Archive pour le Tag 'popularité'

Popularité de Macron: stable d’après le JDD

Popularité de Macron: stable d’après le JDD

 

 

Le JDD qui présente la particularité de pousser en général les feux de la popularité de Macron dans les sondages cette fois constate une stabilité autour de 41 %.  En fait le JDD s’aligne sur les autres sondages qui notent une popularité de Macron autour de 40 %, en hausse depuis qu’il a décidé de refuser le recours finement.

Le chef de l’Etat gagnerait quand même un point en un mois dans le  baromètre Ifop-JDD*, à 41% de satisfaction.

 

« Dans les discussions menées avec les personnes interrogées, le Covid écrase tout mais Emmanuel Macron n’en pâtit pas », explique le sondeur. Cette partie, dite « qualitative » du sondage, révèle que sa décision surprise de ne pas reconfiner le pays, annoncée par Jean Castex le 29 janvier, est portée à son crédit. A l’inverse du rythme de la campagne de vaccination qui, de son côté, continue de lui être reprochée.

 

Avec 37% de satisfaction ce mois-ci, la cote de popularité de Jean Castex ne varie plus depuis décembre.

 

* Sondage Ifop pour le JDD réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 11 au 18 février auprès d’un échantillon de 1.954 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (selon des critères sociodémographiques, socioprofessionnels et géographiques), définis à partir des données de l’Insee. 

 

Popularité Macron: une hausse due au refus du confinement

Popularité Macron: une hausse due au refus du confinement

 

Une hausse qui semble liée assez directement au refus de Macron de reconfirmer. On comprend mieux que la problématique sanitaire soit elle-même contaminée par la problématique politique et inversement. Ce qui peut nourrir des doutes tout autant vis-à-vis de la politique de santé que vis-à-vis de la cohérence des décisions politiques.

On pourrait conclure que les politiques naviguent en fête à vue  en tenant compte sans doute de l’avis  des experts par ailleurs pas toujours d’accord entre mais autant en tenant compte des sondages.

Les Français interrogés sont 42% à déclarer avoir une bonne opinion d’Emmanuel Macron. Il s’agit d’un résultat en hausse de cinq points par rapport au mois précédent et qui rejoint les niveaux d’octobre et novembre, selon cette étude réalisée pour Orange et RTL. Les opinions favorables progressent bien au-delà des sympathisants de son propre camp (96% ; +5 points), à gauche (LFI ; +10 points, EELV ; +10 points) comme à droite (LR ; +7 points) à l’exception des sympathisants du RN (17%, stable).

Castex bénéficie aussi de la même dynamique.

 

 «Le couple exécutif bénéficie directement et nettement de ses choix concernant la crise sanitaire», avance l’institut qui ajoute que «la dynamique est encore plus nette pour son Premier ministre qui, rappelons-le, avait porté l’annonce du non-reconfinement». Près des 2/3 des Français (63%) ont déclaré approuver cette décision de ne pas reconfiner, même localement, selon l’Institut. Incarnée par cette décision, la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement retrouve du crédit (39%; +9 points).

*Enquête réalisée le 17 et le 18 février par Internet auprès d’un échantillon représentatif de 1.003 personnes, âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, avec une marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.


Sondage Macron : baisse

Popularité Macron : en baisse

 

D’après le JDD, qui n’a pas peur de se contredire, MACRON EST EN BAISSE. Pourtant le JDD , il y a quelques jours, affirmait le contraire  à partir de son propre sondage.

Il est vrai que l’information récente du JDD est la synthèse de tous les sondages réalisés sur le sujet.

Après avoir atteint un plus haut depuis 7 mois en novembre 2020, dans le contexte de la mise en place d’un second confinement, la popularité d’Emmanuel Macron repart légèrement à la baisse. La cote du chef de l’Etat a ainsi recueilli en janvier 39% d’avis favorables, selon la moyenne que le JDD tire depuis mai 2017 de sept baromètres différents. Soit une baisse de 0,4 points en un mois et de 2,5 points en deux mois.

Dans le détail, la popularité d’Emmanuel Macron se situe en novembre dans un intervalle qui va de 35% à 45% de satisfaction, avec des évolutions diverses en fonction des instituts.

  • Il prend 2 points en un mois dans le baromètre Ifop-JDD (de 38% à 40%), de 3 points dans l’enquête d’Elabe (de 32% à 35%) et progresse de 4 points dans le baromètre Ifop-Paris Match (de 41% à 45%). ( notons que le JDD et Paris-Match sont la propriété de Lagardère soutien indéfectible de Macron)
  • En revanche, il chute de 4 points dans le sondage d’Harris Interactive (de 49% à 45%),  de 3 points dans celui de BVA (de 40% à 37%) et de Ipsos (de 38% à 35%) et de 2 points chez Kantar (de 38% à 36%). 8 points dans le baromètre Ifop-Paris Match (de 38% à 46%) et 11 points chez Kantar (de 29% à 40%).

Rappelons qu’au-delà de la question exacte qui est posée, les différences d’une enquête à l’autre peuvent aussi relever de la méthodologie utilisée par chacun des instituts (mode de collecte, taille et « redressement » de l’échantillon…)….et de la sensibilité politique!

La popularité des personnalités politiques : le classement des nuls

La popularité des personnalités politiques : le classement des nuls

 

On ne peut pas dire que la France fasse preuve de beaucoup de d’originalité en matière de popularité des responsables politiques.

 L’ex-Premier ministre domine toujours le classement des personnalités politiques (54 %, +3), tandis que Nicolas Hulot reprend sa deuxième place (46 %, +1) à Roselyne Bachelot qui se classe 3e (44 %, -3). Plus loin, Nicolas Sarkozy (33 %, +2), Bruno Le Maire (32 %, =), Olivier Véran (30 %, -2) occupent la suite du classement. A nouveau testée ce mois-ci, Marion Maréchal et se classe 7e (29 %, elle gagne 3 points depuis novembre 2020), juste devant Marine Le Pen (27 %, +3). Michel Barnier , testé pour la première fois ce mois-ci, occupe la 9e place avec 27 % d’image positive (27 % d’image négative et 46 % ne se prononcent pas). Nicolas Dupont-Aignan (22 %) et Rachida Dati (22 %) progressent également de 3 points.

Gérard Larcher, après avoir connu une baisse de 6 points le mois dernier, enregistre la plus forte augmentation de janvier (18 %, +5). Gabriel Attal (17 %, +3) connaît une amélioration de sa popularité depuis septembre 2020 : il gagne 15 points de notoriété, repartis de manière quasi-égale entre image positive (+7) et image négative (+8).

Ne manque plus que le célèbre député Jean Lassalle ou Arlette Laguiller pour compléter le tableau.

SONDAGE Macron : baisse de popularité

SONDAGE Macron : baisse de popularité

Selon le sondage Ifop/JDD, macro perd 3 % de popularité.

Avec 38% d’opinions favorables dans ce dernier baromètre de l’année, soit sa cote moyenne en 2020, . En cause sans doute les nombreuses contradictions de la politique sanitaire.

Le Premier ministre, cependant, poursuit sa glissade, avec un nouveau recul de 2 points en un mois. Avec 37% de satisfaits, Jean Castex est désormais moins populaire que le chef de l’État. S’il contente encore 45% des sympathisants LR, il ne fait pas l’unanimité chez les Marcheurs : 63% des électeurs d’Emmanuel Macron en 2017 se disent satisfaits du chef du gouvernement. C’est 12 points de moins que pour le chef de l’État.

Sondage Popularité : Macron plus 2 points, Jean Castex moins 2

Sondage Popularité : Macron plus 2 points,  Jean Castex moins 2

Selon la dernière vague du baromètre mensuel Odoxa, publié mardi par France Inter et la presse régionale, Emmanuel Macron progresse de +2 points, à 43% d’opinions favorables, tandis que son premier ministre perd 2 points et tombe à 35%.

«Cela représente respectivement +5 et -5 points à l’un et l’autre depuis la rentrée», indique le sondeur Gaël Sliman, selon qui «le jeu de vases communicants se poursuit au sommet de l’exécutif». Et pour cause, depuis sa nomination à Matignon en juillet, Jean Castex peine à imposer son autorité sur les fortes têtes de son gouvernement.

Ce sondage place également Édouard Philippe en tête de la «cote d’adhésion» des personnalités politiques (51%), avec 18% de «soutiens» et 33% des personnes interrogées qui «éprouvent de la sympathie» pour lui. Cette progression confirme la tendance observée depuis qu’il a regagné sa mairie du Havre.

Enfin, cette enquête révèle que la candidature de Jean-Luc Mélenchon (LFI) à la présidentielle est «désapprouvée» par «plus de deux Français sur trois» (67%), considérant qu’elle serait un «handicap pour la gauche» (67%). Son «image s’est nettement dégradée depuis la dernière présidentielle», est-il relevé.

Chez les seuls «sympathisants de gauche», Jean-Luc Mélenchon reste celui qui bénéficie de la plus importante «cote d’adhésion» (52%), devant Édouard Philippe (49%) et Christiane Taubira (48%). Mais en prenant en compte l’ensemble des sondés, il est «la personnalité suscitant le plus de rejet» (51%) devant Marine Le Pen (50%).


Ce sondage a été réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1.005 personnes, âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, interrogées par Internet les 10 et 11 novembre, avec une marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.

 

SONDAGE popularité: Nouvelle baisse de Castex

SONDAGE popularité: Nouvelle baisse de Castex

D’après le sondage IFOP pour le JDD, Castex baisse de six points par rapport à septembre et chute à 39 %. 9% des Français ne se prononcent pas et 52 % se disent mécontents.  C e premier ministre ne protège plus le pouvoir exécutif. D’une certaine manière, politiquement il ne sert plus à rien et son remplacement sera sans doute envisagé après les élections départementales et régionales.

Visiblement le costume est trop vaste pour l’intéressé. Pour preuve, le chef de l’État est contraint de s’expliquer à la télévision le lendemain de l’intervention du Premier ministre sur la situation sanitaire. Un doublon qui n’est pas le premier et qui traduit le fait que le premier ministre actuel n’arrive pas à percuter dans l’opinion publique

Emmanuel Macron, avec 38% de Français satisfaits, garde une cote de popularité stable depuis 7 mois. « Une stabilité quasiment jamais vue », relève Frédéric Dabi. « Les Français font les mêmes critiques à Emmanuel Macron et à Jean Castex mais c’est Castex qui paie l’addition, remarque Dabi. Peut-être assiste-t-on au retour d’un Premier ministre fusible, ce qu’on n’avait pas vu depuis Raffarin? »

 

SONDAGE popularité Castex. : Grosse chute

Covid-19 : Paris en « alerte maximale » comme Marseille mais pas de fermeture des restos !

Tous les indicateurs montrent que Paris, d’autres villes aussi comme Lyon, Lille, Grenoble, Toulouse, et Saint-Etienne ont depuis le 25 septembre atteint les limites qui les classent en alerte maximale. La décision les concernant sera prise lundi. Par contre, contrairement à Marseille il est vraisemblable qu’on ne fermera pas les cafés et les restaurants à Paris. Pourquoi ? Tout simplement parce que Paris est la capitale et que les lobbys peuvent peser davantage qu’à Marseille. On notera évidemment la grande différence de traitement entre Paris et Marseille;  cela d’autant plus que les experts eux-mêmes ne sont même pas l’accord à Marseille sur les critères qui justifient le classement en alerte maximale. Du coup, pour ne pas être encore une fois ridicule, le ministre de la santé pourrait décider de réouvrir avec des conditions les cafés et restaurants de Marseille.

 

.A Paris et sa petite couronne, les trois seuils fixés par le gouvernement pour passer en « zone d’alerte maximale » ont été dépassés, mais que « depuis quelques heures ». Les données seront donc réexaminées ce dimanche pour un éventuel renforcement des restrictions dès ce lundi. Un tel classement « supposera que les habitants de Paris et de la petite couronne réduisent temporairement leurs interactions sociales de manière drastique, en tout cas plus importante que ce qu’ils font déjà : plus de fêtes de famille, plus de soirées, fermeture totale des bars », a rappelé Olivier Véran. Une nouvelle fois le ministre de la santé pourrait se contredire si l’on en juge après son communiqué du 1er octobre :

Si Paris et sa petite couronne passent en alerte maximale « dès lundi », les bars devront alors totalement fermer. Les restaurants pourraient rester ouverts, des discussions vont avoir lieu. En revanche, les fêtes de familles et les soirées seront interdites (@olivierveranpic.twitter.com/detYJ6X2Ux

 

SONDAGE popularité Castex. : Grosse chute

D’après la moyenne des sondages qu’effectue le JDD Castex est passé en juillet  de 49,4% à 42,29% de satisfaction en septembre.

Dans le détail, la popularité d’Emmanuel Macron se situe en septembre dans un intervalle qui va de 35% à 45% de satisfaction, avec des évolutions diverses en fonction des instituts.

  • Il perd six points en un mois chez BVA (à 38% contre 44% en août et 39% en juillet), quatre chez Elabe (à 35% contre 39% en août et déjà 35% en juillet).
  • Il prend deux points en un mois dans le baromètre Ifop-JDD (de 36% à 38%), deux points en deux mois chez Kantar (de 33% à 35%) et un point dans le baromètre Ifop-Paris Match (de 38% à 39%) et celui d’Ipsos (de 39% à 40%). Enfin, il stagne chez Harris Interactive (45%).

Au-delà de la question exacte qui est posée, les différences d’une enquête à l’autre peuvent aussi relever de la méthodologie utilisée par chacun des instituts (mode de collecte, taille et « redressement » de l’échantillon…) appelle le JDD qui devrait aussi préciser que cela dépend aussi de la coloration politique du journal. !

SONDAGE popularité du gouvernement. Baisse de crédibilité sanitaire et économique

SONDAGE popularité du gouvernement. Baisse de crédibilité sanitaire et économique

D’après un sondage de l’IFOP, la part de la population qui se fie au gouvernement pour résoudre la double crise sanitaire et économique devient nettement minoritaire. 44% des sondés font confiance à l’exécutif pour aider les entreprises en difficulté et 36% pour faire face efficacement au coronavirus.

Début septembre, ces proportions s’établissaient respectivement à 49% et 41%. Lors du déconfinement, mi-mai, 52% des Français accordaient leur confiance au gouvernement pour soutenir les entreprises, et 44% pour gérer l’épidémie.  »C’est sans doute le hiatus entre une inquiétude forte mais stable et la sévérité des mesures annoncées cette semaine qui explique la virulence des réactions », analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Cependant 83% des sondés se disent prêts à diminuer leur nombre de sorties de loisirs, 80% à voir moins souvent leurs aînés et 75% à voir moins leurs amis. Enfin, 72% affirment qu’ils respecteraient un reconfinement pour une période d’au moins 15 jours. Le télétravail, lui, divise davantage : seuls six Français sur dix y sont favorables.

 

* Enquête menée en ligne le 25 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.033 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus (méthode des quotas). 

Sondage popularité Castex: 60 % pas convaincus

Sondage popularité Castex: 60 % pas convaincus

Il apparaît de plus en plus évident que Castex n’a pas le niveau pour assumer le rôle de Premier ministre. Certes il a multiplié les déplacements un peu partout mais n’a pas été capable de montrer son efficacité pour 60 % de l’opinion..Après trois mois à la tête du gouvernement, il ne recueille qu’une minorité d’opinions favorables (46 %), selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et Franceinfo. Castex est même jugé moins convaincant que son prédécesseur: moins «compétent» (49 %, 4 points de moins), «solide» (44 %, 7 points de moins), «dynamique» (41 %, 14 points de moins) ou encore «charismatique» (30 %, 9 points de moins) que son prédécesseur. Sur le fond des dossiers, Jean Castex doit aussi convaincre les Français : six sur dix (60 %) estiment que ses trois premiers mois d’action ne sont pas réussis. Sur le fond des dossiers, Jean Castex doit convaincre les Français: six sur dix (60 %) estiment que ses trois premiers mois d’action ne sont pas réussis. «Compte tenu de ce premier bilan et des traits d’image peu flatteurs du chef du gouvernement, il semble logiquement assez difficile aux Français de lui faire confiance pour l’avenir, surtout quand la situation actuelle est si complexe et la conjoncture morose», explique Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa.

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de 4 points

SONDAGE popularité Macron-Castex : une baisse de  4 points

 

La baisse de popularité aussi bien de macron que de Castex provient sans doute d’un certain flou des positions dans plusieurs domaines notamment sur l’insécurité, la laïcité, l’économie et la crise sanitaire. D’une certaine manière, la posture de Macron  du en même temps semble atteindre ses limites quand se manifeste un urgent besoin de clarté et d’action .  Dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, 34 % des Français, soit 4 points de moins que le mois précédent, font confiance en Emmanuel Macron « pour affronter efficacement les problèmes du pays ». Le chef de l’Etat, après une embellie en août , retrouve ainsi son niveau du mois de juillet. Plus grave, la cote de confiance de son nouveau Premier ministre, Jean Castex, enregistre, elle, une baisse de 4 points, à 32 %. C’est 11 points en dessous du niveau atteint par son prédécesseur Edouard Philippe lors de son dernier mois à Matignon.

 

.Une baisse qui se joue, selon Bernard Sananès, sur la sécurité. Le chef de l’Etat a de la difficulté à « avoir une parole forte sur le sujet », en dépit de son discours au Panthéon la semaine dernière sur la République. La confiance de l’électorat de droite reste « friable », note le sondeur.

Quant au Premier ministre Jean Castex, il  n’a pas encore, note Bernard Sananès, « installé sa stature de Premier ministre dans l’opinion ».

 

Sondage effectué les 8 et 9 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 1.001 personnes selon la méthode des quotas.

Suivez tous les mois, avec le baromètre réalisé par Elabe pour « Les Echos » et Radio classique, l’évolution de la cote de confiance d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et le classement de popularité des personnalités politiques.

SONDAGE Yannick Jadot : grosse baisse de popularité

SONDAGE Yannick Jadot : grosse baisse de popularité

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Yannick Jadot peine à incarner le futur leader incontestable des écologistes. D’une certaine manière,  plus les écolos progressent et plus Yannick Jadot tend à se marginaliser. A peine 16 % des Français disent avoir une « bonne image » de la figure de proue des écologistes, dans le baromètre politique Elabe pour « Les Echos » et Radio classique. Son point de plus bas depuis plus d’un an.

 

Il faut dire que Yannick Jadot est difficilement identifiable en matière de positionnement politique écartelé entre le radicalisme des verts et ses positions personnelles relativement modérées voir même assez proches de la politique du pouvoir. Sans doute plus proche par exemple  du MoDem que des gauchistes qui contrôlent les verts. En plus Yannick Jadot cultive une politique de médiatisation très personnelle mettant même en scène sa vie familiale, ce qui déplaît fondamentalement aux écolos purs et durs.

L’eurodéputé n’avait gagné que 4 points dans la foulée des municipales, fin juin. Depuis, sur deux mois, il en a perdu 6. Et se retrouve même 9 points plus bas qu’après les européennes de mai 2019. L’ancien activiste de Greenpeace n’occupe que la 27e marche du classement des personnalités politiques (qui en compte 33), quand Nicolas Hulot, retiré de la vie politique, est troisième avec 46 % de bonnes opinions.

SONDAGE popularité: Castex , déjà usé, plonge !

SONDAGE popularité: Castex , déjà usé, plonge !

Castex, sans doute déjà usé par la répétition de voyages qui n’apportent rien sur le fond, voit sa cote de popularité dégringoler dans le baromètre mensuel réalisé par l’IFOP pour le JDD. Celui qui s’est autoproclamé « l’homme des territoires » ne cesse de multiplier- comme tous les autres membres du gouvernement- les voyages « sur le terrain ». En réalité des voyages qui se limitent le plus souvent à des rencontres dans une préfecture ou dans un lieu très protégé. Surtout des déplacements qui n’apportent strictement rien sur le fond et qui se limitent à des généralités. Preuve d’ailleurs, l’absence de direction très claire concernant le plan de relance qui vient  d’être repoussé d’une bonne semaine. Alors qu’il a multiplié les déplacements pour incarner la mobilisation de l’exécutif sur tous les sujets, il passe sous la barre des 50% de satisfaits et 46% des Français désapprouvent son action, un chiffre en hausse de 6 points en un mois. « C’est le retour dans l’atmosphère », diagnostique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’IFOP. Alors que la rentrée – scolaire et sociale – se profile, le Premier ministre paie selon lui « le retour de l’inquiétude sur la crise sanitaire ».

Alors qu’Édouard ­Philippe était à son départ de Matignon plébiscité par l’électorat de droite, c’est de ce côté que Castex enregistre les reculs les plus importants : – 9 points parmi les sympathisants des Républicains, – 26 chez les électeurs de François Fillon en 2017 (et – 15 chez les retraités).

La déception se mesure aussi parmi les cadres (-17) les ­commerçants, artisans et chefs d’entreprise (– 16) et même les sympathisants macronistes (-6) et les partisans du Modem (-11). Après la réautorisation des néonicotinoïdes pour les betteraviers, il chute en outre chez les écologistes (- 14 ). En revanche, sa cote progresse chez les ouvriers (+ 9) et les employés (+ 4).

De son côté, la cote d’Emmanuel ­Macron reste stable, à 36 % de satisfaits (–  1). Pour le chef de l’État, qui avait dévissé à la même période en 2017 et souffert de l’affaire Benalla en 2018, l’été 2020 n’aura pas été meurtrier.

Sondage popularité : Castex nettement devant Macron

Sondage popularité : Castex nettement devant Macron

 

Emmanuel Macron termine le mois de juillet avec une cote de popularité de 38,7%, selon la moyenne depuis mai 2017 de sept baromètres différents. C’est à peu près le même niveau que le mois précédent (39,3%), malgré un changement de question dans l’une des enquêtes qui le pénalise cette fois-ci (lire ci-dessous). Le chef de l’Etat reste dans tous les cas en-dessous de son Premier ministre, même si celui-ci vient d’arriver à Matignon et était jusque-là inconnu du grand public.

Pour son premier mois en fonction, Jean Castex recueille en effet 49,4% de satisfaction moyenne, selon le bilan des cinq instituts sur sondage ayant réalisé leur sondage après sa nomination. Soit plus de dix points au-dessus d’Emmanuel Macron et quasiment la même cote qu’Edouard Philippe au mois de juin (49,3%). De ce point de vue, la nouvelle équation politique s’inscrit donc dans la continuité.

Sondage popularité : Édouard Philippe en tête

Sondage popularité : Édouard Philippe en tête

 

43% de Français désireux de le voir exercer plus d’influence dans la vie politique (BVA pour RTL et Orange) et 56% d’opinions favorables (Ipsos pour Le Point). Édouard Philippe s’élève très haut (78% d’opinions favorables, selon Ipsos) dans le temple politique des sympathisants de droite, dépourvus de leader à deux ans de l’élection présidentielle. Le transfuge des Républicains, de retour à la tête du Havre (Seine-Maritime), obtient son meilleur score parmi les centristes (86%).

Mais il ne partage pas l’envol de sa cote de popularité avec Emmanuel Macron, immobilisé sous la barre des 40% d’opinions favorables (39%, +1 point par rapport au mois dernier). Quant à son successeur, Jean Castex, il reste encore peu connu de la population : 40% des Français n’expriment pas de jugement à son égard. Un citoyen sur trois (33%) voit toutefois d’un bon œil le nouveau premier ministre. Un niveau de popularité déjà éprouvé (31%) en mai 2017, à son arrivée à Matignon, par un certain Édouard Philippe.

SONDAGE popularité. Castex dépasse déjà Macron

SONDAGE popularité. Castex dépasse déjà largement Macron

D ‘entrée, le nouveau premier ministre fait son trou en matière de popularité avec  55% des Français qui  se disent satisfaits de sa nomination. Castex concentre ­toutefois davantage d’opinions négatives : 40% contre 24% pour Philippe – lequel, inconnu du grand public, suscitait beaucoup de refus de répondre.  Un sondage qui a sans doute une double signification à savoir que les premiers pas de Castex ne paraissent pas négatifs , au contraire,  mais que sans doute cette popularité de Castex  (‘ comme celle d’Édouard Philippe son prédécesseur) se nourrit aussi de l’impopularité de Macron . Une sorte de phénomène de vase communiquant. À noter qu’un sondage a montré que l’intervention de Macron le 14 juillet a été très mal appréciée :  70 % de l’opinion ne croient pas à son histoire de nouveau chemin.

Et Macron continue de dégringoler dans les sondages, avec 37% de satisfaits ce mois-ci, il enregistre sa cinquième baisse consécutive (-1%).

 

*L’enquête a été réalisée en ligne du 15 au 16 juillet 2020 par questionnaire auto-administré, auprès d’un échantillon de 974 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Pour un échantillon de cette taille, la marge d’erreur est comprise entre  comprise entre 1,4% (pour des résultats de 5 et 95%) et 3,1 % (pour un résultat de 50%). 

«Philippe – Macron : un transfert de popularité et d’impopularité ?

 «Philippe – Macron : un transfert de popularité et d’impopularité ?

 

 

 

Nombre d’observateurs notent qu’il y a une confusion concernant la popularité dont a bénéficié l’ancien Premier ministre;  en effet pendant longtemps, l’ancien Premier ministre était aussi à la traîne dans les sondages. C’est progressivement que s’est opéré une certes une sorte de transfert à la fois de popularité et d’impopularité. Car à la vérité en soutenant davantage Philippe, l’opinion publique veut surtout marquer son désaccord total avec Macron. C’est davantage un désaveu adressé à Macron qu’un soutien à Édouard Philippe qui cependant en simplifiant sa politique de communication s’est rendu beaucoup moins ésotérique qu’un Macron qui confond sans doute la fonction royale et la fonction démocratique d’un président de la république.  On aura l’occasion rapidement de voir comment évolue la popularité du nouveau Premier ministre. Il se pourrait bien qu’on assiste au même phénomène surtout si Macron confirme son idée de mettre la main sur Matignon pour assurer encore davantage de présence médiatique partout et surtout les sujets.

Philippe viré pour excès de popularité

Philippe viré pour excès de popularité

 

 

Comme d’habitude, pendant plusieurs jours les grands médias vont faire l’économie des analyses politiques pour ne pas contredire le pouvoir.

On voit mal en effet apparaître les explications qui justifient la décision de Macron . Soyons clairs,  Édouard Philippe ne souhaitait nullement partir, il a été clairement viré par Macron  essentiellement en raison du péché mortel qui consiste à afficher une cote de popularité très supérieure au président de la république. Notons que cette popularité est sans doute due  au style moins jupitérien d’Édouard Philippe par rapport à Macron. Certes, il a entrepris de nombreuses réformes mais il a aussi beaucoup échoué. La maîtrise de la crise sanitaire n’est pas non plus un succès exceptionnel.. En fait, Philippe doit sa popularité à une espèce de phénomène de vase communiquant. Les Français se prononcent  plutôt en faveur de Philippe pour manifester leur mécontentement vis-à-vis d’un Macon dont l’attitude est l’avantage celle d’un roi de France que d’un chef d’État dans un pays démocratique.

 

On aura sans doute l’occasion de vérifier si le phénomène continue avec le nouveau Premier ministre. La vraie question, c’est le phénomène de rejet de Macron. Pas sûr que le président de la république réussisse son opération de séduction d’un électorat qui le lâche petit à petit. Il a choisi en fait un troisième couteau , technocrate compétent sans doute mais qui n’est pas porteur d’une grande vision politique. Bref Macon a choisi un collaborateur pour reprendre en main Matignon et si possible récupérer  l’audience d’Édouard Philippe.

Le pari est dangereux car du coup Édouard Philippe se met dans une position d’attente très confortable et il est même vraisemblable que sa cote de popularité va encore monter avec ce départ précipité. Cela pourrait un jour faire douter de la fiabilité de la candidature de Macron en 2022. Le candidat tout désigné de la droite et de la république en marche serait  alors Édouard Philippe.

Sondage popularité : Macron encore en baisse, Philippe encore en hausse

Sondage popularité : Macron encore en baisse, Philippe encore en hausse

 

Lee Président perd un point et ne compte que 38% de Français satisfaits de son action, le Premier ministre gagne 4 points et atteint les 50% de satisfaits. Douze points de différence donc. « C’est un tournant, estime Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’Ifop dans notre baromètre pour le mois de juin. Sauf en octobre 2018, jamais l’écart n’a jamais été aussi important. Philippe vit un petit état de grâce ». Alors que beaucoup annoncent un vaste remaniement entre le 29 juin et le 14 juillet, se séparer de Philippe devient de plus en plus compliqué.

Certaines baisses du chef de l’Etat sont spectaculaires. Macron perd 14 points chez les 18-24 ans (il passe de 59% à 45%), sans doute en cause du décalage entre les manifestations contre le racisme qui tranchent avec sa mise en garde contre le « séparatisme ». Il chute également chez les commerçants, artisans et chefs d’entreprise. De 46 % de satisfaits, il tombe à 27%.  Autre mauvaise nouvelle : le chef de l’Etat ne récolte plus que 60% d’opinions favorables chez sont alliés du Modem. C’est encore un bon socle mais, il y a encore un mois, ce chiffre était de 78%. La question de la gestion des masques et de la sincérité de sa parole est souvent soulevée par les sondés et fait perdre des points à Macron. « Rien de positif ne lui est attribué sur la déconfinement », relève Dabi.

Avec la crise sanitaire, Macron avait gagné 11 points dans le baromètre Ifop-JDD. Depuis, il ne cesse de baisser. Philippe, lui, progresse de mois en mois. « L’image de Philippe se construit en décalque avec celle d’Emmanuel Macron », souligne Dabi. Seuls les sympathisants LREM insistent sur la complémentarité plutôt que sur les antagonismes.

Côté Philippe, le bond est particulièrement notable dans les secteurs de la population qui votent généralement le plus à droite : il prend 12 points chez les plus de 65 ans et 8 points chez les retraités. Logiquement, il gagne 7 points chez les sympathisants de droite (de 64 à 71% de satisfaits). « Il est incontournable à droite, note Dabi. C’est la pierre angulaire de l’édifice macronien et du changement de base électorale qui a s’est produit pendant le quinquennat ». « Son courage » et son « parler-vrai » reviennent souvent quand les sondés évoquent la crise.

SONDAGE popularité: Macron baisse de 3 points

SONDAGE popularité: Macron baisse de 3 points

 

Selon le sondage IFOP du JDD, Macron perd encore trois points de popularité tandis que son Premier ministre en gagne deux points . L’écart se creuse et pourrait à terme alimenter les dissensions existantes entre l’Élysée et Matignon.. Ce n’est sans doute pas un hasard si Macron ses transformé en premier ministre et un ministre de l’industrie pour présenter dès la semaine prochaine le plan de sauvetage de l’automobile. Le problème, c’est que plus Macon s’agite et plus sa confiance s’effrite. L’inverse pour Édouard Philippe qui paraît plus mature et moins agité. Macron voit donc sa popularité chuter de trois points en un mois, avec 39% de satisfaits et 60% de mécontents, son Premier ministre Edouard Philippe, lui, en gagne deux, pour atteindre 46% de bonnes opinions, selon notre baromètre IFOP. Les Français saluent la gestion de la crise du coronavirus par le chef du gouvernement et apprécient ses discours clairs et son ton juste. Edouard Philippe vit « un petit état de grâce », selon le directeur général adjoint de l’IFOP Frédéric Dabi.

* L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1.918 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du jeudi 14 au samedi 23 mai 2020.

12345...15



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol