Archive pour le Tag 'plus en'

Loi travail: un clivage de plus en plus important entre syndicats réformistes et radicaux

Loi travail: un clivage de plus en plus important entre syndicats réformistes et radicaux

Le clivage entre syndicats réformistes et syndicats radicaux était déjà évident mais avec la loi travail cette opposition devient sans doute définitivement inconciliable. Reste à savoir quelle stratégie risque de triompher auprès de l’opinion publique. Une opinion publique certes opposée de façon assez majoritaire au texte initial mais qui en même temps souhaite un changement assez fondamental en matière de dialogue social y compris concernant la loi travail.  La CGT a estimé par la voix de son numéro un Philippe Martinez que la mobilisation contre le projet de loi travail et la journée de grève prévue le 31 mars sont « plus que jamais d’actualité ». Le secrétaire général de la centrale syndical a dénoncé les « effets d’annonce » du gouvernement et annoncé que son syndicat allait   »discuter avec les autres organisations (syndicales) pour pouvoir concrétiser ce rendez-vous important » du 31 mars. Le secrétaire général de Force ouvrière (FO) Jean-Claude Mailly a une nouvelle fois réclamé lundi le retrait du projet de loi réformant le code du travail, n’étant pas satisfait par les modifications au texte présentées par Manuel Valls.  »Je viens de confirmer au Premier Ministre, au nom de FO, faute de suspension, la demande de retrait du projet de loi », a indiqué sur son compte Twitter le patron de Force ouvrière, alors que la réunion des partenaires sociaux à Matignon était toujours en cours.  Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a salué les annonces de Manuel Valls de réécriture du projet de loi travail, « potentiellement » porteur de « progrès pour les jeunes et les salariés », à la sortie de la réunion de Matignon.  »Si les annonces se manifestent dans l’écriture du projet de loi, la CFDT considère que nous avons fait avancer ce texte », a-t-il ajouté. La centrale va se prononcer sur ces annonces lors de son bureau national « mercredi et jeudi », a-t-il précisé. La présidente de la CFE-CGC, Carole Couvert, s’est réjouie sur Twitter du fait que « l’unité de toutes les organisations syndicales permet(te) le retrait du barème d’indemnisation des prud’hommes qui devient indicatif ».  »L’unité syndicale réformiste fait bouger les lignes », ajoute-t-elle dans un autre message sur Twitter, « mais (ce n’est) pas tout pour CFE-CGC » qui réclame le « retrait du référendum » d’entreprise. La centrale syndicale a déclaré qu’elle déciderait le 21 mars si le projet de loi Travail « a suffisamment bougé ». L’Unef, premier syndicat étudiant de France, appelle les « jeunes à continuer la mobilisation. »  »Est-ce que ce gouvernement avec ce projet de loi travail a répondu aux aspirations des jeunes? On est profondément convaincus que non. Évidemment, on appelle les jeunes à continuer cette mobilisation », a déclaré William Martinet de l’Unef. Alexandre Leroy, président de la Fage, deuxième syndicat étudiant, a pour sa part jugé que la nouvelle mouture permettait « la poursuite du dialogue » et n’a pas appelé à la mobilisation.

(Avec AFP)

France : de plus en plus de millionnaires…et de pauvres

France : de plus en plus de millionnaires…et de pauvres

Malgré la crise ou plutôt grâce à la crise  les millionnaires français sont de plus en plus nombreux. Dans le même temps les inégalités n’ont jamais été aussi importantes et le nombre de pauvres aussi. Le nombre de riches devrait exploser d’ici 5 ans, comme celui des pauvres. Près de 400 000 millionnaires dans 5 ans et 6 à 9 millions sous le seuil de pauvreté ( ceux qui disposent  de moins 800 à 1000 euros par mois selon les définitions). Ce n’est pas un phénomène uniquement hexagonal mais mondial. Mais d’une certaines façon c’est le principe des vases communiquants, plus il y a de pauvres et plus il y a de riches.  Selon une étude du Boston Consulting Group (BCG) qui mesure le montant des richesses privées (actions, compte courant, etc.), mais ne prend pas en compte l’immobilier ou encore les parts détenues dans une entreprise, l’Hexagone comptait 230.300 millionnaires en 2014 soit 5.000 de plus qu’en 2013. Un nombre qui devrait exploser d’ici à 2019 (+60%) estime le BCG puisque notre pays en comptera alors 370.000. A noter que le nombre de Français détenant une fortune personnelle supérieure à 1 million de dollars est dans les faits bien supérieur lorsqu’on tient compte du patrimoine immobilier. Selon le Crédit Suisse, ce sont 2,44 millions de nos concitoyens qui disposeraient d’une telle fortune. Et au classement des pays comptant le plus de millionnaires, ce sont les Etats-Unis qui dominent largement. Sur les 17 millions qu’en comptait la planète (plus 2 millions en un an), le BCG dénombre 7 millions d’Américains et plus de 4 millions de Chinois. La Suisse est quant à elle détentrice du record de la plus grande densité de millionnaires, avec 135 foyers sur 1.000, suivie par le Bahreïn (123), le Qatar (116) et Singapour (107). Au cumul, les richesses mondiales ont continué de croître à un fort rythme en 2014, soutenues par la zone Asie-Pacifique qui est en passe de rattraper l’Amérique du Nord. La fortune mondiale a ainsi bondi de 12% l’an passé pour s’établir à 164.000 milliards de dollars, notamment grâce aux revenus issus du placement dans les marchés boursiers. Des marchés bousiers soutenus par la spéculation et aussi par la course aux délocalisations dans les pays à très bas salaires.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol