Archive pour le Tag 'promet'

Salaire : Xavier Bertrand promet 1500 € nets par mois !

Salaire : Xavier Bertrand promet 1500 € nets par mois !

 

Le candidat aux présidentielles se transforme à son tour en syndicaliste et comme la plupart des autres prétendants à la magistrature suprême propose une augmentation salariale significative. Dans le même temps, Xavier Bertrand comme Macron n’est pas à une contradiction près; il  propose aussi des négociations entre partenaires sociaux. On se demande bien sûr quoi si déjà les décisions sont prises. Ou alors cela se limitera à l’adaptation de la grille salariale des branches qui mécaniquement doit évoluer pour nombre d’entre elles sous l’effet de l’augmentation du SMIC  ( notons qu’il ne s’agit pas vraiment du SMIC mais d’une prime !).

Xavier Bertrand promet donc une augmentation d’environ 150 € nets mensuels pour tous les salariés travaillant à temps complet toucheront au moins 1.500 euros net par mois ».

En 2021, le montant du Smic mensuel brut s’élève à 1.589,47 euros, soit 1.257 euros net, sur la base de la durée légale du travail de 35 heures par semaine.

 Avec la proposition de Xavier Bertrand un salarié au Smic sera ainsi payé 10,48 euros brut de l’heure. Enfin, le Smic annuel monte à 19.073 euros brut, soit 15.084 euros net.

L’augmentation s’effectuera par le biais d’une prime ou sorte de 13e mois.

Le candidat présidentiel promet de faire financer cette augmentation par l’État et donc de rembourser le surcoût pour les entreprises. Le mode de financement paraît particulièrement vague puisqu’il se fonde sur des économies à réaliser. En réalité, cette nouvelle dépense budgétaire sera forcément financée par la dette.

« Il ne peut pas y avoir d’augmentation importante du revenu et du pouvoir d’achat si nous ne travaillons pas davantage », a souligné Xavier Betrand.

Ce dernier souhaite ainsi que les heures travaillées au-delà de 35 heures soient sans impôts et sans charges sociales, « un principe gagnant-gagnant ». Toutes les entreprises bénéficieront en échange d’un allègement de cotisations sociales. La mesure fera l’objet d’un accord collectif ou d’un référendum au sein de l’entreprise.

Xavier Bertrand propose aussi que les salariés qui le souhaitent puissent se faire racheter par leur employeur une semaine de congés payés ou une partie des RTT. Ces deux mesures s’appliqueraient aussi bien au secteur privé qu’à la fonction publique.

La publicité promet de respecter la transition écologique !

  • La publicité promet de respecter la transition écologique !
  • Les responsables économiques de la publicité affirment vouloir s’engager dans une voie qui respecte beaucoup mieux la transition écologique. Il serait temps de mettre un peu d’éthique et de cohérence en effet bien par exemple quand on ne cesse d’affirmer que telle ou telle production est verte alors qu’elle est souvent grise voire noire.
  • Exemple , ces producteurs d’électricité notamment comme Engie  qui ne cesse de promettre une électricité 100 % verte y comprise aux particuliers alors qu’il n’existe qu’un réseau de distribution dont 98 % est constitué d’une électricité d’origine nucléaire pour les distributeurs dépendants d’EDF, d’Engie  ou d’autres.
  • Par contre, une électricité à 98 % aussi sans carbone. Et c’est cet absence de carbone qui peut la rendre verte. Mais aucun distributeur n’a le droit d’affirmer que son électricité 100 % verteet en plus renouvelable. Il s’agit d’une escroquerie pure et simple. Ces derniers mois, les ministères de l’Économie, de la Transition écologique et de la Culture ont confié à Agathe Bousquet et à Arnaud Leroy, président de l’Agence de l’environnement (Ademe), la mission de réfléchir au cadre collectif qui permettra à la filière de basculer vers une publicité plus engagée sur le plan sociétal et plus vertueuse pour contribuer à la transition écologique.

Enseignants : Blanquer promet une enveloppe de 700 millions pour les salaires

Enseignants : Blanquer promet une enveloppe de 700 millions pour les salaires

 

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a annoncé le déblocage d’une enveloppe de 700 millions d’euros pour le budget 2022 afin de revaloriser les revenus des enseignants. Dans le détail, 400 millions d’euros seront consacrés à de nouvelles augmentations des rémunérations. Un effort conséquent après celui, identique, de 2021.

Quelque 100 millions d’euros permettront la montée en puissance des mesures déjà décidées l’an passé. « Et 200 millions d’euros seront consacrés à une protection sociale complémentaire de l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale», a expliqué le ministre, mercredi, en fin d’après-midi, en conclusion du Grenelle de l’éducation à Paris, après trois mois de discussions et une cinquantaine de réunions dans des ateliers, chargés de réfléchir à la modernisation du ministère.

Qui bénéficiera de ces augmentations ? L’an dernier, le gouvernement avait fait le choix de cibler les enseignants les plus jeunes. Ces derniers ont obtenu en 2021 une augmentation de 100 euros nets mensuels. Ils vont la percevoir à la fin de ce mois.

L’objectif est toujours de tenter de rendre attractif le métier, et donc de continuer à augmenter les plus jeunes, qui accusent un salaire de 7 % inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE. Mais les milieux de carrière, qui sont également désavantagés sur un plan salarial, pourraient aussi avoir droit à un coup de pouce. Les directeurs d’école devraient également voir leur prime annuelle de 450 euros augmenter.

La  répartition va se ­préciser au cours des discussions de juin avec les organisations syndicales. « L’objectif est de rejoindre le peloton de tête des pays de l’OCDE », a martelé le ministre. « Au global, cela porte à 1,1 milliard d’euros la somme accordée sur deux années à la revalorisation des enseignants», s’est félicité Jean-Michel Blanquer, saluant une avancée « inédite ». Idéalement, il souhaiterait que ces augmentations se poursuivent jusqu’à 2025, avec l’idée « qu’aucun enseignant ne doit gagner moins de 2000 euros en début de carrière ».

 

 

Frérot de Veolia promet de garantir des emplois !

Frérot de Veolia promet de garantir des emplois !

Evidemment le patron de Veolia fait des promesses de coiffeur quand il affirme qu’un éventuel regroupement de Suez et de Veolia ne sera pas susceptible de supprimer le moindre emploi. Il n’en sait strictement rien ou plutôt il pense le contraire. En effet l’objectif est de dépouiller Suez et d’en confier la gestion y compris à des groupes étrangers y compris les fonds d’investissement peu compétents.

 

Les promesses de Frérot sur l’emploi n’engagent que lui et juridiquement il n’aura aucun pouvoir d’influencer le maintien des effectifs des entreprises vendues. Les exemples d’intentions non tenues dans tous les secteurs d’activité sont légion.

« J’affirme que ce projet ne générera pas de suppression d’emploi »: le PDG de Veolia, Antoine Frérot, s’applique à rassurer les personnels de Suez, appelés à une quatrième journée de mobilisation mardi contre son projet de fusion des deux leaders de l’eau et des déchets. Les syndicats évoquent 3.000 à 4.000 emplois directs menacés, sur les près de 30.000 salariés du groupe Suez en France (90.000 avec l’international). Veolia, qui a acquis en octobre 29,9% de Suez auprès d’Engie et lancé le 8 février une OPA sur le reste des titres, réfute ces projections, mettant en avant arguments industriels, et engagements sociaux écrits auprès de Bercy.

Gaza : le Hamas promet une trêve

Gaza : le Hamas promet une trêve

Le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir depuis plus d’une décennie dans la bande de Gaza, a annoncé lundi soir un « accord » pour mettre fin aux échanges de tirs avec Israël, quasi-quotidiens au mois d’août. « Au terme de dialogues et de différents contacts, le dernier en date avec l’émissaire du Qatar Mohammed el-Emadi, un accord a été conclu pour contenir l’escalade et mettre fin à l’agression sioniste contre notre peuple », a indiqué dans un communiqué le bureau du chef politique du Hamas à Gaza, Yahya Sinouar.

L’armée israélienne bombarde presque toutes les nuits depuis le 6 août dernier la bande de Gaza en représailles à des lancers de ballons incendiaires, voire des tirs de roquettes, depuis ce territoire palestinien vers Israël.

Macron promet des mesures pour les jeunes

Macron promet des mesures pour les jeunes

 

 

Environ 700 000 jeunes devraient venir alimenter le marché du travail dès la rentrée, ce qui devrait augmenter le nombre de chômeurs de 1 million à 1,5 millions. Parmi les mesures annoncées par Macron, 300.000 projets et contrats d’insertion vont être créés pour “aller chercher les jeunes qui sont parfois les plus loin de l’emploi”, a dit le chef de l’Etat lors d’une interview télévisée à l’occasion de la fête nationale.

Sans doute conscient de l’insuffisance de l’offre par rapport à la demande des jeunes, Macron a fait aussi  allusion à la croissance du  service civique” avec la création de 100.000 contrats dans les six mois qui viennent, soit presque un doublement par rapport aux 140.000 existants. Un service civique qui porte mal son nom car il n’y a pas grand-chose de civique dans ce service, pas non plus grand-chose de qualifiant.

Le gouvernement va en outre tenter de retarder l’arrivée d’une partie des jeunes diplômés sur le marché du travail. Pour ces derniers, il sera ainsi possible d’effectuer un semestre ou une année d’études en plus avec l’ouverture de 200.000 places dans des formations qualifiantes supérieures ( on se demande dans quelle structure ! Notamment dans quelle université car avec le taux exceptionnel de réussite au bac les murs des sacs vont exploser). Notons aussi que 30 % des étudiants abandonnent dès leur première année à l’université fautent de capacité à suivre les cours. Le taux de réussite totale pour obtenir une licence est de 30 à 40 % des bacheliers candidats. Autant dire qu’on va se retrouver avec au moins 300 000 chômeurs de plus d’ici quelques années, chômeurs qui vont s’additionner à ceux des  années scolaires suivantes

 

Macron annonce pourtant des formations qualifiantes supérieures “pour permettre à un jeune qui n’a absolument aucune issue, aucune perspective d’embauche, de poursuivre un peu ses études avec un accompagnement social”, a dit Emmanuel Macron.

Sur un plan plus financier, le président de la République a aussi annoncé un “dispositif exceptionnel”, dont la durée devrait être d’un ou deux ans, d’exonération de charges pour les jeunes à faibles qualifications pour les emplois jusqu’à 1,6 Smic.

Coronavirus : la Chine « promet » un vaccin pour bientôt !

Coronavirus : la Chine « promet » un vaccin pour bientôt !

 

Après les annonces de certaines firmes américaines concernant la possibilité trouver un traitement voire un vaccin pour le Coronavirus, la Chine ne pouvait rester en retrait. En effet, si la compétition est légitime en matière de recherche, elle l’est beaucoup moins concernant les profits financiers et politiques qui sont attendus. D’ores et déjà les annonces plus ou moins bidon permettent aux industries pharmaceutiques d’engranger de substantiels gains de valeur en matière de capitalisation. La Chine à l’origine du virus veut tenter de rattraper ses bévues diplomatiques un peu ridicules (qui allaitent jusqu’à persuader certains pays des vertus de son modèle démocratique et politique ! )Aujourd’hui la Chine veut  démontrer qu’elle  est toujours dans la course économique et technologique. Elle est grandement menacée sur le plan technologique avec le refus de certains pays d’utiliser la technique chinoise 5G. Pour montrer sa performance technologique, la Chine annonce d’ores et déjà la possibilité de mettre sur le marché un vaccin contre le Coronavirus d’ici la fin de l’année. Une possibilité sans doute mais qui passerait par dessus tous les processus scientifiques qui permettent de valider un vaccin sur l’homme tout en mesurant bien les contre-indications. On peut certes peut-être raccourcir certains processus de validation scientifique, cependant il paraît peu vraisemblable d’envisager la mise sur le marché d’un vaccin réellement opérationnel avant au moins 2021. La preuve sans doute que la compétition ne se situe pas seulement dans le domaine de la recherche, mais aussi du terrain politique et des profits financiers

Pour  mémoire rappel des phases conduisant à un vaccin ( Wikipédia)

Phase I

Dans cette phase, les chercheurs ne s’intéressent pas vraiment à son efficacité mais plutôt à son l’innocuité. Généralement pour cette phase on teste à dose croissante le vaccin sur des petits groupes (rarement plus de 100). Le nombre de doses peut varier en fonction du type de vaccin. Les effets secondaires sont soigneusement répertoriés. Mais à ce stade certains effets secondaires graves comme la réaction anaphylactique sont rarement détectés en raison du très petit nombre de participant.

Le protocole d’étude doit établir les effets secondaires spécifiquement au vaccin et les quantifier (injection peu douloureuse ou très douloureuse).

Les chercheurs s’intéressent bien entendu à la réponse immunologique (par exemple le dosage des anticorps). Mais ce dosage n’est pas forcément synonyme d’efficacité du vaccin. On parle d’immunogénicité du vaccin.

Phase II

Si la phase I est concluante (pas d’effets secondaires graves plus réponse immunitaire satisfaisante) on peut débuter la phase II, ou on commence d’abord par augmenter la taille du groupe étudié : même protocole que la phase I mais plus de participants (phase II a);

Lorsque le nombre de participants est atteint, on peut commence à tester si la réponse immunitaire peut prévenir la maladie : on teste l’efficacité de la réponse immunitaire.

Beaucoup de vaccins ne passent pas cette phase : ils ont une réponse immunitaire satisfaisante mais celle-ci n’est pas efficace ou suffisante pour empêcher la maladie.

Phase III

Cette phase est la plus longue et la plus coûteuse : entre 8 et 13 ans et environ 750 000 000 millions d’euros.

Les test de sécurité et d’efficacité continuent mais à ce stade s’ajoutent les études d’homogénéité d’un lot à l’autre qui consistent à vérifier l’homogénéité de la fabrication de plusieurs lots cliniques d’un point de vue clinique.

Enfin des études d’administrations simultanées vérifient l’absence d’interférence significative lorsqu’il est administré concomitamment à un vaccin déjà homologué et inclus dans les programmes courants de vaccination.

Malgré la plus grande taille des groupes étudiés, les effets secondaires très rares ne seront pas connus au cours de la phase III : les essais cliniques de sécurité en phase III sont normalement conçus pour observer les effets indésirables jusqu’à un taux de 1 pour 10 000.

Cette phase va définir le ratio risques/bénéfices qui est obligatoire pour l’enregistrement de ces vaccins.

Phase IV production

Réfugiés Grèce : L’UE promet une aide hypothétique

Réfugiés Grèce  :  L’UE promet une aide hypothétique

Face à l’afflux de plus en plus considérable de réfugiés en provenance de Grèce, l’Union économique a promis une aide. Le problème c’est qu’on voit mal de quel aide il s’agit et même quoi faire. En effet l’arrivée de plus en plus massive résulte directement des situations conflictuelles de ces dernières années en Syrie et en Afghanistan notamment. l’intervention des États-Unis par exemple a abouti un véritable fiasco en Afghanistan. Ils ont décidé de passer un accord de retrait avec les talibans. Un accord assez lamentable dont même la moitié n’est pas respectée. Nombre de d’afghans quittent le pays. Même chose pour la Syrie ou à force de tergiverser, on a laissé le dictateur local massacrer sa population et qui continue. Des milliers et des milliers de Syriens qui tendent de s’échapper de cet enfer. On voit mal ce que l’union européenne pourrait faire pour  remonter l’histoire. C’est un grande partie sa faiblesse politique qui a livré la Syrie aux mains du dictateur mais aussi aux mains de la Russie et de la Turquie. L’autre solution serait évidemment d’empêcher les réfugiés d’atteindre les côtes et de les repousser, ce  qui serait totalement contraire au droit humanitaire. On peut aussi payer encore la Turquie pour qu’elle retienne ses réfugiés mais pour combien de temps car la situation dans les camps est intolérable en Turquie.

Face à l’intensification des combats dans la province syrienne d’Idlib, la Turquie, qui a accueilli 3,6 millions de réfugiés syriens et redoute un nouvel afflux, a cessé le 28 février d’empêcher ceux qui le souhaitent de passer en Europe, comme elle s’y était engagée en 2016, moyennant une aide de six milliards d’euros de la part de l’Union.

Des dizaines de milliers de personnes se pressent depuis à la frontière gréco-turque, où la police grecque a fait usage de grenades lacrymogènes pour les repousser. La crise se joue aussi en mer Egée où les gardes-côtes cherchent à tenir les bateaux de migrants à distance. Un jeune Syrien est mort noyé lundi après un naufrage au large de Lesbos.

“La situation à notre frontière n’est pas seulement l’affaire de la Grèce. La gestion est de la responsabilité de l’Europe dans son ensemble”, a déclaré Ursula von der Leyen lors d’une visite à la frontière avec d’autres dirigeants européens et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

“Ceux qui semblent tester l’unité de l’Europe seront déçus. Nous tiendrons le coup et notre unité prévaudra (…) Les inquiétudes de la Grèce sont aussi celles de l’Europe”, a-t-elle poursuivi, annonçant une aide de 700 millions d’euros ainsi que l’envoi de matériel médical et humanitaire.

Municipales Paris : une mesure idiote, Benjamin Griveaux promet un apport de 100 000 euros pour acheter un logement

Municipales Paris  : une mesure idiote,  Benjamin Griveaux promet un apport de 100 000 euros pour acheter un logement

 

De toute évidence, nombre de candidats éprouvent  des difficultés à construire un programme un peu élaboré et sérieux pour les municipales. Ainsi Benjamin Griveaux  se caractérise par l’affichage de mesures qui semblent sortir d’un chapeau d’illusionniste. Ainsi il a déjà envisagé le transfert de la Gare de l’Est en banlieue alors que la pénétration du train au cœur des villes constitue un avantage environnemental, économique et social indiscutable. Maintenant il propose une aide de 100 000 € aux candidats à l’accession à la propriété dans Paris. Une somme qui serait restituée lors de la plus-value réalisée à la revente. Une manière finalement de soutenir encore un peu plus la folie des prix dans la capitale alors qu’il faudrait essayer de faire l’inverse même si la question est complexe. En plus une proposition hasardeuse car personne ne peut exclure l’éclatement d’une bulle immobilière à moyen et long terme tellement les prix actuels excluent une grande partie des candidats à l’accession. Le problème, c’est que le prix du mètre carré à Paris qui dépasse les 10 000 € par mètre carré est en rupture quasi totale avec le niveau moyen des revenus des parisiens. Du coup le logement à Paris et devenue un objet de spéculation et qui entraîne en outre la transformation progressive de Paris en immense hôtel voir en appartement non  n’occupés.

Un investissement qu’il chiffre à 2 milliards d’euros. Le candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, souhaite que la mairie de Paris verse jusqu’à 100 000 euros d’apport aux ménages, pour qu’ils puissent acheter leur résidence principale dans la capitale, où les prix battent des records. « Je propose que la ville de Paris crée un organisme qui apportera jusqu’à 100 000 euros pour un achat en résidence principale », déclare l’ex-porte-parole du gouvernement dans une interview publiée samedi 1er février sur le site du Parisien.

« Au moment de la revente, la ville prendra une part de la plus-value qui sera plafonnée autour de 20% du prix du bien », précise-t-il. « Il faut aider [les classes moyennes] à devenir propriétaires », estime Benjamin Griveaux, qui relève qu’« à Paris, quand vous n’avez pas d’apport, vous ne pouvez pas acheter. C’est la pire des inégalités ».

 

Pour le candidat, classé troisième dans les intentions de vote derrière la maire PS sortante, Anne Hidalgo, et la LR Rachida Dati, les 100 000 euros d’apport représentent « l’équivalent d’une chambre pour une famille qui s’agrandit ». Sont notamment visées par la mesure les classes moyennes, par exemple les couples avec un enfant qui gagnent à deux environ 6 000 euros par mois, soit « trop pour accéder au logement social et pas assez pour acheter », a précisé l’entourage du candidat à l’AFP. Son objectif est l’acquisition

Retraites : Macron promet des règles d’or douteuses

 Retraites : Macron promet des règles d’or douteuses

 

 

 

Macron a trouvé un nouveau concept pour faire avaler la réforme des retraites : la règle d’or. En fait une  sorte de promesse du maintien pouvoir d’achat des retraités. Une promesse qui va toutefois à l’encontre même de la réforme qui vise à un rééquilibrage financier et qui forcément en moyenne doit se traduire par une détérioration des conditions de retraites. Notons aussi que cette règle d’or pourrait ressembler à une promesse de coiffeur dans la mesure où les gouvernements français ont pris l’habitude d’engager une réforme des retraites tous les cinq ans. Macron avoue-même son incertitude en déclarant qu’il ne sait pas s’il faudra ou non augmenté les cotisations pour équilibrer le système en 2 025, début de mise en application de la réforme. Vraisemblablement, Macon essaye de prendre en compte les interrogations et même les oppositions vis-à-vis des perspectives de cette réforme.

Pour l’instant seulement environ 30 % sont favorables à cette retraite par points très ambigus. Selon,  un sondage Elabe pour BFMTV, 32% se disent favorables à la mise en place de la retraite par points envisagée par le gouvernement, ils sont 43% à se dirent opposés (dont 23% très opposés). Le pourcentage d’indécis reste élevé puisqu’ils sont 24% à se dire aujourd’hui ni pour, ni contre. La crainte  qui arrive en tête et qui est stable depuis le dernier sondage, c’est l’obligation de travailler plus longtemps. 74% des personnes interrogées citent en premier cet inconvénient de la réforme. Le deuxième point d’inquiétude concerne le montant des pensions. 68% des Français craignent qu’elles baissent avec la réforme. Mais sur ce point, ils semblent avoir un peu plus confiance puisqu’ils étaient 74% à le craindre en juillet dernier. Troisième crainte soulevée: l’obligation de faire appel à des organismes privés pour compléter la retraite pour 54% des personnes interrogées. En revanche, la suppression des régimes spéciaux de la fonction publique n’inquiète qu’une minorité d’entre elles (26%). Il y a forcément contradiction entre une règle de qui assurerait que le pouvoir d’achat des retraités ne sera pas détérioré et dans cette volonté d’un retour à l’équilibre financier du système

L’équation s’annonce complexe pour l’exécutif qui a fait du retour à l’équilibre du système des retraites une condition de mise en place de la réforme en 2025 et qui doit composer avec des comptes de l’assurance vieillesse dans le rouge.

L’âge légal de départ à la retraite, “c’est 62 ans, (il) ne bougera pas”, a répété Emmanuel Macron. “La question qui est posée c’est : est-ce qu’on va devoir cotiser un peu plus pour que le système soit équilibré en 2025 ? Je n’ai pas la réponse aujourd’hui.” La preuve même que le gouvernement est  lui-même dans le doute compte tenu de l’état de l’opinion

La BCE promet son soutien à l’économie

La BCE promet son soutien à l’économie: insuffisant ! 

La promesse de la banque centrale européenne de soutenir l’économie peut rassurer certains acteurs économiques toutefois il y a bien évidemment des limites aux actions de cette banque centrale (et des autres banques centrales)

En fait,  la BCE va réinjecter massivement des liquidités notamment en reprenant les rachats d’actifs et en agissant encore davantage sur des taux encore plus négatifs. L’objectif est de tenter de soutenir l’économie de la zone euro actuellement en difficulté puisque l’évolution du PIB tourne autour de 1 % pour cette année. Mais il s’agit peut-être davantage d’éviter la récession qui menace non seulement en Europe mais ailleurs-

Distribuer massivement des nouvelles liquidités ne suffira pas à réactiver l’activité générale. Le principal levier se trouve sans doute dans les politiques de relance budgétaire et particulièrement dans celles de la responsabilité européenne. Même en Allemagne,  on se résout désormais à utiliser cette arme du budget quitte à utiliser des arguties juridiques pour faire semblant de respecter l’orthodoxie financière (on va créer des institutions spécifiques pour emprunter).

Intervenant dans les dernières semaines du mandat du président Mario Draghi, elles préparent le terrain à une probable détente monétaire par la Réserve fédérale américaine et par la Banque du Japon la semaine prochaine, avec toujours pour but d’étayer une économie mondiale dont la croissance patine.

Mais déjà des questions se posent quant à la capacité des dernières mesures de la banque centrale à relancer l’économie de la zone euro face aux tensions commerciales internationales et aux risques liés au Brexit.

“Les informations reçues depuis la dernière réunion du Conseil des gouverneurs indiquent que la faiblesse de l’économie de la zone euro dure plus que prévu, que persistent des risques baissiers importants ainsi que des pressions inflationnistes discrètes”, a observé Mario Draghi en conférence de presse.

La BCE a réduit son taux de dépôt de 10 points de base à -0,5%, a promis que les taux resteraient bas longtemps et dit qu’elle reprendrait le 1er novembre ses rachats d’actifs obligataires – autrement dit son programme d’assouplissement quantitatif (QE) – au rythme de 20 milliards d’euros par mois.

les achats pourraient durer des années, tandis que les marchés pour leur part ne voient pas les taux remonter pendant encore une dizaine d’années.

La relance du QE a suscité l’opposition de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, de François Villeroy de Galhau, celui de la Banque de France, et de Benoît Coeuré, l’un des membres du directoire, a-t-on appris de trois sources.

Le marché obligataire de la zone euro a monté en réaction à ces mesures et a brièvement fait repasser l’euro sous 1,10 dollar, le marché y voyant un facteur susceptible de faire monter l’inflation.

Le précédent programme QE de la BCE, d’un montant de 2.600 milliards d’euros, n’a connu qu’un succès limité pour ce qui est de stimuler l’activité économique.

Ainsi, l’institut de conjoncture Ifo a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour l’Allemagne en 2019 et annoncé que la première économie d’Europe serait en récession au troisième trimestre.

“Est-ce que l’attitude plus énergique de la BCE fera une différence? Pas tant que ça”, observe Holger Schmieding, analyste de Berenberg.

“Des chocs externes en série, notamment le conflit commercial sino-américain et le gâchis du Brexit, ont fait dérailler la reprise de la zone euro. Au vu d’une incertitude aussi prégnante, même si l’on abaisse les coûts de financement des entreprises et des ménages, cela n’augmentera pas sensiblement la consommation ou l’investissement.”

L’inflation persiste à évoluer en deçà de l’objectif d’un peu moins de 2% de la BCE depuis 2013 et il lui

Urgences: Buzyn promet des mesurettes là où il faut un grenelle

Urgences: Buzyn promet des mesurettes là où il faut un grenelle

 

Environ 200 services mobilisés à la mi-août dans toute la France (195 selon le ministère, 220 selon le collectif Inter-Urgences) contre 80 deux mois plus tôt. La prime de 70 millions est évidemment une goutte d’eau pas du tout à la hauteur de l’enjeu. Rappelons par exemple que lors du dernier plan canicule c’est plus de 500 millions qui avaient été mis sur la table. Tout d’ailleurs est loin d’être résolu avec des moyens financiers. Il faut notamment une vaste négociation pour redistribuer les taches et désengorger le service des urgences devenus aujourd’hui une véritable Cour des miracles. Bref il est nécessaire d’engager une sorte de Grenelle des urgences précédées d’un audit généralisé du fonctionnement des hôpitaux publics.

 

La fréquentation des services a doublé en dix ans. Plus de 21,4 millions de passages y ont été recensés en 2017, un chiffre en hausse de 2,1% sur un an. Inédit par son ampleur, le mouvement démarré mi-mars à Paris après une série d’agressions n’a cessé de s’étendre. Le personnel des urgences réclame 10.000 emplois supplémentaires, une augmentation de salaire de 300 euros et l’arrêt des fermetures de lits dans les hôpitaux. Il est indiscutable que les conditions de travail dans les services d’urgence sont devenues intenables et que parfois elles  mettent même la vie des patients en danger.

Ceci étant, c’est la conséquence de l’organisation du système sanitaire caractérisé notamment par l’affaiblissement du nombre de généralistes non seulement dans les zones denses mais aussi en zone rurale. Il n’y a plus de généralistes susceptibles d’intervenir et du coup, les patients sont orientés de façon systématique vers les urgences qui doivent traiter de vraies  pathologies, aussi des dérèglements psychiques et sociaux. La responsabilité en incombe à l’État qui a réduit le nombre de médecins, aussi aux médecins eux-mêmes qui  dans nombre de cas n’acceptent désormais les malades que sur rendez-vous et certains jours de la semaine. Des médecins qui se comportent pour certains comme des fonctionnaires. D’ailleurs nombre d’entre eux  choisissent la fonction publique. D’autres préfèrent opter pour des spécialités qui ménagent le temps de travail et les congés par rapport à des généralistes  à l’ancienne qui  travaillent  10 ou 12 heures par jour.

 

La responsabilité en incombe aussi aux patients eux-mêmes et à leurs familles. Souvent au moindre petit bobo par exemple dans les maisons de retraite (là aussi on  manque d’infirmières et de médecins), on oriente vers le service des urgences. Un service des urgences devenue une véritable cour des miracles : des victimes de brutalité, des ivrognes, des clochards, des blessés légers et de vraies pathologies graves. Le système de santé est en cause, la société également mais l’organisation des hôpitaux aussi. En effet, ce n’est pas parce que le service des urgences est débordé qu’il faut s’interdire de faire un audit sur le fonctionnement d’un hôpital devenu une sorte d’usine sans cohérence de gestion où les difficultés du personnel soignant cachent trop souvent l’improductivité de nombre d’autres services, d’autres agents.

 

Macron promet d’être plus humain !

Macron promet d’être plus humain !

 

Promis juré, Macron ne se comportera plus en petit dictateur méprisant. Il sera désormais plus humain et même plus social et davantage écolo. Bref un petit discours démago tout autant que ridicule à destination de certains électeurs qui ont exprimé leur mécontentement lors des élections européennes. On suppose que Macron aurait eu un mot pour les nudistes si cette catégorie avait obtenu un bon score aux européennes, sans parler des pêcheurs à la ligne, des animalistes et des jardiniers du dimanche. Et si les gilets jaunes avaient obtenu un meilleur score, il est probable  macro aurait revêtu aussi la tenue symbolique  de ces protestataires. D’une certaine manière, cette déclaration faite à une télévision Suisse préfigure le discours d’Édouard Philippe à l’Assemblée nationale avec en plus pour ce dernier une posture bien droite dans des bottes encore plus ridicules que celle de Juppé. Macron  répète évidemment tour ce que les innombrables boîtes de communication lui susurrent à l’oreille. Pour résumer,  peu d’action mais un déluge de discours et de postures. Bref le degré zéro de la politique. “Les réformes qui ont été conduites par le gouvernement” ces 24 derniers mois “ont remis de la confiance des investisseurs, de la possibilité de recréer de l’emploi, y compris de l’emploi industriel, et donc les choses sont reparties”, a estimé le chef de l’Etat français dans une interview à la Radio Télévision Suisse (RTS). “Il nous faut consolider ça et même le renforcer”, a-t-il poursuivi. “Dès demain, le Premier ministre aura une déclaration de politique générale à faire devant l’Assemblée qui portera ces réformes à venir, sur l’assurance chômage, les retraites et beaucoup de sujets économiques et sociaux”.“Mais nous avons dans le même temps à tenir l’urgence environnementale et la question sociale et je crois qu’on ne peut pas considérer que régler la question productive se règle à part”, a-t-il souligné. Face à la “souffrance” exprimée ces derniers mois notamment par les “Gilets jaunes”, “je veux remettre de l’humanité, de la proximité, c’est un changement de méthode que j’ai dessiné”, a indiqué Emmanuel Macron.“Pas de réduction de notre ambition sur le plan économique, une accélération de notre ambition environnementale et écologique, une accélération de notre préoccupation sociale, et dans la méthode plus d’humanité et de proximité : c’est comme ça que je crois qu’on peut répondre à la situation que traverse notre pays”.” Bref, toujours le même Évangile. Il y en a pour tout le monde même si certains devront attendre en vain et pendant longtemps les promesses paradisiaques. Davantage l’homélie d’un curé de campagne que d’un président.

Gestion des Violences : Macron promet « des décisions fortes »…. en faisant du ski

Gestion des Violences : Macron promet « des décisions fortes »…. en faisant du ski

Il y a quelque chose de surréaliste avec cette déclaration de Macron qui promet des décisions fortes après les violences qui ont eu lieu lors de l’acte 18 des gilets jaunes à Paris. Cette  déclaration a en effet été faite alors que Macron avait pris plusieurs jours de vacances pour faire du ski. (Son ministre de l’intérieur étant vu, lui, dans une boite de nuit !).  Or dans le même temps la France a connu ces jours derniers jours d’immenses  manifestations qui témoignent de l’État délétère du pays. Il y a eu la manifestation particulièrement suivie des jeunes vendredi ; et dimanche une autre manifestation, elle aussi très massive pour protester contre les dérèglements climatiques ; enfin le même jour la manifestation des gilets jaunes dont tout le monde savait qu’elle se conclurait par des violences. Et pendant ce temps-là Macron fait du ski.  Une activité qui n’est pas accessible à la plupart des gilets jaunes ! On objectera que le président a bien le droit de se reposer. Peut-être que ce président serait moins fatigué s’il ne se livrait pas à un véritable activisme électoral toute les semaines ; Du pays Revenu prématurément d’un séjour au ski dans les Pyrénées, Emmanuel Macron a affirmé samedi soir vouloir prendre rapidement « des décisions fortes, complémentaires » pour que les violences qui ont émaillé l’acte 18 des Gilets jaunes à Paris  »n’adviennent plus », lors d’un point de situation à la cellule de crise du ministère de l’Intérieur.  »Beaucoup de s’il ne se livrait pas à son activisme électoral avec sa campagne permanente. Il serait sans doute par ailleurs un peu plus lucide et plus pertinent pour les orientations qu’il a à prendre. En outre Macon participe à l’opération d’hystérisation qui discrédite aussi bien certain gilets jaunes que le gouvernement avec des propos décalés.  « Nous avons aujourd’hui des gens qui essayent par tous les moyens (…) d’abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer. On l’a encore vu avec l’incendie qui s’est produit ce matin », a souligné Emmanuel Macron, entouré du Premier ministre Edouard Philippe, du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et de Nicole Belloubet, ministre de la Justice. Cette  outrance ne caractérise pas caractérise pas un grand sens des responsabilités et de la mesure. En outre on s’étonne que Macron soit surpris par des violences qui se sont répétées depuis 18 semaines. Bref il serait temps qu’il prenne la mesure de l’enjeu du mécontentement en y répondant et qu’il se mette parallèlement en capacité d’assurer réellement le maintien de l’ordre au lieu d’instrumentaliser le mouvement des gilets jaunes pour mieux le discréditer. Enfin l’amalgame auquel il procède est à la fois inadmissible et grossier Le président de la République à Beauvau a en effet déclaré :
« Ce qui s’est passé sur les Champs n’était pas une manifestation. Tous ceux qui étaient présents en sont complices. » »Je veux qu’on prenne dans les meilleurs délais des décisions fortes pour que cela n’advienne plus. »

 

 

Violences : Macron promet « des décisions fortes »…. en faisant du ski

Violences : Macron promet « des décisions fortes »…. en faisant du ski

Il y a quelque chose de surréaliste avec cette déclaration de Macron qui promet des décisions fortes après les violences qui ont eu lieu lors de l’acte 18 des gilets jaunes à Paris. Cette  déclaration a en effet été faite alors que Macon avait pris plusieurs jours de vacances pour faire du ski. Or dans le même temps la France a connu ces jours derniers jours d’immenses  manifestations qui témoignent de l’État délétère du pays. Il y a eu la manifestation particulièrement suivie des jeunes vendredi ; et dimanche une autre manifestation, elle aussi massive pour protester contre les dérèglements climatiques ; enfin le même jour la manifestation des gilets jaunes dont tout le monde savait qu’elle se conclurait par des violences. Et pendant ce temps-là Macon fait du ski ! Une activité qui n’est pas accessible à la plupart des gilets jaunes. On objectera que le président a bien le droit de se reposer. Peut-être que ce président serait moins fatigué s’il ne se livrait pas à un véritable activisme électoral toute les semaines ; Du pays Revenu prématurément d’un séjour au ski dans les Pyrénées, Emmanuel Macron a affirmé samedi soir vouloir prendre rapidement « des décisions fortes, complémentaires » pour que les violences qui ont émaillé l’acte 18 des Gilets jaunes à Paris  »n’adviennent plus », lors d’un point de situation à la cellule de crise du ministère de l’Intérieur.  »Beaucoup de s’il ne se livrait pas à son activisme électoral avec sa campagne permanente. Il serait sans doute par ailleurs un peu plus lucide et plus pertinent pour les orientations qu’il a à prendre. En outre Macon participe à l’opération d’hystérisation qui discrédite aussi bien certain gilets jaunes que le gouvernement avec des propos décalés.  « Nous avons aujourd’hui des gens qui essayent par tous les moyens (…) d’abîmer la République pour casser, pour détruire au risque de tuer. On l’a encore vu avec l’incendie qui s’est produit ce matin », a souligné Emmanuel Macron, entouré du Premier ministre Edouard Philippe, du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et de Nicole Belloubet, ministre de la Justice. Cette  outrance ne caractérise pas caractérise pas un grand sens des responsabilités et de la mesure. En outre on s’étonne que Macron soit surpris par des violences qui se sont répétées depuis 18 semaines. Bref il serait temps qu’ils prennent la mesure de l’enjeu du mécontentement en y répondant et qu’il se mette parallèlement en capacité d’assurer réellement le maintien de l’ordre au lieu d’instrumentaliser le mouvement des gilets jaunes pour mieux le discréditer. Enfin l’amalgame auquel il procède est à la fois inadmissible et grossier Le président de la République à Beauvau a en effet déclaré :
« Ce qui s’est passé sur les Champs n’était pas une manifestation. Tous ceux qui étaient présents en sont complices. »"Je veux qu’on prenne dans les meilleurs délais des décisions fortes pour que cela n’advienne plus. »

Macron promet aux maires un « changement de méthode » !!!

Macron promet aux maires un « changement de méthode » !!!

 

 

Changement de méthode promis aux maires par Macron mais pas de changement de cap ni de retour en arrière. Macron  qui n’a pas manqué de les brosser dans le sens du poil en s’apitoyant sur le sort des élus “Il faut un changement de méthode entre nous, c’est ce que j’ai voulu initier ce soir et ce qu’on va poursuivre ensemble dans les prochains mois, dans la manière de préparer les textes au niveau national et de les porter”, a-t-il poursuivi, quelques heures après une rencontre avec le bureau de l’Association des maires de France (AMF) qui n’a pas mâché ses mots ces dernières semaines contre l’exécutif. Selon l’Elysée, le chef de l’Etat a, au cours de cet échange avec les instances de l’AMF, appelé à mettre un terme à de “fausses polémiques” et “à la scénarisation des désaccords” et s’est dit prêt à “travailler ensemble” sur la taxe d’habitation et la dotation globale de fonctionnement (DGF), deux points de crispations. Il a également donné son accord à une méthode de concertation en amont sur les projets du gouvernement et sur la modification du fonctionnement de la conférence nationale des territoires, a précisé l’Elysée. Le chef de l’Etat s’est par ailleurs engagé à se rendre l’an prochain au congrès porte de Versailles. Sa décision de ne pas s’y rendre cette année, contrairement à l’an dernier où il avait essuyé des sifflets, a été déplorée par certains maires qui ont décidé de boycotter en retour la réception à l’Elysée.

Carburants : Macron promet une aide aux travailleurs

Carburants : Macron promet une aide aux travailleurs

 » Je souhaite qu’on bouge un peu », déclaré Macron sur Europe 1 ce matin mardi 6 novembre à propos du carburant. « . Première catégorie à laquelle le chef de l’Etat pense, « ce sont nos concitoyens qui, tous les jours, prennent la voiture pour aller travailler ». Et pour ceux-là, Emmanuel Macron souhaite s’inspirer de ce qu’a mis en place la région Hauts-de-France, à savoir une aide de 20 euros mensuels pour ceux qui doivent faire plus de trente kilomètres pour aller travailler. « C’est une bonne philosophie, et d’ailleurs le gouvernement l’a accompagnée parce que cette aide sera défiscalisée », a rappelé Emmanuel Macron. « Je souhaite qu’on généralise tout cela. Il faut qu’on soit dans un mode d’indemnités kilométriques. Il faut travailler avec les collectivités locales, les employeurs, intelligemment pour aider ces gens-là », a-t-il affirmé. « Nos concitoyens qui sont dans cette situation, je comprends leur colère. »  Emmanuel Macron pense aussi aux « gens très modestes. Pour se chauffer, quand ils ne peuvent pas changer de chaudière, qu’ils n’ont pas d’autres options, il faut qu’on regarde comment améliorer le chèque énergie », a annoncé le chef de l’Etat. « Parce qu’on ne peut pas laisser des gens, alors que l’hiver commence, dans une situation où leur pouvoir d’achat ne permet pas de se chauffer dignement. »

Méthode Coué-Philippe promet la création d’un million d’emplois pour 2022

Méthode Coué-Philippe promet la création d’un million d’emplois  pour 2022

Après les réformes structurelles qui n’ont pas obtenu les résultats attendus, le gouvernement choisit la méthode Coué. Édouard Philippe contredit d’abord les chiffres du chômage en affirmant qu’il baisse. Ensuite il promet la création d’un million d’emplois pour 2022 afin de ramener le taux de chômage à 7 % de la population active. Enfin il reprend les arguties de Macron en reportant la responsabilité du chômage sur les chômeurs eux-mêmes. Le Premier ministre a jugé sur France Inter « fascinant et inquiétant » le fait qu’avec 1,7% de croissance, la France soit « encore à 9,1% % de taux de chômage » et « peine à recruter la main-d’œuvre » dont elle a besoin. Une manière de faire poser peser les mauvais résultats économiques sur les épaules des demandeurs d’emploi. Ce qu’avait fait récemment Macron en indiquant qu’il suffisait de traverser la rue pour trouver du travail ! On se souvient que François Hollande s’était cassé les dents avec son fameux slogan d’inversion de la courbe du chômage. Cette fois Édouard Philippe prend le même risque en fixant un objectif de création d’emplois à hauteur d’un million. Un slogan déjà entendu de la part d’Yvon Gattaz ancien président du Medef et qui a donné les résultats que l’on sait, c’est-à-dire pas grand-chose. On ne peut que s’étonner de l’étonnement du Premier ministre trouvant fascinant et inquiétant que le taux de chômage soit encore à plus de 9 % avec une croissance de 1,7 %. Le Premier ministre qui n’a guère de compétences économiques devrait pourtant savoir qu’en dessous de 2 % d’augmentation du PIB il n’est pas possible de réduire le chômage car il faut intégrer les progrès de productivité, aussi l’évolution démographique enfin le tassement des investissements face à la mollesse de l’activité générale. Cette rhétorique du gouvernement mettant en cause la responsabilité des chômeurs est, elle, réellement inquiétante. En effet il y a de l’ordre  de 150 000 à 200 000 emplois vacants qui effectivement peinent dans certains cas à trouver preneur en temps utile mais c’est bien insuffisant pour satisfaire les demandes de 6 millions de chômeurs. La vérité, c’est  que le gouvernement est de plus en plus fébrile face au manque de résultats économiques et qu’il cherche à trouver des boucs émissaires

Terrorisme :l’ Europe triomphera promet Valls

Terrorisme :l’ Europe triomphera promet Valls

 

D’une certaine manière,  Valls fait une promesse de coiffeur en affirmant avec la certitude caporaliste qui le caractérise que l’Europe va triompher du terrorisme. Une déclaration et une prophétie relativement gratuites et qui n’engagent  pas à grand-chose. On attendrait en effet d’un Premier ministre qu’il théorise davantage sur les facteurs explicatifs de la montée de l’insécurité en général et du terrorisme en particulier. Au-delà qu’il propose une stratégie plus précise et plus élaborée au plan de l’Europe. Au lieu en permanence de souligner l’illusoire place centrale de la France dans la lutte contre Daech en Syrie et ailleurs. Surtout quand on sait que les frappes françaises ne représentent qu’environ 5 % du total. La politique du verbe ne suffit pas on attend la politique de l’action notamment la capacité de la France à convaincre l’Europe de mettre en place une véritable politique commune de défense et de gestion des flux migratoires brefs Valls fait du Hollande de l’incantation mais peu d’actions concrètes L’Europe a « toutes les ressources » pour « résister » et « vaincre » le « terrorisme islamiste », écrit Manuel Valls dans une tribune publiée samedi dans la presse européenne à l’occasion du premier anniversaire des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Dans ce texte publié conjointement dans les quotidiens El Pais, La Repubblica, The Guardian, Le Soir, La Tribune de Genève et Die Welt, le Premier ministre français énumère les mesures qui permettront selon lui d’éradiquer « le djihadisme, ce nouveau totalitarisme ». Un combat qui implique selon lui de lutter « avec la plus grande force contre le poison salafiste, ce carburant de la radicalisation ». « Oui, le terrorisme nous frappera encore. Mais, oui, nous avons en nous toutes les ressources pour résister et toute la force pour vaincre. Nous, Européens, vaincrons, le terrorisme islamiste », est la conclusion de ce texte, qui revient sur les attaques qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. « Demain, la France, unie dans le souvenir, se recueillera », écrit le chef du gouvernement à la veille des cérémonies prévues dimanche sur les lieux des attentats.

Moscovici promet la croissance en dépit des attentats

Moscovici promet la croissance en dépit des attentats

Moscovici commissaire européen aux affaires économiques s’engage sans doute un peu en affirmant que la croissance n’aura pas à pâtir des attentats. Première observation, il faudrait d’abord qu’il existe une croissance en Europe. En réalité cette croissance se limite à 1,4 % pour l’augmentation du PIB. Moscovici se fonde pour l’avenir sur des hypothèses économiques quelque peu intimistes (jusqu’à presque 2 % de croissance dans les années à venir). Or la BCE, elle, considère que la zone euro est engluée dans une croissance molle et ne prévoit au mieux que 1,4 % d’évolution du PIB  pour les années à venir. Dernière observation, les attentats auront inévitablement des conséquences notamment sur le tourisme et le commerce mais aussi sur la confiance des acteurs économiques. Bref des affirmations de Moscovici qui relève surtout de la méthode Coué. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a en effet  dit ne pas croire que les attentats perpétrés à Paris puissent avoir un impact sur la croissance en France et dans la zone euro. Dans un entretien à France Inter diffusé samedi mais enregistré la veille, Pierre Moscovici estime que les exemples passés en Europe ne laissent pas craindre de rechute économique après ces attaques qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés le 13 novembre. « Je ne crois pas pour ma part que cette croissance soit affaiblie par ce qu’il se produit actuellement, ou menacée », a-t-il dit, alors que le gouverneur de la banque d’Italie, Ignazio Visco, s’est inquiété, lui, d’un poids négatif sur la reprise. La croissance de la zone euro est attendue à 1,6% du PIB cette année, puis à 1,8% en 2016 et 1,9% en 2017, a rappelé Pierre Moscovici. Pour la France, les estimations de la Commission tablent sur 1,1% puis 1,4% et 1,7%.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol