Archive pour le Tag 'Populisme'

Politique-Populisme: Signification politique

Politique-Populisme:Signification politique

 

Le contexte des lections lgislatives franaises est propice une lecture des ralits politiques en termes de populisme: si nombre de commentaires politiques de ces derniers jours dnoncent sur un ton alarmiste la monte des extrmes, daucuns soulignent galement que la campagne actuelle sinscrit dans un contexte plus gnral de pousse du populisme.Une telle pousse populiste sexplique, en premire analyse, par lerecul progressif des partis traditionnels parmi les lecteurs des classes populaires. En retour, les partis de droite radicale ou extrme semblent en mesure de capter leur profit ces lecteurs dus des grands partis de gouvernement.Le basculement vers des partis de droite radicale de pans entiers des socits europennes frappe les esprits et conduit une inflation de discours sur le populisme, notion en ralittrs floue et trs controverse. Lanalyse des droites populistes soulve par exemple lobjection de lexistence dun populisme de gauche, lequel serait reprsent en France par LFI.Le populisme est-il de gauche ou de droite? Sil est les deux, quest-il exactement? La plupart du temps, les spcialistes du sujet dplorent le flou qui entoure la notion et tentent de lui apporter une dfinition rigoureuse. Mais cette piste est hasardeuse, tant il est difficile de se dprendre de ses usages contradictoires et polmiques. En revanche, questionner lhistoire et les contours de cette ide permet den comprendre la signification politique.

parMatre de confrences en Science politique, membre de l’Institut des sciences sociales du politiques (ISP, CNRS), Universit Paris Nanterre Universit Paris Lumires

Depuis prs dune vingtaine dannes, le terme de populisme est prsent lenvi comme lacl de dcryptage des ralits politiques et sociales des rgimes dmocratiques, touchs en leur cur par des risques dinstabilit politique, voire de glissement autoritaire, du fait de la progression lectorale des partis de droite radicale. Le pril auquel seraient confrontes les dmocraties librales serait le fait, selon cette approche, dedmagogues prnant un rejet des lites en placeet une promotion exclusive de la souverainet populaire face ltat de droit.

Les explications avances pour clairer cette pousse populiste sont le plus souvent associes au dclassement conomique de groupes sociaux entiers, notamment de lancienne classe ouvrire, ou de territoires rejets la priphrie des processus de la mondialisation conomique librale. Levote populiste serait un vote populaireet unvote de frustration.

Il est vrai que certains analystes ont parfois mis en avant desexplications culturelles, apprhendes comme alternatives celles cites linstant. Selon ces auteurs, la dilution des identits culturelles et/ou politiques sous leffet du multiculturalisme entranerait une forme dinscurit dite culturelle, prdisposant ainsi les groupes populaires un vote identitaire de droite comportant une dimension xnophobe. Cette anxit plus immatrielle serait dautant plus forte que les tenants du multiculturalismeappartiendraient, dans leur majorit, aux organisations situes gauche.

Sur le plan de la controverse politique, identifier cette nouvelle thse comme indite est crucial, puisquelle conduit reprocher la gauche de stre dtourne du peuple. Elle permet aussi de rejeter les explications, le plus souvent avances par la gauche, duvote dextrme droite comme reflet des mcanismes daccroissement des ingalits et de monte de la prcarit. Se trouve en contrepoint accrdite la thse, nettement plus conservatrice, dun trop-plein migratoire et de la dilution des liens nationaux et/ou rpublicains dans le communautarisme.

Le cas de la Pologne, pays qui combinemiracle conomiqueet pouvoir populiste entre 2015 et 2023, est ainsi avanc comme lun des exemples probants lappui de lide que les rcits ancrs gauche, expliquant la monte des populistes par la pauprisation des groupes populaires, sont inoprants. Dans ce cas prcis, lenrichissement global de la socit polonaise attesterait de labsence de lien entre facteurs socio-conomiques et vote pour les droites dites populistes, et ce serait bien linquitude identitaire ressentie lors de la crise migratoire de 2015 quiexpliquerait le vote pour les partis populistes. Mme si cette analysefait en ralit limpasse sur les ingalits sociales et territorialesapparues aprs la chute du communisme.

Malgr les apparences, cette seconde thse les gens votent pour les populistes avant tout du fait dun sentiment dinscurit culturelle nest quune variante de la prcdente les gens votent pour les populistes cause de leur dclassement conomique. Elle ne modifie que le point de dpart dune chane dexplication qui aboutirait, chez les lecteurs, au rejet dlites dsormais coupes du peuple.

De plus, ces deux explications sont prsentes par certains chercheurs commecomplmentaires, la globalisation tant vue comme un processus la fois conomique et culturel. Au-del, les promoteurs de linterprtation par le dclassement conomique ont, pour la plupart, expliqu le glissement lectoral droitier quil provoquait par la prvalence dun type psychologique particulier,lattrait pour la personnalit autoritaire, propre aux classes populaires, dont la xnophobie serait lune des manifestations les plus saillantes. Laffaire serait donc entendue et le rejet populiste des lites serait le ressort universel des votes dits extrmistes.

Pourtant, il est permis de se demander ce que signifie le choix du terme de populisme pour clairer ltat de nos dmocraties.

En premier lieu, cette ide se distingue par son misrabilisme, qui trahit lethnocentrisme de classe de ceux qui lnoncent.Les classes populaires ny sont perues que sous langle dattitudes ataviques et compulsives, toutes affrentes, en dernire analyse, lappartenance un groupe primaire dfini de faon ethnique et tribale. La dimension civique et critique du vote populaire nest ici que trs peu prise en compte, car largement incomprise et osons le dire mprise. Il est fait peu de cas des comptences juger des lecteurs, et les mdias ngligent de sappuyer sur les nombreuses tudes scientifiques qui dcrivent lesunivers sociaux des espaces au sein desquels le vote RN a le plus progress. Ce biais a t soulign par plusieurs auteurs, comme en attestent lesmises en garde, en France, dAnnie Collovald propos du Front national.

En second lieu, cette thse est constitue dun patchwork de logiques explicatives, qui renvoient des approches trs loignes les unes des autres, pour lesquelles le terme mme de populisme na pas la mme signification. Prenons simplement lexemple des travaux fondateurs, dsormais anciens, de lhistorien italien Franco Venturi, quia tudi dans les annes1950 le populisme russe du XIX? sicle et du dbut du XX?. Selon lui, le populisme est une variante agraire du socialisme communautaire, qui traverse lhistoire de la Russie, des slavophiles aux bolcheviks, et dont certains militantsallaient au peupleen parcourant la campagne.

Les thories contemporaines en ont conserv lide, totalement dcontextualise, dun appel au peuple (par un effet de traduction langlaisappeal to the people), mais elles donnent celle-ci un sens radicalement diffrent, qui se rapproche davantage dece quon entendait il y a quelques annes par dmagogie, poujadisme ou bonapartisme: une dmocratie plbiscitaire, fonde sur le charisme suppos de chefs rputs capables de dialoguer directement avec les masses.

Les avatars les plus rcents et les plus aberrants de cette thse sont de considrer que les leaders fascistes des annes1930 ntaient rien de plus que lune des manifestations desvagues populistessubies par les dmocraties librales depuis leur mergence. Une telle inflexion pour ne pas dire une telle rgression nest possible quau mpris le plus complet dela trs vaste historiographie du fascisme, qui en montre toutes les spcificits historiques etlimpossibilit de le ramener cette forme molle quest le populisme sans perdre en acuit et en prcision.

Ds lors, comment expliquer le succs du terme de populisme? Ce succs tient en premier lieu la lgitimit politique et sociale de celles et ceux qui lnoncent et se trouvent autoriss fixer les limites du pensable et du raisonnable, et donc de lextrme, en politique.

Comme le souligne laphilosophe Catherine Colliot-Thlne, le privilge de rationalit, explicitement ou implicitement revendiqu par les lites politiques et mdiatiques, fixe les limites du questionnable, et il les fixe de manire si troite que cela revient la plupart du temps dnier aux citoyens toute vritable puissance dagir. Cette ide fonde la notion, non dnue dironie, dextrme centre, qui dcrit la position de partis ou deleaders politiques qui revendiquent pour eux-mmes le monopole des seules politiques non extrmistes.

Plus fondamentalement, linterprtation par le biais de lide de populisme est rvlatrice du glissement no-libral quont connu les dmocraties europennes et nord-amricaines depuis les annes1980. Lune des manifestations de ce tournant a t, sur le plan culturel et idologique, laredcouverte des ides de Tocqueville, pour qui la dmocratie reprsentait tout autant lavnement du peuple que le risque de voir lordre politique dbord par celui-ci.

Le peuple nest plus, dans cet ordre de discours, la vise mme de lordre dmocratique, pas plus quun rservoir de lgitimit culturelle et politique, mais un continent tranger peupl par lesidiots culturelsde la mondialisation, incapables de discerner la vraie valeur de lordre dmocratique. Peu importe dans ces conditions que les travaux sappuyant sur lide de populisme picorent et l des bouts dexplications disparates, puisque la cohrence de cette approche nest pas scientifique mais idologique. Linterprtation populiste sest ainsi impose comme mode dnonciation de la reprsentation politique dmocratique,propre au temps post-dmocratiquequi est le ntre.

Il ne sagit pas, en somme, de suggrer que les insatisfactions populaires lies aux politiques conomiques ou linsuffisante protection face la mondialisation nexistent pas, mais plutt quelles provoquent une sorte de panique morale chez les lites qui sempressent de les stigmatiser comme vote illgitime et draisonnable. Or, unelittrature plus vaste existe pour contextualiser avec plus de nuance le glissement droite dune frange des groupes populaires. De tels travaux permettent de prendre au srieux les politisations populaires (ou de classes moyennes infrieures) et de les encastrer dans des trajectoires sociales ou territoriales, qui leur donnent un sens politique que ne peut apprhender la notion trs dsincarne et souvent teinte dintellectualisme de populisme.

Dautres auteurs se sont intresss aux transformations de loffre lectorale des partis de droite radicale ou extrme, sans faire de lide de populisme un passage oblig. Par exemple, pour souligner que les extrmes droites ont su adapter leur discours,dans une logique post-fasciste, pour reformuler leurs ides dans les habits neufs de lidentit nationale.

Une telle perspective rappelle que la globalisation nest quunnouvel avatar des processus duniversalisationdans lesquels se rinventent constamment les appartenances. Comment stonner que des forces nationalistes y voient une occasion dactualiser leur idologie ethnocentrique? Les expriences souverainistes en Europe montrent en effet que les appartenances et les particularismes deviennent un produit dexportation ou desoft power, linstar deslois mmorielles polonaises censes faire droit la vision polonaise de lhistoiredans un monde o lesmmoires sont un flux concurrentiel. Mais aussi que ces mmes identits sont une ressource pour redfinir la place de ltat dans la mondialisation, comme le montre ladoctrine Global Britainlance par Boris Johnson aprs le Brexit.

Force est de constater que ces projets savent capter les conservatismes populaires, qui ne peuvent gure se laisser rduire aux ressentiments contre les lites dont les commentateurs politiques ont fait leur fonds de commerce.

Populisme: Signification politique

Populisme:Signification politique

 

Le contexte des lections lgislatives franaises est propice une lecture des ralits politiques en termes de populisme: si nombre de commentaires politiques de ces derniers jours dnoncent sur un ton alarmiste la monte des extrmes, daucuns soulignent galement que la campagne actuelle sinscrit dans un contexte plus gnral de pousse du populisme.Une telle pousse populiste sexplique, en premire analyse, par lerecul progressif des partis traditionnels parmi les lecteurs des classes populaires. En retour, les partis de droite radicale ou extrme semblent en mesure de capter leur profit ces lecteurs dus des grands partis de gouvernement.Le basculement vers des partis de droite radicale de pans entiers des socits europennes frappe les esprits et conduit une inflation de discours sur le populisme, notion en ralittrs floue et trs controverse. Lanalyse des droites populistes soulve par exemple lobjection de lexistence dun populisme de gauche, lequel serait reprsent en France par LFI.Le populisme est-il de gauche ou de droite? Sil est les deux, quest-il exactement? La plupart du temps, les spcialistes du sujet dplorent le flou qui entoure la notion et tentent de lui apporter une dfinition rigoureuse. Mais cette piste est hasardeuse, tant il est difficile de se dprendre de ses usages contradictoires et polmiques. En revanche, questionner lhistoire et les contours de cette ide permet den comprendre la signification politique.

parMatre de confrences en Science politique, membre de l’Institut des sciences sociales du politiques (ISP, CNRS), Universit Paris Nanterre Universit Paris Lumires

Depuis prs dune vingtaine dannes, le terme de populisme est prsent lenvi comme lacl de dcryptage des ralits politiques et sociales des rgimes dmocratiques, touchs en leur cur par des risques dinstabilit politique, voire de glissement autoritaire, du fait de la progression lectorale des partis de droite radicale. Le pril auquel seraient confrontes les dmocraties librales serait le fait, selon cette approche, dedmagogues prnant un rejet des lites en placeet une promotion exclusive de la souverainet populaire face ltat de droit.

Les explications avances pour clairer cette pousse populiste sont le plus souvent associes au dclassement conomique de groupes sociaux entiers, notamment de lancienne classe ouvrire, ou de territoires rejets la priphrie des processus de la mondialisation conomique librale. Levote populiste serait un vote populaireet unvote de frustration.

Il est vrai que certains analystes ont parfois mis en avant desexplications culturelles, apprhendes comme alternatives celles cites linstant. Selon ces auteurs, la dilution des identits culturelles et/ou politiques sous leffet du multiculturalisme entranerait une forme dinscurit dite culturelle, prdisposant ainsi les groupes populaires un vote identitaire de droite comportant une dimension xnophobe. Cette anxit plus immatrielle serait dautant plus forte que les tenants du multiculturalismeappartiendraient, dans leur majorit, aux organisations situes gauche.

Sur le plan de la controverse politique, identifier cette nouvelle thse comme indite est crucial, puisquelle conduit reprocher la gauche de stre dtourne du peuple. Elle permet aussi de rejeter les explications, le plus souvent avances par la gauche, duvote dextrme droite comme reflet des mcanismes daccroissement des ingalits et de monte de la prcarit. Se trouve en contrepoint accrdite la thse, nettement plus conservatrice, dun trop-plein migratoire et de la dilution des liens nationaux et/ou rpublicains dans le communautarisme.

Le cas de la Pologne, pays qui combinemiracle conomiqueet pouvoir populiste entre 2015 et 2023, est ainsi avanc comme lun des exemples probants lappui de lide que les rcits ancrs gauche, expliquant la monte des populistes par la pauprisation des groupes populaires, sont inoprants. Dans ce cas prcis, lenrichissement global de la socit polonaise attesterait de labsence de lien entre facteurs socio-conomiques et vote pour les droites dites populistes, et ce serait bien linquitude identitaire ressentie lors de la crise migratoire de 2015 quiexpliquerait le vote pour les partis populistes. Mme si cette analysefait en ralit limpasse sur les ingalits sociales et territorialesapparues aprs la chute du communisme.

Malgr les apparences, cette seconde thse les gens votent pour les populistes avant tout du fait dun sentiment dinscurit culturelle nest quune variante de la prcdente les gens votent pour les populistes cause de leur dclassement conomique. Elle ne modifie que le point de dpart dune chane dexplication qui aboutirait, chez les lecteurs, au rejet dlites dsormais coupes du peuple.

De plus, ces deux explications sont prsentes par certains chercheurs commecomplmentaires, la globalisation tant vue comme un processus la fois conomique et culturel. Au-del, les promoteurs de linterprtation par le dclassement conomique ont, pour la plupart, expliqu le glissement lectoral droitier quil provoquait par la prvalence dun type psychologique particulier,lattrait pour la personnalit autoritaire, propre aux classes populaires, dont la xnophobie serait lune des manifestations les plus saillantes. Laffaire serait donc entendue et le rejet populiste des lites serait le ressort universel des votes dits extrmistes.

Pourtant, il est permis de se demander ce que signifie le choix du terme de populisme pour clairer ltat de nos dmocraties.

En premier lieu, cette ide se distingue par son misrabilisme, qui trahit lethnocentrisme de classe de ceux qui lnoncent.Les classes populaires ny sont perues que sous langle dattitudes ataviques et compulsives, toutes affrentes, en dernire analyse, lappartenance un groupe primaire dfini de faon ethnique et tribale. La dimension civique et critique du vote populaire nest ici que trs peu prise en compte, car largement incomprise et osons le dire mprise. Il est fait peu de cas des comptences juger des lecteurs, et les mdias ngligent de sappuyer sur les nombreuses tudes scientifiques qui dcrivent lesunivers sociaux des espaces au sein desquels le vote RN a le plus progress. Ce biais a t soulign par plusieurs auteurs, comme en attestent lesmises en garde, en France, dAnnie Collovald propos du Front national.

En second lieu, cette thse est constitue dun patchwork de logiques explicatives, qui renvoient des approches trs loignes les unes des autres, pour lesquelles le terme mme de populisme na pas la mme signification. Prenons simplement lexemple des travaux fondateurs, dsormais anciens, de lhistorien italien Franco Venturi, quia tudi dans les annes1950 le populisme russe du XIX? sicle et du dbut du XX?. Selon lui, le populisme est une variante agraire du socialisme communautaire, qui traverse lhistoire de la Russie, des slavophiles aux bolcheviks, et dont certains militantsallaient au peupleen parcourant la campagne.

Les thories contemporaines en ont conserv lide, totalement dcontextualise, dun appel au peuple (par un effet de traduction langlaisappeal to the people), mais elles donnent celle-ci un sens radicalement diffrent, qui se rapproche davantage dece quon entendait il y a quelques annes par dmagogie, poujadisme ou bonapartisme: une dmocratie plbiscitaire, fonde sur le charisme suppos de chefs rputs capables de dialoguer directement avec les masses.

Les avatars les plus rcents et les plus aberrants de cette thse sont de considrer que les leaders fascistes des annes1930 ntaient rien de plus que lune des manifestations desvagues populistessubies par les dmocraties librales depuis leur mergence. Une telle inflexion pour ne pas dire une telle rgression nest possible quau mpris le plus complet dela trs vaste historiographie du fascisme, qui en montre toutes les spcificits historiques etlimpossibilit de le ramener cette forme molle quest le populisme sans perdre en acuit et en prcision.

Ds lors, comment expliquer le succs du terme de populisme? Ce succs tient en premier lieu la lgitimit politique et sociale de celles et ceux qui lnoncent et se trouvent autoriss fixer les limites du pensable et du raisonnable, et donc de lextrme, en politique.

Comme le souligne laphilosophe Catherine Colliot-Thlne, le privilge de rationalit, explicitement ou implicitement revendiqu par les lites politiques et mdiatiques, fixe les limites du questionnable, et il les fixe de manire si troite que cela revient la plupart du temps dnier aux citoyens toute vritable puissance dagir. Cette ide fonde la notion, non dnue dironie, dextrme centre, qui dcrit la position de partis ou deleaders politiques qui revendiquent pour eux-mmes le monopole des seules politiques non extrmistes.

Plus fondamentalement, linterprtation par le biais de lide de populisme est rvlatrice du glissement no-libral quont connu les dmocraties europennes et nord-amricaines depuis les annes1980. Lune des manifestations de ce tournant a t, sur le plan culturel et idologique, laredcouverte des ides de Tocqueville, pour qui la dmocratie reprsentait tout autant lavnement du peuple que le risque de voir lordre politique dbord par celui-ci.

Le peuple nest plus, dans cet ordre de discours, la vise mme de lordre dmocratique, pas plus quun rservoir de lgitimit culturelle et politique, mais un continent tranger peupl par lesidiots culturelsde la mondialisation, incapables de discerner la vraie valeur de lordre dmocratique. Peu importe dans ces conditions que les travaux sappuyant sur lide de populisme picorent et l des bouts dexplications disparates, puisque la cohrence de cette approche nest pas scientifique mais idologique. Linterprtation populiste sest ainsi impose comme mode dnonciation de la reprsentation politique dmocratique,propre au temps post-dmocratiquequi est le ntre.

Il ne sagit pas, en somme, de suggrer que les insatisfactions populaires lies aux politiques conomiques ou linsuffisante protection face la mondialisation nexistent pas, mais plutt quelles provoquent une sorte de panique morale chez les lites qui sempressent de les stigmatiser comme vote illgitime et draisonnable. Or, unelittrature plus vaste existe pour contextualiser avec plus de nuance le glissement droite dune frange des groupes populaires. De tels travaux permettent de prendre au srieux les politisations populaires (ou de classes moyennes infrieures) et de les encastrer dans des trajectoires sociales ou territoriales, qui leur donnent un sens politique que ne peut apprhender la notion trs dsincarne et souvent teinte dintellectualisme de populisme.

Dautres auteurs se sont intresss aux transformations de loffre lectorale des partis de droite radicale ou extrme, sans faire de lide de populisme un passage oblig. Par exemple, pour souligner que les extrmes droites ont su adapter leur discours,dans une logique post-fasciste, pour reformuler leurs ides dans les habits neufs de lidentit nationale.

Une telle perspective rappelle que la globalisation nest quunnouvel avatar des processus duniversalisationdans lesquels se rinventent constamment les appartenances. Comment stonner que des forces nationalistes y voient une occasion dactualiser leur idologie ethnocentrique? Les expriences souverainistes en Europe montrent en effet que les appartenances et les particularismes deviennent un produit dexportation ou desoft power, linstar deslois mmorielles polonaises censes faire droit la vision polonaise de lhistoiredans un monde o lesmmoires sont un flux concurrentiel. Mais aussi que ces mmes identits sont une ressource pour redfinir la place de ltat dans la mondialisation, comme le montre ladoctrine Global Britainlance par Boris Johnson aprs le Brexit.

Force est de constater que ces projets savent capter les conservatismes populaires, qui ne peuvent gure se laisser rduire aux ressentiments contre les lites dont les commentateurs politiques ont fait leur fonds de commerce.

Robert Badinter, un rempart constitutionnel contre le populisme

Robert Badinter, un rempart constitutionnel contre le populisme

Les leons de lancien prsident du Conseil constitutionnel rsonnent aujourdhui. Pour lui, les droits fondamentaux sont lun des instruments par lesquels les socits sortent de la barbarie, rappelle, dans une tribune au Monde, le professeur de droit public Dominique Rousseau .

Plus les droits de lhomme sont protgs, plus la Rpublique est elle-mme. Telle est lide de droit que porte Robert Badinter et tel est lobjectif quil fixe au Conseil constitutionnel lorsquil en devient prsident, en mars1986. Noble mission, sans doute, mais aussi trs audacieuse car, cette date, le Conseil est toujours un objet institutionnel non ou mal identifi. Robert Badinter ne lignore videmment pas: Le Conseil est une juridiction, dit-il dans sa premire adresse ses collgues, mais il ne le sait pas; mon rle est de lui faire prendre conscience de sa nature. Neuf ans plus tard, lorsquil quitte le Conseil, en1995, la mue juridictionnelle reste inacheve.

Pour faire vivre le principe du contradictoire, le plus fondamental de toute procdure juridictionnelle, il propose, ds la premire saisine de son mandat, que le juge rapporteur puisse changer avec le parlementaire auteur de la loi conteste et un des parlementaires auteur du recours. Proposition refuse par les prsidents des deux assembles. Parce que les affaires qui viennent devant le Conseil sont dintrt gnral, il propose ses collgues daccepter les principes de publicit et doralit des audiences. Proposition refuse. Pour que le citoyen devienne un majeur constitutionnel, il propose, en mars1989, quil lui soit donn la possibilit den appeler au Conseil constitutionnel, travers un filtre juridictionnel, sil estime que ses droits fondamentaux ont t mconnus par la loi. Proposition accepte par le prsident de la Rpublique Franois Mitterrand, mais repousse par le Snat en juin1990.

Robert Badinter a eu le tort davoir raison trop tt car le Conseil daujourdhui commence ressembler celui quil voulait: les avocats plaident devant lui, les audiences sont publiques et le justiciable peut, lors dun procs, soulever la question de la constitutionnalit de la loi applique.

Populisme- Le ministre de l’conomie soutient les influenceurs

Populisme- Le ministre de l’conomie soutient les influenceurs !

En panne d’ides et surtout d’efficacit, le ministre de l’conomie Bruno le maire draille en soutenant les influenceurs.D’une certaine manire il reprend la posture de Macron qui lui sa coquine avec les vedettes des rseaux sociaux. quand un ministre de l’conomie ou un prsident dguis en drag queen ?

Une flatterie vraiment mal place lors de son intervention l’assemble du syndicat UMICC (Union des mtiers de linfluence et des crateurs de contenus) .

Vous tes une force conomique majeure de notre pays a dclar le ministre de l’conomie qui oublie sans doute que la plupart des influenceurss sont des parasites qui se servent de leur look et de leur baratin pour vendre des produits le plus souvent inutiles voire mme dangereux. Il n’y a d’ailleurs aucune rgle pour ce type d’intervenants sur Internet.

Pour preuve, Nabilla( « allo, quoi ben allo quoi »), star de tl ralit qui donne des conseils pour les placements financiers!!!

Cette ode au secteur de linfluence et de la cration de contenu tait galement maille de chiffres. Le ministre a par exemple rappel le nombre considrable dinfluenceurs en France 150.000 selon lui et les milliards de vues, les millions deuros de chiffre daffaires, les milliers demplois quils gnrent grce leurs activits !!!
Le numro 2 du gouvernement sest mme laiss aller une petite boutade sur son avenir personnel en assurant quil nexcluait pas de devenir lui-mme influenceur dans les annes venir.

en croire les rires et les applaudissements, lopration sduction a plutt bien fonctionn. Parce quil faut dire que le ministre de lconomie et des Finances avait face lui des professionnels trs remonts. La loi dite influenceurs qui doit encadrer les activits du secteur est perue dun trs mauvais il par les premiers intresss. Ils regrettent notamment que certaines dispositions stigmatisent leur mtier.

Le ministre de l’conomie mlange vraiment tout aussi bien les vendeurs d’illusions et de gadgets que les crateurs vritables d’information.

Et de crer encore une structure supplmentaire car Bruno Le Maire sest engag la cration dun groupe de travail permanent, o sigeront les reprsentants des crateurs de contenu sur Internet et les administrations de ltat.

Populisme- Le ministre de l’conomie draille en soutenant les influenceurs

Populisme- Le ministre de l’conomie draille en soutenant les influenceurs

En panne d’ides et surtout d’efficacit, le ministre de l’conomie Bruno le maire draille en soutenant les influenceurs.

Une flatterie vraiment mal place lors de son intervention l’assemble du syndicat UMICC (Union des mtiers de linfluence et des crateurs de contenus) .

Vous tes une force conomique majeure de notre pays a dclar le ministre de l’conomie qui oublie sans doute que la plupart des influenceurss sont des parasites qui se servent de leur look et de leur baratin pour vendre des produits le plus souvent inutiles voire mme dangereux. Il n’y a d’ailleurs aucune rgle pour ce type d’intervenants sur Internet.

Pour preuve, Nabilla( « allo, quoi ben allo quoi »), star de tl ralit qui donne des conseils pour les placements financiers!!!

Cette ode au secteur de linfluence et de la cration de contenu tait galement maille de chiffres. Le ministre a par exemple rappel le nombre considrable dinfluenceurs en France 150.000 selon lui et les milliards de vues, les millions deuros de chiffre daffaires, les milliers demplois quils gnrent grce leurs activits !!!
Le numro 2 du gouvernement sest mme laiss aller une petite boutade sur son avenir personnel en assurant quil nexcluait pas de devenir lui-mme influenceur dans les annes venir.

en croire les rires et les applaudissements, lopration sduction a plutt bien fonctionn. Parce quil faut dire que le ministre de lconomie et des Finances avait face lui des professionnels trs remonts. La loi dite influenceurs qui doit encadrer les activits du secteur est perue dun trs mauvais il par les premiers intresss. Ils regrettent notamment que certaines dispositions stigmatisent leur mtier.

Le ministre de l’conomie mlange vraiment tout aussi bien les vendeurs d’illusions et de gadgets que les crateurs vritables d’information.

Et de crer encore une structure supplmentaire car Bruno Le Maire sest engag la cration dun groupe de travail permanent, o sigeront les reprsentants des crateurs de contenu sur Internet et les administrations de ltat.

Avenir Afrique : une pauvret favorable au populisme et au terrorisme

Avenir Afrique : une pauvret favorable au populisme et au terrorisme


Face lasschement des liquidits auquel est confront un nombre croissant de pays du continent, lconomiste bissau-guinen plaide,dans une tribune au Monde, pour une rforme systmique.

Les effets de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, impose de manire unilatrale par le prsident amricain Donald Trump alors que le monde subissait encore les consquences de la crise financire des subprimes de 2008-2009, ont eu un fort impact sur les pays africains. Les principales exportations du continent sont les matires premires. Lorsque la demande ralentit, le commerce gnre moins de revenus pour les conomies qui comptent sur ces entres plus que sur tout autre apport de capitaux externes, y compris les investissements, les envois de fonds de la diaspora ou laide publique au dveloppement.

La plupart des pays africains ont pour priorit le respect des obligations extrieures plutt que les rformes internes et la satisfaction des besoins sociaux. Compte tenu de la faiblesse de leurs recettes fiscales, il leur est difficile de compenser une forte variation des revenus externes. Pour toutes ces raisons, la croissance en2019, avec une hausse du PIB de 3,4% , sest rvle infrieure au record de 5% enregistr en moyenne par an au cours de la dcennie prcdente. Ctait dj un signe inquitant.

Lorsque, en mars2020, lOrganisation mondiale de la sant (OMS) a dclar que lpidmie de Covid-19 pouvait tre considre comme une pandmie, lAfrique tait unanimement perue comme la rgion la moins prpare pour faire face aux consquences dvastatrices qui en dcouleraient. Heureusement, les prdictions alarmistes se sont rvles exagres, lnorme rsilience de la population africaine ayant t sous-estime. Cependant, la situation financire dj fragile sest dtriore immdiatement.

Les pays africains ont vu le service de la dette libell en devises augmenter en raison de la dprciation de leurs devises. Les marges budgtaires dj limites ont t consommes par les rponses durgence la pandmie. Les confinements ont paralys les conomies et la demande extrieure de matires premires sest vapore. Des plans de relance ont t rapidement mis en place par les conomies les plus riches, parfois jusqu 10% de leur PIB, mais lAfrique na pu mobiliser que 68milliards de dollars en2020 (64milliards deuros) et 62milliards de dollars supplmentaires en2021, soit moins de 2% de son PIB. Le service de la dette a commenc devenir problmatique.

Avenir Afrique : un sous-dveloppement favorable au populisme et au terrorisme

Avenir Afrique : un sous-dveloppement favorable au populisme et au terrorisme


Face lasschement des liquidits auquel est confront un nombre croissant de pays du continent, lconomiste bissau-guinen plaide,dans une tribune au Monde, pour une rforme systmique.

Les effets de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, impose de manire unilatrale par le prsident amricain Donald Trump alors que le monde subissait encore les consquences de la crise financire des subprimes de 2008-2009, ont eu un fort impact sur les pays africains. Les principales exportations du continent sont les matires premires. Lorsque la demande ralentit, le commerce gnre moins de revenus pour les conomies qui comptent sur ces entres plus que sur tout autre apport de capitaux externes, y compris les investissements, les envois de fonds de la diaspora ou laide publique au dveloppement.

La plupart des pays africains ont pour priorit le respect des obligations extrieures plutt que les rformes internes et la satisfaction des besoins sociaux. Compte tenu de la faiblesse de leurs recettes fiscales, il leur est difficile de compenser une forte variation des revenus externes. Pour toutes ces raisons, la croissance en2019, avec une hausse du PIB de 3,4% , sest rvle infrieure au record de 5% enregistr en moyenne par an au cours de la dcennie prcdente. Ctait dj un signe inquitant.

Lorsque, en mars2020, lOrganisation mondiale de la sant (OMS) a dclar que lpidmie de Covid-19 pouvait tre considre comme une pandmie, lAfrique tait unanimement perue comme la rgion la moins prpare pour faire face aux consquences dvastatrices qui en dcouleraient. Heureusement, les prdictions alarmistes se sont rvles exagres, lnorme rsilience de la population africaine ayant t sous-estime. Cependant, la situation financire dj fragile sest dtriore immdiatement.

Les pays africains ont vu le service de la dette libell en devises augmenter en raison de la dprciation de leurs devises. Les marges budgtaires dj limites ont t consommes par les rponses durgence la pandmie. Les confinements ont paralys les conomies et la demande extrieure de matires premires sest vapore. Des plans de relance ont t rapidement mis en place par les conomies les plus riches, parfois jusqu 10% de leur PIB, mais lAfrique na pu mobiliser que 68milliards de dollars en2020 (64milliards deuros) et 62milliards de dollars supplmentaires en2021, soit moins de 2% de son PIB. Le service de la dette a commenc devenir problmatique.

Avenir Afrique : dette et sous-dveloppement ouvrent la porte au populisme et au terrorisme

Avenir Afrique : dette et sous-dveloppement ouvrent la porte au populisme et au terrorisme


Face lasschement des liquidits auquel est confront un nombre croissant de pays du continent, lconomiste bissau-guinen plaide,dans une tribune au Monde, pour une rforme systmique.

Les effets de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, impose de manire unilatrale par le prsident amricain Donald Trump alors que le monde subissait encore les consquences de la crise financire des subprimes de 2008-2009, ont eu un fort impact sur les pays africains. Les principales exportations du continent sont les matires premires. Lorsque la demande ralentit, le commerce gnre moins de revenus pour les conomies qui comptent sur ces entres plus que sur tout autre apport de capitaux externes, y compris les investissements, les envois de fonds de la diaspora ou laide publique au dveloppement.

La plupart des pays africains ont pour priorit le respect des obligations extrieures plutt que les rformes internes et la satisfaction des besoins sociaux. Compte tenu de la faiblesse de leurs recettes fiscales, il leur est difficile de compenser une forte variation des revenus externes. Pour toutes ces raisons, la croissance en2019, avec une hausse du PIB de 3,4% , sest rvle infrieure au record de 5% enregistr en moyenne par an au cours de la dcennie prcdente. Ctait dj un signe inquitant.

Lorsque, en mars2020, lOrganisation mondiale de la sant (OMS) a dclar que lpidmie de Covid-19 pouvait tre considre comme une pandmie, lAfrique tait unanimement perue comme la rgion la moins prpare pour faire face aux consquences dvastatrices qui en dcouleraient. Heureusement, les prdictions alarmistes se sont rvles exagres, lnorme rsilience de la population africaine ayant t sous-estime. Cependant, la situation financire dj fragile sest dtriore immdiatement.

Les pays africains ont vu le service de la dette libell en devises augmenter en raison de la dprciation de leurs devises. Les marges budgtaires dj limites ont t consommes par les rponses durgence la pandmie. Les confinements ont paralys les conomies et la demande extrieure de matires premires sest vapore. Des plans de relance ont t rapidement mis en place par les conomies les plus riches, parfois jusqu 10% de leur PIB, mais lAfrique na pu mobiliser que 68milliards de dollars en2020 (64milliards deuros) et 62milliards de dollars supplmentaires en2021, soit moins de 2% de son PIB. Le service de la dette a commenc devenir problmatique.

Afrique : dette et sous-dveloppement ouvrent la porte au populisme et au terrorisme

Afrique : dette et sous-dveloppement ouvrent la porte au populisme et au terrorisme


Face lasschement des liquidits auquel est confront un nombre croissant de pays du continent, lconomiste bissau-guinen plaide,dans une tribune au Monde, pour une rforme systmique.

Les effets de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, impose de manire unilatrale par le prsident amricain Donald Trump alors que le monde subissait encore les consquences de la crise financire des subprimes de 2008-2009, ont eu un fort impact sur les pays africains. Les principales exportations du continent sont les matires premires. Lorsque la demande ralentit, le commerce gnre moins de revenus pour les conomies qui comptent sur ces entres plus que sur tout autre apport de capitaux externes, y compris les investissements, les envois de fonds de la diaspora ou laide publique au dveloppement.

La plupart des pays africains ont pour priorit le respect des obligations extrieures plutt que les rformes internes et la satisfaction des besoins sociaux. Compte tenu de la faiblesse de leurs recettes fiscales, il leur est difficile de compenser une forte variation des revenus externes. Pour toutes ces raisons, la croissance en2019, avec une hausse du PIB de 3,4% , sest rvle infrieure au record de 5% enregistr en moyenne par an au cours de la dcennie prcdente. Ctait dj un signe inquitant.

Lorsque, en mars2020, lOrganisation mondiale de la sant (OMS) a dclar que lpidmie de Covid-19 pouvait tre considre comme une pandmie, lAfrique tait unanimement perue comme la rgion la moins prpare pour faire face aux consquences dvastatrices qui en dcouleraient. Heureusement, les prdictions alarmistes se sont rvles exagres, lnorme rsilience de la population africaine ayant t sous-estime. Cependant, la situation financire dj fragile sest dtriore immdiatement.

Les pays africains ont vu le service de la dette libell en devises augmenter en raison de la dprciation de leurs devises. Les marges budgtaires dj limites ont t consommes par les rponses durgence la pandmie. Les confinements ont paralys les conomies et la demande extrieure de matires premires sest vapore. Des plans de relance ont t rapidement mis en place par les conomies les plus riches, parfois jusqu 10% de leur PIB, mais lAfrique na pu mobiliser que 68milliards de dollars en2020 (64milliards deuros) et 62milliards de dollars supplmentaires en2021, soit moins de 2% de son PIB. Le service de la dette a commenc devenir problmatique.

Niger: Des manifestants manipuls par le populisme et l’ignorance

Niger: Des manifestants manipuls par le populisme et l’ignorance

La chercheuse Lova Rinel, spcialiste des relations entre la France et lAfrique, analyse les raisons du putsch et les manifestations dhostilit vis--vis de de la France dans le Figaro.

Selon le Canard Enchan, Emmanuel Macron s’en serait pris au patron de la Direction gnrale du renseignement extrieur (DGSE), en plein conseil de Dfense, lui reprochant de ne pas avoir vu venir le coup d’tat au Niger. Cet vnement tait-il prvisible? Pourquoi?

Lova RINEL. En ralit, daprs l’article du Canard Enchan, c’est qu’il y a une erreur sur le rle de nos services de renseignements. le prsident Emmanuel Macron a raison de se mettre en colre car, dans les faits, le coup d’tat n’a pas t renseign. La Direction du renseignement militaire (DRM) a aussi son rle car elle a pour mission la surveillance des forces armes, elle n’a pas averti la prsidence de ce putsch. C’est un chec des renseignements franais dans leur ensemble.

Nanmoins, compte tenu des informations qui remontent aujourd’hui, jeter la pierre sur les services semble ais. La nature de ce putsch est diffrente des coups d’tat politiques habituels. Ce putsch n’est pas un putsch politique mais un putsch de promotion.

Enfin, on peut sinterroger sur le dispositif militaire d’urgence par la France au Niger, dautant que cette zone a t considre comme depuis le coup d’tat au Mali. Il est tonnant que l’tat-major des armes n’ait rien prvu dans une telle situation.

Peut-on pour autant comparer la situation au Niger celle du pays voisin le Mali, victime d’un coup d’tat en 2021?

Non. Assimi Goita (NDLR, le prsident intrimaire du Mali) est davantage soutenu par le peuple et ce, mme aprs deux ans au pouvoir; la junte reste populaire. Certes, il y a des mcontentements mais la junte reste lgitime, ce qui n’est pas le cas du Gnral Tiani Abdouramane au Niger. Il est non seulement contest au sein de l’arme nigrienne mais en plus, il n’est pas soutenu par le peuple. Le bilan du prsident Mohamed Bazoum. Son bilan est plutt positif. Le pays n’a connu aucun jour de grve, les efforts pour la scolarisation ont t palpables et la scurit du pays a t reconnue.

Au Niger, la junte n’a pas fait un coup d’tat par idologie politique, mais pour des raisons personnelles , bien qu’elle prtend le contraire.

Au Niger, la junte na pas fait un coup dtat par idologie politique, mais pour des raisons personnelles, bien quelle prtende le contraire en invoquant des supposes raisons coloniales.

Pour ces diffrentes raisons, le cas du Mali et celui du Niger ne se ressemblent pas. Les confondre est un objectif pour les putschistes du Niger afin de lgitimer leur posture. Pour le Mali, o le mouvement panafricaniste anti-France est en marche, appuyer le gnral Tiani entre dans le cadre de la propagande du rgime. Assimi Goita n’a dailleurs rien de commun avec le gnral Tiani, qui correspond davantage ce que le rgime malien actuel dnonce. Mais ce stade, lenjeu est ailleurs pour Assimi Goita, qui veut avant tout communiquer sur la dtestation de la France. Il en va, pour lui, de sa crdibilit existentielle.

Aprs le renversement du prsident nigrien Mohamed Bazoum, des centaines de partisans des militaires qui ont pris de force le pouvoir se sont rassembls dans la capitale nigrienne, munie de pancartes anti-franaises et de drapeaux russes. Le sentiment anti-franais s’est-il acclr dans ce pays ces dernires annes? A-t-on sous-estim ces dernires annes le soft power russe dans la rgion?

Ce qu’on a d’abord rat, c’est la crise conomique lie au Covid sur le continent africain. Cela a t dsastreux pour des populations qui se sont appauvries du jour au lendemain. La situation conomique est le point central des contestations anti-France que nous voyons. Ensuite, les Africains qui ont connu dans leur histoire la colonisation ont des comptes rgler avec la France et cela n’a pas t fait. On assiste un rejet de ce que l’on appelle la Franafrique, mais de manire plus populiste quintellectuelle. J’entends par l que le discours anti-franais prcde le discours panafricain, contrairement la priode des indpendances, marque par un discours fort d’une union africaine qui avait pour corolaire le dgagisme de la puissance coloniale, en l’occurrence la France.

Les Franais dcouvrent qu’une partie des Africains sont aussi comme eux: ils cdent aux sirnes du populisme en pleine crise. Il serait faux de dire que tous les Franais dtestent les Africains et vice versa. Une partie de la population pense que la France est responsable de sa misre.

La France ne dpend pas du Niger, mme pas sur l’uranium, il est le troisime fournisseur, que la France achte un prix suprieur au march, une faveur que l’on fait au Niger tout comme les prts qu’on lui concde o la France perd de l’argent.

La France paye ses errances politiques depuis 60 ans, le conservatisme idologique des administrateurs sur ces sujets et surtout l’loignement de l’tat franais avec le terrain et les populations africaines. On assiste la fin de la Franafrique, tant mieux, et rien naurait pu l’en empcher, pas mme Emmanuel Macron. Cest le sens de lhistoire. En nintervenant pas au Niger, la France, la France pourrait amliorer par la suite sa relation avec le Niger. La rupture devait se faire, elle est douloureuse mais pas si handicapante, au contraire. Il fallait couper cette relation malsaine.

La France ne dpend pas du Niger, y compris en ce qui concerne l’uranium. Le Niger est le troisime fournisseur en uranium, que la France lui achte un prix suprieur au march. Cest une faveur que l’on fait ce pays tout comme les prts qu’on lui concde et qui font perdre de largent la France. Ce nest pas le cas des prts accords au Brsil par exemple. Enfin, il faut rappeler que la France via l’Agence franaise de dveloppement (AFD) alloue environ 800 millions d’euros et l’aide internationale reprsente 55% du budget de l’tat du Niger.

Ne surestime-t-on pas parfois l’influence de la Russie dans la rgion?

Pour la Russie c’est plus subtil, il y a depuis le 24 juin dernier une relle dualit entre Wagner, d’Evguei Prigogine et la Russie de Vladimir Poutine. D’ailleurs, il faut noter que la Russie a condamn le putsch -on peut le comprendre compte tenu de ce qu’a lui-mme vcu Vladimir Poutine- tandis que le patron de Wagner s’est exprim pour soutenir les putschistes. Les drapeaux russes dans cette affaire nigrienne ont t distribus de faon totalement opportuniste, la dernire minute, par les hommes de Wagner sur place. Il n’y a aucun lien avec le droul du coup d’tat. Il convient dtre prudent et je suis totalement en dsaccord avec l’analyse porte par quelques collgues qui affirment que c’est la rsultante du groupe paramilitaire. Ce serait leur donner plus de force qu’ils n’en ont pas rellement et cela participe leur propre promotion.

Pour autant, la Russie influe-t-elle de la mme manire au Niger qu’au Mali ou ailleurs?

Non avant le coup d’tat, la prsence de Wagner au Niger avait t localise comme tant en reprage certainement la recherche du maillon faible pour une prochaine prsence. Au Mali c’est totalement diffrent, les lments de Wagner ne se cachent pas, au contraire et ils y sont comme chez eux. Il faut rappeler qu’avant le putsch, le prsident Bazoum tait l’alli stratgique de la France. Ce qu’il faut donc comprendre, c’est que du ct de l’tat, la Russie n’avait aucune prise. Nanmoins sur les rseaux sociaux et la radio -via des messages de propagande- Wagner tait en premire ligne, contrairement au pouvoir russe.

Dominique de Villepin dnonce le populisme et la dmagogie des « Rpublicains »

Dominique de Villepin dnonce le populisme et la dmagogie des rpublicains


juste titre sans doute, l’ancien premier ministre dnonce les drives illibrales du parti maintenant dirig par le sulfureux Ciotti sans doute aujourd’hui plus proche du front national en matire d’orientation que de l’ancien parti de Chirac d’aprs des propos rapports par le Figaro. Il y a une faiblesse de conviction sur l’importance de l’tat de droit, a martel Dominique de Villepin. Un constat l’amenant affirmer que nous sommes en train d’voluer de la dmocratie librale la dmocratie illibrale pratique par quelqu’un comme Viktor Orban.

Un certain nombre de responsables politiques ont le sentiment, y compris droite, qu’il n’y a pas d’autre solution que de monter encore d’un cran. Quitte carrment passer du ct des extrmes, a vitupr l’ex-hte de Matignon. Si Les Rpublicains n’ont jamais conclu de march politique ou d’accord lectoral avec le RN, Dominique de Villepin est assez pessimiste. Quand on regarde la politique franaise, il y a un mouvement naturel qui se fait dans le sens de la droitisation et une marche vers l’extrme droite qui parat difficilement arrtable, a-t-il regrett. Un basculement qui s’explique, d’aprs lui, par le ressentiment des Franais face une mondialisation (qui) les assaille et des services publics (qui) se dgradent.

Dominique de Villepin s’est galement fait fort de donner quelques conseils l’excutif. Et ce, sur la faon d’exercer le pouvoir. Il a ainsi invit ainsi le gouvernement Borne reprendre le contrle de la situation, reprendre le contrle des services publics et remettre en marche les administrations. Selon lui, gouverner, c’est difficile. a demande une autorit sur son administration, a demande une reprise en main de l’tat et a demande moins de communication. La politique franaise serait, pour l’ancien ministre de l’Intrieur, en train de cder la communication, d’o la fuite en avant dans laquelle nous sommes dans le sens de la dmagogie et du populisme.

Aprs Draghi, le populisme en Italie ….et ailleurs !

Aprs Draghi, le populisme en Italie ….et ailleurs !

Le dpart du prsident du conseil italien Mario Draghi est un nouvel exemple de la fragilit dmocratique europenne alors que la guerre en Ukraine, linflation, la crise climatique ouvrent un nouveau cycle de note histoire, relve dans une tribune au Monde le dirigeant dentreprise Bernard Spitz.

 

 

La dmission de Mario Draghi est un coup dur pour les conomies de lItalie, de la France et de lUnion europenne. Chacun le comprend. Mais pas seulement. Dans un monde marqu par les peurs, elle est aussi le rvlateur de la reprise en main de lconomie par le politique et de son glissement vers la droite radicale. Comment imaginer, face tant de remises en cause, que nous allions poursuivre le voyage dans le petit train rassurant de Fukuyama surla fin de lhistoire?

Un nouveau cycle est ouvert, dont personne ne sait la dure et dont seuls nos enfants connatront un jour le nom. Ceux qui ont connu lentre-deux-guerres ou les trente glorieuses navaient pas la moindre ide quils vivaient ces poques de lhistoire. Il en va de mme pour nous: le basculement sest produit sous nos yeux, il ouvre une nouvelle priode dincertitude et de fureur.

Nous vivons quatre chocs: le retour de linflation qui nest pas quun fait statistique mais un lment majeur des comportements des mnages et des entreprises; la prise de conscience de lurgence climatique enfin reconnue comme priorit absolue; limpact de la pandmie qui change le rapport au travail, notamment chez les jeunes et souligne notre fragilit face la maladie; enfin la guerre aux portes de lEurope qui nous rappelle la tragdie des temps et la brutale logique des rapports de force

La radicalit dun camp entrane la radicalit de lautre

Face ce tumulte, Mario Draghi est arriv au pouvoir port par une double vidence: il tait le meilleur et le plus crdible aux yeux du monde conomique, de la socit italienne, du reste du monde; et il ne venait pas du monde politicien davant. Exactement comme Emmanuel Macron. Ce que nous dit son dpart, cest que cela ne suffira plus lavenir, que cela ne suffit dj plus.

Socit: litisme contre populisme ?

Socit: litisme contre populisme ?

Dans son livre succs Sapiens, l’historien isralien Yuval Noah Harari concluait par cette interrogation : Y a-t-il rien de plus dangereux que des dieux insatisfaits et irresponsables qui ne savent pas ce qu’ils veulent ? L’auteur allait prolonger le propos dans son livre suivant, Homo deus, selon lequel science et technologie seraient en mesure de donner aux hommes des capacits indites pour en faire des dieux. Or, tous ne pourraient l’tre, seule une lite deviendrait des tres suprieurs mme de manipuler leurs congnres lilliputiens : Que se passerait-il le jour o la mdecine se soucierait d’accrotre les facults humaines ? Tous les hommes y auraient-ils droit, ou verrait-on se former une nouvelle lite de surhommes ? . Par Marion Dapsance, Anthropologue (*) et Christophe Lemardel, Docteur en histoire des religions (**). ( dans la Tribune)

Malgr la limpidit de tels propos, Harari est accus sur les rseaux sociaux d’tre un pourvoyeur d’ides au service de dirigeants de la plante, qu’il s’agisse de chefs d’Etat, d’acteurs conomiques ou d’organisations supranationales. Il va sans dire que c’est dans les sphres complotistes que l’on trouve ces accusations nonces et relayes. Ces mmes rseaux sociaux sont vilipends de plus en plus pour leur capacit produire et transmettre de fausses informations qui nuiraient la cohsion sociale et engendreraient trop de doutes dans les populations. Cette parole libre et amplifie deviendrait donc un problme dans les dmocraties, engendrant un cart se creusant entre gouverns et gouvernants, les premiers se dfiant de plus en plus des seconds. Harari tant un homme en vue, il devient ds lors un des cerveaux de cette lite que pourtant il dnonait dans son livre…

L’cart se creuse, mais il n’est pas qu’ l’actif des complotistes. En effet,les responsables politiques, conomiques, scientifiques et mdiatiques pourraient tre tents d’agir comme les hommes du clbre pisode de la tour de Babeldans la Bible (Gense 11). Voulant devenir des dieux, ceux-ci s’lvent au-dessus de leur condition. Mais comme Dieu n’est plus l pour les contraindre – il n’y a mme plus la barrire de la Morale -, alors ils s’arrogent son pouvoir et se retournent contre leurs semblables rests au pied de la tour – les sans-dents, ceux qui ne sont rien, les « inutiles », pire que les proltaires de l’re industrielle selon Harari. Et puisque tout circule trs vite, d’un continent l’autre, d’une langue l’autre, comme si un langage mondial se mettait en place, ces nouveaux dieux s’accaparent le pouvoir de brouiller ce langage pour que la multitude se disperse. Donc,leur solution, c’est videmment la verticalit du discours et des informations, suppose discrditer l’horizontalit des infox et des points de vue extrmistes. Seul problme, si cette verticalit en impose l’ensemble d’une population, s’informant encore passivement par l’audiovisuel, l’horizontalit gagne en nombre, mesure que les citoyens matrisent les outils numriques.

On le sait depuis longtemps, la Gense de la Bible s’est en partie inspire de rcits mythologiques babyloniens – Babel est sans doute une allusion la grande cit msopotamienne et le Dluge est une adaptation monothiste d’un rcit au dpart polythiste. Dans ce rcit, les dieux sont indisposs par une masse d’hommes, toujours plus nombreux, toujours plus bruyants – dcision est prise de les rduire nant par une grande monte des eaux. Comparables ces dieux, des acteurs de notre monde estiment aussi que la surpopulation humaine n’est pas compatible avec la viabilit de la plante. Ds lors, tout se mlange : l’lite, ignorante des mcanismes dmographiques, dit demi-mots qu’il faudrait matriser la natalit afin d’attnuer l’augmentation de la population mondiale, les complotistes imaginent que cette lite cherche souterrainement liminer une part de cette population par divers moyens dont des vaccins. Dans le mythe msopotamien, les dieux n’ont aucune sagesse en voulant liminer les hommes, et les hommes n’en ont gure. Aussi, la leon de ce rcit est-il de renvoyer dos dos hommes et dieux.

Dans les rcits mythiques, il existe encore des personnages qui se situent entre hommes et dieux : les hros. Ils ne brillent pas par leur sagesse tant ils sont saisis d’hubris, qu’ils se nomment Gilgamesh, Samson ou Achille. Le premier d’entre eux est en qute d’immortalit, mais il choue lamentablement dans le mythe. Harari, dans son livreSapiens, voque donc un Projet Gilgamesh cens allonger la vie humaine de tous, voire vaincre la mort – les scientifiques y travaillent.Les meilleurs d’entre nous (les plus riches) rvent de devenir a-mortels puisqu’ils sont des Semblables (Homoioi) comme dans la Sparte antique, et non les gaux de la dmocratie athnienne. Afin d’voquer cette science folle qui en oublierait les questions thiques, le mme auteur crit avec une certaine fantaisie: Le Dr Frankestein est juch sur les paules de Gilgamesh …

Dans un monde occidental totalement scularis, l’hubrisdu hros gagne une part des lites qui s’imaginent pouvoir prolonger indfiniment la vie : le transhumanisme. Comme l’crivit le philosophe Michal Fssel dans son livreAprs la fin du monde, critiquant la raison apocalyptique contemporaine – anthropocne, collapsologie, etc. -,l’augmentation de l’esprance de vie reste la seule esprance puisque la mortalit individuelle, totalement matrialise, est faussement accepte. En mettant en avant l’importance de la vie organique, comme il le souligne, et non plus le monde humain, la socit, on risque en effet de crer une caste dmiurgique charge de devoir maintenir en l’tat la Cration au dtriment des souffrances humaines. Sous prtexte d’cologie ou de sant publique, aptes maintenir les citoyens sous contrle, cette lite risque plus d’adopter la dsinvolture des dieux msopotamiens que la sagesse de la Bible.

L’oligarchie de ces demi-dieux est dj mise en place, elle s’appuie sur le savoir scientifique et informationnel. Dpourvue de philosophie et de spiritualit, elle ne procurera aucune sagesse tant elle se montre bien souvent arrogante.Entre l’hubrisde cette lite, qui ne veut plus dbattre, et la maladresse de citoyens qui se dbattent dans des informations contradictoires et parfois fantasmes, il n’y a gure de place pour le retour une raison dmocratique, surtout si l’ensemble d’une population – la masse – se montre passive face ces informations. Les dieux peuvent provoquer un dluge, dans un mythe, mais les hommes peuvent mener une rvolution, dans l’histoire. Faire socit consiste bien ne pas crer de tels carts socio-culturels. Un rgime de vrit est ncessaire, encore faut-il qu’il soit honnte intellectuellement, sans volont aucune de dominer ou de renverser. Le phnomne est-il rversible ou bien l’inluctable advient-il dj ?

_____

(*) Marion Dapsance a rcemment publiLe Sacr-Cur et la rinvention du catholicismeen 2021 etAlexandra David-Neel, l’invention d’un mytheen 2019.

(**) Christophe Lemardel a publiArchologie de la Bible hbraqueen 2019 etLes cheveux du Naziren 2016.

Le populisme se nourrit du dclassement conomique

 

Lconomiste turc Dani Rodrik dfend des politiques crant des emplois stables, avec des perspectives dvolution, en ciblant des entreprises moyennes fortement pourvoyeuses demplois dans des rgions dlaisses.(le Monde)

 

Professeur dconomie luniversit amricaine Harvard, lconomiste turc Dani Rodrik est rput pour ses travaux sur les liens entre mondialisation, souverainet et dmocratie. Il plaide, depuis plus de vingt ans, pour une autre vision du libre-change, dans un monde menac par les risques gopolitiques.

Peut-on rsumer le duel qui a oppos Emmanuel Macron Marine Le Pen lors de llection prsidentielle comme opposant les gagnants et les perdants de la mondialisation?

Deux coles de pense saffrontent sur la dfinition du populisme dextrme droite. La premire insiste sur lintensification de la guerre culturelle, avec la monte de la xnophobie et du racisme. La seconde penche pour lexplication conomique lie au march du travail transform notamment par la mondialisation.

Personnellement, je pense que lessor du populisme autoritaire dans de nombreux Etats en Europe et aux Etats-Unis est li la disparition des emplois de qualit dans la classe moyenne de ces pays. Celle-ci est due de multiples facteurs, dont la mondialisation, qui a acclr la dsindustrialisation. La perte des usinesa rduit loffre demploi, pour une population parfois trs comptente mais peu mobile, et qui navait pas les qualifications ncessaires pour bnficier de lconomie hypermondialise.

Mais la mondialisation nest pas la seule force en jeu. Les changements technologiques, lautomatisation, les robots ont aussi contribu cela. Lapproche trs radicale en matire de politique conomique, poussant plus de libralisation et de drgulation du march du travail, a cr de lanxit. Quelle que soit la situation, il y a toujours des lecteurs qui penchent pour lextrme droite, mais ses leaders ont su capitaliser sur cette angoisse et ces chocs qui ont touch les conomies comme la France depuis trente ans.

Quest-ce qui na pas fonctionn?

Le paradoxe de la mondialisation, au cours des trois dernires dcennies, cest quelle a intgr les nations dans lconomie mondiale, tout en disloquant les conomies lchelle nationale. Nous avions un modle de mondialisation bien diffrent avant les annes 1990. Les responsables politiques utilisaient leur intgration lconomie mondiale avant tout pour soutenir leur croissance. Lorsque les deux taient incompatibles, ils ngociaient une exception ou une clause de sauvegarde. Lorsquil y a eu, par exemple, dans les annes 1970, la vague dimportations de vtements bas prix en provenance des pays en dveloppement, les pays riches ont ngoci avec eux laccord multifibres pour protger leur industrie, tout en leur offrant quelques concessions. Les pays riches savaient prendre leur distance par rapport la mondialisation, lorsque celle-ci les menaait.

Twitter de Elon Musk : un populisme de plate-forme

Twitter deElon Musk :un populisme de plate-forme

La communication de lhomme le plus riche du monde autour de son rachat du rseau social prsente de troublantes similitudes avec le populisme tel quil est pratiqu par certains acteurs politiques. Par Barthlmy Michalon, Sciences Po.

Le feuilleton rebondissements lanc au dbut de ce mois a touch sa fin: le 25avril, les dirigeants de Twitter et Elon Musk annonaient tre parvenus un accord pour que le patron de Tesla et SpaceX acquire le rseau social pour une somme de44milliards de dollars.

Bien que Twitter compte bien moins d’utilisateursque ses concurrents comme YouTube, Facebook, Instagram ou encore TikTok, Twitter est considr comme un vritable outil d’influence, notamment du fait de sonusagepar de nombreuses figures du milieu politique, artistique et mdiatique. En outre, il est frquent que les mdias dits traditionnels reprennent et commentent sur leur propre support ce qui a t dans un premier temps publi sur la plate-forme de l’oiseau bleu, ce qui accrot la perception et la ralit deson importance pour le discours public.

 

L’examen des diffrentes dclarations de celui qui deviendra bientt le nouveau propritaire de Twitter rvle que son approche emprunte les codes du populisme, tel qu’il est usuellement conu et pratiqu dans l’arne politique.

Le chercheur nerlandais Cas Mudde, un des principaux spcialistes du concept, souligne que, au-del de la diversit des pratiques observables, le populismeconsistefondamentalement s’adresser un peuple pour lui promettre la mise en uvre d’actions qui seraient conformes ce qui est prsent comme une forme de volont gnrale, en rupture avec les intrts d’une suppose lite.

Bien que Musk n’invoque aucun de ces mots-cls de faon directe, sa communication autour de sa prise de pouvoir pouse donc les contours de ce qui caractrise un discours populiste.

Ainsi, s’il n’invoque pas un peuple en tant que tel, Elon Musk a fait usage de l’outil qu’il s’apprtait acqurir pour s’adresser directement la communaut d’utilisateurs de la plate-forme et recueillir son opinion sur diffrents sujets. Si certaines questions taient d’ordre secondaire (comme le fameux bouton d’dition d’un tweet dj publi),d’autrestouchaient au fonctionnement mme de la plate-forme et son impact sur la dmocratie.

Ces consultations, qui ont logiquement mobilis en premier lieu ses propres abonns, ont produit des rsultats dans le sens dsir, ce qui lui a permis de se prsenter lui-mme comme le relais efficace d’attentes censes bnficier d’un fort soutien. Une telle faon de procder n’est pas sans rappeler la tendance, relativement marque chez les formations politiques populistes, convoquer des rfrendumsou en promettre l’organisation dans leurs programmes lectoraux.

Ces sondages en ligne, vritables dfis lancs sur la place publique austatu quo, visaient galement exercer une pression notable sur ceux qui taient alors la tte de Twitter, ce qui est relier autre composante du populisme, en l’occurrence le rejet de l’lite au pouvoir.

Musk est ensuite all bien plus loin dans cette direction, en affirmant que la mise l’cart de l’quipe dirigeante en place tait une condition indispensable la mise en uvre des transformations d’ampleur promises sur la plate-forme. Selon ses dires, c’est cette intention qui a guid sa dcision de transformer Twitter en une entreprise prive (elle tait alors une entreprise publique au sens anglo-saxon, car cote en bourse), et donc d’en prendre le contrle de faon directe. Dans son offre d’achat, ilpromettaitainsi sans ambages: je dbloquerai le potentiel de Twitter.

L’lite dirigeante tait donc mise sur la touche au profit d’un seul dcideur dans une position centrale: la prsence d’un leader dont la personne incarne le pouvoir en place constitue justement un autre trait marquant du populisme.

Afin de satisfaire cette suppose volont gnrale, qui comme nous l’avons vu est la troisime composante du populisme tel que dfini plus haut, Musk a mis sur la table une srie de propositions pour faire voluer la plate-forme, notamment lors d’uneconversation publique, tenue le 14avril dans le contexte de la confrence annuelle de TED. Tandis que ces mesures sont prsentes comme rpondant aux attentes de la base, les difficults pratiques inhrentes leur application sont passes sous silence, un dcalage rcurrent dans les discours populistes.

Musk propose ainsi de supprimer les comptes automatiss (bots), faisant l’impasse sur le fait que nombre d’entre eux prsentent une relleutilit, par exemple pour relayer des messages d’alerte de faon immdiate. Il promet galement d’liminer les messages frauduleux (scams), qui visent tromper leurs destinataires, des fins conomiques et/ou de piratage. Une intention sans nul doute louable, mais qui fait mine d’ignorer que ceproblmeprotiforme ne se rgle pas en quelques lignes de code. Bien au contraire, ceux qui s’adonnent ces pratiques sont en constante adaptation face aux moyens de lutte qui sont dploys contre eux.

Quant aux algorithmes de classement et de slection des contenus, il les rendrait accessibles tous les utilisateurs afin de leur offrir l’opportunit de les comprendre. Bien qu’un largeconsensusexiste sur la ncessit d’une plus grande transparence dans ce domaine, cette faon en particulier de procder serait difficilement applicable, du fait de l’extrme niveau de complexit des algorithmes en question, qui de plus reposent sur un usage croissant de l’intelligence artificielle. Mme en supposant que ce soit du domaine du faisable, un tel degr de transparence serait-il pas avant tout un merveilleuxcadeauoffert ceux qui voudraient tirer parti du systme pour obtenir une visibilit non mrite?

Outre ces changements qui passent par des ajustements d’ordre principalement technique, Musk place au centre de son projet pour Twitter un net recul des rgles qui encadrent la publication de contenus sur la plate-forme. Pour celui qui s’est ouvertement prvalu du statut d’absolutiste de la libert d’expression, cette plus grande latitude serait ncessaire au nom de la dfense de la dmocratie.

Tout d’abord, la pratique du dirigeant lui-mme permet de douter de la ralit de l’absolutisme qu’il revendique: ce principe ne l’a pas empch debloquerdes utilisateurs qui ont tenu des propos critiques son encontre ou de prendre desmesures de reprsailles, en ligne comme hors ligne, contre ceux qui ont exprim leur dsaccord avec lui.

Ensuite, rduire la modration des contenus sur la plate-forme exposerait d’autant plus les groupes considrs comme minoritaires, qui sont dj lespremires victimes des comportementsen ligne les plus nocifs. S’il se concrtise, ce dtricotage des quelques rgles qui, bien que de faon imparfaite, visent aujourd’hui protger les minorits face au pouvoir de la majorit constituera unemanifestation additionnelledes traits populistes de la dmarche de Musk.

Enfin, si la libert d’expression est sans nul doute un des piliers fondamentaux de la dmocratie, il est tout aussi vrai que ne lui reconnatre aucune limite constitue un profond danger pour ce mode de gouvernement, plus forte raison dans un contexte o ladsinformationou lesappels la violencepeuvent circuler avec tant de vitesse et de facilit. Par consquent, l’affirmation selon laquelle plus la libert d’expression est tendue, mieux la dmocratie est dfendue revient ignorer, dlibrment ou pas, les enseignements des dernires annes.

Une conception nbuleuse de la libert d’expression

Malgr cette emphase pour une libert d’expression plus tendue sur la plate-forme, Musk semblait pris de court lorsque des questions plus prcises lui ont t poses sur ce point, dans le contexte de la confrence du 14avril mentionne plus haut.

Press avec insistance sur ce sujet, il a reconnu que Twitter est et restera soumis aux lois nationales. Il a peu aprs introduit un autre facteur de limitation en admettant que la parole devrait y tre libre autant queraisonnablementpossible, ce qui ouvre la porte de possibles restrictions, sur la base de critres qui ce stade demeurent mystrieux. Dans l’hypothse, dans les faits trs raliste, o un propos se trouverait dans une zone grise, Musk considre que celui-ci devrait tre maintenu en ligne… ce qui concide trangement avec la pratique actuelle des plates-formes existantes, etnotamment Facebookcomme l’avait soulign son dirigeant Mark Zuckerberg en 2019.

Lors de cette mme conversation publique, il a indiqu que la libert d’expression existe selon lui si des personnes que l’on n’aime pas sont autorises exprimer des ides que l’on n’aime pas. Le moins que l’on puisse dire est que, sous sa forme actuelle, Twitter satisfait d’ores et dj trs largement cette attente, tant donn le ton et la teneur de bien des changes. Mme les sympathisants rpublicains aux tats-Unis, dont beaucoup reprochent pourtant la plate-forme d’tre trop restrictive etse rjouissentde sa prise de contrle par Elon Musk, auraient bien du mal l’accuser de ne pas permettre l’expression d’ides opposes aux leurs.

Un peu plus tard, cette foissur son support numrique prfr, il affirmait que les politiques d’une plate-forme de rseaux sociaux sont bonnes si les 10% les plus extrmes gauche et droite sont galement mcontents. L encore, il serait difficile de reprocher Twitter de ne pas remplir cette condition, compte tenu des critiques contradictoires dont l’entreprise fait l’objet en provenance des deux bords.

Un seul point a fait l’objet d’une prise de position relativement claire de la part d’Elon Musk: celui-ci s’est exprim contre les suspensions permanentes de comptes, disant prfrer celles de caractre temporaire. En cela, il s’carterait en effet de la pratique actuelle de Twitter, qui applique l’une ou l’autre de ces sanctions en fonction de la gravit des faits. Par consquent, s’il arrive ses fins et s’il maintient cette position, une de ses toutes premires dcisions pourrait consister rtablir le compte de l’ancien prsident amricain Donald Trump,suspendu pour incitation la violenceaprs l’assaut lanc contre le Capitole le 6janvier 2021.

Ce geste envers l’ex-locataire de la Maison blanche, duquelElon Musk s’est rapproch ces dernires annes, serait peru comme minemment politique. Mais cela ne reprsenterait sans doute gure plus qu’un simple avant-got des difficults qu’il serait amen affronter de faon rcurrente s’il devait devenir le timonier d’une telle plate-forme. En effet, toute rgle ou dcision prise par Twitter serait immdiatement interprte comme relevant de son fait titre personnel. Dans un environnement aussi politis que l’actuel, ce rflexe ne pourra que lui porter prjudice.

En somme, une fois ses dclarations gnrales mises de ct, le chef d’entreprise n’a en ralit que des notions bien vagues et peu novatrices pour dvelopper ce qui est cens tre la cl de vote de son projet rvolutionnaire pour Twitter. Ce qui pose, bien sr, la question des mesures concrtes qu’il mettrait en uvre au nom de la libert d’expression, une fois aux commandes: marquerait-il une rupture aussi nette qu’il l’annonce avec force superlatifs? Ou ces mots grandiloquents ne seraient-ils pas en porte--faux avec une pratique en fait peu diffrente de l’actuelle? Compte tenu du temprament du dirigeant, il y a fort craindre qu’il carte du revers de la main les politiques existantes de modration et dcide de repartir d’une feuille blanche.

vitons tout malentendu: la plate-forme en question est encore bien loin de grer de faon satisfaisante les contenus dont elle permet la publication et la diffusion. Bien au contraire, les critiques contre elle et ses congnres restentabondantes. Cependant, la prise de contrle du groupe par Musk risque de balayer les progrs lentement raliss en matire de modration des contenus au cours des ans et, bien souvent, sous la pression des vnements. Il s’agirait alors de repartir de zro – ou presque – et voluer au fur et mesure que les erreurs commises seraient reconnues comme telles.

________

ParBarthlmy Michalon, Professeur au Tec de Monterrey (Mexique) – Doctorant en Sciences Politiques, mention RI, Sciences Po.

Laversion originalede cet article a t publie surThe Conversation.

1234



L'actu ?cologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol