfois et plaisantant avec son avocat. “On m‘a demandé de venir, je suis venu, il y a un procès et je suis l‘acteur de ce procès”, a-t-il dit dans un phrasé fluide mais assez nerveux, estimant que “mon silence ne fait pas de moi un criminel ni un coupable.” “Ce que je constate, c‘est que les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières, sont jugés impitoyablement”, a-t-il poursuivi. “Il n‘y a pas de présomption d‘innocence.” “Je témoigne qu‘il n‘y a pas de divinité à part Allah et que Mohamed est son serviteur et son messager”, a-t-il ensuite déclaré. “Jugez-moi, faites ce que vous voulez de moi, moi c‘est en mon seigneur que je place ma confiance.” “Je n‘ai pas peur de vous”, a-t-il lancé. Cette stratégie de défense a scandalisé les parties civiles.

Réduction Déficit Sécu : de la propagande

Réduction Déficit Sécu : de la propagande

 

 

C’est ce que pense en substance La CSMF, syndicat qui représente à la fois les spécialistes et les généralistes. La CSMF observe que les quelques économies sont surtout du aux efforts faits dans le privé par les patients comme parler médecin. En outre il considère que contrairement à ce que dit la ministre les coûts de santé qui restent à la charge des patients sont de plus en plus élevées. En moyenne les Français auront dépensé environ 3000 € pour la santé mais ils auront été de leur poche d’un supplément de l’ordre de 300 €. La CSMF Déplore que la ministre de la Santé « vante son bilan dans les médias » et notamment que les Français aient moins à payer pour leur santé.   Le syndicat préfère retenir le fait qu’«ils soient moins bien remboursés par leur assurance complémentaire, devenue aussi plus chère, et qu’ils doivent payer de leur poche de plus en plus de médicaments non pris en charge ».  Alors que les dépenses consacrées à l’hôpital ont augmenté plus vite que celles de la médecine de ville entre 2012 et 2015 (+9,3% contre +6,6%), « les pouvoirs ignorent les efforts de la médecine de ville et favorisent l’hôpital », dénonce le syndicat qui avait refusé de signer à la fin du mois d’août la convention médicale qui doit régir pour les cinq prochaines années les tarifs des médecins. « La CSMF regrette que ces chiffres soient utilisés à des fins dogmatique par la ministre et que les vrais enjeux pour la santé de demain en France soient toujours ignorés », ajoute Jean-Pierre Ortiz, président de la CSMF.

Ukraine : propagande russe mode KGB

Ukraine : la propagande russe mode KGB

L’intoxication, c’est la philosophie permanente de Poutine (et si ça ne fonctionne pas la répression). À la télévision russe, il faut exalter l’héroïsme et le patriotisme des « résistants » prorusses. Les soldats ukrainiens « désertent en masse » et ont subi « d’énormes pertes », d’après Rossiya 1, la chaîne du Kremlin. Vendredi, le bulletin télévisé annonçait « plus de 10.000 morts » dans les dernières vingt-quatre heures pour l’armée ukrainienne, rien que dans la région de Louhansk. « Trois brigades entières ont disparu », se félicite un « résistant » barbu, maigre et édenté, mais présenté comme une source sérieuse. Deux camions militaires brûlés sont montrés à l’antenne. « Bientôt, nous n’aurons plus personne avec qui nous battre, se réjouit un autre rebelle. Les officiers se sauvent, abandonnant leurs soldats, qui meurent de faim. » Des paroles bues comme du petit-lait par le correspondant « en direct de la République populaire de ­Louhansk », qui conclut ainsi pour signifier le plus clairement possible sa solidarité avec les séparatistes. Parfois la télévision russe se heurte à d’autres interprétations de la réalité. Plusieurs journalistes britanniques, qui suivaient le convoi humanitaire russe stationné à la frontière, ont vu des colonnes de blindés russes pénétrer en territoire ukrainien jeudi et vendredi. « Ils étaient déçus de ne pas trouver des armes dans le convoi humanitaire russe et ont cru nécessaire d’inventer un scoop pour faire plaisir à leurs employeurs », ironise le présentateur de Rossiya 24. Effaré, le journaliste Andreï Malguine souligne la différence entre la propagande actuelle et la puissante propagande soviétique : « Jamais les autorités n’ont menti de manière aussi outrancière et honteuse. » Prenant l’exemple de l’avion sud-coréen abattu en 1983 par un avion de chasse soviétique, il note qu’à l’époque la propagande ne niait pas les faits mais se contentait d’affirmer que les pilotes sud-coréens avaient « changé leur itinéraire de manière provocatrice ». Dans le cas du Boeing 777 de la Malaysian Airlines abattu le 17 juillet dernier, les chaînes russes ont raconté tout et n’importe quoi : l’avion de ­Poutine était en fait visé (il volait en réalité à plus de 1.000 km plus au nord) ; l’appareil s’est écrasé tout seul ; une bombe a explosé à bord ; il aurait été abattu par un missile sol-air ukrainien ou par un avion ukrainien Su-25. Cette version était basée sur les « révélations » d’un prétendu aiguilleur du ciel espagnol travaillant à Kiev… qui n’existait pas. Derrière cette catastrophe, l’ombre, bien sûr, des services secrets américains, déterminés à ternir l’image de Moscou. La palme de l’absurde est revenue à Rossiya 1, pour qui le Boeing volait en pilote automatique avec, à son bord, des cadavres décomposés. En Russie, la télévision porte bien son surnom : « la boîte zombifiante ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol