Archive pour le Tag 'priorité'

Page 2 sur 2

Chine : l’environnement une priorité avant le développement économique

Chine : l’environnement une priorité avant le développement économique

La révision de la loi de 1989 sur la protection de l’environnement, dont les derniers détails sont en cours de discussion, fera passer l’environnement avant le développement économique, a-t-il dit. « Le fait d’ériger la protection de l’environnement au rang de principe fondamental est un changement considérable qui montre que l’environnement est une priorité », a dit Cao Mingde, un professeur de droit qui a participé à la rédaction du texte. La nouvelle loi permettra aux autorités de Pékin de mener avec davantage d’efficacité la « guerre » contre la pollution qu’elles ont décrétée après des décennies de négligence au profit d’une croissance économique échevelée. Elle les autorisera notamment à fermer des usines et à les confisquer alors qu’elles ne pouvaient jusqu’à présent imposer que des amendes, a précisé Cao Mingde. L’éventail des sanctions sera élargi grâce à l’abandon du système « d’amende maximale » qui permettait aux usines de continuer à polluer en s’acquittant d’une somme nettement inférieure au coût d’une mise aux normes. Selon Cao Mingde, la loi devrait fixer une « ligne rouge écologique » qui permettra d’interdire l’implantation d’industries polluantes à proximité des zones protégées et généraliser les nouvelles règles de transparence qui imposent aux entreprises de fournir des chiffres d’émissions de polluants atmosphériques en temps réel. Le projet de loi fait l’objet d’intenses débats depuis plus de deux ans. Un des articles les plus contestés de sa première mouture était l’interdiction faite aux organisations non gouvernementales d’attaquer les pollueurs en justice, un droit réservé à une agence gouvernementale. Ce droit a depuis été étendu aux ONG environnementales enregistrées depuis au moins cinq ans en dépit, selon Cao Mingde, qui a participé à de nombreuses discussions sur le sujet, des pressions des industries polluantes sur les responsables gouvernementaux.

Sondage Valls : le chômage, priorité pour 70%

Sondage Valls : le chômage, priorité pour 70%

Ce n’est pas une grande surprise- sauf peut-être pour les politiques- c’est le chômage qui demeure la priorité des priorités. Sept Français sur dix estiment que l’inversion de la courbe du chômage doit être une des deux priorités du nouveau Premier ministre Manuel Valls, selon un sondage IFOP pour Le Journal du dimanche. La réduction des impôts des particuliers est la deuxième des priorités la plus citée dans cette étude, mais loin derrière la réduction du chômage, avec 34% des réponses contre 69%. L’économie est au cœur des préoccupations puisque vient ensuite la négociation avec la Commission européenne d’un délai de réduction des déficits publics (22%). La lutte contre la délinquance, elle, n’est citée que par 18% des sondés. Le chômage a encore augmenté fortement en février avec 31.500 demandeurs d’emploi de catégorie A supplémentaires pour atteindre un nouveau record à 3.347.700 chômeurs sans aucune activité. Le président de la République, François Hollande, avait promis dès son arrivée au pouvoir en mai 2012 d’inverser la courbe du chômage mais il a déjà dû repousser son objectif à 2013 puis à cette année. Manuel Valls prononcera mardi devant les parlementaires un discours de politique générale dans lequel il devrait esquisser les mesures du pacte de responsabilité, sur lequel le chef de l’Etat mise pour faire repartir la croissance et l’emploi avec 10 milliards d’euros de baisse de charges pour les entreprises. François Hollande a annoncé en début de semaine qu’il lui ajouterait un pacte de « solidarité », qui devrait porter sur une baisse d’impôts pour les ménages d’ici 2017 et une réduction des cotisations salariales pour les bas salaires. Alors que le gouvernement cherche comment financer ces mesures tout en réalisant 50 milliards d’économies, un délai a été demandé à la Commission européenne pour atteindre les objectifs de réduction des déficits publics mais Bruxelles s’y oppose pour l’heure.

 

Sondage : L’emploi, priorité en Europe et surtout en France

Sondage : L’emploi, priorité en Europe et surtout en France

L’emploi demeure la priorité des Européens, en hausse de 11 points en 2 ans (58% de citations, 18 points de plus que l’éducation, 2ème), et, plus encore, des Français (75%, 29 points de plus que l’éducation, 2ème), selon un sondage BVA publié mardi dans les Echos et diffusé sur France Inter. Le jugement des Européens sur l’action de leurs pouvoirs publics dans les différents domaines investigués est globalement négatif et surtout très contrasté selon l’axe nord-sud : 34% de jugements positifs en moyenne, et seule la police recueille tout juste plus de 50% d’avis positifs (51%). Les disparités de jugements se creusent entre l’Allemagne, plus positive (47% de jugements positifs), la France et l’Angleterre, assez sévères (38% de jugements positifs) et l’Europe du sud, franchement négative (20% et 21% de jugements positifs en Italie et en Espagne)  Jugée par les autres, concernant la performance de ses services publics, la France, pessimiste sur elle-même, est cependant toujours le deuxième pays le mieux considéré en Europe après l’Allemagne et juste devant l’Angleterre.  Mais la perception de la situation financière de la France s’effondre depuis 2010 (-16 points). Désormais, une majorité d’européens (51%) et plus encore, de Français (80%) juge négativement la situation de la France, à l’instar de celles de l’Italie ou de l’Espagne, alors qu’ils sont très positifs sur la situation financière de l’Allemagne (87%) et du Royaume-Uni (67%).  Nos voisins sont de plus en plus inquiets sur la situation financière de notre pays : 64% la jugeait positive en 2010, ils ne sont plus que 48% aujourd’hui. Dans le même temps leur jugement sur l’Allemagne et la GB s’est amélioré.  L’enquête a été réalisée par l’Institut de sondage BVA via Internet du 10 au 21 juin 2013 en Angleterre, Espagne, Italie, France et Allemagne auprès d’un échantillon représentatif de 4.038 personnes âgées de 18 à 65 ans, choisies selon la méthode des quotas.

FED- Etats-Unis: priorité à la croissance

FED- Etats-Unis: priorité à la croissance

A l’issue d’une réunion entamée mardi après-midi à Washington, les 12 membres de son comité de politique monétaire (FOMC) dévoileront leur décision à 18H00 GMT et devraient opter pour le statu quo, à la veille d’une réunion très attendue de la Banque centrale européenne (BCE).   »Nous n’attendons aucun changement de la politique de la Fed à l’issue de la réunion du FOMC », souligne Michael Feroli, économiste de la banque JP Morgan Chase, résumant l’état d’esprit de nombreux analystes. Le FOMC devrait donc confirmer la poursuite des injections de liquidités dans le circuit financier au rythme de 85 milliards de dollars nets par mois, via notamment le rachat de bons du Trésor américain à hauteur de 45 milliards de dollars.  Il devrait également réitérer son engagement à maintenir le taux directeur de la Réserve fédérale dans la fourchette de 0 à 0,25% qui lui est assignée depuis décembre 2008, tant que le taux de chômage continuera de dépasser 6,5% et si cela ne compromet pas son objectif d’inflation à moyen terme, fixé à 2% sur un an.  Ces mesures ont pour but d’exercer une pression à la baisse sur l’ensemble des taux d’intérêt, du plus court au plus long terme, afin de favoriser la consommation et le marché du logement et, au final, soutenir la reprise du marché de l’emploi, alors que le taux de chômage est encore de 7,6%.  Nouveaux signes de faiblesse   »Les améliorations +importantes+ sur le marché de l’emploi (attendues par la Fed, ndlr) ne se sont pas concrétisées », estime le cabinet Prestige Economics dans une note, alors que les nouveaux chiffres sur l’emploi doivent être publiés vendredi.  L’économie américaine a même donné de nouveaux signes de faiblesses depuis la dernière réunion de la Fed fin mars.  Baromètre de l’activité sur l’ensemble du pays, l’activité économique de la région de Chicago s’est contractée en avril pour atteindre son point le plus bas depuis trois ans et demi, selon un indicateur publié mardi.  Dévoilés la semaine dernière, les chiffres de la croissance au premier trimestre ont révélé une accélération de l’activité mais également un ralentissement de la demande intérieure pour les produits américains.  Dans ce contexte incertain, « l’attention va se porter sur les mots choisis par le Comité (de la Fed) pour décrire l’état de l’économie » américaine, assure Michael Feroli.  De cette évaluation pourrait dépendre la durée de vie du plan anti-crise de la Fed, dont les potentiels effets indésirables (formation de bulle financière, déstabilisation des pays émergents…) suscitent des inquiétudes croissantes, notamment de la part du Fonds monétaire international (FMI).  A en croire les minutes de la dernière réunion de la Fed, une majorité de dirigeants de la banque centrale seraient favorables à une baisse progressive du rythme des rachats d’actifs afin de mettre un terme à ce programme d’ici à fin décembre.  Mais si la situation économique ne s’améliorait pas, la Réserve fédérale pourrait, au contraire, être tentée d’accroître encore son soutien à l’économie américaine à l’heure où l’inflation semble sous contrôle.   »Je surveillerai quelle place (le comité, ndlr) va accorder (à la question de l’inflation, ndlr) pour évaluer la probabilité d’un nouvel assouplissement monétaire lors des prochaines réunions », écrit Tim Duy, professeur d’économie à l’université de l’Oregon et auteur d’un blog sur la Fed.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol