Archive pour le Tag 'présidentielle'

Page 17 sur 25

Présidentielle: à droite Bertrand progresse

Présidentielle: à droite Bertrand progresse

Le président des Hauts-de-France qui, dans la foulée de sa réélection lors des régionales, enregistre une progression de 3 points de son score de premier tour à 18 %, selon une enquête Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI.

Derrière, la présidente de l’Île-de-France progresse de 4 points, à 14 %, et celui de l’Auvergne-Rhône Alpes de 5, points à 13 %. «À dix mois du scrutin, Xavier Bertrand se positionne comme le troisième homme, mais il ne tue pas le match à droite», résume Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’Ifop. Et ce, même si Bertrand reste la personnalité préférée des sympathisants et électeurs de droite pour les représenter en 2022, avec 40 %, contre 23 % pour Valérie Pécresse et 17 % pour Laurent

Présidentielle: une primaire ouverte à droite pour Bertrand et Pécresse

Présidentielle: une primaire ouverte à droite pour Bertrand et Pécresse

 

À l’évidence le responsable du mode de désignation du parti républicain, Léoneti,  souhaite que la primaire soit le plus ouvert possible pour ne pas éliminer les candidats qui ont les plus grandes chances de l’emporter éventuellement aux présidentielles. «si nous décidions d’interroger nos seuls militants LR, comment pourrions-nous demander à Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou nos amis centristes d’y participer?», a-t-il ajouté

Selon un sondage Ifop publié par le JDD, 46% des sondés estiment que Xavier Bertrand «ferait un bon candidat» de la droite pour 2022, suivi de Valérie Pécresse (42%), François Baroin (38%), Laurent Wauquiez (35%) et Michel Barnier (32%). Bruno Retailleau est à 18%.

Présidentielle 2022 : revoilà Poutou et les autres

Présidentielle 2022 : revoilà Poutou et les autres

 

Dans la prévision des présidentielles, le folklore français se réveille avec des candidatures surprenantes autant que régulières. Il y a notamment des fantaisistes qui profitent tous les cinq ans de l’occasion de paraître dans la petite lucarne alors que politiquement socialement il ne représente strictement rien. Cela vise presque la moitié des candidats. Parmi ceux-ci, il y a régulièrement un représentant du néandertalien parti communiste révolutionnaire et anticapitaliste, le NPA, anciennement la ligue communiste révolutionnaire.

 Un parti qui ne peut guère espérer beaucoup plus que 1 % mais qui va encore tenter de convaincre que la révolution peut régler les grands enjeux de la France. Il y aura aussi les bavardages de personnages fantaisistes sur la quinzaine de candidats. L’occasion exceptionnelle de débiter des discours ésotériques et peut-être aussi de satisfaire des egos.

Sondage Présidentielle 2022 : Bertrand vient talonner Macron et Le Pen

Sondage Présidentielle 2022 : Bertrand vient talonner Macron et Le Pen

 

selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour Radio France et France Télévisions paru ce dimanche, et une étude OpinionWay pour CNews, Macon et Le Pen sont toujours en tête mais désormais talonnés par Xavier Bertrand qui est crédité de 18 à 20 %. En tête figurent toujours Emmanuel Macron (24% à 27% ; 26% à 31%) et Marine Le Pen (24% à 26% ; 24% à 25%)

Xavier Bertrand, est le mieux placé à droite, devant Valérie Pécresse (12% ou 13%) et Laurent Wauquiez (13%).

Derrière, la gauche se divise en trois blocs à peu près équivalents. Yannick Jadot arrive tantôt en tête (10%), tantôt deuxième (8% à 9%). L’écologiste est dans un mouchoir avec la socialiste Anne Hidalgo (8% à 9% ; 7%), mais aussi l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon (7% ; 9% à 10%). Le communiste Fabien Roussel plafonne quant à lui à 2,5%.

Présidentielle en Iran : Une élection truquée qui enfonce la société civile

Présidentielle en Iran : Une élection truquée qui enfonce la société civile

 

 

Editorial du « Monde ». La République islamique d’Iran a opté pour un verrouillage sans précédent de l’élection présidentielle du 18 juin. Pour la première fois depuis l’élection du réformateur Mohammad Khatami en 1997, le scrutin s’est tenu sans véritable compétition. Les candidatures des prin­cipales figures réformatrices du pays, ainsi que de personnalités conservatrices, avaient été invalidées en amont par le Conseil des gardiens de la Constitution, dans le but d’assurer au chef de l’autorité judiciaire, l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, une victoire sans encombre.


Ce faisant, le régime a rompu avec une tradition qui offrait jusqu’alors un semblant d’exercice démocratique lors du scrutin présidentiel, dans un face-à-face entre deux camps : les partisans des réformes, ­favo­rables à une ouverture dans la société et vers le monde, contre les partisans de la révolution islamique, tenants d’une ligne antioccidentale et d’une plus grande limitation des libertés en Iran. A 82 ans, le Guide suprême, Ali Khamenei, organise sa succession. Il la souhaite sans remous, sans luttes intestines. Et, le président élu, Ebrahim Raïssi, 60 ans, est l’un des candidats probables.

Lors de cette élection, la voix des Iraniens n’a pas été entendue. Ils ont été nombreux à ne pas aller voter – 51,2 % se sont abstenus, selon des résultats définitifs publiés le 19 juin –, du fait du verrouillage de l’élection, mais aussi parce qu’ils ne croient plus possible de réformer le système politique par les urnes. L’élection d’Ebrahim Raïssi ne devrait certes pas avoir d’incidence dans les négociations en cours sur le dossier nucléaire, qu’une majorité d’Iraniens soutient. Le rétablissement des sanctions internationales sous l’ancien président Donald Trump est loin d’avoir affaibli le régime iranien, mais a aggravé les conditions de vie de la population, amené au décrochage économique de millions de personnes et affaibli la classe moyenne, moteur du changement dans le pays. En campagne, Ebrahim Raïssi a dit son intention d’honorer l’accord conclu en 2015 avec la communauté internationale, sur les consignes du Guide suprême. Ce dernier est déterminé à sauver l’accord nucléaire pour obtenir en retour une levée des sanctions et une relance économique.

 

Mais l’élection d’Ebrahim Raïssi pourrait être lourde de conséquences pour les Iraniens qui appellent à plus de droits et de libertés. Leurs revendications – la liberté de la presse, le droit de vivre dans la dignité, le respect de la méritocratie dans l’accès aux postes publics, la transparence du pouvoir et la détente avec le monde – n’ont pas pu s’exprimer lors du scrutin du 18 juin. Les Iraniens paient un lourd tribut chaque fois qu’ils tentent de se faire entendre, que ce soit lors des manifestations – dont les dernières en 2019 ont été réprimées dans le sang – ou par des actions pacifiques.

Ebrahim Raïssi détient un triste bilan en matière de droits humains.En 1988, alors qu’il n’avait que 28 ans, Il a été l’un des quatre juges qui ont décidé de la vie et de la mort de milliers de prisonniers politiques. Ebrahim Raïssi a toujours fait preuve de loyauté envers la machine répressive de la République islamique d’Iran, en jouant un rôle-clé dans les plus grands dossiers de la violation des droits humains. Sous son règne à la tête de l’autorité judiciaire (2019-2021), l’arrestation des militants politiques et leur condamnation à de lourdes peines de prison sont devenues la règle. L’élection d’Ebrahim Raïssi à la présidence est une très mauvaise nouvelle pour la société civile iranienne.

Présidentielle Pérou : Castillo contesté avec 50,1%

Présidentielle Pérou : Castillo contesté avec 50,1%

des résultats très contestés aux élections présidentielles du Pérou. Le socialiste Pedro Castillo était donné mardi en tête de l’élection présidentielle au Pérou avec 50,1% des voix, contre 49,9% pour sa rivale conservatrice Keiko Fujimori, après le dépouillement de l’ensemble des bulletins de vote.

L’issue du scrutin du 6 juin, qui a mis en relief de profondes divisions dans le pays, reste toutefois incertaine, Keiko Fujimori ayant dénoncé sans preuve une fraude électorale et demandé l’annulation de certains bulletins.

Sondage gifle à Macron : un recul de l’image de la fonction présidentielle pour 75 %

Sondage gifle à Macron : un recul de l’image de la fonction présidentielle pour 75 %

 

Visiblement les Français ne sont pas en accord avec la majorité des grands leaders politiques et les principaux médias qui condamnent sans nuance la gifle à Macron au motif qu’elle serait une insulte à la nation, aux institutions et à la France. Les Français sont plus précis quant à la signification politique de ce geste. Ils pensent en effet que c’est surtout la traduction d’un recul du respect de la fonction présidentielle. Une fonction présidentielle fortement abîmée par Macron notamment qui avilit la plus haute responsabilité politique par sa politique de communication démagogique notamment caractérisée par un activisme populiste assez pitoyable.

 

Exemple quand il se produit sur des sites douteux d’influenceurs, qu’il s’exprime sur le football ou sur n’importe quel fait divers.

Trois-quarts des Français interprètent ce geste comme le symptôme d’une «hausse globale de la violence dans notre société», et non comme un «acte isolé», selon l’expression employée par le chef de l’État lui-même. La scène est aussi perçue par 75% des citoyens comme «un recul du respect de nos concitoyens pour la fonction présidentielle». D’autres (62%) y voient «le très fort rejet personnel» que suscite le président.

Ce décryptage est partagé par les sympathisants de gauche, comme de droite. Il ne fait en revanche pas l’unanimité au sein des… sympathisants LREM. Sans surprise, 68% refusent d’y voir un rejet d’Emmanuel Macron.

Présidentielle 2022 : Enthoven choisit Le Pen face à Mélenchon

Présidentielle 2022 : Enthoven choisit Le Pen face à Mélenchon

Entre  «la Peste ou la Peste», «le brun ou le rouge-brun», Enthoven, le philosophe  choisit Le Pen. Il relativise cependant :

«D’abord, ça n’arrivera pas, gros malins», a prévenu d’entrée Raphaël Enthoven, jugeant que Jean-Luc Mélenchon fera «un score à un chiffre, et partira (ou pas) sous les quolibets et les ricanements». Le philosophe a ensuite dressé les points communs entre les deux figures des extrêmes, en relayant l’appel de Marine Le Pen aux Insoumis à faire barrage à Emmanuel Macron en 2017 : «Les deux sont d’accord sur l’Europe, l’OTAN, la Syrie, la Russie, la médiacratie, les retraites, les Tchétchènes, les gilets jaunes, les dictateurs (Orban, Chavez, Poutine…)».

Autre point commun, selon Raphaël Enthoven : leur «complotisme». Mais il oppose celui «tout en finesse» de la présidente du RN à celui du patron de LFI, «qui dénonce indifféremment les grands laboratoires, Agnès Buzyn» mais aussi, comme récemment, «les attentats ourdis et montés en épingle par le « système »». S’il reconnaît le talent de Mélenchon pour l’art oratoire, le philosophe lui reproche néanmoins le fait de ne plus être «républicain». Alors que, pour lui, Marine Le Pen est toujours la même : «Parfaitement incompétente, hésitante, indécise et vindicative».

Présidentielle 2022: Alerte aux ingérences étrangères

Présidentielle 2022: Alerte aux ingérences étrangères

 

Dans une interview au Figaro, François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Iris, fait le point sur le risque cyber autour du scrutin.

 

Tribune

 

 

Alerte cyber sur l’élection présidentielle d’avril 2022. « Les partis politiques doivent s’attendre à des tentatives d’ingérence étrangère », met en garde François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), dans le Figaro, vendredi 29 mai.

Plusieurs types d’attaques sont possibles. « Il y a les hackeurs qui parviennent à pénétrer dans les comptes, à récupérer les documents et les données des partis politiques », précise François-Bernard Huyghe. Le chercheur évoque également les « tentatives de sabotage » (panne du système, surcharge du site internet) ainsi que la « diffusion de fausses informations ou de faux messages. »

Qui seront les acteurs de ces cyberattaques ? « Il est très vraisemblable qu’en 2022 des particuliers puissent produire ce type d’attaques pour combattre leurs adversaires idéologiques. Cela pourrait également venir de l’étranger. Dans tous les cas, même s’il s’avère que certaines cyberattaques proviennent d’un pays comme la Russie, il est presque impossible de prouver qu’il s’agit d’une attaque d’État. [...] Il est probable que ceux qui subiront des cyberattaques accuseront la Russie, la Chine, la Corée du Nord ou l’Iran », analyse le directeur de recherche à l’Iris dans son interview au Figaro.

« Fake news ». D’après lui, les mouvements politiques français sont au courant : « Les partis politiques s’y préparent déjà en renforçant leur sécurité informatique et en utilisant des moyens de communication plus sécurisés, comme Telegram. »

Pour autant, il ne semble pas qu’il existe un risque réel pour le scrutin. « Il ne faut pas non plus développer de fantasmes, cela ne changera pas le cours de l’élection. Ce genre d’attaques ne peut avoir qu’un effet marginal », nuance François-Bernard Huyghe dans son interview au quotidien.

D’autres manœuvres sont néanmoins attendues : « Il y aura également certainement beaucoup de fake news et de « deep fakes » qui circuleront sur les réseaux sociaux », indique le chercheur, qui nuance là aussi leur impact. « Ces fausses informations seront immédiatement démenties par les médias qui feront leur travail de fact checking », conclut-il.

SONDAGE PRÉSIDENTIELLE: BERTRAND en tête à droite et possible vainqueur au second tour

SONDAGE  PRÉSIDENTIELLE: BERTRAND en tête à droite et possible vainqueur au second tour

Xavier Bertrand obtiendrait le meilleur score au premier tour de la prochaine présidentielle parmi les candidats potentiels de la droite, derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron, selon un sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro ce lundi. Selon cette enquête, le premier tour serait nettement dominé par Marine Le Pen (27 à 30%) et Emmanuel Macron (25 à 28%) dans chacun des cinq scénarios testés par l’institut.

Pour le premier tour, Ifop-Fiducial évalue d’abord les intentions de vote de quatre candidats possibles pour la droite. Le président de la région Hauts de France Xavier Bertrand (15%) serait le candidat qui prendrait le plus de voix à Emmanuel Macron (25%) comme à Marine Le Pen (27%), devant la présidente de l’Île-de-France Valérie Pécresse (10%), celui d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et l’ancien négociateur européen du Brexit Michel Barnier qui remporteraient tous les deux 8% des suffrages, et enfin le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau (6%).

Au deuxième tour, le duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron serait remporté, selon ce sondage, par le président sortant à 54% des voix contre 46% pour la président du RN, comme lors du sondage précédent de l’Ifop, réalisé en avril.

Dans l’hypothèse d’un second tour face à Emmanuel Macron, Xavier Bertrand obtiendrait 49% contre 51% pour le président sortant. Mais, dans l’hypothèse d’un second tour face à Marine Le Pen, le meilleur score serait réalisé par Xavier Bertrand qui obtiendrait 60% contre 40% pour la présidente du Rassemblement national.

Enquête menée suivant la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 1.363 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1.529 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1%.

SONDAGE -SÉCURITÉ :le thème qui monte pour la présidentielle

SONDAGE -SÉCURITÉ :le thème qui monte pour la présidentielle 

 

Les Français placent la sécurité en tête des thèmes qui détermineront le choix de leur bulletin de vote. C’est ce qui ressort de notre nouveau sondage « L’opinion en direct », publié ce mercredi et réalisé par l’Institut Elabe.

Recul perçu de l’autorité de l’État, laxisme supposé de la justice, multiplication de faits divers violents, policiers tués dans le cadre de l’exercice de leur fonction… Autant d’éléments qui contribuent à faire émerger, comme ce fut le cas lors d’autres scrutins présidentiels (surtout 2002), la sécurité comme principal sujet de débat et de mobilisation politique. Notamment à droite du spectre électoral.

Les électeurs de François Fillon de 2017 sont les plus nombreux (55%) à placer la sécurité parmi leurs trois principales priorités. Ils sont 28% à la mettre en tête de ces priorités. Parmi les électeurs de Marine Le Pen à la précédente présidentielle, 46% placent la sécurité dans ce trio de thèmes perçus comme étant les plus cruciaux.

Ces deux électorats citent également l’immigration, première préoccupation pour les électeurs de Marine Le Pen (40% chez Fillon et 50% chez la patronne du RN) et la menace terroriste (33% et 34%, respectivement).

35% des électeurs de Marine Le Pen citent également la santé. Les électeurs d’Emmanuel Macron citent la sécurité en premier (43%), ils mentionnent ensuite la santé (35%) et le pouvoir d’achat (29%). Les électeurs de Benoît Hamon sont d’abord préoccupés par l’environnement (48%), puis par l’emploi (36%) et le pouvoir d’achat (35%). Le trio de tête reste le même, mais la hiérarchie s’inverse pour les électeurs de Jean-Luc Mélenchon: le pouvoir d’achat (43%), l’environnement (38%), l’emploi (32%).

Dans le cadre de notre enquête, les Français ont été interrogés sur leur perception du travail gouvernemental en matière sécuritaire. Les deux tiers des personnes sondées n’ont pas confiance en l’exécutif sur ce sujet. 33% des Français font tout à fait (5%) ou plutôt (28%) confiance à Emmanuel Macron et aux membres du gouvernement de Jean Castex.

À l’inverse, 66% d’entre eux ne leur font pas vraiment (39%) ou pas du tout (27%) confiance. Ce sont logiquement les électeurs de 2017 d’Emmanuel Macron qui sont les plus nombreux à lui faire confiance (71%). Ce sentiment est également majoritaire auprès de ses électeurs de second tour (53%).

Sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, sur un échantillon de 1009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas, et les participants ont été interrogés par Internet du 11 et 12 mai 2021.

SONDAGE SÉCURITÉ : UN DES THÈMES CENTRAUX POUR LA PRÉSIDENTIELLE

SONDAGE SÉCURITÉ : UN DES THÈMES CENTRAUX POUR LA PRÉSIDENTIELLE

 

Les Français placent la sécurité en tête des thèmes qui détermineront le choix de leur bulletin de vote. C’est ce qui ressort de notre nouveau sondage « L’opinion en direct », publié ce mercredi et réalisé par l’Institut Elabe.

Recul perçu de l’autorité de l’État, laxisme supposé de la justice, multiplication de faits divers violents, policiers tués dans le cadre de l’exercice de leur fonction… Autant d’éléments qui contribuent à faire émerger, comme ce fut le cas lors d’autres scrutins présidentiels (surtout 2002), la sécurité comme principal sujet de débat et de mobilisation politique. Notamment à droite du spectre électoral.

Les électeurs de François Fillon de 2017 sont les plus nombreux (55%) à placer la sécurité parmi leurs trois principales priorités. Ils sont 28% à la mettre en tête de ces priorités. Parmi les électeurs de Marine Le Pen à la précédente présidentielle, 46% placent la sécurité dans ce trio de thèmes perçus comme étant les plus cruciaux.

Ces deux électorats citent également l’immigration, première préoccupation pour les électeurs de Marine Le Pen (40% chez Fillon et 50% chez la patronne du RN) et la menace terroriste (33% et 34%, respectivement).

35% des électeurs de Marine Le Pen citent également la santé. Les électeurs d’Emmanuel Macron citent la sécurité en premier (43%), ils mentionnent ensuite la santé (35%) et le pouvoir d’achat (29%). Les électeurs de Benoît Hamon sont d’abord préoccupés par l’environnement (48%), puis par l’emploi (36%) et le pouvoir d’achat (35%). Le trio de tête reste le même, mais la hiérarchie s’inverse pour les électeurs de Jean-Luc Mélenchon: le pouvoir d’achat (43%), l’environnement (38%), l’emploi (32%).

Dans le cadre de notre enquête, les Français ont été interrogés sur leur perception du travail gouvernemental en matière sécuritaire. Les deux tiers des personnes sondées n’ont pas confiance en l’exécutif sur ce sujet. 33% des Français font tout à fait (5%) ou plutôt (28%) confiance à Emmanuel Macron et aux membres du gouvernement de Jean Castex.

À l’inverse, 66% d’entre eux ne leur font pas vraiment (39%) ou pas du tout (27%) confiance. Ce sont logiquement les électeurs de 2017 d’Emmanuel Macron qui sont les plus nombreux à lui faire confiance (71%). Ce sentiment est également majoritaire auprès de ses électeurs de second tour (53%).

Sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, sur un échantillon de 1009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas, et les participants ont été interrogés par Internet du 11 et 12 mai 2021.

Sondage présidentielle Brésil: Lula nettement devant

Sondage présidentielle Brésil: Lula nettement devant

Selon un sondage divulgué mercredi 12 mai par l’institut Datafolh, L’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva remporterait l’élection présidentielle de 2022 avec une avance confortable sur Jair Bolsonaro, l’actuel chef de l’État d’extrême droite.

Lula obtiendrait 41% des suffrages au premier tour, contre 23% pour Bolsonaro. Au second tour, l’ex-président (2003-2010) s’imposerait avec 55% des voix, contre 32% pour le dirigeant actuel (outre 11% de suffrages blancs et nuls, et de personnes interrogées sans opinion), selon le sondage, réalisé mardi et mercredi auprès de 2.071 personnes, avec une marge d’erreur de 2%.

Élection présidentielle : les dangers qui guettent Macron (Julien Vaulpré)

Élection présidentielle : les dangers qui guettent Macron  (Julien Vaulpré)

 

Ex-conseiller de l’Elysée sous Nicolas Sarkozy, spécialiste de l’opinion, Julien Vaulpré est le directeur général de Taddeo. « Après un an d’épidémie, les Français sont dans un état de choc et de doute qui obscurcit leur jugement. C’est le flou qui caractérise l’opinion », analyse-t-il

(interview dans le journal l’Opinion.

Sur quoi va se jouer la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron ?

La crise sanitaire n’est pas finie et nous ne connaissons pas la date de fin de cette pandémie, l’OMS parle d’ailleurs de 2024. Même si Emmanuel Macron souhaite passer à une autre étape, le pays va devoir continuer à vivre avec le virus avec, espérons-le, moins de restrictions. Ce qui signifie que politiquement, Emmanuel Macron ne sera pas débarrassé de la pandémie et il n’est pas improbable qu’elle soit encore présente lors de la campagne présidentielle. L’opinion publique sera très attentive à la façon dont les autres gouvernements européens font face à ces évènements et ses conséquences économiques. Le Président doit donc montrer que la France sort honorablement de la crise sanitaire et qu’elle est bien placée pour rebondir économiquement. Il est important pour lui qu’elle soit a minima dans la moyenne européenne sur ces deux plans.

Les confinements, en restreignant les contacts sociaux et échanges, notamment à la sphère familiale, produisent des auto-renforcements de groupe, accélérés par l’unique échappatoire des réseaux sociaux, déformant structurellement l’opinion vers les positions radicales, voire conspirationnistes

Quel sera, dans ce contexte, son défi ?

Il en a plusieurs. Même avec la vaccination, le virus ne sera pas totalement éradiqué. L’épidémie continue de circuler et ce qui la caractérise, c’est son imprévisibilité. Il doit ainsi impérativement parvenir à tenir le risque sanitaire à distance et à ne pas se faire rattraper par le virus de façon trop forte alors que, depuis plusieurs mois, il fait le choix courageux d’essayer de faire vivre les Français avec celui-ci. Ensuite, il doit remobiliser les pays. Le titre de la dernière note de conjoncture de l’Insee résume bien les choses : « reprise : si loin si proche ». Après un an d’épidémie, les Français sont dans un état de choc et de doute qui obscurcit leur jugement. C’est le flou qui caractérise l’opinion. Psychologiquement, les Français sont lassés par un an d’épidémie et de restrictions. Economiquement, certaines catégories et plusieurs secteurs sont considérablement affaiblis. Politiquement, le scepticisme atteint des records : les manquements de l’Etat, les difficiles vérités du gouvernement ont fini de saper la croyance en la parole publique déjà très affaiblie lors de l’entrée dans la crise. La confusion domine quant au présent et à l’avenir. Dans les prochains mois, le chef de l’Etat a un rôle décisif pour projeter le pays dans l’après, psychologiquement et économiquement, et dans cet après, il doit être très vigilant à éviter un trop grand morcellement de la société. La crise a multiplié les divisions entre les Français. Sa durée est devenue une machine à morceler une société déjà fracturée. La crise économique a exposé d’abord les plus fragiles et les précaires, dressant un mur entre les visibles et les invisibles. Elle a ouvert les tranchées entre secteurs professionnels, réveillant une passion de l’égalité et de la comparaison de l’essentiel et de l’inessentiel. Autre rouage de la machine, les confinements, en restreignant les contacts sociaux et échanges, notamment à la sphère familiale, produisent des auto-renforcements de groupe, accélérés par l’unique échappatoire des réseaux sociaux, déformant structurellement l’opinion vers les positions radicales, voire conspirationnistes.

Jusqu’où la crise sanitaire sans fin a-t-elle changé la donne pour lui ?

Le mandat d’Emmanuel Macron est particulièrement singulier, sa première année fut sidérante. Il est devenu Président en quelques instants, il maîtrise parfaitement sa communication, lance de nombreuses réformes emblématiques, exerce un contrôle total et efficace sur le dispositif gouvernemental avec peu de couacs et des oppositions figées. La crise des Gilets jaunes a mis en lumière que même avec Emmanuel Macron vainqueur, la France n’échappait pas la colère des classes moyennes et inférieures qui est le fait politique central de ces dernières années dans toutes les démocraties occidentales. Cette colère n’avait pas trouvé de débouché politique lors de l’élection présidentielle de 2017 mais elle s’est violemment exprimée à l’occasion de cette crise soulignant les points faibles du projet macroniste et la verticalité du pouvoir. La crise sanitaire a eu un autre effet : elle met à nu la faiblesse de l’Etat. C’est Emmanuel Macron qui pourrait dire aujourd’hui qu’il est à la tête d’un Etat en faillite. Cette crise aura révélé au grand jour les failles du modèle français : un problème de commandement collectif au sein de l’appareil d’Etat, un niveau de dépenses publiques parmi les plus élevés mais qui s’est avéré peu efficace et une bureaucratie qui a agi avec un zèle tout particulier. Avec dans l’ensemble une grande confusion et une question « où va l’argent ?», « où va le pognon de dingue ? » Enfin, d’un point de vue psychologique, cette crise a blessé l’orgueil de Français : les faiblesses de l’Etat, le fait de ne pas être un pays producteur de vaccin, les retards, même si au fond, ils ne sont pas si importants, auront marqué l’opinion. Ce sont autant d’éléments supplémentaires dans le climat général dont il doit tenir compte.

La pandémie a-t-elle emporté le reste du quinquennat ou le macronisme a-t-il gardé quelques fondamentaux ?

Au fond, la grille de lecture qui a présidé à son élection a immédiatement été datée : la libéralisation de l’économie, le pragmatisme, le gouvernement des experts, l’efficacité managériale, bref le programme de la troisième voie n’était plus dans l’air du temps et la crise des Gilets jaunes, en faisant surgir les perdants de la mondialisation, l’a mis à mal. Le macronisme est entré dans la crise affaibli mais comme elle a figé le paysage politique et que le Président n’est pas enfermé dans une idéologie, il a le choix du terrain. Parmi les promesses du macronisme, il y a le mouvement et la transformation. Ce sont deux thèmes qui sont certes très vastes mais qu’il va pouvoir investir et qualifier. Par ailleurs, je pense que la présidentialité d’Emmanuel Macron reste un atout important. Certes il est critiqué mais il conserve l’estime des Français, personne ne peut dire qu’il n’est pas au niveau.

Avec l’épisode de l’OPA à demi réussie concernant la liste LR en Paca, le Président veut faire la preuve que l’alliance entre lui et la droite est désormais inéluctable, les extrêmes d’aujourd’hui se rejoignant dans la détestation du libéralisme avec l’idée qu’il faut relocaliser la production dans le fameux «terroir qui ne ment pas»

A-t-il vraiment réussi à venir à bout du clivage droite-gauche ou celui-ci est-il en train de renaître ?

Emmanuel Macron s’est qualifié au second tour de l’élection présidentielle grâce aux voix de gauche et a nommé un Premier ministre issu de la droite. Il a ainsi pulvérisé le paysage politique. Par ailleurs, depuis son élection, il mène davantage une politique de centre droit que de centre gauche. La gauche est totalement morcelée et la droite extrêmement fragilisée. Le clivage droite-gauche semble totalement enseveli. Idéologiquement, la droite est en train de muter : dans toutes les grandes démocraties occidentales, les conservateurs jettent aux orties l’idéologie libérale héritée du reaganisme. Quant à la gauche, elle ne pèse plus que 25 % au premier tour de l’élection présidentielle alors qu’elle a besoin de se rapprocher des 45 % des voix pour espérer l’emporter. Historiquement, Emmanuel Macron vient de la gauche, et il est parvenu à incarner l’ancienne droite ordo-libérale, enlevant aux Républicains la thématique de la réforme et de la modernisation de l’économie. Avec l’épisode de l’OPA à demi réussie concernant la liste LR en Paca, le Président veut faire la preuve un an avant la présidentielle que l’alliance entre lui et la droite est désormais inéluctable, les extrêmes d’aujourd’hui se rejoignant dans la détestation du libéralisme avec l’idée qu’il faut relocaliser la production dans le fameux « terroir qui ne ment pas ». Un élément supplémentaire vient faire voler en éclats ce qu’il pouvait rester des anciennes appartenances idéologiques. Nous observons en effet un paradoxe puissant : jamais la France n’a été autant à droite (plus de 50 % des Français se déclarent de droite, revendiquant ainsi en réalité une appartenance qui recouvre des réalités différentes) et pourtant jamais la demande d’assistance et de protection n’a été si grande, jamais les Etats n’ont autant dépensé pour assurer la survie des plus pauvres, la protection des chômeurs, des artistes, des restaurateurs, des ouvriers, des patrons, et l’économie n’a jamais été aussi dirigiste et moins libérale. Donc pour répondre à votre question : oui, Emmanuel Macron est venu à bout de clivage droite-gauche tel qu’il existait.

A un an de la présidentielle, qui menace le plus le chef de l’Etat ?

Un rebond inattendu de la situation sanitaire est toujours possible ce qui ferait entrer le pays dans un état psychologique inconnu. Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer que cette période a inévitablement créé parmi les Français un ressentiment accumulé au cours de toutes ces semaines de restrictions et il est difficile de croire que cet état d’esprit n’aura pas de conséquence politique. Deux sujets sont également importants : ce sont les questions de sécurité et l’immigration sur lesquelles Emmanuel Macron est en difficulté structurelle depuis le début de son mandat. Un évènement ou une accumulation d’évènements liés à ces questions peuvent avoir un effet significatif dans la compétition électorale qui s’ouvre. Enfin, sur la forme, il doit être vigilant à apparaître sincère et la question écologique vient rappeler régulièrement une conviction qui peut sur certains thèmes évoluer un peu trop fortement.

2022 sera-t-elle une élection désenchantée ? Qu’en attendent les Français ?

A ce stade, les deux principaux candidats enregistrent tous les deux un niveau d’adhésion faible. Il n’y a pas d’enthousiasme autour d’Emmanuel Macron, ni de Marine Le Pen. Le risque c’est qu’en effet les Français n’attendent plus grand-chose de cette élection et s’éloignent du débat démocratique et électoral. Sur le fond je pense qu’après cette crise, après la colère sociale des Gilets jaunes, les Français sont lassés par l’idéologie de la liberté et de l’émancipation individuelle, qu’au fond, ils aspirent à refaire société et pour cela il faut leur redonner le chemin et le goût d’être des citoyens et non plus simplement des individus.

PRÉSIDENTIELLE 2022: 60 % DES POLICIERS ET MILITAIRES POUR LE PEN au second tour

PRÉSIDENTIELLE 2022: 60 % DES POLICIERS ET MILITAIRES POUR LE PEN au second tour

Au moins 44% des policiers et militaires envisagent déjà de voter pour Marine Le Pen, comme le rapporte un sondage Ipsos pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), dont un volet est publié ce mardi matin par L’Opinion. Réalisée du 9 au 15 avril dernier, cette enquête électorale révèle un certain enracinement du vote Rassemblement national (RN). Au premier tour, le candidat de droite Xavier Bertrand ne récolterait que 24% des voix des forces de l’ordre, contre 20% pour Emmanuel Macron.

 

Selon ce sondage, Marine Le Pen pourrait récolter jusqu’à 60% des intentions de vote des policiers et des militaires au deuxième tour du scrutin, contre seulement 20% pour Emmanuel Macron. Au-delà du sondage cela montre que la question sécuritaire sera très importante lors des prochaines élections  présidentielles.

1...1516171819...25



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol