Archive pour le Tag 'popularité'

Page 9 sur 13

Sondage popularité : Hollande 24%, Valls 39 %

Sondage popularité : Hollande 24%, Valls 39 %

 

Comme pour le chômage ne n’es par vraiment l’inversion de la courbe d’impopularité pour l’exécutif. Juste un petit point de mieux en mai, ces à dire dans la marge d’erreur statistique. La cote de popularité de François Hollande s’est stabilisée en mai après trois mois consécutifs de baisse qui ont entamé une bonne partie du sursaut enregistré en début d’année dans le sillage des attentats de Paris, selon le baromètre Ipsos-Le point publié lundi. Le chef de l’Etat recueille 24% d’opinions favorables, soit un point de plus qu’un mois plus tôt, mais bien loin des 38% touchés en janvier. Le Premier ministre Manuel Valls est lui crédité de 39% d’opinions favorables, là aussi un point au-dessus de son score d’avril. dan un autre sondage de la semaine dernière, celui de l’IFOP les chiffres étaient proches  , La cote de popularité du Président est restée stable en mai, à 21%. Valls alors que le Premier ministre a perdu trois points, selon le baromètre IFOP pour le Journal du Dimanche, tombant à 37%.  Alors que 77% des Français ne souhaite pas voir François Hollande comme candidat en 2017, le chef de l’État est donc resté en mai à son score le plus bas de l’année 2015, huit points en dessous de son pic de janvier après les attentats, huit points au-dessus du plancher historique à 13 % atteint en septembre et novembre 2014, selon le sondage.  2% des personnes interrogées se déclarent « très satisfaites » et 19% « plutôt satisfaites » de François Hollande. Mais elle sont 40% « plutôt mécontentes » et 38% « très mécontentes » tandis que 1% ne se prononcent pas, des chiffres exactement semblables au mois d’avril. Le Premier ministre se rapproche de son plus bas niveau, à 35 %, qu’il avait atteint en septembre et décembre 2014. Même s’il demeure mieux perçu par l’opinion que François Hollande, le chef du gouvernement accuse une glissade plus sévère depuis le début de l’année : il se situe 16 points au-dessous de son pic de janvier, note leJDD.  En mai, 4% (+1%) des Français se déclarent « très satisfaits » du Premier ministre, 33% (-3%) « plutôt satisfaits », 40% (+3%) « plutôt mécontents » et 22% (=) « très mécontents ».

Sondage popularité : , Manuel Valls plonge encore

Sondage  popularité : , Manuel Valls plonge encore

 

Valls plonge encore et se retrouve presque à son plus bas niveau. Hollande lui est toujours aussi impopulaire à) 21%. En faiat Valls paye surtout son implication médiatique excessive  dans tous les dossiers. Sa sur médiatisation devient intolérable à nombre de Français. Sans parler de cet posture caricaturale de l’homme qui ne faiblit jamais, qui assume , sorte de Donquichotte davantage que Clémenceau d’opérette. François Hollande reste au plus bas. La cote de popularité du Président est restée stable en mai, à 21%. Un constat différent pour Manuel Valls alors que le Premier ministre a perdu trois points, selon le baromètre IFOP pour le Journal du Dimanche, tombant à 37%.  Alors que 77% des Français ne souhaite pas voir François Hollande comme candidat en 2017, le chef de l’État est donc resté en mai à son score le plus bas de l’année 2015, huit points en dessous de son pic de janvier après les attentats, huit points au-dessus du plancher historique à 13 % atteint en septembre et novembre 2014, selon le sondage.  2% des personnes interrogées se déclarent « très satisfaites » et 19% « plutôt satisfaites » de François Hollande. Mais elle sont 40% « plutôt mécontentes » et 38% « très mécontentes » tandis que 1% ne se prononcent pas, des chiffres exactement semblables au mois d’avril. Le Premier ministre se rapproche de son plus bas niveau, à 35 %, qu’il avait atteint en septembre et décembre 2014. Même s’il demeure mieux perçu par l’opinion que François Hollande, le chef du gouvernement accuse une glissade plus sévère depuis le début de l’année : il se situe 16 points au-dessous de son pic de janvier, note le JDD.  En mai, 4% (+1%) des Français se déclarent « très satisfaits » du Premier ministre, 33% (-3%) « plutôt satisfaits », 40% (+3%) « plutôt mécontents » et 22% (=) « très mécontents ». 

Sondage popularité: Valls en baisse, Hollande en hausse

Sondage popularité: Valls en baisse, Hollande en hausse

Finalement quand Hollande s’occupe moins des affaires intérieures concrètes son impopularité baisse. Par contre l’intendance laissée à Valls faiat chuter ce dernier contraint de justifier toutes les insuffisances et toutes les contradictions ( la dernière ne date concernant la réforme des collèges). Selon le Baromètre Metronews-LCI réalisé par OpinionWay, à paraître lundi, 26 % des Français se disent satisfaits de l’action du chef de l’État, 73 % sont mécontents (-5 points par rapport à avril), et 1 % ne se prononce pas.  Le Premier ministre Manuel Valls enregistre de son côté une baisse d’un point avec 35 % de Français satisfaits de son action, contre 63 % de mécontents (stable) et 2 % qui ne se prononcent pas. En outre, 31 % des Français (+4) estiment que les choses changent en France depuis l’élection de Hollande, contre 69 % (-4) qui estiment qu’elles ne changent pas. Au palmarès de l’action gouvernementale, Jean-Yves Le Drian (Défense) et Laurent Fabius (Affaires étrangères) sont en tête avec 55 % de satisfaits, devant Bernard Cazeneuve (51 %). Michel Sapin (29 %) et François Rebsamen (24 %) se partagent le bas du classement. Du côté des autres leaders politiques; Alain Juppé est toujours en tête avec 54 % de satisfaits (+1 point), suivi de François Bayrou (39 %, -3) et François Fillon(39 %, +5). Nicolas Sarkozy reste stable à 35 %.

Sondage popularité : Hollande à 72% de mauvaises opinions

 

Sondage popularité : Hollande à 72% de mauvaises opinions

La cote de popularité de François Hollande a progressé d’un petit point à 27% en mai par rapport à avril, (ce qui ne signifie rien car c’est dans la marge d’erreur statistique d’un sondage) tout comme celle de Manuel Valls à 41%, selon un sondage BVA pour Orange et i-Télé publié ce samedi 9 mai. Néanmoins, 72% ont une « mauvaise opinion » du chef de l’État (-2 points) et 58% du Premier ministre (-1 pt). Seules 26% des personnes interrogées jugent par ailleurs que la politique de François Hollande et du gouvernement est « juste » et 16% « efficace ». Le sondage montre aussi une nette progression de Marine Le Pen, qui voit sa cote d’influence gagner 10 points auprès des sympathisants de l’UMP pour s’établir à 35%. Selon ce sondage, 24% des Français souhaiteraient que Nicolas Sarkozy soit élu président en 2017, contre 21% pour Marine Le Pen et 19% pour François Hollande. A l’inverse, 43% souhaiteraient qu’aucun de trois ne soit élu.

Sondage popularité : Marine Le Pen perd 9 points

 

Selon le sondage Ifop-JDD à paraître ce dimanche, Marine Le Pen pâtit dans l’opinion des images délétères de son 1er-Mai, marqué par la présence conflictuelle de son père sur la scène place de l’Opéra, l’intervention des Femen et les heurts dont des journalistes ont été victimes. 50% des Français (-9 points par rapport à novembre) pensent qu’elle veut « vraiment changer les choses », 40% (-3 points) estiment qu’elle « comprend les problèmes de gens comme vous », 29% (-3 points) considèrent qu’elle « a des solutions pour sortir de la crise ». Et 64% (+2) jugent qu’elle est sectaire. Ces évolutions, mesurées sur plusieurs mois, peuvent aussi s’expliquer par le regain de forme de l’UMP victorieuse des départementales et par l’attitude repliée du FN après les attentats de Paris en janvier. Cependant, la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen par sa fille est susceptible d’attirer de nouveaux électeurs au FN. 13% des Français disent qu’ils pourraient être incités à voter en faveur du Front national si son fondateur quittait le parti. La proportion est plus forte parmi les sympathisants de l’UMP (19%) que chez les sympathisants de gauche (6%).

Sondage popularité : Hollande et Valls plongent encore

Sondage popularité  : Hollande et Valls plongent encore

 

Selon un sondage Odoxa pour le Parisien, Hollande et Valls plongent encore. Ils payent évidemment la débâcle des élections départementales.  Si 21% des personnes interrogées trouvent que François Hollande est «un bon président de la République», 78% (+3) sont d’un avis contraire. 1% ne se prononcent pas. La popularité du chef de l’État recule de dix points par rapport à l’enquête de mi-janvier réalisée après les attentats de Paris. Le sondage, réalisé jeudi et vendredi de la semaine dernière, ne tient pas compte de l’intervention du chef de l’Etat dans l’émission spéciale du Supplément de Canal +. En revanche, les deux portraits intimistes de Manuel Valls avaient déjà été diffusés, et le Premier ministre n’en tire pas bénéfice. 60% (+2) des personnes interrogées répondent non à la question de savoir s’il est «un bon Premier ministre». 1% n’ont pas d’avis. Par rapport à la mi-janvier, sa chute de popularité représente 14 points. Mais «Valls parvient toujours – contrairement à Hollande – à être populaire auprès d’une large majorité de sympathisants de son camp (61% de bonnes opinions, contre 50 pour Hollande)», note l’institut de sondage Odoxa.  Les personnalités politiques en prennent pour leur grade, ce mois-ci : pas une ne dépasse les 40% d’adhésion. Le maire de Bordeaux Alain Juppé (UMP) caracole en tête avec un taux d’adhésion de 38%, soit un tout petit peu plus de trois personnes sur dix, à la question ainsi posée : «Pour chacune des personnalités politiques suivantes, dites-nous si vous la soutenez, si vous éprouvez de la sympathie pour elle, si vous ressentez de l’indifférence à son égard ou si vous la rejetez». De François Bayrou à Emmanuel Macron, de Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy, tous perdent un ou deux points. Toutes, sauf  la présidente du parti frontiste progresse de deux points à 26%, soit le 7e rang.

Sondage popularité : Hollande et Valls plongent

Sondage popularité  : Hollande et  Valls plongent

 

Hollande retombe à son niveau d’avant les événements de Charlie Hebdo. Mais Valls plonge aussi. Ils paient logiquement la débâcle aux élections départementales. Ils sont évidemment victimes de l’absence de résultats en matière économique et sociale mais aussi du décalage entre  leur discours et leurs actions ; d’une  certaine manière ils paient aussi leur saturation des médias ? de la part de Hollande et encore davantage de Valls , il y a une  overdose d’expression publique qui discrédite la parole politique.  Le Président de la République chute de 4 points et seuls 21% des Français sont satisfaits de lui. « Ce que les Français lui reprochent, c’est l’absence de résultats et son image d’éternel optimiste. Les discours sur ‘la reprise est là’, ‘la croissance revient’ ne passent pas au moment où les Français ne voient pas de résultats » analyse Dabi. Hollande perd du soutien à gauche (-13 points au PS, passant de 70 à 57% de satisfaits, -7 au Front de gauche, -4 à EELV). En 2010, trois ans après son élection, Nicolas Sarkozy recueillait 31% de satisfaits, soit 10 points de plus. Sarkozy était lui très soutenu à droite. Manuel Valls chute un peu plus. Il perd 5 points.  40 % des Français sont satisfaits du Premier Ministre, 59 % mécontents. « La chute de Valls est plus forte, mais il y a encore près de vingt points de différence avec Hollande. Il perd 10 points dans les professions intermédiaires mais à gauche, il tient », raconte Frédéric Dabi. 76 % des sympathisants socialistes (contre 82 % le mois dernier) sont satisfaits de Manuel Valls. Il perd à droite et à l’extrême-droite (moins 8 points à l’UMP avec 30 % de satisfaits, et moins 9 points à l’extrême-droite avec 15 % de satisfaits). « Il est victime du décalage entre son discours et ses actes » décrit Dabi. « Il parle beaucoup, il parle bien mais on ne voit pas la couleur » lui reproche un électeur. L’exécutif subit aussi le retour du débat sur les impôts locaux et paie à gauche le projet de loi sur le renseignement. 

Sondage popularité Ecolos politiques :mauvaise image

Sondage popularité Ecolos politiques :mauvaise image

63 % des personnes interrogées disent avoir une mauvaise image d’eux (contre seulement 35% de bonnes opinions) et 72% les jugent «divisés».
«Ils pâtissent d’une image détestable», constate Gaël Sliman, président d’Odoxa, qui relève : «A part le président François Hollande qui rivalisait d’impopularité avec eux (65% de mauvaises opinions lors de son dernier passage sur le crible) et Zlatan Ibrahimovic qui faisait encore pire il y a quinze jours (79%), mais dont la popularité a été testée juste après avoir traité la France de pays de merde, nous n’avons jamais enregistré un aussi fort niveau de rejet que celui qu’obtiennent les écologistes.» Il y a certes «une raison conjoncturelle» à cela : avec la crise, les Français situent l’environnement au dernier rang de leurs priorités (3%), parmi sept thématiques testées, loin derrière l’emploi (43%) ou le pouvoir d’achat (19%). Mais, révèle le  Odoxa, il y existe aussi «une raison plus structurelle liée aux responsables Verts eux-mêmes». Outre qu’ils les jugent «divisés» à 72%, les Français les trouvent «sectaires» (52%), ni «courageux» (54%), ni «sympathiques» (50% contre 46%), ni «proches des préoccupations des Français» (68%), ni «compétents» (64%), ni «crédibles» (68%).   Les personnes interrogées leur reconnaissent toutefois «des convictions profondes» (61%) et estiment qu’ils «jouent un rôle positif pour l’environnement» (59%).


Sondage popularité : Hollande et Valls payent la débâcle aux départementales

Sondage popularité : Hollande et Valls payent la débâcle aux départementales

 

Encore une  nouvelle chute pour Hollande et Valls. Qui payent la débâcle du PS aux départementales. A noter  surtout le souhait d’une  majorité de Français pour un  remaniement et même pour  le changement de Premier Ministre ( 42% pour et 30% contre). Il s’agit là d’un renversement significatif concernant Valls. La cote de popularité de François Hollande recule d’un point en avril, à 20%, et celle de Manuel Valls de trois, tombant à  29%, selon un sondage YouGov réalisé entre les deux tours des élections départementales et publié jeudi 2 avril.  D’après cette étude pour Le Huffington Post et iTélé, 74% des personnes interrogées (+2), soit trois sur quatre, portent un jugement « défavorable » sur l’action de François Hollande. 6% n’ont pas d’avis. Jugements négatifs également en hausse de deux points pour Manuel Valls, à 62%. 9% ne se prononcent pas. 20% (-2) ont un avis favorable sur l’action du gouvernement, et 75% (+3) un avis défavorable. 6% n’ont pas d’opinion.  Par ailleurs, 42% des sondés se disent pour un changement de Premier ministre, 30% contre, tandis que 28% « ne savent pas ». 51% sont favorables à un remaniement ministériel, 22% opposés, 27% « ne savent pas ». Sondage réalisé en ligne entre le 25 et le 26 mars, auprès d’un échantillon de 1007 personnes, représentatif de la population française. 

 

Sondage Popularité : Valls plonge de dix points

Sondage Popularité : Valls plonge  de dix points

En même temps que ses nerfs Valls perd 10 point de popularité. Les cris, les colères , la politisation de tout l’ont donc largement desservi. Valls est surtout victime de lui-même et de sa recherche effrénée de posture autoritaire. Il confond autorité et autoritarisme, détermination et entêtement, parole publique et verbiage.  La cote de popularité de Manuel Valls dégringole donc de dix points, à 42% d’avis favorables, François Hollande perdant quant à lui quatre points, à 26%, dans le baromètre Ipsos-Le Point publié ce lundi. En un mois, la tendance s’est totalement inversée pour le Premier ministre : en février, il recueillait 52% d’opinions positives pour 43% d’opinions négatives. Ce mois-ci, les proportions sont respectivement de 42% et 52% (+9). Le chef du gouvernement reste toutefois six points au-dessus de son niveau de décembre 2014 (36% seulement d’avis positifs), avant les attentats de janvier. 6% des personnes interrogées ne se prononcent pas (5% en février). Entre les deux enquêtes, Manuel Valls a contraint sa majorité parlementaire à adopter la loi Macron en recourant au 49-3 (engagement de responsabilité) et s’est posé en premier adversaire du Front national, qu’il veut « stigmatiser » selon ses propres mots. Le président François Hollande, lui, tombe de 30 à 26% d’opinions favorables, se situant à son niveau de juillet 2013. Les jugements négatifs augmentent de deux points (de 67 à 69%). 5% ne se prononcent pas (3% en février).  Au palmarès des personnalités, Alain Juppé reste en tête avec 52% d’avis favorables, en baisse toutefois de quatre points. Derrière Jack Lang et Christine Lagarde, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron se hisse au 4e rang avec 43% de jugements positifs. Au 13e rang, Nicolas Sarkozy recule de trois points à 35%, et Marine Le Pen de deux, à 29% (21e rang). Auprès des seuls sympathisants de l’UMP, Nicolas Sarkozy reste devant Alain Juppé (74% d’avis favorables contre 70%). Ce sondage a été réalisé par téléphone les 13 et 14 mars auprès d’un échantillon de 968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Sondage: popularité : nouvelle baisse pour Hollande et Valls

Sondage: popularité : nouvelle baisse pour Hollande et Valls

Encore de quoi justifier uen nouvelle colère de Valls avec ce sondage qui montre  la baisse du chef de l’exécutif et du président. Malheureusement plus Valls parle, plus il hurle et plus il baisse. François Hollande et Manuel Valls continuent de perdre les points de popularité acquis après les attentats de janvier avec respectivement 27% et 40% de bonnes opinions, selon un sondage BVA-Orange-iTélé publié samedi. François Hollande perd 3 points de popularité par rapport à février et 7 points par rapport à janvier, contre respectivement 2 et 4 points pour Manuel Valls. Avec 39% des Français souhaitant qu’il joue un rôle plus important à l’avenir, la cote d’influence du ministre de l’Economie Emmanuel Macron progresse de 3 points chez les Français, ce qui lui permet d’accéder à la 2ème place du classement du sondage derrière Alain Juppé (51%).  A noter que la cote de M. Macron progresse de 6 points chez les sympathisants de la droite (38%), mais régresse de 3 points chez les sympathisants de la gauche (40%). Enfin, 64% des Français s’intéressent aux élections départementales: c’est un intérêt moins fort que pour les élections municipales l’an dernier (76%), mais plus fort que pour les dernières élections européennes (60%), notent les auteurs du sondage. Sondage réalisé du 10 au 11 mars auprès de 1.166 personnes représentatives de la population française interrogées par internet. Méthode des quotas.

Sondage popularité : Hollande et Valls plongent ensemble

Sondage popularité :  Hollande et Valls plongent ensemble

Cette fois Hollande et Valls plongent ensemble avec  respectivement -6 et -7 points, selon le baromètre OpinionWay LCI publié ce dimanche 8 mars.  25% des sondés se disent satisfaits de l’action du chef de l’État (4% « très satisfaits », 21% « assez satisfaits »), selon ce sondage. 74% (+6) sont mécontents de son action (35% « assez mécontents » et 39% « très mécontents). 1% ne se prononce pas.  Le Premier ministre obtient 41% de satisfaits (5% « très satisfaits » et 36% « assez »), contre 57% (+7) de mécontents (31% « assez » et 26% « très »). 2% ne se prononcent pas.  Interrogés sur la « perception du changement » depuis l’élection de François Hollande en 2012, 31% (-4) jugent que « les choses changent en France » depuis près de trois ans, contre 69% (+4) qui estiment qu’elles « ne changent pas ».  Parmi les ministres, Jean-Yves Le Drian (Défense) est toujours en tête du baromètre avec 55% de satisfaits (-7), devant Bernard Cazeneuve (Intérieur) 52% (-9), et Laurent Fabius (Affaires étrangères) 52% (-6). Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, dont la loi sur la compétitivité de l’économie a été adoptée à l’Assemblée le 19 février en recourant à l’article 49-3, prend la quatrième place du classement (43%), même s’il perd 5 points. Fleur Pellerin (Culture) le suit de près avec 42% de satisfaits (-9). Parmi les personnalités politiques, Alain Juppé (UMP) reste en tête même s’il perd un point par rapport au mois dernier (54% de satisfaits). L’UMP Bruno Le Maire (41% de satisfaits, -5) passe devant le président du MoDem François Bayrou (40%, -8). En quatrième position arrive François Fillon (UMP), avec 36% (-4), talonné par le président de l’UMP Nicolas Sarkozy (35%, -1). La présidente du FN Marine Le Pen arrive dernière des douze personnalités testées (31%, -2). L’ensemble des 12 ministres et 12 personnalités cités dans cette enquête voient leur cote de satisfaction baisser sur un mois.

Sondage popularité Hollande et Valls : baisse confirmée

Sondage  popularité Hollande et Valls :  baisse confirmée

Un sondage qui confirme qu’après le sabotage de l’esprit du 11 janvier, Valls et Hollande replonge. François Hollande et Manuel Valls perdent respectivement 5 et 7 points de popularité en février, marquant un recul de leur bond de popularité observé en janvier après les attentats survenus en France, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche et Hémisphère Public. Le président de la République est crédité de 24% de satisfaits (en baisse de 5 points par rapport à janvier) et le Premier ministre de 46% (-7 points). Chez les sympathisants du Parti socialiste, où il recueille 66% de satisfaits, François Hollande est en recul de 7 points par rapport à janvier. Sa baisse est sensible aussi auprès des sympathisants du Front de gauche (de 39 à 27%). Il progresse en revanche de 9 points chez les sympathisants d’Europe Ecologie/Les Verts (passant de 32 à 41% de satisfaits) et reste toujours très faible chez ceux de l’UDI (de 15 à 6%) et de l’UMP (de 12 à 4%). La côte de popularité du président de la République a été au plus haut le mois de son élection, en mai 2012 (61% de satisfaits. Elle est passée sous la barre de 50% en septembre 2012 (43% de satisfaits), seuil qu’elle n’a plus refranchi depuis. Manuel Valls de son côté bénéficie d’un indice de satisfaction le plus élevé chez les sympathisants du Parti socialiste (83% en février, contre 88 en janvier). Il demeure pratiquement stable chez ceux de Europe Ecologie/Les Verts (58% en février, 60% en janvier). Il obtient un indice de satisfaction de 40 points chez les sympathisants de l’UDI (65% en janvier) et passe de 47% de satisfaits chez les sympathisants de l’UMP à 34%.   Il enregistrait un taux de satisfaction de 58% en avril 2014, lors de sa nomination au poste de Premier ministre. Il n’a cessé de reculer depuis, à l’exception de janvier 2015 où, après les attentats, sa popularité est passée à nouveau au dessus de 50% de satisfaits (53%, contre 35% en décembre 2014). L’enquête a été menée par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 12 au 21 février auprès d’un échantillon de 1.972 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Sondage popularité Hollande –Valls : nouveau plongeon

Sondage popularité Hollande –Valls : nouveau plongeon

 

C’est le prix à payer pour le  bla-bla qui a fusillé l’esprit du 11vier. Hollande comme Valls ont saboté l’union nationale en gavant l’opinion de discours fumeux et en oubliant qu’on les attend surtout sur leur capacité à faire et non sur leur capacité à endormir par le verbe.  Hollande et Manuel Valls sont en nette baisse, après avoir très fortement augmenté le mois dernier. Le Président recueille 30% d’opinion favorable, soit huit point de moins qu’en janvier. Le Premier ministre est pour sa part crédité à 52%, c’est-à-dire sept points de moins.  Ce recul ne les ramène toutefois pas aux niveaux d’avant les attentats. La cote du chef de l’État reste en effet 12 points supérieure à celle de décembre. Celle du Premier ministre est de 16 points supérieure à celle de la fin d’année. Globalement, 67% des personnes interrogées (+10 pts en un mois) ont une opinion défavorable du président de la République. 3% ne se prononcent pas. Concernant Manuel Valls, elles sont 43% à émettre un jugement défavorable (+7). 5% ne se prononcent pas. En recul de quatre points, Alain Juppé (56% d’avis positifs) reste nettement en tête du palmarès des leaders politiques, devant la directrice générale du FMI, Christine Lagarde (47%, +2 pts), et les ministres des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et de l’Écologie, Ségolène Royal (43% tous les deux). Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, arrive cinquième à 42% d’avis favorables (-5 pts). Perdant deux points, le président de l’UMP, Nicolas Sarkozy, pointe au 12e rang (38% de jugements favorables). Parmi les sympathisants de l’UMP, il est cependant 1er avec 76% d’avis favorables (-3 pts). Une des seules à ne pas reculer, Marine Le Pen, gagne un point et se trouve avec 31% d’avis positifs au 20e rang.

* Sondage réalisé les 6 et 7 février

 

Sondage popularité : hausse de Hollande et Valls

Sondage  popularité : hausse de  Hollande et Valls

La cote de popularité de François Hollande a grimpé de 10 points en janvier, atteignant 31%, et celle de Manuel Valls gagné encore 8 points, à 53%, selon le baromètre Odoxa-Orange/Presse régionale/France Inter/L’Express publié ce mardi. Si 31% des personnes interrogées jugent que François Hollande est « un bon président », la hausse de sa popularité « s’est à présent arrêtée, le président ayant engrangé l’essentiel de ses gains au lendemain des attentats (+5 points après les 7 et 8 janvier) puis de la marche du 11 janvier (+3 points entre le 9 et le 13 janvier) et ne progressant plus guère depuis », analyse Gaël Sliman, président d’Odoxa. 68% jugent qu’il n’est pas un bon président. 1% ne se prononce pas. Pour sa part, le Premier ministre est, selon Odoxa, « désormais apprécié par une nette majorité de nos concitoyens », 53% estimant qu’il est un « bon Premier ministre ». 46% sont d’un avis contraire et 1% ne se prononce pas. L’esprit du 11 janvier profite à l’ensemble de la classe politique. Au palmarès des personnalités, Alain Juppé (UMP) reste en tête, stable à 47% (15% le soutiennent, 32% ont de la sympathie pour lui), devant François Bayrou et Nicolas Sarkozy à égalité à 37% (+3 et +4 points respectivement). Si le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve connaît une forte hausse de popularité post-attentats (+17 points à 33%), « l’esprit du 11 janvier profite à l’ensemble de la classe politique », note Odoxa. Cette enquête a été réalisée par internet les 22 et 23 janvier auprès d’un échantillon de 1.015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Sondage Popularité : Hollande, un bond de 21%

Sondage Popularité : Hollande,  un bond de 21%

 

Sans doute l’effet des dramatiques événements qui ont ressoudé l’unité nationale, aussi le fait que pour une fois le gouvernement et Hollande se sont montrés à la hauteur de l’enjeu. Reste à savoir si cela va durer car l’absence d’actes concerts ou leur insuffisance en matière de lutte contre le terrorisme mais aussi contre le chômage  pourrait refaire tomber cette embellie.  François Hollande enregistre un bond de popularité historique de 21 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris-Match et Sud Radio publié lundi, ce qui le hisse à 40%. Jamais auparavant une progression aussi forte n’avait été relevée par l’Ifop, doyen des instituts français de sondage, a indiqué Frédéric Dabi, qui dirige son département opinion. Manuel Valls gagne 17 points, ce qui le place à 61% de popularité, score supérieur à celui de son entrée à Matignon.

Sondage popularité : Juppé en tête chez les Français mais Sarkozy en tête à droite.

Sondage popularité : Juppé en tête chez les Français mais Sarkozy en tête à droite.

Selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération, 56% des Français estiment que la droite ne ferait pas mieux que la gauche. Pour autant les préférences en terme de popularité vont à Juppé pour l’ensemble des Français et à Sarkozy pour les sympathisants de l’UMP.  Près de la moitié des Français (47%) estiment qu’Alain Juppé serait « un bon président de la République », tandis que 32% pensent de même pour Manuel Valls et 31% pour Nicolas Sarkozy. Marine Le Pen obtient 27% de réponses positives à la même question, François Fillon 26%, François Bayrou 24%, Martine Aubry 22%, Bruno Le Maire 21% et Ségolène Royal 20%. François Hollande n’obtient que 11%, derrière Emmanuel Macron (17%), Arnaud Montebourg (14%), Nathalie Kosciusko-Morizet (13%), Jean-Luc Mélenchon, Najat Vallaud-Belkacem et Xavier Bertrand (12% chacun), et à égalité avec Christiane Taubira et Nicolas Dupont-Aignan. Laurent Wauquiez et Nicolas Hulot récoltent 10% chacun. Les autres personnalités proposées aux sondés sont en dessous de 10%.74% des sympathisants de droite verraient en revanche Nicolas Sarkozy comme un bon chef de l’Etat, quand 67% ont la même opinion pour Alain Juppé et 49% pour François Fillon. Si on leur demande celui qu’il préfère comme candidat à la présidentielle – et donc à exprimer un choix et non simplement une opinion sur chacun -, 49% des sympathisants UMP désignent Sarkozy, 34% Juppé, 8% Le Maire, 2% Fillon, 1% NKM, 1% Laurent Wauquiez, aucun Xavier Bertrand, 2% « une autre personnalité de l’UMP » et 3% ne se prononcent pas. Les sympathisants de gauche sont 52% à penser que Valls serait un bon président, 51% ont la même opinion pour Martine Aubry et 50% pour Alain Juppé. 43% des personnes interrogées (toutes tendances politiques confondues) pensent que Manuel Valls « est plutôt un atout pour François Hollande », mais 33% estiment que le Premier ministre est « plutôt une menace » pour le président et 24% n’ont pas d’opinion. Enfin, 56% des sondés jugent que « si l’UMP était maintenant au pouvoir », elle ferait « ni mieux, ni moins bien » que la gauche, contre 26% qui jugent qu’elle ferait « mieux », 12% qu’elle ferait « moins bien » et 6% sans opinion.

 

Sondage Popularité : Hollande remonte … quand il ne fait rien !

Sondage Popularité : Hollande remonte … quand il ne fait rien !
Paradoxe  moins Hollande s’occupe des problèmes concrets plus il remonte en popularité même s’il demeure à un niveau historiquement bas. La stratégie de com. « Inauguration des chrysanthèmes » de l’Elysée semble fonctionner. A Valls les questions majeures, ce qui le fait descendre dans les sondages,  à Hollande les allocutions ésotériques sur les valeurs ou pire les rencontres et/ou déplacements futiles. Dernier exemple en date la réception de « Français du terrain » pour prendre connaissance des problèmes de la France  ou cette visite aux « archives nationales » ; bref Hollande est mieux dans la peau d’un conseiller  cantonal que dans cella d’un président de la république. Les instituts Ipsos, OpinionWay, LH2 et Odoxa ont auusi  montré récemment un léger regain de popularité pour François Hollande ; idem pour   le dernier baromètre IFO du JDD ; 35 % des sondés sont «satisfaits de Manuel Valls comme Premier ministre» (3 % très satisfaits et 32 % plutôt satisfaits) contre 62 % qui s’en disent mécontents (41 % plutôt mécontents et 21 % très mécontents) et 3 % qui ne se prononcent pas.

Sondage popularité : grosse chute de Sarkozy

Sondage popularité : grosse chute de Sarkozy

 

Bruno Le Maire n’a pas remporté la présidence de l’UMP mais sa cote de popularité en sort grandie. Le député de l’Eure est la cinquième personnalité préférée des sympathisants du parti de droite, avec 53 % de bonnes opinions, selon le baromètre Ipsos Le Point publié lundi. Sa personnalité recueille aussi 68 % de bonnes opinions à l’UDI, progressant de 22 points. Nicolas Sarkozy, qui a conquis la tête de l’UMP avec une faible majorité de 65 %, dévisse et perd 16 points d’opinions positives dans sa famille politique. Avec 67 % de bonnes opinions, la cote de popularité de Nicolas Sarkozy dans sa famille politique est au plus bas depuis 2002. Il n’est que la troisième personnalité politique la plus appréciée derrière Alain Juppé

CGT- Sondage popularité : la chute

CGT- Sondage  popularité : la chute

« Le niveau de mauvaise opinion à l’égard de la CGT atteint ainsi 63%, soit le plus haut mesuré par l’IFOP depuis 2002″, selon l’institut de sondage. Le niveau de bonne opinion de la CGT reste toutefois plus élevé chez les salariés du secteur public (41%), comme chez les moins de 35 ans ou encore les catégories populaires. Le score de bonne opinion atteint 52% chez les sympathisants de gauche 52% et jusqu’à 68% chez les proches du Front de Gauche. La CGT ne rassemble en revanche que 17% de bonne opinion chez les 65 ans et plus, 23% chez les travailleurs indépendants et 18% chez les sympathisants de l’UMP. « Si le contexte syndical morose peut expliquer un fléchissement de la cote d’opinion de la CGT, à travers la défiance à l’égard des organisations syndicales et politiques, ainsi que le relatif échec des dernières mobilisations (grève à la SNCF, etc.), une baisse de cette ampleur est sans doute en partie imputable à l’agitation médiatique continue des derniers mois autour du train de vie de Thierry Lepaon, actuel secrétaire général de la Confédération Générale du Travail », estime l’IFOP. Thierry Lepaon est empêtré dans les révélations sur les travaux onéreux réalisés dans son appartement de fonction et dans son bureau aux frais de la CGT et des indemnités de départ (30.000 euros) perçues du comité régional CGT de Basse Normandie, qu’il dirigeait avant de prendre la tête de la centrale. Une réunion élargie des responsables de la centrale doit avoir lieu avant le 16 décembre pour débattre de la crise liée à ses faux pas.

 

1...7891011...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol