Archive pour le Tag 'pire'

Brexit : «pire calamité » (Chapman) depuis la Guerre

 Brexit : «pire calamité » (Chapman) depuis la Guerre  

Les responsables du Brexit mérite la prison et le Brexit est la pire calamité déclare l’ancien bras droit de l’actuelle ministre David Davis  chargé de négocier la rupture avec l’union européenne. D’après James Chapman qui a été pendant un an, après le référendum sur le Brexit de juin 2016 et jusqu’à sa démission en mai, le principal collaborateur de David Davis et ses propos ont rencontré mercredi un certain écho. « C’est, j’en ai bien peur, la pire calamité pour notre pays depuis la Guerre », a-t-il dit du Brexit. Dans un tweet envoyé mardi soir, il a en outre invité des députés « de tous les partis, ayant un peu de sens commun à se rassembler dans un nouveau parti, s’il le faut, et à renverser » la tendance qui va vers un Brexit dans moins de deux ans.  Selon le Guardian, James Chapman n’a pas envoyé qu’un tweet, il s’agit en fait d’une véritable campagne d’opinion sur le réseau social où il interpelle les ministres les uns après les autres à propos de la rupture avec l’UE. Il a ainsi tout récemment apostrophé Karen Bradley, la secrétaire d’Etat à la Culture, sur le possible départ des grands radiodiffuseurs américains qui quitteraient Londres pour s’installer à Amsterdam à cause du Brexit. De fait, rapportait The Independant mardi 8 août, les médias internationaux (Discovery Communications, Time Warner, Walt Disney…) étudient les solutions de rechange pour la localisation de leurs activités face à une situation qui leur pose nombre de difficultés. Et ainsi de suite, sur les sujets du transport aérien, de la recherche médicale… « Soyons honnêtes, si nous avions une loi électorale efficace, les meneurs du Brexit seraient aujourd’hui en prison ».

Hamon, de pire en pire, sollicite ceux qui ont déjà choisi

Hamon, de pire en pire,  sollicite ceux qui ont déjà choisi

De pire en pire pour Benoît Hamon qui tente de culpabiliser les électeurs en faveur de Macron à fin de les récupérer. Pas vraiment une stratégie de reconquête plutôt une attitude de looser qui acte son recul et sa probable défaite catastrophique. Benoît Hamon aurait mieux fait de rester au chaud dans l’appareil de direction du parti socialiste au lieu de tenter de revêtir un costume de présidentiable bien mal adapté à sa carrure. En slalomant à travers des courants du parti socialiste il avait réussi jusque-là à se tailler un petit statut de dirigeant qui pouvait l’amener tranquillement jusqu’à la retraite. En effet de rocardien, Hamon est devenu gauchiste, puis soutien de Hollande avant de lui tailler des costumes comme frondeur. Benoît Hamon avait pourtant fait preuve d’innovation en décrétant la fin du travail et en remplaçant l’emploi par un revenu universel. Une proposition qu’il a tellement rabotée qu’elle se réduit aujourd’hui à une augmentation du RSA. Des propositions économiques ubuesques qui s’expliquent essentiellement par le fait que Benoît Hamon entretien des relations approximatives avec le travail. En vérité Benoît amont (comme d’autres évidemment au PSU) n’a jamais travaillé sinon dans la politique ;  sa connaissance des réalités sociaux économiques est indigente, elle se nourrit surtout des discussions avec les autres responsables frondeurs crypto marxistes, le plus souvent anciens fonctionnaires ou apparatchiks comme lui. Benoît Hamon est une sorte de candidat hors sol, vainqueur un peu par défaut de la belle alliance populaire, une alliance populaire qui n’a que le nom puisqu’elle regroupait uniquement des socialistes plus un écolo en voie de disparition et une radicale de gauche néandertalienne. Au final, la belle alliance populaire pourrait n’être soutenue que par quelques pour cent des électeurs, en tout cas moins de 10 % si l’on s’en tient à la dynamique de Mélenchon qui siphonne le parti socialiste. Pour toute réponse à cette perte perspective de catastrophe, Benoît amont joue la clémence de d’Auguste : revenez pauvre pêcheurs, vous êtes pardonnés Le candidat PS à la présidentielle, Benoît Hamon, a en effet pardonné aux socialistes qui se seraient « trompés » en soutenant Emmanuel Macron, en disant « bienvenue » à leur retour, jeudi soir lors d’un meeting près de Montpellier. « Peut-être se sont-ils trompés? S’ils se sont trompés, bienvenue, votre famille est ici. La grande famille de la gauche est toujours ici et vous avez le droit de dire que vous vous êtes trompés parce que ça dit beaucoup de la confusion de cet homme-là », a-t-il lancé en visant Emmanuel Macron, longuement pris pour cible. Une plaidoirie complètement défensive tout au tant que nulle.

Affaire Fillon : le pire n’est pas la faute mais l’inconscience

Affaire Fillon : le pire n’est pas la faute mais l’inconscience

 

 

Les faits reprochés à François Fillon sont d’une gravité exceptionnelle puisqu’il s’agit d’enrichissement personnel précisément de la part de celui qui ambitionne la magistrature suprême. Au-delà des accusations, le  plus grave encore c’est l’inconscience totale de Fillon et de ses partisans quant à  l’effet catastrophique sur l’opinion publique. La vérité c’est que ces responsables sont tellement hors sol, c’est-à-dire coupés  des réalités socio- économiques des Français moyens qu’ils ne se rendent même plus compte du scandale de leurs privilèges. Pas étonnant avec leur salaire, les avantages et les revenus annexes les parlementaires  émargent entre 10 000 et 20 000 € par mois. Ils ignorent sans doute que le salaire moyen réel est de leurs 1700 € (il s’agit du salaire moyen donc de nombreux Français gagnent encore moins), ils ignorent que des millions vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le vrai scandale réside dans cette incapacité à prendre conscience de cette inégalité. On objectera que certains acteurs économiques ou certains héritiers gagnent bien davantage. Il y a cependant une différence, les députés ont été désignés pour servir l’intérêt général et non pour faire une carrière politique ou exercer un métier. À force de fréquenter le Gotha de la société, les parlementaires, les ministres se  sont imprégnés de cette culture de l’argent qui domine le monde. Bien sûr pour compenser de temps en temps on évoque la problématique des plus défavorisés mais un propos à la fois hypocrite et superficiel. Bien sûr de temps en temps, on va serrer les mains de ces chers électeurs mais l’entretien dure quelque secondes ou quelques minutes tandis que l’essentiel du temps est consacré aux  puissants. La démocratie est en fait très virtuelle. La vérité c’est que nous vivons dans un régime monarchique, un système monarchique républicain qui s’appuie sur des baronnies locales. Pour s’en persuader,  il suffit d’examiner la valeur du patrimoine de la plupart des élus. Ceci vaut au niveau national mais aussi dans de nombreuses collectivités locales. Le comble de l’in conscience quand Gérard Longuet, ancien ministre,  pour défendre Fillon déclare : « il faut bien aider sa famille ».Ce décalage social, économique et culturel ne concerne pas uniquement les élus de droite mais aussi ce de gauche (voir le nombre de ministres de François Hollande soumis à l’impôt sur la fortune et où qui disposent d’un patrimoine plus que confortable). Le scandale que révèlent l’affaire Fillon est moins juridique qu’éthique ou moral. Il met en lumière le fossé qui peut exister entre les élites et le français moyen.

 

Sondage 2017 : Hollande, le pire candidat pour la gauche

Sondage 2017 : Hollande, le pire candidat pour la gauche

Pour la gauche Hollande n’arrive qu’en quatrième position des préférences derrière Mélenchon, Hulot, Valls et Macon d’après une enquête TNS Sofres OnePoint pour RTL, LCI et Le Figaro  résultat qui récompense la radicalité dans la mesure où les chances de remporter les élections présidentielles sont plus qu’hypothétiques Pour la gauche, déboussolée, la présence de Hollande à la présidentielle de 2017 doit passer par l’organisation préalable d’une primaire de la gauche dont le sort sera débattu samedi au cours d’un conseil national du PS. Une écrasante majorité des électeurs de gauche la réclament. Si à 72% les Français la souhaitent, ils sont encore bien plus nombreux chez les sympathisants de gauche (86%) et particulièrement chez ceux du PS (87%).

«L’intensité avec laquelle les électeurs de gauche réclament une primaire montre qu’ils ont besoin de se trouver un candidat, et surtout de répondre à ce que doit être vraiment la gauche», explique Emmanuel Rivière, directeur du pôle études politiques de TNS Sofres. Les Français de gauche ne considèrent pas François Hollande comme le meilleur candidat pour 2017. Auprès des sympathisants PS, c’est Manuel Valls qui fait la course en tête (36%) devançant François Hollande (30%) talonné par Emmanuel Macron (29%). Jean-Luc Mélenchon (18%), Arnaud Montebourg (15%) et Nicolas Hulot (15%) sont distancés. Plus intéressant: auprès de l’ensemble des sympathisants de gauche, c’est Mélenchon qui est considéré comme le meilleur candidat (35%), suivi de Hulot (23%), de Valls (21%) et de Macron (20%). Dans cet électorat, Hollande n’occupe que la cinquième place avec 19% des réponses. Jean-Luc Mélenchon prouve ainsi qu’il existe désormais une vie politique hors du PS. À l’inverse, le parcours politique d’Arnaud Montebourg apparaît de façon moins évidente aux yeux des électeurs. Mais c’est auprès de l’ensemble des Français que le chef de l’État est jugé le moins bon des candidats de gauche. Il est même relégué, avec 7%, en queue de liste avec ce qui est communément appelé les «petits candidats»… là où Emmanuel Macron domine (31%). François Hollande éprouve une vraie difficulté à s’imposer comme le candidat de la gauche, y compris chez les sympathisants PS. Il semble désormais que la gauche de gouvernement hésite entre Valls et Macron, tandis que la gauche mécontente se choisit Mélenchon. Dans l’hypothèse où Hollande ne serait pas candidat, Macron est l’option préférée des sympathisants PS, qui le placent en tête (40%) devançant légèrement Valls (38%). Hulot (19%), Mélenchon (18%) et Montebourg (17%) sont distancés. Mais dès lors que l’ensemble de la gauche est interrogé, c’est Mélenchon qui prend nettement le dessus (36%), devant Macron (25%), Valls (24%), Hulot (23%). «La gauche, estime Emmanuel Rivière, revisite le quinquennat à l’aune de deux éléments: la loi El Khomri, qui l’a profondément divisée et irritée, et la quasi-certitude que la victoire en 2017 n’est pas l’option la plus certaine. Du coup, une certaine radicalité devient fédératrice à gauche.»

« Hollande : pire que Sarkozy » (Mélenchon)

« Hollande : pire que Sarkozy »  (Mélenchon)

 

Comme d’habitude Mélenchon ne fait pas dans la dentelle en considérant que la situation avec Hollande est pire  que celle qu’avait connue la France avec Sarkozy comme président de la république. Dans un certain nombre de domaines, ce n’est d’ailleurs pas complètement faux. Surtout sur l’aspect essentiel du chômage. En cinq ans en effet le nombre de chômeurs aura augmenté d’environ 800 000. Une petite inversion ni changera rien. Sauf  bricolage méthodologique concernant les statistiques, l’inversion  ne se produira d’ailleurs pas en 2016 compte tenu du niveau de croissance prévue (1.3% probables). Comme tous les Français, Mélenchon a donc des raisons d’être mécontent mais il y rajoute des motifs économiques ou de nature sociétale que ne partagent pas nécessairement les Français (dernier exemple ;l’ état d’urgence ou de déchéance de nationalité). Mélenchon considère que François Hollande est non seulement inefficace mais qu’en plus il divise. . « Il divise tout et tout le monde : le mouvement social, la gauche, sa propre majorité, son gouvernement. Maintenant, il nomme comme nouveau garde des Sceaux quelqu’un qui a proposé de fusionner le ministère de la Justice et le ministère de l’Intérieur, et qui traitait les frondeurs de « djihadistes ». Taubira est partie dégoûtée. Maintenant que tous les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoûtants. » Déclare-t-il au JDD ». » Nous avons élu François Hollande pour nous débarrasser de la politique de Sarkozy. Un an avant la fin du quinquennat, sur tous les marqueurs de l’époque – et au premier rang le chômage – la situation est pire que sous Sarkozy. Quant aux dommages moraux, ils sont vertigineux. François Hollande est le nom de toutes nos misères et de toutes nos désillusions. »

« Sarkozy, la pire gestion financière de 2007 à 2012 » (Thierry Breton)

« Sarkozy, la pire gestion financière de 2007 à 2012 » (Thierry Breton)

Thierry Breton l’ancien ministre de l’économie de Sarkozy fusille la gestion financière de l’ancien président de la république pendant la période de 2007 à 2012. Encore un proche de Sarkozy qui s’éloigne mais cette fois qui condamne la politique laxiste de l’ancien chef d’État. Pour résumer Thierry Breton constate que la France a pratiquement doublé son endettement en 10 ans  pour atteindre à peu près 100 % du PIB soit environ 2000 milliards. En cinq ans Sarkozy a fait grossir cette date de 600 milliards hypothéquant encore pendant longtemps la solvabilité de la France liée main et pallier les points liés aux marchés financiers. « On a eu une gestion de la crise entre 2007 et 2012 qui a été l’une des plus mauvaise de tous les pays européens. On a augmenté la dette de la France de 600 milliards d’euros. On a décroché totalement par rapport à l’Allemagne », a lancé l’ancien président du conseil d’administration d’Orange   »C’est la Cour des comptes qui le dit. Sur les 600 milliards de dettes supplémentaires qui ont été créés, 200 milliards sont dus à la crise, 400 milliards par une très mauvaise gestion », a enfoncé Thierry Breton. Un argument déjà développé par les journalistes du Point et de Marianne Mélanie Delattre et Emmanuel Lévy dans leur livre Un quinquennat à 500 milliards. Ces derniers estimaient que la part de la crise dans le dérapage des finances publiques de la France était réduite, et que c’est bien le manque de rigueur économique de Nicolas Sarkozy qui avait fait s’envoler la dette publique. Thierry Breton a regretté l’absence de réaction de Nicolas Sarkozy à l’époque face à l’envolée des dépenses publiques.  »Je l’ai dit tout de suite. Je l’ai dit en permanence, je l’ai dit immédiatement parce que j’ai vu à ce moment là ce décrochage par rapport à l’Allemagne qui, aujourd’hui, est tragique », a-t-il indiqué.

2015- Sondage économie: pire que 2014

 

2015- Sondage économie: pire que 2014

 

Comme dit Valls :  le chômage peut s’améliorer si la croissance repart (déclaration après la publication des chiffres catastrophique de novembre +0.8%) et 6% sur un an. Ce que pensent aussi les Français mais qui n’y croient pas. Hormis les sympathisants socialistes (au fait ils sont combien ? 15% ?) qui vivent sans doute dans le virtuel, les  Français pensent à  juste titre que la situation économique va encore se dégrader en 2015.Les Français  estiment que la situation économique française sera moins bonne à la fin de l’année 2015. Près des deux tiers des Français pensent que la situation économique de l’Hexagone sera moins bonne à la fin de l’année prochaine et à la fin du mandat de François Hollande qu’actuellement, selon un sondage BVA-Orange. Ils sont ainsi 68% à penser que la situation économique française sera moins bonne à la fin de l’année 2015, alors que 30% pensent qu’elle sera meilleure. Les sympathisants socialistes sont les plus optimistes, avec 77% d’opinions positives. En revanche, 68% des sympathisants des partis situés à gauche du PS pensent qu’elle sera moins bonne fin 2015 qu’actuellement. Les sympathisants de la droite sont les plus pessimistes: 89% des partisans de l’UMP pensent que l’économie va se dégrader d’ici un an et 98% des proches du Front national. Par catégorie socioprofessionnelle, les couches les plus défavorisées sont les plus pessimistes, avec 81% d’opinions négatives contre 66% pour les catégories les plus favorisées. Malgré les promesses faites par François Hollande, 64% des Français pensent que l’état de l’économie sera moins bon à l’issue de son mandat en mai 2017, contre 31% qui pensent qu’il sera meilleur. Là encore les sympathisants socialistes sont 76% à penser qu’elle sera meilleure, alors que 58% des partisans des partis à gauche du PS pensent qu’elle sera moins bonne. A droite, 89% des sympathisants de l’UMP et 92% de ceux du Front national pensent aussi qu’elle sera moins bonne.   »Échaudés par les nombreuses promesses d’améliorations économiques non tenues, les Français n’y croient plus », commente Eric Bonnet, directeur des études politiques à BVA Opinion. « Seule une baisse visible et durable du taux de chômage pourrait sans doute changer leur vision sombre de l’avenir. Mais pour le moment, rien ne semble encore l’annoncer ».

 

Sondage économie : 2015 pire que 2014

Sondage économie : 2015 pire que 2014

 

Hormis les sympathisants socialistes (au fait ils sont combien ? 15% ?) qui vivent sans doute dans le virtuel, les  Français pensent à  juste titre que la situation économique va encore se dégrader en 2015. estiment que la situation économique française sera moins bonne à la fin de l’année 2015. Près des deux tiers des Français pensent que la situation économique de l’Hexagone sera moins bonne à la fin de l’année prochaine et à la fin du mandat de François Hollande qu’actuellement, selon un sondage BVA-Orange. Ils sont ainsi 68% à penser que la situation économique française sera moins bonne à la fin de l’année 2015, alors que 30% pensent qu’elle sera meilleure. Les sympathisants socialistes sont les plus optimistes, avec 77% d’opinions positives. En revanche, 68% des sympathisants des partis situés à gauche du PS pensent qu’elle sera moins bonne fin 2015 qu’actuellement. Les sympathisants de la droite sont les plus pessimistes: 89% des partisans de l’UMP pensent que l’économie va se dégrader d’ici un an et 98% des proches du Front national. Par catégorie socio-professionnelle, les couches les plus défavorisées sont les plus pessimistes, avec 81% d’opinions négatives contre 66% pour les catégories les plus favorisées. Malgré les promesses faites par François Hollande, 64% des Français pensent que l’état de l’économie sera moins bon à l’issue de son mandat en mai 2017, contre 31% qui pensent qu’il sera meilleur. Là encore les sympathisants socialistes sont 76% à penser qu’elle sera meilleure, alors que 58% des partisans des partis à gauche du PS pensent qu’elle sera moins bonne. A droite, 89% des sympathisants de l’UMP et 92% de ceux du Front national pensent aussi qu’elle sera moins bonne.   »Échaudés par les nombreuses promesses d’améliorations économiques non tenues, les Français n’y croient plus », commente Eric Bonnet, directeur des études politiques à BVA Opinion. « Seule une baisse visible et durable du taux de chômage pourrait sans doute changer leur vision sombre de l’avenir. Mais pour le moment, rien ne semble encore l’annoncer ».

 

Ukraine: Poutine, la politique du pire ?

Ukraine:  Poutine, la politique du pire ?

 

Poutine joue une carte très dangereuse en menaçant d’abord l’Ukraine, au-delà l’économie européenne voire mondiale et en affaiblissant économiquement son propre pays. Il faut bien comprendre que l’inconnu du KGB n’a guère de culture et de finesse encore moins de scrupules ; Pour lui c’est la revanche après la désintégration du bloc des pays de l’est et de l’empire soviétique. Poutine est dangereux car personnellement li n’a jamais connu la défaite, ni sur le plan infranational, ni sur le plan intérieur. C’et homme des coups de main, des complots, de l’intox. Potine est devenu une sorte de dictateur populaire en écrasant toute opposition tout courant de pensée divergent. Il n’a pas oublié de devenir l’un des hommes les plus riches du mondes en pillant son pays (comme se copains de l’oligarchie, le anciens communistes notamment du KGB°). Cet homme est dangereux, brutal, sournois peu cultivé. Il porte sur son visage son manque absolu d’humanité.  Il pourrait risquer la politique du pire L’Europe doit évidemment régir mais en tenant compte du caractère tordu de Poutine qui n’est damier en France que par des gens auusi fous que lui ( Depardieu, De Villiers , Le Pen ! ). Pour preuve du danger russe en Ukraine, des blindés russes ont détruit une petite ville dans l’est de l’Ukraine où les séparatistes ont repris du terrain aux forces gouvernementales, indiquent les autorités ukrainiennes qui attendent que les dirigeants européens réunis samedi après-midi à Bruxelles accentuent les sanctions contre Moscou. S’exprimant avant l’ouverture du sommet des Vingt-Huit, le président Petro Porochenko a estimé qu’un espoir de paix demeurait malgré la présence de milliers de soldats et de centaines de blindés russes sur le territoire ukrainien. La Russie continue de démentir l’envoi de forces militaires dans l’est de l’Ukraine ou un quelconque soutien aux séparatistes en rébellion contre le pouvoir de Kiev depuis cinq mois. Andriy Lissenko, porte-parole de l’armée ukrainienne, a affirmé devant la presse que des chars russes ont pénétré dans la petite ville frontalière de Novosvitlivka et qu’ils faisaient feu sur toutes les habitations. « Quasiment toutes les maisons ont été détruites, selon les informations que nous avons », a-t-il ajouté sans préciser quand l’attaque s’était déroulée. « L’agression militaire menée par la Fédération de Russie dans l’est de l’Ukraine se poursuit. Les Russes continuent d’envoyer des équipements militaires et des ‘mercenaires’ », indique le Conseil ukrainien de défense et de sécurité dans un message sur Twitter. Les rebelles ont réussi à desserrer l’étau des forces gouvernementales puis à reprendre du terrain à l’est de la ville de Louhansk, l’un des principaux bastions séparatistes, a reconnu Andriy Lissenko.

 

« Hollande : pire que Sarkozy (Mélenchon)

« Hollande : pire que Sarkozy (Mélenchon)

C’est le jugement de Mélenchon qui n’a pas complètement tort. Hollande passé sans état d’âme en deux ans d’une  politique socialiste, à une version social démocrate puis purement libérale. François Hollande est « pire » que Nicolas Sarkozy. La vérité est d’ailleurs encore plus cruelle car en faiat Hollande n’a aucune autre politique que la conquête et le maintien au pouvoir (comme beaucoup d’autres responsables politiques y compris Sarkozy). La sentence vient d’un des plus grands contempteurs du gouvernement depuis plusieurs mois, Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche). L’ancien candidat à la présidentielle note que chez « monsieur Sarkozy, c’était la retraite à 62 ans, monsieur Hollande, c’est la retraite à 66 ans. Monsieur Sarkozy et monsieur Fillon ont donné 35 milliards (d’euros) au patronat en deux plans d’austérité. Quand on fait le total des concessions qu’a fait ce gouvernement, c’est 90 milliards », a-t-il développé. L’ancien candidat à la présidentielle qui a quitté la co-présidence du Parti de gauche vendredi a affirmé qu’il était hors de question qu’il se « rassemble » avec « des gens qui sont en train de ruiner le pays et d’étrangler ceux qui ne peuvent pas se défendre ». Il affirme également que l’exécutif en train de « ruiner » la France et « d’étrangler ceux qui ne peuvent pas se défendre ». Jean-Luc Mélenchon n’a pas été plus tendre avec les députés frondeurs du PS, qu’il accuse de manquer de courage. « Ils confondent l’Assemblée nationale avec le congrès du PS (…) Je leur dis: ‘Assumez! Pourquoi vous contentez-vous de couiner? Si vous n’êtes pas d’accord avec le budget votez contre’ », leur a-t-il intimé. Appelant de ses vœux un « grand mouvement populaire », il a affirmé qu’il œuvrerait à la construction d’un « collectif avec des gens qui ne travaillent pas ensemble », en faveur de la VIe République.  »C’est la règle du jeu qu’il faut changer. Il faut que les Français aillent au bout de leur dégoût, de leur rejet de la caste qui dirige », a estimé Jean-Luc Mélenchon. Il s’est notamment dit prêt à travailler avec les écologistes qui partagent son analyse. « Mme Duflot, elle a enlevé la muselière, je la félicite. Il lui a fallu deux ans de plus qu’à nous pour comprendre de quoi il retournait », a-t-il pointé. Jean-Luc Mélenchon doit prononcer dimanche matin le discours de clôture du « Remue-méninges », l’université d’été du PG.

 

Presse étrangère : le pire scénario pour Hollande

Presse étrangère : le pire scénario pour Hollande

Désaveu des politique, débâcle de la gauche, une France paralysée, un constat sévère mais lucide de la part de la presse étrangère.  Les mots changent, mais l’analyse est à peu près partout la même dans la presse étrangère après la claque subie par le Parti socialiste lors des élections municipales. François Hollande et le gouvernement ont subi « un revers électoral » (Bild Zeitung – Allemagne), « une sévère punition » (Corriere della Sera – Italie), une « déroute historique » (El Pais – Espagne), une « défaite » (La Tribune de Genève – Suisse). Et le pendant de cette défaite, expliquent de nombreux quotidiens, c’est la victoire de l’UMP qui gagne « au moins 140 villes » et du FN qui « obtient onze villes » (Guardian – Grande-Bretagne). Il y a un « tsunami Front national », détaille La Stampa (Italie). Ce second tour des élections municipales occupe donc une large place ce lundi matin sur les sites Internet des différents quotidiens. Et tous ou presque se posent – une fois le constat de la défaite posé – la question des solutions qui restent à François Hollande. Pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne) les résultats de dimanche constituent le pire des scénarios pour le chef de l’État français « à l’autorité affaiblie ». « Il va devoir jouer la dernière carte  qu’il a : changer de gouvernement », détaille le FAZ. Un remaniement, c’est ce que voit aussi le Corriere della Sera qui indique que l’on assistera probablement « au retour de Ségolène Royal ». Mais de nombreux journaux s’intéressent aussi à une femme, Anne Hidalgo, qui a remporté le scrutin dans la capitale française, « la première femme à devenir maire de Paris » écrit ainsi le Guardian à sa Une. El Pais, de son côté consacre un long portrait à la candidate PS. « La socialiste Anne Hidalgo, ayant la double nationalité française et espagnole, devient la première maire de Paris de l’histoire. » Enfin, plusieurs quotidiens notent aussi le fort taux d’abstention lors de ce scrutin. Un « taux record » explique Le Soir (Belgique). Il démontre la fracture entre les Français et leurs politiques détaille le FAZ qui lance, un brin fataliste : « Depuis longtemps, les Français s’adonnent à l’auto contrition, ont peur de l’avenir et méprisent leurs politiciens. »

 

L’instabilité fiscale et administrative : le pire ennemi de l’économie

L’instabilité fiscale et administrative : le pire ennemi de l’économie

 

Le taux de prélèvement obligatoire, le plus élevé du monde est évidemment un handicap pour la France mais au-delà se ose surtout la problématique de  l’instabilité fiscale et administrative ; En fait c’est le facteur explicatif majeur qui justifie la méfiance autant des entreprises que des ménages. Exemple on décide 50 milliards d’économies d’ici 2017 mais on ne sait pas où comment, sans doute des suppresion de niches fiscales ( certes trop nombreuses mais certaines justifiées), on décide de faire une remise à plat de la fiscalité ( y compris CSG, IR, impôts sur les sociétés), on décide de supprimer les cotisation familiales sur les entreprises mais on va agglomérer cette mesures avec le CICE) etc. Le pire c’est sans doute cette pathologie procédurière de l’administration avec ses  innombrables paperasses , contrôles et sanctions. En cause évidemment le nombre de fonctionnaires qui cherchent  à pérenniser leur objet social et leur job mais aussi un parlement qui de cesse de pondre des lois pour justifier son existence ( 11 000  lois, plus de 30 000 décrets). Des lois appliquées, peu ou pas du tout, en fonction des états d’âme des ministères et de leurs fonctionnaires. En fait le gouvernement cherche à rassurer mais brasse tout en même tant  de manière contradictoire et crée ainsi une instabilité qui freine les investissements des entreprises come des ménages. Pour parler clair personne n’a confiance dans la capacité du gouvernement à redresser l’économie (seulement 10% des français et des chefs d’entreprises) , on  redoute surtout le double langage. D’où attentisme général et un climat peu propice à la relance des activités.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol