Archive pour le Tag 'PMA'

PMA : une loi en septembre seulement pour les célibataires et les homosexuelles !

PMA : une loi en septembre seulement pour les célibataires et les homosexuelles !

 

 

Curieux ce projet de loi PMA qui devrait être déposé  à l’Assemblée nationale d’ici fin septembre d’après la déclaration du premier ministre qui a indiqué que ce projet de loi autorise le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, qu’elles soient célibataires ou homosexuelles. On se demande pourquoi la PMA serait réservée uniquement aux femmes célibataires homosexuelles et pas à la totalité des femmes en couple ou non. Il y a là de toute évidence une discrimination curieuse puisqu’on impose aux couples des conditions dont sont épargnés les femmes seules. Pour parler clair les femmes mariées si elles veulent bénéficier de la PMA devront divorcer pour échapper aux conditions imposées. Ou alors comme aujourd’hui se rendre dans les pays voisins comme l’Espagne ou la Belgique. Mais une PMA dont les coûts représentent des milliers d’euros, voire des dizaine de  milliers.

Les dinosaures des Républicains contre la PMA

Les dinosaures des Républicains contre la PMA

Des dinosaures des  Républicains, tendance cathos réacs,  se prononcent contre la PMA sans père. Une prise de position à la fois archaïque et ridicule. En effet en sait aujourd’hui que cette PMA est pratiquée de façon massive par les Françaises en Europe en particulier en Belgique et en Espagne. Le problème c’est que cette régulation de l’accès à la PMA s’opère par l’argent. En outre, la préparation à cette PMA et le suivi est effectué par les gynécologues français.  La procréation médicalement assistée, ou l’insémination artificielle par don de gamètes anonyme, est aujourd’hui autorisée pour les couples de sexes différents infertiles. La majorité entend l’ouvrir aux couples de même sexe, ainsi qu’aux célibataires, conformément aux engagements de campagne du candidat Macron. Le gouvernement a prévu de présenter avant la fin de l’année un projet de loi qui sera débattu par le Parlement au premier semestre 2019. L’ouverture de la procréation médicale assistée (PMA) à toutes les femmes « ouvre la voie à des dérives qu’il faut mesurer avec lucidité », estime le président des Républicains, Laurent Wauquiez, dans une tribune parue vendredi dans le Figaro. Le texte, titré « Pourquoi Les Républicains s’opposeront à la PMA sans père », est également signé par Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, son homologue à l’Assemblée, Christian Jacob, le député européen Franck Proust ainsi que Jean Leonetti, président du Conseil national du parti et par ailleurs tête de liste putative aux élections européennes. « Tout ce qui est scientifiquement possible est-il pour autant humainement souhaitable ? La marche du progrès signifie-t-elle la négation des limites ? », interrogent les signataires, qui exhortent à « (bien garder) ces questions en tête lorsque est proposée l’instauration de la PMA sans père ». « Aussi bien intentionné soit-il, ce projet ouvre la voie à des dérives qu’il faut mesurer avec lucidité », ajoutent-ils.

Un groupe de travail pour enterrer la PMA !

Un groupe de travail pour enterrer la PMA !

Coincé entre sa formation religieuse et les valeurs laïques et républicaines, Macron a décidé de ne rien décider concernant la PMA. Plus exactement il va créer un groupe de travail interparlementaire. Quand on connaît l’appétence de Macron pour les groupes de travails et autres missions confiés à des personnalités, on peut craindre un enterrement de l’affaire. Voir par exemple le plan banlieue de Borloo rejeté sans ménagement et Borloo ressorti très humilié publiquement. Le moins que l’on puisse dire c’est que le débat sur la PMA révèle une très grande hypocrisie dans un pays écartelé entre les valeurs judéo-chrétiennes et les principes de laïcité. Le débat se situe en effet sur le terrain théorique de la morale et des principes. Comme souvent en France, la discussion fait souvent l’objet d’une caricature en réduisant la PMA à un droit pour les femmes homosexuelles qui nous pourrait conduire ensuite qu’à la GPA. Il y a cependant une différence de taille entre les deux puisque la GPA suppose l’aliénation des droits filiaux d’une tierce personne et en quelque sorte la location d’un corps. Difficile  de comprendre par exemple la récente décision du conseil d’État (dont on peut se demander quelle est la compétence en ce domaine !). Refuser d’accorder une procréation médicalement assistée (PMA) à deux lesbiennes n’est pas contraire au principe d’égalité devant la loi, estime en effet  le Conseil d’État dans une décision consultée mardi par l’AFP. La plus haute juridiction administrative juge dans cet arrêt rendu vendredi que «la différence de traitement (…) entre les couples formés d’un homme et d’une femme et les couples de personnes de même sexe (…) n’est pas contraire au principe d’égalité». Pour les juges, «le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général». Un vrai charabia juridique qui ressemble à celui des médecins de Molière, le latin en moins. La réalité, c’est qu’aujourd’hui la PMA est accessible à tous, plus exactement à ceux qui en ont les moyens financiers. Chaque jour des dizaines et des dizaines de femmes sont inséminées de manière artificielle dans des officines belges et espagnoles. Des établissements qui se sont spécialisés dans ce commerce lucratif qui repose sur l’hypocrisie des responsables français avec souvent le soutien discret de gynécologue français. Contrairement à ce qui est annoncé le projet n’est pas d’ouvrir la PMA à tous car la France veut encore réglementer en fixant des conditions de régime matrimonial ou encore d’âge. Ainsi par exemple une femme mariée n’aura pas droit à la PMA si son mari est trop âgé, par contre si elle est célibataire qu’elle divorce, ce droit lui sera ouvert. Évidemment ces conditions seront contournées et on va continuer de recourir aux officines notamment belges et espagnoles dans des conditions de suivi médical qui ne sont pas toujours optimales. On se demande bien ce que les hautes institutions connaissent de ses réalités qu’il s’agisse du conseil d’État ou du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qui a rendu la semaine dernière un nouvel avis favorable à l’extension de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. Le gouvernement doit déposer un projet de loi bioéthique dans ce sens avant la fin de l’année, en vue d’un débat au Parlement début 2019.

 

PMA : la grande hypocrisie

PMA : la grande hypocrisie

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que le débat sur la PMA révèle une très grande hypocrisie dans un pays écartelé entre les valeurs judéo-chrétiennes et les principes de laïcité. Le débat se situe en effet sur le terrain théorique de la morale et des principes. Comme souvent en France, la discussion fait souvent l’objet d’une caricature en réduisant la PMA à un droit pour les femmes homosexuelles qui nous pourrait conduire ensuite qu’à la GPA. Il y a cependant une différence de taille entre les deux puisque la GPA suppose l’aliénation des droits filiaux d’une tierce personne et en quelque sorte la location d’un corps. Difficile  de comprendre par exemple la récente décision du conseil d’État (dont on peut se demander quel est la compétence en ce domaine !). Refuser d’accorder une procréation médicalement assistée (PMA) à deux lesbiennes n’est pas contraire au principe d’égalité devant la loi, estime en effet  le Conseil d’État dans une décision consultée mardi par l’AFP. La plus haute juridiction administrative juge dans cet arrêt rendu vendredi que «la différence de traitement (…) entre les couples formés d’un homme et d’une femme et les couples de personnes de même sexe (…) n’est pas contraire au principe d’égalité».

Pour les juges, «le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général». Un vrai charabia juridique qui ressemble à celui des médecins de Molière, le latin en moins. La réalité c’est qu’aujourd’hui la PMA est accessible à tous plus exactement à ceux qui en ont les moyens financiers. Chaque jour des dizaines et des dizaines de femmes sont inséminées de manière artificielle dans des officines belges et espagnoles. Des établissements qui se sont spécialisés dans ce commerce lucratif qui repose sur l’hypocrisie des responsables français avec souvent le soutien discret de gynécologue français. Contrairement à ce qui est annoncé le projet n’est pas d’ouvrir la PMA à tous car la France veut encore réglementer en fixant des conditions de régime matrimonial ou encore d’âge. Ainsi par exemple une femme mariée n’aura pas droit à la PMA si son mari est trop âgé, par contre si elle est célibataire qu’elle divorce ce droit lui sera ouvert. Évidemment ces conditions seront contournées et on va continuer de recourir aux officines notamment belges et espagnoles dans des conditions de suivi médical qui ne sont pas toujours optimales. On se demande bien ce que les hautes institutions connaissent de ses réalités qu’il s’agisse du conseil d’État ou du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qui a rendu la semaine dernière un nouvel avis favorable à l’extension de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules. Le gouvernement doit déposer un projet de loi bioéthique dans ce sens avant la fin de l’année, en vue d’un débat au Parlement début 2019.

 

PMA : Pas d’opposition du conseil d’Etat

PMA : Pas d’opposition du conseil d’Etat

 

 

Selon le conseil d’Etat,  il n’y a aucun obstacle juridique, y compris dans le droit conventionnel, à la PMA pour les femmes homosexuelles et aux femmes seules, écrit le Figaro. Il ne voit pas non plus d’obstacle à ce que la PMA ne soit accessible qu’aux couples de femmes homosexuelles ou bien qu’aux femmes célibataires. Il s’agit d’un choix “politique” qui suppose d’apprécier “la plus grande sécurité affective et juridique” que peut apporter un double filiation, ajoute le journal. Le Conseil d’Etat recommande par ailleurs la prise en charge par la Sécurité sociale de toutes les PMA, même si elles ne sont pas réalisées pour des raisons médicales, afin de ne pas écorner le principe de solidarité, explique le Figaro. L’enjeu financier est jugé “relativement modeste”. Il estime en revanche que la pratique des mères porteuses, appelée procédure de gestation pour autrui (GPA), est contraire aux principes d’indisponibilité du corps et de l’état des personnes.

PMA : débat confisqué

PMA : débat confisqué

Un large débat mais surtout confisqué par les anti-PMA. La consultation a réuni près de 65.000 contributions sur internet du 12 février au 30 avril et permis 150 auditions d’associations, société savantes, institutions ou groupes de courants de pensée philosophiques ou religieux. L’élargissement de la PMA, à l’heure actuelle réservée aux couples hétérosexuels infertiles, a reçu un avis favorable du CCNE en juin 2017 et Emmanuel Macron s’y est montré favorable dans le cadre d’une “concertation apaisée” après les soubresauts de la mobilisation contre “le mariage pour tous” en 2012-13. “Un consensus sur les questions de société, ça n’existe pas”, a réagi mercredi sur LCP le député La République en marche Olivier Véran, médecin de formation et rapporteur général de la commission des Affaires sociales. “Sur la PMA, il est évident qu’il n’y aurait pas de consensus : des associations militantes se sont mobilisées contre la PMA dans le cadre des débats sur la loi de la bioéthique”, dit-il. Pour l’association SOS Homophobie, “la consultation citoyenne et les débats en région concernant l’extension de la procréation médicalement assistée ont été monopolisés par les militantes anti-PMA”. Les militants anti-avortement de l’Alliance Vita estiment pour leur part que “de nombreux citoyens ont argumenté dans le sens d’une préservation de la procréation fondée sur la parité homme-femmes dans l’engendrement ; une minorité a demandé le changement de la loi sur ce point”. Ils invitent dans un communiqué le gouvernement à en tenir compte. Le rapport du CCNE note en outre qu’”une grande partie des contributions (citoyennes) dénoncent la procédure de gestation pour autrui (GPA), quel qu’en soit le motif». Outre les questions de procréation, l’autre sujet largement abordé au cours des Etats généraux est celui de la fin de vie. “Il se dégage un très large consensus pour juger que l’on meurt mal en France et que de nombreux progrès devraient être réalisés rapidement”, peut-on lire dans le rapport.

Manif : la PMA et à l’euthanasie dans le même sac !

Manif : la PMA et à l’euthanasie dans le même sac !

 

Il faut sans doute être vraiment tordu pour mettre dans le même sac la question de la PMA et de l’euthanasie. Ce qu’ont pourtant fait les protestataires initiés par un collectif d’associations En marche pour la vie, qui réunit notamment Choisir la vie, la fondation Jérôme Lejeune, Renaissance catholique ou les Survivants. La PMA vise évidemment à faciliter les naissances pour les couples ayant des difficultés à avoir des enfants, il n’y y’a pas d’idées de manipulation génétique là dedans. Par ailleurs la question de la GPA relève d’une autre problématique. Pourquoi mélanger cette question de la PMA avec le refus de l’euthanasie. Là aussi des questions qui n’ont rien à voir entre elles. Il faut vraiment être animé de sentiments réactionnaires pour contester le droit à la PMA. Ou alors  il faut aussi remettre en cause tout concept de gynécologie comme il y a 50 ou 100 ans à des accouchements à domicile sans aucune assistance médicale.

 

PMA : un manifeste des 343 fraudeuses

PMA : un manifeste des 343 fraudeuses

Des femmes affirment publiquement dans un « manifeste des 343 fraudeuses » avoir eu recours illégalement à la procréation médicalement assistée (PMA) à l’étranger afin de fonder une famille, a-t-on appris jeudi auprès d’une association de défense des droits des parents homosexuels. Dans ce manifeste, publié par le journal Libération en Une de son édition de vendredi, les signataires revendiquent « avoir eu une insémination avec donneur afin de fonder une famille », un procédé seulement autorisé en France pour les couples hétérosexuels infertiles mis interdite à partir d’un certain âge pour le père. En fait, les PMA s’effectuent le plus souvent en Belgique ou en Espagne et donne lieu à un business important démontrant s’il le fallait que la législation nationale set complètement obsolète et injuste.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol