Archive pour le Tag 'pour Hollande'

Ségolène Royal : «handicap » pour Hollande pour 6 Français sur 10

Ségolène Royal : «handicap » pour Hollande pour 6 Français sur 10

Les français ont raison Ségolène constitue un handicap supplémentaire pour Hollande. D’abord, Il y a la vie privée de l’ancien couple qui est loin d’être soldée, ensuite Ségolène ne pense qu’à une chose se replacer dans la course pour 2017 ensuite parce sur nombre de dossiers elle ne connait strictement rien (comme Hollande lui-même). Une majorité de Français juge donc que la présence de Ségolène Royal au sein du gouvernement est un « handicap » pour François Hollande, selon un sondage. Près de six Français sur dix (59%) estiment que Ségolène Royal est « plutôt un handicap » qu’un « atout » pour François Hollande, selon un sondage BVA pour I-télé paru ce samedi 17 mai. Ce résultat intervient quelques jours après que la ministre de l’Ecologie et de l’Energie eut revendiqué sa liberté de parole pour donner son avis dans le dossier Alstom. Dans une interview à Paris-Match, Ségolène Royal avait notamment taclé d’autres membres du gouvernement. Mais pour une majorité de sympathisants de gauche, elle demeure toutefois un atout (58% contre 38%). Sur l’écotaxe, autre dossier épineux sur l’application duquel la ministre de l’Ecologie a fait part de son scepticisme, près de deux tiers des Français (65%) souhaitent qu’elle soit remaniée, contre 33% qui veulent sa suppression (2% ne se prononcent pas).

Sondage : 46% pour Sarkozy, 27% pour Hollande

Sondage : 46% pour  Sarkozy, 27% pour Hollande

Finalemenet comme Hollande mène à peu près la même politique que Sarkozy, les français préféreraient avoir Nicolas Sarkozy (46%) plutôt que François Hollande (27%) à l’Elysée, selon un sondage IFOP pour le Figaro Magazine publié ce mercredi.  A la question « des deux personnalités suivantes, laquelle préféreriez-vous comme président de la République ? », 46% des sondés répondent Nicolas Sarkozy, 27% François Hollande tandis que 27% ne se prononcent pas.  Dans le détail, 59% des électeurs de François Hollande au second tour de la présidentielle 2012 maintiennent leur choix, 11% choisissent Nicolas Sarkozy tandis que 30% ne se prononcent pas.  Parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle 2012, 92% des sondés maintiennent leur choix.  Autre enseignement de l’étude, 27% des sondés préfèrent que Nicolas Sarkozy soit candidat de l’UMP à la présidentielle 2017, contre 17% pour Alain Juppé et 10% pour François Fillon.  8% choisissent « une autre personnalité » tandis que 38% n’en choisissent aucune, selon ce sondage.  Parmi les sympathisants de l’UMP, 71% choisiraient Nicolas Sarkozy, 15% Alain Juppé, 7% François Fillon, 3% une autre personnalité et 4% aucune de ces personnalités.  

 

Sondage : les Français pour Merkel…les Maliens pour Hollande !

Sondage : les Français pour  Merkel…les Maliens pour Hollande !

Finalement la solution politique est peut-être trouvée, Merkel présidente en France et Hollande président du Mali. Visiblement Hollande est plus à l’aise au Mali où il est acclamé alors qu’en France il est mal aimé. Les français plébiscitent la politique économique de Merkel tandis que celle de Hollande est rejetée à plus de 70 %. De là on pourrait conclure que la politique économique de Hollande est plus adaptée au Mali qu’en France ! En effet Si les Français avaient à se prononcer pour les élections législatives allemandes prévues ce dimanche 22 septembre, ils reconduiraient majoritairement la chancelière sortante Angela Merkel, selon un sondage OpinionWay (1) pour Le Figaro et LCI, publié ce vendredi. Ils sont ainsi 56% à souhaiter que Mme Merkel reste chancelière, contre 25% qui ne le souhaitent pas (19% sans opinion). Une majorité comparable (53%) juge que le maintien en poste de la chancelière chrétienne-démocrate est « préférable » pour la France, contre 28% qui optent pour son rival social-démocrate Peer Steinbrück, 19% ne se prononçant pas. Au total, Angela Merkel bénéficie d’une bonne opinion auprès de 64% des Français interrogés, contre 27% qui en ont une mauvaise opinion et 9% qui ne se prononcent pas. Sur le plan économique, le modèle allemand est toujours en vogue auprès des Français qui sont 63% à souhaiter que la France s’en inspire, contre 37%.Enfin , l’opinion hexagonale est plus partagée sur la vitalité du « couple franco-allemand » : 52% pensent qu’il est toujours « le moteur de l’Europe » contre 47% qui ne le pensent pas (9% sans opinion).

 

oissance- emploi ou impôts – chômage t: quel choix pour Hollande

Croissance- emploi ou impôts – chômage t: quel choix pour Hollande

 

 Dans un environnement international en crise, la France ajoute une difficulté supplémentaire, son hésitation permanente entre austérité et relance ; De fait la politique économique françaises a été largement inspirée sinon imposée par Bruxelles, d’où cette obstination à réduire brutalement les déficits notamment par le biais du matraquage fiscal. Ce n’est que récemment qu’on a décidé de figer un peu le niveau des prélèvements obligatoires dans le budget 2014. En réalité, il y aura bien augmentation en 2014 et ce n’et qu’éventuellement en 2015 qu’il aura éventuellement un figeage de la pression fiscale. Cette hésitation permanente s’est illustrée à travers discours et pratiques à l’égard des entreprises, d’abord taxées, puis détaxées, à nouveau fiscalement sollicitées et réconfortées lors du congrès du Medef.  La vérité c’est qu’il n’ya aucune ligne économique au gouvernement qui slalome entre les exigences de Bruxelles et ses contradictions caractérisées par ses lubies fiscales qui tuent la consommation, la compétitivité et l’emploi. Contrairement à ce qu’affirme Hollande et certains experts aux ordres, la reprise n’est pas là, le bon chiffre de 0.5 % du second trimestre n’est dû qu’augmentation de dépenses de chauffages. L’activité manufacturière ne reprend pas ni en juillet, ni en aout. Et les dépenses contraintes (impôts notamment) ne vont pas favoriser la reprise en fin d’année. Comme d’habitude, il est probable que Hollande va décider de ne pas choisir, ce qui va pour longtemps nous condamner à la croissance molle.

 

Mélenchon : période d’essai terminée pour Hollande

Mélenchon : période d’essai terminée pour Hollande

De la place de la Bastille à celle de la Nation, grand classique des défilés de la gauche en France, une « marche citoyenne » réunissait dans l’après-midi 180.000 manifestants, selon Jean-Luc Mélenchon qui avait affirmé vendredi que ce serait « un triomphe » si le cortège regroupait 100.000 personnes. La préfecture de police l’a évalué à « 30.000″.  Une divergence de chiffrage qui a mis le feu aux poudres entre M. Mélenchon et Manuel Valls (Intérieur), le premier décrivant le second comme « aux abois » et le second accusant le premier d’être « un théoricien du complot ».  Depuis l’élection de François Hollande il y a un an, le 6 mai 2012, il s’agissait de la première grande manifestation à l’appel d’une partie de la gauche, une initiative dénoncée en termes vifs par des ministres et dirigeants du PS, pour qui Jean-Luc Mélenchon instille au sein de la gauche le poison de la division.  Aux troupes du PCF et du Parti de gauche s’était jointe une foule de personnalités, dont Eva Joly (EELV), candidate des écologistes en 2012 qui avait remis ses lunettes vertes de la campagne présidentielle, et le médecin urgentiste Patrick Pelloux.  Le fondateur du site Médiapart, Edwy Plenel, dont la participation avait été annoncée par les organisateurs dans une liste d’une centaine de personnalités, a précisé à l’AFP avoir suivi la manifestation « en tant que journaliste » et non pas comme participant.  Le NPA d’Olivier Besancenot était là, mais avec ses propres mots d’ordre.  Les drapeaux rouges flottaient place de la Bastille où l’on pouvait compter quelques balais en référence à l’expression « coup de balai » de Jean-Luc Mélenchon. Sur les pancartes, des slogans tels que « séparation du Medef et de l’Etat » ou « Hollande passe la 6e ».  Des drapeaux verts de EELV étaient également présents. « On voudrait que le changement s’incarne avec plus de rapidité et plus d’efficacité », a dit à la presse Sergio Coronado, seul député EELV présent, qui n’a « pas l’impression d’être déphasé avec la base » des militants écologistes.   »On n’a jamais intérêt quand on a été élu par un électorat de lui tourner si rapidement, si facilement le dos », a-t-il ajouté, précisant: « ce n’est pas une manifestation contre François Hollande, c’est une manifestation pour que le gouvernement change de cap ».  Sur un podium à Bastille, M. Mélenchon a affirmé, à propos du quinquennat Hollande, que « la période d’essai (était) terminée » et que « le compte n’y (était) pas » alors que les manifestants scandaient « résistance ! ».  Oeillets rouges à la boutonnière, foulard rouge autour du cou, il a accusé le président de ne pas respecter ses engagements de campagne. « Nous n’avons pas changé d’avis, nous ne voulons pas de la finance au pouvoir, nous n’acceptons pas les politiques d’austérité », a-t-il dit .  Derrière lui, des représentants des « entreprises en lutte » (Fralib, ArcelorMittal, Sodimedical, Carrefour, Prestalis, Air France, Sanofi…), qui ont ensuite pris place dans le cortège, derrière le carré de tête où étaient réunis les représentants du FG tels Clémentine Autain (la Phase), Marie-George Buffet (PCF) ou Christian Picquet (gauche unitaire).  Numéro 1 du PCF, Pierre Laurent, brins de muguet à la boutonnière, a déploré « une année gâchée pour le changement ». « Un an plus tard, c’est le gâchis et la colère », a-t-il insisté, refusant de se « rallier à l’idéologie de la défaite face aux forces de l’argent ». Cette « marche citoyenne », a-t-il dit, est « un appel à la remobilisation, un appel à reprendre le combat là où le gouvernement a trop vite renoncé ».  Quant à Mme Joly, dont le parti ne s’est pas associé à ce rassemblement, elle a invoqué « les dizaines de milliers de militants de la gauche et de l’écologie qui veulent que ça change maintenant, qui veulent que ça change vraiment ». Elle a demandé à François Hollande de « retrouver l’esprit du Bourget, lorsqu’il disait vouloir combattre le pouvoir de l’argent ».   »La manifestation n’est pas une mobilisation antigouvernementale, elle doit être un point d’appui pour mener une autre politique », a-t-elle dit.   »Nous avons chacun nos histoires, nos traditions politiques (…) Mais nous ne nous laisserons pas diviser ». Elle répliquait ainsi aux ministres et dirigeants du PS, qui accusent les organisateurs de la manifestation de « diviser la gauche » et s’en prennent à M. Mélenchon, qui avait donné pour mission à cette initiative de donner « un coup de balai » après le scandale Cahuzac.   »La politique, c’est toujours un rapport de force », a dit Martine Billard coprésidente du PG. « Nous voulons dire dans la rue qu’il y a une gauche dans ce pays et pas une gauche de résignation ».   »On sait qu’il y a des gens dans les couches populaires, chez les salariés (…) qui sont révoltés contre ce gouvernement et l’objectif (…) c’est de leur donner une perspective politique commune, (…) c’est une grande manifestation de la gauche anti-gouvernementale », a déclaré M. Besancenot.  Depuis Soustons (Landes), Harlem Désir (PS) a dénoncé la stratégie de « fracas » de M. Mélenchon. On « n’a pas besoin d’une gauche qui se déchire, on a besoin d’une gauche qui se rassemble dans l’action ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol