Archive pour le Tag 'prolongé'

Logement : Le gouvernement prolonge le prêt à taux zéro jusqu’à fin 2023

Logement : Le gouvernement prolonge le prêt à taux zéro jusqu’à fin 2023

Une bonne nouvelle pour continuer de soutenir la construction de logements avec la prolongation du prêt à taux zéro prolongé jusque fin 2023 Le dispositif du Prêt à taux zéro, qui devait s’arrêter fin 2022, est prolongé d’un an jusqu’à la fin 2023, a annoncé mercredi la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. Les conditions de ressources pour y accéder seront maintenues.

Le gouvernement renonce à la réforme du dispositif du Prêt à taux zéro (PTZ) qu’il avait envisagé pour changer le mode de prise en compte des ressources. « C’est très complexe à mener et donc on ne le fera pas au 1er janvier 2022 », a admis la ministre du Logement Emmanuelle Wargon sur BFM Business. Du coup, elle a annoncé que le PTZ est prolongé d’un an jusqu’à la fin 2023, et les conditions de ressources pour y accéder seront maintenues.

Brexit : protocole nord-irlandais annulé par Boris Johnson

Brexit : protocole nord-irlandais annulé par Boris Johnson

 

Il se confirme que le protocole passé de l’Union européenne et la Grande-Bretagne s’avère d’une complexité qui pourrait un jour le rendre obsolète. Le conflit porte surtout sur les contraintes qui pèsent sur les échanges de Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord. Des contraintes caractérisées par des formalités administratives coûteuses. Londres a a donc décidé de geler l’application de certains éléments du « protocole nord-irlandais » contenu dans l’accord de Brexit.

Ce protocole, destiné à préserver le marché unique européen et à éviter le rétablissement d’une frontière physique sur l’île d’Irlande, a aussi suscité la colère dans les rangs des unionistes nord-irlandais, qui refusent toute différence de traitement entre la province et le reste du Royaume-Uni.

L’UE a dénoncé une initiative britannique unilatérale et les deux parties s’efforcent de parvenir à une solution de compromis. Londres Bruxelles s’était pourtant félicité de ce protocole, ce qui n’a pas empêché Boris Johnson de le remettre en cause ensuite

Covid La Réunion : confinement prolongé

  • Covid  La Réunion : confinement prolongé

Comme dans la plupart des territoires d’outre-mer la situation sanitaire devient également catastrophique à la Réunion. Le confinement partiel de l’île de la Réunion prolongé jusqu’au 31 août, même si le couvre-feu a été réduit d’une heure en raison de la rentrée des classes lundi, a indiqué jeudi le préfet Jacques Billant.

Le reconfinement instauré initialement pour deux semaines pour freiner une flambée de l’épidémie sera prolongé jusqu’à la fin du mois, avec le maintien des déplacements limités à 10 km autour de son domicile (5 km le dimanche), a-t-il expliqué lors d’un point presse.

Covid Angleterre : le variant Delta prolonge des restrictions

Covid Angleterre : le variant Delta prolonge des restrictions

Le variant indien (ou Delta) qui représente environ 60 % des contaminés en Angleterre est à l’origine du report de la levée des restrictions. . Ce retour à la normale était prévu pour le 21 juin. L’échéance est repoussée d’un mois, soit au 19 juillet.

le premier ministre a admis que la situation était « très préoccupante » et que les « niveaux d’hospitalisation augmentaient ». Il a toutefois reconnu ne pas savoir « dans quelle mesure cela allait se traduire par une surmortalité ». BoJo veut « sauver des milliers de vies » en permettant à plus de personnes d’être vaccinées avant de tout relâcher. Il s’est dit confiant sur le fait que ce report serait le dernier.

Pourtant plus de 41,5 millions de personnes – soit près de 79 % de la population adulte -, ont reçu une première dose de vaccin et 29,8 millions de personnes – soit 56,6 % des adultes – ont été doublement vaccinées. Le secrétaire d’État à la Santé, Edward Argar, a estimé que la situation serait plus rassurante quand 10 millions de personnes supplémentaires auront reçu deux doses de vaccin, avec une protection passant de 33 % à 81 %. « On ne peut pas avoir une approche zéro Covid, on doit vivre avec, et pour cela, la vaccination est la clé », a-t-il dit, se félicitant qu’elle ait permis de « couper le lien » entre la maladie et les hospitalisations ou les décès.

Cette propagation du variant delta inquiet aussi les pays européens proches car il est évident qu’on voit mal comment les pays voisins pourraient être complètement épargnés par cette nouvelle forme de contamination.

Vladimir Poutine: le dictateur prolonge son mandat jusqu’en 2036 !

Vladimir Poutine: le dictateur prolonge son mandat jusqu’en  2036 !

 

Grâce au décret qu’il  vient de signer, Vladimir Poutine pourra se vanter d’avoir régné sans partage sur la Russie pendant près de 36 ans.

Le président russe Vladimir Poutine a 68 ans,. Il pourra donc continuer de diriger la Russie jusqu’à 85 ans ! Tout cela avec la bénédiction du Parlement complètement soumis au pouvoir. En plus avec une pseudo démocratie via un référendum sans opposition. L’un des rares opposants , à savoir Navalny ,ayant été mis en prison après une tentative d’empoisonnement. Bref le produit du KGB s’assoit délibérément sur la constitution qui normalement aurait dû limiter sa responsabilité de président a demanda.

 

Sorte de démocratie remake  des plus mauvaises caricatures africaines et qui finira sans doute aussi mal un jour ou l’autre. En effet la Russie enregistre non seulement un échec total en matière économique et sociale et reste au rang des pays en voie de développement. En outre , la démocratie est complètement muselée par la dictature d’un seul homme et de ses acolytes.

Cerise sur le gâteau, Poutine a fait introduire dans la constitution une immunité avis pour tous les anciens présidents russes y compris lui-même. Une manière de se protéger contre les énormes détournements des biens de l’État récemment dénoncés par Navalny au profit de Poutine.

Le prêt garanti par l’Etat (PGE) amplifié et prolongé ?

Le prêt garanti par l’Etat (PGE) amplifié et prolongé ?

 

 

 

 

Initialement les prêts garantis de l’État devaient se terminer fin 2020, ils ont ensuite été prolongés jusqu’à fin juin 2021 et il pourrait bénéficier d’un nouveau report jusqu’à la fin de l’année en cours.

 

 

D’une manière générale, il est d’usage de parler de l’endettement de l’État et moins de l’endettement privé. Pour l’État, effectivement la dette s’est envolée puisqu’elle représentait 100 % du PIB annuel fin 2019 et avec la crise a atteint maintenant 120 %., Soit autour de 500 milliards supplémentaires. Certains experts et responsables gouvernementaux objectent que cet endettement n’aggrave pas la situation financière puisqu’on peut emprunter à des taux zéro. Pire que la charge financière relative au remboursement a plutôt tendance à diminuer de ce fait. Ce qui est exact mais il faudra bien un jour rembourser le capital.

 

Le taux d’endettement des entreprises françaises, lui,  est nettement supérieur à la moyenne européenne. Il s’élève à 73,5 % du PIB, contre une moyenne de 60,9 % pour la zone euro. Là aussi la crise a fortement fait progresser la dette privée. Pour l’instant le phénomène est largement masqué par les prêts garantis par l’État mais qui devront un jour être remboursés. Or d’après certaines enquêtes 10 et 20 % des entreprises ne seront pas en capacité de les rembourser. Pourtant le gouvernement a incité à étaler le remboursement éventuellement sur plusieurs années.

Dispositif d’indemnisation du chômage partiel prolongé

Dispositif d’indemnisation du chômage partiel prolongé

 

Le dispositif sera prolongé jusqu’à la fin de l’année. Les salariés qui seront concernés par ce dispositif temporaire de sauvegarde de l’emploi dans les prochaines semaines, du fait de l’arrêt de leur activité, seront toujours indemnisés à hauteur de 84 % de leur salaire net (70 % du brut). Et le reste à charge à assumer pour leur employeur sera maintenu à 15 %. Les secteurs les plus sinistrés – à l’image de l’hôtellerie, la restauration, le tourisme ou les clubs sportifs notamment – bénéficient, eux, toujours d’un reste à charge nul.

Au plus haut de la crise, soit en avril, quelque 8,6 millions de salariés ont été couverts par ce dispositif. Au fil des mois, la décrue s’était enclenchée : il en restait 7,3 millions au mois de mai, 3,5 en juin, 1,9 en juillet et plus que 1,3 million au mois d’août. On devrait être autour du million en septembre.

Pays pauvres: moratoire prolongé de six mois

Pays pauvres: moratoire prolongé de six mois

Le G20 a prolongé mercredi de six mois, jusqu’au 30 juin 2021, le moratoire sur la dette des pays les plus pauvres durement affectés par la pandémie de Covid-19, une mesure jugée insuffisante par des ONG. Les 20 pays les plus riches du monde s’étaient engagés en avril à suspendre le service de la dette des pays les plus vulnérables à la crise sanitaire jusqu’à la fin de l’année. La prolongation du moratoire a été annoncée par les ministres des Finances et chefs des Banques centrales du G20 à l’issue d’une réunion virtuelle organisée par l’actuel président du groupe, l’Arabie saoudite.

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Concernant le prolongement éventuel du chômage partiel «pour l’instant ce n’est pas prévu», a affirmé ce jeudi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. La preuve sans doute que le ministre sous-estime complètement l’importance de la chute économique. Il est évident que cette prolongation est nécessaire,  elle est incontournable. On sait que l’année 2020 va se terminer avec 1 million de chômeurs supplémentaires alors que le Premier ministre n’a annoncé pour 2021 que la création de 160 000 emplois. Un chiffre par ailleurs complètement fantaisiste comme tous les chiffres de création d’emplois. Le dispositif de chômage partiel aura coûté 30 à 40 milliards. Il a permis d’éviter une hécatombe en matière de chômage. Il convient évidemment de le prolonger en 2021. Ils devraient constituer le cœur du dispositif d’urgence pour sauver entreprises et emplois. L’expression « si nécessaire » pour la prolongation du chômage partiel témoigne bien de la sous-estimation de la gravité de l’environnement économique français

 «Pour les secteurs les plus exposés -l’hôtellerie, les cafés, les restaurants, l’événementiel- jusqu’à la fin de l’année il y a aura du chômage partiel. Si après il faut le maintenir nous le maintiendrons», a lancé le ministre sur France 2, quelques heures après la présentation du plan de relance de l’économie de 100 milliards d’euros. «Pour l’instant ce n’est pas prévu mais nous avons toujours répondu présent», a-t-il ajouté, en évoquant «cette angoisse de millions de Français pour leur emploi». Mis en place dès le début du confinement mi-mars, le système de chômage partiel, limité à six mois, prévoit l’indemnisation de 84% du salaire net pour le salarié (72% à partir d’octobre).

Chômage Italie : le dispositif d’aide prolongé

Chômage Italie : le dispositif d’aide prolongé

 

“Nous avons mis de côté 12 milliards d’euros pour soutenir l’emploi”, a déclaré le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, à l’issue d’une réunion gouvernementale de trois heures.

Une partie de ces fonds sera utilisée pour prolonger le dispositif de chômage partiel, pour une durée pouvant aller jusqu’à 18 semaines, avec pour condition que les entreprises ne licencient pas pour bénéficier de l’aide de l’Etat.

Avec quelque 12,6 millions de travailleurs italiens concernés par ce dispositif, prolonger les aides publiques était considéré comme essentiel pour éviter un impact encore plus important pour les ménages et la consommation.

Le Sénat a autorisé il y a dix jours le gouvernement à augmenter le déficit public du pays cette année afin de pouvoir adopter un nouveau plan de soutien. La dette publique de l’Italie devrait atteindre près de 12% de son produit intérieur brut (PIB) cette année.

Déficit de la Sécu: prolongé de 10 ans

Déficit de la Sécu: prolongé de 10 ans

 

Théoriquement le déficit de la sécurité sociale devait prendre fin en 2024 mais compte tenu de la situation sanitaire récente d’une part, de la nécessité de créer une sorte de cinquième branche pour prendre en charge la dépendance, l’objectif est reporté d’au moins 10 ans .La Cades, dont la durée de vie a été prolongée à deux reprises depuis sa création en 1996, était jusqu’ici supposée ramener la dette sociale à zéro en 2024 mais cet objectif a désormais été repoussé “à 2033”, est-il précisé dans un communiqué commun des ministères de la Santé, de l’Economie et des Finances, et des Comptes publics. On peut supposer que le dispositif provisoire de la Cades des risque d’être reporté ad vitam aeternam.

Bercy avait déjà prévenu le mois dernier que le déficit de la Sécu devrait atteindre 41 milliards d’euros cette année, contre un déficit de 5,4 milliards anticipé dans la loi de financement de la Sécurité sociale voté en décembre dernier.

Pour faire face à cette explosion des déficits, le gouvernement a relevé de 70 à 95 milliards d’euros le plafond d’emprunt de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale.

Le gouvernement a également lancé les travaux en vue de la création d’une nouvelle branche de sécurité sociale relative à la prise en charge de la dépendance.

Pour les seniors, le confinement prolongé

Pour les seniors, le confinement prolongé

il n’y aura pas d’obligation mais une forte recommandation pour les seniors qui devront éviter de reprendre une vie sociale normale. On aura ainsi échappé à la discrimination démographique par l’âge. Par contre, il est évident que nombre d’activités sociales et culturelles animées souvent de façon majoritaire par des seniors  ne pourront pas reprendre car les responsables nationaux ou locaux ne voudront pas prendre le risque d’une reprise de la pandémie chez les plus anciens. Le Premier ministre a insisté mardi sur la poursuite des mesures de prudence pour les plus de 65 ans. Il a appelé cette population plus à risque face au Covid-19 à respecter un confinement prolongé. Mais sans obligation formelle.«Il n’y aura pas de contrôle, pas d’attestation de sortie pour les plus âgés et les plus fragiles mais je leur demande de la patience. Ils devront prendre beaucoup de précautions», a précisé Édouard Philippe. «Les visites privées, quand elles reprennent, doivent être entourées de précaution, comme les sorties», a-t-il recommandé après avoir exprimé «une pensée pour les personnes âgées qui vivent la solitude à domicile et dans les Ehpad ».

«Nous saluons cette prise de position. Il ne devait pas y avoir de mesures spécifiques pour les plus de 65 ans. L’appel à la prudence est la bonne formule. Ces personnes sont responsables de leur santé. Il faut leur tenir un discours de citoyens et non les infantiliser», commente Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). Selon lui, l’équilibre «santé physique et psychique», entre «sécurité sanitaire et liberté» a été respecté par le premier ministre. Les Ehpad – où les visites familiales ont repris depuis le 20 avril au compte-gouttes – ne doivent cependant pas être «rebouclés» à la moindre suspicion, avertit Pascal Champvert. Enfin, l’AD-PA réclame «des tests en nombre suffisant pour toutes les personnes âgées et toutes les personnes qui les aident à domicile ou en établissement».

La perspective de la poursuite du confinement au-delà du 11 mai pour les seniors avait soulevé une vague de protestation mi-avril. Pour couper court à la polémique, l’Élysée avait assuré dès le 17 avril qu’il ne souhaitait «pas de discrimination» des personnes âgées dans le déconfinement, invoquant «la responsabilité individuelle». Le Conseil scientifique avait recommandé que les plus de 65 ans, ou ceux présentant des pathologies chroniques, respectent «un confinement strict et volontaire, qui les protège de risques de contamination». L’Académie de médecine avait de son côté alerté sur le risque de voir les aînés «s’étioler dans une solitude sans espoir ».

Etat d’urgence sanitaire : prolongé jusqu’au 24 juillet

Etat d’urgence sanitaire : prolongé  jusqu’au 24 juillet

Parmi les mesures qui seront annoncées par le Premier ministre aujourd’hui devant l’Assemblée nationale va sans doute figurer la prolongation jusqu’au 24 mai de l’état d’urgence qui permet au gouvernement de prendre des mesures d’exception. On traitera des confinements en particulier concernant les transports, les entreprises et les écoles. La question des restaurants et autres lieux publics sera traitée d’ici fin mai.

Le Premier ministre annoncera aussi une forme de traçage à travers l’application stopcovid.  Les parlementaires n’en seront pas l’avantage car les mesures d’application concrètes seront décidées dans les décrets. Il s’agira notamment d’identifier les personnes susceptibles d’être des vecteurs de la maladie. Des mesures seront également prises pour isoler les malades et les traiter dans un cadre de confinement médicalisé.

Reste que la grande question du manque de matériel notamment de masques, de tests et autres produits risque de dominer les débats. On sait en effet qu’en vitesse de croisière de dé confinements les besoins français se situent à 600 millions de masques par semaine par la capacité de production française est limitée à 20 millions ! D’où une dépendance qui fragilise particulièrement la stratégie de reprise progressive de l’activité.

Coronavirus: confinement prolongé et ça va durer

Coronavirus: confinement prolongé et ça va durer

 

Avec la propagation du virus dans le monde entier et les éléments de réflexion qu’on peut en tirer, la stratégie du confinement va durer encore pendant des semaines voire des mois. Pour ne pas offusquer  l’opinion publique, le gouvernement s’abritant derrière son conseil scientifique a décidé de prolonger le confinement jusqu’à début mai. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, sur  BFMTV a déclaré « (Le confinement) est quelque chose d’exceptionnel, mais qui va encore durer dans le temps, plusieurs semaines », a-t-il expliqué.  »Je pense qu’il vaut mieux le dire d’emblée maintenant. Il est trop tôt pour prévoir une date de sortie. Ca nous mène probablement jusqu’à début mai, je n’irai pas plus loin sur la précision parce que nous ne l’avons pas. »Jean-François Delfraissy appelle à « marteler » un seul message, « indépendamment de la réflexion sur le post-confinement »: « Actuellement, c’est le confinement qui est l’élément majeur » pour lutter contre le virus. L’idée d’un idée d’un des confinement général assez rapidement paraît s’éloigner de plus en plus.

En effet plusieurs milieux scientifiques pensent que la gestion du Coronavirus pourra s’étendre sur au moins 18 mois voire deux à trois ans avec des mouvements de yo-yo concernant le nombre d’infectés graves mais sur une tendance baissière.  Une période qui va profondément modifier l’environnement économique et social. D’ores et déjà on peut s’attendre à une baisse du commerce international d’au moins 30 % d’après les experts. Au-delà, des chaînes de valeur internationale pourraient être remplacées par d’autres chaînes davantage locales surtout pour les produits essentiels. La croissance sera durement affectée de 10 à 20 % selon les pays en Europe. Cet écroulement de l’activité va engendrer une cascade de défaillances et une montée du chômage pouvant atteindre 20 %. Une véritable catastrophe économique et sociale à laquelle les pouvoirs publics sont aussi peu préparés que vis-à-vis de la crise sanitaire. On parle par exemple de plan de soutien à l’économie de l’ordre de 50 milliards quand il en faudrait 1000 ! Comme la crise sanitaire, la crise économique sera traitée sans doute de manière trop tardive et trop contradictoire. Raison supplémentaire pour tenter de poser des maintenant les éléments de cette problématique qui va bouleverser nos sociétés.

 

 

Coronavirus: Le confinement prolongé pendant des semaines et des mois ? (Macron)

Coronavirus: Le confinement prolongé pendant des semaines et des mois ?   (Macron)

 

 

En fait, la politique très hésitante du gouvernement depuis presque deux mois conduit désormais le pouvoir à envisager toutes les hypothèses y compris d’un confinement qui pourrait durer des semaines et des mois et même être renouvelé. Macron ne semble pas vouloir reproduire l’énorme erreur  d’Édouard Philippe qui, lui, a appelé au rassemblement dans les bureaux de vote transformé en lieux d’incubation de fait  et qui en même temps préconisait  la limitation de la mobilité. Édouard Philippe aura sans doute un jour des comptes à rendre à la justice de cet acte irresponsable et qui d’ailleurs a fait l’objet  d’une plainte de la part d’un syndicat personnel médical. Pour Macron, désormais la plus grande perte prudence s’impose “Personne ne sait dire aujourd’hui pendant combien de temps il faudra aller vers cette réduction des contacts sociaux et ces pratiques”, a souligné le chef de l’Etat français en marge d’une visite de l’institut Pasteur à Paris.

“Est-ce qu’il faudra les durcir, est-ce qu’il faudra le prolonger? Vraisemblablement. Est-ce qu’il faudra y revenir à d’autres moments? Sans doute parce qu’on ne sait pas combien de vagues on aura et comment le virus va se comporter, comment on va l’absorber”, a-t-il poursuivi.

“L’obsession” du gouvernement “c’est déjà que tout le monde respecte ce que j’ai dit lundi soir : quand je vois des gens qui continent à aller au parc, à se mettre ensemble, à aller à la plage dans certains endroits ou à se ruer dans les marchés ouverts, n’ont pas compris le message”, a-t-il ajouté. “Aujourd’hui”, il y a “beaucoup de nos concitoyens qui prennent encore ça à la légère”. Reste que Macon fait à un constat mais qui n’est tire pas les conséquences de l’état de guerre qu’il a décrétée. Il a même évité  le terme confinement pour ne pas déplaire trop aux français. Comme d’habitude, les mesures des pouvoirs publics sont trop tardives et pas assez rigoureuses. Il est clair que des mesures beaucoup plus strictes s’imposent pour réduire la mobilité aux cas uniquement urgents et indispensables . Le en même temps situation de guerre n’existe pas !

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol