Archive pour le Tag 'peut-être'

Page 2 sur 2

Croissance : 10 points perdus depuis 2008 et seulement 0.2%( peut-être) en 2013

Croissance : 10 points perdus depuis 2008 et seulement 0.2%( peut-être) en 2013

L’INSEE toujours optimiste se fonde toujours sur les 0.5% du second trimestre pour escompter 0.2% en 2013. Reste à savoir si l’activité repartira bien au quatrième trimestre puisque le premier et le troisième sont mauvais ; en effet le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait stagner au troisième trimestre puis repartir de l’avant pour retrouver fin 2013 son niveau d’avant-crise avec la confirmation de l’éclaircie amorcée au printemps, estime l’Insee. Dans une note de conjoncture publiée jeudi, l’institut a revu en conséquence à la hausse ses prévisions pour l’emploi dans le secteur privé pour le deuxième semestre et anticipe désormais, avec la forte hausse en parallèle des emplois aidés, une stabilisation du taux de chômage fin 2013. Pour l’Insee, l’embellie de la conjoncture européenne constatée depuis le printemps est appelée à se poursuivre, même si les chiffres du troisième trimestre devraient accuser un contrecoup au rebond vigoureux enregistré au deuxième. Pour la France, après ses +0,5% du deuxième trimestre, la croissance stagnerait au troisième trimestre avant d’accélérer à nouveau au quatrième (+0,4%). « Quand on fait le calcul, on voit qu’on retrouverait là enfin le niveau (de PIB) qu’on avait au seuil de la crise début 2008″, indique Cédric Audenis, chef du département conjoncture de l’Insee. Avec une croissance annuelle potentielle de l’économie française qui était alors estimée entre 1,5% et 2,0%, ce sont dix points de PIB qui se sont évaporés depuis, souligne-t-il. Pour 2013, la croissance moyenne du PIB s’établirait à 0,2%, une reprise très modeste après la stagnation de 2012. Mais en glissement annuel, elle s’établirait à 0,8% à la fin du 4e trimestre, un niveau qui reflète mieux sa dynamique actuelle, contre -0,3% fin 2012. Cela permettrait, selon l’institut, à la France d’aborder 2014 avec un acquis de croissance de 0,4%. « Si la tendance anticipée par l’Insee se confirme au cours des prochains trimestres, notre prévision de croissance de 0,9% pour 2014 pourra être dépassée », a déclaré le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, dans un communiqué.  

 

Moscovici »: »l’Euro peut-être trop fort à certains égards » ; un euphémisme ?

Moscovici »: »l’Euro  peut-être trop fort à certains égards«  ; un euphémisme ?

Il ne faut surtout pas fâcher l’Europe (surtout l’Allemagne)  du coup même l’expression publique est adoucie voire surréaliste en pleine guerre des monnaies. « L’euro est stable, l’euro est fort, peut-être d’ailleurs trop fort à certains égards », a déclaré M. Moscovici sur France 2, en rappelant que l’on s’interrogeait sur l’avenir de la monnaie unique il y a un an.  Alors que la Chine, le Japon et les Etats Unis se sont lancé dans la guerre des monnaies, l’Europe elle refuse de peser sur les taux de change, résultat l’euro monte, la compétitivité se dégrade, la croissance s’écroule. L’euro a encore progressé face au dollar vendredi, évoluant au-dessus du seuil de 1,36 dollar après avoir atteint dans la journée 1,3711 dollar, son plus haut niveau depuis mi-novembre 2011, en raison d’un regain d’optimisme sur les perspectives de l’économie en zone euro.  La monnaie unique a également augmenté face à la devise nippone et touché 126,97 yens, son plus haut niveau depuis fin avril 2010. Pour le gouvernement français, cette hausse devient préoccupante car une monnaie trop forte pèse sur les exportations. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a ainsi fait part de son inquiétude mercredi, en jugeant que « l’euro est trop haut par rapport à ce que l’économie européenne, pas seulement française, est en droit d’attendre ».  Nous sommes attentifs à cette question », qui « fait l’objet de toute l’attention du président de la République, du Premier ministre et du gouvernement français », a-t-il déclaré, en assurant qu’ »une hausse de 10 centimes d’euro, c’est 1 milliard de chiffre d’affaires en moins pour EADS », le géant européen de l’aéronautique.  Interrogée au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, la patronne du Medef, Laurence Parisot, a elle aussi jugé que la monnaie unique était « dans une phase un peu élevée », tout en soulignant que c’était « aussi le signe de nouvelles positives (car) beaucoup considèrent que la crise de l’euro est quasi terminée ».   »Je préfèrerais pour certains secteurs en particulier qu’il (l’euro) soit un peu plus bas et on peut espérer que le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, s’exprime sur le sujet. C’est à lui, par des propos qu’il pourrait trouver pertinents, de donner un signal qui permettrait de rééquilibrer les choses », a estimé Mme Parisot.  Interrogé enfin sur le niveau élevé du chômage en France, M. Moscovici a assuré qu’il tablait sur une inversion de sa courbe d’ici à la fin de l’année à la faveur d’une amélioration de la conjoncture en France et dans le monde.   »On ne peut pas se résigner à l’idée que le chômage augmente sans arrêt », a-t-il déclaré. « Je pense que 2013 va être une année (…) avec une reprise progressive vers la fin de l’année », et donc « je crois que nous pouvons, encore une fois nous ferons tout, pour que la courbe du chômage s’inverse d’ici à la fin de l’année 2013″, a-t-il insisté.  Le ministre de l’Economie a enfin réaffirmé les prévisions gouvernementales de croissance du Produit intérieur brut (PIB) français, attendue à 0,8% en 2013, tout en soulignant que «  »s’il faut s’adapter, on s’adaptera ».

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Taxe à 75% : en avril ou mai, peut-être !

Taxe à 75% : en avril ou mai, peut-être !

Le gouvernement a bien compris que la suppression de la taxe emblématique de 75% portait un sérieux coup à son concept de justice sociale ; Du coup, il dément la suppression totale sans pour autant savoir commente rendre juridiquement acceptable la mesure, sur les salaires ou revenus à la source, en tenant comte du ménage ou par un nouveau relèvement du barème de l’IR ? Pas sûr que le climat soit meilleur en mai pour faire passer la seule mesure vraiment marquée dont l’objet est faire maux digérer la hausse générale de fiscalité payée par l’ensemble des français.  Le gouvernement présentera «d’ici un mois maximum» un nouveau dispositif de taxation des très hauts revenus remplaçant celui qui avait été censuré fin décembre par le Conseil constitutionnel, a indiqué Matignon ce vendredi. Le gouvernement avait démenti jeudi un éventuel abandon de la taxe à 75%, mesure symbolique du programme de François Hollande, annoncé par Europe 1.  «Le gouvernement travaille pour trouver un nouveau dispositif, ont confirmé ce vendredi les services du Premier ministre. D’ici un mois maximum, on aura proposé un nouveau dispositif. Il faut que ce soit solide juridiquement et de portée équivalente» à la taxe censurée par les Sages.» La mesure avait été censurée par le Conseil constitutionnel au motif qu’elle visait individuellement un contribuable gagnant plus d’un million d’euros par an, et non un foyer. Il s’agissait de taxer à 75% les seuls revenus de ce contribuable au-dessus d’un million d’euros par an. Selon le ministre délégué aux Relations avec le Parlement Alain Vidalies, le gouvernement étudie «plusieurs pistes» pour ce nouveau dispositif : «soit revenir à une imposition au niveau du ménage, soit créer un impôt à la source». «Nous avions dit que dans les sept-huit semaines qui suivraient, nous donnerions la solution technique et que ce texte trouverait sa place dans la prochaine loi de finances rectificative, au mois d’avril ou de mai», a ajouté Alain Vidalies ce vendredi matin sur RTL.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

Nicolas Sarkozy « n’a rien reçu des Bettancourt » ; lui peut-être mais d’autres ?

Nicolas Sarkozy «  n’a rien reçu des Bettancourt » ; lui  peut-être  mais d’autres ?

Difficile de savoir à qui ont profité les largesses de Bettancourt, à beaucoup sans doute ; en tout cas pas à Sarkozy directement. Pas étonnant, dans ces cas là, le bénéficiaire réel est rarement en première ligne.par ailleurs les valise en espèces ne laissent pas de traces.  Dans le procès-verbal de l’audition de Nicolas Sarkozy obtenu par Sud-Ouest, l’ancien président de la république a tenu à rappeler qu’il n’avait jamais reçu d’argent de la famille Bettencourt  Lors de son audition fleuve de 12 heures au parquet de Bordeaux, Nicolas Sarkozy a précisé aux juges n’avoir jamais reçu d’argent de la famille Bettencourt en 29 ans. Dans le procès-verbal de 32 pages obtenu par le quotidien Sud-Ouest, Nicolas Sarkozy explique que les Bettencourt, « ne m’ont jamais donné un sou et je ne leur en ai jamais demandé ». Interrogé sur le financement de sa campagne présidentielle en 2007, l’ancien président de la république précise qu’en cinq campagnes municipales à Neuilly, les Bettencourt ne lui ont jamais apporté une quelconque aide financière. Au sujet de l’état de faiblesse mental de Liliane Bettencourt, décelé en septembre 2006 après une évaluation psychiatrique, Nicolas Sarkozy a précisé n’avoir jamais remarqué le moindre fléchissement chez l’héritière de l’Oréal. « Quand je la vois, je n’aperçois aucun signe apparent de cela…, a-t-il Elle est bien habillée, elle ne bégaie pas. Elle ne dit aucune invraisemblance. » Convoqué pour la première fois dans un cabinet d’instruction, en « 36 ans de vie politique » Nicolas Sarkozy a reconnu que cette audition « est un épreuve ». (Source : Sud-Ouest et AFP)

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol