Archive pour le Tag 'pitoyable'

Manif loi travail : une participation pitoyable

Manif loi travail : une participation pitoyable

Quelques milliers de participants seulement à Paris et une contestation de plus en plus dérisoire. Il est clair que l’absence de stratégie constructive des contestataires et la multiplication de mouvements irresponsables à tué la mobilisation. Une mobilisation qui était depuis plusieurs mois sous le contrôle des gauchistes et qui en fait échappait y compris à la CGT sans doute pas mécontente que le mouvement se termine enfin. Certes pour se consoler ou faire semblant, on affirme que la mobilisation est reportée dans le temps et qu’elle prendra d’autres formes. La formule rituelle qu’on emploie après l’échec d’un mouvement pour ne pas avouer  qu’on a perdu.  le mouvement syndical de contestation aurait voulu montrer sa faiblesse qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Le bilan est catastrophique rien n’a été obtenu sur cette base de cahiers revendicatifs irresponsables. En outre les manifestations, blocages et autres violences ont entraîné des conséquences négatives pour l’économie et l’image du pays.  ultime argumentation des manifestants pour légitimer leur position « personne ne veut de cette loi même le Medef ». Utiliser les positions patronales (par ailleurs faux-cul) du Medef atteste évidemment de l’inconsistance de l’argumentation. Les manifestants étaient encore moins nombreux que la semaine dernière, la police dénombrant pour l’ensemble de la France environ 30.000 manifestants, contre 65.000 le 28 juin. Il s’agissait de la dernière journée de manifestations d’ici la rentrée mais les sept syndicats opposés à la réforme comptent organiser des actions durant l’été : péages gratuits ou interventions en marge du Tour de France, mais sans blocage. Leurs dirigeants, notamment ceux de la CGT et de Force ouvrière, en pointe du mouvement, assurent qu’ils relanceront la mobilisation en septembre. « On donne rendez-vous à tous les mécontents à la rentrée, on verra sous quelle forme », a déclaré à la presse Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT. Pour le syndicaliste, le recours au 49-3 signe « un nouvel aveu d’échec pour le gouvernement ». Pour Force ouvrière, « cela constitue de nouveau un véritable déni de démocratie », a déclaré le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly. (Avec Reuters)

Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable

Grèves anti-loi Travail : une décrue pitoyable

 

 

La mobilisation contre le projet de réforme du Code du travail s’effondre progressivement et tente d’être compensée par des actions irresponsables de blocage qui par ailleurs portent gravement préjudice à une croissance déjà fragile du fait d’un environnement mondial de plus en plus déprimé, des conséquences toujours présentes des attentats de novembre sur l’activité touristique et des  les inondations. Faute de deux participations significatives des salariés aux grèves,  les syndicats contestataires tentent de masquer leur échec par la radicalisation notamment dans le secteur public et nationalisé qui n’est pas qui pourtant n’est pas concerné par la loi travail (fonctionnaires, SNCF, RATP, EDF etc). Une dérive gauchiste qui démontre la fébrilité de syndicats dont les objectifs sont davantage politiques que sociaux. Face aux  débordements et à leurs conséquences économiques, l’opinion publique est en train de se retourner. Le bilan de cette gestion du mouvement de contestation est à la fois. Catastrophique et pitoyable ;  une attitude qui ne grandit pas une image des syndicats déjà très affectés et qui devrait renforcer l’idée qu’il est urgent de décentraliser la négociation des conditions sociales au plan des entreprises afin d’échapper à l’approche marxiste et –ou gauchiste des appareils centraux. La mobilisation s’écroule dans les notamment à la SNCF où le taux de grévistes répondant à l’appel de la CGT et de Sud-Rail est tombé à 10,5%, selon la direction. Ces deux syndicats ont maintenu leur mobilisation, rejetant un appel à la « solidarité » avec les Français touchés par les inondations lancé par le président de la compagnie ferroviaire, Guillaume Pépy. Depuis le début de cette grève reconductible, le taux de grévistes a reflué – il s’élevait à 17% mercredi – et le syndicat réformiste Unsa, satisfait des « éclaircissements » obtenus de la direction, a suspendu jeudi son préavis. A la RATP, où a débuté jeudi une grève censée être illimitée à l’appel de la CGT, la direction n’a relevé aucune perturbation sur les réseaux de métro, de bus, de tramway ou de RER – lequel était en revanche affecté par les inondations sur un tronçon exploité par la SNCF. Les contrôleurs aériens ont par ailleurs levé jeudi leur préavis pour ce week-end, mais l’intersyndicale des pilotes d’Air France a appelé le même jour à la grève du 11 au 14 juin pour défendre les rémunérations. Dans les raffineries, les salariés de Grandpuits ont voté la fin de la grève vendredi, a-t-on appris auprès de Total. Trois autres sites opérés par le groupe pétrolier (Normandie, Donges et Feysin) restaient à l’arrêt et la plateforme de La Mède (Bouches-du-Rhône) tournait à 80% de ses capacités. A Donges (Loire-Atlantique), les salariés ont reconduit le mouvement vendredi. Selon la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), des « clous de fabrication artisanale » ont été répandus sur la route permettant d’accéder au dépôt de carburant voisin de cette même raffinerie. L’Union patronale des Bouches-du-Rhône a quant à elle demandé à l’Etat de mettre fin à un « abus caractérisé du droit de grève », qui entraîne le blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Le mouvement anti-loi Travail touche aussi le secteur du traitement des déchets et des ordures ménagères, en particulier en Ile-de-France où trois des quatre principaux centres sont bloqués – à Ivry-sur-Seine, Saint-Ouen et Issy-les-Moulineaux. (Avec Reuters)

Depardieu : pitoyable et pathétique mascarade russe

Depardieu :  pitoyable  et pathétique mascarade russe

Lettre dithyrambique et pathétique de Depardieu envers le régime russe après le     décret de Poutine accordant la citoyenneté russe à l’acteur.  Lee comédien  a confirmé avoir fait une demande de passeport et s’est dit ravi qu’elle ait été acceptée dans une lettre très élogieuse envers le régime russe et son président, diffusée par la chaîne de télévision Pervyi Kanal.   »J’en ai même parlé à mon Président, François Hollande. Je lui ai dit tout cela. Il sait que j’aime beaucoup votre Président Vladimir Poutine et que c’est réciproque », a-t-il écrit, ajoutant qu’il comptait apprendre le russe et que la Russie était un pays où il faisait « bon vivre « Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie, et que ce n’était pas un pays où un premier ministre traitait un citoyen de minable », a-t-il poursuivi, dans une référence au Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault.  Ce dernier avait qualifié l’exil fiscal de l’acteur, qui proteste contre les augmentations d’impôts visant les plus riches en France, d’ »assez minable ».  Cette décision, particulièrement rare en Russie, intervient alors que l’acteur français, interprète en 2011 du mystique Raspoutine dans une production franco-russe, a annoncé récemment vouloir renoncer à son passeport français, s’estimant « injurié » par les critiques de M. Ayrault.  La star de 64 ans avait pourtant auparavant déclaré qu’elle comptait s’installer dans un village de Belgique, où elle a acheté une propriété, et qu’elle envisageait de prendre la nationalité belge.  Réagissant à l’annonce du président russe, le président de la commission belge des naturalisations, M. Georges Dallemagne a d’ailleurs estimé qu’elle rendait « la situation plus complexe ».  Si l’acteur « acceptait la citoyenneté russe, il pourrait toujours faire une demande en Belgique, mais nous l’examinerions différemment. Il faudrait qu’il nous dise clairement quels sont ses projets, s’il entend résider et développer ses activités dans notre pays », a-t-il précisé.  En décembre, le président Poutine, soucieux de montrer que le régime fiscal en Russie, où l’impôt sur le revenu est de 13% pour tous, est intéressant pour le monde des affaires, avait déjà annoncé être prêt à accorder un passeport à Gérard Depardieu si celui-ci le souhaitait.   »Cette promesse était fondée sur l’importante contribution de Depardieu à la culture nationale et au cinéma », a expliqué jeudi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, à l’agence Interfax.  Selon les médias russes, Gérard Depardieu serait soumis au régime des 13% d’impôts sur le revenu seulement s’il résidait au moins six mois par an en Russie.  L’impôt sur ses revenus, obtenus en Russie ou à l’étranger, s’élèverait cependant à 30% s’il passait plus de six mois en dehors du pays.  Très célèbre en Russie, Depardieu apparaît régulièrement dans diverses publicités, notamment pour la banque Sovietski et pour une marque de ketchup.  Fan autoproclamé de la culture russe, en particulier de l’oeuvre de l’écrivain Dostoïevski, il a été membre du jury du festival du film de Moscou et figurait dans le parterre de stars devant lequel Vladimir Poutine, alors Premier ministre, avait entonné l’air de Blueberry Hill lors d’un concert de bienfaisance à Saint-Pétersbourg en 2010.  Mais l’acteur, connu pour ses frasques, s’est également fait remarquer pour son implication dans des projets et événements controversés dans l’ex-URSS.  En octobre dernier, il a ainsi participé à des célébrations officielles à Grozny, capitale de la Tchétchénie, au cours desquelles il avait lancé : « Gloire à la Tchétchénie, gloire à Kadyrov », en s’affichant aux côtés de Ramzan Kadyrov, numéro un de cette république, accusé de multiples exactions par les ONG de défense des droits de l’homme.  Ce dernier s’est d’ailleurs dit prêt à accueillir Depardieu dans cette république instable du Caucase.  Récemment, Depardieu a également enregistré une chanson avec Gulnara Karimova, la fille aînée du président ouzbek Islam Karimov, au pouvoir depuis 1989 et très critiqué par les Occidentaux pour son bilan en matière de droits de l’homme.  Et l’acteur devrait de surcroît jouer dans une série ouzbèke qu’elle co-écrit.  Réagissant à cette annonce, l’ex-dissidente soviétique et militante russe Lioudmila Alexeeva a tenu à souligner que le président russe devrait user de son droit d’octroyer la citoyenneté dans d’autres cas aussi. « Ma propre petite-fille, qui est née à Moscou et a les papiers le prouvant, vit depuis déjà six ans à Moscou, mais n’arrive pas à obtenir la citoyenneté russe », a-t-elle déclaré à l’agence Ria Novosti.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol