Archive pour le Tag 'Pisani-Ferry)'

France : trop de réformes mal ficelées (Jean Pisani ferry)

France : trop de réformes mal ficelées (Jean  Pisani ferry)

Jean Pisani ferry, commissaire général à la prospective à Franc Stratégie, n’a pas tort de considérer que la France se caractérise trop de réformes mal ficelées.   En cause d’abord de manque de continuité dans l’action publique où chaque majorité détricote ce qu’a fait  la majorité précédente. En outre des réformes trop partielles parfois contradictoires. Exemple les mouvements de yo-yo sur la fiscalité ou sur les réformes de l’éducation nationale. Aussi la surproduction législative, produit de l’hypertrophie du Parlement et de l’administration française. Du coup les velléités de réforme structurelle s’enlisent dans les sables mouvants de la bureaucratie du corporatisme. Ce n’est pas un programme clés en main. Mais France Stratégie veut faire réfléchir les futurs candidats à l’élection présidentielle. Ce jeudi, en proposant une note sur la croissance mondiale dans les dix années à venir, l’organisme de réflexion lance le premier thème d’une série de douze, qui veut «éclairer» les débats des mois à venir. «Les nouvelles formes du travail et de la protection sociale», «Tirer parti de la révolution numérique», «Investir dans la jeunesse face au vieillissement», «Modèle de développement et répartition du revenu», «Compétitivité: que reste-t-il à faire?», «Dynamiques et inégalités territoriales»… Autant de sujets sur lesquels les politiques de gauche et de droite devront se pencher avant de dévoiler leurs choix au citoyen. Le commissaire général à la prospective, Jean Pisani-Ferry, explique au Figaro la nécessité d’un diagnostic et d’un inventaire des options.

 

LE FIGARO. - Quel rôle veut jouer France Stratégie dans le débat présidentiel à venir?

Jean PISANI-FERRY. - Celui d’un apporteur de matériaux pour un débat à la mesure des enjeux. Les candidats vont devoir offrir une lecture de la situation du pays, sélectionner des priorités, formuler des propositions… Le contexte dans lequel va se tenir cette élection rend d’autant plus nécessaire le débat: l’avenir européen est incertain ; le niveau de richesse par tête d’avant-crise n’a pas été retrouvé ; le pays est divisé entre des Français prospères et des Français appauvris. Nous voulons mettre sur la table des sujets à l’horizon dix ans, poser des diagnostics, cerner les options. L’élection présidentielle doit être l’occasion d’une délibération, pas d’une pluie d’invectives comme actuellement outre-Atlantique.

 

Comment expliquer que l’Hexagone ait tant de mal à se réformer?

Nous faisons beaucoup de réformes mais nous ne les faisons pas bien. Chaque gouvernement ouvre un ensemble de dossiers, modifie une série de paramètres et passe le bâton au suivant… Imaginez que nous avons fait cinq réformes des retraites en vingt ans et trois réformes de la formation en dix ans. Ce n’est pas rassurant pour les Français, et ça leur donne l’impression que chaque réforme ne fait que préparer la suivante. Cela ne crée pas de stabilité. Un jeune aujourd’hui n’a aucune idée de ce que sera sa retraite, s’il s’attend à en avoir une! C’est grave en termes de sécurité personnelle et de relations intergénérationnelles.

Economie : une décennie perdue (Jean Pisani-Ferry)

Economie : une décennie perdue (Jean Pisani-Ferry)

 

Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective  considère que c’est une décennie perdue pour l’économie, autant dire que rien de positif n’est à attendre d’ici 2017. (Interview Le figaro)

 

Jean PISANI-FERRY. - On a cru que, passé la phase aiguë de la crise de la zone euro, la reprise allait spontanément prendre vigueur. Force est de constater que ce n’est pas le cas. On a mésestimé le risque d’une inflation trop basse. La Banque centrale européenne en avait conscience mais, aux prises avec la polémique sur l’appui aux pays en difficulté, elle n’a pas voulu ouvrir ce front et a tardé à agir. Trois facteurs positifs doivent pourtant être cités: l’orientation de la politique budgétaire d’ensemble est aujourd’hui neutre, elle ne pèse plus sur la demande; le taux de change de l’euro est plus favorable ; et la baisse du prix du pétrole. Néanmoins, la dynamique de croissance reste trop molle, et ce qui est inquiétant est que les anticipations s’ajustent à un scénario de stagnation. En 2016, le PIB par tête de la zone euro sera juste en dessous de celui de 2007. L’image d’une décennie perdue n’est pas exagérée. La France ne se distingue pas du lot.

 

En matière de finances publiques, elle est même mauvaise élève…

Elle a un lourd problème de crédibilité. Depuis quinze ans, elle n’a cessé de faire des promesses et de ne pas les tenir. Conjoncturellement, il est justifié de ne pas surdoser l’effort budgétaire à un moment où croissance et inflation sont toutes les deux trop faibles, mais nous avons du mal à convaincre que nous saurons le faire demain si la situation s’améliore. C’est ce qu’a dit le Haut Conseil des finances publiques. Le niveau de notre dépense publique est au cœur de ce débat. Il est 12 points supérieur à l’Allemagne. Cet écart s’explique en partie par des choix collectifs, par exemple le caractère public du système de retraite. Mais il résulte aussi d’inefficiences, en matière d’administration territoriale ou même de santé: par rapport aux meilleurs, à résultats égaux, notre système de santé coûte de l’ordre d’un point de PIB de plus. Et puis nous utilisons la dépense publique en substitut de réformes de fond, par exemple en matière de logement, pour lequel nous dépensons plus de 40 milliards pour un résultat médiocre.

 

Où en êtes-vous du rapport sur la croissance et l’investissement demandé par les ministres français et allemand de l’Économie, sur lequel vous travaillez avec l’économiste Henrik Enderlein?

Nous le rendrons avant la fin du mois. Évidemment, nous ne réinventons pas tout en un mois, mais nous allons faire des propositions nouvelles et originales. Il y a, dans chacun des deux pays, des réformes à faire, des investissements à prévoir. France Stratégie a déjà montré que l’Allemagne investissait peu, alors que la France investissait mal. Nous allons plus loin, car nous partageons la même inquiétude sur la situation actuelle.

.

 

L’austérité budgétaire: « une erreur » ( Pisani-Ferry)

L’austérité  budgétaire: « une erreur » (selon Pisani-Ferry)

Nouveau patron du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, l’économiste Jean Pisani-Ferry estime, dans un entretien accordé jeudi à l’AFP, que l’Europe a « fait l’erreur de tout miser sur la réduction des déficits publics ».

Cet ancien conseiller des socialistes Dominique Strauss-Kahn à Bercy et Lionel Jospin à Matignon vient de quitter la direction du cercle de réflexion européen Bruegel. Il annonce aussi avoir démissionné du Haut Conseil des Finances publiques, un organisme indépendant adossé à la Cour des comptes qui vient de rendre son premier avis sur les prévisions économiques du gouvernement.

QUESTION: Comment interprétez-vous votre nomination?

REPONSE: « Le fait d’avoir choisi quelqu’un issu du monde des +think tank+, d’un milieu européen, d’une institution qui a sa liberté de parole et son indépendance, cela démontre, de la part du Premier ministre, une volonté d’ouverture et de débat, le souci d’un regard neuf.

Aussitôt nommé, j’ai démissionné du Haut Conseil des Finances publiques pour qu’il n’y ait pas le moindre soupçon. Le Haut Conseil est une institution dont on comprendra vite qu’elle est indispensable à la crédibilité de la politique budgétaire. Mais elle est encore très jeune. Je ne pense pas une seconde que ma présence aurait nui à son indépendance mais je n’ai pas voulu lui faire courir le risque de la controverse. »

Q: Quelle sera la mission du nouveau commissariat, qui remplace le Centre d’analyse stratégique?

R: « La structure reprend le Conseil d’analyse stratégique. Quant aux missions, il y a une double volonté. D’abord d’avoir une relation plus forte avec la décision publique, donc d’éclairer les choix publics, de se porter sur des sujets plus centraux et plus stratégiques. D’autre part, il y a une volonté d’impliquer les partenaires sociaux, la société civile, donc d’avoir une fonction renforcée de concertation et de débat public. Ce sont deux missions complémentaires: plus le gouvernement compte sur cette institution, plus les partenaires extérieurs la prennent au sérieux, et plus le débat implique les différents acteurs plus il est intéressant pour le gouvernement. »

Q: Quelle est votre position dans le débat actuel entre croissance et austérité?

R: « Une remarque d’abord: c’est typiquement dans une situation d’interrogation sur la voie à prendre qu’une institution comme la nôtre est utile. Nous devrons regarder un peu plus loin que les dirigeants qui sont dans l’action immédiate. Pour que les politiques puissent, lorsque c’est nécessaire, être infléchies ou changées, il faut le préparer par des réflexions mûries à froid plutôt que dans le feu de l’action. La réflexion doit avoir un temps d’avance.  Ma position personnelle, qui à ce stade repose sur les travaux de Bruegel plutôt que sur ceux du commissariat, est claire: l’Europe a fait l’erreur de tout miser sur la réduction des déficits publics et de croire que donner un coup de collier à l’ajustement budgétaire sans avoir auparavant réglé les problèmes de l’économie privée lui permettrait de se sortir des difficultés. Le sérieux budgétaire est indispensable, il ne faut surtout pas l’abandonner. Mais c’est une oeuvre de longue haleine. Parallèlement, il faut améliorer, à l’échelle européenne, les conditions du financement bancaire, poursuivre le désendettement privé. Bref, créer les conditions de la croissance. Comme ces conditions n’étaient pas remplies, le coup de collier budgétaire n’a pas donné le résultat attendu, au contraire, comme l’économie était faible et les taux d’intérêt déjà près de zéro, la consolidation budgétaire a eu des effets négatifs sur la croissance beaucoup plus importants que prévu. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol