Archive pour le Tag 'Prochain'

Prochain accord sur STX

Prochain accord sur STX

L’accord pourraiat être conclu dès mercredi lors du sommet franco-italien de mercredi prochain mais estime qu‘un éventuel rapprochement entre Naval Group (ex-DCNS) et l‘italien Fincantieri sera plus long à négocier, a déclaré jeudi le ministre de l‘Economie Bruno Le Maire. “Je souhaite que nous trouvions un accord entre les gouvernements français et italien pour le sommet du 27 septembre, sur STX”, a-t-il dit à des journalistes à l‘issue d‘une réunion à Paris avec des fournisseurs du secteur aéronautique. “Sur Naval Group et Fincantieri, là on est sur des projets de beaucoup plus long terme”, a ajouté Bruno Le Maire. La remise en cause de l‘accord de cession de STX à l‘italien Fincantieri a irrité les pouvoirs publics italiens et suscité la polémique sur les investissements français dans les entreprises italiennes. Rome et Paris se sont donné jusqu‘au 27 septembre, date de leur sommet bilatéral à Lyon, pour tenter de trouver un compromis. Dans le cadre du règlement du dossier STX, la France a proposé à l‘Italie d’étendre la coopération à la défense navale, dont Naval Group est un acteur important. Selon BFM Business, le sommet franco-italien de Lyon devrait lancer le rapprochement entre Naval Group et Fincantieri.

Flamanville : accord prochain de mise route ?

Flamanville : accord prochain de mise route ?

 

Il est probable que l’autorité  de sûreté nucléaire sera amenée à donner rapidement un avis  favorable au lancement de la centrale de Flamanville. Une centrale qui pourrait démarrer dès l’année prochaine-et qui ne devrait pas faire l’objet d’objections de la part du ministre de l’écologie Nicolas Hulot. Un rapport attendu de longue date de l’IRSN, service technique de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), estime que la cuve du réacteur nucléaire qu’EDF construit à Flamanville (Manche) est apte à être utilisé, ont déclaré à Reuters deux sources ayant connaissance du rapport. Malgré la présence de concentrations excessives de carbone – pouvant affaiblir l’acier dans le couvercle de la cuve du réacteur – celui-ci peut être exploité en toute sécurité, même s’il devra être surveillé pendant toute sa durée de vie, ajoute le rapport. Un groupe d’experts indépendants, qui ont reçu le document la semaine dernière, en débattront lundi et mardi pour formuler une opinion, puis l’ASN décidera après l’été si Flamanville peut démarrer en 2018. Un avis négatif de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) aurait été catastrophique pour EDF, parce qu’il aurait entraîné des milliards d’euros de surcoûts et des années de retard. Il aurait en effet fallu retirer la cuve du réacteur dont le dôme a été posé en 2013 et recouvert depuis par plusieurs milliers de tonnes de béton. Une décision favorable de l’ASN est également une condition sine qua non pour un feu vert de la Commission européenne à son projet de rachat de l’activité de réacteurs d’Areva, qui a conçu l’EPR.

Produits verts : Prochain accord à l’OMC

Produits verts : Prochain accord à l’OMC

 

Une bonne nouvelle pour la planète et la lutte contre les émissions polluantes. Un accord devrait exonérer de droits de douane des produits qui participent à l’amélioration de l’environnement. Des poids lourds du commerce mondial dont l’UE, les Etats-Unis, la Chine et le Japon espèrent trouver un accord ce week-end à l’OMC à Genève établissant une liste de produits « verts, comme les panneaux solaires, dont les droits de douane seront à terme éliminés ou abaissés. La Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, est attendue samedi à Genève, ainsi que les ministres et hauts représentants de 17 pays, dont le représentant américain pour le Commerce (USTR) Michael Froman. Les ministres espèrent parvenir à un accord dimanche mais rien n’est garanti, a-t-on appris de source proche de l’OMC.

Loi Travail : encore des manifs les 17 et 19 mai prochain

Loi Travail : encore des manifs les 17 et 19 mai prochain

 

Après la manif du 12 mai ce seront les manifs des 17 et 19. Bref les manifs sont d’autant plus nombreuses qu’elles comportent de moins en moins de participants. Mais des participants plus radicalisés qui peut-être recherchent l’incident dramatique pour relancer une dynamique qui s’épuise. Ou alors certaines organisations syndicales inquiètes de cette radicalisation qui leur échappe utilisent la stratégie classique pour contrôler le mouvement en en abusant de la mobilisation pour user la contestation. De nouvelles manifestations d’ampleur dans toute la France ? Sept syndicats opposés au projet de loi Travail ont appelé leurs organisations respectives à « construire » deux nouvelles journées de grèves et manifestations les 17 et 19 mai, ont-ils annoncé dans un communiqué à l’issue d’une intersyndicale. La CGT, FO, FSU, Solidaires, l’Unef, l’UNL et FIDL vont également adresser un courrier « au Président de la République pour être reçues rapidement ». Elles « appellent leurs organisations à construire deux nouvelles journées de grèves et manifestations le mardi 17 mai et le jeudi 19 mai prochains« . En outre, elles « n’écartent aucun type d’initiatives pour les semaines à venir, y compris une manifestation nationale » contre le projet qui fait la part trop belle aux entreprises, selon elles.  Parmi les points les plus conflictuels du texte, figure l’article qui accorde la primauté aux accords d’entreprise pour l’organisation du temps de travail et rend possible l’organisation de référendums.  »Alors que les salarié-es, les jeunes, les privé-es emploi, les retraité-es sont mobilisés depuis plus de 2 mois pour le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, alors que l’opinion publique reste massivement opposée à ce texte, le gouvernement décide de passer en force en utilisant le 49.3. Inacceptable ! », indiquent-elles.  Ces sept organisations prévoient déjà une nouvelle journée nationale de grèves et manifestations jeudi 12 mai. Il s’agira de la cinquième mobilisation nationale et unitaire d’actions contre le projet de loi à l’appel de l’intersyndicale, après les 9 et 31 mars, et les 9 et 28 avril. D’autres journées d’action ont été organisées par les seules organisations des jeunes et les traditionnels défilés du 1er mai ont été focalisés contre le projet de loi.  La dernière mobilisation nationale organisée par ces syndicats, le 3 mai, avait rassemblé plusieurs milliers de salariés, syndicats et jeunes, nettement moins que lors des précédentes.

(Avec RTL)

 

Ukraine : prochain cessez le feu ?

Ukraine : prochain cessez- le feu ?

 

Il se pourrait que la Russie mette un terme à son engagement en Ukraine après la rencontre entre Poutine et hollande. La Russie est  en effet actuellement relativement isolée sur le pan diplomatique mais surtout la situation économique interne est très dégradée. En cause,  les sanctions, la baisse du prix du pétrole avec comme corollaire l’écroulement du rouble. Ceci étant ce n’est pas la première fois que Poutine semble faire un pas vers la paix et il convient d’être prudent. Il semble toutefois que  Le rendez-vous surprise entre François Hollande et Vladimir Poutine à Moscou ce samedi 6 décembre soit « une réussite personnelle pour les deux présidents », assure Alban Mikoczy, correspondant de France 2 dans la capitale moscovite. Si le chef d’Etat russe « parvient à rompre l’isolement qui lui était imposé par le camp occidental », le président français est lui allé « discuter d’homme à homme avec le n°1 russe », ce qui « place la France dans une position privilégiée en matière diplomatique (…) mais aussi dans l’affaire des Mistral, où un arrangement sera sans doute trouvé. » Il fut surtout question du conflit en Ukraine. La fin des hostilités semble très proche. « Les deux hommes ont entériné le cessez-le-feu qui sera appliqué sans doute en Ukraine à partir de mardi prochain », explique le journaliste. « Ce soir, on peut dire que tout le monde y a gagné quelque chose », conclut-il.

 

FED : relèvement prochain des taux ?

FED : relèvement prochain des taux ?

Compte tenu de l’amélioration de l’emploi aux Etats-Unis, la FED pourrait remonter ses taux. Une mauvaise nouvelle pour l’Europe car par contagion la remontée des taux viendraiat affecter un peu plus la croissance déjà atone. La Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait relever ses taux d’intérêt plus tôt que ne l’anticipent les marchés, c’est à dire avant l’été 2015, a estimé un de ses responsables dans une interview à la presse allemande à paraître mardi. « Les marchés partent du principe que (cette hausse des taux) se passera à l’été. Je crois que cela pourrait se produire plus tôt. Mais je peux naturellement me tromper », a déclaré Richard Fisher, le président de l’antenne régionale de la Fed de Dallas, dans un entretien avec le quotidien allemand des affaires Handelsblatt. Membre votant du Comité de politique monétaire (FOMC), Richard Fisher s’est dit préoccupé par le fait que la banque centrale américaine attende trop longtemps avant de procéder à un resserrement de sa politique monétaire. « Si la Fed réagit trop tard, il est possible que l’économie réagisse plus violemment à une remontée de l’inflation et tombe dans une nouvelle récession », a-t-il déclaré. La Banque centrale américaine avait indiqué fin octobre qu’elle mettait un terme à son programme exceptionnel de rachats d’actifs (bons du Trésor et titres adossés à des créances hypothécaires), citant les « solides gains » sur le marché de l’emploi. L’institution avait par ailleurs maintenu inchangés ses taux directeurs, aux niveaux proches de zéro où ils sont fixés depuis fin 2008. Si la Fed avait promis une nouvelle fois de laisser ses taux inchangés pendant « une période de temps considérable », elle avait ajouté que si les progrès de l’inflation et de l’emploi s’accéléraient, une première hausse des taux « pourrait intervenir plus tôt » qu’anticipé.

Grèce : versement prochain d’une nouvelle tranche de prêt

Grèce : versement prochain d’une nouvelle tranche de prêt

Les membres de la « troïka » des institutions créancières de la Grèce (Commission européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne) sont attendus mardi à Athènes pour décider de l’opportunité de verser une nouvelle tranche de prêts dans le cadre du plan de sauvetage financier du pays. Leur dernière visite, qui sert à vérifier les progrès réalisés sur les engagements pris par le gouvernement grec en échange de financements, remontait à octobre. Jeudi, des responsables de la zone euro avaient annoncé le report de la visite programmé la semaine prochaine faute d’accord entre la « troïka » et Athènes sur la façon de combler un « trou » de deux milliards d’euros dans le budget 2014.Le problème a toutefois pu être réglé vendredi soir lorsque les Grecs ont envoyé à leurs créanciers des informations sur la manière de combler ce déficit budgétaire et d’atteindre d’autres objectifs, y compris par la voie de privatisations. La Grèce a été sauvée de la banqueroute grâce à une assistance d’urgence octroyée par ses partenaires de la zone euro et le FMI, avec 240 milliards promis à Athènes depuis 2010, en échange d’un programme d’austérité draconien. Après six ans de récession qui a détruit 40% des revenus disponibles des ménages et fait s’envoler le taux de chômage à près de 28%, les Grecs disent toutefois qu’ils n’en peuvent plus.

Prochain mariage de Bardot et Depardieu en Russie ?

Prochain mariage de Bardot et Depardieu en Russie ?

Brigitte Bardot russe ? La menace évoquée par « BB » si les 2 éléphantes d’un zoo lyonnais atteintes de turbercolose et menacées d’euthanasie ne sont pas sauvées fait évidemment déjà réagir. On parle dun éventuel mariage avec Depardieu; pour l’avenir de la race humaine, il faut espérer qu’il ne feront pas d’enfant  !  réctions auusi du gournemenet; Interrogés dans la cour de Matignon, deux membres du gouvernement ont répondu . « Elle pourrait demander Gérard Depardieu en mariage, ce serait formidable », a ironisé le ministre de l’Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon.  Sa collègue déléguée aux Personnes âgées, a déclaré dans un sourire avoir « une longue liste de personnes que je voudrais voir en Russie, mais je ne la confierai que par l’intermédiaire d’un avocat ». « Je ne la connais pas personnellement et je l’avais pas mise en haut de la liste », a-t-elle ajouté à propos de Brigitte Bardot.  L’ex-ministre UMP Nora Berra se dit quant à elle dans un communiqué à la fois « heureuse » du combat menée par l’ancienne actrice pour défendre les éléphantes et « consternée » par « cette menace un peu ridicule et indigne qui foule au pied le grand honneur d’être français et fait de notre nationalité un objet de marchandage ou de menace ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol