Archive pour le Tag 'Platini'

Platini, blanchi, veut attaquer la Fifa en justice

Platini, blanchi, veut  attaquer la Fifa en justice

  • Blanchi par la justice Suisse, Platini veut attaquer la FIFA. Jusque là, Platini avait été condamné par des instances extrajudiciaires inféodées à la FIFA. D’une certaine manière, Platini a été le grand cocu des magouilles internes de la FIFA, un organisme qui brasse des fortunes dont les dirigeants profitent aussi. Il faut convenir que Platini est un peu naïf, ce n’est pas un politique, encore moins un techno. C’est d’ailleurs un techno qui a récupéré la place de numéro un de la FIFA. Platini a été condamné par les instances sportives internes parce qu’il représentait un danger pour les autres prétendants. En outre sa volonté d’assainir certaines pratiques dérangeait  (échanges de valises de billets entre pays et la FIFA pour obtenir la coupe du monde notamment).  Mais maintenant Michel Platini a été blanchi par la justice suisse dans l’affaire de sa rémunération hors contrat comme conseiller spécial de la Fifa, qui s’élevait à 1,8 million d’euros. « C’est une très bonne nouvelle, d’autant que j’ai eu des procédures précédentes qui ont été toujours défavorables pour moi. Là, la vraie justice, la justice des gens normaux, a clarifié la situation », a confié Michel Platini à TF1. Désormais, Michel Platini attend de la Fifa la levée des sanctions contre lui, et notamment celle qui lui interdit toutes activités en lien avec le football. « J’attends qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils fassent comme la justice suisse, en disant ‘voilà on s’est trompés, il n’y a rien’ », développe Michel Platini, qui va maintenant « voir les procédures » possibles avec ses avocats. « Oui, je suis prêt à tout », également attaquer la Fifa en justice, lance-t-il encore à TF1. « Ils m’ont fait beaucoup de mal, ils ont voulu m’humilier, me tuer professionnellement », dénonce l’ancien international français.

«Platini est un homme d’argent» (Jean-Claude Darmon)

«Platini est un homme d’argent» (Jean-Claude Darmon)

Fondateur de la plus grande entreprise mondiale de droits sportifs, Jean-Claude Darmon, 74 ans, a propulsé le football français dans l’ère du « foot business ». A l’occasion de la sortie en librairie de son autobiographie, cet acteur incontournable du football hexagonal des années 1970 à 2004 aborde différents sujets : de la vente de l’OM à l’affaire Benzema en passant par les déboires de Platini.

 

Vous le Marseillais, que vous inspire la mise en vente de l’OM ?
JEAN-CLAUDE DARMON. L’actionnaire, Margarita Louis-Dreyfus, a déjà perdu 100 M€ et ne veut plus remettre d’argent. Or, sans argent, vous ne pouvez pas accéder aux premières places européennes. Le problème est que l’arrivée en Europe des Russes, des Qatariens, des Saoudiens a mis le feu aux salaires des joueurs. Le repreneur de l’OM, quel que soit le prix, devra mettre 150 à 200 M€ pour s’offrir les meilleurs joueurs.

Qui sont les repreneurs potentiels ?
Il y en a beaucoup. De français, je n’en connais qu’un dont je tairais le nom. Il y a 97 % de chances que l’OM aille chercher un investisseur étranger. (…)

A propos des instances internationales du foot, vous n’épargnez pas Michel Platini dans votre livre. Est-il un homme d’argent ?
Oui c’est un homme d’argent et depuis toujours. Regardez combien il gagne à l’UEFA et à la Fifa. Il a été l’un des plus grands joueurs du monde, mais il n’est pas mon idole.

Les scandales de corruption à la Fifa ne sont-ils pas le revers de la médaille du foot business dont vous avez été l’artisan
en France ?
J’ai été dans les droits télé pendant quarante ans, je n’ai jamais corrompu personne. Les dirigeants de la Fifa, eux, ne servent pas le foot. Il n’y a qu’à voir le salaire de Blatter. Et le secrétaire général, Jérôme Valke, qui a été mon collaborateur, gagnait 1,8 M€ par an, tous frais payés ! (…)

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans nos éditions du 6 mai du Parisien-Aujourd’hui en France

L’inventeur du «foot business» révèle la face cachée de Platini

 

 

Le champion du «foot business»
Pionnier de la pub dans les stades, sur les maillots et du merchandising, Jean-Claude Darmon, qui retrace dans son autobiographie* un parcours hors norme, aura le premier l’idée de marier pub, foot et télé. « Il a été à l’avant-garde », confirme Charles Bietry, ex-patron des sports de Canal +.
De l’odyssée des Verts en 1976 au Mondial 1998, le foot fait le plein de spectateurs et la fortune de Darmon. Inventeur de « Téléfoot », il croise Jean-Luc Lagardère, Pierre Lescure, Gaston Deferre, Thierry Roland, François Mitterrand et même l’un des fils Khadafi. L’ancien docker, devenu le « grand argentier » du foot français, se montre aussi sans pitié en affaires. « Il était contesté, mais, chez Canal, j’ai négocié avec lui des centaines de millions de droits télé sans jamais détecter le moindre soupçon de malhonnêteté », assure encore Charles Bietry.
Ami intime de Johnny et proche de Sarkozy, Darmon dévoile dans son livre les coulisses du « foot business » et règle quelques comptes, comme quand il dépeint Michel Platini en mégalo obsédé par l’argent. Il révèle aussi comment Canal + a décroché le « scoop » du choix de la France pour le Mondial 98 en posant des micros dans les locaux de la Fifa. Plus sérieusement, il dresse un bilan alarmant de l’état des clubs hexagonaux. « Le foot français est en danger », conclut-il.
M.L.
* « Au nom du foot », Ed. Fayard, 299 pages, 18 €.

 

(Le Parisien)

«Panama Papers»: Platini, Cahuzac, Balkany… des noms qui sentent le soufre

 «Panama Papers»: Platini, Cahuzac, Balkany… des noms qui sentent le soufre

 

On est loin évidemment de connaître les noms des 1000 ressortissants français qui ont utilisé la filière du Panama pour créer des sociétés écrans. Certains l’ont sans doute fait sans rechercher de formes d’évasion fiscale mais la plupart cependant ont eu recours à l’officine panaméenne pour dissimuler des comptes grâce à des montages sophistiqués impliquant d’ailleurs souvent plusieurs paradis fiscaux. Parmi les noms évoqués figurent celui de Balkany, Cahuzac, et Platini. Des noms qui commencent à sentir le soufre car impliqués dans des affaires financières troubles. Avec souvent une double préoccupation d’abord dissimuler l’origine des fonds ensuite assurer leur protection fiscale par un anonymat total. Normal quand il s’agit de protéger des fonds d’origine douteuse ou difficilement avouable. Douze chefs d’Etat et de gouvernement, 128 responsables politiques et hauts responsables du monde entier, une soixantaine de proches des dirigeants mondiaux… et parmi eux environ 1 000 ressortissants français. Dans la liste des personnes impliquées dans l’évasion fiscale via des sociétés offshore, révélée par plusieurs médias internationaux dimanche sous le nom de « Panama Papers », figurent des personnalités françaises, une banque et un parti politique hexagonaux. Parmi eux, on retrouve Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget déjà impliqué dans une affaire d’évasion fiscale vers la Suisse. D’après les données communiquées par le cabinet Mossack Fonseca, Jérôme Cahuzac détenait un compte bancaire lié à une société immatriculée aux Seychelles, administrée par deux autres sociétés offshore. Michel Platini, déjà pris dans la tourmente à la présidence de l’UEFA, a également créé une société offshore au Panama en 2007, soit moins d’un an après son élection à la présidence de l’autorité sportive. Les  raisons pour lesquelles Patrick Balkany, le député-maire de Levallois-Perret, et un homme d’affaires sont cités n’ont pas encore été révélées. Une banque française, la Société générale, est également mentionnée, ainsi qu’un parti politique français, dont on ignore encore l’identité. Le journal Le Monde et l’émission de France 2 Cash investigation diffusée mardi soir à 20h55 devraient donner des précisions dans les prochains jours sur les raisons pour lesquelles ces personnes ou entreprises figurent dans la liste du cabinet panaméen.

Platini : dissoudre la mafia de la FIFA

Platini : dissoudre la mafia de la FIFA

 

Même si Platini n’est pas complètement blanc dans l’affaire de la FIFA il n’empêche que la mafia de cette organisation en réduisant la suspension de Platini de huit à six ans vient de prononcer un jugement qui mériterait que cette organisation internationale soit purement et simplement supprimée.  Curieusement peu de responsables politiques français ou  étrangers ne réclament la dissolution de la FIFA. La FIFA objet d’un énorme scandale financier,  qui brasse des millions, autorise toutes les corruptions et justifie l’opacité de sa gestion par son statut d’association (équivalent du statut d’association de la loi 1901 en France.). Il faut sans doute s’interroger sur la nature de la FIFA véritable machine à fric  dont bénéficient  ses dirigeants mais qui autorise aussi toute les dérives financières dans les clubs. Cette interrogation sur la nature de la FIFA concerne en fait la plupart des organisations internationales sportives. À commencer par le comité olympique (CIO), lieu de toutes les magouilles pour la localisation des jeux,  lui aussi disposant d’un statut d’association comme d’ailleurs la plupart des fédérations internationales des différentes  disciplines sportives. La plupart ont en effet un statut aussi sulfureux que celui de la FIFA ou du CIO avec en plus presque toujours un siège en Suisse quelquefois à Monaco pour des raisons de laxisme fiscal et d’absence de contrôle. Du coup c’est toute l’organisation sportive qui est en cause car elle est soumise à toutes les pressions à toutes les corruptions (voir encore l’implication du président de l’union internationale cycliste dans le scandale de dopage d’Armstrong). Le sport a grand besoin d’assainir son organisation et pour cela de se doter de base juridique officielle, contrôlable et démocratique…La mafia de la FIFA a donc décidé de réduire de 8 à 6 ans la suspension de Platini. Dans un communiqué envoyé à la presse mercredi soir, Michel Platini a dénoncé une décision « insultante, honteuse et un déni de droit », une décision « politique » prise par une « bureaucratie sans contre-pouvoir », « message de l’arbitraire et du cynisme de l’administration de la FIFA. » « Les motifs retenus contre moi sont sans fondement, poursuit-il, construits de toutes pièces et surréalistes au regard des faits et des explications que j’ai données au cours de l’audience de la Commission des Recours. »  Une dizaine de lignes plus loin : « J’irai jusqu’au bout de mon combat pour faire reconnaître mon innocence, être rétabli dans mes droits et déterminer qui sont les responsables de cette cabale. Si, comme je le pense, cette injustice profite à certains, alors cela s’appelle un scandale. »

Platini : «ça fait quarante ans qu’on dit que je suis un gros con»

Platini :   «ça fait quarante ans qu’on dit que je suis un gros con»

 
Platini dans une interview à lEquipe Platini fait preuve d’une lucidité naïve tout autant que touchante quand il tente de  s’expliquer à propos du piège dans lequel il est tombé à la FIFA. Implicitement, il reconnaît il n’avait peut-être pas les qualités intellectuelles et où les capacités manœuvrière d’un Blatter pour accéder à la présidence de l’organisation internationale de football. Force est de constater que la très grande majorité des grands professionnels du foot ne sont pas vraiment des intellos mêmes  s’il y a quelques brillantes exceptions notamment chez les consultants. Un très bon joueur de football ne fait pas forcément un bon dirigeant ou-même un bon entraîneur. Il faut en effet d’autres compétences notamment en matière de relations humaines et de gestion. De toute évidence la défense de Platini présente de graves lacunes comme en témoigne d’ailleurs encore cette interview. Même s’il est clair que le machiavélique Blatter  l’a complètement piégé. Considérer  que Platini est un qu’on est à la fois sans doute injuste et bien sûr injurieux mais ses dernières déclarations ne peuvent le dédouaner de la légèreté coupable dont il a fait preuve dans cette affaire. Bref une interview pleine de lucidité mais aussi de naïveté

On dit que je suis un gros con

«Les  choses ont été  dures pour mes proches, qui ont été perturbés par l’injustice que je vis. Dans le dossier, il n’y a clairement rien, mais la médiatisation qui en a été faite, la communication autour de ce dossier, toutes les supputations ont fini par me retomber dessus. Mais je les ai encaissées. Ca fait quarante ans qu’on dit que je suis un gros con.»

L’affaire vécue par ses proches : «C’est moi qui leur remontais le moral»
«(Le plus dur pour sa famille) Les ragots, les supputations, ça les a fait souffrir. J’ai la chance que mon papa ne s’en soit pas rendu compte, ma maman, elle, a disparu … Pour ma femme et mes enfants, c’est plus compliqué, ils n’ont pas ma dureté. Ces dernières semaines, c’est moi qui leur remontais le moral alors que ça aurait pu être le contraire (sourire). J’irais au bout du monde s’il fallait faire la guerre.»

Sa candidature à la présidence de la Fifa : «Ce n’était pas mon destin»
«Le retrait de Blatter m’a poussé à y aller. Mais le vrai plaisir, c’était d’être à l’UEFA. Ce n’était pas mon destin d’aller à la Fifa. C’était plus une nécessité. Il fallait que je ramène le football à la Fifa. Aujourd’hui, aucun des candidats ne parle de football. De toute façon, ils ne connaissent pas.»

Sa descente aux enfers : «Blatter disait souvent que je serais son dernier scalp»
«Tout est parti de Blatter, qui voulait ma peau, qui ne voulait pas que j’aille à la Fifa. Il disait souvent que je serais son dernier scalp, mais il est tombé en même temps que moi. De toute façon, ils cherchaient absolument quelque chose contre moi.»

Son renoncement à sa candidature : «Je n’ai plus le temps de me battre avec les autres»
«Je ne me présenterai pas à la présidence de la Fifa. Je retire ma candidature. Je ne peux plus, je n’ai plus le temps ni les moyens d’aller voir les électeurs, de rencontrer les gens, de me battre avec les autres. En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense par rapport à un dossier où on ne parle plus de corruption, de falsification, où il n’y a plus rien.»

Le paiement neuf ans après, raison de sa suspension : «J’ai fait confiance à la Fifa, à son président»
«Attendez. D’abord, je parle au président de la Fifa qui me donne cet argent pour un travail effectué. S’il y avait le moindre problème avec ce paiement, pourquoi m’avoir versé cet argent, alors ? Pourquoi la Fifa, avec tous ses juristes et financiers, m’aurait payé si je n’avais pas travaillé, sachant qu’au bout de cinq ans il y avait prescription ? Ils auraient pu ne pas me verser cet argent. (…) S’ils ne l’avaient pas fait, je n’aurais pu m’en prendre qu’à moi-même pour ne pas l’avoir réclamé plus tôt. J’ai fait confiance à la Fifa, à son président. (…) On juge trente, quarante ans de nos carrières sur le paiement administratif de 2 millions de francs suisses d’une mission entamée en 1998. On est en 2015.»

Son rapport à l’argent : «Je suis plutôt dilettante»
«J’ai un rapport à l’argent qui est néant. Peut-être parce que j’en ai depuis que j’ai 17 ans et que ça ne m’a jamais intéressé. (…) Je n’ai jamais connu le salaire d’un coéquipier. Jamais. Ça ne m’intéresse pas. Avec mon argent, je suis plutôt dilettante.»

Son regard sur Joseph Blatter : «Quelqu’un d’atypique, tu n’en croises pas tous les jours au coin de la rue des gens comme lui»
«Quand on se promenait ensemble, c’est vrai que les gens me regardaient et pas lui. Il a toujours eu un problème avec Platini, Beckenbauer. Il aime les joueurs mais il ne faut pas qu’ils lui fassent de l’ombre. (…) C’est quelqu’un d’atypique, tu n’en croises pas tous les jours au coin de la rue des gens comme lui. Il a quelque chose de spécial dans le bien, le mal, la méchanceté, tout ce que tu veux, la gentillesse, le charme, il est intelligent, malin, machiavélique, il a quatre-vingts ans (79) mais il a eu une vie exceptionnelle. Ça se termine mal. Je n’ai plus la compassion que j’avais pour lui mais je reconnais qu’il a fait beaucoup pour le football.»

Son avenir : «Il n’y a pas que le foot dans la vie»
«Je crois à ma famille, à la santé de mes proches, à plein de belles choses. Il n’y a pas que le foot dans la vie. Même si je pense qu’il y aura du foot dans ma vie plus tard. Si j’écope au final d’une suspension de quelques mois, je serai toujours président de l’UEFA. Et sinon, je prendrai un club… Je ne suis pas préoccupé. Pour l’instant, je suis suspendu huit ans. Mais je ne comprends pas qu’une commission d’éthique puisse te suspendre avant que tu ne sois jugé. Quand on te suspend trois mois, on te tue médiatiquement.»

FIFA : officiellement Platini se retire, pourquoi ?

FIFA : officiellement Platini se  retire, pourquoi ?

Officiellement c’est  par manque de temps que Platini retire sa candidature pour l’élection à la présidence de la FIFA. Effectivement il était pris dans un piège juridique qui l’empêchait de recourir à l’avis  du tribunal arbitral du sport puisque pour cela il aurait fallu l’accord de la FIFA. Il est vraisemblable que Platini prend conscience que la FIFA ne fera preuve de tolérance et magnanimité à son égard lorsqu’il ne constituera plus un obstacle pour la bande de crabes qui grenouillent  autour de l’organisation mafieuse que constitue l’organisation internationale du football. Il est même probable que la FIFA passera alors un coup d’éponge sur les incartades de Platini d’autant qu’il n’est même plus accusé de corruption. « Je ne me présenterai pas à la présidence de la FIFA. Je retire ma candidature. » . Après des semaines d’un feuilleton haletant, Michel Platini a finalement annoncé au quotidien sportif L’Equipe, dans un entretien apparaître vendredi 8 janvier, qu’il jetait l’éponge. Suspendu pour huit ans de toute activité dans le football par le comité d’éthique de la Fédération internationale de football (FIFA), le Français ne briguera pas la succession du Suisse Sepp Blatter, le 26 février. « Je ne peux plus, je n’ai plus le temps ni les moyens d’aller voir les électeurs, de rencontrer les gens, de me battre avec les autres. En me retirant, je fais le choix de me consacrer à ma défense par rapport à un dossier où on ne parle plus de corruption, de falsification, où il n’y a plus rien. » A la fin de décembre, il a été sanctionné de concert avec M. Blatter, président démissionnaire de l’instance mondiale du football, dans le cadre d’un versement en février 2011 de 2 millions de francs suisses (environ 1,8 million d’euros) pour une mission effectuée pour la FIFA entre 1998 et 2002. De la course à la candidature pour la présidence de la FIFA M. Platini avait alors indiqué vouloir saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour tenter de lever la suspension de huit ans, avec effet immédiat. Pour pouvoir aller devant cette juridiction, il devait d’abord obtenir l’accord de cette même Fédération internationale.

Platini se lâche …….. Trop tard !

Platini se lâche …….. Trop tard !

 

Cette fois Platini se lâche. Il vient sans doute de comprendre que sa candidature pour la présidence de la Fifa et définitivement compromise. Il attaque sans ménagements la Fifa et sa fameuse commission d’éthique ; de ce point de vue,  il a parfaitement raison d’autant que les procédures utilisées par la fameuse commission ne sont pas même légales. Juridiquement c’est de l’arnaque pure et simple, l’objectif est de bloquer la candidature de Platini assuré sans cela d’être élu ; il faut  de favoriser d’autres candidats qui veulent leur part de l’énorme gâteau que représente la Fifa. Du coup progressivement Platini est lâché aussi bien à l’intérieur de la Fifa qu’à l’intérieur de l’union européenne de football (UEFA). Ceci étant,  sa défense est à la fois tardive et maladroite d’abord Platini ne répond pas clairement concernant les faits qui lui sont reprochés ensuite son argument juridique est faiblarde. De toute évidence, Platini a du mal à exister dans les paniers de crabes que sont les organisations internationales. Peut-être n’a-t-il jamais eu vraiment la carrure d’un dirigeant international, il a sans doute fait trop de compromissions qui l’ont ensuite piégé. Sur le terrain par exemple du rapport de l’argent avec le foot après quelques tentatives il a vite renoncé à assainir des situations aujourd’hui démentielles. Acculé,  Michel Platini semble changer de braquet. C’est tout du moins l’impression qu’il donne en se confiant à nos confrères de l’AFP ce mardi, suite à sa suspension de toute activité liée au football lors des huit prochaines années. Condamnation émise lundi par la commission d’éthique de la Fifa, qui vaut également pour Joseph Blatter. «Je me bats contre cette injustice, de tribunaux en tribunaux», estime le dirigeant de 60 ans, qui affiche toutefois son intention de ne pas céder, à l’heure ou son image ne cesse d’être entachée et où sa candidature pour la présidence de la Fifa semble désormais appartenir au passé. «C’est le vrai match qui commence», assure-t-il avec vigueur comme pour démontrer son acharnement sans faille, au moment d’évoquer son intention de saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), dernier recours à ses yeux pour tenter de lever sa lourde suspension. «Mon nom est jeté en pâture dans la presse, regrette l’ancien meneur de jeu de l’équipe de France. Quoi qu’il advienne, mon image aura été écornée, j’en aurai pris plein la gueule. On m’a mis dans le même sac que Blatter.» Une phrase lourde de sens, lui qui ne souhaitait plus voir son image accolée à celle du président démissionnaire de la Fifa. Condamné à huit mois de suspension par le tribunal interne de la Fifa, qui le juge coupable «d’abus de position», de «conflit d’intérêt» et de «gestion déloyale», après avoir reçu un paiement controversé de 1,8 million d’euros de la part de Sepp Blatter en 2011, pour un travail de conseiller achevé en 2002, Michel Platini abat sa dernière carte. Il le sait mieux que personne. «Les gens de la commission d’éthique sont davantage impliqués dans une question de calendrier – pour m’empêcher de me présenter à temps pour l’élection à la présidence de la Fifa – et dans la médisance que dans l’éthique. Ils ne sont pas éthiques, ils sont pathétiques», attaque l’ancien capitaine de l’équipe de France.

La mafia de la FIFA décide la suspension pour 8 ans de Platini

La mafia de la FIFA décide la suspension pour 8 ans de Platini

Sepp Blatter et Michel Platini ont été suspendus lundi pour huit ans de toute activité liée au football par la commission d’éthique de la Fifa. L’ex-meneur der jeu des Bleus écope également d’une amende de 80.000 francs (74.000 euros) suisses et 50.000 pour Blatter (46.000 euros). Ils peuvent encore faire appel. Blatter et Platini dans le même sac au mépris de toutes considérations juridiques pertinentes.  La commission dite d’éthique de la FIFA marche sur la tête et cela depuis longtemps. On se demande quand on mettra un terme à cette pantalonnade. Blatter s’est entouré des services de Platini pour conforter sa place à la tête de la FIFA mais c’est Platini qui risque de payer les pots cassés peut-être aussi par négligence administrative et juridique. Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui Blatter ne représente plus de danger pour les candidats potentiels à la direction de la FIFA ; Blatter aura 88 ans à la fin de sa suspension ! Il est de notoriété publique que l’homme à abattre était  Platini,  candidat beaucoup trop sérieux pour tous les autres prétendants qui grenouillent  dans la mafia de la FIFA parole.  La FIFA est un panier de crabes pour preuve 16 hauts responsable sont déjà inculpés pour corruption et conflit d’intérêts ; les déviances de la FIFA ne sont pas nouvelles elles sont même antérieures à la présidence de Blatter. La petite organisation FIFA est devenue au fil des ans un empire financier et politique où chacun a pu se servir financièrement ou utiliser son influence pour la localisation de la coupe du monde. Platini n’est sans doute pas complètement blanc mais il faut quant même observer qu’il ne s’est pas enrichi de manière considérable dans ses responsabilités de dirigeant puisqu’il a notamment mis fin à ses contrats de publicité lors  de son arrivée à la présidence de l’union européenne de football. Si les Etats  avaient un peu le sens de la responsabilité, ils suspendraient cette organisation comme toutes les autres organisations sportives qui se caractérisent par une opacité totale en matière comptable et fiscale et qui ne sont pas les localisées par hasard toutes  en Suisse ou à Monaco. De toute évidence Platini est victime d’un complot qui ne grandira pas le foot international car il y a fort à parier qu’un arriviste de type Blatter viendra aux manettes d’une FIFA toujours aussi sulfureuse. Sulfureuse parce que les enjeux financiers et politiques sont considérables n’a-t-on pas entendu ces jours derniers Poutine déclarés que Blatter méritait « le prix Nobel de la paix » !

 

Fifa fric foot : Blatter blanchi ?, pas Platini !

Fifa fric foot : Blatter blanchi ?, pas  Platini !

Le paradoxe c’est que Blatter pourrait être innocenté au bénéfice de l’âge alors que Platini lui pourrait être condamné pour la raison essentielle qu’il peut être un candidat dangereux pour tous les prétendants à la présidence de la FIFA. Bref la commission dite d’éthique de la FIFA marche sur la tête et cela depuis longtemps. On se demande quand mettra un terme à cette pantalonnade. Blatter Terre s’est entourée des services de Platini pour conforter sa place à la tête de la FIFA mais c’est Platini qui risque de payer les pots cassés peut-être aussi par négligence administrative et juridique. Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui Blatter ne représente plus de danger pour les candidats potentiels à la direction de la FIFA, d’où  peut-être cette bienveillance dont il va bénéficier. Les deux hommes sont mis en cause après le virement de 1,8 million d’euros à Michel Platini. Sepp Blatter, président démissionnaire de la Fifa, est auditionné ce jeudi. Michel Platini, lui, ne se présentera pas devant la commission d’éthique vendredi, estimant que la sanction est déjà acquise.  Dans sa communication, Sepp Blatter reste le patron, toujours avec une pointe d’humour et de malice. Lorsqu’on lui demande comment il occupe ses  journées, il répond à Libération : « Je suis un homme hautement informé : je pourrais aller dans les jeux télévisés. C’est vrai qu’on fout Julien Lepers dehors ? » Il le confirme lui-même, il est suspendu, pas muet. L’ancien patron du football mondial ne se prive pas pour dire ce qu’il pense, allant jusqu’à comparer ce procès à ceux de l’Inquisition. De toute façon, qu’il soit innocenté, suspendu deux ans ou à vie, ça ne changera pas grand chose. Sepp Blatter aura 80 ans en mars 2016 et il a loupé sa sortie. Il rêvait du prix Nobel de la paix en organisant une Coupe du monde aux Etats-Unis et une autre en Russie, des matchs de bienfaisance entre Israël et Palestine. Aujourd’hui, il est surtout  le symbole d’un système au bord de l’effondrement. Cette fameuse commission devant laquelle le Suisse plaide sa bonne foi ce jeudi, il l’a lui-même créée. Alors même si ses adversaires assurent que c’était justement pour enterrer les dossiers gênants, il lui est difficile aujourd’hui de ne pas l’affronter. Et puis, ça lui permet d’avoir l’attitude opposée à celle de son meilleur ennemi, alors pourquoi s’en priver ? De son côté, Michel Platini a en effet opté ouvertement pour le boycott.  Après ses huit heures d’auditions, Sepp Blatter, par la voix de son porte-parole a affirmé attendre « une décision en sa faveur » de la part de cette commission.  »Cette enquête devrait se refermer et la suspension devrait être levée », peut-on lire dans ce court texte.

FIFA fric foot : Platini boycotte le comité d’éthique

FIFA fric foot : Platini boycotte le comité d’éthique 

Platini a évidemment en raison de boycotter la commission d’éthique de la FIFA puisque son sort est scellé déjà depuis longtemps. En effet le porte-parole de ce comité dit d’éthique a déclaré dans la presse que Michel Platini serait suspendu pendant plusieurs années. Dès lors  on ne voit pas l’intérêt pour Platini de présenter sa défense puisque la sentence est déjà rendue. En fait la mise à l’écart de Platini correspond à la stratégie d’un grand nombre de responsables de la FIFA d’écarter ce dernier àfin de maintenir une chape de plomb sur les nombreuses affaires de corruption et de conflit d’intérêts dont se sont rendus comptes coupables nombres de dirigeants de la FIFA ( 16 sont aujourd’hui impliqués et 150 opérations financières font l’objet d’une enquête en Suisse). Platini a sans doute été un peu naïf, voir à peut-être commis des imprudences mais sa suspension pendant plusieurs années de toute responsabilité dans les instances internationales du foot relève d’un règlement de compte. D’autant qu’au sein du comité d’éthique plusieurs soutiennent d’autres candidats que Michel Platini voir même se présentent eux-mêmes. Michel Platini a donc annoncé qu’il ne se présentera à son audition devant la commission d’éthique de la FIFA qui rendra son verdict lundi concernant l’avenir de l’ancien international français. Michel Platini a décidé de boycotter son audition prévue vendredi à Zurich devant la justice interne de la FIFA, « dès lors que le verdict a déjà été annoncé dans la presse par un des porte-parole » au « mépris de la présomption d’innocence », ont indiqué ses avocats dans un communiqué transmis mercredi à l’AFP. La radiation à vie du monde du foot a été requise contre Michel Platini pour ce fameux paiement controversé de 1,8 million d’euros en 2011 - sans contrat écrit –  par Sepp Blatter, président démissionnaire de la FIFA qui sera lui entendu jeudi. Le verdict de la justice interne de la FIFA est attendu à partir de lundi. « Par cette décision (boycotter son audition, ndlr), Michel Platini entend signifier sa plus profonde indignation face à une procédure qu’il considère comme uniquement politique et visant à l’empêcher de se présenter à la présidence de la FIFA », poursuivent ses conseils. 

Platini suspendu pour plusieurs années » par la mafia de la Fifa.

Platini suspendu pour plusieurs années » par la mafia de la Fifa.

Avant même d’avoir entendu Platini comme c’était  prévu,  le porte-parole de la commission dite d’éthique de la FIFA déclare que Platini sera certainement suspendu pour plusieurs années.  Michel Platini et ses avocats ont évidemment pris connaissance « avec colère et consternation » de ces déclarations. Dans un communiqué, ils expliquent qu’il s’agit d’une « violation patente de la présomption d’innocence » puisque la sanction semble avoir déjà été fixée et que l’audience du 18 décembre ne sera « manifestement d’aucune utilité ». Cette fois la Fifa n’a pas fait dans la dentelle pour écarter définitivement Platini. Une sentence sera donc  rendue par le sulfureux comité d’ « éthique » de l’organisation. Sulfureux parce que ce comité s’est souvent livré à de drôles de manœuvres en couvrant des faits   de corruption et qu’il est composé de membres qui militent en faveur d’autres candidats pour la présidence de la Fifa. Bref ce comité n’a d’éthique que le nom et la plupart des dirigeants de la Fifa sont impliqués dans des affaires de corruption. D’une certaine manière c’est un peu le tribunal de la mafia qui juge la mafia. Pourquoi aussi ne pas condamner Platini à la peine de mort ? Certes Platini n’est pas complètement blanc, il a aussi couvert certaines pratiques douteuses pour l’attribution de la coupe du monde. Les conditions de sa rémunération par la Fifa manquent  aussi de clarté. Pour autant la proposition du comité d’éthique de la Fifa est complètement disproportionnée par rapport au fait reproché. Il serait temps  gouvernement français prenne enfin ses responsabilités dans cette affaire et la première orientation à prendre consiste sans doute à demander la dissolution pure et simple de cette organisation mafieuse qu’est la Fifa ou déjà 16 responsables ont été officiellement mis en examen par la justice. Mais des dizaines d’autres mériteraient le même sort pour leur implication dans des affaires de corruption, de conflit d’intérêts ou de manœuvres frauduleuses.

Platini: suspension maintenue par Le Tribunal arbitral du sport

Michel Platini avait saisi le Tribunal arbitral du sport le 20 novembre dernier après la décision de la Fifa de le suspendre de ses fonctions de président de l’UEFA.

Foot–fric–FIFA : la sulfureuse commission d’éthique qui va juger Platini

Foot–fric–FIFA : la sulfureuse commission d’éthique qui va juger Platini

Platini a sans doute été un peu naïf et imprudent dans l’affaire qui le concerne ; pour autant, il semble bien d’après des documents que s’est procuré le JDD qu’existait  bien un contrat entre la FIFA et Platini pour justifier de son salaire. Dès lors on peut s’interroger à propos de la sévérité de la chambre d’instruction du comité d’éthique de la FIFA qui n’envisage rien de moins que la radiation à vie de l’intéressé. Mais pour comprendre une telle sévérité il faut savoir que cette commission d’éthique dans le passé comme aujourd’hui s’est livré à deux nombreuses manœuvres à caractère frauduleux. En outre et surtout figurent  dans cette commission d’éthique des membres qui clairement se positionnent pour des candidatures opposées à celles de Platini même qui veulent se présenter eux- même ;  bref,  une commission d’éthique véritable panier de crabes et de vipères dans une organisation qui ressemble à la mafia. Mais Les défenseurs de Michel Platini se sont déclarés optimistes après la publication par le Journal du dimanche d’un document datant de 1998 et accréditant la réalité d’un contrat entre Sepp Blatter, le patron de la FIFA, et leur client, pour un montant d’un million de francs suisses. Le Journal du dimanche fait état d’un rapport de 23 pages qui montre que le salaire suspect reproché à Platini a été en partie évoqué dès 1998 dans un document présenté lors d’une réunion à Stockholm du comité exécutif de la FIFA. « A partir du moment où nous avons la preuve d’un accord entre la FIFA et M. Platini et que cet accord était connu de plusieurs responsables de la FIFA, l’enquête du comité d’éthique n’a plus de raison d’être », a dit à Reuters l’un des avocats de Michel Platini, Thomas Clay. « Pour nous, il s’agit d’une preuve que M. Platini a toujours dit la vérité », a-t-il ajouté. « Cela montre que le contrat n’avait rien de secret et que plusieurs personnes, au sein de l’UEFA et de la FIFA, étaient au courant dès 1998

FOOT-FRIC FIFA : Platini innocenté ?

FOOT-FRIC  FIFA : Platini innocenté ?

 

D’après le JDD Platini pourrait justifier de sa rémunération par la FIFA car cette dernière était connue de tous depuis longtemps et faisait donc l’objet d’un quasi contrat. Reste cependant à savoir pourquoi  le versement a été aussi tardif ou alors Platini est bien tombé dans le piège tendu par Blatter. De toute manière cette affaire est  confuse, elle dégage un parfum de mafia ; La plupart des dirigeants  de la FIFA ont mis les doigts dans le pot de confiture (16 responsables sont pour l’instant impliqués) ; le plus simple serait de dissoudre cette organisation mafieuse et de lui substituer une institution au caractère juridique plus stable et plus transparent. Le rapport qui pourrait dédouaner Platini fait 23 pages. En apparence anodines. Mais une ligne pourrait bel et bien sauver Michel Platini des soupçons de corruption qui pourraient lui valoir un bannissement à vie de la Fifa. « Cette pièce vient démontrer, contrairement à la thèse sur laquelle repose toute l’accusation, que le contrat de Michel Platini avec la Fifa n’avait aucun caractère occulte, et que de nombreuses personnes, y compris à l’UEFA et à la Fifa en avaient connaissance dès 1998″, confirme l’un des avocats de Michel Platini. Effectivement, selon le document en possession du JDD, tout le bureau exécutif de l’UEFA en 1998, et parmi eux trois membres de la Fifa, savaient dès 1998 que le salaire de Platini à la Fifa était d’un million de francs suisses annuels.

Platini : radié à vie par la mafia de la FIFA ?

Platini : radié à vie par la mafia de la FIFA ?

 

Cette fois la Fifa n’a pas fait dans la dentelle pour écarter définitivement Platini. Elle propose tout simplement sa radiation à vie. Une sentence rendue mardi par le sulfureux comité d’ « éthique » de l’organisation. Sulfureux parce que ce comité s’est souvent livré à de drôles de manœuvres en couvrant des faits   de corruption et qu’il est composé de membres qui militent en faveur d’autres candidats pour la présidence de la Fifa. Bref ce comité n’a d’éthique que le nom et la plupart des dirigeants de la Fifa sont impliqués dans des affaires de corruption. D’une certaine manière c’est un peu le tribunal de la mafia qui juge la mafia. Pourquoi aussi ne pas condamner Platini à la peine de mort ? Certes Platini n’est pas complètement blanc, il a aussi couvert certaines pratiques douteuses pour l’attribution de la coupe du monde. Les conditions de sa rémunération par la Fifa manquent  aussi sérieusement de clarté. Pour autant la proposition du comité d’éthique de la Fifa est complètement disproportionnée par rapport au fait reproché. Le comité d’éthique de la Fifa a donc requis mardi la radiation à vie contre Michel Platini. Jacques Vendroux, le directeur des sports de Radio France, a eu l’ancien joueur des Bleus au téléphone. Sa priorité désormais, c’est de « sauver son honneur ». L’avocat du président de l’UEFA. Me Thibaud d’Alès, avocat de Michel Platini, dénonce un « pur scandale » et la « démesure » d’une telle peine demandée. Le verdict final sera rendu en décembre. Il est reproché à Michel Platini d’avoir touché 1,8 million d’euros de la part de Joseph Blatter, président démissionnaire de la Fifa, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Joint au téléphone par Jacques Vendroux, directeur des sports de Radio France, l’ancien joueur des Bleus veut désormais « sauver son honneur« , c’est sa priorité. Selon Jacques Vendroux, proche du président de l’UEFA, la première des préoccupations de l’ancien meneur des Bleus n’est plus la présidence du foot mondial, « il est dans un autre film« , explique-t-il : « Il ne parle plus d’être candidat à la présidence, il veut sauver son honneur, c’est sa priorité parce qu’on est en train de l’accuser d’un certain nombre de malversations qu’il assure n’avoir jamais commises« .   »Ce bannissement requis est conditionné à la preuve d’une corruption« , explique Me d’Alès, l’avocat de Michel Platini. « Mais il y a clairement une démesure de la peine requise. Elle ne repose sur rien dans le dossier« , poursuit-il. D’après lui, « la personne chargée de l’enquête » est plutôt une personne « chargée d’éliminer Michel Platini en vue de la présidence de la Fifa« . « En rendant public cela, il y a clairement une volonté de nuire. Les masques tombent les uns après les autres à la Fifa, il y a une instrumentalisation du calendrier électoral et une stratégie d’élimination du candidat Platini« , a ajouté l’avocat de l’ex-triple Ballon d’Or.

Foot fric : pour Blatter Platini est innocent !

Foot fric : pour Blatter   Platini est innocent !

 

Après avoir enfoncé Platini, notamment à propos de l’attribution de la coupe du monde au Qatar, Blatter  défend maintenant Platini. Un curieux renversement de posture, peut-être pour se protéger pour le cas où  Platini deviendrait président de la FIFA. Une FIFA aujourd’hui engluée dans des manœuvres mafieuses qui veut surtout éviter d’avoir à rendre des comptes à la justice. Beaucoup à la FIFA impliqués dans des affaires de corruption ne souhaitent pas que Platini prenne la direction de l’organisation internationale. Il faut dire que Platini n’est pas non plus complètement irréprochable même s’il apparaît pour l’instant comme le candidat le plus crédible et le plus compétent en remplacement de Blatter.  Dans cet entretien diffusé dans son intégralité mercredi 25 novembre, le Suisse est revenu sur les soupçons sur les 1,8 million d’euros versés par la FIFA à Michel Platini en 2011 pour des travaux effectués entre 1999 et 2002.  »Il y a un contrat (…), même dans les règlements de la FIFA c’est marqué, un contrat peut se faire soit par écrit soit oralement, c’est un contrat oral, un contrat de travail » explique Sepp Blatter à la journaliste. Le 16 octobre dernier, il parlait de « gentleman’s agreement » entre eux deux.  À la question de savoir si l’ancien numéro 10 de l’équipe de France et de la Juventus ferait un bon président de la FIFA, Sepp Blatter a répondu « oui ». « S’il revient, il sera élu », a-t-il affirmé. La candidature de l’ancien champion de football est pourtant loin d’être acquise, car elle ne sera pas étudiée avant le 5 janvier prochain, date à laquelle sa suspension expire. Or le scrutin se déroule le 26 février. Après avoir vu son appel rejeté par le comité de la FIFA, plus d’un mois après qu’il l’ait déposé, Michel Platini a saisi vendredi le Tribunal arbitral du sport de Lausanne. Dès le lendemain, la commission d’éthique annonçait avoir requis des sanctions contre ce dernier et Sepp Blatter. 

 

Michel Platini menacé de nouvelles sanctions

Michel Platini menacé de nouvelles sanctions

 

Encore une nouvelle épreuve pour Platini non seulement sa demande d’annulation de suspension provisoire a été refusée mais en outre la commission d’éthique à annoncer de nouvelles sanctions. La candidature de Platini pour la présidence de la FIFA semble donc s’engluer de plus en plus dans le marais boueux des procédures mafieuses de la FIFA. Certes Platini s’est montré un peu naïf et léger concernant la manière dont il a été rémunéré pendant un temps par la FIFA, pour autant on peut difficilement faire confiance aux structures de la FIFA pour juger en toute équité l’intéressé. La vérité c’est que la plupart des dirigeants de la FIFA sont mouillés dans les affaires de corruption de Blatter. Elle souhaite donc cadenasser complètement l’appareil pour éviter d’avoir à mettre sur la table toutes les affaires dont sont responsables les dirigeants de la FIFA. On se demande quel crédit on peut apporter à une commission dite d’éthique qui a couvert  toutes les dérives financières de la Blatter  et de son équipe. En clair c’est le tribunal de la mafia sportive qui juge ses membres e t en des termes qui révèlent le caractère tordu des dirigeants. « La chambre d’investigation de la commission d’éthique a soumis ses rapports définitifs à la chambre de jugement présidée par Hans-Joachim Eckert, rapports contenant des réquisitions de sanctions contre Joseph Blatter et Michel Platini » annonce le communiqué publié ce samedi matin. Mais nous n’en saurons pas beaucoup plus. «  »Pour des raisons de protection de la vie privée et en raison du principe de la présomption d’innocence, la chambre ne publiera pas les détails de ces rapports et les sanctions requises contre les deux dirigeants. » De son côté, la chambre de jugement de la commission d’éthique de la Fifa confirme avoir reçu ces rapports. Elle va les étudier « avec attention » et elle « décidera en temps et en heure du lancement ou non d’une procédure formelle de jugement ». Un vrai verbiage aussi confus que tordu !

 

FOOT FRIC-Présidence FIFA : un diplomate français dans les pattes de Platini

FOOT FRIC-Présidence FIFA : un diplomate  français dans les pattes de Platini

 

Cette fois c’est un ancien diplomate français qui présente sa candidature. Comme si déjà, on imaginait au gouvernement que la candidature de Platini a du plomb dans l’aile. Il faut dire que ce dernier s’est un peu embourbé dans ses explications maladroites concernant le versement de 2 millions dix ans après des prestations effectuées à la demande verbale de Blatter. D’une certaine manière il a aussi été piégé. Pas certain non plus que Platini ait la carrure pour administrer une grosse usine comme la FIFA où les relations financières et diplomatiques exigent un certain sens du management. De ce point de vue on ne peut pas dire que L’UEFA ait été exemplaire. Car en Europe c’est le royaume du foot fric. Platini comme les autres s’est montré incapable de réguler les dérives financières notamment concernant le salaire des joueurs (autour de 500 000 euros par mois dans les grands clubs), une folie évidemment. Jérôme Champagne, né le 15 juin 1958 à Paris, est un diplomate français de 1983 à 1998, dirigeant de la FIFA de 1999 à 2010, et consultant en football international. Conseiller diplomatique et chef du protocole du comité français d’organisation de la Coupe du monde 1998, il rejoint ensuite la FIFA où il exerce successivement les fonctions de conseiller international du Président (1999-2002), secrétaire général adjoint (2002-2005), délégué du Président (2005-2007) et enfin directeur des relations internationales (2007-2010) durant le mandat du président Sepp Blatter. Il quitte la FIFA en 2010 et devient commissaire football du Festival mondial des arts nègres à Dakar (2010) puis conseiller de la Fédération de Palestine de football (PFA) et du Comité olympique de Palestine (POC), de la Fédération du Kosovo de football, de la Fédération de Chypre du Nord de football (CTFA) et enfin du club congolais de football Tout Puissant Mazembe de Lubumbashi (infos tirées de Wikipédia). Après Michel Platini, le prince jordanien Ali et l’ancien capitaine de Trinité-et-Tobago David Nakhid, Jérôme Champagne est donc le 4e candidat déclaré à la présidence de la Fédération internationale de football.   »C’est la FIFA qu’il faut sauver car son rôle de gouvernance et de redistribution, plus que jamais indispensable, est aujourd’hui en grave danger. Il s’agit bien évidemment aussi d’en restaurer la crédibilité et de la préparer pour affronter les défis du monde en évolution. C’est la Coupe du Monde qu’il faut protéger car elle est ce grand moment de communion planétaire durant laquelle se marient fierté de nos couleurs et amitié entre les peuples. C’est la vision d’un football universel et solidaire donnant sa chance à chacun d’entre nous qu’il faut préserver aujourd´hui » explique Jérôme Champagne dans sa déclaration de candidature postée sur Tweeter.

Grosse magouille Fifa : la candidature de Platini mise en sommeil

Grosse magouille Fifa : la candidature de Platini mise en sommeil

Platini s’est faiat piégé comme un gamin d’abord par Blatter en acceptant de se faire rémunérer pour des services à la FIFA sans aucun contrat écrit. Ensuite une seconde fois quand Blatter a révélé l’affaire ces jours deniers, enfin par les instances de la FIFA dont les dirigeants sont tous mouillés ou presque et qui ne souhaitent pas le ménage dans l’organisation internationale qui leur permet de se gaver. Le plus pathétique et drôle à la fois c’est qu’une commission d’éthique existe à la FIFA ! et c’est elle qui va donner son avis sur Platini. !  La candidature de Michel Platini à la présidence de la Fifa a donc été mise de côté en attendant la fin de sa suspension provisoire, a annoncé mardi la fédération internationale, maintenant l’élection au 26 février. La candidature du président de l’UEFA ne pourra donc a priori pas être prise en compte avant le 5 janvier, date de l’expiration de sa suspension, sauf à ce que cette sanction soit levée d’ici là. La commission électorale « prendra sa décision » à ce moment-là, a indiqué son président Domenico Scala. Cette mise hors-jeu de Michel Platini laisse pour l’instant pour seul candidat recevable le prince jordanien Ali, seul adversaire de Joseph Blatter lors de sa dernière réélection, le 29 mai. La suspension de l’ancien meneur de jeu de la Juventus Turin, contre laquelle il a fait appel, n’est que provisoire, en attendant une décision définitive de la commission d’éthique. Les postulants à la présidence de la Fifa ont jusqu’à lundi 26 octobre minuit pour déposer leurs candidatures, avec un minimum de cinq parrainages de fédérations nécessaires. M. Platini l’avait fait le 8 octobre, dans la matinée, juste avant sa suspension par la commission d’éthique de la Fifa.

Sepp Blatter « gentleman’s agreement » avec Michel Platini

Sepp Blatter « gentleman’s agreement » avec Michel Platini

On se demande si c’est défendre Platini…ou l’enfoncer ! Le président de la Fédération internationale de football (FIFA) Sepp Blatter a déclaré vendredi à la télévision que le versement contesté effectué auprès de Michel Platini résultait d’un « gentleman’s agreement ». Les deux hommes ont été suspendus de toute activité liée au football pour une durée minimale de 90 jours, a annoncé la semaine dernière la commission d’éthique de la FIFA. La justice suisse a ouvert en septembre une procédure pénale contre Sepp Blatter pour des soupçons de corruption lors de la vente des droits télévisés des Coupes du monde 2010 et 2014 à un prix très en-dessous du marché au président de la Fédération des Caraïbes, Jack Warner, et pour le versement de deux millions de francs suisses (1,8 million d’euros) à Michel Platini en 2011. « C’est un contrat que j’ai passé avec Michel Platini, un gentleman’s agreement qui a été respecté », a dit Sepp Blatter dans un entretien accordé à la chaîne de télévision RROTV.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol