Archive pour le Tag 'préparation'

Préparation aussi à Paris du « Brexit dur »

Préparation aussi à Paris du « Brexit dur »

 

 

La guerre psychologique continue entre Londres et l’union européenne. Récemment la Grande-Bretagne a sorti un document recensant les différentes mesures qui devraient être prises en cas de Brexit  dur. Une hypothèse qui n’est plus à exclure compte tenu de l’état des négociations. Récemment, réponse du berger à la  bergère,  le Premier ministre, Edouard Philippe, a chargé son gouvernement de préparer des “mesures de contingence” dans l’hypothèse d’un échec des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Si le document britannique est très volumineux et recense un grand nombre de problèmes qui devront être réglés parce que dépendant en partie de la réglementation européenne par contre les solutions avancées paraissent  assez vagues. Cela d’autant plus, si on veut assurer une certaine stabilité de la vie économique, sociale et sociétale,  qu’il faudra négocier  le contenu avec Bruxelles. Les retombées en cas de « no deal » sont détaillées pour vingt-cinq secteurs et sous-secteurs, dans des notes explicatives qui vont de trois à onze pages. Et encore ne s’agit-il que d’une première série de documents : le gouvernement en publiera deux fois plus d’ici à la fin de septembre. Chacun de ces dossiers, individuellement, n’est pas nécessairement très compliqué à résoudre. Mais leur quantité rend le risque d’un chaos post-Brexit réel.

En présentant ces documents, le gouvernement britannique a toutefois de nouveau précisé qu’un « non-accord » demeure un scénario « improbable »« Ce n’est pas ce que nous voulons et ce n’est pas ce à quoi nous nous attendons », explique Dominic Raab, le ministre du Brexit. Mais les risques sont réels, alors qu’il ne reste que sept mois avant l’entrée en vigueur effective du Brexit, le 29 mars 2019 à minuit (heure de Bruxelles). De son côté le premier ministre français, Édouard Philippe, prépare un  projet de loi d’habilitation permettant d’adopter certaines de ces mesures par ordonnances sera présenté dans les prochaines semaines, précise le communiqué à l’issue d’une réunion de ministres à Matignon sur le sujet. Le gouvernement français, souligne Matignon, continue toutefois de “travailler sur une hypothèse de conclusion positive des négociations en cours de l’accord de retrait du Royaume-Uni”. “Des mesures d’adaptation seront nécessaires même dans ce scénario”, est-il indiqué. “En cas de sortie du Royaume-Uni sans accord de retrait, ce que la France ne souhaite pas, le Premier ministre a chargé les ministres de préparer les mesures de contingence qui seraient nécessaires dans leur champ de compétence pour atténuer les difficultés liées à ce défi inédit”, poursuit le communiqué. Certaines de ces mesures seraient adoptées par ordonnances, “afin par exemple de faciliter le séjour des ressortissants britanniques déjà présents en France ou pour assurer la plus grande fluidité possible des contrôles aux frontières lorsque le Royaume-Uni sera devenu un pays tiers à l’Union européenne.” Les négociations sur le Brexit, dont la date-butoir est fixée au 29 mars 2019, sont actuellement dans l’impasse entre Londres et Bruxelles.

Loi travail: « un manque de préparation » (Jack Lang)

Loi travail: « un manque de préparation » (Jack Lang)

  • Jack Lang dans une interview à challenges Jack Lang critique  fiasco de la préparation  de la loi travail. En même temps il critique le casting du nouveau gouvernement.

Êtes-vous favorable au projet de loi sur le travail voulu par le gouvernement ?

Je tiens d’abord à dire que j’ai d’excellents rapports avec François Hollande. Il est venu à sept reprises à l’IMA alors que Nicolas Sarkozy ne s’y était jamais rendu durant son quinquennat. Mais s’agissant de cette loi, je n’arrive pas à comprendre la gestion politique de l’exécutif. On a le sentiment que ce projet, quelle que soit sa valeur, tombe sur la tête des gens sans aucune préparation. Je ne veux pas donner des leçons, mais jamais il ne me serait venu à l’esprit, quand j’étais ministre de l’Éducation nationale, d’annoncer une grande réforme sans avoir préparé les choses. Je ne comprends pas que des personnes aussi intelligentes que François Hollande et Manuel Valls n’aient entrepris aucune pédagogie préalable. Je ne comprends pas non plus le timing. Si le gouvernement croyait à ce texte, il aurait dû le proposer il y a deux ou trois ans, pas à un an de la fin du quinquennat.

Un recul du gouvernement est-il inévitable ?

On verra, pour l’instant la mobilisation n’est pas totale. Mais il faudra trouver une porte de sortie, négocier encore davantage avec les syndicats. Il faudra que le gouvernement fasse preuve d’un peu de doigté, d’intelligence politique.

Vous avez récemment critiqué le dernier remaniement. Quelques semaines plus tôt il y a eu la polémique sur la déchéance de nationalité, maintenant cette loi El Khomri. Quel regard portez-vous sur ce gouvernement ?

Je ressens un petit peu de vague à l’âme. Je les aime bien, je suis profondément un homme de gauche, et pour cette raison, je suis triste de la tournure des événements. Cette histoire de déchéance n’est pas du tout en conformité avec mes sentiments profonds. Je note toutefois que le texte a évolué puisque la discrimination entre nationaux et binationaux a été supprimée. Mais compte-tenu du rapport de force au Parlement, le gouvernement ne pourra pas aller très loin sur cette mesure (la commission des lois du Sénat a réinscrit la semaine dernière dans le texte l’exclusivité de la déchéance de nationalité aux binationaux, Ndlr). La sagesse serait de constater que les deux assemblées ne sont pas sur la même longueur d’onde et de retirer cette mesure. Je vois mal comment François Hollande pourra réunir le Congrès.

Quant au remaniement, je trouve qu’il apparait comme trop tactique. Il n’apporte pas un souffle nouveau. C’est un remaniement purement politique alors que ce gouvernement aurait besoin d’imagination. On ne peut pas dire que le choix de certaines personnes traduise cela.

Quel bilan faites-vous des quatre années qui viennent de s’écouler?

Il n’y a rien à redire sur la politique internationale. François Hollande est très bon là-dessus, je l’ai accompagné plusieurs fois à l’étranger et j’ai pu le constater. Pour l’Europe, peut-être aurait-on voulu plus de gnaque. Il y a aussi eu certaines réformes significatives, comme le mariage pour tous. Mais l’un des gros problèmes de l’exécutif est qu’il ne sait pas mettre en valeur ses succès. Je pense par exemple à la lutte contre la fraude fiscale. Le 3 mars, le gouvernement a annoncé que le fisc avait récupéré 21 milliards d’euros de redressements. C’est très important. Mais ils n’ont pas vraiment communiqué.

Parmi les choses négatives, je pense à l’Éducation. On aurait besoin d’une véritable révolution. Il faut tout revoir. Les deux premières années du quinquennat Hollande ont été ratées avec cette histoire à dormir debout du temps scolaire qui est source d’inégalités entre les communes. Il aurait aussi fallu s’attaquer à cette ségrégation urbaine qui pourrit tout. Je pense également aux avantages fiscaux accordés aux entreprises sans aucune contrepartie.

Sur ce point, vous êtes d’accord avec Martine Aubry dont vous avez critiqué la tribune publiée dans Le Monde

Je n’accepte pas les attaques ad hominem, le manque de respect. Elle pouvait exprimer des réserves, qui rejoignent effectivement les miennes sur certains sujets, mais les termes employés faisaient plus penser à un règlement de compte personnel. Elle a refusé un grand ministère de l’Éducation et de la Culture que lui a proposé François Hollande au début du quinquennat. C’est dommage, elle aurait été excellente. Pourquoi refuser ? Pourquoi ne pas mettre les mains dans le cambouis ?

François Hollande mène-t-il la même politique que Nicolas Sarkozy ?

Il ne faut pas exagérer. Tout n’est pas à jeter dans ce quinquennat.

Doit-il se représenter ?

Une élection présidentielle, c’est un jeu de comparaison. Qui représentera la droite ? Nicolas Sarkozy ? Alain Juppé ? Tout ce que j’entends venant des candidats de droite n’est pas génial, c’est une resucée de choses mille fois entendues et parfois ça frise les frontières de l’extrême-droite. Beaucoup de gens n’ont pas envie de ça. En plus, ils vont sévèrement s’entre-déchirer. Compte-tenu de cela, François Hollande a une légitimité. C’est quelqu’un qui a une vraie part d’humanité. On peut avoir confiance en lui même s’il ne réussit pas tout. Mais 2017 est encore loin. Si l’élection avait lieu aujourd’hui, c’est évident qu’il serait battu. Mais au-delà de Hollande, Sarkozy ou tel autre, je ne me retrouve pas dans la politique française actuelle. A mon époque, on voulait déplacer les montagnes, les hommes politiques aujourd’hui sont trop timides.

Emmanuel Macron, qui affirme de plus en plus ses ambitions personnelles, est-il trop timide ?

Il apporte des idées, un autre style de politique mais ce sera difficile pour lui de se présenter dès 2017. La politique induit de l’expérience, un engagement, des affrontements, des épreuves qu’il n’a pas encore connues.

Afrique- Burkina : encore un coup d’Etat en préparation

Burkina : encore un coup d’Etat en préparation

 

Cette fois encore c’set encore un coup d’Etat qui semble se préparer au Burkina Faso avec la désignation du lieutenant colonel Isaac Zida come président de transition et la suspension de la constitution. D’une certaine manière les manifestants se sont fait voler  leur révolution. L’enjeu pour la clique militaire c’est évidemment de constituer une nouvelle oligarchie qui se partagera le gâteau du pouvoir. En bref changer la corruption par une autre et maintenir le pays dans un sous-développement économique, social et démocratique.  L’armée a  donc désigné samedi le lieutenant-colonel Isaac Zida pour conduire le régime de transition au Burkina Faso, après la chute du président Blaise Compaoré. A peine nommé, le chef du régime de transition a pris la décision de rouvrir des frontières aériennes du Burkina Faso. L’opposition et la société civile burkinabè ont appelé samedi la population à un grand meeting sur la place de la Nation à Ouagadougou, dimanche à 8 heures du matin.  Les partis de l’opposition et les organisations de la société civile burkinabè, réunis samedi à Ouagadougou, ont exigé une transition « démocratique et civile », refusant la confiscation du pouvoir par l’armée après la chute du président Blaise Compaoré. « La victoire issue de l’insurrection populaire appartient au peuple, et par conséquent la gestion de la transition lui appartient légitimement et ne saurait être en aucun cas confisquée par l’armée », selon un communiqué. L’opposition et la société civile burkinabè ont donc appelé samedi la population à un grand meeting sur la place de la Nation à Ouagadougou, dimanche à 8 heures du matin. La Place de la Nation, située dans le centre de Ouagadougou, a été le lieu de rassemblement privilégié cette semaine des manifestations populaires qui ont chassé du pouvoir le président Blaise Compaoré. Même son de cloche du côté de l’Union africaine (UA) a appelé samedi à une transition « civile et consensuelle » au Burkina Faso, après la chute du président Blaise Compaoré, désormais réfugié en Côte d’Ivoire. La présidente de la Commission de l’UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, « appelle les acteurs politiques et la société civile du Burkina Faso à travailler ensemble dans un esprit de consensus et de responsabilité pour convenir d’une transition civile et inclusive devant déboucher sur la tenue, aussi rapidement que possible, d’élections libres, régulières et transparentes », indique l’UA dans un communiqué. L’organisation tiendra un conseil de paix et de sécurité lundi pour examiner la situation dans le pays.

 

Rapport Gallois, préparation des funérailles

Rapport Gallois, préparation des funérailles

Faute de politique industrielle, le gouvernement comptait sur le rapport Gallois ; Ce rapport est une véritable bombe, il prend le contrepied de ce que dit et fait le gouvernement. Alors plusieurs ténors de la majorité se sont relayés ce week-end pour rappeler qu’elles n’engageront en rien le gouvernement et le président. «Le rapport Gallois est un élément qui sera extrêmement sérieux mais ce n’est pas le seul point de vue qui compte», a minimisé Michel Sapin. Le ministre du Travail a ainsi rappelé que le Haut Conseil au financement de la protection sociale a été mandaté pour faire un état des lieux puis un rapport sur le sujet pour début 2013. «Le gouvernement tranchera à ce moment-là», a-t-il assuré. Même mise à mal par ­Jacques Attali. «La compétitivité ne se réduit pas à la baisse des charges sociales mais c’est l’innovation, la recherche, le goût du risque», a insisté l’ancien sherpa de François Mitterrand et auteur de deux célèbres rapports sur la croissance.  «Le pouvoir d’achat, c’est très important, mais nous ne voulons pas de réforme qui, dans un contexte difficile pour le pouvoir d’achat, brutalise la société française», a pour sa part prévenu Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie et des Finances, en réponse à une hausse nécessaire mais impopulaire de la CSG pour compenser un transfert de cotisations patronales. Un avis partagé par Marisol Touraine, la ministre de la Santé, qui a déclaré dimanche ne pas être favorable à un transfert de cotisations qui «amènerait un choc pour nos concitoyens». Elle a qualifié d’«Arlésienne du moment» le rapport attendu de l’ancien patron d’EADS. «Indépendamment du rapport, il y a un débat sur la possibilité d’un choc de compétitivité», a dit la ministre lors de l’émission BFM Politique/Le Point/RMC Info. «Aujourd’hui notre pays est dans une situation de redressement», a-t-elle rappelé. Concernant le financement de la protection sociale, «nous pouvons réfléchir à ce que les cotisations sociales n’augmentent pas d’avantage, ce qui passe pas des économies de structure, et (…) nous pouvons travailler sur un paquet de mesures fiscales (taxes environnementales, comportementales) (…)», a ajouté la ministre. Louis Gallois a toutefois reçu un appui. Et de taille, de Carlos Ghosn. «Si nous voulons créer des emplois et si nous voulons que l’industrie n’émigre pas de manière massive hors de France, nous avons besoin de réduire les charges qui pèsent sur le travail», a rappelé le patron de Renault. «Il faut traiter ce problème, on n’a pas besoin d’un rapport de plus», a-t-il juré.  Jean-Marc Ayrault réunit cet après-midi ses principaux ministres pour une première réunion sur le ­sujet.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol