Archive pour le Tag 'politiques'

Reprise des négociations avec l’Iran : les enjeux politiques

Reprise des négociations avec l’Iran : les enjeux politiques

 

Hamid Enayat, analyste et écrivain iranien basé à Paris analyse les enjeux de la nouvelle négociation avec l’Iran (dans la tribune). Il souligne que plusieurs générations devront être sacrifiées pour que le pays se donne de la bombe atomique.

 

Le 29 novembre marque la reprise des négociations nucléaires de l’Iran avec les P4 + 1 (Royaume-Uni, France, Russie et Chine plus Allemagne). Le président Ibrahim Raïssi a annoncé lors d’une cérémonie le 4 novembre, Journée de la lutte contre l’arrogance, que les prochains pourparlers sur le JCPoA (Joint Comprehensive Plan of Action) (l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien) seront « axés sur les résultats ».

Les négociations « axées sur les résultats » sont des négociations qui auront des résultats tangibles et, surtout, permettront la levée effective et complète des sanctions. Il avait également déclaré auparavant que l’économie de l’Iran ne devait pas être liée au JCPoA.

 

Téhéran est déterminé à négocier pour assurer la normalisation de son commerce extérieur et de ses relations économiques ainsi que pour obtenir des garanties crédibles que les parties prenantes de l’accord ne quitteront pas le JCPoA. Mais la question est de savoir si les conditions et les exigences d’une négociation « axée sur les résultats » sont celles que le président souhaite.

L’apparition de certains signes indique qu’il n’y a pas de terrain à une négociation « axée sur les résultats », car les positions de chacun restent inchangées.

À cet égard, l’Iran ne considère pas ses programmes de missiles et son comportement régional comme négociables et exige la levée de toutes les sanctions. Il en attend des retombées concrètes pour la situation économique avec comme indice les investissements de grandes entreprises.

D’autre part, les Etats-Unis considèrent que toute concession à l’Iran dans ces négociations est conditionnée à la modification de ses programmes de missiles et de son comportement régional. Washington et la troïka européenne s’inquiète de voir l’Iran accumuler à court terme le matériel nécessaire à la fabrication d’une arme nucléaire.

Ils ont également des problèmes en ce qui concerne la façon dont l’Iran traite l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, et plus particulièrement la question du protocole additionnel, ou « garanties nucléaires ». Par conséquent, les conditions annoncées font partie des conditions impossibles.

Aucun changement dans le comportement régional

Mais le signe le plus important de l’échec qui s’annonce pour les pourparlers du 29 novembre est que l’Iran envoie à l’Occident le message que certaines de ses opérations dans le golfe Persique et la mer d’Oman visent essentiellement à soutenir le moral de ses forces dans la région. L’Iran n’envisage aucun changement dans son comportement régional et s’efforce constamment de déstabiliser la région et les forces alliées des États-Unis.

De fait, nous ne devons pas miser sur les négociations du 29 novembre ni celles qui suivront, mais considérer que le JCPoA agonise et va mourir.

Les propos de Fereydoun Abbasi, député iranien de la commission de l’Energie, confirment pleinement cette théorie. Il affirme que dans le gouvernement de Hassan Rohani, la base des négociations était fondée sur la désescalade, ce qui impliquait un abandon des travaux nucléaires tout en faisant des compromis avec l’Occident.

Cependant, a-t-il ajouté, « le gouvernement actuel croit en la « dé-menace », qui est enracinée dans la résistance. » Le retrait des menaces signifie la levée de toutes les sanctions. Qu’il s’agisse des sanctions fondées sur le JCPoA ou de celles dues au terrorisme et aux violations des droits humains.

« Si les gens veulent l’indépendance et résoudre leurs problèmes de subsistance, ils doivent savoir que le hardware soutient le software dans les négociations », explique Fereydoun Abbasi. Le hardware se réfère exactement à la possession d’une arme nucléaire. Le régime iranien pense que si le hardware ne soutient pas le software, comme ce fut le cas du Japon après sa défaite de la Seconde guerre mondiale parce qu’il n’avait pas de bombe atomique, il faudra faire toutes les concessions que les Américains exigent.

À l’heure actuelle, l’économie iranienne est en quelque sorte prise en otage par ses relations extérieures, et dernières sont prises en otage par le JCPoA. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que la situation économique s’améliore, car, comme le dit Téhéran : si nous n’avons pas de bombe dans les négociations, ou si nous ne sommes pas sur le point de la produire, nous devrons faire ce qu’on nous demande.

Plusieurs générations seront sacrifiées

Non seulement il faudra que l’Iran renonce à son influence régionale et au développement de ses missiles, mais, à l’étape suivante, il lui faudra respecter les droits humains, auquel cas la dictature religieuse fondra comme neige au soleil. Par conséquent, les théoriciens du régime estiment que plusieurs générations seront sacrifiées, mais qu’il faudra le faire pour atteindre la bombe atomique.

Abbasi estime que « la dissuasion doit être étendue non seulement au-delà des frontières, mais au-delà des pays voisins ; la dissuasion de l’Iran se situe dans l’Atlantique, la Méditerranée et l’Antarctique, et nous devons donc travailler sur les facteurs d’influence (pour se doter) du nucléaire, car les symboles de la puissance de tout pays, y compris de la République islamique, se manifestent dans une présence importante dans certaines zones. »

Sondages politiques : le bidouillage du JDD

Sondages politiques : le bidouillage du JDD

 

 

Régulièrement le JDD, proche de Macron mais aussi de Bolloré ( depuis le dépeçage de l’empire Lagardère, proche de Sarkozy) sort  des sondages politiques qualifiés d’inédits à partir des moyennes des enquêtes déjà réalisées par des instituts. Le journal ne cache pas cette incongruité méthodologique.

 

  »Pour y voir plus clair, le JDD dresse, comme en 2017, l’évolution de la moyenne des sondages à partir des trois dernières enquêtes réalisées. Cette méthode permet de lisser les éventuelles variations entre instituts tout en faisant ressortir les tendances en cours. Dans nos infographies présentées ci-dessous, les courbes sont ainsi des moyennes mobiles des intentions de vote de chaque candidat. »

 

Certes l’évolution du moyenne présente un sens statistique mais pas sur des résultats en pourcentage mais sur des données.

 

Or sur le plan méthodologique additionner des moyennes ne présente aucune pertinence. Pour présenter une garantie scientifique, il faudrait que le JDD dispose des données des enquêtes et non seulement des résultats en pourcentage.

 

Bref du bricolage auquel nous a habitué à journal à sensation de caractère très populiste mais en réalité très proche du pouvoir.

 

Pris isolément les sondages sont déjà très critiquables à plusieurs points de vue. Il y a évidemment la nature de la question, la construction de l’échantillon, son redressement et sa marge d’erreur de sorte qu’on peut dire que les résultats avancés sont juste à trois ou 5 % près. Preuve en ce moment, c’es sondage qui alternativement indique que Marine Le Pen et Zemmour  sont en deuxième position.

 

Depuis avril 2021, soit un an tout juste avant le scrutin du 10 avril 2022, ce sont 50 enquêtes qui ont été diffusées par différents instituts de sondages, en France : l’Ifop, Ipsos, Elabe, Harris Interactive, BVA, OpinionWay et Odoxa. Mais la configuration testée pouvant varier d’un institut à l’autre ou évoluer avec le temps, seule une partie d’entre elles a été retenus dans les trois hypothèses présentées ici, en fonction du candidat de droite qui sera désigné.

Dernière observation la plupart des sondages sont commandés par des médias détenus par les grands financiers qui objectivement ont intérêt à pousser tel ou tel candidat et ou à démolir tel autre.

 

Il faut aussi et peut-être surtout prendre en compte le fait que la plupart des sondages s’appuie sur des échantillons d’électeurs potentiels alors qu’il est possible que le taux d’abstention atteigne cette fois autour de 40 %. Autant dire que les « pronostics » avancés relèvent parfois de la manipulation

Sondages politiques : l’overdose

Sondages politiques : l’overdose

 

 

Chaque semaine livre en France sa ration de sondages concernant des présidentielles qui n’auront pas lieu avant six mois. À ce rythme d’ici le premier tour, il faudra avaler environ une centaine de sondages.

Des sondages qui peuvent être intéressants pour prendre la température socio-politique un moment donné mais qui ne sont nullement prédictifs. Par contre,  ils peuvent influencer l’opinion publique.

Ce n’est sans doute pas un hasard si nombre de sondages sont commandés par des médias proches de grands groupes financiers et du pouvoir actuel.

Il convient de relativiser les chiffres des sondages concernant le premier tour d’élection présidentielle qui n’auront lieu qu’en avril 2022. L’une des premières raisons e t que nous ne connaissons pas encore les quatre à cinq candidats sérieux, c’est-à-dire ceux qui peuvent avoir une chance d’obtenir un soutien significatif.

La seconde raison tient au  fait que nous ne sommes pas à l’abri d’un événement conjoncturel social, économique ou géopolitique qui viendrait modifier l’environnement politique.

La troisième raison, c’est que ces sondages sont assez approximatifs et qu’ils évitent d’indiquer que la marge d’erreur est d’environ de 4 points; de quoi changer évidemment l’hypothèse de la qualification au second tour.
Enfin les hypothèses de second tour sont encore plus discutables que celles concernant le premier tour.

Les sondages ne sont sans doute pas à condamner totalement mais ils ont tendance à ce substituer aux analyses médiatiques et aux partis politiques. Bref le quantitatif approximatif se substitue au qualitatif.

 Le journaliste Guillaume Daret explique, sur le plateau du 20 Heures, que « 193 sondages ont été commandés en 2002. Dès 2012, ça va bondir, 409 sondages, puis 560 en 2017, quasiment trois fois plus en quinze ans. Le record sera probablement battu cette année. » Ces sondages doivent-ils faire la légitimité d’une candidature ?

Démocratie : Vers la disparition des partis politiques

Démocratie : Vers la disparition des partis politiques

 

 

Un article du Monde  évoque la problématique de l’affaiblissement régulier des partis politiques (extrait)

On les dit gazeux, vaporeux, transversaux, informels, agiles ou même liquides : les nouveaux partis, comme La France insoumise et La République en marche, ne ressemblent en rien, ou presque, à leurs aînés. Alors que, dans les années 1970 et 1980, les formations politiques issues de la tradition gaulliste, communiste ou socialiste affichaient fièrement la puissance de leur implantation locale, la solidité de leur hiérarchie interne, l’énergie de leur réseau militant ou le dynamisme de leurs congrès annuels, les « nébuleuses » contemporaines, selon le mot du député Eric Coquerel, aiment à cultiver la souplesse et l’horizontalité.

A La République en marche comme à La France insoumise, les procédures exigeantes des partis traditionnels ont disparu. Les statuts officiels sont réduits au strict minimum, la bureaucratie partisane se fait rare, les militants adhèrent en un simple clic et les grandes orientations sont tranchées à l’issue, non pas de congrès rythmés par de longs discours, mais de forums participatifs et de consultations en ligne. « De nombreuses décisions sont ouvertes au vote autour d’un imaginaire de l’ouverture, de la transparence et de l’immédiateté », résume Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université de Lille.

Le mot même de parti semble appartenir à un monde révolu. La République en marche se présente comme un « mouvement politique et citoyen », La France insoumise comme un « mouvement ouvert et évolutif ». Les formations qui sont apparues ces dernières années se gardent, elles aussi, de mettre en avant ce terme suranné : lorsque Benoît Hamon lance Génération.s, en 2017, il définit son « bloc » européen, socialiste et écologiste comme un « mouvement » tandis que Raphaël Glucksmann présente Place publique, l’année suivante, comme une formation tournant délibérément le dos aux « vieux partis et aux antiques structures ».

Les partis, il est vrai, ont mauvaise presse. Dans le baromètre annuel du Cevipof, les Français les relèguent tout en bas de l’échelle de la confiance – derrière le personnel médical, les hôpitaux, la science, les petites et moyennes entreprises, l’armée, les scientifiques, l’école, la police, la Sécurité sociale, les associations, la justice, les grandes entreprises publiques et privées, les banques, les responsables religieux, les syndicats, les médias et même les réseaux sociaux… Les partis ne suscitent plus que « sarcasmes ou indifférence », résument le politiste Daniel Gaxie et le sociologue Willy Pelletier dans Que faire des partis politiques ? (Editions du Croquant, 2018).

Vers la disparition des partis politiques

Vers la disparition des partis politiques

Un article du Monde  évoque la problématique de l’affaiblissement régulier des partis politiques (extrait)

On les dit gazeux, vaporeux, transversaux, informels, agiles ou même liquides : les nouveaux partis, comme La France insoumise et La République en marche, ne ressemblent en rien, ou presque, à leurs aînés. Alors que, dans les années 1970 et 1980, les formations politiques issues de la tradition gaulliste, communiste ou socialiste affichaient fièrement la puissance de leur implantation locale, la solidité de leur hiérarchie interne, l’énergie de leur réseau militant ou le dynamisme de leurs congrès annuels, les « nébuleuses » contemporaines, selon le mot du député Eric Coquerel, aiment à cultiver la souplesse et l’horizontalité.

A La République en marche comme à La France insoumise, les procédures exigeantes des partis traditionnels ont disparu. Les statuts officiels sont réduits au strict minimum, la bureaucratie partisane se fait rare, les militants adhèrent en un simple clic et les grandes orientations sont tranchées à l’issue, non pas de congrès rythmés par de longs discours, mais de forums participatifs et de consultations en ligne. « De nombreuses décisions sont ouvertes au vote autour d’un imaginaire de l’ouverture, de la transparence et de l’immédiateté », résume Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université de Lille.

Le mot même de parti semble appartenir à un monde révolu. La République en marche se présente comme un « mouvement politique et citoyen », La France insoumise comme un « mouvement ouvert et évolutif ». Les formations qui sont apparues ces dernières années se gardent, elles aussi, de mettre en avant ce terme suranné : lorsque Benoît Hamon lance Génération.s, en 2017, il définit son « bloc » européen, socialiste et écologiste comme un « mouvement » tandis que Raphaël Glucksmann présente Place publique, l’année suivante, comme une formation tournant délibérément le dos aux « vieux partis et aux antiques structures ».

Les partis, il est vrai, ont mauvaise presse. Dans le baromètre annuel du Cevipof, les Français les relèguent tout en bas de l’échelle de la confiance – derrière le personnel médical, les hôpitaux, la science, les petites et moyennes entreprises, l’armée, les scientifiques, l’école, la police, la Sécurité sociale, les associations, la justice, les grandes entreprises publiques et privées, les banques, les responsables religieux, les syndicats, les médias et même les réseaux sociaux… Les partis ne suscitent plus que « sarcasmes ou indifférence », résument le politiste Daniel Gaxie et le sociologue Willy Pelletier dans Que faire des partis politiques ? (Editions du Croquant, 2018).

Les enjeux politiques cryptomonnaies

Les enjeux politiques cryptomonnaies

Peter Rudegeair et Julie Bykowicz évoque les enjeux politiques des cryptomonnaies dans le Wall Street Journal

Le conflit relatif à la fiscalité des monnaies numériques comme le bitcoin vient de faire franchir une étape majeure au secteur des cryptomonnaies et de galvaniser une communauté jusqu’à présent éparse composée d’investisseurs, de plateformes d’échanges, de financiers et d’influenceurs des réseaux sociaux.

Sur le devant de la scène, Ashton Kutcher, Elon Musk et Jack Dorsey, directeur exécutif de Square, ont mis le feu à Twitter au sujet d’une disposition du plan d’investissement dans les infrastructures de 1 000 milliards de dollars visant à étendre et à renforcer les règles de taxation des transactions en cryptomonnaies. Conséquence, des dizaines de milliers d’abonnés ont interpellé les membres du Congrès.

En coulisses, des lobbyistes, des responsables de divers groupes et des dirigeants d’entreprises spécialisées en cryptomonnaies se sont retrouvés sur Google Meet plusieurs fois par jour pour coordonner leurs prises de contact avec le Congrès et ont élaboré une liste commune de leurs relations appartenant à la sphère législative.

Le groupe a mobilisé les sénateurs Ron Wyden (démocrate, Oregon), Pat Toomey (républicain, Pennsylvanie) et Cynthia Lummis (républicaine, Wyoming), qui ont prôné une approche plus favorable au secteur. Il a même réussi à convaincre le rédacteur de la proposition originale, le sénateur Rob Portman (républicain, Ohio) de restreindre la définition de courtier en cryptomonnaie. Mais cette campagne a échoué lorsqu’un sénateur a bloqué une modification relative à un tout autre sujet.

Ce mouvement collectif illustre très bien l’influence croissante de ce jeune secteur à Washington et dans la finance. Il a, en outre, donné aux passionnés un mode d’emploi pour les combats à venir

Si le secteur de la cryptomonnaie n’a pas réussi à modifier la loi votée par le Sénat, ce mouvement collectif illustre très bien l’influence croissante de ce jeune secteur à Washington et dans la finance. Il a, en outre, donné aux passionnés un mode d’emploi pour les combats à venir.

« La puissance de la crypto-communauté a en quelque sorte révélé sa dimension citoyenne », a affirmé Brian Armstrong, directeur général de la plateforme d’échange Coinbase Global lors d’une conférence de résultats mardi dernier. « Elle est en train de devenir un acteur qui s’affirme dans le débat réglementaire américain ».

Les crypto-lobbyistes affirment qu’ils peuvent encore l’emporter lors du passage du projet de loi sur l’infrastructure à la Chambre des représentants le mois prochain, ou lorsque l’agence chargée des impôts (IRS, Internal Revenue Service) mettra en œuvre les nouvelles règles par la suite. Plusieurs élus ont également évoqué une loi indépendante qui donnerait une définition des courtiers en cryptomonnaie plus étroite que celle de la disposition actuelle.

Comme l’a clairement établi Gary Gensler, directeur de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’autorité américaine des marchés financiers, lorsqu’il a récemment comparé les cryptomonnaies au Far West, il faut s’attendre à ce que de nouvelles réglementations soient mises en place aux Etats-Unis. Mais ceux qui militent pour une plus grande sévérité gouvernementale vis-à-vis des cryptomonnaies savent désormais que leurs opposants sont capables d’une mobilisation encore inenvisageable jusqu’ici.

« La bataille autour du projet de loi sur les infrastructures montre que l’univers de la cryptomonnaie a désormais une voix à Washington » estime Andrew Park, analyste senior chez Americans for Financial Reform, société qui prône des régulations plus strictes et plus de responsabilité fiscale pour les cryptomonnaies. « C’est encore le tout début. Ils n’ont pas encore les contacts dont bénéficient des secteurs mieux établis. Mais ils ont fait entendre leur voix. »

De toute évidence, le lobbying de l’univers des crypto-actifs a trouvé les moyens d’amplifier cette voix de plus en plus rapidement.

Les entreprises et organisations du secteur ont dépensé environ 2,3 millions de dollars au premier semestre, soit le double de l’année précédente.

Au cours des douze derniers mois, cinq entreprises et organisations de cryptomonnaie ont engagé des lobbyistes fédéraux pour la première fois. Et elles se sont mises à recruter des consultants disposant de relations à Washington.

Faryar Shirzad, ancien responsable à la sécurité nationale, au commerce et aux échanges dans des administrations républicaines et démocrates, est devenu responsable des politiques chez Coinbase en juin, après avoir passé quinze années au service affaires publiques de Goldman Sachs. Julie Stitzel, ancienne responsable de la Chambre de commerce des Etats-Unis, a rejoint Square au printemps en tant que directrice des politiques Bitcoin pour son portefeuille numérique Cash App.

« S’il y a une chose qui peut expliquer la différence entre ce qui se passe maintenant et ces sept dernières années, c’est que de nombreuses entreprises, après beaucoup de faux départs, ont recruté des gens de Washington » explique Jerry Brito, directeur exécutif de Coin Center, groupe de réflexion à but non lucratif autour des cryptomonnaies fondé en 2014. « Nous avons désormais des homologues avec qui nous pouvons nous coordonner. »

La communauté autour du bitcoin, la première cryptomonnaie et la mieux connue de toutes, avait commencé à faire quelques premières tentatives de démarches à Washington il y a moins d’une dizaine d’années. A l’époque, aux yeux des législateurs, les bitcoins et autres monnaies du genre n’étaient quasiment associés qu’à des transactions illicites du style sexe et trafic d’armes. La Bitcoin Foundation, organisme fondé en 2012, a dû lutter pour gagner du terrain au milieu de scandales internes et de fréquents changements de personnel.

Dans ces tout premiers temps, Todd White, lobbyiste chez Rulon & White Governance Strategies, raconte n’avoir pas réussi à convaincre les entreprises de cryptomonnaies qu’elles avaient besoin d’aide à Washington.

« Le secteur ne comprenait pas le pouvoir du lobbying. Ils viennent de se réveiller ces deux dernières semaines, et maintenant il y a une réelle opportunité de transformation », explique M. White, qui représente désormais un nouveau groupe appelé Government Blockchain Association.

Mike Conaway, ex-élu républicain du Texas qui a effectué huit mandats à la Chambre des représentants et ne s’est pas représenté l’année dernière, est désormais lobbyiste officiel pour le compte de Ripple Labs Inc., une start-up de cryptomonnaie. Howard Schweitzer, ancien directeur des affaires juridiques de l’Export-Import Bank et directeur général du plan Paulson, fait du lobbying pour Bitcoin Association, groupe qui soutient un embranchement du bitcoin (BSV).

Les racines libertariennes du mouvement bitcoin rendent nombre de ses adhérents rétifs voire méprisants à l’égard de tout ce qui peut impliquer le gouvernement

A l’image des monnaies décentralisées pour lesquelles il milite, le secteur ne possède pas une voix unique à Washington. Et les racines libertariennes du mouvement bitcoin rendent nombre de ses adhérents rétifs voire méprisants à l’égard de tout ce qui peut impliquer le gouvernement, alors même que sa technologie originelle a conquis la Silicon Valley, Wall Street et les grandes entreprises américaines.

Certains lobbyistes ont concédé que ces dynamiques ont pu s’avérer problématiques.

La Chamber of Digital Commerce, groupe fondé en 2014, a irrité pas mal de ses membres en invitant des banques, des cabinets de conseil et des entreprises technologiques qui n’avaient que des attaches marginales aux cryptomonnaies à rejoindre ses rangs. En 2020, Coinbase, la plus grande plateforme d’échanges de cryptomonnaies aux Etats-Unis, a quitté la Blockchain Association, groupe qu’elle avait contribué à fonder deux ans auparavant. Le schisme s’est produit après que l’association a accordé le statut de membre à un rival de Coinbase, Binance.US, dont les filiales ont été confrontées à une foule de problèmes de réglementation à l’étranger.

Cette fragmentation, ainsi qu’un manque de ressources contribuent à expliquer pourquoi de nombreux acteurs du secteur n’étaient pas informés ou pas préparés à la disposition du plan infrastructures introduite par M. Portman. Certains groupes, dont la Chamber of Digital Commerce, ont eu de fréquentes discussions avec les membres de l’équipe de M. Portman lorsque la disposition était en cours de rédaction, tandis que d’autres, comme Coin Center, n’y ont pas participé.

Pourtant, certains indices laissaient deviner que quelque chose se tramait. En mai, le département du Trésor des Etats-Unis a annoncé dans un rapport espérer augmenter les recettes fiscales de l’année à venir en élargissant les informations que les courtiers en cryptomonnaies devraient fournir au gouvernement afin de prévenir l’évasion fiscale.

Pourtant, lorsque la disposition de M. Portman a été rendue publique fin juillet, plusieurs groupes du monde des crypto ont uni leurs forces. Une déclaration commune qualifiant les exigences de la disposition « d’inapplicables » a attiré cinq signataires, dont Coinbase et la Blockchain Association qui en ont profité pour se réconcilier.

Coinbase a également contacté M. Wyden, connu pour ses prises de position en faveur des technologies émergentes et de la protection des données personnelles, et trouvé chez lui une oreille attentive. M. Wyden, M. Toomey et Mme Lummis ont proposé un amendement à la loi sur l’infrastructure clarifiant la définition de courtier de cryptomonnaie.

L’intérêt de ces sénateurs pour les cryptomonnaies est tout sauf éphémère. En juin, M. Toomey a investi entre 2 000 et 30 000 dollars dans un portefeuille bitcoin et ethereum. Mme Lummis est originaire d’un Etat qui a modifié ses lois afin de les rendre accueillantes pour les entreprises de gestion d’actifs numériques et a révélé posséder entre 100 000 et 250 000 dollars de bitcoins.

Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, les fans de cryptomonnaie ont entendu l’appel à contacter les élus du Congrès lancé par Fight for the Future, groupe à but non-lucratif militant pour un internet plus ouvert. La campagne #DontKillCrypto, amplifiée par Jack Dorsey et Ashton Kutcher, a suscité plus de 40 000 interpellations en direction des législateurs.

« Nous avons été soufflés par les résultats » s’étonne encore Lia Holland, directrice de la communication de Fight for the Future. « Si nous avions provoqué 5 000 appels, nous aurions déjà considéré ça comme une réussite. »

Traduit à partir de la version originale en anglais par Bérengère Viennot.

Traduit à partir de la version originale en anglais

Abstention «La responsabilité essentielle aux politiques »( IFOP)

Abstention «La responsabilité essentielle aux politiques »( IFOP)

Le taux d’abstention serait de 68 % sur toute la France. c’est  le signe d’une démocratie agonisante, estime Maxime Tandonnet politiste dans le Figaro

Fin observateur de la vie politique française et contributeur régulier du FigaroVox, Maxime Tandonnet a notamment publié André Tardieu. L’incompris (Perrin, 2019).


« L’abstentionnisme aux scrutins régional et départemental bat tous les records en ce 20 juin 2021. Les commentaires autour d’un faible taux de participation deviennent une habitude à l’issue de chaque vote. Moins de 50 % aux élections législatives de 2017 et aux européennes de 2019, 40 % aux municipales de juin 2020. Cette fois-ci, l’effondrement est caractérisé (27 % à 17 heures, 32 % à l’issue du scrutin selon une estimation IFOP).

Cet effondrement est évidemment le signe d’une démocratie agonisante. Dès lors que l’immense majorité des citoyens s’abstient de se rendre aux urnes, le suffrage universel est annihilé et le pouvoir du peuple devient une formule vide de tout sens. Cette situation est immensément dangereuse. La nature a horreur du vide : si le peuple se dérobe à son devoir, d’autres prendront sa place…. »

Quel dialogue entre politiques et artistes

 

 

L’acteur et directeur d’un centre dramatique national Robin Renucci s’interroge, dans une tribune pour « le Monde », sur les conditions d’un tel dialogue en précisant n’avoir choisi d’affirmer « aucun engagement public face aux sollicitations ».

 

Tribune. La campagne électorale bat son plein. Chacune et chacun aura bientôt, en conscience, à faire son choix dans les urnes. Il en va de la liberté républicaine et du droit de chaque citoyenne et citoyen de faire savoir, ou pas, s’il entend soutenir publiquement l’un ou l’autre parti.

Réalisateur, directeur d’un centre dramatique national, président d’association, acteur sur scène et à l’écran, à ce titre connu du public, j’ai choisi, pour ma part, de n’affirmer aucun engagement public face aux sollicitations. Je ne souhaite pas participer à cette forme de « pipolisation » de la politique qui consisterait à ce que des personnalités, plus ou moins médiatiques, montrent le chemin à suivre à un peuple égaré, en brandissant l’étendard d’un candidat, d’un parti.


Pour autant, j’ai accepté de dialoguer avec les équipes de plusieurs candidates et candidats sur quelques thèmes pour lesquels, avec d’autres, nous militons depuis des années : les questions de l’art et de la culture dans nos vies, de l’éducation populaire, de la transmission, de la laïcité…

Pour ce faire, j’ai répondu aux invitations qui m’étaient adressées lors de rencontres publiques, en présence de professionnels de l’art, de la culture et des médias, comme j’ai accepté le dialogue dans les colonnes de journaux, ou encore avec de nombreux militants. Les débats peuvent être parfois rugueux et, je l’espère, utiles.

J’en tire au moins quelques réflexions…

Entre le silence prudent – trop prudent – et la libre parole exposée – trop exposée – quelle peut être la place d’un véritable dialogue républicain entre artistes et politiques ? N’aurions-nous, modestes saltimbanques, que le choix de nous cacher (l’artiste silencieux, mystérieux, hors du temps et du conflit politique, neutre dans l’adversité pour préserver la pureté de son art et – surtout – de son image) ou celui de l’allégeance (poser sur la photo, adhérer au comité, ajouter son nom à la liste…) ?

 

Où et comment mener le débat public indispensable entre artistes et politiques sans aussitôt se trouver enrôlé ? Les politiques ont-ils réellement besoin de ce « soutien » des artistes pour consolider leur position électorale ? Est-ce le rôle de l’artiste de contribuer à la vie politique de cette manière, surtout lorsqu’il démontre, au quotidien, combien il est engagé dans l’action citoyenne ? Qui soutient qui, en vérité, dans ce jeu de notoriétés supposées ? Certains journalistes, enfin, ne trouvent-ils pas là un « angle » facile, amalgamant, dans un fourre-tout « people », à la fois des comédiens, des académiciens, des auteurs, des sportifs, des chanteurs, des vedettes de télévision… qu’aucune idée commune sur le monde et sur l’art ne rassemble pourtant ?

Le pass sanitaire obligatoire pour les « grands rassemblements » mais pas pour les activités politiques, syndicales ou cultuelles !

Le pass sanitaire obligatoire pour les « grands rassemblements » mais pas pour les activités politiques, syndicales ou cultuelles !

 

Encore une curieuse décision de ce conseil constitutionnel pour déterminer là ou le pass sanitaire sera obligatoire. Une décision dite des sages qui en faites sont surtout des politiques d’où l’ambiguïté de nombre de ses décisions. Le Conseil constitutionnel a donné son feu vert : à partir du mois de juin, il faudra bien présenter un pass sanitaire démontrant que l’on n’est pas infecté par le virus du Covid-19 pour accéder à certains grands événements. Ce projet controversé du gouvernement est prévu par la loi encadrant la sortie progressive de l’état d’urgence sanitaire.

Ce pass sera demandé pour accéder aux grands rassemblements de plus de 1.000 personnes, comme des festivals, des foires ou des salons professionnels. Cela ne concerne donc pas les activités politiques, syndicales ou cultuelles, note le Conseil constitutionnel dans son avis rendu ce lundi.

Il prendra la forme « d’un résultat d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par le Covid-19, d’un justificatif de statut vaccinal ou d’un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination », précise le Conseil.

Anti éolien : Les politiques soutiennent Stéphane Bern

Anti éolien : Les politiques soutiennent Stéphane Bern

Nombre de politiques soutienne Stéphane Bern et sa lettre adressée à la ministre de l’environnement pour protester contre l’envahissement des inutiles éoliennes. Dans ce texte, intitulé «Madame Pompili, les éoliennes sont une négation de l’écologie», l’écrivain fustige le «diktat éolien qui brasse du vent et ancre dans nos sols un véritable mensonge». «Il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L’énergie éolienne (…) pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France, ces sites remarquables de beauté et ces joyaux architecturaux dont nous sommes collectivement dépositaires», explique notamment Stéphane Bern, qui accuse Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, de contrevenir «à la loi écocide qu’elle fait voter» en se rendant coupable «d’atteintes à la biodiversité, d’artificialisation des sols et de soutien aux énergies fossiles».

Présidentielle: Les partis politiques marginalisés

Présidentielle:  Les partis politiques marginalisés

 

  

La candidature de Jean-Luc Mélenchon et, plus récemment, celle de Xavier Bertrand démontrent que les formations politiques ne semblent plus structurer le processus de désignation des candidats voire s’apparentent à des outils au service d’ambitions personnelles, analyse le politiste dans une tribune au « Monde ».

 

Xavier Bertrand a donc déclaré, mercredi 24 mars, sa candidature pour l’élection présidentielle sans attendre les élections régionales ni l’hypothétique primaire d’un parti (Les Républicains, LR) dont il n’est de toute façon plus membre. Les partis politiques semblent avoir perdu la maîtrise du jeu présidentiel ou sont des instruments au service d’ambitions personnelles. 

Sous la Ve République, un des rôles des partis était de fabriquer des présidentiables et de les départager à travers diverses méthodes (cooptation, sondages, primaires fermées ou ouvertes…). Jusqu’en 2012, l’élection présidentielle arbitre la lutte de personnalités s’appuyant sur des organisations partisanes même si les primaires ouvrent le processus à des non-adhérents.

Lors de l’élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon s’autoproclament candidats en s’appuyant sur des partis-mouvements – La République en marche (LRM) et La France insoumise (LFI) −, créés ad hoc pour appuyer leur ambition personnelle. Le parti ne produit plus le candidat en le légitimant au préalable, c’est le candidat qui crée le parti pour porter sa campagne. La personnalité du candidat devient l’aspect central de l’offre politique (l’organisation n’est qu’un arrière-plan). L’investiture partisane n’est plus un préalable puisque le parti n’est, en quelque sorte, que le moyen, le support et la conséquence d’une candidature personnelle.

« Investiture populaire »

En novembre 2020, Jean-Luc Mélenchon s’est déclaré pour la troisième fois candidat à l’élection présidentielle. Le député a inventé alors de nouvelles règles pour se représenter et se réinventer. S’il « propose » à nouveau sa candidature, il la conditionne à une « investiture populaire » (le parrainage de 150 000 citoyens). Il ne présente donc pas sa candidature comme procédant de LFI, tout en précisant que « c’est le programme qui est investi, pas un homme ». Une nouvelle plate-forme est créée pour récolter les parrainages : noussommespour.fr.

Ce n’est significativement pas sur la plate-forme de LFI que les soutiens sont recueillis. Les militants LFI n’ont été que consultés un peu plus tôt, par e-mail, tout comme les députés lors d’une réunion informelle. Le seuil de 150 000 parrains est franchi en quelques jours : plus de 2 millions d’abonnés sur Twitter suivent le leader de LFI qui revendique 500 000 adhérents. La candidature résulte donc d’une forme d’autodésignation mais celle-ci est sanctionnée par un plébiscite populaire aux résultats largement prévisibles.

Des choix politiques aux dépens du scientifique

Des choix politiques aux dépens du scientifique

Invité de France Inter mardi, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon de Paris a critiqué la stratégie du gouvernement et dénoncé une action politique sans cohérence avec les avis scientifiques.

 

Près de 1.500 patients en réanimation. La situation épidémique dans les hôpitaux d’Ile-de-France fait toujours l’objet de grandes inquiétudes. Le professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon de Paris, a tiré la sonnette d’alarme mardi matin sur France Inter, décrivant l’afflux massif de malades auquel les établissements devaient faire face. Avec un taux d’incidence de 640 cas pour 100.000 habitants, l’Ile-de-France est l’une des régions les plus touchées par le Covid-19. Les hôpitaux comptent près de 1.500 patients contaminés en réanimation. « A l’échelle de mon hôpital, les mesures de freinage n’ont quasiment aucun effet », a déploré le professeur, critiquant le confinement local plutôt lâche adopté par les autorités.

 

Le pic de la première vague dépassé quoiqu’il arrive? Mais ce sont surtout les projections qui affolent les médecins. « Les semaines qui vont s’écouler sont déjà écrites », soupire Gilles Pialoux. Le médecin a participé à une réunion de crise le 27 mars à l’AP-HP pour préparer le difficile mois d’avril à venir. Selon les estimations, le nombre de malades en réanimation est amené à exploser dans les prochains jours, quelles que soient les mesures restrictives prises par le gouvernement. Ainsi, si un confinement strict entrait en vigueur le 1er avril, un pic pourrait être atteint le 12 avril avec plus de 3.400 patients en réanimation. Si le confinement mettait une semaine de plus à arriver, ce chiffre pourrait passer à plus de 4.400 patients en réanimation le 29 avril. Ces niveaux sont donc amenés à dépasser ceux du pic de la première vague lors duquel 2.877 lits étaient occupés par les patients Covid. Gilles Pialoux décrit une situation « à la Lombarde » qui se profile : un tri devra s’opérer entre les patients, certains mourront « sur les brancards ».

« Le politique a éclipsé le scientifique ». Selon lui, en faisant le pari de ne pas reconfiner, « le politique a éclipsé le scientifique ». « Depuis janvier, on a des décisions politiques qui n’ont aucune cohérence scientifique », s’exclame-t-il au micro de France Inter. En plus des mesures de freinage actuelles qu’il juge inefficaces, le professeur dénonce l’absence de transparence du gouvernement sur sa stratégie sanitaire. Selon lui, l’exécutif est conscient que les déprogrammations d’opérations à venir et la dégradation de la qualité des soins vont être des conséquences directes de sa stratégie.

Macron l’apprenti épidémiologiste. Des critiques émergent au sein des scientifiques et de la classe politique sur l’attitude du président de la République qui s’émanciperait de plus en plus de l’avis des experts. Alors qu’Emmanuel Macron avait scrupuleusement suivi les recommandations du Conseil scientifique au cœur de la première vague, il semble désormais les considérer comme un avis parmi d’autres, à mettre en balance avec les conséquences sociales de la pandémie. Il avait effectué un premier pas de côté en avril 2020, en rouvrant les écoles contre l’avis du Conseil scientifique. Mais la bascule s’est réellement opérée lorsque le chef de l’Etat a refusé de reconfiner le pays en janvier. Certains commentateurs lui prêtaient alors une attitude « d’apprenti épidémiologiste ». Le 25 mars, lors d’un point presse, Macron refusait tout « mea culpa » et défendait sa stratégie face au virus. Des propos qu’il réitérait dans les colonnes du JDD dimanche.

Procès Sarkozy : une évolution juridique vis-à-vis des politiques ?

Procès Sarkozy : une évolution juridique vis-à-vis des politiques ?

Fabien Bottini Professeur des Universités en droit public, Université Le Havre Normandie, évoque dans la Tribune la portée du procès Sarkozy.

 

Le 1er mars dernier, le Tribunal correctionnel de Paris a condamné Nicolas Sarkozy à trois ans de détention, dont un ferme, pour corruption et trafic d’influence. À l’appui de cette sanction, les juges ont souligné que ces infractions avaient porté « gravement atteinte à la confiance publique en instillant dans l’opinion publique l’idée selon laquelle » la justice pouvait « faire l’objet d’arrangements occultes destinés à satisfaire des intérêts privés ».

La sévérité de cette sanction est à mettre en rapport avec le caractère inédit du dossier. Ce serait la première fois dans l’histoire de la Ve République qu’un jugement fondé sur des écoutes téléphoniques établirait qu’un ancien chef de l’État a promis à un magistrat de la Cour de cassation de jouer de son influence pour lui permettre d’être nommé à un poste prestigieux en échange de son aide pour mettre un terme à des procédures judiciaires le visant, et ce afin d’obtenir une décision plus favorable.

Nicolas Sarkozy ayant fait appel de son jugement qui pose à ses yeux « la question de la partialité de certains magistrats », sa condamnation n’est toutefois pas définitive et aucun rebondissement n’est à exclure puisqu’il a déjà bénéficié de deux non-lieux dans des procédures dirigées contre lui.

Son procès a toutefois le mérite de mettre en lumière une conséquence de la mondialisation qui n’est pas toujours bien perçue par le grand public et les responsables politiques eux-mêmes.

Le jugement s’inscrit dans une évolution d’ensemble dont la finalité est d’assurer la neutralité de l’action publique dans le champ économique, de façon à ne pas perturber le bon fonctionnement du marché dont dépend désormais la prospérité du pays et, à travers elle, le progrès social.

Le rapport qu’entretient le personnel politique avec la justice n’a en effet évolué ces dernières années que parce qu’une certaine rationalité économique a rejoint les critiques de l’opinion publique contre l’immunité-impunité supposée de ceux qu’il est convenu d’appeler les décideurs publics par comparaison avec les décideurs du secteur privé : les chefs d’entreprise.

Parce qu’ils ont « la passion de l’égalité » comme l’écrivait Tocqueville, les Français ont régulièrement exprimé à travers l’histoire leur aspiration à une responsabilité effective des gouvernants. Déjà au IXe siècle la théorie du gouvernement « spéculaire » – entendu comme un gouvernement miroir de la société - soutenait que le chef de l’État se devait d’être exemplaire et vertueux pour mériter son titre et être obéi de tous.

Sous la Révolution, les cahiers de doléances de la noblesse d’Amiens ont assigné aux États généraux le soin de demander que :

« les ministres et tous les administrateurs soient responsables envers la nation de leur gestion et jugés suivant la rigueur des lois ».

Encore en 1870, le décret supprimant la garantie des fonctionnaires – qui interdisait de poursuivre les agents publics sans l’autorisation préalable du Conseil d’État – a été « l’un des mieux accueillis » par « l’opinion publique ». Ces attentes sont à l’origine directe de l’article 15 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen d’après lequel : « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration ».

L’idée a toutefois longtemps prévalu que cette responsabilité devait être davantage politique que pénale : en l’absence d’infractions volontaires ou d’enrichissement personnel, la sanction des contrevenants devait être la perte (ou la non-conquête) du pouvoir, pas la prison.

Derrière cette solution se trouvait le souvenir des abus des cours de justice de l’Ancien droit. Entre les mains de la noblesse de Robe, ces tribunaux étaient hostiles à la Révolution. C’est pourquoi les Révolutionnaires de 1789 s’en étaient davantage remis à la séparation des pouvoirs entre l’Exécutif et le Législatif et à l’éthique des élus de la Nation pour prévenir ou sanctionner l’arbitraire du personnel politique.

La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen énonce pour cette raison ce que la loi peut faire afin que les gouvernants sachent à tout instant ce qu’ils ne peuvent pas faire :

art. 5 : « La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société » ;

art. 8 : « La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires » ;

art. 12 : la force publique est « instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée »…

Ces garanties demeurent, la déontologie ayant même fait son grand retour avec le vote des lois organique et ordinaire du 11 octobre 2013, sur la transparence de la vie publique (qui renforcent la prévention des conflits d’intérêts dont les élus pourraient se rendre coupables dans l’exercice de leurs fonctions).

Mais elles ont également montré leurs limites, les élus étant souvent réticents à condamner leurs pairs, par peur de représailles. « Je ne souhaite pas », disait pour cette raison le Premier ministre Lionel Jospin au moment où le député Montebourg proposait de renvoyer le président Chirac devant la Haute cour de justice, « que les affaires soient utilisées dans le débat public ».

Les difficultés qu’ont longtemps eues les victimes à déclencher elles-mêmes les poursuites devant le juge pénal combinées avec le pouvoir du garde des Sceaux de donner des instructions individuelles aux parquets dans les dossiers « sensibles » faisaient qu’en pratique les condamnations restaient rares.

D’où le sentiment d’injustice chez certains citoyens. Celui-ci a fini par nourrir des réformes d’ampleur dans les années 1990 à la suite de différents scandales politico-financiers visant le Parti socialiste (PS) (affaires Urba ou carrefour du développement) ou la droite (affaire de Karachi par exemple).

Mais ces réformes n’ont toutefois pu aboutir que parce que les attentes de l’opinion publique ont conjugué leurs effets avec une certaine rationalité économique avec laquelle on ne fait pas toujours bien le lien.

Cette rationalité, c’est celle qui préconise de faire de l’interdépendance économique des Nations – dont les dirigeants politiques doivent être les artisans autant que les garants – le facteur de la paix dans le monde. Tout comportement déviant doit pour cette raison être prévenu (par la déontologie) et à défaut sanctionné (par le droit pénal) pour ne pas compromettre le bon fonctionnement du marché global.

 

Fondé sur le souvenir de la pax romana qui a duré plus de 1000 ans sous l’Antiquité, le projet d’une paix par le commerce entre États a régulièrement été défendu par d’éminents auteurs depuis les Temps modernes.

En 1623, le moine Emeric de La Croix insistait dans Le Nouveau Cynée sur l’importance d’assurer la « liberté du commerce par tout le monde » avant qu’Emmanuel Kant ne fasse, en 1795, du respect du droit des gens au niveau international un instrument de son Projet de paix perpétuelle et que Victor Hugo ne prédise, dans son célèbre discours du 21 août 1849 au Congrès de la paix, qu’« un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce ».

C’est cette finalité qui sous-tend le projet de la Charte de l’Atlantique du 14 août 1941, co-écrite par Roosevelt et Churchill, de faire de « l’accès et la participation », de « tous les États », « au commerce et aux matières premières indispensables à leur prospérité » et de « la plus entière collaboration entre toutes les nations » le moyen de prévenir un nouveau conflit mondial à l’avenir. C’est de ce fait lui qui inspire les accords du GATT en 1947, le lancement de la construction européenne en 1951 et 1957 ou encore la création de l’OMC en 1995.

Or, sa mise en œuvre a franchi une nouvelle étape au tournant des années 1990 lorsque la multiplication des scandales politico-financiers précités a montré combien les personnalités politiques pouvaient, par leur comportement, fausser le bon fonctionnement du marché, en avantageant de façon occulte certains opérateurs économiques.

Il est pour cette raison devenu important à cette date de lutter contre la corruption au moment qui plus est où l’effondrement de l’URSS permettait une libéralisation accrue des échanges entre États. Six conventions pénales internationales adoptées entre 1996 et 2003 sous l’égide de l’OCDE, de l’UE ou encore du Conseil de l’Europe ont ainsi contribué à renforcer en France le rôle de la juridiction pénale contre la corruption et à alimenter, ce faisant, le phénomène de judiciarisation de la vie politique.

Alors que le juge était relégué depuis la Révolution au rang de simple autorité, il s’est depuis le tournant des années 90 imposé comme un véritable contre-pouvoir.

La création en 2013 d’un Parquet national financier (PNF) participe de cette même évolution, puisqu’il vise à protéger les intérêts économiques fondamentaux de la Nation.

Ce n’est ainsi pas par hasard si Jacques Chirac a dans ce contexte été le premier ancien président de la République à avoir fait l’objet de poursuites à raison de faits d’abus de confiance et de détournement de fonds commis lorsqu’il était maire de Paris et président du RPR.

On comprend de même mieux pourquoi les faits contre Nicolas Sarkozy ont été instruits par le PNF et pourquoi le tribunal a considéré que les infractions qui lui étaient reprochées justifiaient à ses yeux de la prison ferme, dès lors qu’elles fragilisaient la confiance de tout un chacun – simple particulier ou opérateur économique – envers le bon fonctionnement de l’institution judiciaire – si importante pour le règlement des litiges commerciaux.

Reste à savoir si le jugement du tribunal est ou non juridiquement fondé. Régulièrement la droite s’estime victime de « juges rouges » réputés proches de la gauche lorsque ses leaders se trouvent condamnés et les magistrats à l’origine du jugement n’échappent pas à ces critiques. Ce reproche n’est toutefois pas propre à la droite puisque certaines personnalités de gauche dénoncent en retour, à l’image de Jean‑Luc Melenchon, tout aussi régulièrement une « justice aux ordres » de la majorité du moment.

 

À chaque fois, il s’agit ainsi de prendre l’opinion publique à témoin pour lui faire constater le caractère injuste de la décision rendue.

Au nom des principes de l’État de droit, la judiciarisation de la vie politique s’accompagne toutefois d’un renforcement des garanties offertes à la personne poursuivie, pour s’assurer que chacun ait droit à ce que son affaire soit tranchée par un tribunal indépendant et impartial (art.6 §1 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme de 1950).

Non seulement le juge est tenu de respecter le droit au respect de la présomption d’innocence des personnes mises en cause, mais il se doit d’instruire à charge ET à décharge les faits qui lui sont soumis. Sans compter que les justiciables bénéficient de plusieurs voies de recours.

Outre que le double degré de juridiction leur permet de faire appel de leur condamnation avant éventuellement de se pourvoir en cassation, il leur est également loisible de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme comme Nicolas Sarkozy en a l’intention. Ce sont ces garanties qui lui ont par le passé permis de bénéficier de deux non-lieux.

S’il convient donc de laisser la justice suivre son cours, le jugement rendu n’est qu’une pièce d’un puzzle plus grand dont le but ultime est de rendre confiance aux opérateurs du marché dans le bon fonctionnement des institutions. De ce point de vue les critiques qui l’ont accompagné comme l’appel qui a été interjeté doivent être perçus comme le signe de leur vitalité et non comme celui de la déliquescence de notre démocratie.

_________

(*) Par Fabien Bottini, Qualifié aux fonctions de Professeur des Universités en droit public, Université Le Havre Normandie.

L’auteur a récemment publié « L’action économique des collectivités publiques : ses enjeux, son droit, ses acteurs ».

Sondage justice des politiques : mieux traités que les autres pour 60 %

Sondage justice des politiques : mieux traités que les autres pour 60 %

En dépit des protestations de Sarkozy quant à sa dernière condamnation, l’opinion considère que les politiques sont mieux traitées que le citoyen ordinaire. Un jugement global sans doute justifié mais qui fait peut-être abstraction du détail contestable de la dernière affaire où les preuves matérielles faisaient défaut.

 

Selon un sondage Ifop pour le JDD*, pour 62% des Français, la justice traite « moins sévèrement » une personnalité politique qu’un simple citoyen. Ils ne sont pas non plus convaincus par la dénonciation d’un acharnement judiciaire à l’égard de l’ancien président : seuls 22% estiment que Sarkozy est, de manière générale, « moins bien traité » par les juges, alors qu’une personne sondée sur deux estime qu’il l’est « mieux ».

 

Enquête Ifop pour le Journal du Dimanche réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 mars 2021, auprès d’un échantillon de 1.012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. 

La popularité des personnalités politiques : le classement des nuls

La popularité des personnalités politiques : le classement des nuls

 

On ne peut pas dire que la France fasse preuve de beaucoup de d’originalité en matière de popularité des responsables politiques.

 L’ex-Premier ministre domine toujours le classement des personnalités politiques (54 %, +3), tandis que Nicolas Hulot reprend sa deuxième place (46 %, +1) à Roselyne Bachelot qui se classe 3e (44 %, -3). Plus loin, Nicolas Sarkozy (33 %, +2), Bruno Le Maire (32 %, =), Olivier Véran (30 %, -2) occupent la suite du classement. A nouveau testée ce mois-ci, Marion Maréchal et se classe 7e (29 %, elle gagne 3 points depuis novembre 2020), juste devant Marine Le Pen (27 %, +3). Michel Barnier , testé pour la première fois ce mois-ci, occupe la 9e place avec 27 % d’image positive (27 % d’image négative et 46 % ne se prononcent pas). Nicolas Dupont-Aignan (22 %) et Rachida Dati (22 %) progressent également de 3 points.

Gérard Larcher, après avoir connu une baisse de 6 points le mois dernier, enregistre la plus forte augmentation de janvier (18 %, +5). Gabriel Attal (17 %, +3) connaît une amélioration de sa popularité depuis septembre 2020 : il gagne 15 points de notoriété, repartis de manière quasi-égale entre image positive (+7) et image négative (+8).

Ne manque plus que le célèbre député Jean Lassalle ou Arlette Laguiller pour compléter le tableau.

Turpitudes politiques : Trump a demandé de truquer le vote à son avantage !

Turpitudes politiques : Trump a demandé de truquer le vote à son avantage !

Dans un extraordinaire appel téléphonique passé samedi depuis la Maison-Blanche, et dont le Washington Post a publié dimanche l’enregistrement et la transcription, le président américain a, pendant une heure de conversation, tenté d’obtenir de Brad Raffensperger la modification du résultat de l’élection en sa faveur.
«Tout ce que je veux, c’est trouver 11.780 votes, ce qui est un peu plus que ce que nous avons. Parce que nous avons gagné l’État », dit Trump.

 

Sans se départir de son sang-froid, Brad Raffensperger a chaque fois poliment mais fermement refusé d’accéder à ces demandes de revenir sur le résultat d’un vote plusieurs fois recompté et certifié. «Nous ne sommes pas d’accord sur le fait que vous avez gagné», a répondu le secrétaire d’État. «Il y a eu plusieurs recours en justice… Nous avons procédé à un recomptage manuel, de tous les bulletins de vote et les avons comparés aux résultats des comptages par les machines et nous avons obtenu pratiquement le même résultat… je ne pense pas qu’il y ait un problème à ce sujet.» Quant aux électeurs décédés, «ils étaient deux… Nous pensons que nous avons eu une élection régulière», a dit Raffensperger.

 

Bref Trump  exercer une inqualifiable pression politique sur un responsable pour modifier à son avantage les résultats du vote présidentiel

« Coronavirus : des conséquences politiques (institut et Elabe)

 « Coronavirus : des  conséquences politiques (institut et Elabe)

 

Bernard Sananès, président d’Elabe prévoit des conséquences politiques suite à la crise sanitaire dans une interview des Echos

Après une année 2020 marquée par une crise sanitaire séculaire, quel regard portez-vous sur la société française ?

Elle a été marquée par l’inquiétude pesante née des deux vagues de la crise sanitaire , des deux confinements, et de la crise économique et sociale. Pourtant elle a fait preuve d’une forme de résilience. Mais les signaux d’alerte sur le moral des Français, sur les souffrances vécues par les plus exposés sont réels. Qu’en sera-t-il si une troisième vague épidémique survient et si l’absence de perspectives perdure ? On ne sait pas si les Français pourront encaisser les chocs encore longtemps. Tout cela aura un impact direct sur la séquence 2021-2022.

Quel bilan politique peut-on tirer de 2020 ?

Il y a eu une critique forte de la gestion de la crise, après l’épisode des masques. Mais surtout je note que les Français ont mis la politique à distance. Ils sont d’abord dans le « sortez-nous de là ». C’est comme si le virus avait anesthésié la vie politique pendant un an. Il n’y a pas eu de mouvements marquants dans l’opinion. Ainsi, Emmanuel Macron affichait une cote de confiance de 32 % en janvier 2020 dans notre baromètre et il se situe exactement au même niveau en décembre.

Emmanuel Macron en sort-il affaibli ou renforcé ?

Ni l’un ni l’autre. Il n’a pu compter sur aucun effet d’unité nationale et n’est pas parvenu non plus à la susciter, ce qui est un signe de faiblesse. A l’inverse, les critiques sur la gestion de la crise n’ont paradoxalement pas généré d’impopularité supplémentaire. Le moment de juger la gestion de cette crise n’est pas encore venu car les Français vivent sous inquiétude maximale. Les conséquences politiques n’ont pas encore été tirées.

Qu’en est-il de ses oppositions de droite et de gauche ?

C’est exactement pareil pour les oppositions. Les opposants politiques d’Emmanuel Macron restent dans leur couloir et personne n’a réussi à capter l’attention malgré les critiques, et parfois la colère, sur la gestion de la crise. Aucun leader n’a émergé dans l’opinion ou n’a vu sa cote de confiance progresser. La situation avait été la même pendant la crise des « gilets jaunes », personne n’en avait profité en termes d’opinion.

Comment peut-on interpréter la réticence d’une majorité de Français à se faire vacciner ?

Cette méfiance ajoute à la défiance générale des Français celle liée à la gestion de la crise. La défiance par rapport au vaccin est installée depuis longtemps, après notamment l’épisode de la grippe H1N1. Le doute s’est ajouté tout au long de 2020 et les Français sont nombreux à ne pas avoir encore décidé s’ils se feront vacciner. La campagne vaccinatoire devra donc lever les freins, en s’appuyant notamment sur le rôle central des médecins. La dernière enquête que nous avons réalisée montre que c’est leur avis qui comptera en premier dans le choix de chacun. Cette crise montre plus largement que la parole publique est l’autre victime du coronavirus. Qui croire ? A qui faire confiance ? Ce contexte pèsera sur la campagne présidentielle.

Le populisme a été battu aux Etats-Unis, ne se porte pas bien en Grande-Bretagne. Est-ce ça peut avoir une influence en France ?

Cela n’aura pas forcément d’influence directe sur la France. Mais se consolide un large espace pour un vote protestataire ou pour une prise de distance qui se manifesterait par l’abstention.

Peut-on dire que le Brexit, le Covid et la question du vaccin ont renforcé l’Europe et affaibli les eurosceptiques comme Le Pen ou Mélenchon ?

L’Europe a été jugée sévèrement au début de la crise, moins au cours de la deuxième vague car elle a été considérée comme plus présente. Elle sera jugée sur l’efficacité de la stratégie vaccinatoire et aussi sur celle du plan de relance. Si elle montre qu’elle est capable de protéger les Européens, elle en sortira renforcée.

Les écologistes sont-ils en perte de vitesse après leurs succès électoraux de 2019 et 2020 ou peuvent-ils espérer transformer l’essai ?

Ils ne l’ont pas encore fait. Les polémiques suscitées par certains nouveaux maires, les rivalités internes et les difficultés à se faire entendre sur d’autres sujets que l’environnement ont joué. Ils n’ont pas acquis la centralité qu’ils recherchaient et la recomposition de la gauche ne se fait pas autour d’eux, comme cela avait été dit au lendemain des municipales.

A seize mois de l’échéance, comment se présente l’élection présidentielle de 2022 ?

Il est encore trop pour dire quel sera le contexte et le « momentum » de la campagne électorale. La France sera-t-elle sortie de la crise sanitaire ? Et quelle sera l’intensité de la crise économique ? Se posera alors une question clé. Les Français se demanderont si la crise sanitaire a été une nouvelle preuve du déclin de la France ou si, au contraire, elle a montré la résilience du modèle français. Pour l’instant, il n’y a pas une réponse qui s’impose. Ce sera évidemment important pour Emmanuel Macron car s’il réussit à faire redémarrer le pays, il en sera crédité. Mais si la France s’enfonce dans la récession, le « quoi qu’il en coûte » sera jugé différemment car les Français se diront qu’il aura été une parole forte, mais insuffisamment efficace sur la durée.

Quels seront les thèmes forts de cette campagne ? La crise sanitaire aura-t-elle un impact ?

Emmanuel Macron se positionne depuis plusieurs mois sur des thèmes qui sont importants aux yeux des Français, à commencer par la protection. C’est vrai pour le régalien et aussi la défense de l’environnement. En faisant ainsi, il veut priver d’air la droite et les écologistes en occupant leur espace. Mais sera-t-il perçu comme crédible dans les habits du Président protecteur ? Rien n’est moins sûr.

Quels sont les points forts et les points faibles d’Emmanuel Macron, probable candidat à sa réélection ?

Parmi ses points forts, la stratégie du « qui d’autre que lui » fonctionne à plein sur son socle et sur une partie des électeurs de droite, même si ces derniers émettent des critiques. A noter aussi que s’il est plus populaire parmi les retraités, il l’est aussi chez les jeunes, dont la participation électorale reste plus aléatoire. Enfin, le niveau d’hostilité à son encontre a diminué. Parmi ses points faibles, je note son incapacité à rassembler les Français. Un quart des Français pense qu’il en est capable, ce qui est très faible pour un président sortant. Il doit aussi montrer qu’il peut reprendre le fil de son quinquennat s’il veut faire passer le message qu’il en faut un second pour ancrer les réformes.

Le match retour avec Marine Le Pen est-il écrit d’avance ?

Si cela peut paraître comme le scénario le plus probable, il ne faut pas oublier que rien n’est écrit. Ni la feuille de match ni le résultat de la finale. Emmanuel Macron n’a pas dessiné le chemin de sa réinvention, comme il l’avait promis au printemps. Tout l’enjeu pour lui est de convaincre son socle qu’il n’y a pas d’alternative au premier tour et de contenir le « tout sauf Macron » au second. De son côté, Marine Le Pen, première opposante, n’est toujours pas perçue comme une alternative crédible pour diriger le pays.

La réforme territoriale à balkanisé les politiques sociales

La réforme territoriale à balkanisé les politiques sociales 

Inspecteur honoraire de l’action sanitaire et sociale, ancien directeur de la délégation territoriale du Rhône de l’Agence régionale de santé (ARS) Auvergne Rhône Alpes.

En application d’un décret du 9 décembre et pour la première fois depuis 1964, le ministère des solidarités et de la santé se trouve dépourvu de services déconcentrés propres en charge du « social », déplore, dans une tribune au « Monde », Jean-Marc Tourancheau, inspecteur honoraire de l’action sanitaire et sociale.

Tribune.

 

Le ministère des solidarités et de la santé – dans son versant solidarités – est une des victimes de la réforme territoriale de l’Etat, dont les principes ont été fixés par un décret du 9 décembre 2020 relatif « à l’organisation et aux missions des directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités, des directions départementales de l’emploi, du travail et des solidarités et des directions départementales de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations ».

Comme cela a été précisé le 9 décembre, en conseil des ministres, lors de la présentation de ce décret, cette organisation vise à « créer le service public de l’insertion et soutenir le tissu économique » et signe la fin de services territoriaux propres du ministère en charge des solidarités, une première depuis cinquante-six ans…

Ces services sont probablement ceux qui ont été les plus « triturés » par réduction régulière de leur champ de compétences, à travers une série d’étapes successives : la décentralisation de 1981, la création des agences régionales d’hospitalisation (ARH) en 1996, puis la réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE) en 2008 et la création des agences régionales de santé (ARS) en 2010. Auparavant, par un décret du 30 juillet 1964, les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass) avaient été créées, dont chacun à l’époque soulignait qu’elles constituaient une avancée. Il aura donc fallu cinquante-six ans pour passer de ce progrès reconnu… à son annulation.

De l’érosion des politiques sociales

Dans le domaine social, au niveau régional, est acté le regroupement des directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation et de l’emploi (Direccte) et des directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS). Au niveau du département, le regroupement se fait par la création des directions départementales de l’emploi, du travail et des solidarités (DDETS). Au-delà de cet aspect de « Meccano administratif », et par ailleurs de la nécessaire adaptation des services territoriaux aux exigences du terrain, cette approche appelle quelques observations.

Tout d’abord, pour la première fois depuis 1964, ce ministère se trouve dépourvu de services déconcentrés propres en charge du « social ». L’érosion des politiques sociales en a eu raison. Derrière cette faiblesse, que le secteur sanitaire n’a pas connue, se cache une absence de sens, de « souffle », que les services locaux essayaient tant bien que mal de suppléer, engoncés dans les procédures et les méandres de dispositifs administratifs empilés et, pour la plupart, éphémères.

 

Titans technologiques ……et politiques

Titans technologiques ……et   politiques

 

Charles-Edouard Bouée, ancien PDG du cabinet de conseil en stratégie Roland Berger, aujourd’hui associé cogérant du fonds de capital-risque Alpha Intelligence Capital (AIC),  met en perspective dans l’Opinion l’émergence de titans contemporains, technologiques et politiques, qui sont le produit d’un capitalisme financier à outrance et qui bouleversent les rapports de force.

 

Dernier livre L’ère des nouveaux Titans : le capitalisme en apesanteur (Editions Grasset), 2020)

 

Pourquoi parlez-vous de capitalisme en apesanteur ?

Les deux éléments qui contribuent à la pesanteur du capitalisme sont aujourd’hui remis en cause. La baisse continue des taux d’intérêt depuis la crise de 2008 a modifié notre rapport au temps. Les durées de remboursement se sont allongées, les entreprises technologiques ont pu accélérer leur développement à un rythme défiant toute logique, grâce à un volume d’argent disponible quasi illimité. D’autre part, le capitalisme est basé sur des faits, des principes physiques, des lois et des règles. Or depuis une dizaine d’années, avec le développement des réseaux sociaux notamment, les fake news ont été rendues possibles, contribuant à déstabiliser notre perception de la réalité. Ce qui était anecdotique dans la prise de décision et d’investissement ne l’est plus aujourd’hui. Ces deux paramètres ont mis le capitalisme en apesanteur. Ils ont réduit la valeur du temps à zéro et brouillé les lignes entre ce qui est possible ou pas. On voit apparaître un monde où il n’y a plus de limites. On est capable de financer des gens pour aller sur Mars, alors qu’on ne sait pas si concrètement l’Homme peut survivre sur cette planète. La crise de 2008 et l’activation de la planche à billets ont donné naissance à des titans technologiques qui portent aujourd’hui le monde sur leurs épaules.

Ces titans auraient, selon vous, donné naissance à d’autre titans, politiques ceux-là…

La crise des subprimes a créé les conditions d’émergence d’une ère technologique aujourd’hui incarnée par les GAFAM, les BAT chinois, et aussi par toutes ces licornes : Uber, Airbnb, TikTok… Des créatures fantastiques qui existent alors même qu’elles ne font pas de profit. Ces titans technologiques se sont saisis de parties de nos vies pour les rendre plus simples, pour nous aider. Un bel âge d’or en perspective. L’illusion a été de courte durée. A la place, ils ont attaqué les modèles économiques existants et remplacé des métiers plus traditionnels. Une peur insidieuse s’est répandue chez les citoyens. Consciemment ou inconsciemment, par incantation ou par vote, ils ont appelé des personnages hors normes au pouvoir, dans l’espoir qu’ils règlent une situation que personne n’est capable de maîtriser. Il y a eu un besoin de protection, une recherche de sécurité, qui s’est exprimée par le Brexit, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis ou de leaders populistes en Europe de l’Est… Les titans géopolitiques ont répondu à cette peur primaire générée par les titans technologiques. Aujourd’hui, ils se battent entre eux. On l’a vu cet été avec la lutte sino-américaine autour de TikTok.

Il est dommage que les titans technologiques, alors qu’ils ont des compétences analytiques extraordinaires, ne s’en soient pas servi pour parler d’humanité. L’épidémie nous a permis de prendre conscience de notre mortalité et de l’importance de la vie sociale

Dans la mythologie, les humains restent les jouets des titans jusqu’au déluge qui les refaçonne et leur redonne du pouvoir. Ce récit peut-il s’appliquer à la période que nous vivons ?

L’âge d’or promis par les titans n’est pas arrivé. Les risques liés à la violence, aux opiacés, aux réseaux sociaux se sont multipliés. Le mythe des titans relate qu’un déluge est censé refaçonner l’humanité pour qu’elle reprenne ses droits. Quel sera-t-il ? Une catastrophe climatique ? Une guerre ? Un virus informatique ? J’ai, au début de la crise sanitaire, pensé que le coronavirus jouerait ce rôle. Tout le monde s’est mis à rêver des merveilles du « monde d’après ». On constate aujourd’hui que rien n’a changé. La Covid-19 n’est pas le déluge, mais la « révélation », au sens biblique du terme, du monde dans lequel nous vivons. Elle a mis en lumière un système financier déréglé et la toute-puissance de quelques titans technologiques. Sans eux, notre confinement aurait été à la fois physique et psychologique : un enfer. Il aurait été impossible d’échanger avec ses proches, de travailler, de se divertir… Mais ils se sont aussi révélés tels qu’ils sont : des organisations robotisées, peu capables de compassion ou d’empathie, démontrant du même coup leur incapacité à s’investir émotionnellement auprès des humains, qu’elles prétendent pourtant connaître si bien.

Considérez-vous que l’économie est un sujet éthique ?

On a tendance à séparer l’Etat de l’entrepreneuriat et de l’esprit. Quand on observe la manière dont travaillent les Chinois, ce qui a fait l’objet d’un précédent livre en 2013 (Comment la Chine change le monde, Editions Dialogues), on constate que ces trois éléments sont interconnectés. L’humain est présent dans ces trois dimensions de la société. Il est à la fois citoyen, salarié ou entrepreneur, et philosophe. La technologie et le politique sont partis dans une direction : les titans. La partie culturelle, liée aux valeurs, est, elle, restée sur le côté. L’économie ne peut pas être éthique, mais l’économie et l’éthique ne peuvent pas être dissociées. Il est dommage que les titans technologiques, alors qu’ils ont des compétences analytiques extraordinaires, ne s’en soient pas servi pour parler d’humanité. L’épidémie nous a permis de prendre conscience de notre mortalité et de l’importance de la vie sociale. S’il va y avoir une accélération de la prise de conscience et d’action sur le climat, la RSE, les ESG, le partage des richesses et les sujets de gouvernance, je pense qu’il reste du chemin à parcourir avant que les entreprises à mission deviennent une réalité, même si elles sont une belle initiative.

Vous estimez que la pandémie va contribuer à l’explosion de la robotisation. N’a-t-on pourtant pas vu, pendant le confinement du printemps, que l’Homme était indispensable pour faire tourner l’économie ?

C’est un paradoxe. Pendant la première vague, on a vu que les humains étaient indispensables pour administrer des soins, nettoyer nos rues, gérer la logistique… Et en même temps, avec des taux d’intérêt aussi bas, il est moins cher d’investir dans des machines que dans la formation d’une personne. Les métiers les plus empathiques ne sont pas les plus valorisés dans la société. Je pousse pour ce qu’on appelle l’intelligence humaine augmentée. Utiliser la technologie pour rendre l’Homme plus efficace. La technologie doit entrer dans le mode de fonctionnement humain comme l’eau élèverait un bateau, sans pour autant séparer ceux qui réussissent avec les machines et ceux qui n’auraient plus d’utilité sociale. J’ai une conviction : on n’a jamais pu arrêter l’évolution des technologies, même si elles étaient létales pour l’humanité. On doit bien diriger le paquebot pour que cette dimension humaniste et bienveillante, soit mise en place. La vraie question, c’est : est-ce que les titans technologiques et géopolitiques sont capables d’opter pour cette matrice, alors qu’ils sont nés de la peur et de l’efficacité technologique ?

Le revenu universel serait la seule solution pour encaisser les chocs sociaux futurs. Pourquoi ? N’y a-t-il pas de solutions intermédiaires ?

De toutes les solutions qui ont été proposées, y compris par Milton Friedman, le revenu universel apparaît comme la moins mauvaise. On l’a finalement vécu concrètement avec la pandémie. Lors du premier confinement, les Américains gagnaient plus grâce aux aides qu’en travaillant. La Covid-19 va avoir les mêmes conséquences que la crise de 2008. Elle va créer plus de titans, de peurs et de repli sur soi-même. Il s’agit donc de réfléchir à comment amortir le choc en évitant que les inégalités, entre ceux qui peuvent et ne peuvent pas, ceux qui savent et ne savent pas, deviennent des déchirures génératrices de violences et de révoltes. Une des solutions pourrait être d’utiliser l’argent bon marché pour lancer une transformation réelle de la société. Les idées qui paraissent les plus folles, comme celle d’Elon Musk d’envoyer un million de personnes pour peupler Mars d’ici 2050, sont mises en œuvre. Pourquoi les idées citoyennes qui voudraient renouveler l’équilibre entre économie et climat, entre technologies et humains ou qui voudraient rendre l’Etat plus efficace, ne bénéficient-elles pas du même investissement ? Plutôt que d’emprunter plus d’argent pour le redistribuer comme le voudrait la logique du revenu universel, pourquoi ne pas l’investir dans des projets, et rendre nos pays plus verts, notre Etat plus moderne… ? C’est faisable. Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson, disait Confucius.

Elections politiques : Vote par correspondance ?

Elections politiques : Vote par correspondance ?

 

Alors que le ministre de l’intérieur a écarté d’un revers de main la possibilité d’un vote par correspondance, le Sénat, lui, engage une réflexion sur le sujet. Il serait grand temps car la participation démocratique diminue dramatiquement. Ainsi lors des élections municipales dernières beaucoup ont été élus avec environ 20 % des voix.

Précédemment , cette baisse de participation concernait  les européennes ou les régionales maintenant elle touche toutes les élections. Du coup, la vraie majorité est celle des abstentionnistes. Juridiquement bien sûr en l’état de la constitution,  les élus sont  légitimes mais politiquement ils ne représentent pas grand monde. C’est pourquoi cette étude du vote par correspondance entamée par le Sénat apparaît particulièrement pertinent et même urgente.

 «Du fait de la décision probable de reporter les élections régionales et départementales (…) il y a un point très important: c’est comment nous organisons le scrutin?», s’est-il interrogé. «Et d’ailleurs, le président de la commission des lois est en train de mettre en place une mission commune pour savoir comment on vote, est-ce qu’on vote par correspondance, est-ce qu’on vote par procuration…», déclaré le président du Sénat.

«L’objectif est de réaliser un travail sérieux, structuré, qui serve de référence législative pour nourrir les débats, sur une base éclairée», estime le Sénat. «Covid ou pas, la défiance à l’égard du politique reste très élevée. Beaucoup de gens estiment que voter ou pas ne change rien à leur vie», assure Hervé Marseille, le président des sénateurs centristes. «L’abstention est d’ailleurs l’une des marques du quinquennat. Elle a commencé dès les législatives de 2017 et s’est poursuivie à un niveau très élevé dans toutes les élections.»

.D’après un sondage de l’IFOP, Si 57% s’y disent favorables, mais seuls 9% la considèrent comme un outil efficace contre l’abstention. Dans le sondage IFOP, c’est surtout le vote blanc qui suscite le plus grand nombre d’opinions favorables. 81% des sondés estiment qu’il devrait être pris en compte dans le calcul des résultats comme un suffrage exprimé.

Il est vrai que la vraie question démocratique est celle de la déliquescence et de la perte de crédibilité des organisations politiques classiques.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol