Archive pour le Tag 'Placé'

Température logement : des chaussettes en laine à la place du chauffage

Température logement : des chaussettes en  laine à la place du chauffage

 

Retour aux pratiques d’il y a 50 ans et plus : des chaussettes en laine pour remplacer  le chauffage ou en tout cas pour le supllerr. Plus de 70% des résidents préfèrent mettre des couches supplémentaires de vêtements pour combler l’insuffisance du chauffage devenu trop cher. Certaines pièces pourraient même ne plus être chauffées du tout. On est cependant encore loin de l’époque des années 50 où les logements ne comportaien t souvent qu’un seul poêle (ou cuisinière, ou cheminée). Et où les chambres étaient rarement chauffées. L’accoutumance au chauffage généralisé rend les Français plus sensibles à la température inférieure à 18-20 degrés. A quand un fonds spécial pour encourager le tricotage de chaussettes en laine ? Mais que fait Nicolas  Hulot ? En effet  deux Français sur trois déclarent avoir froid dans leur logement, selon un sondage réalisé par l’Ifop pour le site de conseil en économie d’énergie QuelleEnergie.fr. Cette proportion est en baisse de 9 points par rapport à l’année dernière. «Certaines aides d’État, notamment les isolations des combles à 1 euro pour les ménages modestes, commencent à porter leurs fruits», explique Maël Thomas, directeur général de QuelleEnergie.fr. Augmenter le chauffage d’un degré fait grimper votre consommation d’énergie de 7%, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Aussi, les ménages aux revenus les plus modestes rechignent à pousser leur thermostat à la hausse et ressentent plus le froid chez eux. Les jeunes grelottent plus que leurs aînés (79% contre 57%) et les locataires, plus que les propriétaires (75% contre 59%). Ces mêmes franges de la population déclarent logiquement avoir des difficultés à payer leurs factures de chauffage au cours des trois dernières années. Pour réduire leur consommation d’énergie, les Français changent leurs pratiques. Plutôt que d’augmenter leur chauffage, ils préfèrent «ajouter des couches de vêtements supplémentaires» (77%) ou «baisser la température habituelle à l’intérieur de leur logement» (70%). Plus d’un Français sur deux (59%) se dit même prêt à renoncer au chauffage dans certaines pièces (salle de bains, toilettes…).

Trump un « grand jury » mis en place

Trump  un « grand jury » mis en place

L’enquête concernant les soupçons de collusion avec la Russie prend de l’ampleur. Pour preuve, le procureur spécial Robert Mueller nommé en mai pour diriger l’enquête sur l’ingérence présumée de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis a constitué un « grand jury » à Washington, rapporte jeudi le Wall Street Journal. Le quotidien, qui cite deux sources au fait du dossier, écrit que la constitution de ce « grand jury », qui a entamé ses travaux il y a quelques semaines, illustre le fait que l’enquête non seulement avance mais prend de l’ampleur. Le président Donald Trump a critiqué la décision de confier une enquête à Robert Mueller, un ancien patron du FBI, sur les soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie, jugeant qu’elle nuisait au pays en le divisant. L’annonce de la constitution de ce « grand jury » a fait baisser Wall Street et le dollar. Aux Etats-Unis, un « grand jury » est un groupe de citoyens qui, réuni à huis clos, étudie les éléments fournis par un procureur dans les dossiers dont il a la charge afin d’établir s’il convient d’entamer des poursuites pénales. Le procureur Mueller pourrait s’appuyer sur lui pour élargir son enquête et lancer par exemple des assignations à comparaître (subpoenas).

Brexit banques : la place de Paris menacée par Amsterdam et Francfort

 Brexit banques : la place de Paris menacée par Amsterdam et Francfort

Plusieurs banques internationales ont commencé à dévoiler leurs plans post-Brexit, la plupart faisant part de leur préférence pour Francfort, siège de la banque centrale et du superviseur bancaire européens. Parmi elles, les poids lourds américains Morgan Stanley, Citigroup ou Goldman Sachs, les établissements japonais Sumitomo Mitsui Financial Group (SMFG), Daiwa Securities et Nomura, ou encore le britannique Standard Chartered. Face à ces annonces, la place parisienne apparaît distancée. A ce jour, seule la banque britannique HSBC a dit vouloir relocaliser un millier d’emplois vers la capitale française. Les grands groupes français ont par ailleurs promis de rapatrier leurs effectifs vers l’Hexagone. La ville de Dublin a quant à elle réussi à attirer Bank of America et JPMorgan Chase. Le secteur financier est en première ligne, alors que le Brexit pourrait priver les banques installées au Royaume-Uni des fameux « passeports financiers » européens, qui permettent à tout établissement situé dans un pays de l’UE de travailler dans les autres pays de l’union.  La méga-banque japonaise Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) hésite principalement entre Amsterdam et Paris comme siège européen pour ses activités de courtage, en prévision de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit). « Amsterdam et Paris sont les deux candidats » les mieux placés, a déclaré lundi à l’AFP un porte-parole de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities. « Nous devons prendre des décisions bientôt, donc nous avons réduit le nombre d’options possibles ». Les discussions sont en cours, a-t-il précisé, ajoutant que le calendrier du transfert et le nombre de postes concernés n’avaient pas encore été déterminés. Il réagissait à un article du Financial Times selon lequel MUFG a fait le choix d’Amsterdam, où « plusieurs centaines d’emplois » pourraient migrer parmi les 2.100 personnes qui travaillent actuellement à Londres. La maison mère MUFG a indiqué pour sa part qu’Amsterdam était « un des meilleurs candidats », via sa porte-parole Kana Nagamitsu.

 

Mélenchon à l’assemblée: la place de Jaurès ou de Marchais ?

Mélenchon à l’assemblée: la place de Jaurès ou de Marchais ?

 

Visiblement , il souhaitait occuper l’endroit où siégeait  Jaurès. Un endroit introuvable. Par contre on se souvient du siège qu’occupait Georges Marchais dont le populisme était proche de celui de Mélenchon qui en dépit de sa culture met son énergie au service de la caricature et de l’outrance permanente. Donc un siège qui lui conviendrait bien.    Jean-Luc Mélenchon n’a pas fini de faire parler de lui. Le Canard enchaîné révèle ce matin que le député des Bouches-du-Rhône s’était fait remarquer le 28 juin pendant la réunion des présidents de groupe. À peine arrivé à l’hôtel de Lassay, le président du groupe France insoumise a voulu imposer ses choix. «Ce que je souhaite, c’est m’asseoir à la place de Jean Jaurès», aurait-il exigé selon le Canard Enchaîné. «Sourire en coin dans l’assistance», écrit le journal, mais la requête n’amuse pas du tout François de Rugy. Le président de l’Assemblée est au courant que Jean-Luc Mélenchon importune l’administration du Palais Bourbon pour savoir où était assis la figure tutélaire de la gauche. «Les archives ne permettent pas de définir les places précise où Jaurès a siégé», lui répond François de Rugy, avant d’ironiser «on a aussi cherché, sans la trouver, la place de Robespierre», révolutionnaire qui a inspiré Mélenchon et siégé à l’Assemblée. Une anecdote confirmée ce matin par Olivier Faure, le président du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS), au micro de France Info. «Il a dit qu’il avait cherché son siège, mais personne ne sait où il était puisque Jean-Jaurès changeait plusieurs fois de places», raconte-t-il. Avant d’ironiser: «Je ne vois pas très bien, à l’endroit où il est placé, où il aurait pu trouver Jean Jaurès. Quand on regarde les tableaux, Jean Jaurès n’était pas à l’extrême gauche de l’hémicycle, il était plus central».

 

Machines à la place des hommes d’ici 50 ans ?

Machines à la place des hommes d’ici 50 ans ?

 

 

La robotisation serait susceptible de remplacer l’homme d’ici une cinquantaine d’années d’après une  récente étude, dirigée par Katja Grace du Future of Humanity Institute à Oxford. Près 350 experts de l’intelligence artificielle (IA) ont été interrogés sur le temps qu’il faudrait, selon eux, aux machines pour maîtriser des postes et des tâches actuellement attribués à des humains. Selon leurs estimations, les intelligences artificielles pourront surpasser les humains dans certains domaines dès la prochaine décennie.  Les traducteurs de langues doivent ainsi se tenir prêts pour 2024, les conducteurs de camion pour 2027. Les journalistes et chercheurs peuvent aussi enclencher le compte à rebours: la pleine capacité artificielle à écrire un essai de qualité est prévue pour 2026. Les vendeurs tiendront pour leur part jusqu’à 2030. Tous domaines confondus, il faudra selon les chercheurs se préparer pour 2061, où les intelligences artificielles ont une chance sur deux de pouvoir surpasser les humains pour à peu près n’importe quelle tâche. Reste à savoir quel crédit on peut apporter à ce type d’étude d’organismes de recherche dont l’objet est de travailler sur l’intelligence artificielle et qui cherche à montrer l’importance de leur domaine pour obtenir des crédits publics et des parts de marché. D’autres études aux méthodologies tout aussi discutables montrent que ce sont 10 % des emplois qui pourraient  être impactés d’ici 10 à 20 ans. La vérité c’est qu’on ne sait pas quelles seront les conséquences du développement de l’intelligence artificielle. Un seul exemple l’étude indique que les conducteurs de camions pourraient disparaître à partir de 2027 mais encore faudrait-il tenir compte des autres emplois logistiques qui se sont largement développés du fait de la complexification de la gestion des flux. (Sans parler des difficultés que représente le camion sans chauffeur, comme la voiture d’ailleurs).  Une étude donc intéressante mais sans doute très approximative et qui néglige les emplois actuels ou nouveaux à fort contenu humain.

 

 

Prud’hommes : la CFDT première place

Prud’hommes : la CFDT  première place 

A compter de l’an prochain, un conseiller prud’homal salariés sur trois sera estampillé CFDT, contre un sur quatre actuellement. La centrale va gagner quelque 550 postes et atteindre un total de 2.348. La CGT, elle, va en perdre 800 et n’en comptera plus que 2.046. Force ouvrière restera stable, avec un millier de conseillers. Dit autrement, la CFDT a aujourd’hui 1.000 conseillers de moins que la CGT, elle en aura 350 de plus qu’elle demain. Ce changement de leadership syndical est bien sûr la conséquence de la perte d’audience de la CGT aux élections professionnelles dans le privé constatée en mars dernier. Mais pas seulement. Son effet sur les effectifs de conseillers prud’homaux a été amplifié par l’entrée en vigueur d’une réforme profonde du mode de désignation des juges prud’homaux. La réforme adoptée en 2016 par ordonnance lui a substitué un mécanisme assis sur l’audience dans le privé, dont la mesure est devenue effective en 2013 côté salariés et cette année seulement côté employeurs.

Classement mondial des meilleurs pays du monde : la France perd une place

Classement mondial des meilleurs pays du monde : la France perd une place

D’après le classement du  magazine américain US News & World Report, la France vient en neuvième position et perd une place. Un classement qui intègre différents critères : citoyenneté, influence culturelle, entrepreneuriat, héritage, mobilité, ouverture sur les affaires, puissance et qualité de vie. Des données pondérées par des indicateurs macro-économiques comme le PIB par tête en parité de pouvoir d’achat par exemple.  Classée 8ème en 2016, la France perd une petite place dans l’édition 2017 du « Best Countries Ranking » et se retrouve 9ème avec une note moyenne de 8,8/10. Si US News reconnaît que la France est un pays influent avec une économie puissante, il estime aussi que ses gouvernants ont plusieurs challenges à relever avec la montée du terrorisme, l’attitude négative à l’égard de l’islam et de l’immigration, une croissance ralentie et un chômage important. »

Top 10 des meilleurs pays du monde en 2017:

1. Suisse (10/10) – PIB: 701 milliards de dollars. 8,3 millions d’habitants. PIB par habitant (parité de pouvoir d’achat): 58.647 dollars

2. Canada (9,7/10) – PIB: 1.800 milliards de dollars. 35,9 millions d’habitants. PIB par habitant: 45.602 dollars.

3. Royaume-Uni (9,6/10) – 3.000 milliards de dollars. 65,1 millions d’habitants. PIB par habitant: 41.499 dollars.

4. Allemagne (9,5/10) – 3.900 milliards de dollars. 81,4 millions d’habitants. PIB par habitant: 46.974 dollars.

5. Japon (9,5/10) – 4.600 milliards de dollars. 127 millions d’habitants. PIB par habitant: 38.142 dollars.

6. Suède (9,4/10) – 571,1 milliards de dollars. 9,8 millions d’habitants. PIB par habitant: 48.199 dollars.

7. Etats-Unis (9,3/10) – 17.400 milliards de dollars. 321,4 millions d’habitants. PIB par habitant: 56.084 dollars.

8. Australie (9,3/10) – 1.500 milliards de dollars. 23,8 millions d’habitants. PIB par habitant: 47.644 dollars.

9. France (8,8/10) – 2.800 milliards de dollars. 66,8 millions d’habitants. PIB par habitant: 41.476 dollars.

10. Norvège (8,7/10) – 499 milliards de dollars. 5,2 millions d’habitants. PIB par habitant: 68.592 dollars.

 

Tomates industrielles immangeables : des transgéniques à la place ?

Tomates industrielles immangeables : des transgéniques à la place ?

 

 On vient de se rendre compte que les tomates industrielles étaient vraiment immangeables même pour les américains, premiers producteurs. Du coup, des scientifiques envisagent de créer une nouvelle variété sans doute transgénique  pour redonner du goût à ce légume (en fait un fruit). De quoi s’inquiéter car on ne remet pas en cause le mode de production. Peut-être serait-il plus simple de recommander que les tomates puissent simplement pousser dans la terre sans engrais et  pesticides chimiques. Des chercheurs américains ont Donc identifié des variantes génétiques permettant de redonner de la saveur aux tomates industrielles, souvent insipides.  »Nous allons restaurer le goût des tomates perdu au cours des dernières décennies », explique Harry Klee, professeur d’horticulture à l’université de Floride qui a mené cette étude, assurant « pouvoir rendre les tomates de supermarché bien meilleures ». Ses travaux sont publiés jeudi dans la revue américaine Science. Une des premières étapes de cette étude a été de déterminer quelles substances chimiques parmi des centaines contribuent à rendre les tomates goûteuses. Les variétés industrielles actuelles ne contiennent pas suffisamment de sucre et de substances essentielles pour donner de la saveur, précise le scientifique. Ces qualités ont été perdues au cours des cinquante dernières années parce que les producteurs n’avaient pas les outils scientifiques nécessaires pour tester régulièrement la saveur de leurs tomates, explique-t-il. Travaillant sur le génome de la tomate qui a été entièrement séquencé en 2012, les chercheurs ont pu identifier des variations dans cinq à six gènes qui contrôlent la synthèse de toutes les substances chimiques importantes contribuant à donner du goût à ces fruits. Ils ont ensuite remplacé dans le génome des tomates industrielles les mauvaises variantes génétiques par celles qui leur donnent de la saveur. Mais puisque la création d’une nouvelle variété prend du temps, ces scientifiques estiment qu’il faudra de trois à quatre ans pour produire les nouvelles tomates avec du goût. Les Etats-Unis sont le deuxième producteur mondial de tomates derrière la Chine, selon le ministère américain de l’Agriculture (USDA).

Premier ministre : un calme à la place d’un colérique

Premier ministre : un calme à la place d’un colérique

 

 

Ouf doivent dire les collaborateurs de Matignon et plus généralement ceux du gouvernement. Avec le remplacement de Valls par Cazeneuve c’est un homme calme et mesuré qui remplace le colérique excessif Valls. La ligne politique  ne changera pas pour autant. Aucun texte fondamental ne sera en effet soumis au Parlement d’ici les présidentielles. En clair on va se contenter de gérer les affaires courantes. Avec sans doute quelques  tentatives de François Hollande sur le plan international à fin de se rappeler à l’opinion. Une opinion qui lui sera nettement plus favorable de son renoncement.  Finies sans doute les annoncent tonitruantes, les coups de menton et autres discours martiaux. Ceci dit  durant les derniers mois de Hollande le gouvernement devra être attentif à une situation géopolitique complexe, à un environnement économique international morose et à des risques de terrorisme amplifiés par le recul de Daech notamment en Syrie.  Bernard Cazeneuve arrive à Matignon fort d’une réputation consolidée par sa gestion de la menace terroriste qui pèse sur la France, frappée depuis deux ans par des attentats, malgré les failles relevées par l’opposition de droite. En déplacement en banlieue parisienne, François Hollande a dit lui avoir demandé de « protéger » le pays et de « préparer l’avenir ». Protéger le pays sans doute mais certainement pas préparer l’avenir car le gouvernement à brûler ses cartouches est globalement le bilan est très négatif de ce point de vue la mission confit Hollande Cazeneuve paraît un peu surréaliste. Comment en effet un gouvernement qui n’a plus que quelques mois à vivre pourrait-il ce consacrer aux générations futures quand il n’a pas été capable après quatre ans et demi de gérer le présent. « La mission que j’ai confié (…) au gouvernement, c’est d’aller jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour dans la préparation de l’avenir parce que c’est le devoir que l’on a vis-à-vis des générations futures », a-t-il déclaré. Malgré un temps d’action limité à cinq mois, Bernard Cazeneuve a dit son souci d’agir au plus tôt, car « en politique, chaque jour est utile, chaque jour compte ». Nommé à sa place au ministère de l’Intérieur, Bruno Le Roux était jusqu’ici le président du groupe PS à l’Assemblée nationale. Ce proche de François Hollande a dit à la presse ressentir « une grande responsabilité ». Les autres changements sont anecdotiques.  André Vallini a été nommé secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement et Jean-Marie Le Guen secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie. Les deux hommes échangent ainsi leurs postes. Député puis sénateur de l’Isère, André Vallini est considéré comme un « hollandais » historique, à la différence de Jean-Marie Le Guen, proche de Manuel Valls.

C’est l’équipe Sarkozy-Fillon qui se remet en place (Juppé)

C’est L’équipe Sarkozy-Fillon qui se remet en place (Juppé)

 

Avec le ralliement de Sarkozy et de ses amis  à Fillon, Juppé considère que c’est l’ancienne équipe qui a dirigé de 2007 à 2012 qui se remet en place. Un argument sans doute excessif mais qui n’est pas complètement faux. En effet,  il faudra bien faire des concessions aux anciens partisans de Sarkozy dont le ralliement vise à obtenir un pouvoir d’influence et des postes ministérielles. Sans parler des affaires de Sarkozy qui risque d’être enterrées en remerciement du soutien de l’ancien président.   Juppé a estimé hier que le ralliement de Nicolas Sarkozy, à François Fillon ne relève pas du hasard. « Ce qu’on voit aujourd’hui, c’est la reconstitution de l’équipe Fillon-Sarkozy qui nous a dirigé de 2007 à 2012″, a souligné celui qui a été ministre de la Défense et des Affaires étrangères pendant cette période. « Quand on reste pendant cinq ans Premier ministre d’un président de la République, c’est qu’on est totalement comptable évidemment de ce qui a été fait. » De ce point de vue Juppé s’interroge en faite sur la capacité réelle de Fillon à mettre en œuvre son programme radical. Un peu le même reproche fait à Sarkozy avec le décalage entre ses déclarations très fortes mais sa gestion très molle Par ailleurs Juppé a fortement attaqué les orientations de François Fillon dans le domaine économique, orientations qu’il juge   »d’une très grande brutalité sociale »   »Sur le plan économique, son programme est d’une très grande brutalité sociale. Supprimer 500.000 emplois de fonctionnaires, porter la durée du travail dans la fonction publique dès 2017 à 39 heures, augmenter la TVA de 16 milliards d’euros sont des mesures d’une certaine brutalité dont certaines sont inapplicables », a-t-il poursuivi. « Rupture, ça ne doit pas consister à casser la baraque, la baraque est fragile, il faut faire des réformes (…), les miennes sont aussi audacieuses mais elles sont réalistes et elles sont crédibles. » Le maire de Bordeaux a également décliné ses critiques à l’encontre du programme « peu crédible » de son rival dans un entretien à paraître mardi dans Le Figaro, le jugeant notamment « imprudent » en matière de gestion des finances publiques. « Malgré son cri d’alarme sur la faillite de l’État en 2007, François Fillon envisage de laisser glisser les déficits jusqu’à 4,7 % du PIB », relève-t-il en prévenant qu’ »on ne pourra pas se contenter d’en faire porter la responsabilité à François Hollande ». L’autre angle d’attaque est sociétal. « François Fillon appartient à une famille traditionaliste, moi je suis plus ouvert au modernisme, je me sens plus proche du pape François que de Sens commun ou de la Manif pour tous (les mouvements contre le mariage homosexuel-NDLR) », a estimé Alain Juppé sur France 2 en critiquant les « ambiguïtés » de son rival sur le droit à l’avortement.

Duflot doit quitter la politique (Placé)

Duflot doit quitter la politique (Placé)

Règlement de comptes à OK Corral chez les écolos. Placé  conseille à Duflot sévèrement battues aux primaires des écologies d’Europe écologie les Verts de se reconvertir dans une O.N.G. Placé, aujourd’hui secrétaire d’État chargé de la réforme administrative, dénonce en outre la pratique des tombeurs de tête des écolos qui passent leur temps à éliminer comme dans une sorte de secte. : « Cécile doit décrocher de la politique pour espérer y revenir. Il faut qu’elle prenne un poste dans une ONG ou dans le privé pour quelques années. Ensemble nous avons mené sept ­campagnes électorales et en avons gagné sept… Lorsqu’elle a quitté le gouvernement, elle a fait une erreur en se coupant de son aile droite sans conquérir sur sa gauche. Elle n’a plus de base électorale. » Parti fin août 2015 d’EELV pour former un nouveau parti pro-gouvernement, Jean-Vincent Placé se montre régulièrement critique à l’égard de son ancienne formation politique. Mais le secrétaire d’Etat, chargé de la Réforme de l’Etat, se refusait d’enfoncer Cécile Duflot. Elle  »paie surtout l’ingratitude des Verts », disait Placé sur France 2 le lendemain du premier tour.  »C’est ça qu’elle paie, le côté coupeurs de tête des Verts qui continuent un peu dans une forme de suicide collectif, un peu Temple solaire, quoi. C’est-à-dire qu’on continue dans la secte et puis on essaie de qualifier deux personnes que personne ne connaît ».

Valls mieux placé à gauche mais éliminé pour 2017 selon un sondage

Valls mieux placé à gauche mais éliminé  pour 2017 selon un sondage

 

Un curieux sondage de Doxa pour France info qui montrerait que Manuel Valls serait le meilleur candidat pour la gauche mais par contre qu’il ne pourrait pas se qualifier pour le second tour et même qu’il pourrait se retrouver derrière Macron. Ce dernier est moins populaire chez les électeurs de gauche mais davantage soutenu que Valls dans l’ensemble de la population. Finalement une majorité de Français pense que Valls ferait un bon président mais peu voteront pour lui, il recueillerait sans doute moins de 15 %.- Pas d’engouement massif, mais un candidat qui tire son épingle du jeu. Dans un sondage Odoxa révélé par France info vendredi 21 octobre, plus de la moitié des interrogés estiment que le Premier ministre Manuel Valls ferait un bon président, même si aucune personnalité de gauche ne sort véritablement du lot. Ce sondage, réalisé les 19 et 20 octobre auprès de 1003 personnes âgées de plus de 18 ans, révèle que 83% des sondés estiment que François Hollande ne ferait pas un bon président s’il se présentait de nouveau en 2017. 54% des sondés, interrogés sur François Hollande, Emmanuel Macron, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, ou encore Jean-Luc Mélenchon, estiment en revanche que le Premier ministre ferait un bon président. Ce chiffre grimpe à 72% chez les sympathisants du Parti socialiste, alors que seuls 36% estiment que François Hollande ferait un bon second mandat. « C’est malgré tout un peu insuffisant (pour Manuel Valls), explique à France Info Gaël Sliman, le président de l’institut de sondage Odoxa. Si Manuel Valls remportait la primaire socialiste, ça ne lui donnerait même pas une position confortable à l’élection présidentielle. » Le Premier ministre pourrait se retrouver face à Emmanuel Macron, que 56% des sondés perçoivent comme un meilleur adversaire face au Front national (contre 39% pour Manuel Valls). À gauche, si Manuel Valls décidait de se présenter à l’élection présidentielle, il serait au coude à coude avec Arnaud Montebourg, révèle encore le sondage.

Compétitivité : la France à la 32e place mondiale

Compétitivité : la France à la 32e place mondiale

 

 

Selon l’Institut for Management Development, la France continue de figurer dans le bas du classement de la compétitivité. Seulement 32e avec en plus un recul depuis 2010. En cause bien sûr le poids de la fiscalité et de la bureaucratie. Il ne faut pas chercher ailleurs pourquoi la France connaît depuis longtemps une croissance aussi molle et l’explosion du chômage. En outre quand on constate les réticences de nombre de Français à toute réforme structurelle on peut évidemment être inquiet pour l’avenir. Si les classements internationaux sont rarement tendres avec la France, il en est un qui est peut-être encore plus impitoyable. Il s’agit du classement mondial de la compétitivité des pays qu’établit chaque année l’école de commerce suisse IMD (Institut for Management Development). Cette étude réalisée depuis 1989 est l’une des plus complètes sur le sujet. Elle prend en compte 340 critères parmi lesquelles les performances économiques, l’efficacité des politiques publiques menées, les infrastructures, le taux de chômage, etc.  Cette année, les grands gagnants du classement sont plutôt de petits pays. Champions du monde de la compétitivité en 2015, les Etats-Unis ont ainsi perdu deux places au profit de Hong-Kong et de la Suisse. Et si l’Europe est, cette année, à l’honneur avec des progressions spectaculaires dans le classement, c’est grâce aux performances d’Etats membres de l’UE comptant moins de 10 millions d’habitants: la Suède, qui passe du 9ème au 5ème rang, le Danemark (6ème, +2 places) et l’Irlande (7ème, +9 places). Les petits pays du nord de l’Europe sont présentés par l’IMD comme des exemples à suivre. « Le principal facteur des améliorations générales en Europe réside dans l’efficacité du secteur public, qui récupère maintenant sérieusement après la crise financière », commente Arturo Bris, économiste, sur le site Romandie.   La France reste, elle, très loin derrière le peloton de tête. Par rapport à 2014, l’Hexagone n’a ni perdu, ni gagné de place mais il occupe la guère reluisante 32ème place au classement. Depuis 2010, la France a ainsi perdu 8 places. Elle se situe derrière des nations bien moins puissantes sur le plan économique comme l’Estonie, la Lituanie, la République Tchèque ou la Belgique. Comme chaque année, l’IMD pointe les nombreux défis que la France peine toujours à relever comme « la réduction des formalités administratives, la baisse des coûts du travail et de la charge fiscale, l’encouragement à l’investissement privé ». Et l’entrée en application des différentes mesures économiques de la loi Macron n’ont semble-t-il pas convaincu les auteurs de l’étude. Les Français se distinguent néanmoins dans différentes catégories comme le niveau élevé d’éducation, la main-d’œuvre qualifiée, des infrastructures fiables, une forte culture recherche et développement et une stabilité politique.

 

(avec le Figaro)

Mise en place de l’étiquetage de l’origine des viandes « d’ici l’été ?

Mise en place de l’étiquetage de l’origine des viandes « d’ici l’été ?

Le ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement était au micro de BFM TV/RMC ce matin. L’occasion pour lui de revenir sur plusieurs sujets d’actualité.

  • Origine des viandes

Stéphane le Foll s’est félicité d’avoir obtenu l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait : « Oui je l’ai obtenu. Maintenant on espère voir sa mise en place d’ici l’été. Mais cela prendra du temps car il va falloir réétiqueter une partie des produits déjà sortis d’usine [...] mais l’objectif est de mettre en place le décret le plus vite possible. »

  • Point d’indice des fonctionnaires

Sur ce sujet, le porte-parole du gouvernement est resté discret. Il a assuré que le geste sera « significatif » avant d’ajouter qu’ »il est normal de faire un geste vis-à-vis des fonctionnaires qui n’ont pas vu le point d’indice augmenter depuis 2010. »

  • Notre-Dame-des-Landes

Stéphane le Foll a reconnu que Jean-Vincent Placé, qui appelle a voter contre le projet, « a une position claire ». Pour sa part, le ministre de l’Agriculture affirme « être pour cet aéroport tout en ayant conscience des enjeux écologiques ».

(le Figaro)

Migrants Calais : Macron remis à sa place par Cazeneuve

Migrants Calais : Macron remis à sa place par Cazeneuve

 

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a sèchement remis à sa place Macron à propos des migrants de Calais. Emmanuel Macron s’était exprimé sur le sujet en indiquant que dans le cas de la sortie du Royaume-Uni de l’Europe, il n’y aurait plus de raison de retenir les migrants à Calais. Bernard Cazeneuve s’étonne que le ministre de l’économie s’aventure sur des terrains qui ne sont pas de sa compétence. Pourtant Bernard Cazeneuve devrait bien savoir qu’il existe désormais un conflit ouvert entre Emmanuel Macron et Manuel Valls. On sait en effet qu’Emmanuel Macron a été écarté de la gestion du débat relatif à la modernisation économique et sociale au profit d’une part de Sapin d’autre part d’El Khomri. En outre la posture de réformateur  a été volé dans l’opinion publique par Emmanuel Macron. Se joue aussi la question d’un éventuel remplacement de Manuel Valls en cas d’échec de la loi travail. Au-delà la lutte concerne le positionnement de chacun des deux responsables pour 2017 et 2022. Sur le fond Macron n’a pas tort ; en cas de Brexit, il n’y aurait plus aucune raison d’empêcher les migrants de rejoindre le Royaume-Uni. Il n’y a pas que Manuel Valls qui est agacé par Emmanuel Macron au sein du gouvernement. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est exaspéré vendredi du « buzz » de son collègue de l’Economie Emmanuel Macron sur une ouverture de la frontière à Calais en cas de Brexit. « Sur ce sujet-là, ce ne sont pas des déclarations qui font le buzz dont on a besoin, c’est d’une action sur la durée (…) qui donne des résultats », a déclaré Bernard Cazeneuve sur BFMTV/RMC. « Comme vous le savez, c’est moi qui suis en charge de ce sujet au sein de ce gouvernement ». Jeudi, le ministre de l’Economie avait mis en garde contre les conséquences d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévenant que la France cesserait de retenir les migrants à Calais : « Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais ». Quelques heures plus tard, François Hollande avait renchéri : « il y aura des conséquences si le Royaume-Uni quitte l’UE (…) y compris sur la manière de gérer les situations en matière de migrations ». « Je pense tout simplement que le ministre de l’Economie, qui fait un travail absolument remarquable dans son domaine de compétences, qui a beaucoup à faire pour la croissance et relever le pays (…), se consacre entièrement à sa tâche comme moi je me consacre entièrement à la mienne », a ajouté Bernard Cazeneuve. »Ces sujets sont d’une extraordinaire complexité. Sur les sujets compliqués, il faut travailler beaucoup et parler peu », a-t-il insisté.

Un nouveau parti écolo ou une micro organisation pour Placé et deRugy

Un nouveau parti écolo ou une micro organisation pour Placé et deRugy

Jean Vincent placé et François de Rugy, sitôt après leur départ d’Europe écologie les Verts, ont décidé de créer un nouveau parti « l’union des démocrates et écologistes». La question de savoir s’il s’agira véritablement d’un parti ou d’une micro organisation comme il en existe déjà chez les écolos. Tout dépendra aussi de la philosophie de ce parti et du contenu programmatique. La question est aussi de savoir s’il existe encore un espace  politique pour uen telle formation car si les citoyens sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales ils n’adhèrent  pas forcément à la politisation de la problématique environnementale. Comme   d’habitude Daniel Cohn-Bendit a bien résumé la situation.  Interrogé par LibérationDaniel Cohn-Bendit est sceptique : « Est-ce que ramasser des morceaux cassés refait un vase ? Je ne crois pas », juge l’ex-dirigeant d’Europe écologie.  Les démissionnaires d’Europe écologie – Les Verts (EELV) ont vite rebondi. Jean-Vincent Placé et François de Rugy s’apprêtent à fonder leur propre parti, selon les informations de Libération.  Le sénateur de l’Essonne et le député de Loire-Atlantique, ainsi que « les anciens du Modem (mais aussi ex-Verts) et dirigeants du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle, se réunissent ce mercredi soir au Sénat pour créer l’Union des démocrates et écologistes« , affirme le quotidien ce 2 septembre. « Le sigle UDE (…) avait été déposé mi-août par le député François-Michel Lambert, suspendu d’EELV. » Cette future structure abritera aussi Génération écologie, précise Libé.  « On veut très vite y faire venir des gens », explique au journal Jean-Luc Bennhamias. L’UDE « prévoit de tenir une ‘convention’ en octobre avec élaboration d’un ‘pacte fondateur’ », précise Libération. « Son principe : positionnement au centre gauche, écologie positive, partenariat avec le PS. » Objectif : attirer les déçus du Modem, comme les écologistes insatisfaits du rapprochement avec le Front de gauche.

Ecologie politique : Jean-Vincent Placé quitte aussi EELV

Ecologie politique : Jean-Vincent Placé quitte aussi EELV

Une nouvelle démission à EELV, celle de Jean Vincent Placé qui crée dès maintenant une crise ouverte dans le parti de l’écologie politique. Une crise qui était attendue pour les des élections régionales alors que certains verres soutiennent le gouvernement et que d’autres ont rejoint Mélenchon. En fait le processus de décomposition d’Europe écologie les Verts s’accélère alors que ce parti ne représente déjà plus que quelques pour cent. Le président du groupe écologiste au Sénat, Jean-Vincent Placé, annonce ce vendredi 28 août qu’il quitte le parti, au lendemain de la décision similaire annoncée par le coprésident du groupe à l’Assemblée, François de Rugy.  Europe Écologie-Les Verts, « c’est un astre mort, une structure morte qui donne aujourd’hui une vision caricaturale et politicienne de l’écologie », dénonce Jean-Vincent Placé, qui était opposé, avec François de Rugy, à la décision de Cécile Duflot de quitter le gouvernement lors de la nomination de Manuel Valls à Matignon en 2014.  Il assure ne pas prendre cette décision de « gaieté de cœur », sur Europe 1. « Je suis écologiste convaincu depuis plus d’une dizaine d’années. Je ne suis pas né écologiste, je suis devenu écologiste, je suis un républicain de gauche« , ajouté-t-il. Le président du groupe écologiste au Sénat explique qu’ »après 15 ans de vie, ce n’est pas facile. Mais il faut se tourner vers l’avenir pour l’écologie, pour la France et pour l’Europe », a-t-il ajouté. Lors des journées du Front démocrate et Génération Écologie à La Rochelle, Jean-Vincent Placé avait qualifié le parti de « structure morte » : « j’ai trop cru moi à la force des partis, j’ai longtemps cru à ça, aux accords intermédiaires, aux protocoles. Je crois que c’est totalement fini tout ça. EELV, on y est ou on y est pas ».

 

EELV : « une structure morte »( Placé)

EELV : « une structure morte »( Placé)

Encore une prise de position sans ambiguïté qui va accélérer le processus de décomposition d’Europe écologie les Verts. Le sénateur a qualifié jeudi EELV de « structure morte », tout en refusant de dire avant vendredi matin s’il quitterait la formation. En début de mois, il avait toutefois déjà menacé de quitter Europe Écologie les Verts, furieux du rapprochement de son parti avec le Front de gauche pour les élections régionales. Dans une longue charge contre cette stratégie menée notamment par l’ex-ministre Cécile Duflot, l’élu écologiste s’est dit « sidéré » du manque de soutien d’EELV à François Hollande, sur les questions de climat notamment. Il a multiplié les appels au rassemblement de la gauche modérée.  « Il y a urgence et il y a le feu à la maison de la gauche et des écologistes. Il est encore temps de rassembler, il faut le faire sur le fond, sur les projets », a-t-il dit lors des journées du Front démocrate et Génération Écologie à La Rochelle.    »J’ai trop cru à la force des partis, j’ai longtemps cru à ça, aux accords intermédiaires, aux protocoles. Je crois que c’est totalement fini tout ça. EELV, on y est ou on y est pas, ça c’est un débat qui sera évidemment là, mais au fond c’est déjà une structure morte« , a-t-il dit.  Pressé par la presse de dire s’il resterait membre d’EELV, Jean-Vincent Placé a réservé sa réponse à vendredi matin.  »Je suis sidéré que le parti écologiste dont je suis encore membre fasse aussi peu de cas, de ce que fait, oui, et ce n’est pas du cirage de pompes, de ce que fait le président de la République, ce que font le gouvernement et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius sur la question du climat », « un sujet qui est fondamental pour les écologistes », a-t-il lancé.  Le sénateur a également critiqué la constitution de listes communes EELV-Front de gauche dans plusieurs régions. »En Nord-Pas-de-Calais-Picardie (…) on va fracturer la gauche dans un endroit où Marine Le Pen peut l’emporter ?  François de Rugy, quant à lui, jusqu’alors l’une des principales figures d’Europe Écologie-Les Verts, a quitté le parti en l’accusant de « dérive gauchiste« . Sa décision aggrave la crise qui touche le mouvement écologiste profondément divisé sur la participation au gouvernement et l’alliance avec le Front de gauche aux régionales.

Cigarettes : des paquets vides à la place des paquets neutres

Cigarettes : des paquets vides  à la place des paquets neutres

Touraine, la ministre de la santé veut un pays sans tabac. Le tabac est effectivement dangereux mais la question est de savoir comment gérer sa suppression, Pour l’instant on pense au paquet neutre, donc sans indication de marque mais cela ferait perdre des recettes à l’Etat du faat du transfert vers des cigarettes d’  importation illégales ou pas (environ 25% des cigarettes). Reste aussi une  solution, le paquet mais vide. On garde limage des marques mais sans rien à l’intérieur.  Tout en maintenant la fiscalité. De quoi satisfaire les buralistes, Bercy et Marisol Touraine. Pour les fumeurs on pourrait envisager un plan d’urgence comme pour les éleveurs, un plan fumeux quoi ! La mise en place du paquet neutre n’est pas anodine. Outre son efficacité largement débattue et la colère des buralistes, cela pourrait aussi faire perdre de l’argent à l’Etat. En effet, le paquet neutre pourrait faire perdre à court terme deux milliards d’euros par an de recettes fiscales à l’Etat, selon une étude commandée par Japan Tobacco International (JTI) au cabinet de conseil français MAPP, révélée mardi.   »Sur les 14 milliards d’euros annuels que représente la fiscalité du tabac, le manque à gagner pour le budget de la France serait de 2,015 milliards d’euros. Cette perte de recette fiscale serait la conséquence directe du profond bouleversement du marché du tabac que provoquerait en France l’impossibilité pour les marques de se différencier », souligne l’étude.  Selon le niveau de dégradation de l’image de marque qui résulterait de la mise en place du paquet neutre, les pertes de recettes fiscales seraient ainsi comprises entre 413 millions et 3,474 milliards d’euros par an, estime le cabinet spécialisé dans les questions de concurrence. Les trois quarts de ce manque à gagner proviendraient d’un report de la consommation vers des produits non taxés en France, à savoir des cigarettes d’importation légale, ou de contrebande, ou encore de contrefaçon.

 

Hollande met en place un micro service militaire

Hollande met en place un micro service militaire

Encore une  idée qui finit en eau de boudin : le service militaire. En fait les centres d’insertion concerneront 2000 jeunes partir de 2016 autant dire un chiffre ridicule . Il ne s’agit pas d’un vrai service militaire universel, ni d’un mini service mais d’un micro service.  Inspiré d’un modèle développé outre-mer, sept centres de service militaire volontaire (SMV) vont voir le jour d’ici à l’an prochain. « Il y aura trois centres de service militaire volontaire dès cette année qui accueilleront 1.000 jeunes », à Montigny-lès-Metz (Moselle), Brétigny-sur-Orge (Essonne) et « dans le sud de la France dès janvier 2016″, a déclaré François Hollande, précisant que quatre autres centres seront créés en 2016. Ces sept centres du SMV pourront accueillir au total « 2.000 jeunes », a-t-il précisé lors d’une visite d’un établissement public d’insertion de la Défense (Epide) à Alençon. Créés sur le modèle du service militaire adapté de l’outre-mer, ces centres, qui relèveront du ministère de la Défense, recevront des jeunes de 18 à 25 ans pour leur offrir des formations professionnelles liées aux besoins des bassins d’emplois locaux ou des « secteurs en tension » à l’échelle nationale, comme l’hôtellerie et le BTP. Nourris et blanchis, les jeunes porteront l’uniforme et seront encadrés par des militaires. François Hollande a par ailleurs confirmé sa décision de porter de 3.500 à 4.500 par an le nombre de jeunes accueillis dans les Epide, qui relèvent quant à eux du ministère de la Ville en dépit de leur nom. « Deux autres Epide seront créés dans le sud de la France car c’est là qu’il y a les besoins les plus grands », s’ajoutant aux 18 existants, a-t-il par ailleurs annoncé.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol