Archive pour le Tag 'pharmaceutique ?'

Crise de l’industrie pharmaceutique en France : la faute à un manque d’investissements

Crise de l’industrie pharmaceutique en France : la faute à un manque d’investissements

L’économiste Frédéric Bizard propose, dans une tribune au « Monde », de rompre avec les stratégies publiques et privées actuelles.

Tribune. Parmi les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la France, pays inventeur du vaccin, est le seul à ne pas avoir trouvé un vaccin contre le Covid-19. Signe d’un déclin irréversible de la recherche médicale française pour les uns, accident de parcours lié à tout processus de recherche pour les autres, cette situation révèle des dysfonctionnements qui peuvent être corrigés.

Alors que la France dispose déjà d’un budget global public de la recherche plus faible que nos voisins (2 % du PIB contre 3 % en Allemagne), le pays a fait le choix étonnant de diminuer la part de ce budget consacrée au secteur de la santé (– 28 % de 2011 à 2018). C’est une erreur stratégique dans une période de transition technologique entre la chimie, la biologie et la génomique. Un médicament innovant sur deux est aujourd’hui issu des biotechnologies. C’est la qualité de la recherche fondamentale qui conditionne les chances de succès du processus d’innovation.

La création de l’Agence nationale de recherche, en 2005, n’a pas créé l’élan attendu pour dynamiser l’innovation, non pas simplement par manque de moyens, mais à cause d’une articulation mal pensée avec les institutions existantes (Inserm, CNRS). La coopération insuffisante entre universités et entreprises est aussi une faiblesse française. La France figurait en 2017 au 35e rang mondial du classement de la Banque mondiale dans ce domaine.

Les compétences en biotechnologies étant insuffisantes dans les big pharma, la clé du succès se trouve aujourd’hui dans les sociétés de biotech. Or, 72 % des biotechs françaises recherchaient en 2019 des fonds en France, mais le marché du capital-risque y est trop peu développé. Le secteur se caractérise en effet par un besoin en capital initial très élevé, pour une durée longue de développement (plus de dix ans) et un risque d’échec élevé (supérieur à 95 %). Aux Etats-Unis, 82 % du capital des biotechs viennent des fonds nationaux, contre 11 % en France.

Ces failles sont un véritable gâchis tant la France a été pionnière en génomique. De Jacques Monod, découvreur de l’ARN messager, à Emmanuelle Charpentier en passant par Jean Dausset, la France dispose des trois Prix Nobel qui ont charpenté la recherche génomique mondiale. Le talent de nos chercheurs, la ressource la plus rare et la plus longue à construire pour innover, est un facteur essentiel d’espoir pour rebondir.

L’industrie, de son côté, fait face, depuis les années 2000, à une évolution radicale de son modèle d’affaires. Le premier modèle (dit du « blockbuster ») s’est développé depuis les années 1980 par la production massive et standardisée de médicaments innovants à base chimique protégés par des brevets mondiaux. Le second (dit du « custombuster ») se caractérise par l’usage de procédés biologiques et génétiques pour personnaliser le médicament de façon à cibler les patients les plus réactifs. Cette évolution s’est accompagnée d’une très forte hausse des coûts de recherche et développement (R & D), multipliés par trois depuis 2003 (de 800 millions à 2 558 millions de dollars par médicament). Or, la progression des investissements en R & D s’est ralentie en France : le ratio dépenses R & D sur chiffre d’affaires est passé de 12,5 % à 9,8 % entre 2008 et 2017.

Industrie pharmaceutique en France : la faute à un manque d’investissements

Industrie pharmaceutique en France : la faute à un manque d’investissements

L’économiste Frédéric Bizard propose, dans une tribune au « Monde », de rompre avec les stratégies publiques et privées actuelles.

Tribune. Parmi les cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la France, pays inventeur du vaccin, est le seul à ne pas avoir trouvé un vaccin contre le Covid-19. Signe d’un déclin irréversible de la recherche médicale française pour les uns, accident de parcours lié à tout processus de recherche pour les autres, cette situation révèle des dysfonctionnements qui peuvent être corrigés.

Alors que la France dispose déjà d’un budget global public de la recherche plus faible que nos voisins (2 % du PIB contre 3 % en Allemagne), le pays a fait le choix étonnant de diminuer la part de ce budget consacrée au secteur de la santé (– 28 % de 2011 à 2018). C’est une erreur stratégique dans une période de transition technologique entre la chimie, la biologie et la génomique. Un médicament innovant sur deux est aujourd’hui issu des biotechnologies. C’est la qualité de la recherche fondamentale qui conditionne les chances de succès du processus d’innovation.

La création de l’Agence nationale de recherche, en 2005, n’a pas créé l’élan attendu pour dynamiser l’innovation, non pas simplement par manque de moyens, mais à cause d’une articulation mal pensée avec les institutions existantes (Inserm, CNRS). La coopération insuffisante entre universités et entreprises est aussi une faiblesse française. La France figurait en 2017 au 35e rang mondial du classement de la Banque mondiale dans ce domaine.

Les compétences en biotechnologies étant insuffisantes dans les big pharma, la clé du succès se trouve aujourd’hui dans les sociétés de biotech. Or, 72 % des biotechs françaises recherchaient en 2019 des fonds en France, mais le marché du capital-risque y est trop peu développé. Le secteur se caractérise en effet par un besoin en capital initial très élevé, pour une durée longue de développement (plus de dix ans) et un risque d’échec élevé (supérieur à 95 %). Aux Etats-Unis, 82 % du capital des biotechs viennent des fonds nationaux, contre 11 % en France.

Ces failles sont un véritable gâchis tant la France a été pionnière en génomique. De Jacques Monod, découvreur de l’ARN messager, à Emmanuelle Charpentier en passant par Jean Dausset, la France dispose des trois Prix Nobel qui ont charpenté la recherche génomique mondiale. Le talent de nos chercheurs, la ressource la plus rare et la plus longue à construire pour innover, est un facteur essentiel d’espoir pour rebondir.

L’industrie, de son côté, fait face, depuis les années 2000, à une évolution radicale de son modèle d’affaires. Le premier modèle (dit du « blockbuster ») s’est développé depuis les années 1980 par la production massive et standardisée de médicaments innovants à base chimique protégés par des brevets mondiaux. Le second (dit du « custombuster ») se caractérise par l’usage de procédés biologiques et génétiques pour personnaliser le médicament de façon à cibler les patients les plus réactifs. Cette évolution s’est accompagnée d’une très forte hausse des coûts de recherche et développement (R & D), multipliés par trois depuis 2003 (de 800 millions à 2 558 millions de dollars par médicament). Or, la progression des investissements en R & D s’est ralentie en France : le ratio dépenses R & D sur chiffre d’affaires est passé de 12,5 % à 9,8 % entre 2008 et 2017.

 

L’industrie pharmaceutique française sous la domination de sociétés internationales

 

La chercheuse Sophie Chauveau souligne, dans une tribune au « Monde », l’absence de longue date d’une véritable politique industrielle du médicament en France.

 

 

Tribune.
 En France, la souveraineté nationale en matière de médicaments s’est effritée dès les années 1950. Ce recul s’explique par les caractéristiques de l’industrie pharmaceutique dans l’Hexagone, et par une politique publique réduite au contrôle des prix et à la surveillance sanitaire, sans réelle ambition industrielle. 

L’industrie pharmaceutique française est plutôt issue de l’officine. A la différence des firmes pharmaceutiques britanniques, allemandes et nord-américaines, les entreprises françaises étaient éloignées de la recherche académique, et surtout la relation avec les laboratoires universitaires dépendait plus de relations interpersonnelles que d’un modèle d’organisation. Dès 1945, l’Etat a bien tenté un rapprochement forcé entre Institut Pasteur, CNRS et entreprises pharmaceutiques pour organiser la production d’antibiotiques et se défaire de l’emprise américaine, mais sans succès. Dans les années 1950, les capacités de recherche et développement (R & D) des laboratoires français sont en situation d’infériorité.

Les politiques publiques ont facilité l’entrée des firmes étrangères sur le marché national et la prise de contrôle des laboratoires pharmaceutiques français. Des années 1950 jusqu’aux années 1980, les différents gouvernements privilégient le contrôle du prix des médicaments pour ne pas accroître davantage les charges de l’assurance-maladie : non seulement ces prix sont parmi les plus bas en Europe, mais il est en outre très difficile d’obtenir leur revalorisation. Faute de ressources, les entreprises françaises ne peuvent pas investir dans la R & D : elles préfèrent développer des copies et négocier des licences d’exploitation avec les laboratoires étrangers. Enfin, les procédures d’autorisation de mise sur le marché ne prennent guère en compte la dimension innovante des nouveaux produits.

En outre, jusqu’en 1972, prévaut une politique protectionniste que les firmes pharmaceutiques étrangères déjouent sans difficulté. Il est en effet impossible de commercialiser en France un médicament fabriqué à l’étranger. Pour entrer sur le marché français, les laboratoires britanniques et américains, notamment, rachètent des laboratoires français dont ils font des filiales, auxquelles ils vendent les principes actifs de médicaments dont la mise en forme et le conditionnement se font sur le territoire national.

Ces pratiques permettent non seulement de s’imposer sur le marché français, particulièrement dynamique en matière de consommation de médicaments, mais aussi de prendre le contrôle du secteur pharmaceutique. Au début des années 1970, plus de 40 % du chiffre d’affaires de l’industrie pharmaceutique en France est réalisé par des filiales de groupes étrangers, surtout américaines et allemandes. Cette emprise est particulièrement forte pour les antibiotiques (70 % de la production en France est sous contrôle étranger) et les traitements hormonaux (80 %).

L’industrie pharmaceutique française en cause

L’industrie pharmaceutique française en cause

L’historienne Muriel Le Roux détaille, dans une tribune au « Monde », la lente érosion de l’écosystème français du médicament.

Tribune. 

 

En juillet 2018, le Conseil stratégique des industries de santé annonçait de nouvelles mesures pour que les firmes du secteur choisissent davantage la France pour investir en recherche et développement (R&D). Après la loi Allègre de 1999 et ses adaptations régulières, qui offrent des dispositifs parmi les plus favorables à l’innovation, cette réitération peut sembler étonnante.

Favoriser les relations entre la recherche académique et l’industrie a été une préoccupation constante des pouvoirs publics sous la Ve République. Après 1945, les Etats les plus riches ont tous corrélé big science et big business, en particulier dans la chimie et la pharmacie, donnant naissance à un milieu aux contours flous et au jeu d’acteurs sans cesse renouvelé, dont la complexité s’est accrue sous l’effet de la mondialisation et de la financiarisation des entreprises. Ce qui apparaît au grand jour depuis un an n’est donc pas nouveau.

 

En France, dès les années 1950, nombre de chercheurs du CNRS avaient des contrats individuels avec l’industrie, notamment chimique. Jusqu’aux années 1980, la communauté scientifique jouissait d’une grande autonomie dans le choix et la conduite des recherches, ainsi que dans la décision de coopérer ou pas avec l’industrie. Avec l’accord-cadre Rhône-Poulenc-CNRS de 1975, il s’agissait pour l’Etat d’encadrer des pratiques existantes dans les laboratoires, de valoriser les résultats de la recherche publique, de limiter l’usage qu’en faisaient les industriels sans y avoir contribué, tout en orientant une partie de la recherche. Cette politique scientifique et des mesures fiscales incitatives explique en grande partie la performance industrielle des laboratoires chimiques et pharmaceutiques français, qui ont ainsi pu rattraper leur retard du début des années 1950.

Dans le cas du Taxotère, un anticancéreux bien connu dont la molécule avait été découverte à l’Institut de chimie des substances naturelles (ICSN-CNRS) après plus d’une décennie de recherches publiques partiellement financées par des contrats signés par les chercheurs eux-mêmes avec les industriels, Rhône-Poulenc Rorer prit directement les brevets, tandis que la recherche publique reçut les redevances qui lui revenaient selon le contrat.

 

Mais au cours des années 1980, le partenariat par « accord-cadre » entre institutions s’est généralisé, excluant progressivement les chercheurs des décisions en matière d’innovation et restreignant l’indépendance de la recherche académique. Sans doute s’agissait-il de faire face à l’augmentation du coût de la recherche et de s’adapter au système nord-américain de cofinancement entre les universités (publiques et privées), les entreprises, les fondations et l’Etat fédéral. Mais la conséquence a été le triomphe du modèle de la très grande firme se concentrant sur la production des « blockbusters » (molécules dont le chiffre d’affaires dépasse le milliard d’euros) et réalisant des économies d’échelle en R&D, à coups de rachats et de concentration. Le Taxotère a été l’un des blockbusters du groupe Sanofi, devenu l’un des leaders mondiaux du secteur. 

Industrie pharmaceutique : rachat de Varian par Siemens plus de 16 milliards

Industrie pharmaceutique : rachat de Varian par Siemens plus de 16 milliards

 

Siemens est surtout connu en France pour son industrie ferroviaire suite à la fusion manquée avec Alstom. Mais Siemens ,  groupe international d’origine allemande,  est également présent les secteurs de l’énergie, de la santé, de l’industrie et du bâtiment mais aussi de la santé . Siemens Healthineers, la branche médicale du conglomérat allemand Siemens, a trouvé un accord pour acheter le spécialiste américain du traitement du cancer Varian pour 16,4 milliards de dollars (13,9 milliards d’euros).

Le rachat devrait être finalisé au cours du premier semestre 2021, sous réserve de l’approbation des actionnaires de Varian et des autorisations réglementaires nécessaires, selon un communiqué du groupe allemand.

Les actionnaires de Varian recevront 177,50 dollars par action, selon le communiqué. Siemens Healthineers entend financer cette acquisition à l’aide d’une combinaison de prêts et de capitaux propres au travers de l’émission de nouvelles actions.

Siemens Healthineers, dont le siège est à Erlangen (Bavière) et emploie quelque 50.000 personnes dans plus de 70 pays, est coté à la Bourse de Francfort depuis 2018 et est depuis lors juridiquement indépendant du groupe Siemens. Toutefois, le conglomérat reste un actionnaire largement majoritaire. Si le rachat de Varian se concrétise, la participation de Siemens passera de 85% à 72%.

Par ailleurs, Siemens Healthineers a annoncé que son bénéfice net avait chuté de 22% d’avril à juin – le troisième trimestre de son exercice décalé – par rapport à la même période l’an dernier, passant de 348 millions d’euros à 270 millions d’euros. Son chiffre d’affaires a également chuté à 3,31 milliards d’euros, contre 3,56 milliards d’euros.

Varian a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 3,2 milliards de dollars au cours de son dernier exercice, avec une marge d’exploitation de 17%. La société de Palo Alto, en Californie, emploie actuellement quelque 10.000 personnes dans le monde. Elle est spécialisée dans les technologies d’intelligence artificielle, d’apprentissage automatique et d’analyse de données pour améliorer le traitement du cancer.

Super fusion dans l’industrie l’industrie pharmaceutique

Super fusion dans l’industrie l’industrie pharmaceutique

on comprend mieux certaines critiques de certaines industries pharmaceutiques contre leurs concurrents susceptibles de commercialiser des produits considérés comme inutiles voire dangereux. En fait, se  joue  une immense recomposition de l’industrie pharmaceutique avec notamment la perspective Les rumeurs de fusion entre AstraZeneca et Gilead interviennent alors que les Big Pharma (grands laboratoires) sont mobilisés dans la course aux traitements et aux vaccins contre le Covid-19.  Il y a bien sûr la course normale à la recherche de la part de labo mais aussi des luttes plus ou moins transparentes pour discréditer des produits concurrents notamment lorsqu’il s’agit de molécules déjà connues à bas prix. La perspective d’un vaccin amplifie encore la concurrence acharnée dans l’industrie pharmaceutique. Notons que beaucoup de laboratoires de recherche bénéficient de financements de l’industrie y compris à titre personnel par exemple en tant qu’expert

Ce serait donc la fusion du siècle, celle de tous les records. Le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca (AZ) aurait fait des avances à l’américain Gilead, selon Bloomberg. À eux deux, ils formeraient un mastodonte de l’industrie pharmaceutique valorisé près de 240 milliards de dollars, devant les leaders Merck et Pfizer. L’opération dépasserait le rachat l’an passé de Celgène par BMS pour 74 milliards de dollars. Les discussions dateraient du mois dernier et seraient encore au stade informel. Mais Gilead aurait pour l’instant éconduit son prétendant.

Si les deux intéressés refusent de faire des commentaires, ces rumeurs ont suffi lundi à provoquer un recul de plus de 2 % du titre AstraZeneca. Elles interviennent alors que tous les Big Pharma (grands laboratoires) sont mobilisés dans la course aux traitements et aux vaccins contre le Covid-19. S’ils s’unissaient, AstraZeneca et Gilead gagneraient en force de frappe. 

L’Agence du médicament au service du lobby pharmaceutique ?

L’Agence du médicament au service du lobby pharmaceutique ?

 

 

C’est une interrogation qui monte de plus en plus y compris au sein même de l’agence nationale de sécurité du médicament. Pour preuve le de nombreux responsables de cette agence et leur non remplacement. La contradiction vient surtout du fait que c’est l’Europe qui autorise la mise sur le marché des médicaments mais que l’évaluation scientifique est fait réalisée par les Etats. Du coup,  se pose la question de savoir quel est l’objet même de cette agence : un outil administratif ou un outil scientifique destiné à évaluer les médicaments. . «Les gens partent, car il n’y a plus aucune cohérence, plus aucun projet clair», raconte un membre de l’ANSM. Un autre ajoute: «La situation est catastrophique, car la vacance de tous ces postes signifie que la ministre de la Santé ne contrôle plus rien en matière de politique du médicament en France. Elle est incapable de savoir ce qui se passe sur le territoire, tant en termes de sécurité que de contrôle des médicaments disponibles. Or c’est elle, la responsable !» S’il revient à l’Europe de donner les autorisations de mise sur le marché, l’évaluation scientifique des dossiers est encore suivie par les États membres. De son côté, Dominique Martin l’assure: «L’agence est un organisme vivant, les gens bougent, ce n’est pas étonnant.»Dans ce contexte très tendu, la phrase prononcée mercredi par le patron de l’agence lors de la journée du conseil scientifique n’a pas du tout plu à la quinzaine de participants, c’est le moins que l’on puisse dire. À la fin de la présentation des ressources humaines, Annick Alpérovitch, la présidente du conseil scientifique, interroge le directeur de l’agence. Elle lui demande poliment pourquoi il n’a pas été fait mention du travail des scientifiques. Réponse de Dominique Martin, selon trois témoins: «Nous sommes une agence technico-règlementaire, nous n’avons pas besoin de scientifiques de haut niveau.» Un membre du conseil se demande pourquoi les épidémiologistes Annick Alpérovitch et Mahmoud Zureik, directeur de la direction scientifique, n’ont alors pas présenté sur-le-champ leur démission.  Sauf en plein cœur de la tempête Mediator, jamais l’Agence du médicament n’avait connu pareille situation. «C’est simple, l’ANSM est décimée, résume un haut responsable. Le navire prend l’eau de partout.» La nouvelle réorganisation mise en place après la crise du Mediator par Dominique Maraninchi, prédécesseur de l’actuel directeur, Dominique Martin, est très largement responsable de cet état de fait. Aujourd’hui, la liste des postes vacants donne le vertige, non seulement en raison de leur nombre, mais également à cause de leur importance. Ainsi, il n’y a actuellement plus personne au poste pourtant clé de l’évaluation. Cette spécialité permet de dire qu’une molécule chimique est un médicament, qu’elle est plus efficace que dangereuse, à la fois avant et après sa commercialisation. Ce service stratégique n’a donc ni directeur, ni adjoint. Même absence totale de direction au service de la communication. Le dernier directeur, qui venait de l’Institut Curie après avoir passé trois ans chez Novartis, n’est resté que six mois. Par ailleurs, la représentante de l’agence au Prac, le comité européen de pharmacovigilance (chargé de vérifier les effets secondaires), a elle aussi claqué la porte. Au département de la surveillance - le service qui analyse comment sont utilisés les médicaments -, l’un des deux directeurs adjoints a plié bagage au mois d’avril, et, vendredi, trois personnes de cette même direction ont annoncé en même temps qu’elles présentaient leur démission: le chef du pôle de pharmacovigilance, le référent grossesse et le référent bénéfice risque. L’un des agents de pharmacovigilance quitte l’ANSM pour rejoindre lelaboratoire Pierre Fabre. La commission de déontologie de la fonction publique va devoir examiner ce passage du public au privé.

 

(Avec le Figaro)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol