Archive pour le Tag 'Philippe'

Édouard Philippe : le Premier ministre discret …….et populaire

Édouard Philippe : le Premier ministre discret …….et  populaire

Selon BVA, Édouard Philippe est un  des premiers ministres les plus populaires en raison notamment de sa discrétion. D’une certaine manière,  il profite du fait que le président de la république ne cesse de s’exprimer sur à peu près tous les sujets tandis qu’à Matignon on évite l’activisme en matière de communication. De fait les communiqués de Matignon sont à peu près 10 fois moins nombreux que ceux de l’Élysée. En outre Édouard Philippe évite de se précipiter sur tous les plateaux télé ou de multiplier les interviews dans les grands médias. Le premier ministre termine son premier semestre sur une très bonne note, en gagnant 6 points dans les sondages avec 50% de Français ayant de « bonnes opinons » de lui, contre 46% qui en ont une mauvaise (4% ne se sont pas prononcés). Résultat, la part de Français ayant une opinion favorable du chef du gouvernement redevient majoritaire. Après six mois à Matignon, c’est le résultat le plus élevé pour un Premier ministre depuis Jean-Pierre Raffarin (55% en novembre 2002). Entre temps, quatre chefs de gouvernements se sont succédé mais tous ont eu des résultats moins favorables : de Dominique de Villepin (46% en décembre 2005) à Jean-Marc Ayrault (44% en novembre 2012), en passant par François Fillon (42% en novembre 2007) et Manuel Valls (35% en octobre 2014). Quant à Emmanuel Macron, les épisodes turbulents des ordonnances loi travail et de la présentation du budget ont justifié sa chute dans l’opinion en octobre. Ce mois-ci, le président de la République a mis l’accent sur l’aide aux moins favorisés, en particulier l’allègement de la taxe d’habitation, ainsi que sur une série de mesures en matière de lutte contre les violences faites aux femmes. Résultat, après six mois d’exercice du pouvoir, Emmanuel Macron gagne en novembre quatre points de popularité, avec 46% de « bonnes opinions ». Sans retrouver « l’état de grâce » qui a suivi son élection, le chef de l’Etat a tout de même regagné des points après la dégringolade de l’été, où il était passé de 54% à 43% de bonnes opinions entre juillet et août.

 (*) Enquête réalisée du 27 au 28 novembre 2017 auprès d’un échantillon de 972 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

LR : des « branquignols » (Edouard Philippe)

LR : des « branquignols » (Edouard Philippe)

Des responsables qui ne réfléchissent pas  à la nature de leurs actes et à leurs conséquences, « des branquignols « ce qu’a déclaré le premier ministre Édouard Philippe à propos des républicains. Edouard Philippe est peu amène envers les Républicains qui ont « tortillé » entre Macron et Le Pen. Sur le ridicule qui ne tue plus, même à LR, il avoue sa tristesse, lui qui fut, aux côtés de Juppé, de ceux qui fondèrent l’UMP et s’y est toujours senti libre. Les « branquignols » de LR le consternent, depuis que face à Le Pen, il les a vus « tortiller », incapables d’appeler à voter Macron, plus proches désormais de Sens commun que de leurs vieux compagnons. Mais globalement, il est indifférent, plus intéressé par l’engagement politique que par l’encartement partisan : « Je suis un homme de droite, mais je n’ai jamais considéré que la droite avait raison par principe et que la gauche avait tort par principe. Aujourd’hui je suis le chef d’une majorité qui transcende les clivages anciens », dit ce Premier ministre qui est bien de l’âge du « en même temps ». – « Et c’est quoi votre droite? » il répond classiquement qu’il met la liberté au-dessus de tout et, s’il faut choisir, avant l’égalité.

 

Attaquer le chômage « sous tous les angles » (Philippe)

Attaquer le chômage « sous tous les angles » (Philippe)

 

A juste titre le Premier ministre Édouard Philippe considère qu’il convient d’attaquer le chômage tous les angles et que de ce point de vue de la réforme du code du travail n’est qu’une étape dans une approche plus globale. Par ailleurs le Premier ministre est conscient dans une interview au JDD que les résultats de cette politique ne seront pas immédiats. Le gouvernement a donc l’intention d’ouvrir de nouveaux chantiers. Celui de la fiscalité bien sûr qui est en cours et dont  les premières mesures seront concrétisés dans la loi de finances de 2018 mais aussi celui de la formation professionnelle notamment concernant  l’utilisation des crédits de la formation professionnelle qui représente plus de 30 milliards par an , à la fois inefficace et même scandaleuse comme l’a souvent démontré la Cour des Comptes. Il est clair qu’avec l’évolution des modes de production notamment la digitalisation un effort considérable de formation et à entreprendre.  il est clair que la réforme colle du travail ne suffira pas pour réduire de manière significative le nombre de chômeurs et que de ce point de vue d’autres leviers devront être actionné. “Notre réforme est indispensable, mais ce n’est pas un remède miracle : c’est l’un des instruments qui doivent contribuer à faire reculer le chômage. C’est un processus global. Nous n’en sommes qu’au début”, plaide le Premier ministre dans un entretien au JDD. Le gouvernement est déterminé à ouvrir d‘autres chantiers sociaux, quelles que soient les oscillations des courbes de sondage et l‘hostilité syndicale, souligne-t-il. “Il est hors de question de renoncer à réformer par crainte de froisser tel ou tel. Nous allons dialoguer avec les partenaires sociaux, avec le même respect et la même écoute que nous l’avons fait tout l’été, et nous allons avancer”, dit-il. “Ceux qui pensent qu’on peut faire reculer le chômage en mettant en œuvre simplement une politique, sur un front unique, se trompent. Il faut une action globale. Attaquer le chômage sous tous les angles”, poursuit Edouard Philippe. Le chef du gouvernement cite notamment le coût du travail, la nécessité d‘une politique d‘investissement, la refonte de la formation professionnelle. “Vous pouvez avoir mille raisons d’embaucher, vous ne le ferez que si vous trouvez la personne qui sait accomplir les tâches dont vous avez besoin”, explique-t-il, en confirmant la présentation prochaine de mesures pour “une transformation profonde de la formation et de l’apprentissage qui prendra forme au printemps prochain.” “Là aussi, le calendrier et les objectifs ont été annoncés. Nous n’avançons pas masqués”, insiste Edouard Philippe. Avant d‘ajouter : “Soyons clairs : les résultats de cette politique ne seront pas immédiats – c’est bien pourquoi il faut se dépêcher de la mettre en œuvre”.

La réforme de l’Etat indispensable pour moderniser la France (Philippe AGHION, économiste)

La réforme de l’Etat indispensable pour moderniser la France (Philippe AGHION, économiste)

 

 

C’est l’un des axes que préconise l’un des économistes les plus connus, Philippe AGHION.  Dans une interview au Figaro.

 

Philippe AGHION. - Pour au moins deux raisons. Premièrement, pour permettre à l’État de mieux concentrer ses ressources sur l’éducation, la formation, l’assurance-chômage généralisée et le soutien aux investissements innovants. Deuxièmement, nous avons hérité de structures étatiques très corporatistes: plus de 100 caisses d’assurance-maladie, 38 caisses de retraite. Cela pouvait se comprendre dans le contexte d’une économie en rattrapage ou l’on passait toute sa vie dans la même entreprise ou le même secteur. Mais dans une économie de l’innovation ou l’on change souvent de secteur ou d’entreprise, cette multiplicité de régimes sociaux devient un facteur de risque en même temps que de rigidité.

Que préconisez-vous?

À très court terme, il n’y a guère que le rabot qui puisse être utilisé pour faire des économies, et là je n’ai pas de recommandation particulière à faire au gouvernement. À moyen terme, pour faire des économies en 2018-2020, j’ai identifié trois chantiers. Le premier, c’est la suppression sur trois ans des emplois aidés dans le secteur non marchand. Cela concerne 250 000   contrats uniques d’insertion et 100 000 emplois d’avenir. À la clef, l’économie serait de 1,25 milliard d’euros dès 2018, 3,6 milliards d’euros en 2020.

Le deuxième chantier porte sur la fin des niches fiscales relatives au logement. Faut-il le rappeler? Nous dépensons 41,7 milliards d’euros dans les aides à la pierre, dont la moitié d’aides aux locataires, pour des effets redistributions ou économiques douteux… Je crois que nous pouvons supprimer tous les dispositifs de défiscalisation, comme le Pinel, au moins dans les zones non tendues, et réformer les APL par exemple en ne les accordant que pour de nouveaux baux, ce qui contribuerait à abaisser les loyers, ou mieux, en les intégrant dans une grande réforme des transferts sociaux. Troisième chantier: le non-remplacement d’une partie des fonctionnaires partant à la retraite.

Ces trois chantiers suffiront-ils à transformer l’État?

Non, ils permettront de dégager des marges de manœuvre à moyen terme. À plus long terme, nous devrons nous attaquer aux sources d’inefficacité de l’État que sont le mille-feuille territorial et le mille-feuille social. Le premier est le symptôme d’une maladie insidieuse de la décentralisation, qui provoque une accumulation des interventions, des niveaux administratifs et des effectifs. Il se traitera, par exemple, en consacrant l’intercommunalité comme unité de base en zone rurale, dont les maires de communes et les agents municipaux seront les employés. Dans le domaine social, je plaide pour des guichets uniques pour les allocations familiales, des retraites et de la Sécurité sociale, sur le modèle suédois. Voilà, brossée à grands traits, la réforme de l’État que j’espère qu’Emmanuel Macron engagera. S’il mène cette réforme en parallèle avec la réforme du marché du travail il aura remis la France sur le chemin d’une croissance juste et durable, et laissera un grand nom dans l’histoire.

 

 

 

Chômage juillet : pas « exceptionnel » (Philippe)

Chômage juillet : pas « exceptionnel » (Philippe)

Comme en Juin, les chiffres du chômage de juillet  ne seront pas « exceptionnels » d’après le Premier ministre qui s’est exprimé sur NFM.  Au deuxième trimestre, le taux de chômage, mesuré par l’Insee, a, lui, reculé de 0,1 point au deuxième trimestre. La publication de Pôle emploi intervient dans un contexte économique favorable, illustré par une croissance économique de 0,5% par trimestre depuis fin 2016. Le produit intérieur brut (PIB) pourrait croître de plus de 1,6% en 2017, selon des économistes.  Selon les normes du bureau international du travail (BIT). Le taux serait à 9,2 % et est revenu au deuxième trimestre à son niveau de début 2012 et le taux d’emploi a atteint un plus haut depuis 1980, dans le sillage de créations d’emplois salariés dynamiques sur la période dans le privé. Cette évolution est légèrement plus rapide qu’anticipé par l’Insee, qui tablait sur un taux de chômage de 9,6% en France (Dom inclus) mi-2017 dans ses dernières prévisions publiées fin juin. Ceci étant,  la différence est très marginale et la vérité c’est qu’il faut compter environ le double d’inactifs. C’est-à-dire ceux qui sont officiellement inscrits au chômage, donc ceux  qui cherchent  du travail mais aussi tous ceux qui ont renoncé à en trouver. Parmi ceux-là, ceux qui se  satisfont des aides sociales, ceux qui sont trop âgés ou encore ceux qui manquent de qualification et sont maintenant éloignés du marché du travail sans parler des zones rurales qui deviennent de véritables déserts économiques. La situation s’améliore un peu mais on est encore loin de ce serait souhaitable pour  absorber  les six à 7 millions de chômeurs réels. Le taux d’emploi des 15-64 ans, en hausse de 0,5 point par rapport à fin mars, à 65,3%, atteint sa valeur la plus élevée depuis 1980. Un signe d’autant plus encourageant que sa progression concerne toutes les tranches d’âge, en particulier les seniors (+0,8 point sur le trimestre, +1,2 point sur un an). Cette évolution, logique au vu des bons chiffres des créations d’emploi dans le privé sur la période publiés la semaine dernière, devrait se poursuivre au cours des prochains mois, estime Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management. « On est dans une dynamique avec de l’activité qui va mieux, avec de l’emploi qui continue de se créer et cette dynamique se traduira assez rapidement par une convergence à 9% du taux de chômage en France métropolitaine et puis on ira vers 8,5% au cours de l’année 2018″, a-t-il déclaré à Reuters. Le programme présidentiel d’Emmanuel Macron prévoyait un retour du taux de chômage à 7% en 2022, sous l’effet notamment d’un assouplissement du droit du travail – dont les modalités seront présentées le 31 août – ainsi que d’une amélioration de la compétitivité des entreprises par une baisse de la fiscalité. Pour Philippe Waechter, « c’est jouable mais ça dépendra à la fois de la conjoncture économique globale dans laquelle s’inscrit la France et puis de la façon dont les réformes du marché du travail et sur l’économie française seront effectivement mises en place, c’est ça l’enjeu. » Au total, en se fondant sur les critères du BIT, ce qui permet les comparaisons internationales, le nombre de chômeurs s’élevait à 2,7 millions en France métropolitaine en moyenne au deuxième trimestre, soit 20.000 personnes de moins qu’au trimestre précédent. A titre de comparaison, le nombre officiel de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) inscrits à Pôle emploi atteignait 3,48 millions à fin juin. La baisse du deuxième trimestre a concerné les 25-49 ans, dont le taux de chômage a reculé de 0,3 point (-0,6 point sur un an), mais aussi les 50 ans et plus (-0,3 point sur le trimestre comme sur un an).

Nucléaire : Hulot contredit par Philippe

Nucléaire : Hulot contredit par Philippe

 

Il n’aura pas fallu longtemps pour que le Premier ministre Édouard Philippe contredise Hulot concernant la perspective de fermeture de 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025. Certes Hulot avait pris des précautions oratoires en indiquant « peut-être » la fermeture de 17 réacteurs. Pour autant, cette proposition paraît intenable. Il s’agit seulement d’un calcul de coin de table qui conclut que pour respecter l’objectif d’une production nucléaire limitée à 50 % du total au lieu de 75 % aujourd’hui il convenait de fermer les réacteurs représentant les 25 % en cause. Aucune logique économique, aucune logique énergétique dans les propositions du ministre de l’écologie qui contrairement à ce qu’il affirme n’est pas le décideur en la matière. Certes chacun comprend qu’il faille développer les énergies alternatives pour autant ce développement ne peut s’effectuer que de manière cohérente d’un point de vue technique et d’un point de vue économique. On ne fermera sans doute pas 17 réacteurs faute d’offre de substitution d’ici 2025. De ce point de vue les propos de Nicolas Hulot sont aussi irresponsables que ceux de Ségolène Royal : volontaristes sur le papier mais complètement irréalistes. En cause, le rythme de monter en puissance des énergies  alternatives dans certaines sont loin d’être compétitives. Pire, pour l’éolien par exemple EDF sera contraint d’acheter l’électricité à trois fois le prix du marché. Une situation qui évidemment ne pourra durer et surtout s’appliquer au nombre d’éoliennes envisagées entre (on prévoit de doubler le parc pour un cout de l’ordre de 50 milliards payés au par EDF. En cause surtout la situation financière dramatique d’EDF qui ne pourra ce disperser dans tous les modes de production électrique et devra chercher en priorité à rentabiliser le parc nucléaire existant notamment en prolongeant comme c’est prévu la durée d’existence d’une vingtaine d’années. Cela grâce notamment au Grand carénage qui coûtera de leur de 50 milliards. Ajoutons qu’EDF doit aussi faire face à son endettement énorme d’environ 40 milliards, il doit aussi financer le site d’enfouissement de Bure dont le coût est aussi de leur de 50 milliards, financé aussi l’EPR Flamanville (10 milliards) et de Hinkley Point en Angleterre (coût de 24 milliards dont 66% pour EDF)  dans les couts ne cessent de dériver, financer aussi la remise à niveau d’AREVA.   Pour ne pas trop contredire Nicolas Hulot, le premier ministre à diplomatiquement indiqué que Le gouvernement attendra que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) rende son avis sur la prolongation des réacteurs du parc français fin 2018 ou début 2019 pour se prononcer sur la fermeture de certains d’entre eux, a déclaré Edouard Philippe dans un entretien aux Echos. Dans cette interview, le chef du gouvernement tempère donc sérieusement les propos de son ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui avait évoqué lundi la possibilité de fermer « peut-être jusqu’à 17 réacteurs ».   »Nous devons aussi engager les discussions avec les acteurs de la filière, à commencer par EDF », ajoute-t-il. « Des centrales fermeront mais je ne peux pas vous dire lesquelles. Il faut être prudent : cette décision devra tenir compte non seulement d’éléments techniques sur les centrales, mais aussi du niveau attendu de la consommation énergétique ou du développement des autres modes d’électricité », précise encore le premier ministre.

Attirer les banques (Edouard Philippe)

Attirer les banques (Edouard Philippe)

 

D’une certaine manière les places financières se sont lancées dans une sorte d’enchère fiscale pour attirer les banques sur leur territoire suite au Brexit.  Edouard Philippe a annoncé vendredi une série de mesures pour renforcer l’attractivité Pour attirer les banques actuellement sur le sol britannique, Le Premier ministre s’est engagé à réduire le coût du travail en supprimant la tranche à 20% de la taxe sur les salaires, celui des licenciements en excluant les primes et bonus des « preneurs de risques » du calcul des indemnités et celui des transactions avec l’annulation de l’extension de la taxe sur les transactions financières aux opérations intraday. « Chaque intervenant du monde financier, chaque banquier, chaque trader, chaque personnalité de ce monde, qui vient s’installer à Paris est un facteur de création d’autres emplois », a insisté Edouard Philippe en présentant ces mesures. « Promouvoir l’attractivité financière de Paris, c’est promouvoir l’attractivité économique de la France », a-t-il ajouté, aux côtés de la maire de Paris, Anne Hidalgo, de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et du président de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier. Les contraintes seront allégées, le gouvernement s’engageant, sur le droit bancaire et financier, à ne plus procéder à des surtranspositions de règles européennes et à examiner, pour les textes déjà transposés, des surrèglementations qui ne semblent pas justifiées, pour les modifier ou les supprimer. Une consultation publique sera lancée pour nourrir un projet de loi de simplification du droit financier et du droit des sociétés. Le gouvernement envisage en outre de créer des chambres commerciales internationales spécialisées dans les contentieux à haute technicité juridique. La Fédération Bancaire Française (FBF) a salué « la mobilisation exceptionnelle des pouvoirs publics pour renforcer l’attractivité de la Place de Paris ». Ces mesures s’ajouteront à celles déjà promises par le chef de l’Etat et le gouvernement : baisse progressive de l’imposition des sociétés jusqu’à 25% en 2022, réforme du droit du travail vers plus de souplesse, sortie des valeurs mobilières de l’impôt sur la fortune (ISF) et prélèvement unique à environ 30% sur le produit du capital. Plus globalement, il sera mis fin à l’instabilité fiscale, a promis le chef du gouvernement, une crainte des investisseurs qui se souviennent de la taxe à 75% de François Hollande. Avec l’élection d’Emmanuel Macron, « nous avons un président qui est ouvertement pro-business », a dit Valérie Pécresse, en soulignant que l’offensive visait non seulement les banques mais également toutes les entreprises et le secteur des fintechs. « Nous sommes prêts à vous dérouler le tapis bleu-blanc-rouge », a-t-elle ajouté : « Welcome back to Europe ». Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et Finances, a précisé aux journalistes qu’aucune banque autre que HSBC n’avait pour l’instant pris d’engagement sur un renforcement à Paris « mais on y travaille lors de road shows ». Des places comme Francfort, où est située la Banque centrale européenne, ou encore Dublin et Luxembourg ont été jugées jusqu’à présent plus attractives que Paris pour y transférer des activités financières. « Cet ensemble de mesures répond aux attentes exprimées ces derniers mois par les établissements financiers et les investisseurs internationaux que nous avons rencontrés », s’est félicité Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, l’organisation de promotion de la place financière de Paris, dans un communiqué. Pour les enfants des salariés qui quitteront Londres pour Paris, l’enseignement en langue anglaise sera renforcé et trois lycées internationaux seront créés en Ile-de-France d’ici 2022, en plus des six existants. Londres a assuré de son côté être en mesure de garder les entreprises, malgré le Brexit. « Il est compréhensible que nos concurrents européens cherchent à attirer entreprises et emplois. Pour autant, nous pensons que la baisse de la taxe sur les entreprises à 17% en 2020 (…) va permettre à Londres de rester une place financière de premier plan », a réagi le service de communication de la City.

Sondage discours Macron et Philippe : seulement 27% des français convaincus

Sondage discours  Macron et Philippe : seulement 27% des français convaincus  

Selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico publié mercredi 5 juillet. , le discours d’Emmanuel Macron lundi à Versailles devant les députés et sénateurs réunis en Congrès a convaincu 26% des personnes interrogées, 42% ne se disant pas convaincues et 32% ne se prononçant pas. Le discours de politique générale d’Edouard Philippe mardi devant l’Assemblée nationale a été pour sa part jugé convaincant par 27% des sondés, pas convaincant par 41%, 32% ne se prononçant pas. Parmi les mesures annoncées, les Français sont à 80% favorables à la baisse de la taxe d’habitation, 79% à la revalorisation de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse, 70% à la création de 15.000 places de prison, 62% à la modification du baccalauréat, 52% au paquet de cigarettes à 10 euros et, enfin, 49% au fait de rendre obligatoire les vaccins pour les enfants recommandés par les autorité de santé. Enfin, une majorité de 52% s’attend à ce que la politique engagée par le gouvernement entraîne une hausse des impôts, 10% s’attendant à une baisse et 38% à aucun changement. Ce sondage a été réalisé en ligne le 4 juillet auprès d’un échantillon de 978 personnes, représentatif des Français de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Philippe : en marche, à petits pas en avant et aussi en arrière

Philippe : en marche, à petits pas en avant et aussi en arrière

 

 

Édouard Philippe a bordé de nombreuses questions concrètes dans son allocution devant l’assemblée ; il  a apporté certaines réponses mais aussi est demeuré relativement vague sur certaines solutions renvoyant à plus tard notamment la réduction de la fiscalité et notamment la suppression de la taxe d’habitation et la fiscalité des entreprises ; Un discours qui comme celui de Macron n’a convaincu que de l’ordre de 27% des Français. En cause sans doute la prise de conscience de la gravité des déséquilibres financiers et la difficulté à réaliser des économies à hauteurs des déficits. . Le Premier ministre a fait plusieurs annonces en matière d’éducation, de santé, d’environnement, ou de justice. Il a notamment annoncé dès la semaine prochaine des mesures pour encadrer le droit d’asile, une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice en 2018 (lire page 10), la construction de 15.000 places de prison, le paquet de cigarettes à 10 euros, l’accès généralisé au très haut débit d’ici à 2022. Il a aussi planifié la suppression du régime social des indépendants (RSI), qui sera adossé au régime général, et mis l’accent sur «la neutralité carbone d’ici à 2050» en souhaitant la montée en puissance de la fiscalité carbone et la convergence diesel-essence d’ici à 2022.le Premier ministre qui recherchait le soutien le plus large de l’assemblée  a équilibré mesures sociales et libérales  le mais s’est bien gardé d’entrer dans certains détails, restant flou sur la baisse des dépenses publiques, sur la réforme de la taxe d’habitation - véritable chiffon rouge pour les petites communes – qu’il a annoncée «d’ici la fin du quinquennat». Pour ne pas vider les caisses, la réforme de l’ISF est renvoyée à 2019, soit un an plus tard que prévu, tout comme la transformation du CICE – mesure honnie à l’extrême gauche – en allégements de charges. Très au fait des dossiers, les députés de La France insoumise avaient par ailleurs installé chacun sur leur pupitre le Code du travail, pour manifester leur hostilité à la réforme du gouvernement. Dans un autre registre, Édouard Philippe a très brièvement évoqué la question de la laïcité – «une exigence pour la puissance publique» – mais n’est pas allé plus loin sur le dossier ultradélicat de l’islam radical, en se gardant bien d’utiliser cette expression.  le premier ministre a rappelé sous une forme imagée son souci de l’équilibre des finances publiques: «La France est dans les cordes, aucune esquive ne nous sauvera», a-t-il prévenu, en promettant de «faire baisser la dépense publique de trois points de PIB» et la «pression fiscale d’un point de PIB» au cours du quinquennat. Soit 0.2% en moyen par an. Pas vraiment une révolution.

 

Edouard Philippe : « le néant politique » Mélenchon, qui déraille encore !

Edouard Philippe : « le néant politique » Mélenchon qui déraille encore  »

Mélenchon fait t son cirque en multipliant l’insulte et les caricatures à l’égard du président de la république et du gouvernement. Ils parlent de coup de force institutionnelle, de dérive monarchique, de président pharaon, de néant  politique pour le Premier ministre. Bref la même sémantique outrancière et populiste que Marine Le Pen histoire d’attirer l’attention des médias. Et ça marche ; la preuve ; on n’en parle. Mais ses excès notamment verbaux finiront par lasser tout le monde. De ce point de vue la première décision révolutionnaire des insoumis de ne pas porter la cravate à l’assemblée paraît assez désuète. Dans le JDD, l’ex-candidat à la présidentielle dénonce « un coup de force institutionnel » du Président et sa « pratique pharaonique » du pouvoir. Il revient aussi sur le rassemblement auquel il participera lundi soir place de la République à Paris, un « symbole », selon lui, alors qu’Emmanuel Macron sera à Versailles.Philippe « n’a plus d’autres choix que de baisser la tête » Jean-Luc Mélenchon estime aussi qu’Edouard Philippe « est un homme seul » qui a été « piégé » par Emmanuel Macron. Il « n’a plus d’autres choix que de baisser la tête et de dire oui », « il vient d’être réduit au néant politique », estime-t-il. « Selon la Constitution, le Premier ministre dirige et conduit la politique de la nation. Là, le voilà rabaissé devant tout le Parlement au rang de ‘collaborateur’ que Sarkozy voulait pour Fillon ». Jean-Luc Mélenchon évoque dans le JDD l’opposition « globale et frontale » qu’il souhaite incarner. « Nous serons une opposition qui argumente et propose afin de convaincre. Le pays nous écoutera », annonce-t-il. La fin du bruit et de la fureur, de l’opposition tempétueuse? « J’assume le bruit et la fureur comme stratégie pour l’élection de 2012. Mais je suis passé à autre chose depuis longtemps. Dire non à la monarchie, et argumenter, ce serait tempétueux? À ce compte-là, quand Jean-Baptiste Drouet arrête la fuite de Louis XVI à Varennes, ce serait une impolitesse et une brutalité! ». Une comparaison complètement décalée et finalement assez insignifiante.

Philippe : un discours de la méthode de l’efficacité

Philippe : un discours de la méthode de l’efficacité

 

 

 

Visiblement le nouveau Premier ministre a choisi une posture de gestionnaire austère avec préoccupation centrale d’obtenir des résultats. Le positionnement est différent et complémentaire de celui de Macron qui, lui, est en charge de la vision et des grandes orientations. Efficacité et méthode sont les maîtres mots utilisés par Édouard Philippe. Il est vrai qu’il y aura peu de place pour le lyrisme quand il va falloir s’attaquer à la difficile question du redressement budgétaire. Un thème central dans le discours que prononcera le Premier ministre mardi devant l’assemblée nationale. Un thème austère qui se prête mal aux grandes envolées d’autant qu’il faudra sans doute prendre quelques mesures assez peu populaires. La problématique est claire, Hollande a laissé un budget encore plus catastrophique que prévu avec un dérapage de 8 milliards qui sur la tendance conduit le déficit public à 3,2 % du PIB pour 2,8 % annoncés. En outre le Premier ministre devra trouver les moyens pour financer les orientations du président de la république, au bas mot une quinzaine de milliards. Un petit rabotage habituel des ressources des différents ministères ne suffira pas et conviendra sans doute de remettre en cause le train de vie de chacun des secteurs. Édouard Philippe sait  que cette action ne suscite pas en général une grande popularité et se prépare déjà à affronter l’opinion. L’heure du séminaire gouvernemental tenu samedi à Nancy, Édouard Philippe a réaffirmé sa volonté d’honorer les engagements de campagne du chef de l’Etat tout en oeuvrant au redressement des finances publiques de la France mais a renvoyé les annonces concrètes au discours de politique générale qu’il prononcera mardi devant l’Assemblée nationale. »Notre objectif c’est de mettre en oeuvre l’ensemble des engagements pris par le candidat pendant sa campagne, l’ensemble des engagements portés par le président de la République », a déclaré le Premier ministre à l’issue d’un séminaire destiné à renforcer la cohésion du gouvernement et à définir une méthode de travail. « Nous ne tergiverserons pas sur ce point, comme d’ailleurs sur aucun autre », a-t-il ajouté. Il a une nouvelle fois assuré que des mesures d’économies seraient prises pour ramener le déficit budgétaire de la France à 3% en fin d’année, alors que la Cour des comptes a prévenu dans un rapport publié jeudi qu’il pourrait s’élever à 3,2% sans une « action vigoureuse et rapide » et un effort conséquent sur les dépenses. « Il faut prendre des mesures qui ne sont pas des mesures d’augmentation des impôts. Il faut maîtriser les dépenses publiques. C’est un exercice de méthode et de détermination », a confirmé Edouard Philippe lors d’une conférence de presse clôturant une journée de travail avec ses ministres dans les salons de la préfecture de Meurthe-et-Moselle. A propos de la méthode, « collégialité, sincérité et recherche permanente de l’efficacité plus que de la popularité » seront au coeur de l’action du gouvernement, a-t-il dit.

Le déficit ramené à 3% du PIB fin 2017 (Philippe)

 

Le déficit ramené à 3% du PIB fin 2017 (Philippe)

 

Plus de doute maintenant la rigueur sera de mise pour ramener la France dans les clous des 3 % de déficit. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre Édouard Philippe qui juge inacceptable le dérapage lié à la gestion du gouvernement Hollande. Comme il a été annoncé que le gouvernement ne procéderait pas à une hausse de la fiscalité via notamment un collectif budgétaire ; du coup, il faut s’attendre à des coupes importantes dans la plupart des budgets ministériels. La rationalisation des choix budgétaires va redevenir un impératif. Le trou à combler est de l’ordre de 8 milliards, une somme qui paraît difficile à atteindre par des économies d’autant qu’il faudra mettre en œuvre certaines promesses électorales dont certaines pourraient d’ailleurs être différées. La seule méthode consisterait à opérer un audit de toutes les dépenses prévues par l’État et de recommander la même méthodologie pour les collectivités locales. En effet Le déficit public de la France sera ramené à 3% du produit intérieur brut à la fin de l’année, a promis jeudi Edouard Philippe, annonçant des mesures d’économie pour compenser un dérapage « inacceptable » orchestré par l’ancien exécutif. Le Premier ministre a estimé que ce manque de sérieux plaçait la France « dans une situation de grande fragilité » et précisé qu’il dévoilerait sa stratégie de redressement budgétaire à partir de mardi, dans son discours de politique générale. Selon la Cour des comptes, « nous héritons d’un dérapage de plus de 8 milliards d’euros, c’est inacceptable », a dit le chef du gouvernement, fustigeant « 8 milliards d’euros de promesses non financées, 8 milliards d’euros de chèques en bois ». Ce dérapage s’entend par rapport à la prévision du précédent gouvernement, qui entendait ramener le déficit à 2,8% fin 2017, mais l’urgence, pour Emmanuel Macron et son gouvernement, est de revenir sous la limite européenne de 3%. La France ne subissant aucune pression des marchés, l’enjeu pour l’exécutif n’est pas d’abord financier mais diplomatique. Il veut prouver que les années d’ »irresponsabilité » sont terminées et sortir la France de la procédure de déficit excessif pour convaincre Berlin de mener avec elle la relance de l’Union européenne et la réforme de la zone euro. « Le gouvernement mettra un terme à la spirale de l’augmentation continue de nos déficits », a promis Edouard Philippe lors d’une déclaration au ton particulièrement grave. « Nous nous engageons à contenir le déficit à 3% dès cette année. Nous ne le ferons pas en augmentant les impôts, nous le ferons par des mesures d’économies. » Cette contrainte est en effet incontournable si la France veut retrouver de la crédibilité auprès de l’union européenne.

Popularité : Macron et Philippe à 64 %

Popularité : Macron et Philippe à 64 %

 

Emmanuel Macron et Edouard Philippe recueillent l’un et l’autre 64% d’opinions favorables dans le baromètre mensuel Ifop-JDD, soit une progression de 2 points par rapport au mois de mai pour le président de la République, et une percée spectaculaire de 9 points pour le Premier ministre. Certes, la proportion de jugements négatifs augmente dans le même temps (35% de mécontents pour le chef de l’Etat, 32% pour le chef du gouvernement) à mesure que le nombre des indécis se réduit, mais cette évolution n’empêche pas le duo de tête de surfer sur une vague positive, renforcée par son succès aux élections législatives et l’arrivée d’une large majorité absolue à l’Assemblée nationale pour La République en marche. Et si la popularité d’Emmanuel ­Macron résulte, sans surprise, de ses premiers pas réussis – et fort bien mis en scène – à l’Élysée comme sur la scène internationale, celle d’Edouard Philippe est plus surprenante, dans la mesure où ses débuts à lui ont été autrement discrets. Le premier ministre actuel  fait mieux que François Fillon (61% en juin 2007), Jean-Pierre Raffarin (54% en juin 2002), Michel ­Rocard (53% en juin 1988), et même son ancien mentor Alain Juppé (55% en juin 1995).

Philippe Martinez (CGT) : « non aux ordonnances de Macron « 

Philippe Martinez (CGT) : « non aux  ordonnances de Macron « 

La CGT par la voix de son secrétaire général s’oppose totalement aux ordonnances de Macron sur le code du travail et condamne par avance le nouveau gouvernement

Que vous inspire ce nouveau gouvernement?
Je n’ai pas pour habitude de porter de jugement sur les ministres et sur ce qu’ils ont fait, mais c’est d’abord un gouvernement de communication. L’arrivée de Nicolas Hulot en est un exemple. On nous avait parlé de renouvellement… Certes, il y a des inconnus, mais d’autres ne sont pas des nouveau-nés comme Gérard Collomb, François Bayrou, Bruno Le Maire… Gérald Darmanin est peut-être jeune, mais pas en politique. Il s’est prononcé contre le mariage pour tous, ça n’est pas un signe de grande ouverture. On a un patchwork de gens de droite qui ont soutenu Juppé, Fillon ou Sarkozy. Cela dit, le Premier ministre a été honnête en disant qu’il était de droite.

 

Et la nomination de Muriel Pénicaud, ancienne directrice générale de Business France, vous la saluez comme le font FO, le Medef et la CFDT?
Certes, elle a démarré au cabinet de Martine Aubry dans le gouvernement Jospin. Mais j’en ai connu d’autres qui une fois devenus DRH dans une grande entreprise n’ont pas appliqué les 35 heures! Chez Danone, elle a mis en œuvre un plan de 900 suppressions d’emploi dont 200 en France et remis en question de nombreux droits pour les salariés de ce groupe. Ce qui a satisfait les actionnaires et Franck Riboud aussi. Depuis plusieurs années, elle fréquente plus les conseils d’administration que les ateliers ou les bureaux! Elle a un parcours de dirigeante d’entreprise, et le programme de Macron est clair. Elle est là pour l’appliquer.

 

L’appel téléphonique du Premier ministre, jeudi, est-il de nature à vous rassurer sur ses intentions?
Nous avons discuté quatre minutes trente et il nous a confirmé qu’il souhaitait nous rencontrer. Qu’un Premier ministre contacte les organisations syndicales la première semaine de sa prise de fonction est plutôt une bonne chose. C’est une attitude correcte.

 

adikteev

Sur la réforme du Code du travail, le gouvernement évoque plus une consultation…
Ça ne veut rien dire une consultation! La loi Larcher prévoit une concertation sur les projets de loi en matière sociale. Il faut donc prendre le temps de discuter. À moins que la loi ne soit déjà écrite… Avec le gouvernement Valls, on a découvert le projet de loi travail dans un quotidien! Si Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont cette conception de la concertation, il s’agit alors plus d’un affichage que d’un dialogue réel et sincère. Nous, on est prêts, on soumettra au Premier ministre une dizaine de mesures urgentes à prendre pour le pays. Si on écoute nos propositions, nous voulons bien parler du Code du travail. Mais notre objectif est de renforcer les droits des salariés. Pourquoi le gouvernement se comporterait-il comme le Medef, qui arrive en négociation avec un texte sur lequel on n’a ni marge de manœuvre ni possibilité d’amendement

 

Que pensez-vous de son projet de légiférer à partir de trois ordonnances?
Ces ordonnances sont complètement irrecevables! L’homme neuf a de vieilles recettes. Considérer que le travail à un coût, faciliter le licenciement pour créer de l’emploi, c’est vieux comme Juppé! Dire que les licenciements d’aujourd’hui sont les emplois de demain, on voit où ça mène. À la précarité ! Le Président souhaite aller plus loin que la loi travail rejetée à 70 % par les Français. Sur les classifications, par exemple. Le principe des conventions collectives est de poser un barème de salaire minimum pour un niveau de diplôme. Permettre aux entreprises d’y déroger signifie donc que demain un jeune sera payé en fonction de ce qu’aura négocié l’employeur et non plus en fonction du nombre d’années d’études qu’il aura faites. C’est ça la loi travail XXL! Depuis que les entreprises dérogent au code du travail, il a triplé de volume!

Et concernant la fusion des instances représentatives du personnel?
Le Président se prononce pour plus de dialogue social et en même temps il veut réduire les lieux et moyens qui lui sont dédiés! Par exemple, mélanger les prérogatives des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail [CHSCT] avec celles des comités d’entreprise alors que le coût du mal-être au travail en France atteint 13.000 euros par an et par salarié, c’est une très mauvaise idée !

Une unité syndicale se dessine pour refuser la limitation des indemnités versées par les prud’hommes en cas de licenciement injustifié…
On veut traiter les salariés comme des yaourts. Quel que soit le type de licenciement, le prix d’une vie au travail est barémisé. Sans tenir compte de la situation familiale, de l’état de santé, de l’ancienneté. C’est proprement scandaleux. Réformer le code du travail n’est pas une priorité. L’assouplir ne permet pas de lutter contre le chômage. Nous ne nous bornerons pas à commenter les décisions du gouvernement. Je n’ai pas une tête d’alibi ! Nous avons des efforts à faire pour mettre en avant nos propositions. Nos idées détonnent dans le milieu ambiant, elles n’inspirent ni le Medef, ni les financiers, mais l’opinion publique y est réceptive. Notre priorité n’est pas de convaincre le gouvernement mais les salariés !

Le gouvernement compte travailler sur ces ordonnances cet été. Cela s’annonce compliqué pour mobiliser?
Nous voulons être écoutés et qu’on prenne le temps de la discussion en tirant les enseignements du passé. Quand on veut dialoguer et qu’on est attaché au bien-être des salariés, on ne discute pas pendant les vacances. L’expérience de la loi travail devrait attirer l’attention de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui.

Jean-Luc Mélenchon promet de mobiliser la rue. Ça fait un concurrent de plus?
Que des hommes et des femmes politiques viennent soutenir des luttes sociales, c’est une bonne chose. Mais nous avons la prétention de croire que nous sommes les mieux placés pour le faire. Jamais le FN ne serait venu chez Whirlpool sans les caméras et Emmanuel Macron. C’est de la communication, pas de l’action. Pourtant, le pouvoir politique sert à quelque chose : à légiférer, à peser, à relayer et à veiller à l’égalité entre les citoyens. Mais face aux intérêts des marchés financiers et des grands groupes internationaux, il démissionne trop souvent. Quand des salariés, comme ceux de GM&S, en sont réduits à casser leur outil de travail, on devrait pousser un cri d’alerte généralisé et ne pas se contenter de dire que l’État ne peut pas tout.

Code du travail : discuter, oui mais décider rapidement (Edouard Philippe)

Code du travail : discuter, oui mais décider rapidement (Edouard Philippe)

 

 

Sur le code de travail, le nouveau premier ministre s’engage à engager rapidement la discussion avec les partenaires sociaux (Macron recevra lui-même dès mardi les organisations concernées) mais prévient que,  passée  la phase du débat, les décisions interviendront rapidement. En cause, le fait que les clivages sont bien connus ;  on sait par avance que les syndicats gauchistes et corpos seront contre le projet ; qu’ils auront intérêt à faire traîner en longueur pour préparer les mouvements sociaux de la rentrée. De son côté, le gouvernement compte sur  la grande faiblesse de la représentativité des syndicats (à peine 7 % de syndiqués toutes organisations de salariés confondues). La contrepartie de la mise en œuvre rapide de la réforme pourrait être précisément de fournir des moyens supplémentaires pour renforcer le rôle d’organisations très peu représentatives. « On ne s’engagera pas dans une réforme aussi puissante sans une phase de discussion avec les partenaires sociaux et le Parlement. Avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, nous aurons des rencontres bilatérales avec l’ensemble des organisations syndicales », dit-il. « Mais une fois que la discussion aura eu lieu, il faudra aller vite. On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice », ajoute le Premier ministre. Dans une interview également publiée par le Journal du Dimanche, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, juge « complètement irrecevable » la volonté du chef de l’Etat et du gouvernement de légiférer par ordonnances. « Réformer le code du travail n’est pas une priorité », dit-il. « Nous ne nous bornerons pas à commenter les décisions du gouvernement. Je n’ai pas une tête d’alibi. »

 

 

Dépasser les clivages droite-gauche (Edouard Philippe)

Dépasser les clivages droite-gauche (Edouard Philippe)

Le nouveau Premier Ministre  juge « passionnant » de tenter avec Emmanuel Macron le dépassement des clivages politiques traditionnels. « Cela suscite un espoir et un enthousiasme manifeste qui nous obligent », dit-il. « Je dis à tous : n’ayez pas peur. Nous avons l’occasion de dépasser quelque chose qui est bloqué (…) C’était inextricable. Le président a tranché le nœud gordien. » Il regrette que les dirigeants de LR aient choisi, à l’instar de François Baroin et à quelques exceptions près, de s’engager dans une autre voie pour tenter d’imposer en juin une cohabitation à Emmanuel Macron. « Au sein de ce parti, certains souhaitent que le président et le gouvernement réussissent, pour que la France aille mieux dans cinq ans qu’aujourd’hui », dit-il. « D’autres ont choisi une opposition radicale et stérile. C’est leur choix. » « Mon objectif est de donner une majorité au chef de l’Etat. Je ferai donc campagne pour les candidats qui partagent cet objectif », ajoute le Premier ministre. Edouard Philippe annonce par ailleurs qu’il présentera au prochain conseil des ministres une méthode de travail pour le gouvernement, dont les membres devront faire montre d’une « parfaite loyauté » une fois passé le temps de la discussion. Il assume aussi la volonté de verrouiller la communication gouvernementale montrée par Emmanuel Macron et ses ministres. « Il y a une volonté de maîtriser la communication, de ne pas nourrir un bavardage permanent », explique-t-il. « Dans la phase préparatoire d’un projet, personne n’a vocation à exposer sur la place publique des positions qui ne sont pas arbitrées. » Un changement net de politique de communication par rapport aux contradictions des membres du gouvernement de François Hollande.

Baromètre popularité : Macron 62%, Edouard Philippe à 55%.

Baromètre popularité : Macron 62%, Edouard Philippe à 55%.

 

Selon  l’Ifop pour le JDD, avec 62% de satisfaits, le jeune Président effectue le troisième démarrage de la Vème République, derrière De Gaulle (67% en 1958) et Sarkozy (65% en 2007), mais devant son prédécesseur, François Hollande (61%). Elu en 2002 dans une configuration similaire face au FN, Jacques Chirac démarrait son second mandat avec une infime majorité d’approbations, et déjà 44% de mécontents. Au terme de sa première semaine, Macron, lui, satisfait toutes les catégories de sondés: cadres et professions intellectuelles (68%) comme ouvriers (56%), retraités (67%) comme fonctionnaires (56%). Sympathisants de En Marche! Comme du PS (69%) et des Républicains (58%), et même de la France insoumise (50%). Seuls les partisans du FN se défient nettement de lui (77% de mécontents). Les propos tenus par les sondés en marge de l’enquête confortent l’impression d’indulgence vis-à-vis du nouveau pouvoir. Le « renouveau », la « jeunesse », la « modernité » du chef de l’Etat sont souvent mis en avant, mais aussi sa « prestance » et son « autorité ». « Il secoue le cocotier », entend-on, ou encore : « Il nous débarrasse des has been » et « Donnons-lui sa chance ». De fait, la composition du gouvernement est analysée comme la confirmation d’une volonté de « casser les codes » qui suscite l’acquiescement (avec une prédilection pour Nicolas Hulot). « Il met les meilleurs aux meilleures places sans distinction d’appartenance politique », relève un sondé.  Moins connu des Français, le Premier ministre Edouard Philippe suscite plus de perplexité (21% n’ont pas d’avis) mais recueille néanmoins une majorité (55%) de satisfaits. C’est moins bien que Jean-Marc Ayrault en 2012 et François Fillon en 2007, qui inauguraient eux aussi un quinquennat. Mais il obtient l’approbation des sympathisants de En Marche! (83%), de LR (62%) et d’une quasi majorité d’électeurs du PS (49%), signe d’une recomposition déjà en cours.

 

*Enquête Ifop-Fiducial réalisée par téléphone du 19 au 20 mai 2017, auprès d’un échantillon de 973 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession). Pour cette taille d’échantillon, la marge d’erreur est de plus ou moins 3 points pour un pourcentage mesure à 55%, de 2,8 points pour un pourcentage mesure à 62%.

Réforme code du travail :  » aller vite »( Edouard Philippe)

Réforme code du travail : «  aller vite »( Edouard Philippe)

 

Le Premier ministre Edouard Philippe déclare dans le JDD qu’il faudra aller très vite sur la réforme du code du travail. En cause,  le fait que le gouvernement  en dépit de concessions qui seront faites aux syndicats réformateurs notamment la CFDT  ne rencontrera qu’une opposition totale des syndicats corpos et gauchistes comme la CGT ou solidaire (sud) voire FO. Ces derniers n’ont qu’une envie en découdre avec ce gouvernement est très rapidement reconstituer un front social duplication du front de gauche des insoumis, des trotskistes et des marxistes du parti socialiste. Après la défaite de cette gauche dans les urnes on tentera d’instrumentaliser le mécontentement des salariés à des fins politiques. Pour éviter cela ou en cas pour limiter l’impact des mouvements sociaux lancés par l’extrême gauche, le gouvernement devra à la fois aller très vite mais aussi ouvrir des formes de cogestion associant largement les syndicats et restaurant un débat approfondi tant sur le terrain social économique.  Bref ce que demande la CFDT qui souhaite des formes de cogestion à l’allemande. Le Premier ministre Edouard Philippe s’explique dans un long entretien au JDD , son premier dans la presse, sur son agenda, ses réformes, sa méthode et sa relation avec Emmanuel Macron. Ses priorités pour les semaines à venir? « D’abord organiser le travail gouvernemental », avance-t-il, précisant qu’il présentera « une méthode de travail qui sera celle de ce gouvernement » lors du prochain Conseil des ministres jeudi. Et de réaffirmer que l’audit des finances publiques annoncé par le Président lors de sa campagne sera lancé « dans les prochains jours ». Et de fixer d’autres bornes dans son calendrier. « . « Je dis à tous : n’ayez pas peur. Nous avons l’occasion de dépasser quelque chose qui est bloqué », promet-il. « C’est une réforme majeure. Une bonne réforme est une réforme bien pensée, bien discutée, puis bien exécutée. La réforme du code du travail a été bien pensée. Nous allons désormais la discuter pour l’enrichir et l’expliquer (…). On ne s’engagera pas dans une réforme aussi puissante sans une phase de discussion avec les partenaires sociaux et le Parlement. Avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, nous aurons des rencontres bilatérales avec l’ensemble des organisations syndicales. Mais une fois que la discussion aura eu lieu, il faudra aller vite. On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice. Emmanuel Macron a entendu la colère des Français. Il sait aussi l’urgence de la transformation du pays.

Premier ministre : Macron choisit Edouard Philippe

Premier ministre : Macron choisit Edouard Philippe

Emmanuel Macron a fait  connaître dès ce lundi matin le nom de celui qu’il a choisi pour mener son premier gouvernement. Il s’agit d’Edouard Philippe, 46 ans, député-maire Les Républicains du Havre et proche d’Alain Juppé. A travers ce choix le  président pourrait convaincre de sa capacité à rassembler autour de son projet « ni de droite, ni de gauche » pour obtenir une majorité avant les législatives des 11 et 18 juin. La nomination de ce Premier ministre venu de la droite pourrait inciter certains, chez Les Républicains, à franchir le pas pour être candidats dans la majorité présidentielle. À Matignon, l’équipe de Bernard Cazeneuve a pris des dispositions pour que la passation de pouvoirs puisse avoir lieu lundi. Le nouveau président partira ensuite pour Berlin, première visite à l’étranger pour cet européen convaincu, qui, à l’heure du Brexit et de la montée des nationalismes, a promis d’œuvrer pour la refondation d’une Union européenne en crise.

 

Edouard Philippe « la transgression » pour faire éclater la droite

Edouard Philippe « la transgression » pour faire éclater la droite

 

Macon a déjà réussi son premier pari à savoir,  faire éclater le parti socialiste dont la présence ne pourrait être que symbolique dans la nouvelle assemblée nationale. Observons qu’il il a bien été aidé dans cette tâche par Mélenchon (et par Hamon lui-même !). Reste cependant à faire éclater la droite qui maintient son unité de façade sur un programme minimum où les aspérités de Fillon ont été effacées. Pour l’instant cependant,  aucune figure importante de droite n’est présente dans la liste de candidature du parti de Macron. Pour faire éclater la droite, il se pourrait bien que Macron se décide à choisir comme premier ministre Edouard Philippe, maire LR du Havre, un Juppéiste qui est aussi un ancien socialiste. À cet effet 150 circonscriptions ont été laissé ouvertes à d’éventuels candidats de droite  notamment proche de Juppé. Édouard Philippe espère qu’il sera nommé à Matignon entraînant dans son sillage plusieurs candidats de la droite. Il   a estimé jeudi soir que si Emmanuel Macron choisissait la « transgression » plutôt que la « tradition » en prenant un Premier ministre extérieur à son mouvement,   »Aujourd’hui », a  poursuivi l’ancien de Juppé, « on ne sait pas si le président de la République nouvellement élu va s’installer dans cette forme de tradition (…) ou s’il va transgresser », en s’affranchissant des règles habituelles. « S’il choisit la tradition (…) nous regarderons cela avec respect mais avec distance », a-t-il poursuivi. « S’il transgressait, alors la situation politique serait nouvelle, parce que le fait politique serait nouveau, et je ne vois pas comment on peut répondre par avance à quelque chose qui n’a jamais été proposé », a-t-il ajouté, en se démarquant de la ligne majoritaire de LR.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol