Archive pour le Tag 'Pierre'

C’est la forêt qu’on assassine avec de bons sentiments (Pierre Bois d’Enghien)

C’est la forêt qu’on assassine avec de bons sentiments (Pierre Bois d’Enghien)

La France dispose d’un important patrimoine forestier aujourd’hui mis en danger avec les effets du réchauffement climatique. Pour inverser la tendance, il faut coordonner les compétences des professionnels du secteur et se prémunir contre les critiques faites contre les forestiers au nom d’un nouveau discours politiquement correct. Par Pierre Bois d’Enghien, ingénieur agronome et enseignant en sciences de l’environnement.

 

La France est, par tradition, un pays de forêts. Aujourd’hui, elle dispose de 4,3 millions d’hectares (ha) de forêts publiques et quasi un tiers du territoire métropolitain est boisé, soit 17 millions d’ha. L’édition 2021 de l’Inventaire forestier de l’IGN révèle que depuis 1985 jusqu’à ce jour, la croissance moyenne de la superficie boisée est de 80.000 ha par an et que la forêt métropolitaine est constituée à 67% de peuplements de feuillus, 21% de conifères et 12% de peuplements mixtes feuillus/résineux.

L’Hexagone a donc toujours porté une attention particulière à son patrimoine forestier. Qu’il s’agisse d’étendre ses superficies, y améliorer la biodiversité, de protéger des espèces séculaires comme les épicéas (dans le Jura, les Vosges par exemple) ou le merisier, ou d’introduire de nouvelles espèces comme le chêne rouge d’Amérique pour servir de pare-feu, notre pays a toujours été à l’avant-garde de la sylviculture et de la protection forestière. Cet effort s’étend sur le temps long, car il faut entre trente et cinquante ans pour voir les retombées d’une politique forestière et, en même temps, il faut penser celle-ci sur une période allant jusqu’à 200 ans!

Il est donc triste aujourd’hui de constater que la forêt française est en danger. Certes, le couvert forestier dans toute sa diversité ne disparaîtra pas demain. Mais, les perspectives sont alarmantes. Ainsi, les épicéas devraient disparaitre totalement du paysage des plaines d’ici deux ans, estime Bertrand Munch, directeur de l’office national des forêts (ONF). Il faudra s’attendre à voir reculer des espèces emblématiques comme le hêtre ou le frêne. Le pin sylvestre et le châtaignier pourraient leur emboîter le pas.

Pour les experts, l’ennemi est clairement désigné : le réchauffement climatique. Ce phénomène favorise le développement d’espèces nuisibles aux arbres à l’image du scolyte qui affecte les épicéas. Les cycles de sécheresses et les épisodes de fortes précipitations induits par le réchauffement climatique affectent aussi nos forêts qui ne pourront s’y adapter suffisamment rapidement sans l’intervention de l’homme.

Dans l’ensemble, la situation est préoccupante. A très court terme, 10% du territoire pourrait être concerné par ces bouleversements. Néanmoins, il est encore possible de changer les choses. La chance de la France est de disposer d’une tradition forestière forte. Des chênaies lancées par Colbert au Fonds forestiers national créé en 1947, les forêts ont toujours été au cœur des préoccupations des pouvoirs publics. Et cela s’explique par les fonctions économique, environnementale et sociale, qu’elles jouent.

Mais pour réussir à inverser la tendance négative que nous observons actuellement, il faudra les efforts conjugués des différentes parties impliquées dans la sauvegarde de la forêt. Or c’est aujourd’hui le nœud du problème : cette absence de coordination entre partenaires de la même cause. Pire, il est désormais monnaie courante, au nom d’un nouveau discours supposément politiquement correct de critiquer l’action des forestiers. S’élever contre les coupes rases, ou même la simple action humaine sur les forêts est la nouvelle doxa. Pour ceux qui disposent d’une expertise dans le domaine, cette vision procède d’un idéalisme naïf qui aurait pu prêter à sourire s’il n’avait pas des conséquences désastreuses.

Et que dire quand on sait que ces critiques viennent essentiellement de diverses associations de défense de l’environnement ? Elles reposent au mieux sur de l’ignorance, au pire sur de la mauvaise foi. Il convient d’opposer à ces accusations un ensemble de faits. En premier lieu, il faut rappeler que les forestiers constituent un atout dans la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation des forêts. Leur mission est de protéger la forêt et de permettre son exploitation durable. Ce faisant, ils permettent d’améliorer le stockage du carbone par nos bois, et de réduire les importations de grumes exotiques, dont le bilan carbone peut être catastrophique.  Au quotidien, les forestiers mettent en œuvre une vision de ce que sera la forêt. Contrairement aux idées reçues, les forêts dont nous avons héritées sont davantage le fruit d’une action humaine que d’un laisser-faire de la nature.

Il est donc important de rappeler que, si le but final poursuivi par les uns et les autres est la sauvegarde du patrimoine forestier français, celle-ci ne se fera qu’avec l’action des forestiers, qui sont tous les jours au contact des forêts et des espèces qu’elles abritent. Cette mission devra également s’accomplir avec le soutien des différentes parties prenantes qui ont à cœur de préserver la nature. A moins d’un agenda caché, il n’y a aucun profit à lancer une chasse aux forestiers. La forêt française est le produit de l’action de ces derniers, et pour la sauvegarder, il convient d’instaurer entre partenaires, et dans l’esprit du public, un climat de confiance. Ce climat ne peut être que la conséquence d’un débat, honnête et bien informé. Autrement, c’est la forêt qu’on assassine.

Logement : un échec de Macron d’après la fondation Abbé Pierre

Logement : un échec de Macron d’après la fondation Abbé Pierre

 

La fondation Abbé Pierre est très sévère par rapport au bilan du septennat en matière de logement. Au cours du mandat, la part des dépenses publiques pour le logement a reculé, passant de 1,82% du PIB en 2017 à 1,63% en 2020. « Depuis 1984, l’effort public pour le logement n’a jamais été aussi faible », relève l’association. La Fondation Abbé Pierre y voit le fruit d’un désengagement de l’Etat dans son soutien aux ménages modestes. Dès 2017, en réduisant de cinq euros le montant mensuel des aides personnalisées au logement (APL), puis en rognant par divers moyens sur ces APL, l’exécutif a réalisé des économies « faramineuses », chaque année plus importantes.  »Sur le quinquennat, ce sont près de 15 milliards qui ont ainsi été ôtés aux plus modestes [en puisant dans les APL]. »

 

Un autre « pilier de la politique du logement » a vu son budget raboté : le logement social. « Entre 2018 et 2022, l’Etat aura privé les organismes HLM de six milliards d’euros », une  »somme considérable » qui aurait pu permettre de « construire plus de 200 000 logements sociaux supplémentaires dans cette période », selon l’association. Malgré une hausse de la demande, le nombre de nouvelles constructions a reculé dans le parc social, au détriment notamment des jeunes : « Sur les 60 000 logements [étudiants] promis, seuls 30 000 seront produits à la fin du quinquennat. »Tous secteurs confondus, « la production de logements s’est affaissée », enfonce la Fondation, tout en reconnaissant le rôle aggravant de la crise du Covid-19. « La pénurie de logements dans les zones tendues a donc perduré, voire s’est accrue, se traduisant par des prix à l’achat et à la location insoutenables pour les classes populaires et moyennes. »

Dès lors, face à un parc social engorgé, comment permettre à chacun de se loger, notamment dans les métropoles ? « Le gouvernement a suivi une politique très timide en matière d’encadrement des loyers », regrettent les auteurs. La régulation des locations de type Airbnb, qui accentuent la pénurie, est aussi jugée insuffisante. Idem pour les sanctions contre les villes ne respectant pas les critères de 20 ou 25% de logements sociaux. Concernant l’amélioration de l’habitat, le bilan est mitigé. L’association note un « retour bienvenu des crédits d’Etat pour la rénovation des logements sociaux ». Côté privé, elle salue le remplacement du crédit d’impôt pour la transition énergétique par MaPrimeRénov« qui évite aux ménages de faire l’avance de l’aide de l’Etat ». Pour autant, le reste à charge pour les particuliers demeure important et les dispositifs d’aide encouragent trop peu une rénovation globale des logements, pourtant plus efficace. Sur un volet plus extrême, la lutte contre les bâtiments les plus inadaptés, dégradés ou dangereux patine : moins de 20 000 cas ont été pris en charge chaque année, un niveau « modeste au regard des 600 000 logements indignes environ restant en France ».

La question du mal-logement, cœur de l’engagement et de l’expertise de la Fondation Abbé Pierre, est loin d’avoir été résolue. Selon les estimations de l’association, un « noyau dur » de 4,1 millions de personnes mal-logées subsiste. On y retrouve notamment 300 000 sans-domicile, qui vivent et dorment dans la rue, à l’hôtel ou encore en hébergement d’urgence, un chiffre qui a doublé en dix ans. A ce premier cercle s’ajoutent plus de 10 millions de personnes « fragilisées par rapport au logement », qui sont confrontées à des impayés de loyer, à des situations de surpeuplement ou encore contraintes de vivre dans le froid chez elles.Dès son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron Avaient annoncé la couleur en supprimant l’impôt sur la fortune mais crée un impôt sur la fortune immobilière. Un symbole, pas toujours bien vécu.

« Le chef de l’Etat considère que l’immobilier est improductif, que les propriétaires sont des rentiers, analyse Christophe Demerson, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers. La politique menée est très défavorable à la propriété. Ainsi, avec la suppression de la taxe d’habitation [soit un coût budgétaire de 18 milliards d’euros par an], les élus, privés de cette recette, sont tentés d’alourdir la taxe foncière, qui, désormais, pèse sur les seuls bailleurs et propriétaires occupants. Je pense à ces veuves aux petites retraites, qui habitent encore le logement familial et ne peuvent pas payer. » 

Politique du logement : la grande absente (Fondation Abbé Pierre)

Politique du logement : la grande absente (Fondation Abbé Pierre)

La fondation Abbé Pierre est très sévère par rapport au bilan du septennat en matière de logement. Au cours du mandat, la part des dépenses publiques pour le logement a reculé, passant de 1,82% du PIB en 2017 à 1,63% en 2020. « Depuis 1984, l’effort public pour le logement n’a jamais été aussi faible », relève l’association. La Fondation Abbé Pierre y voit le fruit d’un désengagement de l’Etat dans son soutien aux ménages modestes. Dès 2017, en réduisant de cinq euros le montant mensuel des aides personnalisées au logement (APL), puis en rognant par divers moyens sur ces APL, l’exécutif a réalisé des économies « faramineuses », chaque année plus importantes.  »Sur le quinquennat, ce sont près de 15 milliards qui ont ainsi été ôtés aux plus modestes [en puisant dans les APL]. »

 

Un autre « pilier de la politique du logement » a vu son budget raboté : le logement social. « Entre 2018 et 2022, l’Etat aura privé les organismes HLM de six milliards d’euros », une  »somme considérable » qui aurait pu permettre de « construire plus de 200 000 logements sociaux supplémentaires dans cette période », selon l’association. Malgré une hausse de la demande, le nombre de nouvelles constructions a reculé dans le parc social, au détriment notamment des jeunes : « Sur les 60 000 logements [étudiants] promis, seuls 30 000 seront produits à la fin du quinquennat. »Tous secteurs confondus, « la production de logements s’est affaissée », enfonce la Fondation, tout en reconnaissant le rôle aggravant de la crise du Covid-19. « La pénurie de logements dans les zones tendues a donc perduré, voire s’est accrue, se traduisant par des prix à l’achat et à la location insoutenables pour les classes populaires et moyennes. »

Dès lors, face à un parc social engorgé, comment permettre à chacun de se loger, notamment dans les métropoles ? « Le gouvernement a suivi une politique très timide en matière d’encadrement des loyers », regrettent les auteurs. La régulation des locations de type Airbnb, qui accentuent la pénurie, est aussi jugée insuffisante. Idem pour les sanctions contre les villes ne respectant pas les critères de 20 ou 25% de logements sociaux. Concernant l’amélioration de l’habitat, le bilan est mitigé. L’association note un « retour bienvenu des crédits d’Etat pour la rénovation des logements sociaux ». Côté privé, elle salue le remplacement du crédit d’impôt pour la transition énergétique par MaPrimeRénov« qui évite aux ménages de faire l’avance de l’aide de l’Etat ». Pour autant, le reste à charge pour les particuliers demeure important et les dispositifs d’aide encouragent trop peu une rénovation globale des logements, pourtant plus efficace. Sur un volet plus extrême, la lutte contre les bâtiments les plus inadaptés, dégradés ou dangereux patine : moins de 20 000 cas ont été pris en charge chaque année, un niveau « modeste au regard des 600 000 logements indignes environ restant en France ».

La question du mal-logement, cœur de l’engagement et de l’expertise de la Fondation Abbé Pierre, est loin d’avoir été résolue. Selon les estimations de l’association, un « noyau dur » de 4,1 millions de personnes mal-logées subsiste. On y retrouve notamment 300 000 sans-domicile, qui vivent et dorment dans la rue, à l’hôtel ou encore en hébergement d’urgence, un chiffre qui a doublé en dix ans. A ce premier cercle s’ajoutent plus de 10 millions de personnes « fragilisées par rapport au logement », qui sont confrontées à des impayés de loyer, à des situations de surpeuplement ou encore contraintes de vivre dans le froid chez elles.Dès son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron Avaient annoncé la couleur en supprimant l’impôt sur la fortune mais crée un impôt sur la fortune immobilière. Un symbole, pas toujours bien vécu.

« Le chef de l’Etat considère que l’immobilier est improductif, que les propriétaires sont des rentiers, analyse Christophe Demerson, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers. La politique menée est très défavorable à la propriété. Ainsi, avec la suppression de la taxe d’habitation [soit un coût budgétaire de 18 milliards d’euros par an], les élus, privés de cette recette, sont tentés d’alourdir la taxe foncière, qui, désormais, pèse sur les seuls bailleurs et propriétaires occupants. Je pense à ces veuves aux petites retraites, qui habitent encore le logement familial et ne peuvent pas payer. » 

Déclarer la guerre aux dérèglements climatiques (Pierre Larrouturou)

Déclarer la guerre aux dérèglements climatiques  (Pierre Larrouturou)

 

 

Pierre Larrouturou,  député européen estime qu’il faut déclarer la guerre aux dérèglements climatiques dans une tribune au « Monde »(extrait).

 

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais ils finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine. » En 2012, quand l’ancien chef économiste du Fonds monétaire international (FMI), Kenneth Rogoff, tire la sonnette d’alarme, c’est d’un possible effondrement du système financier mondial qu’il s’inquiète. Mais nous savons tous que le risque est plus global : crise climatique, crise sociale, crise démocratique et crise de l’Europe… Dans tous ces domaines, on approche d’un point de non-retour, d’un point de basculement.

Selon une étude [financée par l’ONG Avaaz] s’appuyant sur un sondage réalisé entre mai et juin 2021 par l’institut Kantar auprès de 10 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans dans dix pays dont la France, 74 % des jeunes trouvent le futur « effrayant ». En raison du dérèglement climatique, « 39 % hésitent à avoir des enfants ».

Nos enfants ont raison d’être inquiets mais nous sommes des millions à être convaincus qu’il existe des solutions : une société nouvelle, plus juste, plus équilibrée et plus durable est prête à naître des ruines de l’ancien monde. A condition d’unir nos forces pour la construire.

Ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a inventé l’ampoule électrique. Ce n’est pas en améliorant la monarchie qu’on a inventé la République. Ce n’est pas en mettant quelques rustines à un système qui menace ruine qu’on évitera le chaos. L’élection d’avril 2022 doit permettre de changer la donne, profondément. En France comme en Europe.

Sur le climat, beaucoup de dirigeants n’ont visiblement pas compris l’urgence : le nombre d’événements climatiques extrêmes a déjà été multiplié par cinq en cinquante ans. Si rien ne change, la France pourrait subir, après 2050, des canicules à répétition, avec des records à 54 ou 55 degrés. Rien qu’en Europe ces canicules pourraient faire 150 000 morts par an.

Pour éviter le pire, il est temps de déclarer la guerre au dérèglement climatique. C’est la seule guerre qui ne fera aucun mort mais va éviter des millions de victimes. C’est la seule guerre qui peut rassembler les peuples au lieu de les diviser. Le nerf de la guerre, c’est l’argent. Pour isoler des millions de maisons, développer des transports en commun sur tous nos territoires, investir massivement dans les énergies renouvelables et la recherche, pour aider nos agriculteurs à changer de pratiques, il faut trouver des sommes considérables. En novembre 2020, le Parlement européen avançait des solutions concrètes. L’une des plus importantes, et la plus rapide à mettre en œuvre, était la création d’une taxe sur la spéculation qui « malgré le Brexit, pourrait rapporter 57 milliards par an », selon le rapport 2020 du Parlement européen sur le plan d’investissement pour une Europe durable (article 37).

 

La police de demain ( Pierre Joxe)

 La police de demain ( Pierre Joxe)

L’ex-ministre de l’intérieur livre une réflexion sur les axes d’une nécessaire réforme de l’institution. Son maître mot : l’ouverture. ( analyse du « Monde »)

Le problème c’est que ce livre manque précisément d’ouverture sur les autres champs d’activité qui entrent  en interaction avec la police NDLR

 

Livre.

 

Peut-on encore réformer la police ? Et, dans l’affirmative, quel mouvement imprimer à une entreprise aussi vaste à mener qu’elle peut se révéler politiquement périlleuse ? Ministre de l’intérieur de 1984 à 1986, et de 1988 à 1991, puis président de la Cour de comptes, Pierre Joxe dispose d’une franche légitimité pour s’emparer d’un sujet complexe, aux causes plus lointaines qu’il n’y paraît : dans les années 1980, l’ancien ministre faisait déjà l’expérience de policiers « accaparés par une multitude de tâches administratives » et des « mauvaises relations entretenues avec l’opinion publique ».

A la fois tentative de Mémoires – qu’on aurait volontiers souhaitées plus étoffées – réflexion théorique et essai de prospective, Sécurité intérieure s’attache à dresser le constat d’une institution en crise et à avancer des pistes de réflexion en faveur d’une plus grande « ouverture ». Parce que la police est l’un des rares services publics ouverts nuit et jour tout au long de l’année, assurer une meilleure connexion avec la société civile ne constitue pas seulement un moyen d’assurer une efficacité accrue à sa mission première : garantir l’ordre. Cela la prémunirait aussi d’un « corporatisme néfaste » autant que d’une dérive sécuritaire qu’imposent depuis longtemps, en réalité bien avant le passage de Nicolas Sarkozy place Beauvau, les politiques chargés du dossier.

Pour une réflexion sur le temps long

Quand la course sans fin aux moyens ou à leur modernisation offre à l’action ministérielle une immédiate et rétributive visibilité auprès de la troupe, Pierre Joxe plaide pour une réflexion sur le temps long « parce que les policiers recrutés aujourd’hui seront encore en fonctions en 2050 », une véritable révolution des pratiques au profit d’une « dimension sociale du travail du policier » ou l’introduction d’un apprentissage des sciences sociales dans le cursus de formation des fonctionnaires. Au passage, il rappelle utilement que le ministre de l’intérieur n’est pas seulement celui de la police mais, entre autres, celui des cultes et des collectivités – qu’il soit ou non flanqué d’un secrétaire d’Etat chargé de ces dossiers : en témoigne, dans le cas de l’auteur, son implication dans l’adoption d’un nouveau statut pour la Corse en 1991, dont le cadre institutionnel persiste trente ans plus tard.

 

Certes, il sera toujours permis de reprocher à ce livre une approche exclusivement consacrée à la sécurité publique, « cœur du métier de policier », et évacuant purement et simplement la question de la police judiciaire. En dépit d’un débat vivace sur la question, il est également difficile de suivre l’ancien ministre lorsqu’il dénonce le recours aux « armes non létales », comme le pistolet à impulsions électriques ou le lanceur de balles de défense, deux moyens de force intermédiaire qui évitent, dans le cas d’interventions risquées, le recours au pistolet réglementaire, voire à des armes encore plus lourdes dont la dotation des effectifs ne s’accompagne pas systématiquement d’une formation régulière.

Présidentielle : et un de plus avec Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne)

Présidentielle : et un de plus avec Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne)

 

La gauche reprend espoir avec maintenant la multiplication des candidatures dans la perspective des présidentielles. Cette fois c’est Pierre Larrouturou qui annonce sa candidature. Il propose notamment de réduire le temps de travail à quatre jours par semaine. Une proposition qui pourra être bien accueillie par certains mais mal par d’autres qui considèrent à juste titre que le pays est déjà affecté par un manque chronique de productivité et de compétitivité. Plus généralement par une insuffisance de travail en France. D’une certaine manière, l’intéressé rejoint les écolos gauchistes auxquels il propose une candidature unique (de Mélenchon aux écolos bobos).

« Nous sommes entrés dans une démocratie autoritaire » (Pierre Lemaitre)

« Nous sommes entrés dans une démocratie autoritaire » (Pierre Lemaitre)

 

Le romancier Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, dénonce le caractère de plus en plus autoritaire du régime dans une interview au JDD.

Appartenez-vous toujours à la gauche revendicative?
Les gens de gauche finissent souvent en conservateurs. Renaud et Souchon nous expliquent combien Emmanuel Macron est bien. Ils ne sont pas opportunistes, ils sont sincères. Ils se sont embourgeoisés. Ils ont envie de calme. Leurs anciennes valeurs ne les font plus vibrer. Alors moi, comme le vieil Anatole France, je me radicalise. Je suis davantage en colère. Je n’essentialise pas les riches : ma lutte est l’écart entre les riches et les pauvres. Le jour où j’apprends que de plus en plus de femmes accouchent dans la rue, Bernard ­Arnault devient l’homme le plus riche du monde. Que fait ­Emmanuel Macron? ISF, assurance chômage, retraites. Pendant ce temps-là, l’auteur de Foule ­sentimentale dit du bien ­d’Emmanuel Macron : il est jeune, il est sympathique…

 

Que ferez-vous si, lors de la prochaine présidentielle, vous devez choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen?
On ne m’y reprendra plus. Pour la dernière élection, je n’ai pas voté pour Emmanuel Macron mais contre Marine Le Pen. Les attaques policières sont scandaleuses. La violence policière est indiscutable. Nous sommes entrés dans une démocratie autoritaire. Est-ce que Marine Le Pen aurait fait pire? Il y a eu Jacques Chirac en 2002 et Emmanuel Macron en 2017. Il n’y aura pas de troisième fois. Je suis dans la rue contre Emmanuel Macron, je serai dans la rue contre Marine Le Pen. C’est simple. Je descendrai davantage dans la rue et je me ferai davantage matraquer.

 

Pensez-vous, comme le jeune faux prêtre de Miroir de nos peines, que les moments de crise font ressortir le meilleur et le pire de nous-mêmes?
Tout converge vers cette page 377 sur les réfugiés. Les épreuves nous disent qui nous sommes. La peur des étrangers vient de la perte des repères. La République s’est fragilisée dans ses fondements, liberté, égalité, fraternité. Le partage et le partage juste. Nous n’avons plus le soubassement intellectuel et moral pour analyser la situation actuelle. Il suffit qu’arrive un événement un peu déboussolant pour constater que nous ne possédons plus les outils pour le comprendre. Nous marchons sur du sable. Il ne s’agit pas d’idéologie, mais de morale républicaine. Nous n’analysons plus le monde avec nos valeurs, mais avec nos terreurs.

 

 

 

Menaces de mort contre Pierre Liscia de la part d’islamistes

Menaces de mort contre Pierre Liscia de la part d’islamistes  

Une interview de Pierre Liscia est élu (non-inscrit) du 18e arrondissement de Paris, et chroniqueur dans l’émission «Terriens du dimanche» qui dénonce les milliers de menaces de mort après son débat avec l’homme politique algérien Rachid Nekkaz. (Le Figaro).

 

Après un affrontement avec Rachid Nekkaz sur le plateau de l’émission «Terriens du dimanche», vous avez reçu de nombreuses menaces de mort. Pouvez-vous décrire la nature et l’ampleur de ces menaces?

 

Pierre LISCIA.- Depuis dimanche soir, j’ai reçu près de 20 000 commentaires et messages insultants et menaçants en français et en arabe. Dans la journée de lundi, je recevais en moyenne un à deux messages chaque minute, ainsi que des dizaines d’appels sur Messenger et des messages vocaux en arabe. Tous mes réseaux sociaux sont saturés. C’est un harcèlement de grande ampleur très bien orchestré par des réseaux très bien organisés. J’ai reçu le soutien de Zineb El Rhazoui qui a elle-même dénoncé une opération d’une violence inouïe et totalement inédite. J’ai bien évidemment déposé plainte.

Que cela révèle-t-il sur Rachid Nekkaz, les moyens mis en œuvre et l’idéologie qu’il défend?

Tout cela en dit long sur le personnage de Rachid Nekkaz. Il a à sa disposition une meute de milliers de soutiens acharnés qui se tiennent prêt à passer à l’offensive à sa demande. Leurs références politiques sont très claires puisque j’ai reçu quantité de photos de Dieudonné, d’Hitler et de drapeaux français brûlés associés à des versets du Coran et des drapeaux algériens, ce qui prouve que manifestement, ces individus n’ont, contrairement à moi, aucun respect pour l’Islam et pour l’Algérie. Je le regrette très profondément. Le message est très clair: toute personne qui osera formuler la moindre critique à l’égard de Rachid Nekkaz s’expose à des représailles massives du même type, de la même manière qu’ils ont également saturé les lignes téléphoniques des hôpitaux de Genève et leurs réseaux sociaux vendredi après l’interpellation de Rachid Nekkaz.

Cet épisode a simplement permis de démasquer le système érigé autour de Rachid Nekkaz, tant sur ses affinités politiques et idéologiques que sur ses méthodes, alors que lui cherche à se présenter comme le visage d’une Algérie laïque et moderne.

Nous sommes en République, et je n’ai pas l’intention de me laisser intimider par de telles méthodes qui démontrent le peu d’attachement des soutiens de cet homme à la démocratie et à la liberté d’expression. Cet épisode a simplement permis de démasquer le système érigé autour de Rachid Nekkaz, tant sur ses affinités politiques et idéologiques que sur ses méthodes, alors que lui cherche à se présenter comme le visage d’une Algérie laïque et moderne.

Qui vous a soutenu en France contre ces menaces de morts? En tant qu’élu de la ville de Paris, avez-vous reçu le soutien d’Anne Hidalgo?

J’ai reçu d’innombrables messages d’élus de droite, comme Valérie Pécresse, François-Xavier Bellamy, Agnès Evren, Rachida Dati ou encore Florence Berthout, ainsi que beaucoup de Français anonymes de tout le pays qui sont choqués par cette déferlante de haine. Mounir Mahjoubi m’a également appelé pour me témoigner son soutien. J’ai aussi reçu des centaines de témoignages de reconnaissance d’Algériens, et particulièrement de femmes. Je les remercie. En revanche, je suis sidéré de n’avoir reçu aucun soutien venant de la gauche. Silence radio! Quant à la Maire de Paris, elle ne s’est pour l’heure aucunement émue qu’un élu de Paris puisse faire l’objet de menaces de mort. C’est révélateur de la dérive intellectuelle d’une certaine gauche française, qui a troqué les valeurs fondamentales de la République, et notamment les principes de laïcité et de liberté d’expression, contre une certaine complaisance coupable à l’égard des dérives communautaristes de l’Islamisme radical. C’est très préoccupant.

« Le discours sur les métropoles comme locomotives du pays ne passe plus » (Pierre Veltz, géographe)

« Le discours sur les métropoles comme locomotives du pays ne passe plus » (Pierre Veltz, géographe)

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques.  Le géographe Pierre Veltz  explique que la mode de la métropolisation est remise cause (tribune du« Monde) extraits

«  En France comme ailleurs, la mondialisation a puissamment renforcé les emplois et les revenus des métropoles. Même si l’indicateur pose problème, on peut estimer que la moitié environ du PIB est produite dans les dix premières villes du pays (un tiers pour la seule région parisienne). Le réseau formé par cette grappe urbaine, fortement intégrée par le TGV, est un atout majeur pour la France. Elle permet en effet de bénéficier des effets d’agglomération urbains tout en limitant les effets de congestion.

Cette concentration soulève aussi de graves difficultés, illustrées par le mouvement des « gilets jaunes ». Une grande partie de la population aux revenus modestes ou moyens est poussée vers une périurbanisation mal organisée, émiettée en d’innombrables bouts de ville sans urbanité, à l’image de la fragmentation communale, qui engendre de fortes tensions sur les modes de vie.

Les enjeux écologiques exigent de repenser les métabolismes urbains à des échelles allant bien au-delà des zones denses

Ces effets occultent le fait que les inégalités territoriales et sociales restent en France nettement plus faibles que dans les pays anglo-saxons, sans parler des pays émergents ou pauvres. Comme l’ont montré les travaux pionniers de l’économiste Laurent Davezies, la redistribution publique (essentiellement par les transferts sociaux) lisse très fortement les écarts spatiaux, créant de fait un transfert massif de ressources des métropoles vers les autres territoires. Mais l’actualité montre que ces effets d’amortissement ont atteint leurs limites. Le discours sur les métropoles comme locomotives du pays ne passe plus, pour de bonnes raisons.

Perspectives très positives

Nous devrions donc réfléchir en priorité à de nouvelles formes actives (et pas seulement passives, résultant des automatismes de l’Etat social) de développement partagé entre les cœurs métropolitains et les territoires de faible densité.

La bonne nouvelle est que les mutations en cours offrent à cet égard des perspectives très positives. Le numérique devrait faciliter au plan régional ce que le TGV permet au plan national, c’est-à-dire des formes de croissance distribuée reposant moins sur les économies d’échelle que sur les économies de réseau.

Les enjeux écologiques exigent de repenser les métabolismes urbains à des échelles allant bien au-delà des zones denses. Pour l’énergie, la biodiversité, la gestion des déchets, les métropoles doivent inclure dans leur fonctionnement, sinon dans leurs périmètres institutionnels, ces espaces naturels avoisinants. … »

La pratique démocratique encore à l’âge de pierre

La démocratie encore à l’âge de pierre

 

La démocratie n’a guère plus de deux siècles, même si on n’en trouve quelques formes dans des civilisations anciennes. Du coup, il n’est pas étonnant qu’elle connaisse toujours de sérieux balbutiements. Très schématiquement, aujourd’hui s’opposent le plus souvent la démocratie directe à la démocratie représentative. Les deux se nourrissent cependant de l’idée que la société doit être dirigée par le peuple mais avec des nuances sérieuses quant aux modalités. La démocratie représentative fonctionne sur le principe de la délégation de pouvoir. En général, la définition de cette délégation s’opère au moment des élections. Il faut attendre les élections suivantes pour éventuellement changer la nature de la délégation et-ou celui qui en est porteur. Les partisans de la démocratie directe, eux,  souhaitent que le peuple fasse entendre régulièrement et sans la médiation d’institutions intermédiaires. L’un des outils privilégiés est le référendum. Pas un référendum émanant du pouvoir considéré comme trop suspect mais un référendum de nature et d’origine populaire. Pas sûr que ces deux formes de démocratie soient très adaptées à une problématique contemporaine. En effet, ce qui caractérise nos sociétés depuis quelque temps, c’est la formidable transformation économique, sociale, technologique et environnementale. Le monde a connu en quelques dizaines d’années davantage de changements qu’il n’en avait connus pendant des siècles et des millénaires. Des changements qui en outre entretiennent de fortes interrelations et s’alimentent de manière systémique. À l’accélération temporelle de ces bouleversements s’ajoute l’accroissement spatial dans lequel évoluent les transformations des modes de production, de consommation aussi les comportements sociétaux culturels. Du coup, la complexification de la problématique sociétale dépasse souvent la capacité des représentants du peuple à la comprendre d’abord, à la  prendre en compte ensuite. Par paresse, par aveuglement beaucoup se laissent ainsi entraîner sur le chemin d’idéologies prêtes à cuire, de phénomènes de mode ou d’intérêt de lobbies. En outre, le vice fondamental de cette démocratie représentative réside dans le faite du processus d’élection lui-même. L’émergence même des candidatures n’est pas démocratique. De ce fait, pour des motifs très divers, y compris d’intérêt personnel, les candidats pour  faire admettre leur candidature et triompher de l’élection sont contraints de faire des promesses illusoires souvent démagogiques voire farfelues. Des promesses qui n’engagent évidemment que ce qui les  entendent. Et le nouvel élu est vite prisonnier de la logique politique de clan au détriment souvent de l’intérêt général. La question est de savoir si la démocratie directe dont le référendum serait l’outil essentiel pour abroger des lois, en faire édicter, révoquer un élu ou se prononcer sur une question d’intérêt général constitue la bonne réponse  ; et si cela  pourrait constituer le remède aux insuffisances de la démocratie représentative. Il n’est pas certain que l’utilisation du référendum représente une réponse très élaborée au déficit démocratique. Pour plusieurs raisons ; d’abord on ne pourra pas organiser un référendum tous les deux mois (alors que la vie publique se gère chaque jour).  Ensuite le résultat d’un référendum pourrait être contradictoire avec d’autres orientations qui ont reçu des soutiens majoritaires. L’addition d’orientations référendaires ne fera pas nécessairement une politique très cohérente. L’expérience démontre qu’en France les référendums sont le plus souvent politisés et qu’on profite souvent de cette consultation pour exprimer d’autres mécontentements qui n’ont pas forcément à voir avec la question posée. Pour éviter ces contradictions, le champ et la nature du référendum seront forcément contraints même s’il est d’initiative populaire. Le référendum même d’initiative citoyenne n’est pas à exclure il peut être utile voir nécessaire mais il est très réducteur d’une modernisation de la démocratie à la hauteur des enjeux contemporains. L’outil privilégié de la démocratie représentative devrait être l’évaluation et le contrôle démocratique permanent. Une évaluation sur la base d’une expertise pertinente car la complexité des questions contemporaines ne tolère pas le simplisme et la caricature. Ensuite, un contrôle démocratique via des sortes de conseils économiques sociaux et environnementaux indépendants à tous les échelons du pouvoir. Des conseils qui auraient non pas un pouvoir de décision mais d’évaluation et de proposition. Des conseils qui évidemment devraient aussi rendre compte aux citoyens. C’est dans une dialectique permanente entre gouvernants et citoyens que pourraient alors se forger les compromis indispensables équilibrant démocratie et pertinence. En tout état de cause, on ne peut en rester actuellement en matière de démocratie à un affrontement entre une approche technocratique et une démarche populiste.

La démocratie encore à l’âge de pierre

La démocratie encore à l’âge de pierre

 

La démocratie n’a guère plus de deux siècles, même si on n’en trouve quelques formes dans des civilisations anciennes. Du coup, il n’est pas étonnant qu’elle connaisse toujours de sérieux balbutiements. Très schématiquement, aujourd’hui s’opposent le plus souvent la démocratie directe à la démocratie représentative. Les deux se nourrissent cependant de l’idée que la société doit être dirigée par le peuple mais avec des nuances sérieuses quant aux modalités. La démocratie représentative fonctionne sur le principe de la délégation de pouvoir. En général, la définition de cette délégation s’opère au moment des élections. Il faut attendre les élections suivantes pour éventuellement changer la nature de la délégation et-ou celui qui en est porteur. Les partisans de la démocratie directe, eux,  souhaitent que le peuple fasse entendre régulièrement et sans la médiation d’institutions intermédiaires. L’un des outils privilégiés est le référendum. Pas un référendum émanant du pouvoir considéré comme trop suspect mais un référendum de nature et d’origine populaire. Pas sûr que ces deux formes de démocratie soient très adaptées à une problématique contemporaine. En effet, ce qui caractérise nos sociétés depuis quelque temps, c’est la formidable transformation économique, sociale, technologique et environnementale. Le monde a connu en quelques dizaines d’années davantage de changements qu’il n’en avait connus pendant des siècles et des millénaires. Des changements qui en outre entretiennent de fortes interrelations et s’alimentent de manière systémique. À l’accélération temporelle de ces bouleversements s’ajoute l’accroissement spatial dans lequel évoluent les transformations des modes de production, de consommation aussi les comportements sociétaux culturels. Du coup, la complexification de la problématique sociétale dépasse souvent la capacité des représentants du peuple à la comprendre d’abord, à la  prendre en compte ensuite. Par paresse, par aveuglement beaucoup se laissent ainsi entraîner sur le chemin d’idéologies prêtes à cuire, de phénomènes de mode ou d’intérêt de lobbies. En outre, le vice fondamental de cette démocratie représentative réside dans le faite du processus d’élection lui-même. L’émergence même des candidatures n’est pas démocratique. De ce fait, pour des motifs très divers, y compris d’intérêt personnel, les candidats pour  faire admettre leur candidature et triompher de l’élection sont contraints de faire des promesses illusoires souvent démagogiques voire farfelues. Des promesses qui n’engagent évidemment que ce qui les  entendent. Et le nouvel élu est vite prisonnier de la logique politique de clan au détriment souvent de l’intérêt général. La question est de savoir si la démocratie directe dont le référendum serait l’outil essentiel pour abroger des lois, en faire édicter, révoquer un élu ou se prononcer sur une question d’intérêt général constitue la bonne réponse  ; et si cela  pourrait constituer le remède aux insuffisances de la démocratie représentative. Il n’est pas certain que l’utilisation du référendum représente une réponse très élaborée au déficit démocratique. Pour plusieurs raisons ; d’abord on ne pourra pas organiser un référendum tous les deux mois (alors que la vie publique se gère chaque jour).  Ensuite le résultat d’un référendum pourrait être contradictoire avec d’autres orientations qui ont reçu des soutiens majoritaires. L’addition d’orientations référendaires ne fera pas nécessairement une politique très cohérente. L’expérience démontre qu’en France les référendums sont le plus souvent politisés et qu’on profite souvent de cette consultation pour exprimer d’autres mécontentements qui n’ont pas forcément à voir avec la question posée. Pour éviter ces contradictions, le champ et la nature du référendum seront forcément contraints même s’il est d’initiative populaire. Le référendum même d’initiative citoyenne n’est pas à exclure il peut être utile voir nécessaire mais il est très réducteur d’une modernisation de la démocratie à la hauteur des enjeux contemporains. L’outil privilégié de la démocratie représentative devrait être l’évaluation et le contrôle démocratique permanent. Une évaluation sur la base d’une expertise pertinente car la complexité des questions contemporaines ne tolère pas le simplisme et la caricature. Ensuite, un contrôle démocratique via des sortes de conseils économiques sociaux et environnementaux indépendants à tous les échelons du pouvoir. Des conseils qui auraient non pas un pouvoir de décision mais d’évaluation et de proposition. Des conseils qui évidemment devraient aussi rendre compte aux citoyens. C’est dans une dialectique permanente entre gouvernants et citoyens que pourraient alors se forger les compromis indispensables équilibrant démocratie et pertinence. En tout état de cause, on ne peut en rester actuellement en matière de démocratie à un affrontement entre une approche technocratique et une démarche populiste.

 

Macron, comme Pierre, a déjà trahi trois fois !

Macron, comme Pierre,  a déjà trahi trois fois !

La personnalité de Macon est sans doute complexe, pas étonnant qu’il ait choisi comme thèmes d’étude lorsqu’il était étudiant  d’une part Machiavel d’autre part Hegel. À cet égard, le macronisme comme   idéologie ne marquera sans doute pas l’histoire puisqu’elle s’alimente surtout d’opportunisme. Comme Pierre, Macron a déjà trahi trois fois. La première fois c’était à l’encontre des intérêts de la société des rédacteurs du Monde auxquels il a proposé ses bons offices pour négocier la reprise alors que dans le même temps il travaillait secrètement au service des intérêts du projet soutenu par Alain Minc ( l’un de ses mentors). Une belle preuve de généreuse duplicité déjà. La seconde fois c’est évidemment lorsqu’il a trahi François Hollande. Imposé par les milieux financiers auprès de l’ancien chef de l’État, Marcon n’a pas hésité à tuer politiquement celui qui avait favorisé son envol politique. Et cela sans vergogne. Bref une sorte de Brutus qui assassine César sans état d’âme et même avec une certaine délectation. La troisième trahison concerne les électeurs de Macron surtout les électeurs de gauche. Sans les voix de la gauche, Macron n’aurait jamais pu se qualifier pour le second tour. Il s’est d’ailleurs présenté comme le digne héritier de Michel Rocard dont il a retenu le modernisme mais débarrassé de tout humanisme. Maintenant qu’il est élu Macron sert sans honte et sans regret les intérêts de la droite et en particulier de ceux qui ont favorisé sa promotion politique à savoir les milieux financiers et les experts économiques qui les servent. D’une certaine manière, Macron en politique n’a pas de religion. De fait,  il n’est ni de droite, ni de gauche mais ailleurs et cet  ailleurs se situe du coté du manche ;   du côté des plus riches qui estiment que les dépenses sociales coûtent un pognon de dingue mais qu’il est légitime de gagner des millions comme Macron chez Rotchild où son passage a été déterminant pour son parcours politique ne serait-ce que pour financer sa campagne.  La dernière trahison sera celle de ses résultats en contradiction avec ses promesses. Non seulement Macron s’est renié mais en plus il a démontré ses limites pour gérer l’économie du pays. Le macronisme  se réduit à une posture simulant de se mettre au service d’une cause et la trahissant ensuite. Macon a retenu la leçon de Machiavel.

État des routes et des ponts en France : « absence de transparence (Pierre Chasseray)

État des routes et des ponts en France : « absence de transparence (Pierre Chasseray)

Ce que regrette  sur franceinfo Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes.

 

Franceinfo : Vous avancez que, chaque jour, un pont devient inutilisable en France, pourtant on ne trouve pas de liste concernant ces infrastructures ?

Pierre Chasseray : Il y a un manque de transparence. L’État a choisi de ne plus entretenir le réseau routier et il y a eu des conséquences extrêmement fâcheuses. On commence à pointer cela du doigt depuis quelques semaines. Il y a cet événement terrible en Italie qui nous ramène à cette triste réalité de l’état du réseau routier français, et je crains que si on continue à ne rien faire, on se retrouve dans la même situation malheureuse et dramatique dans les années à venir. Si on publie la liste des ponts, certains automobilistes vont la consulter et vont se faire peur. On réclame à l’État une transparence globale et des investissements. Comment peut-on aujourd’hui dire qu’il y a 7% des ponts qui sont dans un état catastrophique et ne pas en donner la liste ? La moindre des choses serait d’investir au plus vite. La France, c’est 200 000 ponts, et chaque jour il y en a un qui disparaît. C’est un chiffre extrêmement symbolique, car c’est la preuve par A+B qu’on fait le choix de fermer, donc de ne plus entretenir, plutôt que de corriger le tir et de sécuriser un patrimoine routier. On a mis de l’argent à construire nos routes, nos ponts, il faut les préserver, sinon ce serait une catastrophe pour cet argent investi.

 

Certaines DIR (Direction Interdépartementale des Routes), comme la DIR Est, en Lorraine, ont publié ces derniers jours la liste des ponts qui nécessitent une maintenance urgente. Vous demandez à ce que ce soit le cas partout ?

Il faut que ce soit le cas partout ! Il ne faut pas qu’on ait peur de faire peur aux Français. Le seul moyen de corriger le tir, c’est d’avoir cette transparence et de montrer qu’on connaît le réseau routier et ses défaillances. Élisabeth Borne a pointé du doigt cette problématique du manque d’entretien des réseaux français. Aujourd’hui la balle est dans le camp de Bercy, l’argent est là, il existe, l’argent qui est dévolu à l’entretien des réseaux routiers et des ponts. Ce n’est plus possible de ne pas informer, de ne pas entretenir, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. Il faut un audit des infrastructures routières !

Craignez-vous qu’une catastrophe comme celle de Gênes se produise en France ?

La catastrophe a lieu tous les jours. Tous les jours on constate des accidents liés au mauvais état de l’infrastructure routière. Un rapport de 1995 pointait du doigt le fait que dans un accident sur deux, la route jouait un rôle important. Tous les jours, on a des décès sur les routes qui sont en partie dus au manque d’entretien du réseau routier français. Cette catastrophe est lissée, inaudible, on préfère parler d’un 80 km/h qui soi-disant irait sauver des vies alors que ça ne sauve personne. La catastrophe italienne nous montre à quel point de temps à autre, sur un enjeu majeur, on peut avoir des dizaines et des dizaines de victimes. Mais chaque année, ce sont des centaines, de milliers de victimes sur les routes.

Le business des maillots (Pierre Arcens)

Le business des maillots (Pierre Arcens)

 

 

Pierre Arcens, président de la marque française Hungaria revient sur l’importance du business des maillots (interview France info)

Il a explosé ces dernières années. Aujourd’hui un club comme le PSG peut vendre 500.000 maillots alors qu’en 1998 un club qui en vendait 100.000 c’était déjà énorme. En fait c’est cette époque-là, cette victoire en Coupe du monde qui a transformé ce marché des articles de sport. Le sponsoring d’une équipe nationale qui était alors perçu comme un poste de dépense économique pouvait alors devenir un business juteux.

BFM Business: Parce que la vente de maillots de foot est si importante pour les marques?

 

 

P.A.: Oui cela représente 70% je dirais du chiffre d’affaires généré par une Coupe du Monde pour un équipementier comme Nike ou Adidas.

BFM Business: Et en 1998, les ventes de maillots ont explosé grâce à la Coupe du Monde?

P.A.: Oui mais ça a été très long. Il faut savoir qu’un maillot ça se conçoit 18 mois à l’avance à peut près. C’est à ce moment-là que l’on fait les prévisions de commandes. En 1996, nous avions vendu pour l’Euro en Angleterre 8.000 maillots de l’équipe de France. C’était ça les chiffres de l’époque! Mon responsable commercial passe donc commande de 40.000 maillots pour 1998. Moi je vois ça à l’époque et je passe derrière en lui disant: « Non prends en 200.000″. Cela faisait 25 fois plus qu’en 1996! Tout le monde me traite de fou!

 

 

BFM Business: Et vous avez immédiatement tout vendu?

P.A.: Mais pas du tout! Le début a été un flop. Sur les 200.000 que nous avions en stock, la distribution nous en avait pris 120.000 en avril 1998. Il m’en restait 80.000 sur les bras. Là on a eu peur. Parce qu’en plus les magasins en vendaient très peu et commençaient à casser les prix. Et puis la Coupe du Monde démarre et toujours rien ne se passe… Et arrive le match contre le Paraguay en huitième de finale. La France se qualifie et là les ventes décollent enfin et très vite. Nous avons rapidement demandé un réassort à nos usines en Asie et aussi en Tunisie pour livrer plus vite. Mais il fallait un mois et demi, deux mois à l’époque pour recevoir les commandes. Résultat: la veille de la finale nous n’avions absolument plus rien. Les gens commençaient à en acheter au marché noir 10 fois le prix!

BFM Business: Pourtant tout le monde était en bleu dans le stade lors de la finale.

P.A.: Oui mais je peux vous le dire maintenant, les VIP comme Obispo, Johnny et les autres portaient des maillots non conformes ce soir-là. Jean-Claude Darmon, le financier du foot français à l’époque, m’avait appelé pour avoir des maillots pour ses VIP au stade. Nous avons dû récupérer des maillots qui étaient partis au pilon car ils étaient non conformes. Ce sont ceux-là que portaient les stars dans les tribunes.

BFM Business: Et les maillots avec la première étoile étaient arrivés quand en magasin?

P.A.: Il a fallu attendre début août pour des petites quantités et mi-août pour de vrais stocks. Et là que les ventes ont atteint les sommets. Tous les gamins voulaient le maillot pour Noël. Au total nous en avons vendu finalement 800.000 sur l’ensemble de l’année, soit 20 fois plus que nos premières estimations! Nous avons réalisé cette année-là 450 millions de francs (70 millions d’euros) de chiffres d’affaires avec les maillots alors que notre contrat de sponsoring avec la FFF nous avait coûté 100 millions de francs (15 millions d’euros).

BFM Business: C’est difficile d’anticiper la demande pour ces produits?

P.A.: Oui parce que ça dépend de la performance de l’équipe. Et ensuite parce que les délais de fabrication et de transport sont longs. il faut compter 45 jours de bateau pour acheminer des stocks de Chine. Il faut donc anticiper. Et le plus compliqué dans la production ce sont les accessoires. Car un maillot c’est du tissu et surtout des accessoires comme le coq en silicone, l’étoile, le petit drapeau etc. Or ça, à la différence du tissu qu’on a en grande quantité, il faut le produire à la demande. Le maillot de l’équipe de France, beaucoup d’usine peuvent le faire: il suffit d’avoir le tissu et de le teinter ce qui prend cinq jours. Mais pour les accessoires c’est plus compliqué, il faut en refabriquer très vite. C’est pour cela que tout est centralisé sur un seul site, en l’occurrence en Thaïlande pour le maillot Nike actuel.

BFM Business: Adidas a vendu 800.000 maillots en 1998, Nike va-t-elle faire mieux cette année?

P.A.: C’est fort probable oui. Je pense que Nike va en vendre au moins le double, je dirais aux alentours de 1,6 million. L’époque a changé, les Français achètent plus de maillots aujourd’hui.

BFM Business: Finalement c’est une business très rentable les ventes de maillots pour les équipementiers.

P.A.: C’est difficile à dire. Parce que Nike verse 50 millions d’euros par an à la FFF pour équiper les Bleus. Dans les faits ça lui coûte moins cher car la marque paie 38 millions en cash, le reste -les 12 autres millions- ce sont des équipements qu’elle fournit et qui lui coûtent moins cher puisque c’est elle qui les produit. Mais pour rentabiliser cet investissement -à savoir dégager 40 millions d’euros de marge nette- il faut vendre beaucoup de maillots. En année régulière, c’est à dire hors Euro ou Coupe du monde, c’est absolument impossible. Et même cette année ce sera difficile. Pour dégager 40 millions de marge nette, Nike devra faire 200 millions de chiffres d’affaires à peu près, ce qui représente 400 millions à peu près de ventes de maillots dans les magasins. À 100 euros en moyenne le maillot, cela fait 4 millions de ventes. Pas facile. Alors Nike ne vend pas que des maillots et bénéficie de l’exposition incroyable de la Coupe du monde mais même pour les grandes marques, les contrats de sponsoring du foot sont difficilement rentabilisables.

Sans abri :la fondation abbé Pierre recadre Castaner

Sans abri :la fondation abbé Pierre recadre Castaner

En bon techno Castaner avait additionné les différentes places aux sans abri ( temporaires, d’urgence, équipées ou non, chauffées ou non, hangars, hôtels ou logements pour considérer que 140 000 places étaient offertes couvrant ainsi tous les besoins. « Ça suffit, maintenant. »  a répondu La Fondation Abbé-Pierre de manière cinglante au secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, dimanche 31 décembre, en l’appelant à faire preuve d’« un peu de dignité » dans ses propos sur les sans-abri. L’association a cité un tweet du patron de La République en marche, qui s’appuyait sur des déclarations d’un responsable de la Fondation pour défendre l’action du gouvernement sur la question des SDF. Ce tweet avait été publié après que Christophe Castaner a affirmé, vendredi, que l’Etat assumait ses responsabilités et qu’« il y a des femmes et des hommes qui refusent aussi, dans le cadre de maraudes, d’être logés ». Dans sa réponse, la Fondation Abbé-Pierre critique l’argumentaire du gouvernement. « Ce n’est parce que certains SDF refusent qu’on les jette dans des hangars inqualifiables d’absence d’hygiène et de violence permanente qu’il faut expliquer par ces cas marginaux l’absence de prise en compte d’une urgence considérable », écrivent les héritiers de l’Abbé Pierre.

 

L’ex-chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers s’explique

L’ex-chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers s’explique

Dans un livre, l’ancien chef d’état major des armées s’explique sur sa mise à écart et fait part de quelques réflexions dans le JDD.   »Quand j’entends que les 850 millions d’euros de crédits gelés n’affecteront pas ‘la vie quotidienne du soldat’, je suis dubitatif : parce que la vie quotidienne du soldat, c’est l’exécution de sa mission. Comment pouvez-vous l’exercer lorsque nos moyens de ravitaillement aériens ont 50 ans d’âge, nos blindés 30 ans, notre flotte aérienne de transport tactique entre 30 et 40 ans, idem pour nos bateaux, parfois à la limite des conditions de sécurité? Nos gilets pare-balles sont les mêmes qu’on portait au Kosovo en 99, nos stocks de munition sont à recompléter d’urgence et je ne vous parle pas des pannes de matériel qui font échouer ou reporter les missions… Face à cela, on ne pouvait attendre 2019…..Au Sahel, il nous faudrait davantage d’A400M pour le transport, de drones (on n’en a que cinq), davantage de stocks de munitions car dans cette guerre nous consommons énormément, de blindages pour nos véhicules car 60% d’entre eux ne le sont toujours pas. C’est ça l’enjeu pour moi. On ne peut pas laisser nos soldats avec un déficit d’équipement »…… « Je veux éviter que l’on se retrouve dans des conflits de haute intensité avec des soldats qui n’ont plus la foi. Or le danger de la suractivité, c’est que le carburant de la force morale diminue », rétorque-t-il. « Je ne dis pas que c’est le cas aujourd’hui mais nos soldats souffrent, sont contraints de se débrouiller pour faire face aux manques. On doit donc objectivement leur donner les moyens nécessaires pour gagner face à un ennemi qui, lui, recherche ses moyens et les obtient »

 

Commentaires du JDD :

Pierre de Villiers, finalement, aurait-il été la victime d’une incompréhension entre le monde militaire, les hommes et les femmes de terrain, et le monde civil dirigé aujourd’hui par une génération, celle d’un président de 39 ans, la première au pouvoir à ne pas avoir connu le baptême du feu ou le service national sous les drapeaux? Le général cinq étoiles esquive. Toujours ce refus de poursuivre la polémique, peut-être justement pour être dans une démarche d’apaisement. Il évoque seulement ces cadres politiques et ces élus d’aujourd’hui et demain qui n’ont connu de l’armée qu’au cours d’une seule journée de préparation à la défense. Son livre, il l’a écrit aussi pour celles et ceux qui n’ont jamais vu un fusil d’assaut de leur vie.

Servir, de Pierre de Villiers, Fayard, 254 p., 20,90 euros

 

Hollande béatifié comme l’Abbé Pierre (Michel sapin)

Hollande béatifié comme l’Abbé Pierre (Michel sapin)

 

Le premier fan de Hollande, l’inénarrable Michel sapin prévoit que la cote de popularité de François Hollande va monter au niveau de celle de l’Abbé Pierre pour lequel on avait même parlé de béatification. On sait que l’Abbé Pierre a longtemps été la personnalité la plus appréciée des Français. Il en va différemment de François Hollande qui a enregistré une petite remontée depuis son renoncement et qui atteint 21 % de soutien. Il est probable qu’il va encore progresser à cause précisément de son renoncement mais aussi de la médiocrité de ceux  qui prétendent lui succéder dans les rangs du PS. De la à atteindre la notoriété de l’Abbé Pierre voire la béatification, il y a un pas que Michel sapin franchit un peu trop allègrement. Michel Sapin, fidèle de François Hollande, n’est pas surpris de voir la remontée du président de la République dans les enquêtes d’opinion depuis qu’il a renoncé à briguer un nouveau mandat. Selon le ministre de l’Économie, ce n’est qu’un début : « C’est rien à côté de ce que ça va être! » Michel Sapin est persuadé que François Hollande va finir par être aussi populaire que… l’abbé Pierre. Pour l’heure, le rebond du chef de l’Etat dans ces sondages de popularité reste effectivement récent. Il s’agit d’une conséquence de son renoncement, le 1er décembre, à se représenter pour un second mandat présidentiel. Dans le baromètre mensuel du JDD réalisé par l’IFOP, François Hollande gagnait quatre points pour atteindre les 19% de personnes satisfaites (2% de très satisfaits seulement), son meilleur score de l’année. L’enquête Ipsos publiée il y a onze jours notait pour sa part une progression de cinq points, à 21% de bonnes opinions. Mais pour devenir le nouvel abbé Pierre, le chemin est encore long puisque encore 80% de personnes en moyenne restent mécontentes de François Hollande.

Loi travail : « juste quelques points positifs » (Pierre Gattaz)

Loi travail : « juste quelques points positifs » (Pierre Gattaz)

 

Maintenant que la loi travail a été adoptée Pierre Gattaz, le patron du Medef, retrouve quelques vertus au texte définitif. Il convient même que cette loi pourra créer quelques -emplois mais très peu. En réalité personne n’en sait rien,  pas plus le gouvernement que le patron du Medef car ce type de mesure ne peuvent avoir d’effet qu’à moyen et long terme, en outre l’évaluation est toujours difficile.

 

Interview du président du Medef dans le Figaro :

 

 

Les conflits qui ont eu lieu sur la loi travail ne démontrent-ils pas que la France est irréformable?

 

Pierre GATTAZ. - Je ne le pense pas. Si la loi travail a été mal acceptée, c’est parce que le gouvernement n’a pas expliqué ses enjeux. Il est indispensable de dire à nos concitoyens que le monde traverse une période de mutation intense, avec le numérique, la mondialisation, le défi énergétique. Et que la France peut relever ces défis. Il faut passer de la fatalité du constat à la volonté d’action. Mais pour réformer, tout pouvoir politique doit d’abord avoir une vision pour le pays et l’expliquer aux citoyens. Un cap, c’est ce qui manque à la France depuis trente ans. Voilà pourquoi il y a tant de crispations. Au Medef, nous voulons promouvoir l’esprit d’entreprise dans tous les domaines. C’est ce que nous appelons «l’entreprenalisme», qui n’a rien à voir avec l’ultralibéralisme! Nous disons juste qu’il n’y a pas de progrès social durable sans entreprises compétitives. Et qu’une entreprise a besoin de salariés épanouis et avec des compétences renouvelées tout au long de leur vie. Dès la rentrée, nous souhaitons renouer le dialogue avec les syndicats pour discuter de ces sujets. Par ailleurs, en fin d’année, nous proposerons des réformes concrètes, pour alimenter les débats de la présidentielle.

 

La loi El Khomri créera-t-elle de l’emploi?

Non, très peu. Cette loi est une occasion manquée. Avec 10 % de chômage, le marché du travail dysfonctionne en France, et ce n’est pas en faveur des salariés. À Londres, quelqu’un qui en a assez de son entreprise peut la quitter et retrouver un job rapidement… La première version de la loi aurait pu créer de l’emploi mais, passé au moulinet de la folie technico-politicienne, il ne reste plus grand-chose du texte. Juste quelques points positifs: l’article 2 qui renforce la négociation au niveau de l’entreprise, la sécurisation du licenciement économique et les accords offensifs. (…)

Pas de Goncourt pour Pierre Gattaz !

Pas de Goncourt pour Pierre Gattaz !

Il semble bien que Pierre Gattaz n’aura pas le Goncourt avec son livre la France de tous les possibles. En tout cas il n’a pas reçu un accueil enthousiaste auprès du lectorat puisque le canard enchaîné affirme que seulement 25 exemplaires ont été vendus alors que son éditeur chiffre à 200 les ventes, ce qui ne constitue pas en soi un vrai succès de librairie.  Il faut dire que d’après la critique cet ouvrage n’apporte pas vraiment de nouveau quant à la vision du patron du Medef qui ressort sans surprise les facteurs explicatifs du manque de performance de l’économie, s’en prend surtout à l’Etat et encense les entrepreneurs. Un livre écrit comme souvent à plusieurs mains avec des analyses pertinentes mais aussi des poncifs et des excès. On y retrouve le cahier revendicatif du Medef et la patte du patron de l’organisation patronale sorte de Krasucki de droite aussi charismatique qu’un notaire de province en colère.  il faudra bien d’autres  livres pour redorer la crédibilité d’une organisation patronale elle aussi comme beaucoup de syndicats de salariés engluée dans une culture protestataire, montrer aussi un peu plus d’exemplarité en matière de revenus.   »Selon les remontées des libraires via [l'institut de statistiques] GFK, entre 100 et 150 exemplaires de l’ouvrage ont déjà été vendus sur les 1.602 mis en vente. » Et la responsable éditoriale, Alizé Rivière, de poursuivre : « De plus, Pierre Gattaz en a vendu au moins 25 lors du Salon du livre à Paris et près de 80 lors d’une séance de dédicaces au Vesinet début avril. »  Au total, le patron du Medef aurait donc vendu au moins… 200 exemplaires, selon son éditeur. Un chiffre qui reste faible malgré le nombre de plateaux de télévision et de studio radio que parcourt Pierre Gattaz pour faire la promotion de son livre. C’est la quatrième livre du patron des patrons, il y dénonce  »les marchands de malheur », comprendre la CGT et FO, accusés d’immobilisme et déroule son raisonnement sur les atouts de l’Hexagone. Selon lui, la France peut devenir « la terre de tous les possibles » et « un pays attractif aux yeux de la planète ». A condition qu’elle se réconcilie avec l’entreprise, le gout du travail et le capital. Visiblement, les lecteurs ne semblent, eux, pas réconciliés avec Pierre Gattaz.

PSA–Salaire de Carlos Tavares : Pierre Gattaz à côté de ses pompes justifie l’augmentation

PSA–Salaire de Carlos Tavares : Pierre Gattaz à côté de ses pompes justifie l’augmentation

 

Il n’est pas étonnant que le débat social n’avance pas en France avec un responsable comme Pierre Gattaz qui justifie le doublement du salaire de Carlos Tavares,  président de PSA. Une telle de déclaration est évidemment de nature à plomber un peu plus les rapports détestables entre le Medef et les organisations syndicales de salariés. Comment peut-on en effet justifier le doublement d’un patron certes bon gestionnaire mais grâce aussi à la suppression de 17 000 emplois. D’une certaine manière, Gattaz  fait une nouvelle fois dans la provocation et finalement torpille le débat social apaisé dont  le pays aurait pourtant bien besoin pour se moderniser. Le patron de PSA Peugeot Citroën va percevoir l’équivalent de 5,24 millions d’euros pour l’année 2015. En un an, il a donc doublé son salaire. Bien sûr, cette décision a suscité de vives réactions, deux ans après la prise en main de l’entreprise par Carlos Tavares et la mise en place de son plan de sauvetage baptisé « Back in . The race ».  Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dénonce notamment une somme qui n’est « pas légitime » et qui perturbe la « cohésion sociale » d’une entreprise. Sans surprise, Pierre Gattaz, le président du Medef, a une réaction totalement inverse. Mardi 29 mars sur France Info, il a « félicité Carlos Tavares du redressement de PSA qu’il a fait. Sa rémunération est celle de la réussite. »  »Cette société était en grande difficulté il y a quelques années. En dix-huit mois, il a redressé un fleuron de l’industrie française », ajoute-t-il mais Pierre Gattaz oublie sans doute de préciser que le redressement n’a été possible qu’au prix de milliers de licenciements et grâce au soutien massif de l’État (8 à 900 millions).

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol