Archive pour le Tag 'programmé'

Le programme économique de Marine Le Pen : couteux et inefficace (Jean Tirole)

Le programme économique de Marine Le Pen : couteux et inefficace (Jean Tirole)

Le prix Nobel d’économie français Jean Tirole tire à boulets rouges contre le programme économique de Marine Le Pen, qui est selon lui « dissimulateur et non financé » et « appauvrira durablement notre pays ».

 

À noter cependant que le programme économique de Macron nest pas non plus fiancé. Et les 50 milliards de dépenses supplémentaires par des économies sont également illusoires NDLR

*Le prix Nobel d’économie français prévient les Français du risque pour l’économie française d’élire Marine Le Pen. Selon lui, le programme économique de la candidate RN est « dissimulateur et non financé » et « appauvrira durablement notre pays », a-t-il affirmé dans une tribune parue samedi dans La Dépêche du Midi.

« Liste à la Prévert »

« Le programme de Marine Le Pen est une liste à la Prévert de dépenses supplémentaires, largement sous-estimées à 68 milliards d’euros par an, financées à l’aide de recettes hélas en partie fictives », affirme le lauréat du prix décerné par la Banque de Suède en 2014.

Selon lui, les 16 milliards d’euros d’économies que Marine Le Pen dit vouloir faire grâce à des mesures sur l’immigration sont « un calcul qui repose sur du vent: toutes les études montrent que les immigrés ne coûtent quasiment rien en termes d’argent public, car les cotisations sociales de ceux qui travaillent compensent les coûts imputés à notre système de protection sociale ».

S’interrogeant aussi sur comment la candidate d’extrême droite réalisera « 8 milliards d’économies sur le fonctionnement de l’Etat », il estime, comme avant lui l’institut Montaigne, que « le coût de son programme de dépenses semble très sous-estimé ».

La retraite à 60 ans mettra en faillite le système

« Redescendre l’âge de la retraite à 60 ans mettra en faillite notre système, avec des conséquences importantes pour les plus défavorisés », affirme Jean Tirole alors que la candidate du Rassemblement National veut réinstaurer cet âge de départ pour ceux qui ont commencé à travailler entre 17 et 20 ans.

Les propositions de Marine Le Pen ne permettront « ni de préparer l’avenir, ni de réduire les inégalités », d’après l’économiste qui prend pour exemple l’exonération d’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans qui s’appliquerait aussi pour un haut diplômé « gagnant cinq fois le Smic ».

Constatant que malgré une dette publique passée de 100% à près de 116% du PIB en raison de la crise sanitaire, la France n’a pas perdu la confiance des marchés, il anticipe que « le manque de prévoyance du programme de Marine Le Pen ne rassurera pas ces derniers, qui verront dans la France une version européenne de l’Argentine ».

Frexit déguisé

Enfin, si Marine Le Pen « ne parle plus de quitter l’Europe et l’euro, son programme revient à s’asseoir sur les règles européennes et créera immédiatement une profonde crise de l’Union, avec des répercussions immédiates sur la crédibilité budgétaire de la France », prévient le prix Nobel pour lequel il s’agirait « d’un Frexit qui ne dit pas son nom ».

————–

Transition énergétique : le programme de Le Pen très proche de celui de Macron

Transition énergétique : le programme de Le Pen très proche de celui de Macron

Dans un article de la Tribune , on considère que le programme énergétique de Le Pen est particulièrement extravagant. Le seul problème c’est que ce programme est très proche de celui de Macron sur la question essentielle du nucléaire.

Macron  lui-même, a déclaré qu’il prolongerait la vie sans indiquer de date des centrales en état de fonctionner. Et dans les faits on pourra prolonger la durée de vie jusqu’à 60 ans au moins .

Le journal fait aussi état de l’intention de Marine Le Pen de construire une vingtaine de centrales nucléaires, ce qui serait une grande différence avec Macron. Or Macr on a annoncé la construction de six centrales et l’étude de huit soit 14. Mais les experts considèrent qu’il faudra en construire effectivement une vingtaine d ici 2050. La seule différence,  c’est que Macron n’annonce pas la couleur clairement. La seule vraie différence concerne la question de la remise en service de Fessenheim fermée prématurément par Macron pour faire plaisir aux écolos mais qui effectivement aurait pu être prolongé de 10 à 20 ans.

La candidate d’extrême droite souhaite  prolonger tous les réacteurs jusqu’à 60 ans. Pour la tribune cette mesure semble, pour le moins, audacieuse. Le gendarme du nucléaire, qui a autorisé en février 2021 la prolongation des réacteurs jusqu’à 50 ans sous réserve d’un réexamen approfondi de chacun d’entre eux et de travaux d’amélioration de la sûreté, ne s’est en effet jamais prononcé sur une prolongation au-delà. « Bien sûr que si on sait faire [prolonger les centrales nucléaires jusqu'à 60 ans, ndlr]« , a insisté Marine Le Pen sur France Inter. « Je vais vous dire pourquoi. La centrale jumelle de Fessenheim, qui se trouve aux Etats-Unis, a été repoussée à 60 ans et il y a zéro problème », a-t-elle ajouté, en omettant totalement les différences qu’il peut y avoir entre les deux sites où ces centrales sont implantées et celles liées à l’exploitation des réacteurs.

La Société française d’énergie nucléaire (Sfen), qui est le lobby de la filière, espère effectivement que la durée de vie des réacteurs pourra se prolonger jusqu’à 60 ans, mais elle souligne bien évidemment qu’il faudra prévoir un nouvel examen de sûreté au passage des 50 ans.

Macron: Un programme copier- coller

 Macron: Un programme copier- coller

 

TRIBUNE - Emmanuel Macron a donné son unique meeting de campagne, samedi 2 avril. Cet unique rendez-vous de campagne interroge sur la capacité du président sortant à mobiliser, analyse Arnaud Benedetti sur France Info

Arnaud Benedetti est professeur associé à l’Université Paris-Sorbonne. Il est rédacteur en chef de la revue politique et parlementaire. Il a publié Comment sont morts les politiques ? – Le grand malaise du pouvoir (éd. du Cerf, nov 2021).


Nul ne peut dire ce qui sortira des urnes dans une semaine mais le meeting d’Emmanuel Macron, le seul de sa campagne qu’il a rendu lui-même de son propre chef impossible, illisible, inaudible a tout du lapsus, de l’acte manqué, de ce que l’exploration psychanalytique dit de nos frustrations et autres échecs. Il y a clairement quelque chose de déréglé dans la mécanique macroniste, comme si les planètes s’étaient subitement désalignées.

Et Emmanuel Macron, dont le flair est incontestable, l’a sans doute pressenti. Il ne pourra même pas exciper une salle bondée et débordante – nombre de prises de vues ont capté des travées vides, ce qui n’est pas sans interroger sur la capacité pour un candidat favori des sondages à mobiliser de manière indiscutable pour la seule et l’unique grande messe militante qu’il s’est choisie dans sa quête électorale. L’Arena était manifestement surdimensionnée, et l’obstacle plus généralement trop élevé. Mais parmi les observateurs «autorisés» force est de constater que le président sortant a bénéficié de cette indulgence que l’on n’aura pas accordé à une Valérie Pécresse en souffrance lors de l’accident de communication du Zénith. Tout lors de cet instant partisan relevait de l’entreprise de réassurance dans un contexte où le sismographe des intentions de vote indique des oscillations dont on ne sait si elles sont ou non annonciatrices de perturbations plus amples.

Emmanuel Macron a voulu aussi parler à ces classes populaires dont il craint le réveil à la lecture des sondages qui tracent un retour de dynamique en faveur de Marine le Pen.

Emmanuel Macron a voulu de l’image, à l’américaine, pour réenchanter sa narration ; il a voulu aussi parler à ces classes populaires dont il craint le réveil à la lecture des sondages qui tracent un retour de dynamique en faveur de Marine le Pen ; il a tenté de rééquilibrer sur sa gauche une offre qui depuis cinq années aura tout fait pour faire oublier justement sa genèse.

De cet instant qui se voulait tout à la fois glamour avec le baiser à Brigitte, fervent avec la jeunesse militante exhibant son enthousiasme en tee-shirt, «cool» avec ces ministres et autres dirigeants esquissant la «ola» ou s’essayant à la harangue mégaphone à la main, ses initiateurs escomptaient qu’il dissipe le doute qui s’est installé sur la pertinence de la trajectoire de campagne d’Emmanuel Macron et des prédispositions tactiques la sous-tendant.

Cet exercice d’admiration collective a confirmé la solitude du pouvoir dont le projet principal consiste à se rééditer, à se reproduire, à se pérenniser.

À ce stade, rien ne peut confirmer la performativité de l’événement. Loin de là, le grand coup annoncé n’a pas vraiment eu lieu, nonobstant l’énergie de l’orateur présidentiel qui se voulait solaire, mais qui fut surtout solitaire. Cet exercice d’admiration collective a confirmé la solitude du pouvoir dont le projet principal consiste à se rééditer, à se reproduire, à se pérenniser. Ce fut en quelque sorte une saison 2 mais sans la nouveauté «innocente» de la saison 1.

L’invention marketée du «en même temps» a laissé la place au «copier-coller» laborieux d’une programmation dissimulant mal l’impression d’une fuite en avant, comme s’il ne fallait jamais cesser de pédaler sur le fil impromptu d’une crise de régime qui ne dirait pas son nom ; le mouvement des marcheurs de 2017 n’a pu dissiper cinq ans plus tard, à la vue des adversaires d’hier, comme entre autres Valls et Raffarin dorénavant réunis, ce fantasme élitaire d’un parti unique qui réglerait enfin l’angoisse existentielle des alternances incontrôlées ; enfin quant à lui, le maître proclamé des horloges, tout à sa volonté de susciter l’art du contrôle et du temps, et des événements, n’est pas forcément parvenu à nous convaincre que cette campagne qu’il n’avait pas voulue n’était pas en définitive sur le point de le rattraper.

 

Sondage Programme Macron: Ça ne change rien pour 66 %

Sondage Programme  Macron: Ça ne change rien pour 66 %

 

D’après un nouveau sondage Opinion 2022 réalisé par l’institut Elabe, une majorité de Français jugent négativement le programme de Macron.

 

66% des personnes interrogées jugent ainsi que le programme du président-candidat, présenté jeudi lors d’une longue conférence de presse, n’est ni novateur, ni innovant. 61% d’entre eux – dont 92% d’électeurs d’Eric Zemmour, 78% de Marine Le Pen, 76% de Jean-Luc Mélenchon et 72% de Valérie Pécresse au premier tour – considèrent par ailleurs que les propositions d’Emmanuel Macron ne correspondent pas aux attentes des Français et ne permettront pas d’améliorer leur quotidien. Du côté économique, 56% d’entre eux estiment que son programme n’améliorera pas la situation de la France, et 52% estiment qu’il ne permettra pas de renforcer le pays face à des crises mondiales majeures comme le Covid-19 ou la guerre en Ukraine. 51% des personnes interrogées pensent enfin que son programme n’est pas réaliste.

Quant à l’orientation politique de ses propositions, 50% des Français considèrent que le programme d’Emmanuel Macron n’est « ni de gauche ni de droite ». 43% estiment qu’il est « plus proche des idées de droite ». Seulement 7% des Français estiment qu’Emmanuel Macron est « plus proche des idées de gauche ».

Politique: Sondage programme Macron : pas novateur pour 66 %

Sondage programme Macron : pas novateur pour 66 %

le programme d’Emmanuel Macron, selon un sondage Elabe publié ce mardi n’est pas considéré comme novateur par 66 % des Français. Environ 80 % estiment que Macron mènera la même politique précédemment. dans  le détail, une large majorité de l’opinion soutient les mesures avancées par le président sortant, en particulier celles sur le pouvoir d’achat.Deux tiers des Français (66 %) estiment que son projet 2022 n’est « ni novateur ni innovant ». Une large majorité (61 %) juge qu’il ne correspond pas aux attentes des Français et qu’il ne permettra pas d’améliorer leur quotidien, et 56 % qu’il ne permettra pas d’améliorer la situation économique du pays.

Près de huit Français sur dix (78 %) pensent en effet qu’en cas de réélection, son deuxième mandat serait plutôt dans la continuité du premier . « Ils jugent par ailleurs le programme et le bilan - car ils mélangent un peu les deux - plutôt à droite, poursuit le sondeur, mais avec quelque chose de paradoxal : même avec cette droitisation, Marine Le Pen reste mieux jugée sur le régalien. »

Dans le détail, c’est la proposition de repousser l’âge légal de la retraite à 65 ans qui est jugée le plus négativement : 69 % des Français y sont opposés. Et c’est, sans surprise, la mesure la plus clivante politiquement : les électeurs potentiels de la candidate LR Valérie Pécresse y sont les plus favorables (61 %) - il faut dire qu’ elle l’a inscrite très tôt dans son projet - , suivis de ceux d’Emmanuel Macron (55 %), quand les autres électorats y sont plus nettement opposés.

En revanche, une majorité de Français, parfois très large, juge positivement les autres propositions testées, et en particulier celles sur le pouvoir d’achat . C’est le cas notamment de la hausse du minimum de pension à 1.100 euros pour une carrière complète (88 % favorables), de l’exonération de taxes sur les successions jusqu’à 150.000 euros par enfant (84 %) et de la suppression de la redevance (83 %). La quasi-totalité des Français (92 %) soutiennent la proposition de recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants dans les Ehpad.

Quant à la réforme potentiellement explosive du RSA - conditionnée à 15 à 20 heures hebdomadaires d’activité et de formation -, elle est, elle aussi, massivement soutenue (72 %), sauf chez les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon. Même chose avec l’idée d’ augmenter les enseignants en échange de nouvelles missions (63 % favorables), dont la présentation par le candidat jeudi dernier a pu irriter chez les professeurs .

Le versement à la source des prestations sociales est lui aussi soutenu par 67 % des Français à l’exception, cette fois, des électeurs potentiels du candidat Reconquête! Eric Zemmour.

Sondage programme Macron : pas novateur 66 %

Sondage programme Macron : pas novateur pour 66 %

le programme d’Emmanuel Macron, selon un sondage Elabe publié ce mardi n’est pas considéré comme novateur par 66 % des Français. Environ 80 % estiment que Macron mènera la même politique précédemment. dans  le détail, une large majorité de l’opinion soutient les mesures avancées par le président sortant, en particulier celles sur le pouvoir d’achat.Deux tiers des Français (66 %) estiment que son projet 2022 n’est « ni novateur ni innovant ». Une large majorité (61 %) juge qu’il ne correspond pas aux attentes des Français et qu’il ne permettra pas d’améliorer leur quotidien, et 56 % qu’il ne permettra pas d’améliorer la situation économique du pays.

Près de huit Français sur dix (78 %) pensent en effet qu’en cas de réélection, son deuxième mandat serait plutôt dans la continuité du premier . « Ils jugent par ailleurs le programme et le bilan - car ils mélangent un peu les deux - plutôt à droite, poursuit le sondeur, mais avec quelque chose de paradoxal : même avec cette droitisation, Marine Le Pen reste mieux jugée sur le régalien. »

Dans le détail, c’est la proposition de repousser l’âge légal de la retraite à 65 ans qui est jugée le plus négativement : 69 % des Français y sont opposés. Et c’est, sans surprise, la mesure la plus clivante politiquement : les électeurs potentiels de la candidate LR Valérie Pécresse y sont les plus favorables (61 %) - il faut dire qu’ elle l’a inscrite très tôt dans son projet - , suivis de ceux d’Emmanuel Macron (55 %), quand les autres électorats y sont plus nettement opposés.

En revanche, une majorité de Français, parfois très large, juge positivement les autres propositions testées, et en particulier celles sur le pouvoir d’achat . C’est le cas notamment de la hausse du minimum de pension à 1.100 euros pour une carrière complète (88 % favorables), de l’exonération de taxes sur les successions jusqu’à 150.000 euros par enfant (84 %) et de la suppression de la redevance (83 %). La quasi-totalité des Français (92 %) soutiennent la proposition de recruter 50.000 infirmiers et aides-soignants dans les Ehpad.

Quant à la réforme potentiellement explosive du RSA - conditionnée à 15 à 20 heures hebdomadaires d’activité et de formation -, elle est, elle aussi, massivement soutenue (72 %), sauf chez les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon. Même chose avec l’idée d’ augmenter les enseignants en échange de nouvelles missions (63 % favorables), dont la présentation par le candidat jeudi dernier a pu irriter chez les professeurs .

Le versement à la source des prestations sociales est lui aussi soutenu par 67 % des Français à l’exception, cette fois, des électeurs potentiels du candidat Reconquête! Eric Zemmour.

Politique- Programme Macron: la continuité sans le changement …et sans financement

Politique- Programme Macron: la continuité sans le  changement …et sans financement 

 

 

Finie sans doute la disruption pour Macron qui revient aux bonnes vieilles recettes des élections passées avec un très long catalogue de mesures qui ressemblent un peu au catalogue de La Redoute. Certaines paraissent de bon sens, d’autres contradictoires, d’autres théoriques et elles ont toutes en commun de n’avoir pas le financement nécessaire.

 

Le programme de Macron c’est une sorte de synthèse des idées avancées,à gauche, à droite voire aux extrêmes qui additionne le tout et accommode l’ensemble à la sauce macronienne du « en même temps ».

D’une façon générale , il manque surtout un souffle et une vision d’avenir. Surtout en cette période de bouleversements de l’environnement géostratégique et d’éventuelles menaces d’une troisième guerre mondiale. Une perspective qui est ajoutée à celle des préoccupations environnementales devrait inciter à un vaste plan de relocalisation industrielle et agricole afin de réduire la dépendance française dont il faut rappeler le triste résultat de la balance commerciale.Une perspective qui devrait aussi remettre en débat le rôle et les moyens de l’armée (Macron prévoit simplement quelques réservistes plus en plus; face aux chars russes par exemple cela risque d’être un peu insuffisant !).

Notamment n’ont pas été abordées dans ce catalogue d’une part la question de la dette, d’autre part et la compétitivité économique.

En outre et surtout ce plan n’est pas financé. D’après des calculs de coin de table, il coûterait d’après le candidat de l’ordre de 50 milliards par an dont l’essentiel doit être financé par la croissance. Justement quelle croissance avec une si faible compétitivité ?

Le président candidat a pris la précaution de ne pas indiquer de scénario de croissance.

« Le président sortant veut financer ce programme grâce à la croissance, qui permettra selon lui de dégager 15 milliards d’euros par an, la réforme des retraites et la réforme de l’assurance-chômage, auxquelles Emmanuel Macron veut ajouter 15 milliards d’euros d’économies sur les coûts de fonctionnement des collectivités locales. »

Le problème c’est que la réforme des retraites ne permettra de réelles économies qu’à très long terme. A court et moyen terme ,il y aura  en effet des transferts de dépenses sociales d’une part sur la sécurité sociale, d’autre part sur le régime d’assurance chômage. Quant à la réduction des coûts de fonctionnement des collectivités locales, le président hypothèque des responsabilités qui ne sont pas les siennes. Notons que dans le même temps , Macron fait pratiquement l’impasse sur la réforme de l’État et ses dépenses.

Bref, un programme à la française qui arrose un peu tous les sujets mais sans réelles priorités adaptées aux enjeux stratégiques et surtout sans le financement.

Présidentielle Programme Macron: la continuité sans le changement …et sans financement

Présidentielle Programme Macron: la continuité sans le  changement …et sans financement 

 

 

Finie sans doute la disruption pour Macron qui revient aux bonnes vieilles recettes des élections passées avec un très long catalogue de mesures qui ressemblent un peu au catalogue de La Redoute. Certaines paraissent de bon sens, d’autres contradictoires, d’autres théoriques et elles ont toutes en commun de n’avoir pas le financement nécessaire.

 

Le programme de Macron c’est une sorte de synthèse des idées avancées,à gauche, à droite voire aux extrêmes qui additionne le tout et accommode l’ensemble à la sauce macronienne du « en même temps ».

D’une façon générale , il manque surtout un souffle et une vision d’avenir. Surtout en cette période de bouleversements de l’environnement géostratégique et d’éventuelles menaces d’une troisième guerre mondiale. Une perspective qui est ajoutée à celle des préoccupations environnementales devrait inciter à un vaste plan de relocalisation industrielle et agricole afin de réduire la dépendance française dont il faut rappeler le triste résultat de la balance commerciale.Une perspective qui devrait aussi remettre en débat le rôle et les moyens de l’armée (Macron prévoit simplement quelques réservistes plus en plus; face aux chars russes par exemple cela risque d’être un peu insuffisant !).

Notamment n’ont pas été abordées dans ce catalogue d’une part la question de la dette, d’autre part et la compétitivité économique.

En outre et surtout ce plan n’est pas financé. D’après des calculs de coin de table, il coûterait d’après le candidat de l’ordre de 50 milliards par an dont l’essentiel doit être financé par la croissance. Justement quelle croissance avec une si faible compétitivité ?

Le président candidat a pris la précaution de ne pas indiquer de scénario de croissance.

« Le président sortant veut financer ce programme grâce à la croissance, qui permettra selon lui de dégager 15 milliards d’euros par an, la réforme des retraites et la réforme de l’assurance-chômage, auxquelles Emmanuel Macron veut ajouter 15 milliards d’euros d’économies sur les coûts de fonctionnement des collectivités locales. »

Le problème c’est que la réforme des retraites ne permettra de réelles économies qu’à très long terme. A court et moyen terme ,il y aura  en effet des transferts de dépenses sociales d’une part sur la sécurité sociale, d’autre part sur le régime d’assurance chômage. Quant à la réduction des coûts de fonctionnement des collectivités locales, le président hypothèque des responsabilités qui ne sont pas les siennes. Notons que dans le même temps , Macron fait pratiquement l’impasse sur la réforme de l’État et ses dépenses.

Bref, un programme à la française qui arrose un peu tous les sujets mais sans réelles priorités adaptées aux enjeux stratégiques et surtout sans le financement.

Programme Macron: la continuité sans le changement …et sans financement

Programme Macron: la continuité sans le  changement …et sans financement 

 

 

Finie sans doute la disruption pour Macron qui revient aux bonnes vieilles recettes des élections passées avec un très long catalogue de mesures qui ressemblent un peu au catalogue de La Redoute. Certaines paraissent de bon sens, d’autres contradictoires, d’autres théoriques et elles ont toutes en commun de n’avoir pas le financement nécessaire.

 

Le programme de Macron c’est une sorte de synthèse des idées avancées,à gauche, à droite voire aux extrêmes qui additionne le tout et accommode l’ensemble à la sauce macronienne du « en même temps ».

D’une façon générale , il manque surtout un souffle et une vision d’avenir. Surtout en cette période de bouleversements de l’environnement géostratégique et d’éventuelles menaces d’une troisième guerre mondiale. Une perspective qui est ajoutée à celle des préoccupations environnementales devrait inciter à un vaste plan de relocalisation industrielle et agricole afin de réduire la dépendance française dont il faut rappeler le triste résultat de la balance commerciale.Une perspective qui devrait aussi remettre en débat le rôle et les moyens de l’armée (Macron prévoit simplement quelques réservistes plus en plus; face aux chars russes par exemple cela risque d’être un peu insuffisant !).

Notamment n’ont pas été abordées dans ce catalogue d’une part la question de la dette, d’autre part et la compétitivité économique.

En outre et surtout ce plan n’est pas financé. D’après des calculs de coin de table, il coûterait d’après le candidat de l’ordre de 50 milliards par an dont l’essentiel doit être financé par la croissance. Justement quelle croissance avec une si faible compétitivité ?

Le président candidat a pris la précaution de ne pas indiquer de scénario de croissance.

« Le président sortant veut financer ce programme grâce à la croissance, qui permettra selon lui de dégager 15 milliards d’euros par an, la réforme des retraites et la réforme de l’assurance-chômage, auxquelles Emmanuel Macron veut ajouter 15 milliards d’euros d’économies sur les coûts de fonctionnement des collectivités locales. »

Le problème c’est que la réforme des retraites ne permettra de réelles économies qu’à très long terme. A court et moyen terme ,il y aura  en effet des transferts de dépenses sociales d’une part sur la sécurité sociale, d’autre part sur le régime d’assurance chômage. Quant à la réduction des coûts de fonctionnement des collectivités locales, le président hypothèque des responsabilités qui ne sont pas les siennes. Notons que dans le même temps , Macron fait pratiquement l’impasse sur la réforme de l’État et ses dépenses.

Bref, un programme à la française qui arrose un peu tous les sujets mais sans réelles priorités adaptées aux enjeux stratégiques et surtout sans le financement.

Macron: le Drapeau pour seul programme

 Macron: le Drapeau pour seul programme

Dans sa lettre aux Français qui constitue un acte de candidature,  Macron a habilement évité tout ce qu’il peut faire problème. En clair,  il a fait l’impasse sur les grands enjeux en insistant essentiellement sur son statut de défenseur du drapeau.  Ainsi, les intentions de vote se renforcent pour Macron  qui bénéficie d’un réflexe légitimiste.

La posture internationale de Macon risque d’étouffer complètement la campagne. Un macron satisfait de cette situation en renvoyant ses principaux concurrents à des rôles secondaires. On peut même supposer qu’Emmanuel Macon évitera tant qu’il le pourra la confrontation directe sauf sans doute au second tour

Les  adversaires d’Emmanuel Macron redoutent en tout cas une prime au chef de guerre dans ces conditions. « Il est factuellement le seul à avoir la compétence sur ce sujet à l’heure actuelle, c’est donc une spirale vertueuse pour le pouvoir en place », analyse la politologue et sociologue Virginie Martin. Le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau dit craindre, auprès du Monde (article payant), « un réflexe légitimiste du ‘rally around the flag effect’, ‘le ralliement au drapeau’ ».

Ce concept, théorisé aux Etats-Unis par le politologue John Mueller dans les années 1970, avance l’idée d’un soutien accru, en temps de guerre ou de crise majeure, au pouvoir en place. L’éclatement de la crise du Covid-19, en mars 2020, avait ainsi entraîné une nette hausse de la popularité du chef de l’exécutif.

La guerre en Ukraine a une autre conséquence sur la campagne du président sortant : en lice pour sa propre succession, il n’a pour l’heure pas avancé de programme détaillé, ni même de mesures concrètes. Alors qu’une polémique avait émergé sur l’absence de programme du candidat Macron à deux mois du premier tour de l’élection, en 2017, le projet du président sortant n’est pas vraiment au centre des discussions cette année. « Il y a cinq ans, le programme était un enjeu pour sa crédibilité, mais ce ne sera pas important cette année », Estime la majorité.  »Emmanuel Macron sera moins jugé sur son programme que sur son incarnation. »

Pour sa part, la politologue Virginie Martin anticipe une réémergence des mouvements contestataires, à l’image des « gilets jaunes » à l’automne 2018. « Alors que les élus sont déjà très mal élus, si la campagne est confisquée cela pourrait enflammer les braises de la frustration des oppositions », juge la spécialiste. Pour elle, le climat actuel de la campagne pourrait conduire de nombreuses personnes à ne pas se rendre aux urnes en avril.

 

Electricité nucléaire : Macron décide un programme de 6 EPR….. pour l’instant

Electricité nucléaire : Macron décide un programme de 6 EPR….. pour l’instant

 

D’une certaine manière,  le président a remis en cause l’objectif de limitation de la production électrique nucléaire à 50 % fixés par Hollande. Le président a en effet demandé à EDF la construction de six réacteurs de nouvelle génération EPR2, pour une première mise en service à l’horizon 2035. A cela s’ajoute l’étude pour huit de plus pour la fin de la décennie 2040.

Une décision très importante de maintenir en fonctionnement toute les centrales en état de produire. En clair, cela signifie un prolongement de la durée de vie le temps de faire le lien avec la production des nouveaux EPR attendus d’ici 15 ans.

Parallèlement, Emmanuel Macron a fixé jeudi l’objectif de doter la France d’une cinquantaine de parcs éoliens en mer pour « viser 40 gigawatts en service en 2050″, un seuil très ambitieux alors que le tout premier site doit commencer à fonctionner en avril, avec 10 ans de retard.

D’ici 2050, il veut multiplier par près de dix la puissance solaire installée pour dépasser 100 gigawatts, contre 13,2 GW aujourd’hui disponibles.

Un recul net par contre concernant les éoliennes terrestres dont  la capacité sera multiplié par deux en 30 ans et non pas en disant par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu’en 10 ans comme prévu jusqu’à présent.

Ce discours aux allures de programme énergie du futur candidat illustre l’évolution pro-nucléaire d’Emmanuel Macron, lui qui en 2017 insistait surtout sur son engagement de réduire le nucléaire à 50% de la production électrique, hérité de François Hollande. Dans les faits, la production électrique nucléaire va demeurer majoritaire.

C’est aussi un signe pour assurer aux Français que le coût de l’énergie ne dépendra pas des importations, dont la hausse des cours contribue lourdement à peser sur le pouvoir d’achat, autre thème majeur de la campagne.

Construire six réacteurs EPR2, sur des sites existants, coûtera une cinquantaine de milliards d’euros, a déjà prévu EDF.

Le groupe propose de les construire par paires sur trois sites: d’abord à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, puis à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou bien Tricastin

(Drôme).

À noter que le président l’autorité de régulation, lui, en fonction des besoins s’est prononcé non pas pour 6 EPR mais pour trois fois plus ; donc 18 au lieu des 6 décidés et des 8 à l’ étude.

Nucléaire :Macron décide un programme de 6 EPR….. pour l’instant

Nucléaire :Macron décide un programme de 6 EPR….. pour l’instant

 

D’une certaine manière,  le président a remis en cause l’objectif de limitation de la production électrique nucléaire à 50 % fixés par Hollande. Le président a en effet demandé à EDF la construction de six réacteurs de nouvelle génération EPR2, pour une première mise en service à l’horizon 2035. A cela s’ajoute l’étude pour huit de plus pour la fin de la décennie 2040.

Une décision très importante de maintenir en fonctionnement toute les centrales en état de produire. En clair cela signifie un prolongement de la durée de vie le temps de faire le lien avec la production des nouveaux EPR attendu d’ici 15 ans.

Parallèlement, Emmanuel Macron a fixé jeudi l’objectif de doter la France d’une cinquantaine de parcs éoliens en mer pour « viser 40 gigawatts en service en 2050″, un seuil très ambitieux alors que le tout premier site doit commencer à fonctionner en avril, avec 10 ans de retard.

D’ici 2050, il veut multiplier par près de dix la puissance solaire installée pour dépasser 100 gigawatts, contre 13,2 GW aujourd’hui disponibles.

Un recul net par contre concernant les éoliennes terrestres dont  la capacité sera multiplié par deux en 30 ans et non pas en disant par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu’en 10 ans comme prévu jusqu’à présent. 

Ce discours aux allures de programme énergie du futur candidat illustre l’évolution pro-nucléaire d’Emmanuel Macron, lui qui en 2017 insistait surtout sur son engagement de réduire le nucléaire à 50% de la production électrique, hérité de François Hollande. Dans les faits, la production électrique nucléaire va demeurer majoritaire.

C’est aussi un signe pour assurer aux Français que le coût de l’énergie ne dépendra pas des importations, dont la hausse des cours contribue lourdement à peser sur le pouvoir d’achat, autre thème majeur de la campagne.

Construire six réacteurs EPR2, sur des sites existants, coûtera une cinquantaine de milliards d’euros, a déjà prévu EDF.

Le groupe propose de les construire par paires sur trois sites: d’abord à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, puis à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou bien Tricastin

(Drôme).

À noter que le président l’autorité de régulation, lui, en fonction des besoins s’est prononcé non pas pour 6 EPR mais pour trois fois plus ; donc 18 au lieu des 6 décidés et des 8 à l’ étude.

Covid France : recul du taux d’incidence

Covid France : recul du taux d’incidence

Le taux d’incidence est désormais en recul ,sur une semaine , dans l’ensemble des départements

Si la prudence doit rester de mise en raison d’un nombre de nouveaux cas toujours très élevé, près de 270.000 par jour, ces dernières données confirment la décrue constatée au niveau national depuis le 24 janvier.Le recul est particulièrement notable en outre-mer, en Ile-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes. En une semaine, l’incidence a même baissé de moitié en Guyane, passant de 796 à 391 cas pour 100.000 habitants en moyenne. En région parisienne, le taux a diminué d’environ un tiers sur la même période.

Néanmoins, le taux d’incidence reste toujours particulièrement élevé dans certains territoires de l’Hexagone. Dans les Pyrénées-Atlantiques, si le nombre de contaminations détectées a diminué de 14% en 7 jours, le département affiche toujours un taux d’incidence supérieur à 4000.

Par ailleurs, à l’hôpital, le pic n’est pas encore atteint, comme le montre notre carte ci-dessous. Ces sept derniers jours, le nombre total de personnes hospitalisés a encore augmenté de près de 5% au niveau national, passant de 31536 patients Covid-19 traités au 30 janvier, à 33027 ce dimanche soir.

Enfin à l’échelle nationale, si le taux d’incidence baisse en général, ce n’est pas le cas chez les plus âgés, a noté Santé publique France dans son dernier bulletin hebdomadaire, daté de jeudi: « Malgré un taux d’incidence en baisse de 8%, cet indicateur continuait néanmoins d’augmenter chez les 70 ans et plus et restait à un niveau très élevé (supérieur à 3.000 cas pour 100.000 habitants) dans la majorité des régions ».

Macron et l’UE : un programme européen ou électoral ?

Macron et  l’UE : un programme européen ou électoral ?

Un papier du monde souligne que Macron dans sa conférence de presse de jeudi 9 décembre le président de la république qui va présider l’union économique pendant six mois s’est livré un exercice d’équilibriste en tentant d’européaniser les faiblesses de la France. Ainsi la mise en cause des critères de gestion budgétaire, la politique de défense, la maîtrise des frontières et même le service civil ! NDLR

Editorial du « Monde ».

 

L’exercice auquel s’est livré le président de la République jeudi 9 décembre lors de la deuxième conférence de presse de son quinquennat était particulièrement acrobatique : présenter les grandes orientations de la présidence française de l’Union européenne qui débute le 1er janvier 2022 pour six mois, sans avoir l’air d’interférer dans la campagne présidentielle qui se déroulera au même moment.

Président « jusqu’au bout » mais pas encore candidat déclaré, Emmanuel Macron a évité les escarmouches politiques sans bouder l’occasion d’affirmer son credo européen. Maîtrise des frontières de l’UE, souveraineté stratégique, nouveau modèle de croissance européen, chaque thématique a été l’occasion de vanter l’Europe protectrice dans un monde instable et dangereux.


L’ambition est de faire aboutir trois longues négociations sous présidence française sur le salaire minimum, la taxe carbone aux frontières et la régulation des grandes plates-formes numériques, donnant quelque substance aux propos présidentiels. En revanche, aucune avancée forte n’est perceptible sur le dossier ultrasensible de l’immigration, tant le contrôle des flux migratoires continue de diviser les Vingt-Sept. C’est pourtant ce sujet qui alimente depuis des mois le débat politique français


L’Europe promet d’occuper à nouveau une place importante dans la campagne présidentielle. Depuis le référendum sur Maastricht, il y a près de trente ans, la construction européenne n’a cessé de creuser le fossé entre les pro et les anti, coupant la gauche et la droite en deux et donnant du grain à moudre aux extrêmes. Le débat s’est cependant déplacé. Plus personne en France ne réclame la sortie de l’euro – une large majorité de Français a fini par considérer la monnaie unique comme plus protectrice que le franc. On n’entend plus non plus de candidats promettre le « Frexit », sans doute parce que l’exemple britannique reste, à ce stade, la pire publicité.

Deux formes de contestation, en revanche, progressent : la première consiste à laisser croire que l’on pourrait garder de l’Europe ce qui nous arrange et enlever ce qui nous dérange. Durant la primaire qui a départagé les cinq prétendants Les Républicains, il a été assené que la France devrait retrouver sa souveraineté juridique sur les questions migratoires et se libérer des instances judiciaires européennes. Valérie Pécresse, qui s’affiche pourtant comme une candidate pro-européenne, n’était pas la dernière à le dire.

La seconde façon de contester l’Union européenne est de plaider qu’il n’est pas besoin de la quitter pour la dynamiter, il suffit de trouver des alliés à l’intérieur. Marine Le Pen et Eric Zemmour jouent ouvertement cette carte en affichant leur proximité avec les dirigeants illibéraux d’Europe centrale.


Aux « mi-européens » et aux anti-européens tout court, Emmanuel Macron oppose son engagement total dans la défense du modèle européen, en tentant de mixer des arguments de raison et des éléments de fierté. Il n’en ignore cependant aucune des lacunes et fragilités. Inquiet de la montée des « révisionnismes » , il dit vouloir lancer en juin 2022 « un grand travail sur l’histoire » du Vieux Continent, comme s’il manquait un supplément d’âme à la construction européenne. Même lucidité à propos des failles du modèle social qui alimentent une contestation de plus en plus virulente du système démocratique. Dans son esprit, défendre l’Europe, c’est aussi la changer. L’antienne n’est pas nouvelle. François Mitterrand l’avait, avant lui, beaucoup utilisée.

Macron et Présidence de l’UE : un programme européen ou électoral ?

Macron et Présidence de l’UE : un programme européen ou électoral ?

Un papier du monde souligne que macron dans sa conférence de presse de jeudi 9 décembre le président de la république qui va présider l’union économique pendant six mois s’est livré un exercice d’équilibriste en tentant d’européaniser les faiblesses de la France. Ainsi la mise en cause des critères de gestion budgétaire, la politique de défense, la maîtrise des frontières et même le service civil ! NDLR

Editorial du « Monde ».

 

L’exercice auquel s’est livré le président de la République jeudi 9 décembre lors de la deuxième conférence de presse de son quinquennat était particulièrement acrobatique : présenter les grandes orientations de la présidence française de l’Union européenne qui débute le 1er janvier 2022 pour six mois, sans avoir l’air d’interférer dans la campagne présidentielle qui se déroulera au même moment.

Président « jusqu’au bout » mais pas encore candidat déclaré, Emmanuel Macron a évité les escarmouches politiques sans bouder l’occasion d’affirmer son credo européen. Maîtrise des frontières de l’UE, souveraineté stratégique, nouveau modèle de croissance européen, chaque thématique a été l’occasion de vanter l’Europe protectrice dans un monde instable et dangereux.


L’ambition est de faire aboutir trois longues négociations sous présidence française sur le salaire minimum, la taxe carbone aux frontières et la régulation des grandes plates-formes numériques, donnant quelque substance aux propos présidentiels. En revanche, aucune avancée forte n’est perceptible sur le dossier ultrasensible de l’immigration, tant le contrôle des flux migratoires continue de diviser les Vingt-Sept. C’est pourtant ce sujet qui alimente depuis des mois le débat politique français


L’Europe promet d’occuper à nouveau une place importante dans la campagne présidentielle. Depuis le référendum sur Maastricht, il y a près de trente ans, la construction européenne n’a cessé de creuser le fossé entre les pro et les anti, coupant la gauche et la droite en deux et donnant du grain à moudre aux extrêmes. Le débat s’est cependant déplacé. Plus personne en France ne réclame la sortie de l’euro – une large majorité de Français a fini par considérer la monnaie unique comme plus protectrice que le franc. On n’entend plus non plus de candidats promettre le « Frexit », sans doute parce que l’exemple britannique reste, à ce stade, la pire publicité.

Deux formes de contestation, en revanche, progressent : la première consiste à laisser croire que l’on pourrait garder de l’Europe ce qui nous arrange et enlever ce qui nous dérange. Durant la primaire qui a départagé les cinq prétendants Les Républicains, il a été assené que la France devrait retrouver sa souveraineté juridique sur les questions migratoires et se libérer des instances judiciaires européennes. Valérie Pécresse, qui s’affiche pourtant comme une candidate pro-européenne, n’était pas la dernière à le dire.

La seconde façon de contester l’Union européenne est de plaider qu’il n’est pas besoin de la quitter pour la dynamiter, il suffit de trouver des alliés à l’intérieur. Marine Le Pen et Eric Zemmour jouent ouvertement cette carte en affichant leur proximité avec les dirigeants illibéraux d’Europe centrale.


Aux « mi-européens » et aux anti-européens tout court, Emmanuel Macron oppose son engagement total dans la défense du modèle européen, en tentant de mixer des arguments de raison et des éléments de fierté. Il n’en ignore cependant aucune des lacunes et fragilités. Inquiet de la montée des « révisionnismes » , il dit vouloir lancer en juin 2022 « un grand travail sur l’histoire » du Vieux Continent, comme s’il manquait un supplément d’âme à la construction européenne. Même lucidité à propos des failles du modèle social qui alimentent une contestation de plus en plus virulente du système démocratique. Dans son esprit, défendre l’Europe, c’est aussi la changer. L’antienne n’est pas nouvelle. François Mitterrand l’avait, avant lui, beaucoup utilisée.

Présidentielles : le programme de Valérie Pécresse

Présidentielles  : le programme de Valérie Pécresse 

 

Pour résumer un programme qui tente d’articuler libéralisme, action régalienne et rigueur de gestion.

 

ECONOMIE et  SOCIAL 

- Hausse « de 10% des salaires nets jusqu’à 2,2 Smic », par un transfert aux entreprises des cotisations sociales vieillesse

- Relance « dès le printemps 2022″ de la réforme des retraites: départ à 65 ans, pension d’ »au moins un Smic » si on a travaillé toute sa vie

- Hausse des pensions de réversion, cumul emploi-retraite possible

- Renforcement de la dégressivité des allocations chômage après six mois

- « Droit au logement prioritaire » pour les travailleurs de première ligne

- Suppression de 200.000 postes de fonctionnaires mais création de 50.000 pour « protéger, éduquer, soigner »

- « Comité de la hache » de simplification administrative

- Fin des 35 heures de travail hebdomadaire

 

CLIMAT, ENERGIE

- Taxe carbone aux frontières de l’Europe

- Objectif de neutralité carbone « en 2050″: Livret Vert, aucun véhicule neuf à énergie thermique « en 2040″

- Lancement de 6 EPR, zones d’ »interdiction d’implantation des éoliennes »

ECOLE

- Deux heures de français et une de maths en plus en primaire

- Examen d’entrée en 6e avec « classes de remise à niveau » en cas d’échec

- Création d’une « réserve éducative nationale » avec des profs à la retraite

- Autonomie renforcée des écoles et universités

- Revalorisation des carrières des enseignants, poursuites de « tous les faits » d’outrage ou agression

FAMILLE, SANTE, CULTURE

- Prime à la natalité de « 900 euros par an » dès le premier enfant, hausse des allocations familiales

- Défiscalisation des pensions alimentaires des parents seuls

- Don défiscalisé aux descendants possible « tous les six ans »

- Recrutement de 25.000 soignants à l’hôpital

- Déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé

- Création d’une journée nationale des héros français

IMMIGRATION

- Quotas annuels votés par le Parlement

- Fin des visas si les pays ne reprennent pas leurs ressortissants expulsés, « intensification » des charters

- Dépôt des demandes d’asile depuis les ambassades à l’étranger

- Prestations sociales conditionnées à « cinq ans de résidence régulière »

- Durcissement du regroupement familial

LAICITE, INTEGRATION

- Serment de « respect de la laïcité » pour les fonctionnaires, licenciement possible en cas de radicalisation

- Maintien en rétention des « terroristes radicalisés » après leur peine

- Interdiction du « port forcé » du voile ainsi que pour les accompagnatrices scolaires

- 30% maximum de logements sociaux par quartier

SECURITE, JUSTICE

- « 5 milliards » d’euros pour équiper les forces de l’ordre et « 9 milliards par an » pour les tribunaux

- Armement des polices municipales

- Jugements en « moins de six mois » pour les délits du quotidien et « 15 jours » pour les violences conjugales

- Construction de « 20.000 places de prison », ouverture de centres fermés pour les courtes peines

- Retenues sur salaires « contre les amendes impayées »

- Majorité pénale à 16 ans

- « Circonstance aggravante » pour certaines infractions commises « dans 72 zones de reconquête républicaine »

- Reconnaissance faciale dans les transports en commun

Eric Piolle (EELV): son programme de France verte

Eric Piolle (EELV): son programme de France verte

 

Le maire de Grenoble d’Europe Ecologie les Verts candidat à la candidature pour les présidentielles expose son programme de France verte abordant y compris les questions industrielles (interview dans la Tribune)

 

ERIC PIOLLE – Il s’agit tout d’abord d’une plateforme collective, que l’on avait imaginée après une série de rencontres avec Camille Etienne à l’issue de l’anniversaire de la Cop 21. Celle-ci rassemble aujourd’hui près de 1.500 personnes et quelques centaines d’entre elles qui travaillent de manière très collective.

Nous venons en effet de déposer nos premières propositions à l’égard de la plateforme du projet écologiste, qui a été ouverte fin avril, jusqu’au 12 juin prochain.

Notre idée est de défendre le principe d’un référendum, avec le besoin de créer un choc démocratique tout de suite après l’élection, afin de déverrouiller l’avenir.

Pour autant, à travers ce site Une certaine idée de demain, qui affirme vouloir mobiliser « autour de la démarche collective impulsée par Eric Piolle », vous n’appelez pas à une véritable « révolution » ?

Il s’agit de sujets assez consensuels au fond, car l’idée n’est pas d’aller sur des sujets conflictuels, mais de profiter de la légitimité du président qui sera élu pour déverrouiller ce qui n’a pas été fait, c’est-à-dire l’adaptation de nos institutions.

A la fois pour sortir de la monarchie présidentielle et arrêter les nominations réalisées par le président, mais aussi pour supprimer les articles qui lui arrogent les pleins pouvoirs, ou encore pour permettre des élections à l’Assemblée nationale avec l’instauration de la proportionnelle, tout en conservant sa stabilité.

Il s’agissait de l’une des grandes revendications des gilets jaunes que de changer la donne, sans abuser de la légitimité des élections.

Peut-on en conclure qu’à travers ces premières propositions ainsi que ce site, qui réunit vos propres soutiens, vous êtes vous-même candidat à la primaire écologiste, comme beaucoup l’estimaient déjà ?

Je regarderai cela après les élections régionales, qui sont la première et la prochaine étape.

C’est pour cela que pour l’instant, je suis en déplacement chaque week-end, afin de soutenir les candidats écologistes, à la fois au sein des départements et des régions un peu partout en France, avec la même logique de cohérence et une détermination constante.

Prévoyez-vous de publier de nouvelles « contributions » à la plateforme écologiste d’ici juin prochain ?

Le fait d’avoir déjà déposé une centaine de propositions au sein d’Une certaine idée de demain pourrait nous permettre de faire émerger une dizaine de propositions à la plateforme écologiste, car chacun doit pouvoir contribuer au projet collectif.

Cette primaire visera avant tout à choisir le candidat écologiste, qui sera ensuite en charge de fédérer et de porter un projet politique qui suscite l’adhésion.

Tout le monde parle du risque de duel entre Macron et le Pen. Mais l’on oublie une chose : pour qu’un autre chemin aboutisse, il faudra également proposer un projet positif ainsi qu’une autre vision de la société, qui ne soit ni le monde ultralibéral de Macron, ni le monde de repli sur soi du Rassemblement national.

Au cours des dernières semaines, EELV semble désormais divisé entre deux tendances : celle de désigner son candidat à la primaire, puis de chercher le rassemblement de l’arc humaniste que vous appelez de vos vœux, ou bien celle de construire dès à présent ce rassemblement avec l’ensemble des forces de gauche -une méthode plutôt suivie par Yannick Jadot-?

Je ne crois pas qu’il existe réellement ces deux tendances, car la volonté est de dire que nous faisons un rassemblement. C’est le message général qui est porté, avec le terme d’arc humaniste qui est désormais effectivement repris, et qui mène à mon sens à une convergence positive. Mais cela ne doit pas changer le calendrier, il faut y aller étape par étape.

Il nous faut pour cela déjà réussir les élections régionales, qui peuvent réellement changer la vie quotidienne des Français, et choisir ensuite cette candidature écologiste, pour que le débat soit clair et incarné, avec méthode.

Cela veut dire que pour vous, on ne peut pas s’allier correctement avec les forces de gauche avant d’avoir un chef de file ?

Cela ne me semble pas possible si l’on souhaite une démarche sincère et efficace. Il faut prendre en compte les étapes et la dimension de rythme.

Vous êtes vous-même candidat aux élections régionales, en dernière position non éligible pour soutenir la candidate EELV Fabienne Grébert. Or, on voit qu’à moins de deux mois avant l’échéance, les sondages donnent toujours le président sortant LR Laurent Wauquiez très en avance sur l’ensemble des forces, dont EELV (qui serait en 4e position, après LR, le RN et LREM). Ne doit-on pas là aussi prôner l’arc humaniste dès à présent ?

Le mode de scrutin des régionales fait que l’on doit avoir un rassemblement, la question est de savoir s’il aura lieu au premier ou au second tour. Mais ce n’est pas une question sur le fond, le rassemblement devra se faire.

Ensuite, les sondages sont ce qu’ils sont : il ne faut pas oublier qu’aux dernières élections, on m’a moi-même donné en moyenne 10 points de moins que le score que nous avons finalement réalisé. C’est encore le cas en 2020 pour les municipales à Grenoble, tout comme à Lyon.

Nous sommes également dans une période tellement mouvante, qu’il faudra regarder les choses de plus près, lorsque les Français les Français sortiront le nez du Covid, avec la vaccination qui avance.

On voit bien dans les centres d’intérêts des Français que, si l’instrumentalisation autour des questions sanitaires fonctionne, la question environnementale demeure une préoccupation très haute, avec les enjeux climatiques et de justice sociale, qui ne vont faire que remonter à la surface au fil du temps.

Je ne m’attache donc pas aux sondages, il faut réaliser la compagne à fond, avec une démarche positive.

Laurent Wauquiez a, de son côté, promis des millions et des millions à tout le monde, avec un art de l’affichage qui est réel. Mais ce qui l’a mis en échec en 2019, à savoir sa ligne très dure, et sa volonté d’aller chasser sur les terres du Rassemblement National, n’a au fond pas changé.

Sur le terrain régional justement, le sujet des énergies renouvelables monte actuellement en AuRA : vous étiez vous-même ce samedi aux côtés des salariés d’EDF, contre la loi Hercule : que défendiez-vous sur ce dossier ?

Il s’agit d’un sujet essentiel puisque le monde de l’énergie vit des transformations très fortes, et pendant ces transformations, le président de la République choisi au contraire de privatiser ce qui est l’avenir des énergies renouvelables, et de conserver dans le giron public ce qui va précisément constituer une dette future colossale : à savoir la mise en sécurité de centrales, leur démantèlement, la gestion des déchets… Ce sont des centaines de milliards d’euros qui sont déjà chiffré, et ce chiffre est sans doute sous-estimé.

Nous nous battons pour que l’énergie de demain soit l’énergie des biens communs. Ce qui est intéressant, c’est d’avoir un rassemblement très large, qui comprenne à la fois les salariés, l’ensemble des syndicats, formations politiques, mouvements citoyens, gilets jaunes, O.N.G. environnementales…

Nous nous arrivons en fin de mandat avec une cascade d’agendas, mais aussi une légitimité politique qui est fragilisée : il y a matière à freiner ce projet.

Le dossier Hercule n’est pas le seul à agiter la scène iséroise en matière d’industrie : des dossiers comme FerropemPhotowatt et même General Electric se traduisent eux aussi par des fermetures et suppressions d’emplois envisagées…

On voit bien que sur ces trois dossiers, il existe cette volonté de démanteler et de privatiser l’avenir ainsi que le bien commun.

On est en ligne avec le projet d’Emmanuel Macron, qui expliquait dans son livre que son objectif était « d’adapter la France à la marche du monde ». Il s’agit d’une marche néolibérale et de compétition à tout-va, avec un affaiblissement des services publics de manière générale.

J’étais moi-même impliqué sur le dossier Photowatt en tant que conseiller régional il y a déjà 10 ans, et nous nous étions déjà mobilisés à l’époque afin de favoriser une reprise dans le périmètre d’Edf.

Mais force est de constater qu’Edf n’a rien fait de cette entreprise, n’a pas investi pour développer son capital, et ne rachète même pas ses propres panneaux… Cela montre la vacuité du double discours dans ce dossier.

Finalement, que faire pour conserver et développer cette filière ? Votre candidature aux régionales Fabienne Grébert proposait récemment la création de 100.000 emplois à l’échelle d’AuRA : pour faire quoi ?

Les dernières évaluations successives évaluent elles aussi que les énergies renouvelables nécessiteront la création de 600.000 emplois d’ici 2030. On sait qu’il s’agit d’un nombre colossal, qui représente déjà 150 à 200.000 emplois si l’on choisissait d’arrêter demain les intrants, engrais, ou pesticides dans l’agriculture par exemple.

C’est un gisement d’emplois qui demande un courage politique, mais aussi une vision. Si l’on reste dans la privatisation du monde, on ne peut pas prendre ce chemin.

Faut-il pour autant passer, selon vous, par des leviers comme celui de la nationalisation ?

On peut imaginer d’avoir une partie nationalisée, ou du moins un retour dans le giron public, à travers un contrôle qui serait par exemple assuré par un satellite public. Cela pourrait être aussi une occasion d’impliquer les collectivités locales ou les citoyens.

Face aux questions d’acceptabilité sociale des éoliennes par exemple, on se rend compte que si l’on reste dans la même logique, qui est d’installer une éolienne quelque part, d’en tirer un revenu, et de l’envoyer ensuite ailleurs, à l’autre bout de la planète, cela pose des questions de gouvernance. Or le projet d’Emmanuel Macron est d’aller acheter la transition à l’étranger.

On sent que les thématiques de réindustrialisation sont désormais plus nombreuses au sein de votre discours, tout comme de celui de votre homologue Fabienne Grébert, ainsi que de Yannick Jadot. En quoi est-ce une notion naturelle au sein du projet des Verts ? Est-ce que ce terme fait réellement partie de l’écologie politique ?

Il est naturel que ce terme s’inscrive dans la vision de l’écologie, car il ne faut pas oublier que près de 50 % des gaz à effets de serre sont aujourd’hui importés. On ne peut pas uniquement réduire les gaz à effet de serre ici, et transférer l’activité ailleurs.

C’est pour cela que réindustrialiser a du sens, car cela fait circuler l’économie, de manière plus circulaire justement. Dès 2010, quand je me suis engagé au conseil régional, je portais déjà le slogan des 3R : à savoir relocaliser, reconvertir, et redistribuer, et cela reste pertinent.

Pourtant, l’industrie a souvent été pointée, au cours des dernières années, comme l’une des principales sources d’émissions de GES : en quoi les choses ont changé pour en faire un levier ?

Il est vrai que l’industrie peut polluer, mais tout l’enjeu est justement d’en améliorer son impact à la fois sur l’eau, sur l’air, sur la consommation foncière, l’énergie, ou encore son impact sur la biodiversité… C’est pourquoi l’industrie est aujourd’hui un moteur de transformation très riche et de mobilisation.

Il faut rappeler qu’en France, la gauche comme la droite ont poussé vers une vision néolibérale d’une France sans usines, qui était déjà pour moi une aberration il y a près de 18 ans.

Même lorsque je travaillais dans le privé, j’ai œuvré pour localiser des activités car cela a du sens, et permet de mieux écouter les besoins du client, d’avoir des activités plus intégrées… C’est donc une vision erronée de nos dirigeants que nous payons aujourd’hui, de ce qu’est une société.

Vous allez de nouveau participer à la marche pour le climat à Grenoble ce dimanche. Après avoir déjà évoqué votre déception concernant le devenir de ce texte, celui-ci a depuis été voté depuis par l’Assemblée nationale cette semaine. Qu’attendez-vous désormais de ces nouvelles mobilisations ?

Il existe tellement de points d’amélioration, quand on part de seulement 10 à 20 % de propositions réellement conservées, selon l’évaluation de la convention citoyenne pour le climat…

Cette loi résonne tout de même comme une trahison, par rapport à l’esprit de départ.

Nous étions vendredi à Paris en réunion avec le groupe écologiste au Sénat, afin de voir sur quels axes ce projet pourrait être amélioré en vue de déposer des amendements. Mais cela est pléthorique, et pose à la fois la question du logement, de l’ingénierie, de réglementation, de publicité…

L’objectif de cette marche pour le climat est de montrer avant tout que la société est prête, car il existe un besoin de s’exprimer pour tous les jeunes et les personnes engagées dans cette direction, qui ont des attentes, une recherche de sens et un besoin de cohérence.

L’un des enjeux du moment est de montrer que nous restons mobilisés, et que cette mobilisation doit avoir un débouché politique.

2022 sera pour vous également l’année de la Capitale verte européenne, un titre que vous avez remporté auprès de la Commission européenne. Comptez-vous sur cette reconnaissance pour mieux faire porter la voix de Grenoble sur la scène médiatique ?

Il ne s’agit pas d’une démarche à but électoral, mais qui vise bien à fédérer l’ensemble des acteurs du territoire, car nous aurons l’ensemble des institutions présentes quelle que soit leur couleur politique, au sein d’une dynamique collective.

Cela va nous permettre d’amplifier les changements qui ont déjà été initiés, et de donner un sens pour les entreprises, salariés, institutions et acteurs de la recherche ainsi que culturels. Il s’agit d’un projet de territoire qui nous correspond : nous avons été choisis pour cela, car nous avons le courage d’avancer.

Ce titre nous permettra aussi de faire rayonner notre pays, car la Capitale verte a été placée sous le haut patronage de la France, qui présidera au premier semestre 2022 la Commission européenne. A ce titre, le Président de la république nous a déjà confirmé qu’il serait là pour son ouverture.

Je pense que ce sera l’occasion de mettre en valeur la transition à Grenoble, mais également partout en France.

Bruno Retailleau: Son programme pour 2022

Bruno Retailleau: Son programme pour 2022

 

En course pour l’Elysée, le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, présente les grands axes de son programme économique. « Je veux ensuite un capitalisme plus participatif afin que le travail soit mieux payé », dit-il;

Un programme assez représentatif de la droite conservatrice au sein des républicains mais toutefois qui s’ouvre à une certaine dimension sociale . Une perspective qui souffre cependant d’insuffisance en matière économique dont Retailleau confie totalement l’avenir au libéralisme . Bref un peu en retard par rapport à ce qu’engage par exemple Biden. NDLR

Bruno Retailleau est président du groupe LR au Sénat. Il entend bien être sur la ligne de départ pour la présidentielle et se bat pour que Les Républicains organisent une primaire afin de désigner leur candidat. Déjà en course, Xavier Bertrand a dévoilé il y a une semaine dans Les Echos ses projets pour réindustrialiser la France. A son tour, Bruno Retailleau présente dans l’Opinion son « pacte de reconstruction ».

Dans la course à l’Elysée qui s’ouvre à droite, êtes-vous celui qui reprend la ligne économique de François Fillon ?

C’était il y a quatre ans seulement, mais cela paraît un siècle ! La crise est passée par là. Elle a été un révélateur pour les Français. Ils étaient persuadés qu’en contrepartie d’une dépense publique très élevée, nous bénéficiions du meilleur système de protection au monde. Et pourtant nos hôpitaux, nos personnels soignants ont manqué de tout ! Cela a ouvert les yeux des Français sur tout le reste : l’école, l’Etat… Face à cela, certains veulent, comme d’habitude, relancer avec les vieilles recettes, c’est-à-dire se contenter d’amoindrir les conséquences de nos difficultés avec de l’argent public, sans en traiter les causes. Ce n’est pas que ce que je défends. Nous sommes au bout d’un système. Il nous faut enfin sortir des Trente piteuses, renverser la table et avoir le courage de le dire puis de le faire.

« Renverser la table », qu’est-ce que cela veut dire ?

Tout le monde parle de relance. Mais on ne relance pas un moteur cassé, on le remplace ! Je plaide pour un pacte de reconstruction, qui s’appuie sur trois piliers. Un : le travail, les entreprises, les salariés. Deux : l’Etat et la société. Trois : l’Europe. La priorité, c’est de produire plus en France. On a produit de moins en moins tout en redistribuant de plus en plus. Le résultat, c’est que l’on a appauvri les Français : ces vingt dernières années, ils ont perdu 5 000 euros de pouvoir d’achat par rapport aux Allemands. Ce sentiment de déclassement les taraude.

«Je propose de créer une grande filière de l’enseignement professionnel par la voie de l’alternance en la confiant, non pas à l’Education nationale, mais aux régions et aux filières économiques»

Que proposez-vous concrètement ?

Pour produire plus, il faut plus de travail et qu’il soit moins taxé. Il faut baisser les impôts et charges qui pèsent sur le travail et la production, passer toutes les normes à la paille de fer. En cinq ans, les Anglais ont restitué aux entreprises plus de 12 milliards d’euros en supprimant des normes inutiles. Je veux ensuite un capitalisme plus participatif afin que le travail soit mieux payé (sans obérer la compétitivité de l’entreprise) et que le salarié bénéficie davantage de la réussite de l’entreprise. Je propose trois mesures : une prime d’intéressement sur les bénéfices de l’entreprise, exonérée de charges sociales jusqu’à 5 000 euros par an, une fusion du mécanisme de participation-intéressement avec la suppression du forfait social, notamment pour les PME et ETI, et la possibilité de transmettre aux salariés jusqu’à 15% du capital d’une entreprise. Enfin, il faut que le travail soit mieux qualifié. C’est une vraie faiblesse française. Je propose de créer une grande filière de l’enseignement professionnel par la voie de l’alternance en la confiant, non pas à l’Education nationale, mais aux régions et aux filières économiques. Il faudra aussi avoir le courage d’assumer la retraite à 64 ans, si on ne veut pas créer une charge insupportable pour les plus jeunes et alimenter le conflit intergénérationnel.

Xavier Bertrand fait de la baisse de moitié des impôts de production sa priorité pour réindustrialiser. C’est un point d’accord…

Oui, il y a une convergence. Mais il faut aller encore plus loin avec la baisse des charges qui pèsent sur le travail et la suppression des droits de succession sur les transmissions d’entreprises.

En quoi consiste votre « pacte de reconstruction » pour ce qui est de l’Etat et la société ?

Je viens de l’ouest, de la Vendée, où l’on sait que les ressorts du développement ne sont pas seulement matériels. Ce n’est pas un hasard si le nombre des entreprises et des associations y est un des plus élevé de France. La cohésion est aussi un facteur de compétitivité. Il faut donc créer un climat de confiance. Pour cela, l’Etat doit être remis à sa place, recentré sur ses missions régaliennes (dans les années 1960, le régalien représentait 6,5% des dépenses du PIB contre 2,5% aujourd’hui !) et le rendre plus efficace, moderne. Parallèlement, il faut une société de liberté et d’initiative, qui passe par un nouvel acte de décentralisation. Il y a un lien entre confiance et proximité : plus la distance s’étire, plus la confiance s’éloigne. Pour redonner de la confiance, l’impôt participatif (flécher 5% de son impôt sur la politique publique de son choix) est également une belle idée, que je partage avec Eric Woerth. Il faudra de même valoriser les 13 millions de bénévoles du monde associatif et revigorer le paritarisme pour contrer l’étatisation de notre modèle social.

Et en matière européenne ?

Le fiasco des vaccins devrait nous vacciner contre la tentation fédérale ! Je le dis d’autant plus aisément que je n’ai voté ni le traité de Maastricht ni celui de Lisbonne. Ce qu’on attend de l’Europe, ce n’est pas qu’elle fasse ce que les Etats peuvent faire mais ce qu’ils ne peuvent faire seuls : protéger des intérêts communs, des valeurs communes aussi. Pour défendre nos intérêts, nous devons d’abord réécrire le droit européen de la concurrence. Il est très significatif que la France milite pour une réforme des règles budgétaires mais pas des règles de la concurrence : comme d’habitude, on traite les conséquences, jamais les causes ! Nous avons des comptables à la tête de l’Etat, pas des combattants. Pourquoi l’UE n’autorise-t-elle pas, le temps de la crise, de réserver la commande publique aux entreprises européennes ? Quant aux valeurs, nous ne pouvons plus laisser entrer en Europe des produits fabriqués par des enfants ou des salariés payés une misère. Nous n’aurions pas dû accepter l’accord sur les investissements avec la Chine car on sait très bien qu’il y a là-bas des brevets volés, des camps de travail… Il faut aller plus loin que la taxe carbone aux frontières, sur laquelle travaille l’UE, et doubler cette barrière écologique européenne d’une barrière sociale, éthique, prenant en compte le niveau des salaires et le respect des droits sociaux et humains. L’Europe doit faire passer un message clair : parce que l’humain a du prix pour nous, l’inhumanité aura un coût chez nous.

L’un des enjeux majeurs du prochain quinquennat sera le remboursement de la dette. Que préconisez-vous ?

En face d’une dette, il y a toujours une taxe. Cantonner la dette Covid, comme vient de l’annoncer le gouvernement, cela finira à terme par un impôt Covid. Pour la réduire, il y a des marges de manœuvre : faire converger le temps de travail du public vers celui du privé, faire du statut l’exception et du contrat la règle dans la fonction publique, débureaucratiser (les effectifs des 400 à 500 agences et autres observatoires ont augmenté de 220 000 depuis 2007 !). L’histoire nous l’a enseigné : les nations qui perdent la maîtrise de leurs dépenses perdent le contrôle de leur destin.

Présidentielle : Jadot pour un hypothétique programme commun de la gauche !

Présidentielle : Jadot pour un hypothétique programme commun de la gauche !

 

 

Jadot un peu en difficulté dans les sondages propose la vielle recette du programme commun avec surtout évidemment un candidat commun, lui, par exemple.

 

Le problème c’est qu’aucune personnalité ne peut aujourd’hui incarner la diversité voire les contradictions fondamentales de la gauche qu’on pourrait classer en deux caps les sociaux démocrates et les gauchistes que tout oppose. De toute manière Mélenchon ne renoncera pas à sa candidature, Jadot non plus et il y aura aussi un candidat social démocrate proche des socialiste avec ou sans l’accord du PS.  Invité sur France Inter lundi 29 mars, Yannick Jadot a proposé à toutes les forces de gauche de se mettre «autour d’une table»pour trouver un projet de rassemblement pour 2022. «Si nous y allons divisés, nous n’avons aucune chance de gagner. Il nous faudra une candidature unique», a jugé l’eurodéputé EELV. Ces tentatives d’union pour la prochaine présidentielle ne sont pas nouvelles, mais toutes sont jusqu’alors restées au stade du projet. Elle reste cependant réclamée par de nombreux électeurs de gauche face au risque du match retour annoncé par les sondages entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

2022 : Cambadélis (PS) propose la vieille ficelle du programme commun

  • 2022 : Cambadélis (PS) propose la vieille ficelle du programme commun
  • Jean-Christophe Cambadéslis, ancien responsable du parti socialiste ressort  la vieille ficelle du programme commun. L’intéressé fait partie des candidats pour 2022. Il constate la division à gauche et ressort la combine de Mitterrand. Un Mitterrand qui s’est d’ailleurs vite affranchi de ce programme pour établir les 101 propositions qu’il n’a pas respectées davantage. Bref une sorte de catalogue de promesses et d’utopies pour ensuite se noyer dans la gestion technocratique et le libéralisme échevelé.
  • Dans son troisième memorandum (le premier était consacré à «l’Etat impartial», le deuxième à «un nouveau contrat social et écologique»), Jean-Christophe Cambadélis propose «le réarmement» d’«une gauche divisée et datée». Lui-même ancien révolutionnaire trotskiste pur et dur.est en  fait un vrai professionnel de la politique qui en a vécu et qui a même été condamné pour cela. C
  • Comme renouveau du parti socialiste et comme stratégie nouvelle évidemment on fait mieux. Cambadélis s’est ensuite perdu dans le soutien sans condition apporté à Hollande, président socialiste à la conscience très molle et qui ne doit son élection qu’aux frasques de Strauss-Kahn.
1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol