Archive pour le Tag 'Philippe'

Popularité Macron et Philippe : en hausse ?

Popularité Macron et Philippe : en  hausse ?

 

 

Bien qu’il faille ce méfier des sondages qui dans une période électorale ont tendance à être bidonnés, il semblerait que la cote de popularité d’Emmanuel Macron soit  en progression de : selon un sondage Odoxa pour France Inter, la presse régionale et L’Express, publié lundi. Notons cependant que cette hausse ce situe dans la marge d’erreur de 1 à 3 % Le chef de l’État était tombé à 27% d’opinions favorables en décembre dernier au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », soit son score le plus faible depuis son élection en mai 2017.

Le premier ministre Édouard Philippe progresse d’un point dans les sondages avec 33% d’opinions favorables, contre 32% en janvier et 31% en décembre, son niveau le plus bas depuis sa nomination.

 

Comme Juppé , Philippe droit dans ses bottes mais à coté de ses pompes

Comme Juppé , Philippe droit dans ses bottes mais à coté de ses pompes

On  compare assez souvent Édouard Philippe a Alain Juppé. Une comparaison  assez flatteuse puisque depuis la décision de Juppé d’abandonner la politique ; en effet  un flot d’éloges s’abat sur l’ancien maire de Bordeaux. C’est sans doute oublier que si Juppé n’a pas fait la carrière qu’il espérait,c’est en grande partie justement du fait de son entêtement et de cette espèce de condescendance qu’il a toujours manifestée à l’égard de ses contradicteurs. C’est quand même lui qui est notamment responsable du grand mouvement social de 95. Édouard Philippe adopte à peu près le même comportement aussi raide que Juppé, aussi condescendant vis-à-vis des questions concrètes. Pour preuve,  il a complètement manqué son émission de télévision « la grande explication » et hier encore il a envoyé balader un retraité  qui se plaignait de n’avoir que 700 € de retraite et d’être obligé de faire des ménages. Juppé a sèchement répondu que la solution était de venir au grand débat. Évidemment la réponse n’a pas convaincu l’intéressé. De la même manière que les téléspectateurs n’ont pas été convaincus par le passage d’Édouard Philippe dans l’émission la grande explication.

 Selon un sondage Harris Interactive-Epoka réalisé , 62% des personnes interrogées ne se disent «pas convaincues» par la prestation du premier ministre lors de ce débat télévisé de mercredi sur LCI, Le Figaro et RTL. , contre 38% seulement d’opinions inverses.

Face à ces dix Français en colère, le chef du gouvernement a été vivement accroché par une retraitée, un restaurateur ou encore une fonctionnaire, tout en répondant à des questions sur le pouvoir d’achat, la taxe carbone ou les impôts. Un débat «intense», de l’aveu même du premier ministre, dont il profite tout de même en partie. Car 64% des personnes interrogées l’ont jugé «courageux», «crédible» (45%) ou encore «honnête»(58%). Pas moins de 54% ont jugé qu’il savait faire preuve d’autorité et 52% pensent qu’il sait où il va.

Un motif de satisfaction tout de même: 49 % des personnes interrogées disent néanmoins avoir eu une «bonne opinion» d’Édouard Philippe pendant le débat télévisé. Ce chiffre était de 44% avant l’émission.

 

Émission télé La Grande explication, Édouard Philippe a déçu

Émission télé La Grande explication, Édouard Philippe a déçu

Selon un sondage Harris Interactive-Epoka réalisé , 62% des personnes interrogées ne se disent «pas convaincues» par la prestation du premier ministre lors de ce débat télévisé de mercredi sur LCI, Le Figaro et RTL. , contre 38% seulement d’opinions inverses.

Face à ces dix Français en colère, le chef du gouvernement a été vivement accroché par une retraitée, un restaurateur ou encore une fonctionnaire, tout en répondant à des questions sur le pouvoir d’achat, la taxe carbone ou les impôts. Un débat «intense», de l’aveu même du premier ministre, dont il profite tout de même en partie. Car 64% des personnes interrogées l’ont jugé «courageux», «crédible» (45%) ou encore «honnête»(58%). Pas moins de 54% ont jugé qu’il savait faire preuve d’autorité et 52% pensent qu’il sait où il va.

Un motif de satisfaction tout de même: 49 % des personnes interrogées disent néanmoins avoir eu une «bonne opinion» d’Édouard Philippe pendant le débat télévisé. Ce chiffre était de 44% avant l’émission.

 

Grand débat ou campagne électorale du pouvoir Philippe Juvin, député)

Grand débat ou  campagne électorale du pouvoir Philippe Juvin, député)

 

 

À juste titre le député européen Philippe Juvin dénonce la transformation du débat national par le pouvoir en campagne électorale et saisit  la justice. Son objectif vise en particulier la ministre de la santé qui lors  d’un récent meeting du grand débat a clairement appelé à voter pour la république en marche. Du coup le député européen demande que les moyens utilisés par le pouvoir soient intégrés dans les comptes de campagne des élections européennes. Ce que dénonce le député concerne d’une façon plus large les interventions d’autres membres du gouvernement mais surtout de Macron qui chaque semaine bénéficie de plusieurs heures d’audience sur les chaînes de radio et de télévision surtout les chaînes d’info continue. Non seulement il s’agit d’un véritable détournement du concept de grand débat mais également d’un abus de biens qu’on ne peut comprendre qu’à travers les liens consanguins entre les propriétaires de ces chaînes (publiques comme privées). Les chaînes publiques sont évidemment au service du pouvoir même si elle donne la parole à l’opposition pour donner le change. Quant aux grands médias télévisés, ils sont tous dans les mains des financiers qui sont précisément les plus ardents défenseurs de Macon Le député européen LR  a indiqué, samedi 9 février, avoir saisi la Commission nationale des comptes de campagne. Sa demande : « intégrer » dans les comptes de campagne des élections européennes de LREM « les moyens alloués à une réunion publique de Madame Agnès Buzyn », ministre de la Santé. Lors de cette réunion, dimanche dernier à Trappes (Yvelines), la ministre aurait tenu « des propos militants sans équivoque en faveur de LREM en vue des élections européennes » du 26 mai, estime celui qui est aussi maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

« Ce grand débat national, initié par le président de la République pour répondre à une crise sans précédent liée à des choix politiques et économiques illisibles et injustes, ne peut en aucun cas être une campagne électorale déguisée« , ajoute ce président de la Fédération LR des Hauts-de-Seine.

« Voilà maintenant près de trois semaines que nous assistons à ce qui s’apparente davantage à une campagne électorale plutôt qu’à des échanges avec les Français », a renchéri la députée de l’Assemblée nationale Valérie Boyer, dans un courrier au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), transmis à l’AFP. Elle y énumère les heures de réunions publiques  »animées par le chef de l’État » et diffusées à la télévision qui  »satur(ent) » l’espace politique et médiatique, selon elle.

 

Croissance des risques de ralentissement prononcé (Delaigue, Philippe, économistes)

 Croissance des risques de ralentissement prononcé (Delaigue, Philippe, économistes)

 

Avec Delaigue, Philippe, économistes analysent les risques de ralentissement de la croissance dans une interview sur Atlantico.

Alors que les derniers indicateurs de la zone euro laissent entrevoir un ralentissement prononcé de l’activité économique du continent, notamment en Allemagne, en France, ou encore en Italie, quels seraient les moyens concrets dont disposent les gouvernements pour y faire face ? Que pourraient-ils faire aujourd’hui ?

Alexandre Delaigue : Cela fait un petit moment que l’on attend un ralentissement économique mais on n’attendait pas spécialement qu’il touche l’Europe continentale de cette manière. Les facteurs qui génèrent ce ralentissement économique sont de plusieurs ordres. D’une part une inquiétude sur le commerce mondial, et, de l’autre côté, le ralentissement constaté de plusieurs partenaires de l’Union européenne, dont le premier est la Chine, ou la baisse est assez marquée et assez rapide. On pourrait également souligner les inquiétudes relatives au Brexit. Mais cela revient surtout à s’inquiéter autour d’un modèle économique international qui était celui de grandes chaînes de valeur décentralisées et dans lesquelles passaient un grand nombre de pays. L’Allemagne était très bien parvenue à tirer son épingle du jeu dans ce modèle qui, avec le protectionnisme et la constitution d’une série de blocs (Chine d’un côté, Etats-Unis de l’autre); se retrouve perturbé. L’Allemagne est donc concernée en premier lieu.

Par rapport à ces causes fondamentales, il y en a beaucoup pour lesquelles l’Europe ne peut pas faire grand-chose. Ils peuvent toujours essayer de maintenir les liens commerciaux pour essayer, autant que possible, de préserver l’existant mais il y a beaucoup de facteurs qui échappent totalement à leur contrôle et à leurs capacités d’action, à commencer par exemple par la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, ou la conjoncture en Chine.

Il y a un autre facteur qui joue qui est la politique monétaire de la Banque centrale européenne qui, normalement, était censée profiter de conditions économiques favorables pour cesser sa politique de soutien monétaire à l’activité. La première chose qui pourrait se passer dans ces conditions serait que la BCE retarde un petit peu ce qu’elle avait anticipé- c’est-à-dire un resserrement progressif des taux d’intérêt – et qu’elle maintienne un petit peu plus longtemps sa politique de soutien à l’activité économique. Mais il faut bien dire que la BCE n’est pas dans de très bonnes conditions pour soutenir l’activité parce que les taux sont déjà très bas ; beaucoup de mesures monétaires ont déjà été entreprises, et tout ce que l’on peut espérer est que ces mesures soient maintenues.

v:shapes= »_x0000_i1025″>

La deuxième chose serait de soutenir la demande intérieure en Europe par le biais de plans de relance budgétaires mais là aussi, de tels plans paraissent plutôt difficiles parce qu’un certain nombre de pays ont déjà des niveaux d’endettement assez élevés et vont avoir du mal à encore élever ce niveau sans générer une réaction d’inquiétude des marchés financiers. D’autres pays disposent par contre de marges de manœuvre budgétaires, mais la question est de savoir si ces pays seront désireux de le faire. On pense ici à la question de l’Allemagne en particulier.

Philippe Waechter : Oui les données du mois de janvier suggèrent un net ralentissement de l’activité économique. D’une phase encore en expansion à l’été dernier, l’économie de la zone Euro ralentit à une vitesse qui n’avait pas été anticipée. Cela est observé dans le secteur manufacturier et dans les services aussi. C’est cette bascule qui est préoccupante et elle s’observe dans les trois grands pays de la zone. On peut avoir la perception d’une économie qui s’étouffe.
L’explication immédiate est le ralentissement du commerce mondial. En novembre les échanges ralentissent franchement. Les pays d’Asie qui avaient été le fer de lance de la croissance semblent ralentir rapidement au regard de cet indicateur. Cela fait ressortir la crainte d’une forte inflexion de l’activité en Chine.
L’autre raison est le rapprochement de l’échéance sur le Brexit. Normalement le 29 mars, le Royaume Uni quitte l’Union Européenne. Cela crée forcément de l’incertitude économique et sur les institutions.

Inverser la tendance lorsqu’elle s’inscrit à la baisse est un des rôles de la politique économique. Elle peut être d’autant plus nécessaire si le ralentissement constaté en zone Euro résulte d’une expansion plus réduite des échanges internationaux. Les entreprises domestiques sont pénalisées par la conjoncture internationale dont la faiblesse doit être compensée par une politique économique active. En théorie, la politique monétaire est la meilleure arme pour y faire face. Cependant, celle-ci est déjà très accommodante et les marges disponibles apparaissent réduites à moins qu’en mars prochain, lors de la prochaine réunion de la BCE, Mario Draghi ne sorte une nouvelle arme que l’on n’imagine pas pour l’instant. L’autre possibilité de soutien à la demande domestique résulte de la politique budgétaire, c’est-à-dire l’acceptation d’un déficit public un peu plus élevé pour compenser le ralentissement observé. C’est une thématique qui n’est pas à la mode en Europe. Cela serait en contradiction avec les règles budgétaires puisque le choc qui heurte l’économie n’est pas encore franchement avéré. En outre, le niveau de la dette publique est un frein pour beaucoup alors que dans une conférence récente de l’American Economic Association, son président, le français Olivier Blanchard, suggérait de recourir éventuellement à la dette pour faire face à des situations de ce type car le coût est plus réduit que l’acceptation d’un ralentissement brutal et persistant.
En d’autres termes, la politique économique a actuellement une capacité limitée voire inexistante à inverser la tendance au ralentissement.

Quelles sont les actions qui pourraient s’avérer nécessaire mais qui ont peu de chance de se réaliser en raison des différents rapports de force mondiaux ?

Alexandre Delaigue : Encore une fois, en Europe, du point de vue des politiques budgétaire, la contrainte qui s’impose est la contrainte des traités qui limitent assez drastiquement la capacité des pays à utiliser cet instrument de la relance budgétaire. Il faudrait vraiment un changement assez significatif pour que l’on puisse envisager, au niveau des politiques européennes, que les pays puissent entreprendre ce genre de choses. Pour l’instant, tout ce qui pourrait être un plan global de relance européen est des initiatives qui ont été abandonnées, et les pays européens font l’objet de pressions significatives pour réduire leurs déficits. Pour l’instant, sauf grand changement dans les politiques européennes, on ne voit pas une relance budgétaire se produire, même en cas de difficultés économiques significatives.

Philippe Waechter : Si le ralentissement est effectivement très marqué et finalement plus global qu’attendu, on pourrait imaginer une relance concertée à l’échelle de la planète afin de limiter le risque de basculer vers une croissance trop lente qui pénaliserait l’emploi partout dans le monde. Cela parait peu réaliste, personne ne souhaitant mettre en place une telle stratégie. Aux USA d’abord où la politique budgétaire a déjà été très accommodante en 2018 et un déficit public déjà très important. Il parait peu imaginable d’aller au-delà surtout au regard de l’impact limitée des mesures mises en œuvre par Trump. En Chine, le gouvernement fait face à une situation complexe. La politique économique y est très active et depuis un bon moment afin de lisser les ajustements forcément très importants à l’échelle du pays. Une coopération internationale ne semble plus avoir la même priorité qu’il y a quelques années pour les chinois. En Europe, n’imaginons pas une telle stratégie. D’abord pour les raisons évoquées plus haut mais aussi parce qu’il faudrait imaginer une stratégie coordonnée et coopérative au sein même de l’Europe et cela parait complexe alors que la bataille pour les élections au Parlement européen ne fait que démarrer. Cette longue bataille montrera probablement, si l’on prolonge les orientations actuelles, vers une plus grande hétérogénéité des comportements nationaux.  De  nombreux pays ne pas vouloir respecter les règles de fonctionnement alors mettre en place une stratégie concertée semble aujourd’hui trop ambitieux.
Par le passé, les banques centrales ont joué le jeu d’un basculement vers davantage d’accommodation et de façon coordonnée face à un choc. Une telle option parait complexe à imaginer aujourd’hui alors qu’aucune banque centrale n’est franchement restrictive. Les marges de repli et le choc de liquidité que cela provoquerait semblent réduits. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de comportements coordonnés mais il me semble que l’on ne pourra pas en attendre autant que par le passé.

 

À partir de là, à quel scénario peut-on s’attendre pour 2019 ?

Alexandre Delaigue : Je n’aime pas faire de pronostics en matière conjoncturelle, mais d’un point de vue qualitatif il faut noter que la situation est tout de même relativement inquiétante. Parce que la conjoncture ralentit et que les moyens pour améliorer les choses ne sont pas forcément disponibles. Il y a également des incertitudes relatives à des incidents qui pourraient survenir dans les prochains mois, on a toujours la question du Brexit – dont on ne sait toujours pas ce qui pourrait se passer – avec une Grande-Bretagne premier partenaire économique de la zone euro. Il y a aussi les craintes d’une éventuelle guerre commerciale avec les Etats-Unis. Ces incertitudes viennent renforcer les difficultés issues du fait du ralentissement économique mondial. L’ensemble de ces facteurs fait que la situation n’est pas très rassurante.

Philippe Waechter : Au début de l’année 2019, la perception est celle d’une situation asymétrique au sein de laquelle les risques à la baisse de l’activité semblent bien plus importants que ceux suggérant une hausse de la croissance. Les risques sont connus, ce sont ceux qui taraudent l’Europe comme le Brexit ou le risque italien. Dans le premier cas il s’agir d’un risque fort sur l’activité alors que pour le second c’est un risque financier fort qui se profile puisque le déficit public sera bien plus élevé que l’accord avec la Commission Européenne. Cela se traduira encore davantage par une défiance des investisseurs vis-à-vis de la dette publique italienne. Il existe aussi un risque de ralentissement plus brutal aux USA avec la politique monétaire plus restrictive et le ralentissement du secteur immobilier. Le risque chinois existe toujours de voir une participation de la Chine à la dynamique globale un peu moins importante que par le passé. Sur ce point, n’oublions pas que les importations chinoises représentent environ 80% des importations américaines. Un ralentissement de la demande interne aurait alors une incidence forte sur les importations et donc sur la conjoncture globale via le ralentissement des achats chinois à l’extérieur.
Compte tenu des marges de manœuvre réduites pour la politique économique, on pourrait avoir une activité plus lente qu’attendue et une dynamique de l’emploi plus préoccupante. Le risque dès lors est l’incidence d’une telle situation sur l’équilibre politique. C’est là l’enjeu de l’année, rendre compatible une activité dont la progression est plus limitée et le maintien d’un équilibre politique compatible avec la démocratie.

Castaner fait encore de la provocation pour gêner Edouard Philippe

Castaner fait encore de la provocation pour gêner Edouard Philippe

Pendant que le premier ministre Édouard Philippe essaye tant bien que mal d’apaiser le climat, certains comme Castaner, le ministre de l’intérieur, ne cesse de jeter de lui sur le feu et d’affirmer par exemple « Ces trois dernières semaines ont fait naître un monstre qui a échappé à ses géniteurs. » Autant dire que les gilets jaunes sont de véritables abrutis. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, n’a cessé d’entretenir la confusion entre les gilets jaunes pacifiques et les casseurs. Certes on ne peut nier qu’il existe sans doute chez certains gilets jaunes quelques excités irresponsables mais pour l’essentiel,  les manifestants ne sont pas à confondre avec ceux qui veulent bouffer du flic,  casser les vitrines. Depuis le départ du mouvement des gilets jaunes, Castaner n’a pas cessé de tenter de discréditer le mouvement dans l’espérance de le rendre impopulaire. On peut même dire qu’il est largement responsable de la violence constatée autour de la place de l’Étoile à Paris samedi dernier puisque il a autorisé en même temps la présence des piétons mais aussi des casseurs. Il était  t plus simple de fermer totalement les Champs à la circulation y compris pour les piétons. On peut aussi imaginer que Castaner  n’est pas mécontent de mettre des barons des bâtons dans les roues d’Édouard Philippe espérant peut-être un jour le remplacer. On sait en effet qu’en ce moment ça tire un peu a hue et à dia au sein du gouvernement y compris sur des mesures aussi symboliques que l’augmentation du SMIC ou  le rétablissement de l’impôt sur la fortune. On a bien vu avec le départ de Nicolas Hulot, de Gérard Collomb que ce gouvernement manquait sérieusement de cohésion idéologique. Certains marchent délibérément sur la jambe droite, d’autres souhaitent qu’on utilise également la gauche. On ne peut pas dire que Castaner  recherche l’apaisement quand il affirme par exemple que les gilets jaunes étaient environ 300 000 le  17 novembre et qui ne sont plus que 10 000 aujourd’hui.  « Dix mille [manifestants], ce n’est pas le peuple, ce n’est pas la France, c’est une petite minorité », a insisté le ministre.  Pour lui, cette « petite minorité » « compte dans ses rangs des personnes pacifiques et bien intentionnées (…) mais aussi des personnes qui se sont radicalisées, qui sont tombées dans la violence et la haine ». Une haine, selon Christophe Castaner, « attisée par les complotistes de tout poil » Une sorte de discours à la Pasqua pour celui qui a fréquenté la mafia lors de son activité de joueur de poker. Castaner joue au  poker menteur. Et pour faire bonne mesure bonne figure, il  menace de porter plainte contre Dupont Aignan qui certes ne fait pas toujours dans la dentelle. « J’ai décidé de porter plainte à l’intention de M. Dupont-Aignan qui, sans vergogne, a osé affirmer à l’Assemblée nationale que ce sont ‘les petits casseurs de M. Castaner qui ont saccagé l’Arc de triomphe’ », a annoncé le ministre de l’Intérieur lors de sa conférence de presse. « On verra si ce monsieur ose nous opposer son statut parlementaire. Il ajouterait alors la honte à l’indignité. » Castaner n’a peut-être pas envoyé ses propres casseurs lors de la dernière manifestation mais il les a laissés délibérément pénétrer sur-le-champ Élysée.

Edouard Philippe : une posture pour remplacer Macron en 2022 ?

Edouard Philippe : une posture pour remplacer Macron en 2022 ?

 

 

Il est pour le moins curieux que Macron commence à mettre de l’eau dans son vin, en tout cas sur la forme, quand dans le même temps le Premier ministre montre sa rigidité. Bref une sorte de copier coller de Juppé. Du coup  Edouard Philippe est de plus en plus contesté au sein de la majorité présidentielle au point que certains députés La République en marche n’hésitent plus à critiquer ouvertement le style et la ligne politique du Premier ministre, jusqu’à alimenter l’idée de tensions entre lui et le président Macron. Au-delà d’éventuels tensions, Édouard Philippe est peut-être en train de se construire une posture d’éventuel candidat aux présidentielles de 2022 voire au-delà. Le problème en effet c’est que Macron n’est plus soutenu par grand monde. Il a perdu la plupart de la base électorale qui au second tour lui a permis de triompher de Marine Le Pen. La gauche l’a lâché depuis longtemps pratiquement depuis qu’il s’est affirmé comme le président des riches. La droite l’abandonne progressivement car le décalage  est trop grand entre des discours et des réformes approximatives. Aujourd’hui le socle électoral de Macron de 15 % et cela devrait être confirmé lors des élections européennes. Édouard Philippe lui pourrait valoriser sa fermeté aussi une tonalité moins méprisante que celle de Macron même s’il reste ferme sur le fond. De toute évidence la droite et le centre-droit se cherche un leader et Wauquiez ne parvient pas à incarner ce futur responsable. Notons qu’Édouard Philippe a clairement toujours affirmé qu’il n’appartenait pas à la république en marche. En clair il demeure un républicain qui pourrait éventuellement rassembler sur son nom une partie non négligeable de l’opposition de droite. D’où sans doute l’attitude très résistante du Premier ministre a accepté de lâcher du lest vis-à-vis des gilets jaunes.

Philippe consulte pour savoir comment on consulte !

Philippe consulte pour savoir comment on consulte !

 

 

De manière un peu surréaliste, le Premier ministre consulte pour savoir comment on va consulter. Pas vraiment étonnant car en préambule Édouard Philippe, droit dans ses bottes, a confirmé la hausse  de la fiscalité y compris sur le carburant. Dans un tel cas la consultation est inutile “On a fixé un cap et on va tenir ce cap”, a indiquée Premier ministre sur BFM TV et RMC mercredi. “Concrètement, il y a une trajectoire d’augmentation de la taxe prévue au 1er janvier de chaque année, nous maintenons cet objectif mais dans le courant de l’année, chaque trimestre on verra quelle est l’évolution du prix de la matière première.”“Je vais consulter à partir de demain tous les corps intermédiaires, tous les représentants, associations, élus locaux, tous ceux qui souhaitent venir nous dire comment ils envisagent cette réflexion”, a précisé le Premier ministre. L’idée c’est de voir “comment on fait pour organiser une méthode de travail qui nous permette de trouver des solutions concrètes d’accompagnement”, a-t-il ajouté, jugeant indispensable de “trouver des solutions pratiques qui parlent au Français”. Bref de trouver des mesures destinées à la communication. A la question de savoir si les “Gilets jaunes” seraient associés à ces débats, il a répondu : “je le souhaite”. Pas naïfs, les gilets jaunes ont refusé d’être reçus par le premier ministre d’ici samedi. Mais même dans les rangs de la majorité on commence à s’interroger sur cette stratégie suicidaire Inquiets de la tournure des évènements, certains députés La République en marche proposent de décréter “une pause” de trois. Ils ont sans doute raison car leurs chances de réélection lors de législatives est à peu près inexistante d’autant qu’ils n’ont pratiquement aucun ancrage sur le terrain.

Impôts: Edouard Philippe ment !

Impôts:  Edouard Philippe ment !

 

«L’objectif fixé au gouvernement par le président (consiste notamment à) baisser les prélèvements obligatoires – cela a commencé cette année » «  a déclaré Édouard Philippe dimanche en réponse au mouvement des gilets jaunes. Un mensonge évidemment. Macron s’était engagé à réduire les prélèvements obligatoires de 44,5% du PIB à 43,6% d’ici fin 2022, avec une moitié des baisses pour les ménages et l’autre pour les entreprises. Des objectifs qui ne seront pas atteints. À peu près tous les gouvernements ont annoncé une baisse de la fiscalité cependant le taux et le montant des prélèvements obligatoires ne cessent  d’augmenter chaque année. C’était le cas en 2017 ce sera le cas en 2018 aussi en 2019.Pour la France c’est 10 points de plus que la moyenne de l’OCDE.

 

Total des prélèvements obligatoires, en % du PIB, dans quelques pays de l’OCDE,

 

Allemagne 37

Canada 31,9

Danemark 46,6

Espagne 33,8

États-Unis 26,4

France 45,5

Italie 43,3

.

Mexique 17,4

Royaume-Uni 32,5

Suède 43,3

Suisse 27,9

 

Moyenne OCDE 34,3

 

 

En pourcentage du produit intérieur brut (PIB), le taux de prélèvements obligatoires a atteint cette année-là son « point le plus haut », avec 45,3% du PIB. Les cotisations sociales ont pesé pour 37% des prélèvements obligatoires et les impôts pour 63%. Ce taux doit retomber à 45% du PIB en 2018 et à 44,2% du PIB en 2019, en raison des baisses d’impôts décidées par le gouvernement (taxe d’habitation, impôt sur la fortune, flat tax). Malgré tout, la quantité d’impôts et cotisations recouvrés par l’Etat, les collectivités et la sécurité sociale devrait continuer à augmenter, pour atteindre 1.057 milliards d’euros en 2018 et 1.070 milliards en 2019. Cela s’explique par l’ »évolution spontanée » des recettes fiscales, souligne Joël Giraud dans son rapport, destiné à éclairer les parlementaires sur le projet de loi de finances, qui sera débattu à l’Assemblée nationale à partir de lundi. Les rentrées d’impôts augmentent en effet quand l’activité économique croît, la bonne tenue de l’économie stimulant notamment la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et l’impôt sur le revenu, lié au salaire. Le taux de croissance attendu pour cette année comme pour l’an prochain (1,7% dans les deux cas selon le gouvernement) laisse entrevoir une hausse des recettes fiscales en volume supérieure aux baisses prévues par le gouvernement. Selon les calculs du rapporteur, l’évolution spontanée des recettes devrait ainsi avoisiner les 29,8 milliards en 2018, tandis que les baisses liées aux réformes fiscales de l’exécutif atteindront 10,4 milliards d’euros. En 2019, ces chiffres seront respectivement de 31,9 milliard

 

Prélèvements obligatoires : Edouard Philippe ment !

Prélèvements obligatoires :  Edouard Philippe ment !

 

«L’objectif fixé au gouvernement par le président (consiste notamment à) baisser les prélèvements obligatoires – cela a commencé cette année » «  a déclaré Édouard Philippe dimanche en réponse au mouvement des gilets jaunes. Un mensonge évidemment. Macron s’était engagé à réduire les prélèvements obligatoires de 44,5% du PIB à 43,6% d’ici fin 2022, avec une moitié des baisses pour les ménages et l’autre pour les entreprises. Des objectifs qui ne seront pas atteints. À peu près tous les gouvernements ont annoncé une baisse de la fiscalité cependant le taux et le montant des prélèvements obligatoires ne cessent  d’augmenter chaque année. C’était le cas en 2017 ce sera le cas en 2018 aussi en 2019.Pour la France c’est 10 points de plus que la moyenne de l’OCDE.

 

Total des prélèvements obligatoires, en % du PIB, dans quelques pays de l’OCDE,

 

Allemagne 37

Canada 31,9

Danemark 46,6

Espagne 33,8

États-Unis 26,4

France 45,5

Italie 43,3

.

Mexique 17,4

Royaume-Uni 32,5

Suède 43,3

Suisse 27,9

 

Moyenne OCDE 34,3

 

 

En pourcentage du produit intérieur brut (PIB), le taux de prélèvements obligatoires a atteint cette année-là son « point le plus haut », avec 45,3% du PIB. Les cotisations sociales ont pesé pour 37% des prélèvements obligatoires et les impôts pour 63%. Ce taux doit retomber à 45% du PIB en 2018 et à 44,2% du PIB en 2019, en raison des baisses d’impôts décidées par le gouvernement (taxe d’habitation, impôt sur la fortune, flat tax). Malgré tout, la quantité d’impôts et cotisations recouvrés par l’Etat, les collectivités et la sécurité sociale devrait continuer à augmenter, pour atteindre 1.057 milliards d’euros en 2018 et 1.070 milliards en 2019. Cela s’explique par l’ »évolution spontanée » des recettes fiscales, souligne Joël Giraud dans son rapport, destiné à éclairer les parlementaires sur le projet de loi de finances, qui sera débattu à l’Assemblée nationale à partir de lundi. Les rentrées d’impôts augmentent en effet quand l’activité économique croît, la bonne tenue de l’économie stimulant notamment la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et l’impôt sur le revenu, lié au salaire. Le taux de croissance attendu pour cette année comme pour l’an prochain (1,7% dans les deux cas selon le gouvernement) laisse entrevoir une hausse des recettes fiscales en volume supérieure aux baisses prévues par le gouvernement. Selon les calculs du rapporteur, l’évolution spontanée des recettes devrait ainsi avoisiner les 29,8 milliards en 2018, tandis que les baisses liées aux réformes fiscales de l’exécutif atteindront 10,4 milliards d’euros. En 2019, ces chiffres seront respectivement de 31,9 milliard

 

Edouard Philippe : »dérèglement fiscal, climatique ou intellectuel » ?

Edouard Philippe : »dérèglement fiscal,  climatique ou intellectuel » ?

Il faut vraiment être un énarque comme Edouard Philippe pour faire uen déclaration aussi nulle concernant l’augmentation de la fiscalité sur le carburant : “J’entends parfaitement la grogne, le mécontentement parfois, la colère aussi qui peut s’exprimer mais je dis aujourd’hui, comme je l’ai toujours dit, qu’il n’y a pas de solution magique au problème du dérèglement climatique”, a déclaré Edouard Philippe, en visite au Vietnam. Sil n’y a pas de remède miracle (effectivement il faut une transformation qui ne peut être que progressive qui articule les modes de production et de consommation) alors pourquoi cette seule arme de la fiscalité ?  Et Edouard Philippe de s’enfoncer uen plus en ajoutant : “Toutes les formations politiques étaient favorables à cette taxation carbone. Les candidats aux élections présidentielles faisaient la promotion de cette taxation carbone” a-t-il ajouté. Comme si les promesses de coiffeurs lors des campagnes électorales conféraient une pertinence économique, sociale ou environnementale. Si Philippe continue de s’enfermer dans son stupide raisonnement il risque de plonger dans les profondeurs de l’impopularité comme Macron. En effet La popularité d’Emmanuel Macron chute de 4 points en un mois à 21%,  en raison notamment de la fronde sur la taxation du carburant.  Selon un sondage YouGov diffusé le 1er novembre.

 

SONDAGE Edouard Philippe, un profil plus présidentiel que Macron

SONDAGE Edouard Philippe, un profil plus présidentiel que Macron

En matière de popularité, l’écart ne cesse de grandir entre d’une part le président de la république, d’autre part le premier ministre. Une raison fondamentale à savoir qu’Édouard Philippe présent un profil plus présidentiel que Macron qui s’agite un peu dans tous les sens. D’après le baromètre mensuel Ifop Emmanuel Macron stagne à 29% de satisfaits, le même chiffre que le mois dernier, Édouard Philippe, lui, gagne 7 points et se hisse à 41% de satisfaits. Soit un écart de 12 points entre le Président et son Premier ministre… « C’est la première fois depuis le début du quinquennat qu’on a un écart assez net de popularité, et même un déséquilibre entre Macron et Philippe, note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Il y a une sorte de petit état de grâce d’Édouard Philippe, déconnecté de la popularité présidentielle alors que, précédemment, Macron tirait Philippe vers le haut ou vers le bas. » « Symboliquement, il sort comme le grand gagnant de la séquence », note Frédéric Dabi, qui constate que, comme François Fillon avec Nicolas Sarkozy, « l’image de Philippe se construit désormais en décalque, voire en rupture avec celle de Macron : ce dernier donne l’image d’un président hautain et arrogant alors que Philippe apparaît calme et posé, modeste et rassurant. » Un différentiel de perception qui ne devrait pas ravir le Président.

Popularité Macron : plombée par Édouard Philippe

Popularité Macron : plombée par Édouard Philippe

 

 

Il est probable que Macron ne restera pas longtemps insensible à l’écart qui se creuse en matière de popularité avec son Premier ministre. Jusque-là Macron a toujours pris la précaution de ne s’entourer que de seconds couteaux en écartant toute personnalité susceptible de lui faire de l’ombre. Or il semble bien Édouard Philippe soit en train de faire son trou dans l’univers politique peut-être pas en raison de ses qualités mais en comparaison des défauts d’un président que l’opinion juge à la fois hautain et arrogant. Édouard Philippe n’est sans doute pas une personnalité exceptionnelle, il ne montre pas non plus un charisme débordant mais il fait le job avec simplicité en évitant les bavures et les petites phrases maladroites voire insultantes.  Edouard Philippe est maintenant crédité de 41%. Soit 12 points de plus que le président de la République.   Dans le  baromètre mensuel Ifop Macro stagne à 29 % de satisfaits, le même chiffre que le mois dernier, Édouard Philippe, lui, gagne 7 points et se hisse à 41 % de satisfaits. Soit un écart de 12 points entre le Président et son Premier ministre… « C’est la première fois depuis le début du quinquennat qu’on a un écart assez net de popularité, et même un déséquilibre entre Macron et Philippe, note Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Il y a une sorte de petit état de grâce d’Édouard Philippe, déconnecté de la popularité présidentielle alors que, précédemment, Macron tirait Philippe vers le haut ou vers le bas. »…

 

Philippe Grangeon, un communicant à la tête de LaREM

Philippe Grangeon, un communicant à la tête de LaREM

 

La nomination d’un communicant à la tête de la république en marche est provisoire ….mais pourraiat durer longtemps. En réalité cette désignation par Macron de Philippe Grangeon à la place de Christophe Castaner désormais ministre de l’intérieur caractérise bien ce qu’est en fait le parti de la majorité. C’est-à-dire un parti virtuel, sans démocratie, sans structure et sans implantation locale. Les adhérents qui ont cliqué une fois sur le site de la république en marche sont considérés comme seulement un club de supporters de Macron. Ils n’ont pas leur mot à dire sur la politique du gouvernement ou du parti. Par contre, ils reçoivent une masse de publicité sur les actions du pouvoir et on leur demande seulement de les diffuser. Du coup on comprend mieux que Macron est choisi un communicant pour diriger un parti qui n’en est pas un. Ce communicant de métier est un proche d’Emmanuel Macron, qu’il conseille sans titre officiel, après avoir conseillé notamment Dominique Strauss-Kahn et François Hollande. Marcheur de la première heure, puisqu’il a co-fondé le mouvement, il était pressenti ces dernières semaines pour un poste à l’Elysée, comme le rapportait notamment L’Express. Agé de 61 ans et ancien cadre de Capgemini, il dirigera LaREM jusqu’à l’élection officielle le 1er décembre,

 

Le grand mensonge du pouvoir d’achat (Philippe Herlin)

Le grand mensonge du pouvoir d’achat (Philippe Herlin)

L’augmentation du pouvoir d’achat est une arnaque pour  l’économiste Philippe Herlin,  (interview Le Figaro) contrairement aux affirmations de l’Insee. Une critique récurrente faite sur le présent site concernant l’obsolescence de l’indice des prix en raison de la modification de la structure de consommation.

 

Pourquoi qualifiez-vous la hausse du pouvoir d’achat, depuis le milieu des années 1970, de «grand mensonge», en dépit des statistiques de l’Insee

 

Philippe Herlin.- Les calculs de l’Insee reposent sur des hypothèses, des choix méthodologiques que je ne partage pas. L’institut minimise fortement l’inflation, essentiellement par deux biais. D’abord, le logement est sous-estimé de façon criante: il représenterait aujourd’hui 6% du budget des ménages! Ce qui ne correspond à aucune réalité pour les Français. L’Insee exclut notamment du budget des particuliers tous les logements achetés, car cela est vu comme un investissement! De cette façon, la hausse de l’immobilier, surtout depuis 2000, est passée à l’as. Ensuite, l’Insee inclut l’«effet qualité» dans l’évolution du prix des produits. Il s’agit de faire baisser le prix réel d’un objet car sa qualité a augmenté. Par exemple, au fil des années, le prix des Iphone a augmenté, mais selon l’Insee, son prix réel a baissé car les modèles sont plus puissants, ont plus de fonctionnalités… cette approche est subjective. Cet effet qualité concerne les produits technologiques, mais pas seulement: également des prix alimentaires, etc. Un quart des produits étudiés chaque année par l’institut subit cet effet.

Je critique donc cette minoration globale de l’inflation, qui répond à des objectifs politiques. Dans les années 1970, lorsque l’inflation décollait, ces méthodes ont été mises en place car beaucoup de minima sociaux sont indexés sur la hausse des prix (salaire minimum, retraites): c’est un vrai enjeu budgétaire pour l’État.

 

 

Quelle a été votre méthode?

J’ai recherché des séries de prix fidèles à la réalité: ceux des catalogues La Redoute de 1965 à aujourd’hui pour les vêtements, les prix archivés à la Bibliothèque nationale pour l’alimentation, le prix de l’argus pour l’automobile, les prix de l’immobilier auprès du spécialiste Jacques Friggit… C’est un travail d’archéologue qui n’était plus fait depuis Jean Fourastié. Il revient à déterminer un temps de travail nécessaire pour acquérir tel ou tel bien.

 

 

Vous dites dans votre ouvrage que les prix ont surtout baissé, depuis 1975, lorsque les produits sont venus non plus de nos usines, mais de Chine ou d’autres pays en développement. Mais comment redonner du pouvoir d’achat sans accélérer notre désindustrialisation?

 

En effet, le pouvoir d’achat baisse avec la crise des années 1970 puis remonte dans les années 1990 avec les premiers effets de la mondialisation: les prix baissent car de nombreux produits sont désormais importés depuis des pays à bas coûts. Une amélioration qui s’appuie donc sur le déclin de nos industries! Les Français voient donc les prix baisser, mais dans le même temps, ils perdent leur emploi par milliers. Il faut donc réfléchir à une augmentation du pouvoir d’achat saine, et qui ne comporte pas de coûts cachés.

Et, comme l’expliquait Jean Fourastié, ce qui apporte réellement du pouvoir d’achat sur la longue durée, c’est le progrès technique. Quand la télévision couleur sort en France dans les années 1960, elle représente plus de dix mois de salaire… puis le progrès technique la rend accessible. Il faut donc le favoriser, ainsi que la productivité des entreprises. J’ajoute pour ma part que pour stimuler cette productivité, il faut un contexte vraiment concurrentiel. Pour le transport aérien, c’est d’ailleurs surtout la concurrence qui a fait baisser les prix, plus que le progrès technique. En France, il y a beaucoup de secteurs protégés, subventionnés, où la concurrence s’est éteinte… Le législateur doit changer de stratégie dans ce domaine.

Enfin, il faut s’assurer que ce progrès technique ait lieu chez nous! Il faut faire en sorte que nos entreprises puissent investir et se développer. Là encore, l’État a toujours préféré soutenir des industries sur le déclin, plutôt que d’abaisser les charges afin d’éviter des délocalisations. Il faut bien comprendre que notre politique de compétitivité a une vraie responsabilité en termes de pouvoir d’achat.

 

Justement, le grand gagnant de la croissance des dernières décennies n’est-il pas l’État?

 

C’est le seul qui n’a pas fait d’effort de productivité! Depuis le début de la crise des années 1970, il a toujours été en déficit, et le niveau de dépense publique n’a jamais baissé en France. Sous Pompidou, les prélèvements obligatoires s’élevaient à 35% du PIB, avec le même montant dépensé. Aujourd’hui, nous en sommes à 47% du PIB prélevé, et plus de 50% de dépenses. Ce que la croissance aurait pu nous redonner en plus, a été majoritairement capté par l’État. Il faut donc entamer ce que presque tous les pays développés ont réussi à faire ces dernières décennies: une diminution des dépenses publiques. Comme la politique industrielle, la politique budgétaire a une incidence sur notre pouvoir d’achat.

Toutefois, pour ne pas faire chuter le pouvoir d’achat des gens percevant des aides sociales, il faut commencer les économies par les dépenses intrinsèques de l’État, le coût de son fonctionnement. Il est urgent qu’il réduise son périmètre. Il pourrait d’ailleurs innover et accélérer le départ des fonctionnaires avec des compensations, comme des cessions de logements sociaux, etc. Concernant les entreprises, il faut en finir avec la bureaucratie qui plombe justement, la productivité.

 

Et pour l’immobilier, dont les prix ont dérapé?

 

 

.- Il est surprenant de voir que les gens restent assez fatalistes sur le coût du logement. S’ils expriment bruyamment leur mécontentement sur le prix de la baguette ou d’autres produits symboliques, la hausse des prix de l’immobilier semble considérée comme une fatalité. En réalité, le marché du logement fonctionne mal, et on peut y remédier. On estime qu’il y a deux millions de logements vides en France, en grande partie parce que les propriétaires préfèrent ne pas louer. Si les lois étaient plus rigoureuses concernant les mauvais payeurs, ces gens n’hésiteraient plus et mettraient leurs biens sur le marché, ce qui diminuerait certaines pénuries actuelles et ferait baisser les prix. Le droit de la construction, très contraignant, peut également être assoupli. Il n’y a pas de fatalité, mais la solution n’est pas certainement pas d’augmenter le logement social.

 

Philippe Herlin est économiste indépendant. Il a publié notamment Repenser l’économie (2012), France, la faillite? (2012), Apple, Bitcoin, Paypal, Google; la fin des banques? (2015). Son dernier livre, Pouvoir d’achat: le grand mensonge , est sorti le 5 octobre 2018 aux éditions Eyrolles.

Le match Macron –Philippe est commencé

Le match Macron –Philippe est commencé

Une des raisons du retard dans le remaniement ministériel découle de l’opposition entre Édouard Philippe et Emmanuel macro concernant du futur ministre de l’intérieur. Édouard Philippe voudrait recruter une personnalité du centre-droit tandis que Macron verrait bien un technicien ou même un socialiste. Bref Macron  complètement lâché par les électeurs de gauche veut rééquilibrer gouvernement afin de se défaire  de cette étiquette de président des riches. Édouard Philippe de son côté,  progressivement renforce discrètement mais efficacement son influence. Un sondage vient de montrer que le match entre Mâcon et Philippe est bien commencé. En effet pour la première fois l’opinion publique est beaucoup plus favorable au Premier ministre. . Des résultats le qui ne vont pas améliorer les relations entre les deux intéressés. Un remake en  quelque sorte car pratiquement sous tous les présidents de la république depuis 58, les Premiers ministres ont un moment à un autre pris leur indépendance et parfois sont même mis dans une nette opposition au président. D’après le sondage d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi une large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%). S’il y a bien un domaine qui sourit à Emmanuel Macron, c’est l’autorité. Le président de la République devance le Premier ministre (59% contre 29%), tout comme sur le charisme (50%-36%) et la stature d’homme d’Etat (46%-41%).

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, les Français ont davantage confiance en Edouard Philippe qu’en Emmanuel Macron.

- Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, les Français ont davantage confiance en Edouard Philippe qu’en Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron n’avance guère dans les sondages. Et le dernier en date d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi ne devrait pas lui redonner confiance. Une large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%). S’il y a bien un domaine qui sourit à Emmanuel Macron, c’est l’autorité. Le président de la République devance le Premier ministre (59% contre 29%), tout comme sur le charisme (50%-36%) et la stature d’homme d’Etat (46%-41%).

« Je ne veux pas qu’on m’étouffe »: Edouard Philippe

« Je ne veux pas qu’on m’étouffe »: Edouard Philippe

Devant des chefs d’entreprise Édouard Philippe a sollicité un roman de Jack London dire et conclure : ‘Je sais ce que j’ai en moi. Je sais que je réussirai et je ne veux pas qu’on m’étouffe’. Pour se rattraper et relativiser son propos, il indique que la France ne veut pas être étouffée. Sans doute la France mais lui aussi qui commence à exprimer des exigences vis-à-vis de Macron afin de respirer plus librement. Une phrase qui prend un certain sens quand on connaît les oppositions entre le président de la république et le Premier ministre concernant la composition du nouveau gouvernement et en particulier le remplacement du ministre de l’intérieur.  une citation sans doute mûrement réfléchi car le premier ministre n’est pas comme Macron un habitué des propos verbaux incontrôlés et des dérapages. Une déclaration qui vient au moment où un sondage montre que les Français feraient davantage confiance au premier ministre qu’au président de la république. D’après un sondage  d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi une  large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%).Petite phrase calculée de la part du chef du gouvernement? Ou allusion inconsciente? Pour Sophie Coignard, éditorialiste politique au Point, Edouard Philippe se sait scruté en ces temps politiquement troublés, et il « ne fait pas de citations littéraires à la légère ». Une manière sans doute d’affirmer le Premier ministre son droit à exister en tant que tel à fin de n’être pas seulement considéré comme un collaborateur de Macon et de ses conseillers de l’Élysée. C’est ce genre de petites phrases qui avaient fait émerger publiquement le différend entre Macron et le ministre de l’intérieur quand ce dernier avait souhaité que le pouvoir fasse preuve de davantage d’humilité. Une critique directe vis-à-vis du chef de l’État.

L’ Émission politique : Édouard Philippe adopte un profil bas

L’Émission politique : Édouard Philippe adopte un profil bas

 

On ne peut pas dire que l’interview politique télévisée du Premier ministre Édouard Philippe marquera l’histoire politique. En effet sur la plupart des sujets,  le premier ministre a adopté un profil bas se contentant d’une part de justifier le positionnement du gouvernement et de l’Élysée et sur bien d’autres sujets se contentant d’indiquer qu’il était ouvert. Bref qui n’avait pas arrêté encore de position officielle. Ce fut le cas notamment sur la PMA vis-à-vis de laquelle il ce déclare personnellement assez favorable. Concernant l’indemnisation du chômage, il ne serait pas non plus opposé à une « certaine dégressivité » des indemnités. Même attitude prudente concernant son avenir politique Édouard Philippe n’est pas totalement opposé à une éventuelle candidature à la mairie de Paris (convoitée par d’autres notamment par Griveaux). Pour tout dire sur la plupart des sujets le Premier ministre ne se mouille pas trop. C’est sans doute d’abord dans son tempérament. Contrairement à Macon, Édouard Philippe ne sollicite pas la provocation pour appuyer ses analyses et ses propositions. La prudence du Premier ministre peut aussi s’expliquer par l’évolution de sa popularité dans l’opinion publique. Jusqu’à une période récente, le premier ministre se maintenait dans les sondages évitant de chuter en même temps que Macron. Désormais il semble bien que la chute soit irréversible aussi bien pour le président que pour le premier ministre. Dernier exemple de la prudence du Premier ministre à propos de   “L’affaire Benalla”», Édouard Philippe a estimé qu’il avait «assez dit tout ce qu’il (en) pensait». «Je crois que les Français ont compris plus vite que les autres que cette affaire n’était pas une affaire d’État, qu’elle ne traduisait rien d’une organisation (supposée) au plus haut sommet de l’État, mais qu’il s’agissait d’une affaire individuelle assez déplorable», a-t-il martelé. «Je veux bien que l’on dise tout ce qu’on veut sur cette affaire. D’ailleurs, tout a été dit, redit et surdit», a-t-il pesté. Estimant que «la sanction a été immédiate», il a concédé que l’on puisse considérer qu’elle n’avait «pas été suffisante». «C’est un bon débat, mais elle a été immédiate», a-t-il conclu, déplorant qu’il y ait eu «beaucoup, beaucoup, beaucoup de bruit et assez peu de choses» sur le sujet. Enfin le Premier ministre a réitéré sa soumission à Macron : Contrairement à de nombreux chefs de gouvernement sous la Ve République, le locataire de Matignon a assuré qu’il ne convoitait pas l’Élysée. «Plus je suis premier ministre, plus je vois forcément ce que c’est que d’être président de la République, et cela m’encourage à faire mon boulot», a-t-il assuré. Affirmant que le président est «un homme avec qui [il] a appris à travailler», Édouard Philippe a estimé qu’il ne s’agissait «pas d’un ami». «

 

Le chômage a baissé (Edouard Philippe), c’est faux !

Le chômage a baissé (Edouard Philippe), c’est faux !

 

Curieux d’affirmer que le chômage a baissé, bien présomptueux aussi d’annoncer qu’il va se réduire à un taux de 7 % avec l’objectif de création d’un million d’emplois ici la fin du quinquennat.  Selon les données publiées fondées sur Pôle emploi, , fournies le   25 juillet, par le ministère du travail, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) s’est accru de 4 600 au deuxième trimestre, en métropole (+ 0,1 %), pour s’établir à 3,44 millions (3,702 millions en tenant compte des outre-mer). Certes une variation de 0,1 % très faible mais une augmentation quand même. Il est vrai que si l’on se fie aux bidouillages méthodologiques de l’INSEE (qui bricole de la même manière pour calculer par exemple l’indice des prix à la consommation), le taux de chômage aurait  baissé de 0,1 point au 2e trimestre, à 9,1%. Là aussi la différence se situe dans l’épaisseur du trait et même dans la marge d’erreur statistique. La vérité c’est que globalement la situation du chômage n’évolue malheureusement pas et qu’avec le tassement de la croissance la tendance est maintenant à l’augmentation. Notons enfin que ses statistiques ne prennent pas en compte ce qu’on appelle le halo du chômage c’est-à-dire toute cette frange de personnes inscrites nulle part et qui ne recherchent plus de travail c’est-à-dire près de 1,5 millions de personnes. De quoi douter des évolutions de l’ordre de 0,1 %.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol