Archive pour le Tag 'Philippe'

Édouard Philippe : « je ne veux pas qu’on m’emmerde « 

 

 

Le niveau du débat politique encore descendu d’un cran avec cette sortie d’Édouard Philippe qui déclare « je ne veux pas qu’on m’emmerde » à propos de la création de son parti » horizons« . Un parti en train de se structurer et qui évidemment prépare la candidature d’Édouard Philippe pour 2027.

 

Mais le parti horizons n’est pas bien vu par la majorité actuelle et surtout par le président de la république qui ne veut surtout pas que puisse créer à l’assemblée nationale un courant contestataire. Ce qui est en cause évidemment c ‘est  la distributions des onctions présidentielles pour les candidats à la prochaine assemblée nationale.

 

Avec son parti, Édouard Philippe envisageait bien de créer sa mouvance à l’assemblée nationale. Du coup, le parti » horizons « a été éjecté de la maison commune de la majorité,  seule autorité pour délivrer les investitures macronistes.

 

Visiblement les relations entre le président de la république Édouard Philippe se détériorent encore à tel point que l’ancien premier ministre reprenant la sémantique du président a déclaré « je n’ai pas envie qu’on m’emmerde, puisque c’est un terme à la mode.» à propos  de la création de son propre parti. Une expression surtout destinée au président de la république lui-même qui ne grandit pas l’intéressé ni même le destinataire.

Le variant omicron risque de casser la croissance (Philippe Waechter)

  • Le variant omicron risque de casser la croissance (Philippe Waechter)

Le directeur de la recherche économique chez Ostrum Asset Management, Philippe Waechter, émet l’hypothèse de l’annulation de la croissance du fait du variant omicron. Théoriquement les perspectives gouvernementales retiennent le chiffre de 3,6 % comme augmentation du PIB mais cette progression pourrait être amputée de plusieurs points en cas de paralysie de l’année 2022..(extrait du JDD)

 

« Ce risque d’avoir une activité qui stagne au lieu de poursuivre son ascension n’est donc pas négligeable si Omicron se propage vite et durablement. Mais à la différence d’autres pays, nous sommes en période pré-électorale. Quelle doit être la stratégie du supposé candidat Emmanuel Macron? Peut-il se permettre un confinement strict pour l’économie française? C’est une question politique plus qu’économique », s’interroge-t-il.

Doit-on redouter la percée du variant Omicron?
Oui, et pour plusieurs raisons. D’abord, il se propage très vite même si -et c’est un bon signal- il semblerait qu’il soit moins létal que le variant Delta. Ensuite, si le nombre de malades augmente fortement, il va contribuer à engorger un système de santé déjà à bout de souffle. Le gouvernement devra gérer une situation complexe car le corps médical est sur les rotules. Il y a un risque social qu’il ne faut pas négliger, en raison de l’épuisement des soignants qui sont en première ligne, mais aussi de tous ceux qui ne peuvent pas télétravailler. Celui qui travaille à distance limite son risque de contamination, il est dans une situation assez confortable. Ca n’est pas le cas de tous ceux qui sont exposés en direct au virus, en contact avec la clientèle par exemple. Ils vont être mis sous pression encore davantage avec Omicron. Le déséquilibre entre les heureux télétravailleurs et les autres pourrait alors se creuser.

Peut-il nous coûter des points de croissance?

Tout dépend du niveau de la contre-attaque. Plus les mesures de freinage seront drastiques, plus elles seront pénalisantes pour l’économie. Ajouter des contraintes sanitaires dans les activités de service (restaurants, bars, salles de sport, foires…) se traduirait par un arrêt de la croissance et une inflexion du dynamisme qu’on connait depuis six mois. Nos voisins européens, qui sont nos partenaires commerciaux, vivent la même situation, ce qui pèse sur les échanges intracommunautaires. La Banque de France a d’ailleurs révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2022, à 3,6% au lieu de 4%. Ce risque d’avoir une activité qui stagne au lieu de poursuivre son ascension n’est donc pas négligeable si Omicron se propage vite et durablement. Mais à la différence d’autres pays, nous sommes en période pré-électorale. Quelle doit être la stratégie du supposé candidat Emmanuel Macron? Peut-il se permettre un confinement strict pour l’économie française? C’est une question politique plus qu’économique.

Avons-nous encore les moyens de confiner l’économie?
Aux Pays-Bas, en Angleterre, en Allemagne, des mesures contraignantes ont été adoptées. Ca n’est pas encore le cas en France. Mais il va falloir s’adapter. Depuis le début de la pandémie, notre politique économique a mutualisé les risques, l’Etat les a pris en charge. Si la situation sanitaire se dégrade, aura-t-on la même capacité financière qu’au printemps 2020 pour y faire face sachant que la dette publique a explosé et que le bilan des banques centrales atteint des niveaux considérables? Une nouvelle crise pourrait entamer la crédibilité des Etats, dont la France, et la confiance des investisseurs ainsi que des citoyens qui ont joué le jeu. Ce qui engendrerait en retour un risque d’instabilité politique.

Édouard Philippe: joue les mouches à « M » avec son parti « Horizons »

Édouard Philippe: joue les mouches à « M » avec son parti « Horizons »

 

Première observation, l’ancien énarque ne s’est pas trop fatigué pour trouver le nom de son parti qu’il aurait pu appeler tout autant « avenir ».Un pied dedans, un pied dehors tel sera sans doute la vocation du parti virtuel d’Édouard Philipe intitulé « horizons ». Un parti qu’il aurait pu appeler « horizons 2027″ voire plus si affinités en 2022 . Un parti en fait exclusivement destiné à préparer la candidature de l’ancien premier ministre à l’élection présidentielle. Une attitude qui agace bien sûr l’opposition notamment les républicains mais aussi le partis « en marche ».

Avec ce parti, les forces présidentielles seront encore un peu davantage balkanisées. 

Ce n’est désormais un secret pour personne d’Édouard Philippe à entretenu des relations détestables avec Emmanuel Macon à la fin de son mandat de premier ministre. Du coup Édouard Philipe se pose en recours pour le cas où ! L’ancien premier ministre suit un peu l’exemple d’Alain Juppé, l’éternel recours qui a toujours échoué.

  • On ne peut être que dubitatif face aux propos de l’ancien premier ministre qui tente d’expliquer sa démarche dans le Figaro. Interview

Après avoir annoncé votre soutien «complet» à Emmanuel Macron, vous avez lancé début octobre votre parti, Horizons. Quelle est la prochaine étape?

Édouard PHILIPPE. - Depuis l’annonce de la création d’Horizons, au Havre, j’ai beaucoup travaillé avec ceux qui m’ont rejoint – maires, parlementaires, amis. J’ai reçu de très nombreuses manifestations d’intérêt: il y a une attente. Nous lançons désormais notre campagne d’adhésions. Depuis lundi, les Français peuvent rejoindre cette aventure collective.

Souhaitez-vous bâtir un parti d’élus?

Non, Horizons est un parti politique et pas un simple club d’élus. Même si je tiens à accorder une place particulière aux maires, car je crois indispensable qu’ils participent de façon plus intense au débat public national. Mais Horizons a vocation à travailler sur le fond, à former des équipes.
Et à jouer d’une certaine manière les mouches à « M »pour faciliter un jour la candidature de l’ancien premier ministre à l’élection présidentielle

 

Edouard Philippe installe le doute sur la réélection de Macron

Edouard Philippe  installe le doute sur la réélection de Macron

 

 

Officiellement l’initiative d’Édouard Philippe de créer son propre parti constitue en réalité une sorte de club ramasse tout qui permet à ses partisans d’être aussi adhérent d’une autre formation ; l’initiative viserait à soutenir la candidature de Macron en 2022. Un curieux soutien en vérité qui pourrait bien être un handicap pour Macon contesté bien sûr à gauche mais aussi à droite pour sa gestion en zigzag et ses contradictions. Édouard Philippe tente vainement de s’expliquer mais son initiative est autant une critique du pouvoir actuel qu’un soutien. Interview dans le JDD (extrait)

 

Pourquoi avoir voulu fonder un parti politique?
Je veux participer à la constitution d’une nouvelle offre politique. Je dis bien : « participer », je ne prétends pas être seul. Le choix audacieux du président de la République, en 2017, d’engager une recomposition n’a pas fini de produire ses effets. Mon objectif est d’abord, je le redis clairement, de soutenir Emmanuel Macron pour contribuer à sa réélection, qui n’est pas acquise. Le Président aura besoin de s’appuyer sur un socle de stabilité pour poursuivre l’effort de transformation de la France. Et je veux aussi l’aider à élargir sa base, car aucun président n’a été réélu sur un rétrécissement.

 

Tous les adhérents de votre mouvement devront donc s’engager à soutenir Emmanuel Macron?
Je n’aime pas les pressions. Je ne mets un pistolet sur la tempe de personne. Mais tout le monde a compris où je suis, ce que je ferai.

 

Certains élus ont-ils subi, eux, des pressions pour ne pas vous rejoindre?
Je ne peux pas le croire.

 

Que répondez-vous à ceux qui considèrent que votre parti servira davantage vos intérêts que ceux d’Emmanuel Macron?
Je n’ai pas vocation à commenter les chicayas et angoisses des entourages. Le monde politique est trop souvent plein de fébrilité ; je préfère la sérénité.

 

L’horizon est par nature impalpable et hors d’atteinte : n’est-ce pas curieux d’avoir choisi ce mot pour baptiser votre parti?
On voit que vous n’êtes pas marins! L’horizon, c’est la liberté, c’est la vie. L’horizon, c’est comme un cap, on ne l’atteint jamais, mais on en a besoin pour naviguer. Horizons doit nous servir à voir loin, à nous détacher du marigot politicien et à bâtir la France de demain. La vie politique française est trop souvent autocentrée, obsédée par l’actualité et les polémiques du jour. Notre parti vise à rompre avec cette tendance qui lasse les Français.

 

Une soixantaine de parlementaires étaient présents samedi au Havre, ainsi que de nombreux élus locaux. Allez-vous lancer une campagne d’adhésion auprès des élus et des Français pour aller au-delà?
Evidemment. Je lance un parti, pas un club.

 

La « charte des valeurs » de votre parti prône la libre entreprise, l’ordre, l’ambition écologique, la laïcité et le projet européen ; elle dénonce les extrêmes, l’immobilisme et la décroissance. N’est-ce pas du « en même temps » format XXL?
Si un grand nombre se reconnaît dans nos valeurs, tant mieux! Car ce qui m’importe, c’est le dépassement des vieux clivages. Les anciens partis – de droite et de gauche – sont traversés par trop d’incertitudes sur la conception de l’Etat, l’identité, la gestion des deniers publics. La réflexion que je veux conduire, avec ce parti, vise à définir une stratégie pour raffermir la puissance de la France et garantir sa prospérité à l’horizon 2030 et au-delà. La décision politique est trop souvent dictée par l’urgence et les postures. Face aux vertiges démographique, climatique et géopolitique que nous ressentons, la seule solution est de regarder au loin.

 

Proposer des perspectives de long terme, n’est-ce pas le rôle du haut-commissaire au Plan, François Bayrou?
Penser la France de l’avenir, c’est très difficile. Si beaucoup de gens intelligents y travaillent, c’est encore mieux. Une bonne stratégie se construit à plusieurs.

 

Au point 16 de votre charte, vous fustigez « l’illusion de l’argent public magique » qui conduit l’Etat « à redistribuer une richesse qu’il n’a pas ».

Notre dette nous fragilise. Regardez l’Allemagne : elle a su, depuis quinze ans, mener des réformes dures pour sauver son industrie, transformer son système éducatif, assainir ses finances. C’est pourquoi elle est capable d’investir. Or la France aussi aurait besoin d’investir…

Quelles « réformes dures » proposez-vous?
Comme je ne suis candidat à rien en 2022, je veux engager mon parti dans une réflexion stratégique nouvelle. J’aurai l’occasion de faire des propositions, croyez-moi. Mais l’heure n’est pas encore venue.

 

Vous avez tout de même évoqué – dans l’hebdomadaire Challenges – votre préférence pour rétablir nos comptes, c’est-à-dire une réforme des retraites qui repousse l’âge de départ jusqu’à 67 ans. Ce sera l’une de vos propositions?
Je ne veux pas de mauvais procès. Je veux bien qu’on me dise que 67 ans, c’est trop dur. Mais c’est déjà ce qui se fait souvent, et pour les plus fragiles. Et lorsque nous avons proposé l’âge pivot, c’est justement pour corriger cette injustice! Notre système est fondé sur la solidarité : ceux qui travaillent paient pour ceux qui sont à la retraite. Mais il y a de moins en moins d’actifs et de plus en plus de retraités! Si l’on ne veut pas baisser les pensions ni augmenter les cotisations, la seule solution est de travailler progressivement plus longtemps. La question des retraites mérite un grand débat : l’élection présidentielle doit permettre de le trancher.

Vous préconisez aussi la réduction des effectifs de la fonction publique. C’est un vieux serpent de mer ; comment y arriveriez-vous?
En un peu plus de vingt ans, la population française a augmenté de 11%, le nombre d’agents publics de 17%. Il est temps de nous interroger sur l’organisation des services publics, sur ce qui doit relever de l’Etat et de lui seul. Notre Etat est trop lourd pour être agile. Il doit être plus efficace dans un périmètre resserré aux fonctions régaliennes. La justice est aujourd’hui le maillon fragile de notre Etat. Nous devons donc faire des choix : alléger parfois pour renforcer ailleurs. Il faut recruter plus de magistrats et mieux les former. Le gouvernement a commencé. Il faut aller plus loin.

Comment définissez-vous votre parti : est-il de droite, conservateur, libéral, centriste?
Je sais d’où je viens, mais c’est moins important que de savoir où je suis et où je vais. Je ne cherche pas à coller des étiquettes mais à rassembler, parce que tout ce qui s’est fait de grand en France s’est fait par le rassemblement. Mon mouvement n’est pas un parti de notables. Mais je veux donner une place particulière aux maires, dont la voix n’est pas assez entendue dans le débat national. Une assemblée de maires élira le vice-président du parti et ils auront une responsabilité particulière dans l’élaboration de notre stratégie et de nos propositions, car les maires ont l’expérience et la vision de long terme dans leur ville…

Mais les maires ont aussi une responsabilité dans l’augmentation du nombre de fonctionnaires que vous déplorez! Vous relevez vous-même que c’est dans la fonction publique territoriale que les effectifs ont le plus augmenté…
Ce n’est pas faux mais les maires ont conscience de leur responsabilité. Il faut leur donner les moyens et la motivation de trouver la solution à cette question.

Vos idées doivent-elles nourrir le futur programme présidentiel d’Emmanuel Macron?
Le programme, c’est l’affaire personnelle du candidat, c’est lui qui s’engage. Personne ne peut dicter à un candidat ses propositions. Mais oui, nos idées ont vocation à alimenter le débat.

Quel est l’état de votre relation avec lui?
Quand j’étais Premier ministre, j’ai toujours dit qu’elle était d’une grande fluidité et d’une grande confiance. Je n’ai pas changé d’avis sur le Président.

Et lui, a-t-il changé d’avis sur vous?
Posez-lui la question.

Votre parti présentera-t-il des candidats aux législatives de 2022?
Un parti, ça doit penser, former, travailler. Et le moment venu, présenter des candidats aux élections. Nous allons commencer par le commencement.

« Horizons » : le parti culotté d’Édouard Philippe

« Horizons » : le parti culotté d’Édouard Philippe

 

« Edouard Philippe ne manque pas de culot », a estimé samedi 9 octobre sur franceinfo Daniel Fasquelle, trésorier des Républicains, maire LR du Touquet (Pas-de-Calais). Édouard Philippe avec son parti horizon est accusé par Daniel Fasquelle  de trahisons successives. Effectivement il a trahi les républicains en rejoignant Macron, maintenant il s’apprête à trahir éventuellement Macron avec son propre parti ramasse tout « Horizons ». Édouard Philippe veut faire dans la rigueur alors qu’encore récemment il a largement contribuée à dégrader les grands équilibres de la France d’après Daniel Fasquelle

 

« Nous expliquer qu’il faut remettre de l’ordre dans la rue et dans les comptes, il devrait regarder son bilan », rétorque le maire du Touquet avant d’ajouter : « Il a été trois ans Premier ministre. On a eu la crise des gilets jaunes. Il a été incapable de réformer les retraites. Il a dégradé nos comptes publics, donc il a un bilan qui est à l’opposé de ce qu’il propose aujourd’hui. Pourquoi n’a-t-il pas fait tout cela pendant les trois années où il était à la tête du gouvernement de la France ? »

Selon Daniel Fasquelle, Edouard Philippe ne peut pas récupérer des militants LR déçus. Selon lui, il a fait « tout le mal qu’il pouvait faire quand il a quitté le navire pour rejoindre Emmanuel Macron. Il a abandonné sur le champ de bataille ses camarades. Tout le mal qu’il pouvait faire, il l’a déjà fait ». Le trésorier des Républicains dénonce également « la manœuvre » de l’ancien chef du gouvernement. « Il nous a trahi il y a cinq ans pour un poste de Premier ministre. Là, il essaie de créer un parti de droite pour nous déstabiliser, pour avoir le soutien d’Emmanuel Macron en 2027. » L’élu LR juge que « c’est une drôle façon de faire de la politique que de vouloir sacrifier ou vendre ses camarades ou essayer de leur nuire ».

Nouveau parti d’Édouard Philippe : « Horizons…. moi »

Nouveau parti d’Édouard Philippe : « Horizons…. moi »

 

Un drôle de parti, une drôle de date et un drôle de programme.

Le moins que l’on puisse dire est que l’initiative d’Édouard Philippe de créer son propre parti politique surprend beaucoup de monde y compris les partisans de Macron. Drôle de parti d’abord car en fait il s’agit d’une sorte de club puisque les adhérents auront quand même la possibilité d’adhérer aussi à d’autres formations politiques ( les républicains, la république en marche etc.).

 

Bref il s’agit davantage d’un cercle de partisans opportunistes que d’un véritable parti. . Une drôle de date, en effet à écouter Édouard Philippe il s’agit d’un horizon lointain : 2050. En réalité ,Édouard Philippe vise surtout de 2027 et se place déjà pour récupérer les oripeaux du parti en marche après le départ de Macron en 2022 ou en 2027.

 

Un drôle de programme aussi sorte de cocktails des préoccupations et des peurs avec la question du défi démographique , forme élégante pour parler de l’immigration sans fâcher personne. Ensuite le défi environnemental. La Édouard Philippe récupère tout simplement les peurs du mouvement écolo. On y ajoute le défi technologique qui ne fait que constituer une esquisse face à la désindustrialisation de la France.

 

Dans l’entourage d’Édouard Philippe ont compte surtout des opportunistes notoires comme Christophe Bechu, l’élu d’Angers , Laurent Saint-Martin ou encore des proches de Christian Estrosi qui change de parti comme de chemise. Ce dernier vient d’affirmer qu’ils ne voterait pas pour les républicains mais pour Macron et sans doute pour Édouard Philippe si les circonstances l’exigent !

À leurs côtés se trouvaient également Delphine Bürkli, maire du 9e arrondissement de Paris et conseillère régionale de Paris Île-de-France. L’élue parisienne a quitté LR en 2019 et est désormais membre La France audacieuse, le mouvement politique fondé par Christian Estrosi.

 

Les services publics et la droite »( Philippe Juvin)

Les  services publics et la droite: Pour une nouvelle réflexion »( Philippe Juvin)

 

« Par idéologie, la droite et la gauche se sont souvent caricaturées. La droite, en prétendant imiter un système privé idéalisé. La gauche, en définissant le bon service public comme celui qui embauche le plus sans se soucier du service final rendu » Dans l‘Opinion (extrait)

Par Philippe Juvin ,candidat à la primaire de la droite, maire LR de La Garenne-Colombes et chef des urgences de l’hôpital Pompidou (Paris).

 

Pendant la crise sanitaire, j’ai vu la paupérisation du système de santé. Cette paupérisation touche en fait tous nos services publics. Les parents d’élèves se refilent sous le manteau les noms des bons établissements et fuient les mauvais, les maires voient leurs bureaux de poste fermer, on m’appelle tous les jours au secours pour trouver un médecin, et la majorité des infractions pénales sont classées sans suite.

Mais il y a un paradoxe : les services publics se dégradent alors que notre dépense publique est la plus élevée des pays développés, et que plus d’un actif sur cinq est un agent public. C’est comme si, en matière de services publics, les Français n’en avaient plus pour leur argent. Si nous rénovons et réarmons les services publics, cela devra donc être sans creuser le déficit et la dette, et sans prélever davantage d’impôts.

Par idéologie, la droite et la gauche se sont souvent caricaturées sur les services publics. La droite, en prétendant hier supprimer 500 000 fonctionnaires et imiter un système privé idéalisé, et en faisant de la fin du statut de la fonction publique l’alpha et l’oméga de toute réflexion. La gauche, en définissant le bon service public comme celui qui embauche le plus sans se soucier du service final rendu, le mot même de « résultat » étant suspect.

Nous parlerons ici autant de services au public que de services publics. Parvenir à trouver un médecin traitant n’est pas à proprement parler un service public, mais un service au public. Ce qui compte est la qualité du service rendu. La nature juridique du prestataire (public ou privé) et de ses agents (fonctionnaires ou non) est secondaire. Dans ma commune, je parviens à proposer une place de crèche à 70 % des parents qui le demandent grâce à une collaboration public-privé. Certaines crèches municipales sont gérées par des sociétés privées que nous rémunérons et contrôlons. Un berceau y coûte 3 500 euros par an à la commune pendant que le même berceau géré en régie nous coûte 5 000 euros par an. A aucun moment les parents ne voient la différence.

Chaque chargé de service public rendra compte au citoyen de façon simple et claire. On sait par exemple que 15 % des élèves de sixième ne maîtrisent pas le français ? Les écoles publiques et privées rendront publique la proportion de leurs élèves qui maîtrisent la lecture et le calcul en fin de CM2. On sait que les sujets âgés victimes d’une fracture du col du fémur meurent plus souvent si on perd 48 heures avant de les opérer ? Les hôpitaux et cliniques publieront la proportion de leurs patients opérés après 48 heures. Et ainsi de suite avec tous les acteurs chargés d’un service public. L’idée n’est pas de sanctionner : il n’y aura aucune conséquence sur les financements et les postes. Mais la simple publication des données incitera les acteurs à s’améliorer car nul ne veut paraître moins efficace que son voisin.

Le deuxième pilier du réarmement des services publics consistera à leur redonner massivement des moyens humains. Nous ne pouvons pas faire autrement tellement manquent des postes en certains endroits. En cinq ans, nous basculerons le budget de 200 000 emplois administratifs ou de back-office vers des emplois au contact direct avec le terrain. Dans les hôpitaux publics, il y avait en 2014, 98 599 équivalents temps plein (ETP) de médecins et 96 216 ETP d’administratifs. Presque un médecin pour un administratif ! Sans compter les ministères et agences de toute nature.

En revenant au niveau moyen de l’OCDE, nous pourrions déplacer 100 000 emplois vers des postes de soignants. Dans l’Education nationale, 300 000 personnes occupent des tâches administratives et de soutien, contre 800 000 qui enseignent effectivement devant les élèves. Là encore, nous pouvons regagner des marges de manœuvre. Pendant cinq ans, toutes les créations de postes seront dédiées aux services directement au contact du public : soignants, policiers, enseignants, magistrats, militaires d’active. Les fonctionnaires qui le souhaitent pourront aussi augmenter leur temps de travail de 35 à 37 heures hebdomadaires avec augmentation de salaire en conséquence. Nous créerons ainsi l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers de postes. Nous déplafonnerons le nombre d’heures supplémentaires volontaires qui seront défiscalisées.

Le troisième pilier de rénovation des services publics reposera sur l’autonomie, et un nouvel acte de décentralisation. A Valenciennes, l’hôpital a joué la carte de l’autonomie des services. Résultat : l’établissement est à l’équilibre financier et son offre de soins est d’une très grande qualité, tout en appliquant la loi et les statuts actuels. Plus les acteurs publics sont autonomes, plus ils sont efficaces. Pour recruter leur personnel, définir une offre nouvelle, créer des partenariats, trouver des sources de financement complémentaires, les agents publics ne devront plus en référer à des tutelles ministérielles. Cette autonomie concernera aussi les élus locaux avec un nouvel acte de décentralisation qui transférera massivement des compétences aux communes et aux régions.

Le quatrième pilier du renouveau des services publics consistera à permettre aux citoyens de s’impliquer dans tous les aspects de la vie publique de proximité. Qui contesterait que les Restos du cœur, créés par de simples individus, rendent un véritable service public ? Comme maire, tous les jours, je constate le bénéfice collectif que l’on tire de permettre aux individualités d’agir seules ou à plusieurs, via une association, un regroupement de citoyens intéressés, une entreprise ou un comité de quartier. Nous favoriserons cela. En Grande-Bretagne, parents d’élèves et enseignants sont libres de fonder des écoles jouissant de l’autonomie pédagogique et de la liberté d’embauche et de rémunération des professeurs à condition de respecter les programmes nationaux. Nous y ajouterons le respect de la laïcité et de l’égalité filles-garçons. Résultat, le niveau général a augmenté, et 84 % de ces écoles sont considérées comme « bonnes ou exceptionnelles ». Ces « free schools » ont remis l’ascenseur social en route puisque 48 % ont été ouvertes à destination de populations défavorisées.

Cinquième pilier : nous lancerons un plan de rénovation de nos équipements. Nos infrastructures se dégradent. Selon le Sénat en 2019, 25 000 ponts étaient en mauvais état structurel et posaient des problèmes de sécurité. La moitié de nos gares sont dégradées. Pendant trois ans, la totalité des crédits d’équipement de l’Etat seront fléchés vers ces travaux de rénovation, incluant la rénovation énergétique.

Sixième pilier : la simplification des administrations, de leurs organisations et de leurs procédures. La bureaucratie est la première ennemie du service public : elle absorbe des moyens au détriment des missions de terrain, elle complexifie le travail des agents et décourage l’initiative. Combien d’administrations travaillent exclusivement à la vérification d’autres administrations ? Bien trop. Nous abolirons le contrôle systématique de légalité de l’Etat sur les collectivités locales et la séparation entre ordonnateur et payeur. Nous abolirons les doublons : tout service public décentralisé verra son administration centrale supprimée. Au niveau individuel, les taches seront redéfinies avec le souci d’utiliser la bonne personne au bon endroit. Est-il normal qu’on affecte des policiers pour établir des procurations ou surveiller des sous-préfectures inutiles, et des médecins Bac +12 pour coder l’activité des hôpitaux ?

Une droite moderne doit défendre les services publics. Pas par idéologie ou démagogie. Mais à la fois parce que leur paupérisation aggrave le sentiment d’abandon de la population, et parce que l’éducation, les soins, la sécurité, les transports sont les conditions de la prospérité. Pour sauver les services publics, la droite doit cesser de les penser de façon poussiéreuse avec ses vieux schémas d’imitation du privé ou de remise en cause des statuts.  On n’attendait pas la droite sur la modernisation services publics ? Il nous suffit de décider que l’époque a changé et que le moment est venu de mettre fin à cette anomalie.

Philippe Juvin est candidat à la primaire de la droite, maire LR de La Garenne-Colombes et chef des urgences de l’hôpital Pompidou (Paris).

Édouard Philippe : un nouveau parti !

Édouard Philippe : un nouveau parti !

Édouard Philippe prépare déjà le coup d’après en créant son propre parti dans la majorité. ( Un de plus!). .. « Beaucoup ont fait valoir qu’il était temps de créer un parti autour de lui, de passer à l’étape supérieure », raconte l’un de ses partisans. Ce sera chose faite le 8 octobre prochain.

L’annonce d’un nouveau parti, distillé jeudi et vendredi dans plusieurs médias, coïncide avec la sortie d’un livre de confidences d’Edouard Philippe vendredi, ainsi qu’avec une interview, dimanche, dans l’émission Sept à Huit de TF1. L’ancien Premier ministre se rappelle donc au bon souvenir des Français, mais aussi des autres responsables politiques avec la création de sa formation.

 

 

 » « Après, complète-t-il, il faudra aussi parler des idées et déterminer s’il peut y avoir un Philipisme comme il existe un Macronisme. » Bref la démarche citoyenne à l’envers : un parti avant les idées ou le mal politique français.

Politique–Auto congratulations : Macron décore Philippe

Politique–Auto congratulations : Macron décore Philippe

 

Peut-être pour compenser la gifle et les enfarinages, , Macon procède par auto congratulation pour soutenir le personnel politique et les institutions. Ainsi il vient de décorer l’ancien premier ministre Édouard Philippe de l’insigne de grand-croix de l’ordre  national du mérite. À quand le retour de bâton peut-être en 2022 si Macron ne se présente pas ou en 2027. Cette tradition toutefois qui consiste à s’auto congratuler entre responsables politiques ne respecte pas l’esprit même des distinctions. Des distinctions qui doivent d’abord honorer des citoyens non rémunérés pour leur action au service de l’intérêt général. D’une façon globale c’est congratulations réciproques devrait être interdite entre politiques. Il ne devraient éventuellement être honorés qu’après cessation complète de leur engagement politique.

Auto congratulations : Macron décore Philippe

Auto congratulations : Macron décore Philippe

 

Peut-être pour compenser la gifle et les enfarinages, , Macon procède par auto congratulation pour soutenir le personnel politique et les institutions. Ainsi il vient de décorer l’ancien premier ministre Édouard Philippe de l’insigne de grand-croix de l’ordre  national du mérite. À quand le retour de bâton peut-être en 2022 si Macron ne se présente pas ou en 2027. Cette tradition toutefois qui consiste à s’auto congratuler entre responsables politiques ne respecte pas l’esprit même des distinctions. Des distinctions qui doivent d’abord honorer des citoyens non rémunérés pour leur action au service de l’intérêt général. D’une façon globale c’est congratulations réciproques devrait être interdite entre politiques. Il ne devraient éventuellement être honorés qu’après cessation complète de leur engagement politique.

Philippe Varin , Suez : arrêtons le massacre !

Philippe Varin , Suez : arrêtons le massacre !

 

À juste titre le président de Suez demande qu’on arrête le massacre de son entreprise par son concurrent Veolia. La finalité de l’opération capitalistique de Veolia vise en effet le dépeçage complet de Suez y compris il y a le transfert à des fonds spéculatifs étrangers. En outre cette bataille entre les deux grands acteurs de l’eau et autre services porte un grave préjudice à l’image des deux sociétés à l’international surtout mais en France aussi. Il y aurait sans doute intérêt à ce que les entreprises intéressées et Veolia en particulier met un peu en veilleuse leurs velléités de mécano capitalistique car pourrait alors remonter la problématique du prix de l’eau et autre services qui dégage une rentabilité excessive sur le dos des usagers.

Récemment Philippe Varin , président du conseil d’administration de Suez a transmis un projet de compromis avait Véolia mais qu’il a immédiatement rejeté. Le président de Suez a exprimé ses regrets au Figaro 

« Depuis six mois, deux entreprises françaises, deux géants mondiaux s’affrontent et se déchirent, à cause de l’offensive hostile de Veolia. C’est une situation inédite, d’une agressivité inouïe. Nous sommes dans une impasse pour trois raisons : le prix de 18 euros par action offert par Veolia est bien trop faible. Ensuite, les décisions des 22 autorités de concurrence aboutiront à un démantèlement de Suez. Enfin, nous jugeons les garanties sociales insuffisantes. »

Le fiasco de l’approvisionnement européen des vaccins (Philippe Juvin)

Le fiasco de l’approvisionnement européen des vaccins (Philippe Juvin)

 

 

La France a mis en garde vendredi certains pays de l’Union européenne contre la tentation de chercher individuellement à se procurer des doses supplémentaires de vaccins contre le Covid-19, notamment auprès de la Chine ou de la Russie. Face aux retards pris en début d’année dans les livraisons de vaccins coordonnées par la Commission européenne, la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque ont déjà approuvé ou envisagent d’approuver le vaccin russe Spoutnik V dont l’Agence européenne des médicaments vient seulement de commencer l’évaluation.

 

Ancien député européen (2009-2019), Philippe Juvin est chef du service des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou et maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Quel bilan faites-vous de la stratégie vaccinale de l’Union européenne ?

Le choix d’une centrale d’achat était une bonne idée politique mais dans les faits, la négociation n’a pas été bien menée. Nous sommes en train de payer une série de dysfonctionnements. Le premier a été un retard en matière de commandes et une lenteur des négociations. Le deuxième a été de vouloir discuter le prix des vaccins comme en témoigne cette interview de Clément Beaune, le secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes, qui a justifié, en décembre, l’intervention coordonnée des Etats membres par le fait que l’on allait finalement acheter moins cher alors que le sujet n’était pas là. On a négocié comme des marchands de tapis. C’est comme si lors de la bataille de la Marne, on avait mégoté sur le prix de l’essence des fameux taxis. Les Israéliens ont payé beaucoup plus cher les vaccins mais ils ont fait le calcul selon lequel tout surcoût représentait deux jours de confinement. Le troisième dysfonctionnement, soulevé par la presse allemande, est lié à l’influence de certains Etats membres – notamment de la France, très attachée à défendre les intérêts de Sanofi – qui ont voulu favoriser certains intérêts nationaux et ont freiné les commandes extérieures.

Qu’aurait-il fallu faire ?

On n’a pas fait l’analyse de qui arriverait en premier en matière de vaccins. Or, on savait que ceux à ARN messager étaient les mieux placés du fait notamment d’une technique extrêmement agile. Moderna est déjà en train de mettre au point un vaccin adapté au variant sud-africain. Au niveau des commandes, il fallait parier sur tous les vaccins en phase 2, au risque qu’il y en ait trop. Il fallait d’autant moins lésiner sur la commande que l’on pourrait être amené à revacciner les gens dans un an et que le monde entier aura besoin de vaccins. Quand la France tance les autres pays européens qui veulent agir de leur côté, elle a un train de retard. Il faut comprendre pourquoi ces pays en sont arrivés là.

Qui est coupable ?

La dysfonction actuelle vient des Etats qui ne jouent pas le jeu et refusent de partager leurs informations. On l’a vu au moment du déclenchement de la pandémie quand Bruxelles a demandé aux vingt-sept – comme je le raconte dans mon livre «  Je ne tromperai jamais leur confiance  » (Gallimard) – s’ils avaient des problèmes d’équipements (masques etc.) et que chacun a assuré que tout était sous contrôle… Mais ce n’est pas là l’exemple le plus frappant.

En 2016, a été créé un outil extrêmement avant-gardiste de coopération européenne avec la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) comprenant le Wellcome Trust, la fondation Bill-et-Melinda-Gates, la Norvège, le Japon, l’Allemagne, l’Union européenne et le Royaume-Uni.

Persuadée qu’elle arriverait à faire seule ce que le reste du monde essaye de faire à plusieurs, la France ne s’y est pas associée. Or, dès sa création, le CEPI est convenu qu’il fallait être capable de mettre au point des plateformes pour pouvoir très rapidement passer en phase 2 sur la base de vaccins reposant sur nouvelles technologies à partir d’ADN – que l’on ne développera pas – et d’ARN messager que l’on fera finalement.

Cela pourrait expliquer le scepticisme général des Français à l’égard de la vaccination ?

C’est une chose de se plaindre du vaccino-scepticisme, c’en est une autre d’expliquer pourquoi nous sommes en mars et qu’il n’y a pas eu une seule campagne officielle en faveur de la vaccination. Et je ne parle pas du scepticisme alimenté par Emmanuel Macron quand il dit aux journalistes britanniques que le vaccin d’AstraZeneca ne fonctionne pas chez les sujets âgés. Les autorités ne jouent pas leur rôle en n’expliquant pas pourquoi il faut se faire vacciner. Elles ont failli dans leur devoir d’information.

Confinement : un attentisme incompréhensible (Philippe Juvin)

Confinement : un attentisme incompréhensible (Philippe Juvin)

Philippe Juvin de l’hôpital européen Georges Pompidou de la capitale ne comprend pas l’attentisme du gouvernement, ajoutant que la situation dans les hôpitaux de la région parisienne était très tendue.

«Alors que nous nous rapprochons d’un pic épidémique, chaque jour passé sans prendre de décision a un prix élevé», a-t-il déclaré.

La mairie de la capitale a pour sa part insisté sur une proposition visant à imposer un verrouillage strict de trois semaines, puis à envisager de rouvrir des commerces, notamment des bars, des restaurants et des lieux culturels fermés depuis octobre.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré qu’il étudierait la proposition de Paris, bien qu’il ait exprimé des doutes quant à son efficacité.

Juvin a cité une étude montrant que 13000 vies auraient été sauvées si le verrouillage de la France de mars à mai l’année dernière avait eu lieu une semaine plus tôt. L’étude a également montré que si le verrouillage avait été retardé d’une semaine, le décès annoncé aurait augmenté de 53 000 personnes.

Les autorités sanitaires françaises ont signalé jeudi 25 403 nouveaux cas, contre 22 501 il y a une semaine, confirmant la récente tendance à la hausse de la maladie, principalement due à de nouvelles variantes.

La moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas quotidiens s’établit à 21 452, la plus élevée depuis plus de trois mois. Avec 3,687 millions de cas déclarés au total, la France a le six plus élevé au monde et son bilan de 85 582 décès est le septième le plus élevé.

Contrairement à certains de ses voisins, la France a résisté à un nouveau verrouillage national pour contrôler la propagation de variantes de coronavirus plus contagieuses, en espérant qu’un couvre-feu nocturne en vigueur depuis le 15 décembre puisse contenir la pandémie.

«Nous n’éviterons pas un nouveau verrouillage. Et plus nous attendons pour prendre une telle décision, plus elle durera longtemps », a déclaré Juvin.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré jeudi que le gouvernement souhaitait retarder le plus longtemps possible une éventuelle décision de verrouillage pour donner à sa campagne de vaccination le temps d’avoir un impact.

« La priorité de la santé environnementale » (Philippe juvin)

« La priorité de la santé environnementale » (Philippe juvin)

Alors que la transmission de virus de l’animal à l’homme pourrait s’accélérer, Philippe Juvin, le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, constate que la France court après le Covid-19 et n’est dotée d’aucun outil moderne de veille épidémiologique ou de surveillance environnementale.

Tribune. Les leçons que nous devrons tirer de l’épidémie sont nombreuses. L’importance des plans de crise, la fin de l’hyperadministration et de la lourdeur bureaucratique, la nécessité d’un système de santé robuste et agile, le retour d’une parole politique transparente, sincère, pour rétablir la confiance, une plus grande indépendance vis-à-vis de l’étranger, l’importance des nouvelles technologies de fabrication de vaccins… Toutes ces observations sont connues et devront être suivies d’effets pour éviter de revivre la même déroute en cas de nouvelle menace.

Mais cette épidémie pose également des questions plus profondes, liées aux relations entre la santé et l’environnement, et à notre capacité à préserver l’environnement et à le surveiller avec des objectifs sanitaires.

D’après l’Organisation mondiale de la santé animale, 60 % des pathogènes capables de causer des maladies à l’homme viennent de l’animal. Les virus du MERS ou du SARS, le parasite du paludisme, le virus Zika, celui du Nil sont parmi les plus connus. Depuis cent ans, deux nouveaux virus d’origine animale ont été découverts chez l’homme en moyenne par an.

Pathogènes jusqu’ici cantonnés aux animaux

Cette transmission de virus de l’animal vers l’homme pourrait s’accélérer et nous exposer à de nouvelles épidémies dans un futur proche. Car il y a maintenant de solides arguments scientifiques pour affirmer que, outre le changement climatique, la croissance intensive de la population, la déforestation et le développement de marchés d’animaux sauvages favorisent le contact de l’homme avec des espèces animales dont il était naturellement éloigné, et que chacun de ces nouveaux contacts augmente les chances de passage vers l’homme de pathogènes jusqu’ici cantonnés aux animaux.

Une publication du Lancet en 2019 rappelle qu’il y a plus de 1,5 million de virus chez les mammifères et que seulement 260 sont connus chez les humains : les virus inconnus représentant donc 99,9 % de l’ensemble. Le même travail évalue de 631 000 à 827 000 le nombre de virus zoonotiques inconnus et capables d’infecter l’homme. Après le Covid-19, le risque de nouvelles épidémies par agents pathogènes émergents est donc immense.

Prévenir et détecter précocement

Ces données appellent à définir des stratégies pour prévenir et détecter précocement ces passages entre espèces. On en a vu le caractère destructeur avec le Covid-19, puisque cette maladie est bien la conséquence du passage d’un virus animal à l’homme, même si les voies précises n’en sont pas encore élucidées.

Un inutile référendum (Philippe Bas)

Un inutile référendum (Philippe Bas)

 

L’’ex-secrétaire général de l’Élysée déclare dans le Figaro, «il est essentiel qu’on ne mette pas dans la Constitution une phrase qui signifierait que toutes nos libertés sont subordonnées à l’exigence de protection de l’environnement. Il y a à concilier beaucoup de libertés, de droits, de devoirs aussi depuis la Déclaration des droits de l’homme». Surtout en cette période de crises, «on ne va pas payer les Français – qui sont inquiets de la situation de l’Environnement – de mots».

 

«Ce n’est pas parce que vous allez mettre un mot supplémentaire dans la Constitution que vous allez miraculeusement transformer la situation!», affirme Philippe Bas qui n’entend pas «déranger les Français pour rien».

Selon le sénateur, il faut à tout prix éviter que la question du développement durable «soit prise en otage» par des considérations politiques et tactiques, «ni qu’elle soit tributaire de la cote de popularité du président de la République dans l’opinion. C’est ça le vrai danger».

 

 

 

 

 

Accepter le dépistage ( Édouard Philippe)

Accepter le dépistage ( Édouard Philippe)

 

Édouard Philippe dans le JDD appelle les Français à être responsables et à accepter de se faire dépister.

 

A partir de lundi, votre ville, Le Havre, se lance dans une opération pilote de dépistage massif en plein débat sur l’utilité des tests. Faut-il encourager les Français à se faire tester avant les fêtes?
Oui, bien sûr. Il est important de savoir si on est porteur du virus et si on peut mettre en danger nos proches. Évidemment, ce n’est pas parce qu’on est négatif le 16 décembre que le 18 on est protégé. C’est une photographie, qui perd de sa signification ensuite. Mais au moment où elle est faite, c’est une information importante à connaître. Avant les fêtes, nous devons tous être responsables vis-à-vis de nos amis, de notre famille. C’est une forme de discipline collective que nous devons avoir. C’est pour cela que nous avons aussi prévu un moment d’échange, entre le test et son résultat, pour répondre aux questions.

 

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué jeudi que le test n’était pas un « totem d’immunité ». A-t-il raison?
Oui. C’est pourquoi nous rappellerons les gestes barrière qu’il faut continuer à respecter. Nos concitoyens le comprennent parfaitement.

 

Votre campagne de dépistage massif au Havre va durer cinq jours. Concrètement, comment allez-vous procéder?
L’idée est de proposer aux 270.000 habitants des 54 communes de la communauté urbaine du Havre de venir se faire tester, sans rendez-vous et gratuitement, avec un résultat dans la demi-heure. Pour parvenir à accueillir le plus de monde possible, nous avons organisé avec les services de l’État une mobilisation assez exceptionnelle, sur plus de 50 sites différents : dans les pharmacies, laboratoires et cabinets médicaux, bien sûr, mais aussi dans 20 centres conçus pour accueillir plus de 500 personnes par jour, et même 1.000 pour certains.

Qui procédera aux tests?
Au début des tests lors de la première vague, nous avions buté au niveau national sur le nombre de personnes capables d’effectuer ces prélèvements. Au Havre, nous avons donc mobilisé beaucoup de gens : 250 élèves de l’école d’infirmiers, mais aussi les pharmaciens, les médecins, la protection civile, la Croix-Rouge… Une centaine d’agents de la Ville et de la communauté urbaine viendront aussi aider pour l’accueil et l’orientation. Nous avons mis les moyens pour que ceux qui viendront soient accueillis dans les meilleures conditions. Quelques entreprises de la zone industrialo-portuaire sont aussi volontaires pour participer, via la médecine du travail. Et en collaboration avec l’Éducation nationale, des tests seront proposés aux personnels dans tous les établissements scolaires, et à tous les élèves dans quatre lycées.

De quels types de tests s’agira-t-il?
Des tests antigéniques pour l’essentiel. Mais deux centres sur les 20 feront des tests PCR.

Quelle proportion des 270.000 Havrais espérez-vous pouvoir tester?
Je ne me fixe pas d’objectif. À Liverpool, ils ont réussi à tester environ un tiers des 500.000 habitants en quatre jours. Si on testait 50% de la population, je serais le plus heureux des hommes! Nous serons sans doute en dessous, mais si nous parvenons à dépister un nombre significatif de personnes, nous découvrirons forcément des cas asymptomatiques, des gens positifs alors qu’ils ne le savaient pas. Et, ainsi, on évitera des transmissions, on pourra casser une chaîne de contamination. Ça n’a pas de prix, surtout à l’approche de Noël.

Quel est l’objectif de cette opération?
Nous proposons aux Havrais un service qui a une utilité individuelle : beaucoup de gens ont envie de savoir, parce qu’ils sont angoissés et veulent pouvoir rassurer leurs proches. Et puis reconnaissons que ce virus surprend beaucoup et que nous ignorons encore bien des choses sur lui. Tester massivement peut donc nous donner des informations intéressantes sur la circulation du virus, les publics touchés, nous permettre de confirmer des hypothèses ou de découvrir des éléments qu’on n’attendait pas… Autant d’informations précieuses ensuite pour la gestion de l’épidémie. C’est donc utile individuellement, utile collectivement et utile scientifiquement.

Y aura-t-il un dispositif d’accompagnement pour isoler les cas positifs?
Nous avons beaucoup travaillé avec les services de l’État, et la mairie, au Havre, proposera un accompagnement à ceux qui en font la demande. Des repas, des médicaments ou des livres seront livrés à domicile chez ceux pour qui l’isolement peut être compliqué.

 

Pourquoi Le Havre a-t-elle été choisie comme ville pilote? Est-ce vous qui vous êtes portés candidat?
La première vague avait peu concerné la ville. Mais lors de la deuxième, l’agglomération a été la plus touchée de Normandie, avec un taux d’incidence supérieur à 500 pour 100 000 au moment du pic. Les chiffres ont baissé depuis. Mais, comme dans le reste du pays, on constate une stabilisation et une légère remontée des admissions à l’hôpital et du nombre de cas. Le taux d’incidence est passé de 65 pour 100.000 la semaine dernière à 70. Nous avons par ailleurs développé, au cours de la deuxième vague, un pilotage collectif très fluide entre l’État, les services hospitaliers, la médecine libérale et les Ehpad. L’ARS a vu qu’il y avait une culture du travail collectif qui fonctionnait bien. Et quand on nous a proposé cette opération, nous avons très vite répondu. Les 54 maires de l’agglomération m’ont tout de suite dit : « C’est utile, on y va et on verra comment ça se passe. »

Et vous, allez-vous vous faire dépister?
Bien entendu.

L’étape d’après, c’est la vaccination. En tant que maire, avez-vous déjà été sollicité par l’Etat pour cette opération?
Pas encore. Ce sera une étape importante et on l’abordera avec le même esprit de sérieux et de travail, en bonne intelligence avec tous les acteurs concernés.

Il y a une grande réticence des Français à l’égard des vaccins. Le moment venu, avez-vous prévu de vous faire vacciner?
Je me ferai vacciner, oui, bien sûr. Je n’ai aucune appréhension face aux vaccins. Je ne suis pas un grand fan des piqûres mais je sais ce que l’humanité doit aux vaccins. Et la remise en cause permanente, et souvent désinvolte, de la science me laisse, je dois dire, perplexe.

La santé doit être un bien universel : (Philippe Douste-Blazy)

La santé doit être un bien universel : (Philippe Douste-Blazy)

 

L’ancien ministre s’inquiète dans un livre récent  ( « Maladie française », paru aux éditions l’Archipel) de voir la santé soumise à la loi du domaine marchand. Il regrette que la santé ne soit pas considérée comme un bien universel. Il note par ailleurs l’absence de plan sanitaire à l’échelle européenne.

 

(Interview dans la tribune )

 

Vous évoquez dans votre dernier ouvrage, à plusieurs reprises, la nécessité d’une coopération internationale. C’est un sujet que l’on a souvent évoqué en termes de relocalisation industrielle. Vous insistez pour dire qu’il faut surtout un plan d’envergure européenne pour affronter des situations comme celles que nous vivons actuellement.

Philippe Douste-Blazy - Au niveau international, il n’existe aucun plan de lutte contre la pandémie. Le fait que la communauté internationale ne se soit pas dotée d’un plan, alors que l’on a inventé l’avion à réaction, paraît fou. Cela en dit long sur la réflexion politique de la santé. Il ne faut pas oublier que la santé est un bien public mondial comme l’eau ou l’éducation. Ce sont des biens mondiaux mais pas universels. Cette gouvernance mondiale qui finalement n’existe pas n’a pas compris que la santé doit être un bien public universel.

Vous estimez aussi que notre pays a besoin d’une refonte de grande envergure du système de santé.

Le système politique international a accepté que lorsqu’un médicament est découvert, il soit efficace mais cher, protégé par des brevets qui le rend accessible à seulement quelques millions de personnes. C’est choquant …

Contre la proposition de loi « Sécurité globale », pourquoi ? (Philippe Latombe)

Contre la proposition de loi « Sécurité globale », pourquoi ? (Philippe Latombe)

Philippe Latombe, député de la Vendée, explique pourquoi dans la Tribune il votera contre la proposition de loi sécurité globale.

 

 

Tribune

Je voterai contre la proposition de loi « Sécurité globale », parce que ce dispositif législatif présente des risques potentiels d’atteintes à la vie privée, aux principes d’égalité devant la loi et de proportionnalité d’individualisation des peines, à la liberté d’informer et peut-être même, cela mérite réflexion, aux normes constitutionnelles concernant les forces de police. Voilà qui fait beaucoup dans un domaine, celui des libertés fondamentales, où le moindre franchissement des lignes pose problème, me pose problème, surtout dans une démocratie censée porter haut l’étendard historique des libertés.

Je regrette que le débat ait été réduit à un manichéisme caricatural, politiquement instrumentalisé, opposant les prétendus défenseurs de l’ordre aux bisounours laxistes, fomenteurs du désordre. La police et la gendarmerie nationales sont des institutions publiques et républicaines à qui tout citoyen doit le respect, c’est incontestable. J’ai toujours clairement affiché mon soutien aux forces de l’ordre.

En contrepartie, cependant, leurs agents doivent pouvoir faire l’objet d’un contrôle public dans l’exercice de leurs fonctions. Or, interdire de les filmer revient à leur assurer l’impunité en cas de dérive. Limiter le débat à cette seule dualité est intellectuellement malhonnête : respect des droits du citoyen et respect des forces de l’ordre ne sont pas, ne peuvent être antithétiques en démocratie. C’est cette position que je défends.

Je ne gloserai pas ad libitum, j’ai envie d’écrire ad nauseam, sur le détail de ces différents motifs de désaccord. D’autres que moi l’ont fait abondamment, sans que cela suscite d’ailleurs de véritable dialogue ou débat constructif au sein de l’Assemblée, entre les promoteurs de cette initiative législative et leurs opposants (je recommande vivement le visionnage des débats en commission des Lois).

Je n’en reprendrai donc que quelques points, emblématiques d’une dérive liberticide : l’éventuelle possibilité de consulter les images des caméras de vidéoprotection, l’exploitation en temps réel des images des caméras-piétons des policiers, la généralisation des drones comme outils de surveillance, l’impossibilité de diffuser des images montrant des forces de l’ordre… La défenseure des Droits, Claire Hédon, s’en est émue, à juste titre, mais aussi les avocats, les associations de défense des droits humains, des représentants de la société civile, les médias, les nombreux citoyens qui nous interpellent chaque jour sur nos messageries parlementaires.

A ceux qui, en face, agitent le foulard rouge de la délinquance et du terrorisme, comme justification de ces nouvelles mesures, devant une population fragilisée par les derniers attentats et par une crise sanitaire inédite qui s’éternise, je me contenterai de citer les propos, ingénus mais ô combien délectables, d’un préfet qui constatait, il y a quelques jours, que les dealers et leurs clients se dispensaient  de l’usage du masque. Qu’attendez-vous, Monsieur le Préfet, pour passer à l’action ? Et, faut-il encore vous le préciser, pas seulement pour verbaliser pour non-respect du port du masque. Et si l’on se préoccupait, avant toute nouvelle initiative législative à haut risque pour nos libertés, d’appliquer l’arsenal répressif existant ?

Qu’on ne se méprenne pas. Il n’y a chez moi aucune hostilité envers des technologies nouvelles, innovantes, grâce auxquelles la France peut espérer occuper une place de choix au sein d’un marché mondial en plein développement, bien au contraire. Mais il est illusoire de penser que notre salut, notamment sécuritaire, passe par une mise en œuvre aveugle des opportunités qu’elles proposent. Il l’est tout autant de rêver à une société où la délinquance aurait totalement disparu, où les comportements délictueux pourraient être anticipés et enrayés avant même le début d’un commencement de passage à l’acte. A ceux qui en doutent, je conseille la lecture de Minority Report, une nouvelle de Philip K Dick écrite en 1956, ou le film éponyme de Stephen Spielberg qui s’en inspire. Y est  brossé le portrait d’une société ainsi mise sous contrôle. Cela ne fait pas vraiment envie.

Le recours à des technologies potentiellement invasives et intrusives ne peut se faire que dans un champ d’application extrêmement borné et circonstancié sur le plan juridique, ce qui n’est absolument pas le cas dans le dispositif proposé. Plus encore, le vide du texte sur la reconnaissance faciale laisse la voie libre à des ordonnances ultérieures qui permettraient l’usage décomplexé d’une telle technologie. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », recommandait Rabelais. Il serait dommage qu’au XXIème siècle, on déroge à un principe qui, depuis bientôt cinq siècles, a éclairé ce que notre société a produit de meilleur.

Mais je voterai aussi contre cette proposition de loi pour une autre raison : je suis député et, en tant que tel, je ne peux accepter les conditions dans lesquelles, sur un sujet aussi grave, s’est déroulé le travail parlementaire. Je laisserai de côté l’argumentation « sommaire » d’un collègue partisan du dispositif, me conseillant en pleine commission des lois, d’aller me faire « déniaiser ». La vulgarité du propos n’a d’égale que l’absence très « globale », effectivement, de considération manifestée à l’égard de la représentation nationale et de son rôle.

Pas d’étude d’impact, pas de saisine de la CNIL, pas d’avis du Conseil d’Etat portant sur l’ensemble du dispositif.  Une simple proposition de loi qui enfle, qui enfle, et devient peu à peu aussi grosse qu’un projet de loi, mélange des genres inadmissible. Pourtant l’idée d’un continuum de sécurité et d’une montée en compétence des polices municipales aurait pu être un beau projet. C’était d’ailleurs celui, strictement, de la proposition de loi initiale, et cela aurait dû s’en tenir à cela.

Elégance encore, dans le dépôt « en force » par le gouvernement de tant d’amendements importants, après la commission des lois, juste avant la séance, comme ceux sur l’article 22, heureusement retirés depuis, qui avaient été déposés sans en avoir prévenu le Conseil d’Etat,  pourtant sollicité en amont sur ce seul article. Elégance toujours, la tentative avortée d’habilitation à légiférer par ordonnance. On parle aussi d’un futur décret en Conseil d’Etat qui annihile le rôle du parlement…

Et comme si cela ne suffisait pas, le futur article 25 du projet de loi séparatisme opportunément dévoilé au tout dernier moment, est infiniment plus large et répressif que l’article 24 de la proposition de loi Sécurité globale et ce, sans que les parlementaires en aient été informés dans des délais suffisants pour leur permettre de déposer des amendements éclairés, une condition pourtant nécessaire pour la clarté et la sincérité des débats parlementaires, un principe constitutionnel, consacré en 2005, et présenté comme une garantie nécessaire pour assurer le respect des règles énoncées à l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 (« La loi est l’expression de la volonté générale ») et au premier alinéa de l’article 3 de la Constitution (« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants »).

Mais, alors, à quoi servent les parlementaires ?

Édouard Philippe : retour souhaité par 54 %.

Édouard Philippe : retour souhaité par 54 %. 

Selon un sondage Odoxa publié lundi. 54% des personnes interrogées souhaiteraient le retour de l’ancien premier ministre, contre 45% qui n’en veulent pas, selon une enquête réalisée pour France Inter et la presse régionale. Près des deux tiers des sondés (63%) ont une bonne opinion du maire du Havre, soit une hausse de 20 points par rapport à une précédente enquête de septembre 2019. Dans le détail, les Français le jugent dynamique (64%), compétent (63%), solide (62%), sympathique (61%) et même charismatique (54%).

Selon ce même sondage, la cote de confiance d’Emmanuel Macron baisse d’un point à 38%, et celle du Premier ministre Jean Castex s’établit à 40%, huit points en dessous de celle d’Édouard Philippe en juin. Selon  l’enquête Odoxa, le maire du Havre est – de loin – la personnalité politique préférée des Français avec une cote d’adhésion de 51%, devant la ministre de la Culture Roselyne Bachelot (45%). Viennent ensuite, loin derrière, Marine Le Pen (28%), Olivier Véran, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Jean-Yves Le Drian (tous à 27%) et François Baroin et Eric Dupont-Moretti (26% tous les deux).

Le sondage Odoxa a été réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1.005 personnes, âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, interrogées par Internet les 22 et 23 septembre (marge d’erreur de 1,4 à 3,1 point).

Édouard Philippe annonce une tempête sanitaire, économique et sociale !

Édouard Philippe annonce une tempête sanitaire, économique et sociale. !

 

«Je pense que nous allons affronter une tempête – une tempête économique, une tempête sanitaire, une tempête à tous égards – et peut-être une tempête sociale, peut-être une tempête politique. Et je pense que les temps qui viennent sont des temps difficiles», prévoit Édouard Philippe.

 

Une prise de position assez curieuse qui fait souffler un vent de pessimisme sur la conjoncture et l’environnement politique. Il n’est pas certain que ces annonces soient particulièrement appréciées par l’Élysée et par Matignon qui s’efforcent au contraire de rassurer. Pourquoi aussi annoncer une tempête politique ? Peut-être pour anticiper des résultats encore catastrophiques pour le parti en marche à l’occasion des élections départementales et régionales.

On se demande si Édouard Philippe ne prend pas rendez-vous avec l’histoire. En tout cas, la posture d’oracle est curieuse même si elle semble justifier par le souci de rappeler les républicains à la raison et à l’union avec la majorité actuelle.

Notons aussi que cette déclaration intervient juste au lendemain de l’annonce de la nomination d’Édouard Philippe au conseil d’administration ATOS. Une nomination parfois critiquée et qui symbolise les liens un peu sulfureux entre le business et la politique. Faut-il rappeler que Thierry Breton l’ancien président d’ATOS a été nommé commissaire européen sur proposition Édouard Philippe. D’une certaine manière Thierry Breton renvoie l’ascenseur.

Édouard Philippe voudrait rendre la situation encore plus difficile à son successeur comme premier ministre qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Le moins qu’on puisse dire c’est que son message qui vise plusieurs objectifs manque de clarté et on ne sait pas très bien à qui s’adresse sa critique quand il déclare.

 «les esprits calmes, ouverts, pondérés», ainsi que «la capacité de rassemblement, de dépassement»«Quand vous êtes sur un bateau et que la tempête arrive, l’important n’est pas forcément d’être d’accord sur toutes les questions avec ceux qui sont avec vous sur le bateau. L’important, c’est de savoir où on veut aller et comment est-ce qu’on va affronter la tempête», a-t-il expliqué. Pour l’ancien chef du gouvernement, «la boussole» qu’il faut «privilégier» pour «travailler ensemble» est donc celle du «dépassement», du «sens de l’État», du «sens de la France», plutôt que la «boussole partisane».

«Nous aurons besoin de ces femmes et de ces hommes de bonne volonté qui comprennent que nous allons subir, que nous allons traverser une très forte bourrasque

 

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol