Archive pour le Tag 'pompier'

Etats-Unis : Donald Trump, pompier pyromane

Etats-Unis : Donald Trump, pompier pyromane

Dans le monde la journaliste Sylvie Kauffmann dénonce l’attitude de pompier pyromane de Donald trame. Le président américain a obtenu, mercredi, par une tentative d’insurrection qu’il a incitée, ce qu’il échoue à obtenir depuis deux mois par la voie légale : la suspension de la procédure de certification de la victoire de Joe Biden.

A deux semaines de la fin d’un mandat qu’il refuse obstinément d’achever, le président Donald Trump a obtenu par la force d’une foule d’émeutiers qu’il a dirigée, mercredi 6 janvier, ce qu’il a échoué à obtenir depuis deux mois par la voie légale : la suspension de la procédure de certification de la victoire de Joe Biden, son adversaire démocrate à l’élection présidentielle du 3 novembre.

C’est bien à une tentative d’insurrection, incitée par le président des Etats-Unis en personne et retransmise en direct par les médias, que la nation américaine et le monde entier ont pu assister alors que des centaines de manifestants, chauffés à blanc un peu plus tôt par Donald Trump, prenaient d’assaut le bâtiment à l’intérieur duquel étaient réunies les deux chambres du Congrès pour certifier le résultat des élections. Le chef de l’exécutif les avait encouragés à marcher sur le Capitole, assurant qu’il marcherait avec eux – ce qu’il n’a pas fait – pour revendiquer une victoire dont il continue d’affirmer, contre toute évidence, qu’elle leur a été volée. M. Trump savait parfaitement ce qu’il faisait : fin septembre, il avait demandé au groupe d’extrême droite des Proud Boys, très semblables à ceux qui ont pris d’assaut le Congrès mercredi, de « se tenir prêts » (« stand back and stand by »).

Alors que le vice-président, Mike Pence, et les membres du Congrès étaient évacués par une police rapidement débordée, les trumpistes, dont certains étaient armés, ont envahi le Parlement. Allant jusqu’au bout de sa folie destructrice et narcissique, Donald Trump a assisté à ces images de chaos depuis la Maison Blanche, a envoyé deux tweets demandant aux manifestants d’être pacifiques mais s’abstenant de leur ordonner de se retirer. Puis, jugeant que le spectacle avait assez duré, il a fini par leur demander de rentrer chez eux au bout de deux heures. Dans un message vidéo, il leur a dit qu’il les « aimait » et a répété que cette élection était « frauduleuse » [quelques heures plus tard, cette vidéo a été retirée des plates-formes et Twitter, Facebook et Instagram ont suspendu temporairement les comptes de Donald Trump]. Au même moment, la Garde nationale et des forces d’élite, enfin arrivées, se préparaient à évacuer les partisans trumpistes, avant un couvre-feu imposé à 18 heures locales par la maire de Washington.

Chauffeur de bus battu à mort, Pompier agressé ,: des «incivilités» pour Macron

Chauffeur de bus battu à mort, Pompier agressé ,: des  «incivilités» pour Macron

Une réaction vraiment surréaliste et même indigne de Macron à propos des crimes commis récemment, le chauffeur de bus battu à mort, cette policière écrasée, le pompier touché par balle etc. Macron s’est  contenté de dénoncer des » incivilités ». Un terme complètement inapproprié quand il s’agit de crimes. La preuve sans doute que Macron n’est pas prêt à mettre en œuvre une politique de sécurité à la hauteur des menaces actuelles. «Nous prendrons toutes les dispositions pour que la réponse judiciaire soit rapide et au rendez-vous de ces incivilités. (…) Nous ne pouvons pas accepter – et je n’accepterai pas – dans notre pays que ces incivilités deviennent une habitude», a-t-il assuré. «La sécurité, au quotidien, c’est ce qui garantit l’ordre public, l’ordre républicain, c’est-à-dire la vraie liberté», a-t-il conclu.

Dans la foulée de son intervention, plusieurs voix se sont immédiatement élevées, notamment à droite, pour dénoncer le choix des mots du président de la République. «Emmanuel Macron interrogé sur le meurtre d’un gendarme, l’agression ultra-violente d’un chauffeur de bus et des tirs contre un pompier parle par 2 fois ‘d’incivilités’. Ce laxisme lexical conduit inévitablement au laxisme judiciaire», s’est notamment indigné le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, sur son compte Twitter.

La vérité c’est que Macron veut fermer les yeux depuis toujours sur la barbarie émanant surtout des quartiers sensibles notamment de banlieues. Faut-il rappeler qu’il a enterré devant les médias le plan banlieue de Borloo, l’humiliant même en public. En fait,  Macron depuis le début de son mandat ignore totalement ces réalités sociétales qui menacent non seulement la sécurité mais aussi la république. Car il s’agit bien d’attaque contre la république quand on vise des représentants particulièrement en charge de l’intérêt général.

 

 

POMPIER BLESSÉ À ÉTAMPES: un nouvel acte de barbarie

POMPIER BLESSÉ  À ÉTAMPES: un nouvel acte de barbarie

 

Encore des paroles de réconfort, de la compassion sans doute des cérémonies souvenirs après cette agression inqualifiable sur un pompier. Un pompier appelé pour qu’on lui tire dessus. « La République est partout chez elle, les pompiers sont partout chez eux, et ceux qui agressent les pompiers (…) se mettent en dehors de la République », a réagi encore bien mollement le ministre de l’Intérieur, qui a rendu visite au soldat du feu.

« Ce n’est pas une petite agression, c’est un drame », a-t-il poursuivi, martelant: « les pompiers sont partout chez eux, on les protégera et on attaquera quiconque les attaque ».

Gérald Darmanin a par ailleurs réaffirmé qu’une plainte serait désormais déposée systématiquement  »à chaque fois que les forces de l’ordre seront attaquées, des gendarmes, des policiers, chaque fois qu’un pompier sera agressé ».

On se demande quelle est la valeur ajoutée de cette plainte qui forcément aurait été déposée par la victime, sa famille ou ses employeurs. On attend évidemment avec impatience cette promesse de loi contre la violence dans les quartiers sensibles inspirés ou non par l’islamisme radical et où le trafic de drogue. On attend évidemment On attend évidemment avec impatience

Castaner: pompier-pyromane , incitateur des violences policières

Castaner:  pompier-pyromane , incitateur des violences policières

 

Il y a quelque chose de paradoxal dans la position du gouvernement est particulièrement du ministre de l’intérieur qui aujourd’hui critique une certaine violence policière qu’il a lui-même inspirée dès le mouvements des gilets jaunes. Cette politique a provoqué de nombreuses bavures y compris mortelles même si évidemment les casseurs ont largement aussi alimenté un climat délétère. Clairement lors du mouvement des gilets jaunes , Castaner  a donné des ordres pour rechercher l’affrontement avec les manifestants. Pour créer des incidents susceptibles de discréditer le mouvement,  les casseurs se sont engagés dans la brèche d’autant plus que le mouvement a  été incapable de contrôler les dérapages des plus radicaux. Le premier reproche qui peut être fait à cette politique du maintien de l’ordre : c’est  la recherche délibérée du contact. Une politique assez irresponsable de la part de Castagner mais aussi de la préfecture de Paris est particulièrement des décisions aventuristes et dangereuses du préfet Lallemand. Notons aussi que c’est complètement épuisées  que les forces de l’ordre depuis maintenant plus d’un an sont mobilisées  au moins une fois par semaine. Une fois on les pousse au contact avec les protestataires, une autre fois on leur reproche leur excès de zèle. Certes ces excès de zèle sont le fait d’individus très  minoritaires, ils n’en sont pas pour au moins condamnables. En outre, une réflexion de fond mériterait d’être engagé sur ce qu’on entend par le maintien de l’ordre quand on constate que la préfecture de Paris par exemple contribue largement à alimenter les contradictions vis-à-vis du comportement des policiers.

Castaner : le pompier pyromane s’inquiète d’une «fragmentation» de la société

Castaner : le pompier pyromane s’inquiète d’une «fragmentation» de la société

 

Parce qu’il participait à une réunion sur l’intégration à la Sorbonne, Castaner a changé son costume de flic bête et méchant pour celui d’un curé de campagne. Sans honte il a affirmé. «Nous nous battrons pour une société apaisée, ou alors c’est que nous aurons tous échoué». Un véritable propos de pompiers pyromane, lui qui n’a cessé d’agresser verbalement mais aussi physiquement les gilets jaunes. Verbalement avec un discours provocateur du style : ils veulent tuer. Physiquement quand la politique du maintien de l’ordre a été essentiellement centrée sur la recherche du contact avec les manifestants contrairement à ce qui se pratique dans d’autres pays. Castaner  n’avait qu’un objectif : provoquer des incidents pour discréditer le mouvement. Certes certains gilets jaunes ne sont pas blancs comme neige et se sont laissés entraîner par des casseurs ; pour autan ; la radicalité de Castaner est aussi irresponsable que celle de certains manifestants. Et Castaner de brosser dans le sens du poil public afin de valoriser l’élite face aux ploucs sans doute, les ignorants et la populace. Christophe Castaner a relevé dans son discours le développement d’une «société de défiance», «où toute information devient suspecte, où tout est sujet à la conspiration et au complot, où tout est nivelé par le bas. Où le tweet d’un faux compte vaut la parole de n’importe quel professeur ou élu de la République.» Et Castaner nerf d’affirmer sans honte. «Nous nous battrons pour une société apaisée, ou alors c’est que nous aurons tous échoué», a poursuivi le ministre, en soulignant les mesures du gouvernement pour l’intégration des étrangers - doublement des heures de cours de Français, formation civique -, et pour les habitants de quartiers difficiles – politique de la ville, dédoublement des classes de CP et CE1 dans les réseaux d’éducation prioritaire (REP et REP+). Castaner nerf s’autorise un mélange sulfureux entre habitants de banlieue difficile, gilet jaune. Et délinquants ordinaires. Notons aussi que les mesures d’intégration qu’il évoque ne sont nullement destinées uniquement aux étrangers. Encore un amalgame de l’incompétent ministre de l’intérieur.

Loi travail : Valls en pompier pyromane

Loi travail : Valls en pompier pyromane

 

Officiellement le gouvernement compte environ 38 ministres mais l’omniprésence de Valls étouffe tous les autres sur la plupart des grands sujets ; notamment sur la loi travail c’est Manuel Valls qui mène le jeu. Son obsession, c’est d’obtenir la reconnaissance de sa posture de seul vrai réformateur du gouvernement. Ce n’est pas un hasard s’il a privé Macron de la deuxième réforme qui était prévue pour en répartir la responsabilité d’une part sur la ministre du travail d’autre part sur le  ministre des finances. Mais en dernier ressort c’est surtout lui qui s’exprime sur tous les sujets. Il a lui-même lancé le contenu de la réforme menaçant même d’utiliser le 49 -3 pour l’imposer. Une brutalité largement à l’origine de la contestation à la fois sociale et politique. Du coup c’est encore Manuel Valls qui cette fois après avoir était pyromane, devient pompier en promettant des concessions dans le cadre d’une concertation et en annonçant lui-même le report de 15 jours du projet de loi. Depuis plus d’une semaine c’est le silence radio chez tous les ministres sauf pour Manuel Valls. Silence notamment depuis plus d’une semaine chez  Myriam el Khomri et même être pire elle a même dû justifier un malaise pour renoncer à une expression publique à la télé. François Hollande et Manuel Valls multiplient les gestes d’apaisement pour éviter un blocage de la réforme du Code du travail et une mobilisation durable des syndicats et des mouvements de jeunes. Le chef de l’Etat a jugé « légitimes » mardi les interrogations sur le texte, critiqué par l’ensemble des syndicats et une partie des socialistes, et assuré qu’il serait modifié. Le Premier ministre a promis quant à lui de réunir les députés socialistes en séminaire la semaine prochaine, en plus des partenaires sociaux, et s’est dit prêt à discuter du futur barème des indemnités prud’homales, un des principaux points de blocage à gauche et chez les syndicats. « Ce débat doit avoir lieu, je suis à l’écoute à la fois des partenaires sociaux et bien sûr du Parlement », a-t-il dit devant les députés mardi, au lendemain du report au 24 mars de la présentation du texte au conseil des ministres. Prêt à entendre certaines demandes des syndicats « réformistes », le gouvernement tente aussi de calmer la fronde d’une partie de la gauche, illustrée par les critiques de Martine Aubry et l’annonce de son départ de la direction du Parti socialiste. « Le gouvernement tente d’éteindre les incendies au PS et dans l’opinion publique », explique le politologue François Miquet-Marty, de Viavoice. « Le risque est celui d’un effet de système des contestations qui s’agrègeraient entre elles contre un texte qui cristallise l’ensemble des mécontentements de ces dernières années sur le plan politique, social et économique », ajoute-t-il.

Hollande : pompier de service chez les policiers en colère

Hollande : pompier de service chez les policiers en colère

Il fait tout Hollande pour remonter la pente de la popularité (20% seulement de soutiens pour 2017) ; il bat la campagne, multiplie les voyages en France comme à l’étranger, est le premier sur les lieux d’une catastrophe naturelle, reçoit les syndicats en colère. Cette fois les policiers ; il leur promis une plus grande cohérence de la politique pénal, des primes et des effectifs. Et  l’ensemble des syndicats ont estimé avoir été entendus par le chef de l’Etat, qui les reverra fin mars au terme de négociations menées par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et visant à déboucher sur un protocole d’accord. Le seul bémol pour les syndicalistes consiste à savoir comment l’exécutif financera les mesures annoncées, qu’ils ne peuvent chiffrer pour l’instant mais implique « des budgets importants », ont-ils dit à leur sortie de l’Elysée. François Hollande a également reçu des représentants des gendarmes, qui se sont également déclarés satisfaits. Des milliers de policiers – 7.500 à 10.000 selon les sources – avaient manifesté le 14 octobre devant le ministère de la Justice à Paris pour dénoncer des conditions de travail « insupportables » et le laxisme, à leurs yeux, de la chaîne pénale après qu’un des leurs eut été abattu par un délinquant qui aurait dû se trouver derrière les barreaux.  François Hollande leur a donc proposé un plan global comportant une redéfinition des missions, afin de mettre fin aux taches indues, une augmentation des moyens matériels, une modernisation de la chaîne pénale et, surtout, une amélioration des carrières et de certaines primes. « Nous avions des revendications fortes et nous avons eu des réponses précises, claires, qui correspondent à nos attentes, avec un calendrier précis », a déclaré Jean-Claude Delage au nom de la CFE-CGC et du syndicat Alliance.   »Mais reste à savoir quel sera le financement de ces mesures », a-t-il ajouté. « Notre appel a été entendu, des mesures fortes ont été annoncées », a également déclaré Yves Lefevre, du syndicat Unité SGP police. « Mais si le budget ne suit pas, il n’y aura pas de protocole d’accord », a-t-il prévenu. Jean-Claude Bailleul, de la CFDT, a estimé que François Hollande, qui a procédé à des recrutements dans la police depuis le début du quinquennat, avait enfin « ouvert des perspectives », même si lui aussi attend une concrétisation budgétaire. Le major Emmanuel Franchet, l’un des représentants des gendarmes, s’est félicité d’avoir obtenu la création de 500 postes pour 2016 et, pour les budgets 2015 et 2016, 40 millions d’euros qui permettront d’acquérir quelque 2.000 véhicules.

Gel avancement des fonctionnaires : Ayrault joue au pompier et dément

Gel avancement des fonctionnaires : Ayrault joue au pompier et dément

 

Un joli cafouillage au gouvernement à propos du gel de l’avancement des fonctionnaires et Ayrault qui joue encore au pompier en démentant.  « Ce n’est pas vrai… Pourquoi annoncer de fausses nouvelles? (…) On n’est pas dans le concours Lépine des économies », a lancé le Premier ministre, alors que tout le monde se demande où le gouvernement va trouver quelque 50 milliards d’euros d’économies en trois ans.  Il avait déjà assuré fin janvier que ces économies ne se feraient « pas sur le dos » des quelque 5 millions d’agents (Etat, Territoriale et Hospitalière), dont les salaires sont gelés depuis 2010.  Mais tant que les pistes n’auront pas été officiellement dévoilées, les fonctionnaires sont sur leurs gardes.  Dans la soirée, les syndicats de la fonction publique (CFDT, CFTC, CGC, CGT, FAFPT, FSU, Solidaires, Unsa et FO) ont publié un communiqué commun réclamant un engagement écrit du Premier ministre « affirmant que le gouvernement n’envisage pas le gel des avancements et des primes des agents ».  Ils ont subordonné à la réception de ce courrier la poursuite des discussions avec la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu en vue de négociations qui doivent démarrer en mai sur les « parcours professionnels, carrières et rémunérations » des agents.  Un gel des primes et avancements permettrait d’économiser 1,2 milliard d’euros par an, une goutte d’eau au regard des économies visées et un risque politique, à l’approche des municipales, vis-à-vis d’un corps électoral traditionnellement favorable à la gauche.  Cette piste explosive a d’abord surgi la semaine dernière, lorsque la presse a rapporté des propos que le ministre de l’Education Vincent Peillon aurait formulés devant quelques journalistes, mais que l’intéressé avait aussitôt démenti avoir tenus.  Face à la polémique, le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve avait alors déclaré à l’AFP que les fonctionnaires avaient « déjà fait beaucoup d’économies », via le gel du point d’indice (qui sert de base au calcul de leurs salaires et est bloqué depuis 2010) et la stabilisation des effectifs. Des économies qui ont notamment engendré une baisse de la masse salariale de 200 millions d’euros en 2013 par rapport à 2012 dans la fonction publique d’Etat, une maîtrise des dépenses « très exceptionnelle », selon M. Cazeneuve.  Mais mercredi, alors que la majorité est déjà divisée sur le pacte de responsabilité qui prévoit une baisse de 30 milliards des cotisations patronales, c’est le président du groupe PS à l’Assemblée Bruno Le Roux qui a relancé le débat.  Il a affirmé que l’hypothèse d’un gel était bien « sur la table », avant de corriger un peu plus tard ses propos.  Sur les radios, au moment où M. Ayrault s’exprimait jeudi, ses ministres avaient visiblement aussi reçu la consigne d’apaisement. « Rien n’est encore sur la table. Un processus est engagé », a dit la ministre de la Santé Marisol Touraine. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a évoqué un effort « extrêmement fort » des fonctionnaires et invité « tous ceux qui se sont exprimés à garder un peu plus de temps à bien réfléchir ».  Pour les syndicats, en tout cas, c’est tout vu: alors qu’ils réclament depuis des mois un dégel du point d’indice, l’idée qu’on puisse y ajouter un gel de l’avancement et des promotions est tout simplement « hors de question », a affirmé en début de semaine le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.  Pour Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, premier syndicat chez les agents de l’Etat, ce serait même un « casus belli », son syndicat dénonçant le « yoyo » du gouvernement sur le sujet et l’intervention du « pompier » Ayrault pour déminer des propos issus de son propre camp.  De son côté, l’ancien Premier ministre François Fillon (UMP) a affirmé qu’il ne serait « pas étonné » que le gouvernement soit contraint de geler les primes et l’avancement des fonctionnaires, faute d’avoir agi plus tôt, selon lui, pour réduire les déficits.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol