Archive pour le Tag 'presse étrangère'

Fillon, un « homme dangereux » (presse étrangère)

Fillon, un « homme dangereux » (presse étrangère)

A  l’étranger, les medias sont très sévères pour Fillon. . Pour le journal belge Le Soir (article payant), François Fillon, « en bafouant l’Etat de droit, se disqualifie ». Le choix du candidat des Républicains de s’en remettre aux électeurs en maintenant sa candidature « fait de lui désormais un homme dangereux pour la démocratie », estime le quotidien. François Fillon s’est ainsi « mis dans le sillage des populistes à la Trump, Le Pen, Wilders, Kaczynski et autres Orban », considère Le Soir. Pour le quotidien Die Welt, en Allemagne, « la seule différence avec Marine Le Pen, c’est qu’il accepte de répondre aux juges le 15 mars ». La conférence de presse de François Fillon a été un « moment Trump », analyse en outre le journal :  »Fillon s’est présenté devant les médias comme un partisan de la théorie du complot. »Le correspondant à Paris de la Tribune de Genève, qui rappelle d’abord que François Fillon bénéficie toujours de la présomption d’innocence, estime que « la présidentielle 2017 est d’ores et déjà abîmée. Et François Fillon, comme Marine Le Pen, en porte une lourde responsabilité. » Pour le Telegraph (en anglais) aussi, « le scandale François Fillon conduit la politique française dans le caniveau ». De son côté, The Independent (en anglais) voit dans les choix de François Fillon un cadeau à Marine Le Pen : « Si la présidente du Front national voulait un symbole de la décadence de l’élite politique française, elle pouvait difficilement en convoquer un plus frappant que son opposant. » Le quotidien britannique The Guardian (en anglais) analyse : « En accusant l’État français de tentative d »assassinat’ politique pas seulement contre lui, mais aussi contre le processus démocratique lui-même, Fillon a joué son dernier atout. » Une analyse partagée par Le Temps, pour qui François Fillon « a choisi de tout risquer : son avenir bien sûr, mais aussi celui de sa famille politique et, quelque part, celui de la cohésion républicaine dans une France où les juges et les médias sont désormais devenus des cibles pour les prétendants à la fonction suprême ». Le quotidien néerlandais De Volkskrant souligne un détail inédit :  »Si Fillon est élu, il bénéficiera de l’immunité pendant la durée de sa présidence. Cela ne vaut pas pour Penelope. Ce qui pourrait donner lieu à une situation bien curieuse : Fillon à l’Élysée, Penelope devant le juge. » À présent, « l’élection présidentielle française se situe quelque part entre un roman de Balzac et une série télé : un peu Comédie humaine, un peu House of Cards« , imagine le Corriere della Sera (en italien). 

 

(France Info)

 

Affaire Cahuzac : pour la presse étrangère la France a touché le fond

Affaire Cahuzac : pour  la presse étrangère la France a touché le fond

 

 

. « Le recul de la vertu est désormais le fléau de notre temps », écrit l’hebdomadaire britannique The Observer, cité par Courrier international, pour qui le Front National sera « le premier à bénéficier » de la « désillusion que suscitent d’une part les politiques, et d’autre part les élites dans leur ensemble ». Le Financial Times met en cause l’UMP et le PS, « aussi corrompus l’un que l’autre », et fait lui aussi du FN le grand gagnant de cette affaire. Même constat en Allemagne, où Der Spiegel n’hésite pas à parler de « crise d’Etat », rappelant que « l’ambiance générale du pays est celle d’un pessimisme extrême ». Pour la Süddeutsche Zeitung, cette affaire n’est rien d’autre que la preuve « d’une déchéance politique et morale » : « Une fois de plus, beaucoup de gens, écœurés, se détournent des forces politiques traditionnelles au profit des extrêmes ».   Pour le quotidien espagnol El Pais, l’affaire Cahuzac a révélé « la naïveté et la complaisance de la classe politique dans son ensemble (…). Comme l’Italie et l’Espagne, la France a touché le fond en matière de mensonge et de corruption », écrit de façon cinglante le journal madrilène. Reste que les Ibères ont accueillis avec satisfaction la démission de l’ancien ministre du Budget, une preuve pour eux du bon fonctionnement de la démocratie dans notre pays. Le quotidien belge Le Soir, met également en avant le rôle de Mediapart, qui a révélé l’existence du compte Suisse de l’ancien ministre du Budget. C’est finalement en Italie que le mensonge et les déboires de Jérôme Cahuzac ont le moins choqué. « Dans une Europe où toutes les certitudes s’écroulent une à une, l’Italie ne semble finalement pas pire que les autres » écrit le journal Panorama, comme rassuré.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol