Archive pour le Tag 'présidentielle'

Page 3 sur 18

Présidentielle 2022 : une campagne électorale ennuyeuse (Véronique Reille-Soulte)

Présidentielle 2022 : une  campagne électorale ennuyeuse (Véronique Reille-Soulte)

Spécialiste de la communication d’influence, à la tête d’un cabinet de conseil, experte de l’analyse de l’opinion, Véronique Reille-Soulte scrute les réseaux sociaux. Pour elle, cette campagne présidentielle est très singulière. ( la Tribune).

 

LA TRIBUNE – Que vous apprend l’analyse des réseaux sociaux sur l’intérêt que portent les Français à cette campagne présidentielle ?

VÉRONIQUE REILLE-SOULTE -

Rarement, nous avons vu si peu d’intérêt de la part des Français pour une élection présidentielle. Le sujet s’est longtemps effacé derrière la guerre en Ukraine, le Covid, la question du pouvoir d’achat, etc. Les citoyens étaient pris par d’autres préoccupations. Même aujourd’hui, à quelques jours du scrutin, l’intérêt n’est pas aussi manifeste que lors des précédentes présidentielles.

Est-ce dû au président sortant qui est candidat à sa réélection alors qu’on voit un effet « drapeau » se dessiner ? Les internautes se disent sans doute : « à quoi bon, puisque les jeux sont faits ». Même si, bien entendu, ce n’est pas le cas. On constate surtout  – et c’est très marqué sur les réseaux sociaux – qu’il n’y a pas d’engagement autour d’Emmanuel Macron – qui est pourtant désigné comme le favori – alors qu’en 2017, il avait bénéficié d’une forte phase de curiosité. En général, cette séquence est suivie par une phase d’intérêt, de notoriété. Puis par une phase d’engagement, d’adhésion – on partage, on commente, on like, on reprend les propos.

Politique Présidentielle : Macron, à gauche toute pour le premier tour …. à droite toute pour le second ?

 

Politique Présidentielle  : Macron, à gauche toute pour le premier tour …. à droite toute pour le second ?

 

Pour son seul meeting à l’Arena de la Défense, Macron a opéré un net rééquilibrage à gauche en égrenant à peu près toutes les catégories sociales auxquelles il a promis davantage de considération et de rémunération. De quoi satisfaire les sociaux-démocrates qui croient encore au Père Noël ou qui font semblant d’y croire en espérant surtout une petite place dans le panthéon gouvernemental futur.

C’est le fameux en même temps de Macron  dont on a bien du mal à saisir la ligne stratégique. Ultralibéral un jour et plus ou moins progressistes un autre. Les médias ont quand même remarqué le changement de ton lors de son dernier meeting . Une presse unanime.  »En meeting, Macron se repeint en rouge pour séduire la gauche », titre Libération« Le coup de barre à gauche d’Emmanuel Macron », appuie Le Point« Emmanuel Macron s’adresse à sa gauche et tente de rectifier le récit de sa campagne », embraye Le Monde. Le président sortant, candidat à sa réélection, vient d’orienter subitement sa campagne à gauche toute lors de son seul meeting de campagne, samedi 2 avril.

Macron essaye effectivement de faire oublier la gamelle qu’il traîne depuis son élection comme président des riches, ce qu’il est effectivement si l’on s’en tient aux mesures essentielles prises au cours du quinquennat ( et à ceux qui financent ses campagnes). Mais les virages ne sont sans doute pas terminés pour Macron car lors du second tour,  il lui faudra séduire ceux qui seraient tentés de voter Marine à peine. Du coup, le virage sera sans doute sociétal mais à droite. Là encore Macorn va promettre sans doute de réguler davantage l’immigration, la sécurité, l’ordre dans les banlieues, la lutte contre la drogue et les incivilités. Des terrains qu’il a plutôt négligés aussi.

Présidentielle: Tout sauf Le Pen … ou tout sauf Macron ?

Présidentielle:  Tout sauf Le Pen … ou tout sauf Macron ? 

 

 

Jusque-là Macron a particulièrement négligé la candidature de Marine Le Pen. D’une façon générale, il a même négligé la campagne électorale. Mais devant des sondages qui montrent le net tassement du président candidat, on ressort le vieux slogan épouvantail : tout sauf Le Pen.

Un épouvantail un peu obsolète car trop utilisé et qui pourrait bien se retourner et devenir : tout sauf Macron en réponse.

En effet le président candidat bénéficie encore d’un soutien électoral significatif qui le met en tête des sondages assez nettement. Toutefois demeure une forte détestation de ce président identifié comme représentant des riches et qui ajoute une condescendance parfois méprisante vis-à-vis du peuple.

Le contraire de Marine Le Pen  qui a complètement changé son image et dédiaboliser son propos. Pire elle a surtout fondé son argumentaire sur les questions sociales. Un exemple de l’affolement du président candidat : l’annonce hier de l’indexation des pensions sur l’inflation. Un objectif qui n’a jamais figuré dans son programme !

Sans attendre le verdict du premier tour, Emmanuel Macron a ainsi lancé la bataille symbolique contre sa probable rivale en finale. De manière différente qu’en 2017. Il y a cinq ans, il s’était interdit d’user de la ficelle usée pendant trente ans par la gauche du «péril» extrémiste. Lui-même en avait décrété l’inefficacité, préférant valoriser l’affrontement de fond entre deux visions, l’une d’ouverture européenne, l’autre de repli nationaliste ; y ajoutant à l’époque l’incompétence…

 

 

Politique- Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Election Présidentielle : L’oubli de la compétitivité des entreprises !

Election Présidentielle  : L’oubli de la compétitivité des entreprises !

 

Finalement dans cette campagne électorale on aura parlé un peu de tout et surtout de rien. Pas tout à fait mais de problèmes surtout catégoriels ou coupés de l’organisation systémique dans laquelle ils s’insèrent. Bref, des programmes politiques en rondelles de saucisson, des promesses, des incantations mais pas de vrais analyses en profondeur et encore moins de vision prospective. Pour preuve ,la quasi-absence de préoccupations du dramatique déficit commercial français véritable thermomètre de l’économie et qui affiche régulièrement autour de 60 à 80 milliards de déficits par an quand les Allemands dégagent un bénéfice de l’ordre de 200 milliards. Or  de cette compétitivité dépendent  la croissance, l’emploi, la rentabilité, les salaires et les ressources fiscales. Pire, La quasi-totalité des programmes se traduisent par des dépenses supplémentaire  ( donc des impôts) ! NDLR

La poursuite du creusement du déficit commercial est – avec celle du déficit public – une des conséquences de la bonne résilience de l’économie française de ces dernières années. La hausse récente des prix de l’énergie ne fera qu’alourdir la facture et rend d’autant plus crucial d’aborder cet enjeu économique dans les débats électoraux.

Par Clémentine Gallès, Cheffe Économiste et Stratégiste de Société Générale Private Banking

A moins de 10 jours du premier tour des élections présidentielles, les débats entre candidats auront été largement évincés par l’actualité de la guerre en Ukraine et par une entrée en campagne tardive du Président sortant dont la réélection au dire des sondages semble acquise. Pour autant, les enjeux économiques auxquels devront faire face la nouvelle majorité sont bien présents et mériteraient d’être abordés dans le nouveau contexte géopolitique. La question de la compétitivité des entreprises françaises est emblématique de ces enjeux.

Une tendance de long terme de dégradation du déficit commercial français

Si la France reste une importante puissance exportatrice (au 5ème rang mondial sur l’ensemble des biens et services), son solde commercial se creuse progressivement depuis plus de 20 ans.

Cette dégradation reflète plusieurs phénomènes : une consommation française particulièrement dynamique, une forte dépendance aux importations d’hydrocarbures (cf. graphique 1), mais aussi une perte de compétitivité des entreprises françaises par rapport à celles des partenaires commerciaux de la France. Cette perte de compétitivité est particulièrement visible du côté de la production des biens et s’est accompagnée d’une baisse importante de la taille de l’industrie française.

 

Pendant longtemps, l’explication principale était un coût du travail plus élevé en France, mais ce n’est plus le cas depuis déjà quelques années. En effet, au cours des années 2000-2010, la perte de compétitivité de l’industrie française s’expliquait par un coût du travail particulièrement élevé du fait de l’importance de son système social (retraites et sécurité sociale).

Différentes réformes ont été mises en place depuis, dont le CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi) entré en vigueur en 2013, et ont permis d’inverser cette tendance. Pour autant l’affaiblissement de l’industrie française a généré une perte de compétitivité au-delà des coûts. En effet, la réduction des investissements en R&D et en formation a progressivement créé un déficit de compétitivité hors coûts.

En quoi la guerre en Ukraine change la donne ?

La crise sanitaire prolongée a été particulièrement sévère pour l’industrie française compte tenu la spécialisation de celle-ci (aviation, armateurs, tourisme). Aujourd’hui, la hausse des coûts de l’énergie affecte en premier plan les entreprises industrielles européennes, davantage dépendantes de l’énergie russe (cf. graphique 2).

 

Au sein de l’Europe, les entreprises françaises s’avèrent un peu moins affectées par cette hausse des coûts. Le mix énergétique de la France les rend en effet moins dépendantes du gaz russe. Par ailleurs elles bénéficient de soutiens publics conséquents pour amortir le choc.

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Election Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Election présidentielle 2022 : Vers l’explosion des partis politiques traditionnels

Election présidentielle 2022 : Vers l’explosion des partis politiques traditionnels

 

Les chercheurs en science politique qui ont fondé le site La Boussole présidentielle analysent, dans une tribune au « Monde », la campagne en cours .

Tribune.

 

L’élection présidentielle de 2022 va-t-elle poursuivre la décomposition du système partisan français, spectaculairement révélée en 2017 par l’élection d’Emmanuel Macron ? Plusieurs éléments attestent de l’effondrement historique des forces politiques (Parti socialiste, Les Républicains) qui ont dominé les blocs de la gauche et de la droite tout au long de la Ve République. A gauche, la faiblesse impressionnante du camp écologiste et social-démocrate va de pair avec la nette domination de Jean-Luc Mélenchon. A droite, on assiste à l’impossible équation politique du parti Les Républicains (LR), doublement concurrencé sur le conservatisme culturel par l’extrême droite et sur le libéralisme économique par Emmanuel Macron. A l’extrême droite enfin, une nouvelle radicalité, représentée par Eric Zemmour, vient concurrencer le Rassemblement national. Les dernières enquêtes d’opinion laissent entrevoir que le « dégagisme » de 2017 pourrait se poursuivre, à travers l’élimination des candidats des partis traditionnels et un second tour similaire à celui de 2017, autour d’une opposition entre conservatisme et libéralisme culturel.

Ce clivage, identifié par les enquêtes du Cevipof dès les années 1990, n’a pas effacé la polarisation gauche-droite, mais coexiste avec elle. Cette dualité travaille en profondeur notre vie politique. Si la « tectonique des plaques » n’est pas encore apaisée et si le tableau de notre système partisan est toujours plein d’incertitudes, la séquence électorale de 2022 (présidentielle et législatives) permettra d’avancer fortement dans l’analyse des recompositions politiques à venir.

Pour analyser ces processus, de nouveaux outils scientifiques permettent de comprendre l’évolution du système partisan, au-delà des classiques enquêtes électorales par sondages, essentielles pour appréhender les motivations de vote et les univers idéologiques des électeurs. La Boussole présidentielle, que nous avons développée au Cevipof depuis l’élection de 2012, est l’un d’entre eux. C’est un site d’aide au vote (SAV) ou Voting Advice Application (VAA), qui permet aux utilisateurs de répondre à une trentaine de questions et d’être positionnés dans un espace structuré par deux axes sur lesquels nous avons, en amont, placé les candidats à l’issue d’un méticuleux travail de codage de leurs programmes. Ces deux axes correspondent horizontalement à une dimension gauche-droite (interventionnisme étatique contre libéralisme économique) et verticalement à une dimension conservatisme culturel-libéralisme culturel. Le principe de ce site est simple : après étude de ses réponses, l’utilisateur se retrouve placé à côté du candidat dont il est le plus proche.

Politique-Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen

Politique-Présidentielle : L’hypothèse Marine Le Pen 

Jacques Attali explique dans les Echos pourquoi l’élection d’Emmanuel Macron n’est pas gagnée d’avance, et ce qui risquerait de se passer si la candidate du Rassemblement national accédait à l’Elysée.

Une hypothèse argumentée mais qui comme souvent chez Attali ( et autres experts type Alain Minc)  mélange arguments scientifiques et arguments de bistrot sans parler des approximations et de cette capacité de dire un jour une chose et le contraire le lendemain NDLR 

Peu de gens veulent reconnaître que la réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

1. Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de cinq ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.

2. Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de son camp.

3. Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.iabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Eric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines. Que se passerait-il alors ?

La mise en oeuvre de son programme plongerait le pays dans une crise sans précédent et largement irréversible, dont ses électeurs seraient les premières victimes.

Sur le pouvoir d’achat qu’elle dit défendre : elle annonce des dépenses sociales innombrables et très vagues, une baisse massive de la TVA qui ne profiterait qu’aux riches, une réforme invraisemblable de l’impôt sur le revenu et des retraites, non financée, sinon par un vague emprunt (alors qu’elle dénonce la dette publique) et par d’hypothétiques économies sur les prestations aux migrants. Tout cela provoquera en réalité une inflation dont les bas salaires et les petits épargnants seront les premières victimes.

Sur l’écologie : elle entend supprimer tous les projets d’éolien et démanteler les éoliennes en service, ce qui rendrait encore plus difficile la maîtrise des émissions de gaz a effet de serre visée pour 2040.

Sur les étrangers présents en France : elle entend leur retirer l’accès aux soins et aux allocations familiales et sociales, les empêcher de travailler, leur retirer la nationalité française. Non seulement cela violerait plusieurs principes constitutionnels fondamentaux, mais cela rendrait vite impossible le fonctionnement de notre économie, transformerait en SDF des millions de gens aujourd’hui parfaitement intégrés, et priverait le pays de centaines de milliers de Français, nés en France, dont l’apport est inestimable.

Par ailleurs, ne plus accueillir aucun autre étranger serait se priver de médecins, de chercheurs, de professeurs, d’ingénieurs, d’artistes, dont nous avons tant besoin. Enfin, faire traiter par nos ambassades les demandes d’asile reviendrait, par exemple, à n’admettre des Ukrainiens que s’ils ont déposé une demande d’asile en bonne et due forme à notre ambassade à Kiev…

Sur la justice et la sécurité : là encore, son élection entraînerait des réformes violant tous nos principes constitutionnels. Ainsi, accorder aux policiers une présomption de légitime défense, et contraindre les juges à prendre des sanctions pénales incompressibles serait renier la séparation des pouvoirs.

Sur la culture, qu’elle entend réduire à une vision étroite de la France, il faut en particulier s’inquiéter de son projet de privatiser de l’audiovisuel public, qui laisse augurer d’une mainmise par ses amis hongrois et russe.

Sur l’Europe : diminuer unilatéralement la contribution de la France au budget européen et affirmer la primauté du droit national sur le droit européen, comme elle entend le faire dès le mois de juin, reviendrait à remettre en cause l’appartenance de la France à l’Union européenne. Répétons le ici : élire Madame Le Pen, ce serait sortir de l’UE, sans l’avoir vraiment décidé. Ce serait un Frexit sans débat.

Enfin, ce serait mettre nos armées et la politique étrangère du pays entre les mains d’une personne dont les seuls alliés dans le monde sont Messieurs Orban et Poutine. Autrement dit, si Madame Le Pen est élue dans moins d’un mois, on assistera immédiatement à un renversement des alliances : notre pays s’allierait à la Russie contre l’Ukraine, contre le reste de l’UE et contre l’Otan.

Pensez-y, avant de jouer avec l’idée que, après tout, cinq ans de Macron, ça suffit. Reprochez surtout aux anciens grands partis de ne pas avoir été capables de faire émerger des programmes et des candidats dignes de notre grand pays et du grand débat qu’aurait dû être cette élection présidentielle. Et écartons la tentation du pire.

 Jacques Attali

Présidentielle 2022 : Macon, à gauche toute pour le premier tour …. à droite toute pour le second ?

Présidentielle 2022 : Macron, à gauche toute pour le premier tour …. à droite toute pour le second ?

 

Pour son seul meeting à l’Arena na de la Défense, Macron a opéré un net rééquilibrage à gauche en égrenant à peu près toutes les catégories sociales auxquelles il a promis davantage de considération et de rémunération. De quoi satisfaire les sociaux-démocrates qui croient encore au Père Noël ou qui font semblant d’y croire en espérant surtout une petite place dans le panthéon gouvernemental futur.

C’est le fameux en même temps de Macron  dont on a bien du mal à saisir la ligne stratégique. Ultralibéral un jour et plus ou moins progressistes un autre. Les médias ont quand même remarqué le changement de ton lors de son dernier meeting . Une presse unanime.  »En meeting, Macron se repeint en rouge pour séduire la gauche », titre Libération« Le coup de barre à gauche d’Emmanuel Macron », appuie Le Point« Emmanuel Macron s’adresse à sa gauche et tente de rectifier le récit de sa campagne », embraye Le Monde. Le président sortant, candidat à sa réélection, vient d’orienter subitement sa campagne à gauche toute lors de son seul meeting de campagne, samedi 2 avril.

Macron essaye effectivement de faire oublier la gamelle qu’il traîne depuis son élection comme président des riches, ce qu’il est effectivement si l’on s’en tient aux mesures essentielles prises au cours du quinquennat ( et à ceux qui financent ses campagnes). Mais les virages ne sont sans doute pas terminés pour Macron car lors du second tour,  il lui faudra séduire ceux qui seraient tentés de voter Marine à peine. Du coup, le virage sera sans doute sociétal mais à droite. Là encore Macorn va promettre sans doute de réguler davantage l’immigration, la sécurité, l’ordre dans les banlieues, la lutte contre la drogue et les incivilités. Des terrains qu’il a plutôt négligés aussi.

Présidentielle : l’hypothèse Le Pen ?

 

Emmanuel Macron a peur de Marine le Pen et il a raison : cette fois, c’est différent, voici pourquoi ce n’est pas gagné.

par Philippe Mabille Rédacteur en chef de la Tribune

 

Et si Marine Le Pen devenait présidente de la République au bout de sa troisième tentative. On imagine le tweet de @SardineRuisseau : « Une femme à l’Elysée, le patriarcat, c’est fini ! » (compte parodique de Sandrine Rousseau, candidate à la primaire écolo). Le scénario, jusqu’ici improbable, commence à donner des sueurs froides dans la macronie, raconte Marc Endeweld dans sa chronique Politiscope de cette semaine. Au ministère de l’Intérieur, on s’affole en coulisses de la faiblesse des reports de voix en faveur du président sortant. Tout va se jouer sur l’abstention : si la jonction de la droite Trocadero (la partie Fillon-Ciotti de l’électorat de Pécresse) se fait avec l’extrême droite (Zemmour + Le Pen), Macron peut être battu, assure-t-on comme pour exorciser ce risque.

Les derniers jours de la campagne « officielle » qui a démarré lundi 28 mars vont donner du fil à retordre aux instituts de sondage, eux qui sont déjà en permanence accusés de « mentir » par les réseaux complotistes. La preuve : ils n’avaient pas prédit le 21 avril 2022, l’élimination de Lionel Jospin ! Que dira-t-on s’ils ne voient pas venir le croisement des courbes entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. C’est oublier un peu vite qu’avant l’irruption d’Eric Zemmour dans le paysage, la présidente du Rassemblement national était déjà en tête des sondages du premier tour. Et que la possibilité de sa victoire en 2022 était prise au sérieux, y compris par Emmanuel Macron qui reconnaît en elle sa plus redoutable adversaire : certains Machiavel ont même vu sa main derrière le lancement de cette concurrence à l’extrême de la droite.

Si c’est le cas, le coup a échoué car bien au contraire la radicalité de Zemmour a recentré Marine en la faisant passer pour une victime. La primaire à droite a fait le reste en banalisant le discours sur l’immigration zéro jusqu’ici apanage du RN. Dans un tour de passe-passe inattendu, Marine le Pen a su s’inspirer du « en même temps » pour séduire un électorat plus large avec un programme économique hybride, un peu à gauche, en enfourchant le thème du pouvoir d’achat, un peu à droite, en se montrant réaliste sur l’Europe ou la dette, comme pour faire oublier que le programme du RN reste essentiellement d’extrême-droite.

On peut donc s’attendre à un branle-bas de combat dans la dernière semaine de campagne avant le premier tour du 10 avril. Emmanuel Macron est obligé de sortir du bois et de reprendre son combat contre le populisme. Mais il est comme paralysé par l’affaire McKinsey sur laquelle lui-même et les intéressés ont communiqué comme des manches, laissant prospérer le soupçon. C’est bien la peine d’être un expert du conseil en stratégie… Emmanuel Macron, comme lors de l’affaire Benalla (« s’ils cherchent un responsable, qu’ils viennent me chercher ») s’est planté en lançant un arrogant « qu’ils aillent au pénal ». Cela renvoie Macron à son image de banquier d’affaires hautain et distant, à l’inverse de l’image de président à l’écoute qu’il avait tenté de forger pendant le Grand Débat. De débat, il n’y en a pas eu et il n’y en aura pas, là a été son erreur. Ni sur le bilan, ni sur le récit de l’après, Macron n’a répondu présent. Un tort et un risque.

Le scénario Le Pen à l’Elysée n’est-il qu’un énième coup de com’ pour jouer à se faire peur et remobiliser un électorat centriste qui pense que l’élection est jouée ? Sans doute. Mais il y a aussi un troisième homme qui pointe son nez vers le second tour, Jean-Luc Mélenchon, à plus de 15%, en tentant de rassembler ce qui reste de la gauche éclatée vers un vote utile seul à même de déjouer le scénario d’une répétition du match de 2017. Pour l’instant, les bookmakers ne croient pas beaucoup à un second tour Mélenchon-Macron mais qui sait ? En cette année de surprises – qui aurait cru le 1er janvier que Poutine brandirait la menace nucléaire ? -, il faut se préparer à tout, même à la montée de la sixième vague de Covid.

Sur le front de la guerre en Ukraine, on a cru un instant seulement à une retraite en Russie des troupes de Poutine. Pendant les négociations, les bombardements continuent et le joueur d’échec du Kremlin a fini la semaine sur un chantage aux coupures de gaz s’il n’est pas payé en roubles qui met l’Europe en ébullition. Applicable au 1er avril, ce n’est pas un Poisson, mais « Bons baisers du Kremlin ». Mais pour ce faire, le président russe a dû créer une usine à gaz pour éviter une rupture des contrats en cours.

Un pas en avant deux en arrière, ce Poutine fait du Lénine version 2022. Et en Europe, on doit se préparer pour un scénario à la Mad Max, ce film (australien) où l’humanité se bat pour quelques gouttes d’essence. De fait, c’est un sale temps pour l’industrie automobile avec en France des ventes au plus bas depuis quarante ans.

Le titre auquel vous avez échappé cette semaine : « Gaz russe, Poutine souffle l’effroi ». Et ce n’est pas fini : comme l’écrit Robert Jules, à l’Opep+ comme à Washington, les barils de pétrole se politisent. A moins d’un accord hypothétique avec l’Iran, une alternative pas si évidente.

En fait, cette crise Russie-Ukraine n’a rien plus rien de régionale. Elle instille un virus mondial sur les chaînes de valeurs de la mondialisation via les hausses de prix. Avec ce nouvel ordre mondial, préparons nous à des pénuries mondiales. Pour l’instant, la France s’en sort mieux que ses voisins en termes d’inflation, grâce au nucléaire.

Évidemment, la réponse déjà évoquée partout de la sobriété énergétique est bonne, mais encore faut-il la rendre acceptable par tous. Le coup de froid de ce début avril montre bien notre vulnérabilité. Et se passer du gaz russe ne sera pas bon à court terme pour le climat, prévient Juliette Raynal : la guerre en Ukraine devrait conduire à un recours plus massif au charbon pour produire de l’électricité. Mais cette pratique, très émettrice de CO2 et donc néfaste pour le climat, pourrait être compensée par la chasse au gaspi, imposée par la hausse du prix des énergies fossiles. Les solutions d’énergie propre sont, elles, vouées à devenir plus compétitives

La crise aura aussi des effets anti-écologiques, car tout va coûter plus cher, à l’image de la rénovation énergétique des bâtiments, souligne César Armand. Le secteur du BTP est plombé par les effets de la guerre. Quand le BTP ne va pas, en France, on connaît la suite. Le risque de stagflation a beau être contesté par Christine Lagarde, il reste au coin de la rue.

Autre enjeu majeur de la présidentielle vu le contexte international : l’armée française est-elle obsolète ? Combien de temps tiendraient nos forces face à un agresseur sur notre sol ? Pour quoi, au fond, sommes-nous prêts à nous battre ? Michel Cabirol, notre expert des industries de Défense, vous propose une série passionnante sur le vrai bilan de Florence Parly qui a passé presque un quinquennat au ministère des Armées. Tenue de la loi de programmation militaire, bon point. Coopérations industrielles avec l’Allemagne, qui se décide enfin à investir dans sa défense : bof-bof. Mais dans la suite de Jean-Yves Le Drian, Florence Parly a fait un carton à l’exportation, à coups de Rafale mais pas seulement.

Dans ce monde fou, on aurait pu espérer compter sur une plus grande solidarité européenne. Las, après avoir acheté des F-35 américains, nos « amis » allemands continuent de nous lâcher sur le spatial : l’Agence spatiale allemande (DLR) a validé sans état d’âme le lanceur américain Falcon 9 de SpaceX pour son satellite d’observation de la Terre. Une nouvelle trahison de l’Allemagne vis-à-vis de l’Europe, s’indigne Michel Cabirol.

Pendant la guerre, les affaires continuent : Vincent Bolloré a enfin fini, contre son gré, mais à bon prix, par céder ses activités logistiques en Afrique, qui lui ont valu beaucoup de fortune et pas mal d’ennuis : Léo Barnier nous raconte l’épilogue de la cession à l’italo-suisse MSC, bien connu d’Alexis Kohler, d’un des secteurs historiques du groupe Bolloré bicentenaire cette année. Mais s’il abandonne l’Afrique, reste à savoir ce que fera de ces 6 milliards d’euros d’argent frais celui que l’on n’a pas nommé pour rien « le petit prince du cash-flow »… Des cibles en vue dans la défense, paraît-il.

Pour finir en beauté, revivez le plus bel événement du mois de mars en France avec notre forum Think Tech et la cérémonie « 10.000 startups pour changer le monde » qui s’est tenue lundi 28 mars sur la scène du Grand Rex. Avec en invité exceptionnel Xavier Niel, qui nous a accordé un entretien-vérité dans le cadre du podcast « 40 Nuances de Next » et affirme que la France compte déjà plus de 30 licornes (plus de 1 milliard d’euros de valorisation). Une heure avec Xavier Niel, le fondateur de Free, de Station F et de l’Ecole 42 : à regarder sans modération samedi ou dimanche en préparant l’apéro. Découvrez aussi les 10 lauréats de la sélection des plus belles startups de nos régions, et les 51 finalistes de notre concours. Un exemple : Stirruup, le Airbnb solidaire de l’hébergement d’urgence. Utile en cette terrible guerre en Ukraine.

Enfin, si vous vous ennuyez par ce froid printanier, offrez-vous un peu de binge watching sous la couette avec cet article de Sylvain Rolland qui nous explique pourquoi les nouvelles séries américaines s’inspirent toutes de… la Silicon Valley. « Super Pumped » sur la chute du CEO d’Uber Travis Kalanick, « Wecrashed » sur le couple Neumann à l’origine du succès puis de la débâcle de WeWork, et « The dropout » sur l’extraordinaire arnaque Theranos menée par Elizabeth Holmes, la première femme milliardaire de la tech. Alors que deux nouvelles séries sont annoncées sur Facebook, les dirigeants charismatiques et controversés de la Silicon Valley n’en finissent pas de fasciner Hollywood en pleine guerre du streaming.

En attendant la première série sur la guerre en Ukraine.

Philippe Mabille, Directeur de la rédaction

Fiscalité et présidentielle : des promesses bidon

Fiscalité et présidentielle : des promesses bidon

 

Les fiscalistes Philippe Bruneau et Jean-Yves Mercier examinent, dans une tribune au « Monde », une série de propositions en matière fiscale faites par les candidats à l’élection présidentielle et constatent que leur faisabilité juridique se heurte aux règles constitutionnelles françaises.

 

Tribune.

 

Comme il est d’usage, les candidats à l’élection présidentielle marquent leur empreinte et leurs différences par leurs propositions en matière fiscale. Les programmes de ce printemps 2022 se signalent par une série de mesures dont l’examen interpelle sous l’angle de leur faisabilité juridique. Voici quelques exemples de questionnements d’ordre constitutionnel.

Marine Le Pen (Rassemblement national) promet d’exonérer d’impôt sur le revenu tous les jeunes jusqu’à 30 ans. Un moyen, souligne-t-elle, de renforcer l’attractivité du territoire et d’aider les nouveaux arrivants sur le marché du travail à démarrer dans la vie.

S’il était saisi de l’examen de la conformité de cette exonération au principe constitutionnel d’égalité devant l’impôt ou les charges publiques, le Conseil constitutionnel vérifierait que son objectif est rationnel. Tel est bien le cas, nous semble-t-il, car il est légitime de favoriser l’insertion des jeunes dans leur vie professionnelle. Mais le Conseil n’en resterait pas là. Il étendrait son contrôle aux précautions prises par la loi pour atteindre l’objectif qu’elle poursuit sans le dépasser.

Or, telle qu’elle est présentée, la mesure conférerait à l’ensemble de la classe d’âge un avantage appelé à bénéficier de la façon la plus marquante aux titulaires des revenus les plus élevés, ceux qui précisément sont les moins exposés aux difficultés d’insertion auxquelles la mesure entend parer. Pour le moins, le montant du revenu exonéré devrait donc être plafonné.

De surcroît, l’exonération devrait être écartée pour les jeunes qui disposent déjà d’une certaine autonomie financière grâce à leur patrimoine ou à l’appoint des revenus d’un conjoint âgé de plus de 30 ans. On voit immédiatement la difficulté pratique qu’appellerait l’élaboration d’un dispositif prenant en compte cet ensemble de données.

Eric Zemmour (Reconquête !) prône une réduction drastique de la contribution sociale généralisée (CSG) en faveur des travailleurs modestes du public et du privé ainsi que des indépendants, pour leur permettre de toucher l’équivalent d’un 13e mois, mesure appelée à s’appliquer de manière dégressive pour tous les salaires allant du smic au salaire médian. Le gouvernement Jospin avait fait voter en 2001 une ristourne de CSG et de contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) en faveur des personnes percevant des revenus d’activité inférieurs à 1,3 fois le smic.

Le Conseil constitutionnel a censuré cette disposition. Le principe d’égalité devant l’impôt exige de prendre en compte l’ensemble des éléments qui déterminent la capacité contributive d’un redevable. Or, en l’espèce, il n’était tenu compte, défaut qui se retrouve dans la proposition du candidat, ni des revenus du contribuable autres que ceux tirés d’une activité, ni des revenus des autres membres du foyer.

Présidentielle : pouvoir d’achat déterminant pour 74% des Français

Présidentielle : pouvoir d’achat déterminant pour 74% des Français 

 

Selon une  enquête Ifop* du JDD. La quasi-totalité des personnes interrogées (93 %) estiment que cette question, qui recoupe « la vie chère »« l’inflation » ou « la hausse du prix des carburants »« aura un impact sur le vote des Français au premier tour de l’élection présidentielle », 54 % jugeant cette influence « certaine » et 39 % « probable ». Trois Français sur quatre (76 %) assurent que le sujet jouera également sur leur propre vote. Sans grande surprise, le niveau est encore plus élevé (81 %) auprès des catégories modestes – touchant moins de 1 300 euros par mois – et des catégories pauvres – celles qui gagnent moins de 900 euros -, mais aussi des moins de 35 ans (83 %).

La traduction de cette importance accordée par l’opinion à ce sujet n’est en revanche pas évidente. Une majorité relative des personnes interrogées (26 %) ne font confiance à aucun des candidats en lice pour améliorer la situation. Le reste colle plutôt à l’ordre des candidats dans les intentions de vote actuelles : Emmanuel Macron a la confiance de 21 % des personnes interrogées (dont 86 % de ses propres électeurs), devant Marine Le Pen à 17 %, Jean-Luc Mélenchon à 13 %, Éric Zemmour à 7 % et Valérie Pécresse à 6 %.

* Sondage Ifop pour le JDD, réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 31 mars au 1er avril 2022 auprès d’un échantillon de 1 405 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 540 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas). La marge d’erreur est située entre 0,4 et 2,6 points.

Présidentielle : contre la recentralisation

départements et Présidentielle :  contre la recentralisation

Coup de gueule des départements,l e président de l’assemblée des départements de France président (UDI) ,François Sauvadet ,appelle le futur chef de l’Etat à aider les conseils départementaux à soutenir « directement » l’économie de proximité. « Ce quinquennat a été synonyme d’un recul sans précédent » sur les finances locales, s’agace le patron de la Côte-d’Or.L’inquiétude porte aussi sur l’intention de Macron de réduire encore les moyens des collectivités locales dont il est vrai la multiplication n’est pas source de rationalisation et d’efficacité.

Pour l’essentiel les départements sont surtout chargés de gérer les dépenses sociales dont d’ailleurs ils ne maîtrisent pas le volume et les conditions d’attribution et de l’entretien des routes.  Les départements assurent aussi la construction, l’entretien et l’équipement des collèges, la gestion de l’eau et de la voirie rurale, le transport des élèves handicapés, les ports maritimes et intérieurs, les aérodromes, ou encore, les services départementaux d’incendie et de secours.

Leur mission principale: l’action sociale. L’enfance d’abord, via l’aide sociale à l’enfance (ASE), la protection maternelle et infantile (PMI), l’adoption… Les personnes handicapées aussi, avec les politiques d’hébergement et d’insertion sociale. Les personnes âgées également, avec la création et la gestion de maisons de retraite (EHPAD). Les prestations légales d’aide sociale enfin, comme le revenu de solidarité active (RSA).

 

« Les grandes régions ont la compétence du développement économique et nous ne cherchons pas à tout faire, mais est-ce qu’on ne pourrait pas redonner de la souplesse ? », s’interroge François Sauvadet.
« Sur le soutien aux cafés et aux restaurants, sur les commerces, sur l’organisation de circuits courts ou même sur l’agriculture, qui structurent la vie locale, nous pouvons agir », insiste le président de l’Assemblée des départements.

Pourtant,  « On [le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, Ndlr] nous parle d’encadrer les dépenses, mais qu’est-ce que ça veut dire ? », s’énerve François Sauvadet. « Nous n’avons déjà plus de ressources propres. Ce quinquennat a déjà été synonyme d’un recul sans précédent », martèle le porte-parole des conseils départementaux.

Depuis la suppression de la taxe d’habitation (que payaient tous les habitants, Ndlr), les départements ne touchent plus en effet leur part de taxe foncière (dont s’acquittent les propriétaires, Ndlr) car elle sert à compenser cette absence de recette aux communes. En revanche, les conseils départementaux continuent de percevoir différentes dotations de l’Etat, dont les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), dits « frais de notaire », dont s’acquittent tous les acheteurs de biens immobiliers.

Candidat à sa réélection, Emmanuel Macron a, lui, déjà annoncé 10 milliards d’euros d’économie supplémentaires pour les collectivités territoriales sur le prochain quinquennat ainsi que la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), que reçoivent, en partie, les départements. « Cela s’appelle une asphyxie ! C’est l’investissement public qui va être pénalisé », tonne encore le président de l’ADF, François Sauvadet.

Enfin, les présidents de département plaident pour la garantie de moyens de financement pérenne afin d’organiser l’entretien et le développement des infrastructures de transport. « J’étais dans le Cantal aujourd’hui. Il y a 4.000 kilomètres de routes à entretenir… », pointe le porte-parole des conseils départementaux.

En attendant les résultats de l’élection dans trois semaines, les départements assurent déjà la construction, l’entretien et l’équipement des collèges, la gestion de l’eau et de la voirie rurale, le transport des élèves handicapés, les ports maritimes et intérieurs, les aérodromes, ou encore, les services départementaux d’incendie et de secours.

Présidentielle : une élection écrasée par l’Ukraine et le Covid

Présidentielle : une élection écrasée par l’Ukraine et le Covid

Finalement la campagne électorale française semble peu mobiliser l’intérêt des électeurs davantage préoccupés par la crise sanitaire et plus récemment par la guerre en Ukraine sans parler de l’inflation qui commence  à plomber le moral des ménages. D’un certain point de vue, les programmes de nombre de candidats paraissent assez hors sujet. Une enquête de la Fondapol sur l’élection montre comment l’épidémie et l’invasion russe ont bouleversé en profondeur le rendez-vous démocratique de 2022.

L’élection des 10 et 24 avril est imprégnée d’une succession de crises. La désaffiliation partisane, le mouvement des «gilets jaunes» et l’opposition aux mesures sanitaires ont nourri des mouvements contestataires qui pourraient bien se répercuter dans les urnes, l’abstention et le vote contestataire pourraient même être sans précédent. L’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, dernier chambardement en date, a eu pour conséquence un bond dans les intentions de vote pour Emmanuel Macron, devenu chef de guerre.

 

Une grande enquête de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) pour Le Figaro, réalisée du 10 au 14 mars, souligne que cette crise favorise nettement la position de favori du chef de l’État. 64 % des personnes interrogées sont satisfaites de la façon dont le président gère cette situation, et 39 % de ceux qui sont mécontents de son action comme président louent toutefois sa bonne gestion de la crise. 70 % des Français craignent par ailleurs que le conflit dégénère en Ukraine.

 

Présidentielle : remontée de Le Pen

Présidentielle : remontée de Le Pen

Selon le baromètre OpinionWay-Kéa Partners pour Les Échos et Radio classique publié aujourd’hui. au premier tour, le président-candidat est crédité de 28% des voix, stable sur une semaine, tandis que sa rivale du Rassemblement national passe  la barre des 20%, devant le candidat LFI qui se hisse à 15% (+1 point). Au deuxième tour, Emmanuel Macron l’emporterait avec 55% des intentions de vote (stable) face à Marine Le Pen.

La candidate LR Valérie Pécresse perd deux points et descend à 10%, ex æquo avec Éric Zemmour (+ 1 point). Fabien Roussel est crédité de 3% des intentions de vote (- 1 point) aux côtés de Jean Lassalle, stable. La socialiste Anne Hidalgo demeure à 2%, à égalité avec Nicolas Dupont-AignanNathalie Arthaud et Philippe Poutou ferment la marche, tous deux crédités de 1% des voix.

Selon le baromètre, l’intérêt pour la présidentielle continue de remonter (+3 points) sur une semaine à 67%.

 

 

Présidentielle : remontée de Le Pen

Présidentielle : un deuxième tour plus serré que prévu

Présidentielle : un deuxième tour plus serré que prévu

 

Si Emmanuel Macron reste largement en tête des intentions de votes au premier tour (28%), l’écart se réduit de sept points au second tour entre le président sortant et Marine Le Pen, donnés respectivement à 52,5% et 47,5%, selon un sondage Elabe pour BFMTV et l’Express.

En cause, des résultats d’une politique assez contradictoire de Macron sans parler de certaines affaires qui remontent comme l’affaire McKinsey
.Une somme astronomique, 1 milliard d’euros. Un cabinet de conseil américain. Des accusations d’optimisation fiscale. Des soupçons de collusion. Un «scandale d’État», selon les mots des opposants d’Emmanuel Macron. À dix jours du premier tour de l’élection présidentielle, le candidat redoute l’impact de la polémique sur son image.Et le score au second tour ne paraît pas aussi assuré que précédemment.

 

 

 

Présidentielle : la Fédération des chasseurs pour Macron !

Présidentielle : la Fédération des chasseurs pour Macron !

 

L’exemple même du clientélisme et du populisme donné par le président de la fédération des chasseurs qui n’hésite pas à s’asseoir sur les statuts de son association pour annoncer son intention de voter Macron au premier tour.
On savait évidemment que les chasseurs ne sont pas d’une subtilité démocratique et intellectuelle exceptionnelle mais de là à politiser une organisation il y a un pas qui vient d’être franchi sans état d’âme par le peu scrupuleux président de la fédération des chasseurs.

Il conviendrait sans doute de rappeler à l’intéressé que ce type d’association n’a pas vocation à faire de la politique et où à servir ses intérêts. L’association doit évidemment rappeler ses revendications mais elle n’a pas à s’immiscer dans le choix électoral.

Un rappel utile car le président des chasseurs à l’habitude de s’asseoir allègrement sur les valeurs et les droits démocratiques.

 

« Je suis d’une froideur et d’un pragmatisme total sur les choix à faire. Je fais abstraction de mes opinions. » Willy Schraen, le président de la Fédération des chasseurs, a annoncé son intention de voter Emmanuel Macron « dès le premier tour » dans un entretien au Parisien / Aujourd’hui en France (article abonnés).

« Il [le chef de l'Etat] va annoncer dans les prochaines heures sa vision de la chasse à travers une lettre aux présidents départementaux de chasse, avance Willy Schraen. Il devrait s’engager sur l’indemnisation des dégâts de gibier, une police rurale de proximité, les chasses traditionnelles », énumère-t-il. « Il mettra toute son énergie pour répondre à nos demandes. J’ai sa parole », assure-t-il. Avant de faire valoir : « Il ne m’a pas déçu. Aucune loi ou amendement pouvant abîmer la chasse n’a été adopté dans ce quinquennat. À chaque fois qu’on a eu un problème à régler avec un ministre de l’Écologie, il est intervenu. »

Toutefois, Willy Schraen assure qu’il ne s’agit pas d’une consigne de vote. « Les chasseurs font ce qu’ils veulent », déclare-t-il de manière particulièrement hypocrite.

Présidentielle 2022 : Gros coup de fatigue démocratique !

Présidentielle 2022 : Gros coup de fatigue démocratique !

 

Selon l’enquête d’Ipsos Sopra Steria pour « Le Monde », à moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, seuls 67 % des Français se disent certains d’aller voter. Les enjeux importants du moment devraient pourtant inciter à la mobilisation. Candidats, médias et citoyens ont leur responsabilité dans cette dangereuse apathie.

 

Editorial du « Monde ».

 

Au moment où les Ukrainiens se battent avec courage, ferveur, et au péril de leur vie pour défendre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le spectacle que renvoie la campagne électorale française suscite, par contraste, un malaise. Notre pays présente tous les symptômes d’une démocratie fatiguée alors qu’il devrait entretenir et chérir la liberté de débat et de choix qu’il a conquise au prix de son histoire mouvementée.

A moins de deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, nombre d’électeurs ne parviennent toujours pas à s’y intéresser. Les principaux acteurs peinent à les y aider. Selon la huitième vague de l’enquête électorale réalisée par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, seuls 67 % d’entre eux se disent certains d’aller voter, alors qu’ils étaient 78 % il y a cinq ans. Parmi les motifs du désintérêt sont notamment avancés l’impression « qu’il n’y a rien de nouveau » ou encore le sentiment que « les jeux sont déjà faits ».

Cette lassitude est d’autant plus surprenante que l’actualité, passablement dramatique, se charge d’établir une hiérarchie des urgences qui n’était pas celle de 2017 et autour de laquelle un débat de fond est impératif si l’on veut éviter à l’avenir les blocages, les tensions et les mauvaises surprises. Le réchauffement climatique, la reprise de l’inflation, la réapparition des épidémies, le retour de la guerre en Europe, les craintes qu’elle fait naître autour de l’approvisionnement énergétique et alimentaire montrent à quel point tout ce qui nous paraissait définitivement acquis, il y a encore quelques années, est brusquement remis en cause.

L’impossibilité de structurer des échanges de qualité autour de ces grandes mutations laisse pantois, tout comme la facilité avec laquelle certains acteurs impliqués dans le débat public tirent les conséquences de la dépolitisation ambiante. La semaine dernière, TF1, qui avait coutume, comme ses confrères du service public, d’organiser de longues soirées électorales à l’occasion de la présidentielle, a annoncé qu’elle programmerait, dimanche 10 avril, le film Les Visiteurs dès 21 h 30. Un symptôme parmi d’autres du cercle vicieux qui menace la vie politique : puisque l’audience manque, réduisons la voilure.

Contrairement à ce que plaident la plupart des candidats, ce n’est pas la guerre en Ukraine qui écrase le débat, mais la façon dont chacun s’en est servi à des fins politiciennes. Le président de la République, d’abord, pour gérer aussi longtemps que possible sa position de favori en surplomb de ses concurrents. La droite et la gauche, ensuite, pour masquer la faiblesse de leur campagne qui avait pris l’eau bien avant le déclenchement du conflit. Face à la recomposition en cours du paysage politique, leur logiciel s’est révélé complètement usé. L’extrême droite, enfin, qui, par la voix de Marine Le Pen, exploite jusqu’à la corde le thème porteur du pouvoir d’achat en tentant de faire oublier sa complaisance à l’égard de Vladimir Poutine.

Les ratés de la campagne n’exonèrent cependant pas les citoyens de leur propre responsabilité. Le plus inquiétant dans ce qu’il se passe aujourd’hui est l’apathie boudeuse dans laquelle se retranchent nombre d’électeurs, sous prétexte que les politiques ne pourraient rien pour eux. Gageons que s’ils s’étaient mobilisés en nombre suffisant pour bousculer les positions acquises, exiger une confrontation des idées et des réponses précises à leurs questions, ils auraient fini par l’obtenir. La démocratie n’est ni un luxe ni une évidence. En ces temps troublés, chacun a malheureusement tendance à l’oublier.

PRÉSIDENTIELLE: gros meeting de ZEMMOUR

PRÉSIDENTIELLE: gros meeting de ZEMMOUR

Un gros meeting de Zemmour qui affirme avoir réuni environ 100 000 personnes au Trocadéro à Paris. Un chiffre peut-être excessif, sans doute à peine la moitié, mais une mobilisation certaine à peine évoquée dans les grands médias. Le signe évidemment que la plupart des grands médias aux mains des financiers privilégie l’opposition de Marine Le Pen  victime expiatoire désignée d’un Macron qui n’aura pas de mal à terrasser sa rivale.

 

On peut et on doit évidemment contester le caractère extrémiste de nombre de positions de Zemmour par contre  la manière dont il est rendu compte de la mobilisation à Paris témoigne des limites du contexte démocratique actuel. Éric Zemmour a en effet mobilisé en masse, ce dimanche, sur la place du Trocadéro à Paris. L’occasion, pour ce qui pourrait constituer son dernier grand discours de campagne, d’appeler de nouveau à l’ »union des droites », qu’il a souvent appelée de ses voeux. Tout en égratignant ses différents adversaires.

Lors de son discours, l’ancien polémiste a notamment renouvelé son appel à l’union des droites, en s’adressant à ses « amis » de droite. En prévision du second tour et surtout des législatives, le candidat a ainsi tendu la main à plusieurs personnalités des Républicains et du Rassemblement national.

« Oui, j’aurai besoin d’Éric Ciotti », a débuté Éric Zemmour, avant de le faire applaudir: « Oui, j’aurai besoin de François Xavier Bellamy, de Laurent Wauquiez, de Nadine Morano, de Jordan Bardella. C’est l’idée que je me fais de l’union des droites », a-t-il martelé.

Élection présidentielle : des programmes déjà largement obsolètes

Élection présidentielle : des programmes déjà largement obsolètes

 

Il n’est guère étonnant que les Français ne se passionnent pas pour les élections présidentielles. La plupart estiment  d’ailleurs que cette échéance ne changera pas grand-chose. Cela sans doute en référence à des programmes qui sont largement obsolètes.

D’abord personne n’avait prévu la situation de guerre en Ukraine et ses conséquences. Il y aura nécessairement une très grosse remise en cause de la politique énergétique de sa nature, de son utilisation et de ses origines. Du coup,  les utopies des énergies alternatives se trouvent renvoyés au calendes grecques En tout cas à leur utilisation pertinente. L’Europe longtemps soumise aux contraintes des écolos allemands et autres pays du nord s’est laissée complètement embourbée dans une politique énergétique hypothéquant largement l’indépendance économique européenne.

La seconde raison du caractère obsolète des programmes est la résurgence de l’inflation. Une inflation générée par la reprise économique mais aussi par des facteurs plus structurels comme la recomposition progressive des processus de production et de répulsion. L’indépendance économique aura un coût et la relocalisation ne sera pas gratuite. La dérive de l’inflation va remettre en cause tous les scénarios économiques. Bien sûr on pourra toujours imputer la responsabilité à la guerre en Ukraine. La vérité c’est que cette inflation va largement amputer le pouvoir d’achat des consommateurs et en même temps la consommation et la croissance.

De fait, il y  ira moins de fruits de croissance à distribuer et il faudra en outre commencer à amortir les dettes accumulées pendant la crise[. Le contraire de ce que propose la plupart des programmes qui arrosent en promesses financières les différents catégories socio professionnelles.

Tous les programmes ont à peu près en commun y compris le programme de Macron de ne pas proposer de bouclage financier sauf d’hypothétiques économies dans l’appareil d’État toujours promises mais jamais réalisées depuis des dizaines et des dizaines d’années.

À cela va s’ajouter également la contrainte supplémentaire des règles environnementales qui vont également modifier le coup d’accès aux produits et aux prestations ne serait-ce qu’à partir de la fameuse taxe carbone qui risque en outre d’impacter la compétitivité européenne.

La non pris en compte de ces différents enjeux pourrait bien se traduire par une crise sociale tellement est important le fossé entre les promesses électorales et les réalités sociaux économiques.

12345...18



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol