Archive pour le Tag 'peuple »'

« Touche pas à mon peuple » : Cyril Hanouna, émission suicide


« Touche pas à mon peuple » : Cyril Hanouna, émission suicide

L’historienne des médias Claire Sécail démontre comment, sous ses dehors divertissants, l’émission présentée par Cyril Hanouna sur C8 est une entreprise de désinformation qui « menace les fondements de la démocratie ». dans Le Monde

Livre. Se peut-il qu’il reste des téléspectateurs que « Touche pas à mon poste » laisse seulement circonspects, et pas encore certains que l’émission et son présentateur participent d’une entreprise de démolition de notre système démocratique ? A ce public confusément conscient d’un danger, on conseille vivement la lecture de Touche pas à mon peuple (Seuil, 84 pages, 5,90 euros), ouvrage bref et limpide signé de l’historienne des médias Claire Sécail.

Loin de redire, sur un ton différent de celui qu’elle avait déjà emprunté pour décortiquer le traitement réservé par le divertissement de C8 à l’élection présidentielle de 2022, comment la notion de pluralisme y est dévoyée, la chercheuse au CNRS examine cette fois son sujet à la lumière de la notion de populisme. Car, si Cyril Hanouna est assurément un démagogue, « il gagne ses galons populistes en adhérant à la conception duale d’un monde clivé verticalement entre élite et peuple, l’élite étant constituée comme adversaire de ce peuple au nom duquel l’animateur prétend parler », pose l’autrice dès les premières lignes de ce libelle aussi méthodique que dynamique.

Il lui suffit de 84 petites pages pour étayer sa démonstration et décrire comment l’obligé de Vincent Bolloré « sape les termes de la conversation sociale et menace par extension les fondements de la démocratie ». Non contente de décrire le dispositif lui-même (un public de l’émission figurant le peuple, un animateur installé dans une dérive autoritariste, une primauté accordée aux opinions plutôt qu’aux faits), Claire Sécail décortique le système de valeurs propre à ce microcosme audiovisuel.

L’« antiparlementarisme ordinaire », qu’a si spectaculairement illustré l’épisode des insultes proférées à l’encontre du député (LFI) Louis Boyard à l’automne 2022, constitue ainsi l’une des bases d’un triptyque fondateur, qui inclut « l’anti-élitisme intellectuel et médiatique » (toute personne qui formule une critique envers Cyril Hanouna devient un bouc émissaire) et le « populisme pénal », dont le traitement de la mort de la petite Lola, en octobre 2022, a constitué un sidérant paroxysme.

Société- Maroc : « Le petit peuple va encore payer « 

Société-Maroc : « Le petit peuple va encore payer  »

Choqué par l’ampleur du tremblement de terre qui a tué plus de 2 800 personnes, le romancier marocain Abdellah Taïa rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’un mouvement de contestation contre les injustices et la précarité était né après le séisme de 2004 dans les régions très pauvres du nord du pays.

Le tremblement de terre très puissant qui s’est produit dans la région de Marrakech a bouleversé le Maroc tout entier. Ses secousses ont été ressenties jusqu’à la ville de Fès. Presque personne n’a pu dormir dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre. Très choqués, mes proches avaient peur de rester à l’intérieur de leur maison. C’était l’apocalypse. C’était la fin. En quelques secondes, tout bouge, tout change, tout tombe, y compris les corps et les âmes. Sincères, ils disent en pleurant : désormais, vivre n’aura plus jamais le même goût.

Cette catastrophe a créé comme un lien inédit entre les Marocains. Ils ont vu la mort de leurs propres yeux. Ils ont compris à quel point ils sont plus que jamais vulnérables. Abandonnés. Seuls. Si seuls face à la nuit interminable et à ses forces destructrices.

Dès samedi matin, ils ont commencé à penser aux autres, qui ont été les plus touchés. Et, chacun à sa façon, ils ont voulu exprimer leur solidarité avec ces autres. Ce tremblement de terre a mis tout le pays face à cette vérité qu’on ne peut plus se permettre de cacher, de maquiller : ce sont les plus pauvres qui vont principalement souffrir des conséquences de cette tragédie. Les Marocains des villages de l’Atlas. Les bourgs. Les douars. Les souks.

Ils ne sont pas si loin que ça de Marrakech, de ses riads luxueux et de sa jet-set internationale. De la place Djemaa El-Fna, en levant la tête, on voit clairement cet autre Maroc ignoré, qui vit depuis trop longtemps dans le dénuement et la précarité. Les villageois qu’on voit sans réellement les voir. On passe constamment à côté d’eux. Ces Berbères que les touristes adorent prendre en photo. Ils sont si beaux, si simples, si généreux, si merveilleux, si authentiques, il ne faut surtout pas qu’ils changent. Des gens sans cesse transformés en objets exotiques. Des images d’un Maroc éternel qui fait tellement plaisir à ceux qui ne veulent toujours pas dépasser leurs fantasmes orientalistes.

Ce petit peuple marocain va encore une fois payer le prix fort. A Casablanca, à Agadir, à Rabat et ailleurs, les citoyens marocains ne cessent de s’organiser pour lui venir en aide. Ils improvisent comme ils peuvent. Il y a là quelque chose d’admirable. Vraiment. Mais malheureusement leur solidarité ne suffira pas.

Maroc : « Le petit peuple va encore payer « 

Maroc : « Le petit peuple va encore payer  »

Choqué par l’ampleur du tremblement de terre qui a tué plus de 2 800 personnes, le romancier marocain Abdellah Taïa rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’un mouvement de contestation contre les injustices et la précarité était né après le séisme de 2004 dans les régions très pauvres du nord du pays.

Le tremblement de terre très puissant qui s’est produit dans la région de Marrakech a bouleversé le Maroc tout entier. Ses secousses ont été ressenties jusqu’à la ville de Fès. Presque personne n’a pu dormir dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre. Très choqués, mes proches avaient peur de rester à l’intérieur de leur maison. C’était l’apocalypse. C’était la fin. En quelques secondes, tout bouge, tout change, tout tombe, y compris les corps et les âmes. Sincères, ils disent en pleurant : désormais, vivre n’aura plus jamais le même goût.

Cette catastrophe a créé comme un lien inédit entre les Marocains. Ils ont vu la mort de leurs propres yeux. Ils ont compris à quel point ils sont plus que jamais vulnérables. Abandonnés. Seuls. Si seuls face à la nuit interminable et à ses forces destructrices.

Dès samedi matin, ils ont commencé à penser aux autres, qui ont été les plus touchés. Et, chacun à sa façon, ils ont voulu exprimer leur solidarité avec ces autres. Ce tremblement de terre a mis tout le pays face à cette vérité qu’on ne peut plus se permettre de cacher, de maquiller : ce sont les plus pauvres qui vont principalement souffrir des conséquences de cette tragédie. Les Marocains des villages de l’Atlas. Les bourgs. Les douars. Les souks.

Ils ne sont pas si loin que ça de Marrakech, de ses riads luxueux et de sa jet-set internationale. De la place Djemaa El-Fna, en levant la tête, on voit clairement cet autre Maroc ignoré, qui vit depuis trop longtemps dans le dénuement et la précarité. Les villageois qu’on voit sans réellement les voir. On passe constamment à côté d’eux. Ces Berbères que les touristes adorent prendre en photo. Ils sont si beaux, si simples, si généreux, si merveilleux, si authentiques, il ne faut surtout pas qu’ils changent. Des gens sans cesse transformés en objets exotiques. Des images d’un Maroc éternel qui fait tellement plaisir à ceux qui ne veulent toujours pas dépasser leurs fantasmes orientalistes.

Ce petit peuple marocain va encore une fois payer le prix fort. A Casablanca, à Agadir, à Rabat et ailleurs, les citoyens marocains ne cessent de s’organiser pour lui venir en aide. Ils improvisent comme ils peuvent. Il y a là quelque chose d’admirable. Vraiment. Mais malheureusement leur solidarité ne suffira pas.

Russie: comme d’habitude , Poutine ment à son peuple

Russie: comme d’habitude , Poutine ment à son peuple


Poutine veut faire croire que l’incident est clos et qu’il maîtrise totalement la situation. Pourtant samedi matin il a dramatisé la situation considérant qu’il y avait trahison et putsch contre le pouvoir. Par contre samedi soir, il a mis la pédale douce et a assuré que les traîtres du matin étaient pardonnés, mieux qu’il devait être remerciés pour leur engagement contre l’Ukraine. Un discours invraisemblable et complètement contradictoire qui cache en réalité les tensions entre des mouvances qui se posent au Kremlin.

Je n’ai pas l’habitude de Poutine de plier et de se montrer conciliant. Mais cette fois il a bien été contraint de passer l’éponge sur ses actes qualifiés de criminels samedi matin et de contre-révolution.

Dans son allocution samedi soir, le président russe a ménagé chaque partie impliquée, en louant à la fois la société russe, les soldats de Wagner « patriotes », et son allié le président biélorusse. Plus tôt ce lundi, il s’escrimait à mettre en scène un fonctionnement de l’armée et de l’Etat en apparence inchangé. Une stratégie qui semble vouloir ramener cette remise en cause inédite de son autorité à un épisode anecdotique dans l’histoire du pays.

« Quasiment toute la société russe a été unie par la responsabilité, pour la patrie. Toutes les décisions ont été prises pour neutraliser le danger, protéger l’ordre constitutionnel et la vie de nos concitoyens. La rébellion armée aurait été maîtrisée », a-t-il insisté.

Alors qu’il les qualifiait encore récemment de « traîtres », il s’est montré clément envers les mercenaires impliqués, assurant que « la plupart des combattants des Wagner sont des patriotes fidèles à leur peuple », qui auraient « été utilisés contre leurs frères d’armes ».

« Je remercie les soldats et les combattants de Wagner qui ont pris la décision d’arrêter, qui ont permis d’arrêter le bain de sang », est-il allé jusqu’à déclarer.
Le chef de l’Etat russe a offert un choix aux membres de la milice : « Vous avez la possibilité de continuer à servir la Russie, en signant le contrat avec le ministère de la Défense », à savoir signer un contrat avec l’armée régulière, de « rentrer dans vos familles et chez vos proches » ou de « partir en Biélorussie ». Il a également pris la peine de remercier son allié le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Plus tôt lundi, Vladimir Poutine s’était gardé de mentionner la mutinerie, dans une allocution vidéo diffusée par le Kremlin à l’occasion d’un forum consacré à l’industrie et la jeunesse.

« Le fait qu’il fasse cette apparition inopinée sur un forum qui n’a rien à voir avec la situation stratégique laisse penser qu’il veut donner l’impression d’un retour à la normale et que c’était un accident de l’actualité: mais ce n’est évidemment pas le cas », analysait David Rigoulet-Roze, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), interrogé sur BFMTV.
Moscou est aussi revenu sur les termes de l’accord passé avec Evguéni Prigojine sous l’égide du président biélorusse. Le Kremlin avait dans un premier temps annoncé un accord prévoyant l’abandon des poursuites contre le patron de Wagner.

Vladimir Poutine « utilise toujours les mêmes méthodes de propagande (…): il essaye d’ignorer l’évènement, comme s’il n’avait jamais existé », affirme de son côté Zaline Steve, membre de l’association Russie-Libertés au micro de BFMTV.

Nouvelles technologies : celles des élites et celles du peuple

Nouvelles technologies : celles des élites et celles du peuple

Depuis la création d’internet, l’émergence successive et l’adoption à grande échelle de technologies digitales – gratuites comme les moteurs de recherche ou les médias sociaux – peuvent donner l’idée d’une utilisation relativement uniforme de ces technologies. Tous sur Facebook, sur Instagram, sur TikTok ou plus récemment, sur ChatGPT : est-ce vraiment le cas ? Par David Dubois, expert international en big data et consommation digitale et professeur de Marketing à l’école internationale de management à l’INSEAD ( dans la Tribune)

À l’opposé de cette image d’Épinal, une autre hypothèse est possible : les technologies digitales ne reproduisent-elles pas des inégalités existantes avec le risque de les aggraver ? Plus simplement, les technologies seraient-elles « un fait d’élites » ?

Pour explorer ces hypothèses, comparons l’intérêt porté sur deux des technologies les plus récentes, TikTok et ChatGPT, sur le marché de l’attention qu’est Google (1). Avec 92% de parts de marché, le moteur de recherche est en effet un très bon capteur de nos intérêts qui transparaissent dans les centaines de millions de recherches quotidiennes dans l’Hexagone : les mots-clés du moment, dans tous les domaines de la vie comme la politique, la santé, les marques… et nouvelles technologies.

D’un côté TikTok, plateforme de vidéos courtes venue de Chine qui connait une croissance insolente chez les plus jeunes, révolutionne la communication des marques, et soulève des interrogations quant à la façon dont elle stocke et utilise les données des 15 millions d’utilisateurs de la plateforme. De l’autre, ChatGPT, produit de l’entreprise californienne OpenAI qui n’est plus à présenter depuis que tous les internautes se sont essayé à tester – et utiliser – son intelligence artificielle, et qui nourrit les fantasmes sur ce que pourrait être le monde de demain.

Que révèlent les recherches Google par département pour ces deux technologies ? TikTok et ChatGPT font tous deux partie des mots les plus recherchés en France depuis le début de l’année. Mais au-delà, les recherches traduisent des cartographies bien différentes pour ces deux plateformes (2). Le croisement de recherches par département avec d’autres statistiques sur les dynamiques économiques, politiques et sociales de nos départements met au jour des portraits très contrastés de la France de ChatGPT et celle de TikTok. Quels sont les portraits types des territoires qui s’intéressent plus à chacune de ces technologies ?

La France de ChatGPT est, en moyenne, plus riche, plus éduquée et moins industrialisée. Les cinq départements générant le plus de recherches pour ChatGPT, les Hauts-de-Seine, Paris, le Rhône, le Val-de-Marne et la Haute-Garonne illustrent bien l’idée que l’intensité des recherches pour l’outil AI vient d’abord de départements ayant une proportion de CSP+ plus importante que la moyenne française. Cette France relativement plus dynamique et élitiste est de fait moins exposée aux maladies chroniques (comme le stress ou certaines maladies cardio-vasculaires, souvent associés à des conditions sociales plus défavorables (3). Preuve de leur dynamisme, les départements manifestant le plus d’intérêt pour Chat GPT sont ceux où la population s’est le plus accrue sur les dix dernières années.

Par contraste, la France de TikTok est, en moyenne, plus populaire et abstentionniste. Les cinq départements en haut du classement des recherches pour TikTok, la Seine-Saint-Denis, le Val-d’Oise, la Seine-et-Marne, l’Eure-et-Loir et l’Essonne, se distinguent par un profil de familles nombreuses. Les départements générant le plus de recherches pour le réseau social se caractérisent aussi par une plus forte exposition à des problèmes de violence (ex : consommation de drogue plus prononcée). L’habitat HLM y est plus développé et les inégalités salariales chez les jeunes y sont bien plus fortes que la moyenne française.

La France de TikTok et celle de ChatGPT

Bien qu’imparfaits, ces portraits croisés n’en sont pas moins révélateurs : la France de TikTok et celle de ChatGPT ne se ressemblent pas

D’un côté, un réseau social au contenu engageant, parfois addictif, capteur d’une attention peut-être déjà vacillante dans des territoires fragiles et facteur potentiellement aggravant de problèmes d’attention bien réels ; de l’autre une intelligence artificielle propice à la connaissance. En conclusion la technologie peut être autant facteur de division que de connectivité et le risque de recréer des barrières digitales via des utilisations très différentes de la technologie est bien réel. Que l’on se garde d’ouvrir de nouvelles fractures entre des digital natives maniant savamment la technologie comme outil, et des digital naïves passifs, réceptacles du spectacle digital. Dans un pays si engagé sur la question de l’égalité, prenons garde qu’au-delà des inégalités économiques, nous ne fassions pas l’impasse de phénomènes potentiellement annonciateurs d’un accroissement des inégalités cognitives sur notre territoire.

______

(1) Pour une compréhension plus fine des données Google comme mesure du marché de l’attention, voir La France selon les recherches Google, 2022, par David Dubois)

(2) Les analyses Elles reposent principalement sur des analyses de corrélation, effectuées via le site www.lafranceenligne.com. Celles-ci permettent de dégager statistiquement le profil « type » des départements recherchant le plus ou le moins un mot-clé.

(3) Voir par exemple, the Status Syndrome, 2005, par Michael Marmot.

Le Conseil constitutionnel limite le pouvoir du peuple

Le Conseil constitutionnel limite le pouvoir du peuple


par Jean Fougerouse
Maitre de conférences en droit public, Université d’Angers dans the Conversation


Deux propositions de référendum d’initiative partagée (RIP) prévoyant de limiter l’âge de départ à la retraite à 62 ans (proposition n°959 du 20 mars 2023 et proposition n°530 du 13 avril 2023) ont été rejetées par le Conseil constitutionnel (CC) le 14 avril et le 3 mai 2023. Cela porte à cinq les tentatives d’utilisation du RIP, après la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris (2019), celle de programmation pour garantir un accès universel à un service public hospitalier de qualité (2021) et celle sur la création d’une taxe sur les superprofits (2022).

Le CC doit en effet assurer le contrôle préalable de la proposition référendaire prévue à l’article 11 de la constitution. À ce titre, le juge a vérifié que les deux propositions étaient soutenues respectivement par 252 et 253 parlementaires sachant que le minimum exigé est d’un cinquième des parlementaires (soit 185). De plus une proposition de référendum ne peut pas avoir pour objet d’abroger une loi promulguée il y a moins d’un an. Le CC s’est prononcé sur ce point en prenant en compte la date d’enregistrement de la proposition, soit le 23 mars et le 13 avril. Or à cette date, la loi portant l’âge de départ à la retraite à 64 ans n’était pas promulguée : la condition était donc remplie.

Par les décisions du 14 avril et du 3 mai le CC a cependant fermé la possibilité d’organiser un RIP portant sur le maintien de l’âge de départ de la retraite, en confirmant l’interprétation restrictive de l’objet du référendum, tout en précisant que le pouvoir du peuple est encadré par la constitution et en contribuant à confiner le RIP dans un rôle d’instrument de l’opposition parlementaire.

L’article 11 de la constitution prévoit que la question posée par la proposition doit porter « sur l’organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent ». Or, si le plafonnement de l’âge de la retraite à 62 ans concernait évidemment le domaine de la politique sociale, encore fallait-il que cette proposition constitue une « réforme ». Ce point précis n’avait pas été retenu dans la décision n°2022-3 RIP du 25 octobre 2022 justement en raison du défaut d’ampleur et de pérennité de la mesure objet de la proposition (taxe sur les superprofits).

Il s’agissait donc de savoir si la règle en vigueur (âge de départ à la retraite fixé à 62 ans) était identique à celle proposée (l’âge de la retraite ne peut être supérieur à 62 ans). Sur ce point, le CC précise dans la décision du 14 avril :

« la proposition de loi visant à affirmer que l’âge légal de départ à la retraite ne peut être fixé au-delà de 62 ans n’emporte pas de changement de l’état du droit. »

Cette affirmation nous paraît être un amalgame. En effet, il y a évidemment une différence entre fixer un âge et fixer un plafonnement à cet âge. En réalité le CC fait une confusion entre d’une part l’existence ou non d’une nouvelle règle (donc celle d’une « réforme ») et d’autre part la possibilité qu’une telle norme soit adoptée par référendum. Certes, le juge est habilité dans le cadre du contrôle qu’il opère à se prononcer sur ces deux questions. Mais leur objet est distinct.

Les deux propositions de référendum prévoyaient ainsi de fixer un plafond c’est-à-dire un âge maximum de départ à la retraite qui se serait imposé au législateur. Or, on sait que le législateur n’est pas compétent pour s’auto-limiter et que seule une norme constitutionnelle peut le faire.

Donc, fixer un plafond revient à produire une interdiction contraire aux normes constitutionnelles. Le CC étant compétent pour contrôler le respect de l’ensemble des normes constitutionnelles, pouvait estimer que la proposition était non conforme parce qu’elle violait une norme constitutionnelle. Cependant ce n’est pas le parlement qui est amené in fine à se prononcer sur cette proposition, mais bien le peuple.

À ce stade la question devient beaucoup plus délicate. Il s’agit de se prononcer non plus sur le pouvoir du parlement de s’autolimiter mais sur celle du peuple de limiter le pouvoir du législateur.

Le CC devait donc se prononcer sur la nature du pouvoir dont dispose le peuple lorsqu’il adopte une proposition par référendum. Le CC a retenu ici une approche fonctionnelle du peuple en considérant que ce dernier, sollicité sur la base du RIP, remplace le parlement et a les mêmes pouvoirs et limites.

D’une part :

« le législateur peut toujours modifier, compléter ou abroger des dispositions législatives antérieures, qu’elles résultent d’une loi votée par le Parlement ou d’une loi adoptée par voie de référendum » (donc en admettant que la proposition soit adoptée par référendum elle pourra être modifiée par le parlement, auquel elle ne s’impose nullement)

D’autre part :

« ni la circonstance que ses dispositions seraient adoptées par voie de référendum ni le fait qu’elles fixeraient un plafond contraignant pour le législateur ne permettent davantage de considérer que cette proposition de loi apporte un changement de l’état du droit » (nouvelle confusion entre le pouvoir du peuple et le caractère novateur de la proposition).

C’est une évolution notable de la position antérieure du CC selon laquelle « les lois adoptées par le peuple à la suite d’un référendum, constituent l’expression directe de la souveraineté nationale » justifiant qu’elles ne soient pas contrôlées contrairement à celles produites émises par le parlement.

Il est vrai que cette jurisprudence avait été émise avant la révision de la constitution de 2008 introduisant le RIP et son contrôle.

Un RIP confiné au rôle d’instrument de l’opposition parlementaire
Par ailleurs, les décisions du 14 avril et du 3 mai 2023 participent à la tendance qui réduit le RIP à une manœuvre parlementaire dans le droit fil de la décision du CC du 25 octobre 2022.

La procédure de dépôt d’une proposition de référendum apparaît ainsi moins comme une tentative de mettre en œuvre un mécanisme de démocratie directe qu’un moyen supplémentaire pour l’opposition de faire entendre sa voix et de peser dans son rapport de force politique avec l’exécutif.

Ainsi, la proposition déposée pour empêcher la privatisation d’Aéroports de Paris n’avait recueilli qu’un million de soutiens populaires mais avait tout de même convaincu le gouvernement de renoncer à cette privatisation.

À la différence de la saisine du CC par la minorité parlementaire pour contrôler la constitutionnalité des lois (article 61 de la constitution), cette arme de guérilla parlementaire risque de mettre le Conseil constitutionnel à rude épreuve car il pourrait apparaître comme celui qui empêche la consultation populaire, alors que ce contrôle préalable est nécessaire puisque le CC refuse de contrôler une loi adoptée par référendum (décision n°62-20 DC du 6 novembre 1962 et n°92-313 DC du 23 septembre 1992).

De son côté l’opposition parlementaire a perfectionné sa stratégie d’usage du RIP. On a ainsi pu constater l’intensification du recours à la proposition référendaire : après une première proposition enregistrée le 23 mars, une nouvelle demande a été déposée le 13 avril 2023 donnant lieu aux deux décisions du CC.

Or, la seconde proposition constituait sans nul doute une amélioration de la première (au moins sur le plan formel) et cette activité de perfectionnement de la demande se serait certainement poursuivie par le dépôt d’une troisième demande à la suite de la décision du CC si le président de la République n’avait pas promulgué dans la nuit du 14 au 15 avril la loi sur la réforme de l’âge de départ à la retraite validée partiellement par le CC.

Cette pratique partisane du RIP incite le juge constitutionnel à adopter une fonction d’arbitre institutionnel entre opposition et majorité, d’autant plus délicate que les membres du Conseil sont nommés par des autorités politiques et que le contexte de majorité relative peut pousser le juge à favoriser la stabilité institutionnelle par prudence.

Marioupol et Boutcha : Violence avec la complicité du peuple russe

 Marioupol et Boutcha : Violence avec la complicité du peuple russe

Le politiste Andreï Kolesnikov, chroniqueur de l’hebdomadaire indépendant russe « The New Times » et expert de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, questionne, dans une tribune au « Monde », la culpabilité de la société face aux réalités sanglantes de l’« opération militaire spéciale » en Ukraine qu’elle préfère ignorer.

 

Tribune. 

 

« Laissez les autres crier leur désespoir,/ Leur colère, leur douleur, leur faim !,/ Le silence est plus profitable,/ Car le silence, c’est de l’or » (Valse des orpailleurs, 1963, d’Alexandre Galitch, poète et dramaturge russe).

La phrase de Theodor Adorno sur l’impossibilité d’écrire de la poésie après Auschwitz m’a toujours paru étrange : la poésie est précisément l’un des rares moyens d’exprimer des sentiments dont l’intensité est inconcevable. Quoi qu’il en soit, un épais volume de poèmes sur Babi Yar [ravin près de Kiev où furent exécutés plus de 30 000 juifs par les nazis les 29 et 30 septembre 1941] a été possible. Et ce sont généralement de très bons poèmes – en russe et en ukrainien. Mais qu’est-ce qui est possible maintenant après Marioupol ? Et après Boutcha ?

Après la Guernica basque, détruite par le bombardement de la légion Condor, Guernica de Picasso est devenu possible. Comme les propagandistes éhontés d’aujourd’hui, en 1937, les franquistes ont accusé les républicains d’avoir mis en scène l’incendie de la ville – ils se seraient bombardés eux-mêmes et auraient mis le feu. Dans la même veine, la direction soviétique a réussi à dissimuler la vérité sur Katyn [forêt où furent exécutés plusieurs milliers d’officiers polonais par le NKVD soviétique au printemps 1940] pendant des décennies.

On parlera désormais de Boutcha et de Marioupol pour très longtemps comme on parle d’Auschwitz et de Srebrenica [enclave de l’est de la Bosnie conquise par les forces serbes en juillet 1995 qui y exécutèrent 8 000 hommes] : ce sont des exemples de la brutalité gratuite. Avec son offensive en Ukraine, le régime de Poutine est désormais sur un pied d’égalité avec celui d’un Pol Pot.

La connaissance d’Auschwitz a dégrisé la société allemande d’après-guerre, qui ne voulait pas du tout en entendre parler pendant la guerre. La société russe a également refusé de savoir quoi que ce soit après le 24 février, se fermant au monde avec la lettre Z [le sigle arboré par les forces russes engagées dans l’“opération militaire spéciale” en Ukraine], comme une croix qui repousse un mauvais esprit. Et il n’est pas certain que la connaissance de ce qui s’est passé à Marioupol la dégrise et la fasse réfléchir à la paix avec repentance. Après Auschwitz et Babi Yar, des poèmes sont devenus possibles ; après Marioupol, les talk-shows sur les principales chaînes russes, distillant la haine contre le monde entier, continuent.

Telle est la tragédie nationale, justifiée à l’avance par l’idéologie poutinienne : il n’y aura personne ici pour se repentir pour Marioupol. Son historicisme, son idéologie tournée vers le passé, qui blanchit les pages les plus sombres, connaît les héros, mais pas les victimes. En conséquence, le culte de la victoire se transforme non pas en une leçon pour éviter la guerre, mais en un culte de la guerre. La leçon de l’histoire a été déformée, retournée, banalisée et transformée en une pièce d’agit-prop.

 

Ukraine : La guerre qui transforme des individus en peuple

Ukraine : La guerre qui transforme des individus en peuple

A 71 ans, l’auteur, Erri De Luca,  a participé à un convoi humanitaire à destination de Sighetu Marmatiei, ville roumaine frontalière de l’Ukraine. Il raconte, dans une tribune au « Monde », comment cette guerre a transformé « des individus en peuple ».

 

Tribune. 

 

Ce voyage en Ukraine me ramène forcément à ceux faits durant la guerre de Bosnie entre 1992 et 1995. J’avais alors la quarantaine, j’ai maintenant 71 ans, mais le désorientement du retour à la maison est toujours le même. Après les journées passées avec ceux qui ont tout perdu et qui campent dans des dortoirs de fortune, après la distribution de notre chargement et une fois nos camions vidés, le retour à la base de départ laisse aussi étourdis qu’alors. Et ça ne vient pas de la fatigue, ça vient d’un vide, le désarroi de celui qui peut revenir sain et sauf.

Aux réfugiés, il reste une valise et la caution d’être vivants, de pouvoir attendre. C’est leur conjugaison du temps, l’indicatif présent du verbe « attendre », sans regards tournés vers le passé ou le futur.

Après 1 350 kilomètres de voyage sur de bonnes routes, à travers la Slovénie, la Hongrie, la Roumanie, le convoi arrive à Sighetu Marmatiei, ville à la frontière de l’Ukraine. Parti de Modène, il est organisé par les bénévoles de [la fondation] Time4Life, qui interviennent dans plusieurs régions du monde, de la Syrie au Nicaragua. Je ne les connaissais pas. C’est une bénévole des années de Bosnie qui me les a signalés.

Sighetu Marmatiei est la ville natale d’Elie Wiesel, qui a été enfant à Auschwitz, puis récompensé par le prix Nobel de la paix. Je n’en trouve aucune trace dans la ville. Sighetu Marmatiei est séparée de l’Ukraine par un fleuve, un pont les relie.

A l’arrivée, nous livrons notre chargement dans un hôpital pédiatrique qui accueille des enfants ukrainiens. Une femme vient d’y accoucher, après avoir retenu ses contractions jusqu’à l’hôpital. Elle a quitté Kiev par une ligne de chemin de fer encore en service menant au sud, à 3 kilomètres environ de la frontière roumaine, et de là a marché jusqu’au pont des frontières, où elle a aussitôt été accueillie par la Croix-Rouge roumaine.

 

Elle met son bébé dans les bras des bénévoles qui, après le déchargement, passent dans les services pour saluer. La guerre en Bosnie m’a appris l’immense besoin de chaleur humaine, de proximité, d’affection, nécessaire pour ne pas se sentir seul dans le chaos des pertes et des fuites.Il est bon d’être plusieurs pour se manifester, demander des nouvelles avec l’aide d’interprètes. Nous sommes une trentaine de bénévoles dans ce voyage.

Toute guerre a une forme fratricide, mais celle-ci encore plus, à cause du lien étroit de culture et d’histoire entre Ukrainiens et Russes. Gogol, Boulgakov, Nekrassov, Babel – mon préféré, qui m’a poussé à étudier sa langue – sont des écrivains ukrainiens en langue russe. L’alphabet cyrillique me permet de lire les noms des lieux, des enseignes, des panneaux. Nous traversons le pont entre les deux frontières. Le long des trottoirs, quelqu’un a laissé pour les enfants ukrainiens des poupées, des jouets qui seront là pour les accueillir. On appelle déjà ce pont le « pont des jouets ».

Russie: Isoler Poutine et parler au peuple

Russie: Isoler  Poutine et parler au peuple 

 

Dans une tribune au « Monde », l’ancien premier ministre socialiste Lionel Jospin appelle à contourner « autant qu’il est possible » la censure russe .

Face à l’injustifiable et irresponsable agression perpétrée contre l’Ukraine par Vladimir Poutine, les autorités de notre pays ont arrêté la position de la France, en concertation avec nos partenaires européens et notre allié américain. J’approuve l’attitude qui a été choisie.

Les candidats à l’élection présidentielle, désormais proche, se sont exprimés, et plusieurs d’entre eux ont maintenant infléchi des approches parfois complaisantes pour le maître du Kremlin. Du point de vue de notre intérêt national, je m’en réjouis.

Comme d’autres personnalités européennes, l’ex-premier ministre François Fillon a renoncé aux fonctions qu’il avait bien légèrement acceptées dans une grande entreprise russe. Je souhaite que l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, avec qui j’ai travaillé quand nous gouvernions l’un et l’autre, opère à son tour un geste de renonciation qui aurait une forte portée symbolique. Car je suis convaincu que l’isolement de Vladimir Poutine est l’une des clés d’une issue positive au très grave conflit actuel. Cet isolement est d’ailleurs à l’œuvre au plan international.

La décision de Vladimir Poutine est sans justification. L’Ukraine ne menaçait pas la Russie, elle n’en avait ni l’intention ni les moyens. Elle voulait vivre comme une nation libre, démocratique et souveraine.

On peut s’interroger – je l’ai fait moi-même – sur la façon dont a été conduit l’élargissement de l’OTAN à l’est de l’Europe. Pour autant, les pays qui étaient autrefois sous la domination soviétique ont cherché, par leur adhésion, moins une revanche qu’une protection. L’OTAN, peu dynamique ces derniers temps, et à laquelle les derniers présidents américains portaient moins d’intérêt, n’avait aucun dessein offensif à l’encontre de la Russie, ce que Vladimir Poutine savait parfaitement. Quant à l’Ukraine, qui souhaitait adhérer à l’Alliance atlantique, elle était encore loin de pouvoir en devenir membre. En revanche, ce grand pays était devenu une démocratie, à côté de la Russie, ce qui, semble-t-il, était trop pour Poutine.

Faute de pouvoir démontrer la réalité d’une menace extérieure à un peuple russe abreuvé de propagande mais peut-être rétif devant l’attaque d’un « peuple frère », le président Poutine a recouru à une rhétorique aberrante : selon lui, les dirigeants librement élus par les Ukrainiens seraient des « néonazis » .

Une primaire populaire sans candidat et sans peuple !

Une primaire populaire sans candidat et sans peuple !

 

 

Cette « primaire populaires » restera sans doute une sorte d’ovni dans le paysage politique. En effet, ce qui le caractérise c’est d’abord son aspect très élitiste de couches sociales favorisées très marquées à gauche. Les sondages démontrent d’ailleurs que les milieux populaires s’intéressent très peu à la politique et encore moins à la gauche.

La primaire populaire va donc se dérouler sans le peuple et il serait intéressant de procéder à une analyse sociologique des 467 000 personnes qui se sont inscrites pour ce scrutin. Il faudra sans doute sortir une loupe pour déceler les représentants des couches sociales populaires. La deuxième incongruité concerne les candidats. En effet on compte à six ou sept candidats dont la moitié refusent le principe de cette consultation. En clair, les principaux intéressés susceptibles de figurer en tête réfutent la consultation.

Peu importe les gauchistes et autres utopistes qui soutiennent cette initiative ont maintenu ces candidats . Une drôle de conception de la démocratie.

En réalité ,la seule candidate un peu connu et Taubira qui serait l’incarnation de l’union de la gauche. Une curieuse incarnation puisque c’est elle qui a fait perdre Jospin en raison du maintien de sa candidature en 2002. Il s’agit une nouvelle fois d’une candidature qui ne repose sur rien, sur aucun programme réel et sur aucune force structurée. Une candidature qui aura simplement pour objet de ridiculiser encore un peu plus la gauche. 

Démocratie : solidarité avec le peuple birman

Démocratie : solidarité avec le peuple birman

A l’initiative d’Alain David, président du groupe d’amitié France-Birmanie à l’Assemblée nationale, et de Joëlle Garriaud-Maylam, présidente déléguée pour la Birmanie du groupe France-Asie du Sud-Est au Sénat, plus de quarante parlementaires français appellent dans une tribune au « Monde » les autorités françaises à un soutien au gouvernement parallèle birman et à une pression accentuée sur le groupe Total.

 

Tribune.

 

Alors qu’en Birmanie la répression continue de s’abattre sur la population, que les tués se comptent par centaines et que le spectre d’une guerre civile généralisée se fait chaque jour plus menaçant, nous, élus de la République, demandons urgemment au gouvernement français de mieux s’impliquer dans le soutien au peuple birman et à la démocratie.

Cela implique qu’il reconnaisse le gouvernement parallèle – National Unity Government (NUG) – établi le 16 avril, qu’il appuie au niveau de l’Union européenne (UE) l’adoption de sanctions mieux ciblées contre la junte, tout en faisant pression sur le groupe Total.

Rappelons que le NUG est le gouvernement d’unité nationale constitué par le Comité représentatif du Pyidaungsu Hluttaw (CRPH) – le nom du Parlement bicaméral birman –, assemblée parallèle majoritairement composée de parlementaires de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d’Aung San Suu Kyi qui a gagné 83,2 % des sièges lors des élections de novembre 2020 mais qui n’a pas pu siéger suite au coup d’Etat militaire.

Aujourd’hui, la junte veut dissoudre la LND, qu’elle accuse sans preuve de fraudes électorales. Il est donc indispensable d’agir au plus vite et d’appuyer les autorités légitimes en résistance qui ont adopté une charte pour une démocratie fédérale, porteuse d’espoirs pour l’unité du pays.

Nous nous félicitons de l’inclusion par l’Union européenne de vingt et un individus sur sa liste noire et de la mise sous sanction, le 19 avril, des deux conglomérats contrôlés par l’armée que sont la Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) et la Myanmar Economic Corporation (MEC). Mais l’UE doit aller plus loin, en particulier en ciblant le secteur gazier et pétrolier.


Devant l’Assemblée nationale, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre des affaires étrangères, a récemment fait valoir que si les discussions engagées au niveau de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) ne progressaient pas, un « troisième train de mesures de sanctions » serait mis à l’étude au niveau de l’UE, évoquant une éventuelle remise en cause des préférences commerciales avec la Birmanie. Or tout n’a pas encore été entrepris pour viser les vastes intérêts économiques et les sources de revenus de la junte.

« Le complotisme comme les religions: opium du peuple »

« Le  complotisme comme les religions: opium du peuple »

 

 

 

La Tribune a interrogé Sylvain Delouvée, maître de conférences en psychologie sociale à l’Université Rennes 2, spécialisé dans les croyances collectives. Quels sont les mécanismes derrière ces fameuses rumeurs sur Internet ? Comment devient-on complotiste ? Peut-on encore se débarrasser des fake news et autres méthodes de désinformation ? Décryptage.

 

Les fake news et les théories du complot sont largement médiatisées depuis l’élection présidentielle américaine de 2016. Depuis, chaque événement majeur d’actualité semble être propice à la désinformation en ligne. Comment expliquer cet écho ?

SYLVAIN DELOUVÉE - La désinformation, les théories du complot et autres rumeurs sont aussi vieilles que le monde et les systèmes d’information. Mais il est vrai que nous assistons ces dernières années à une explosion de leur diffusion et de leur impact, en partie dû aux réseaux sociaux et à Internet. Ces derniers rendent accessible à n’importe qui les nouvelles les plus farfelues, de façon quasi-immédiate, en quelques clics.

Je remonterais jusqu’au 11 septembre 2001 pour dater le développement et la professionnalisation du complotisme en ligne. Suite à cet attentat inimaginable -les Etats-Unis, première puissance mondiale, été attaqués pour la première fois sur leur propre sol- des pseudo-experts ont commencé à faire du prosélytisme sur leurs croyances et présenter des versions alternatives de la vérité. Depuis, la diffusion de fausses nouvelles va crescendo au gré des actualités qui ont un retentissement international, comme les virus par exemple : Ebola, Zika, et désormais, la Covid-19.

En raison de la pandémie mondiale du coronavirus, l’année 2020 a été particulièrement marquée par diverses théories du complot concernant l’existence même du virus, les masques et les vaccins… Les crises (sanitaire, économique…) sont-elles des accélérateurs de fake news ?

Les périodes de crise sont des catalyseurs de fake news car ce sont des mouvements d’instabilité. Or, l’être humain a une tendance naturelle à un besoin de contrôle, de quête de sens et d’explications. Cela peut donc conduire à une fascination envers les explications complotistes car elles se veulent simples et évidentes.

Gilets jaunes : le mépris du peuple par les nantis

Gilets jaunes : le mépris du peuple par les nantis

 

À l’occasion du mouvement des gilets jaunes et surtout dans la dernière période, les clivages se sont nettement approfondis entre d’une part les intérêts des couches moyennes et populaires et ceux  des plus nantis. En fait, le problème de fond qui était posé était la question de la répartition des richesses. Il est clair que ceux qui sont les plus favorisés ne sont pas tous prêts à partager de façon différente le gâteau. On a même vu des propos  particulièrement injurieux comme celui de l’acteur Mathieu Kassovitz entre (par ailleurs bon comédien) s’adressant aux gilets jaunes qui a déclaré après l’intervention de Macron : » vous n’êtes pas contents ? Vous attendiez peut-être à ce qu’on vous paye une Mercedes et qu’on vous donne un SMIC à 2500 € ? ». D’autres déclarations du même type ont été  relevées comme la catastrophe annoncée de l’économie française, le chômage généralisé si on augmentait le SMIC de 10 € supplémentaires. Facile de ridiculiser la demande sociale quand on gagne 20 000, ou 100 000 € par mois. D’une certaine manière le même mépris dont a témoigné Macron. Pas étonnant, si ces nantis soutiennent  d’ailleurs autant la politique de Macron car elle profite surtout aux plus favorisés. Le pompon sans doute c’est quand des ancien de 68, leaders de l’époque, comme Cohn-Bendit ou Romain Goupil se transforment  en avocat de Macron. Sans doute l’effet de l’âge quand on approche les 70 ans mais surtout quand on est passé du statut de révolutionnaire à celui de bourgeois ignorants des problématiques sociales et surtout économiques contemporaines. La confirmation comme disait Malraux que décidément la vieillesse est un naufrage ! Pour preuve la difficulté qu’ont les deux intéressés cités à s’exprimer de manière un peu claire et cohérente. Bref, ils radotent !

 

Johnny Hallyday : idole populaire parce fils du peuple

Johnny Hallyday : idole populaire  parce  fils du peuple

Une cérémonie exceptionnelle jamais vue en France  à la hauteur de l’amour que lui portaient ses fans. Johnny a traversé les générations, il était un monument du patrimoine de la chanson. Avec sa disparition, tout d’un coup la France a vieilli. La ferveur populaire s’explique par qu’il était une idole venu de ce peuple. Témoin cette conversation. En janvier 1998, avec  l’écrivain Daniel Rondeau rencontre Johnny Hallyday au bar de l’Hôtel Raphaël à Paris. Johnny  parle de ce père qui l’a abandonné à sa naissance. (Extrait du monde) « Je sais, dit Johnny Hallyday, que le bonheur n’existe pas. Il n’y a que la douleur. Et la solitude. J’en parle souvent parce que je ne peux parler que de ce que je connais. Quand je dis parler, c’est chanter. » Jamais plein, jamais vide non plus, son verre de vin blanc est devant lui. L’artiste s’exprime avec une lucidité incisive. Il y a pourtant chez lui une timidité qui n’est ni une invention ni une pose, mais plutôt une forme de prudence dictée par l’instinct. Son caractère abrupt, son orgueil, la conscience de ce qu’il est une star lui soufflent de se cadenasser dans sa part d’ombre dès qu’il craint de ne pas être à la hauteur de ce qu’on attend de lui. « Quand je suis devenu vraiment Johnny Hallyday, c’est-à-dire riche et célèbre, plus célèbre que riche d’ailleurs, j’ai continué de penser à mon père. Il m’intriguait. Je l’ai fait venir à Paris. Je me suis retrouvé en face d’un clodo. Il m’a dit : Bonjour Jean-Philippe, avec un accent belge très prononcé. Je l’ai emmené chez Cerruti pour lui faire faire une garde-robe complète. Trois complets sur mesure, une douzaine de chemises, etc. Puis je lui ai loué un appartement à Paris. Quelques jours plus tard, le directeur de Cerruti m’appelle. Mon père avait tenté de lui revendre ses vêtements au quart du prix. Puis j’ai reçu un appel de l’agence qui avait loué l’appartement. Mon père avait tout détruit, mis le feu aux rideaux et s’en était retourné à l’Armée du salut. Il n’y avait rien à faire. Je sais qu’il dormait dans les caniveaux. Même les flics refusaient d’aller le chercher. De temps en temps, j’avais des nouvelles. L’émotion ressentie en France depuis l‘annonce de son décès “est de ces énergies qui font un peuple”, a dit Emmanuel Macron, saluant un artiste devenu pour beaucoup, en près de 60 ans de carrière et un millier de chansons, “une présence indispensable, un ami, un frère.” “Parce que pour nous il était invincible, parce qu‘il était une part de notre pays, parce qu‘il était une part que l‘on aime aimer”, a ajouté le président devant le cercueil blanc déposé face au public sur le parvis de l’église de la Madeleine, au coeur de Paris.

La terre est-elle trop peuplée ? (Gilles Pison)

La terre est-elle trop peuplée ? (Gilles Pison)

Dans un article de la tribune Gilles Pison, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités, s’interroge sur les dangers du su peuplement de la terre.

« En 2017, la population mondiale a franchi le seuil de 7 milliards et demi. Elle ne comptait qu’un milliard d’habitants en 1800 et a donc été multipliée par sept et demi depuis (voir la figure ci-contre). Elle devrait continuer à croître et pourrait atteindre près de 10 milliards en 2050. Pourquoi la croissance devrait-elle se poursuivre ? La stabilisation est-elle envisageable à terme ? La décroissance tout de suite ne serait-elle pas préférable ? Si la population mondiale continue d’augmenter, c’est en raison de l’excédent des naissances sur les décès – les premières sont près de trois fois plus nombreuses que les seconds. Cet excédent apparaît il y a deux siècles en Europe et en Amérique du Nord lorsque la mortalité commence à baisser dans ces régions, marquant les débuts de ce que les scientifiques appellent la transition démographique. Il s’étend ensuite au reste de la planète, lorsque les avancées de l’hygiène et de la médecine et les progrès socio-économiques atteignent les autres continents. La croissance démographique a atteint un taux maximum de plus de 2 % par an il y a cinquante ans et a diminué de moitié depuis, pour atteindre 1,1 % en 2017 (voir la figure ci-contre). Elle devrait continuer de baisser dans les prochaines décennies en raison de la diminution de la fécondité : 2,5 enfants en moyenne par femme aujourd’hui dans le monde, contre le double (cinq enfants) en 1950. Parmi les régions du monde dans lesquelles la fécondité est encore élevée (supérieure à trois enfants), on trouve en 2017 presque toute l’Afrique intertropicale et les régions allant de l’Afghanistan jusqu’au nord de l’Inde en passant par le Pakistan (voir la carte ci-dessous). C’est là que se situera l’essentiel de la croissance démographique mondiale à venir. L’un des grands changements à venir est le formidable accroissement de la population de l’Afrique qui, Afrique du Nord comprise, pourrait quadrupler d’ici un siècle, passant d’un milliard d’habitants en 2010 à probablement 2,5 milliards en 2050 et plus de 4 en 2100, ceci malgré l’épidémie de sida. Alors qu’un homme sur six vit aujourd’hui en Afrique, ce sera probablement plus d’un sur trois dans un siècle. L’accroissement devrait être particulièrement important en Afrique au sud du Sahara où la population pourrait passer d’un peu plus de 800 millions d’habitants en 2010 à 4 milliards en 2100. Il reste que les projections démographiques sont relativement sûres lorsqu’il s’agit d’annoncer l’effectif de la population à court terme ; c’est-à-dire pour un démographe, les dix, vingt ou trente prochaines années. La majorité des hommes et des femmes qui vivront en 2050 sont déjà nés, on connaît leur nombre et on peut estimer sans trop d’erreurs la part des humains d’aujourd’hui qui ne seront plus en vie. Concernant les nouveau-nés qui viendront s’ajouter, leur nombre peut également être estimé, car les femmes qui mettront au monde des enfants dans les 20 prochaines années sont déjà nées, on connaît leur effectif et on peut faire également une hypothèse sur leur nombre d’enfants, là aussi sans trop d’erreurs. Il est illusoire de penser pouvoir agir sur le nombre des hommes à court terme. La diminution de la population n’est pas une option. Car comment l’obtenir ? Par une hausse de la mortalité ? Personne ne le souhaite. Par une émigration massive vers la planète Mars ? Irréaliste. Par une baisse drastique de la fécondité et son maintien à un niveau très inférieur au seuil de remplacement (2,1 enfants) pendant longtemps. C’est déjà ce qui se passe dans une grande partie du monde, les hommes ayant fait le choix d’avoir peu d’enfants tout en leur assurant une vie longue et de qualité. Mais il n’en résulte pas immédiatement une diminution de population en raison de l’inertie démographique : même si la fécondité mondiale n’était que de 1,6 enfant par femme comme en Europe ou en Chine, la population continuerait d’augmenter pendant encore quelques décennies. Cette dernière comprend en effet encore beaucoup d’adultes en âge d’avoir des enfants, nés lorsque la fécondité était encore forte, ce qui entraîne un nombre élevé de naissances. Les personnes âgées ou très âgées sont en revanche peu nombreuses et le nombre de décès est faible.  Les démographes ont été surpris il y a quarante ans quand les enquêtes ont révélé que la fécondité avait commencé à baisser très rapidement dans beaucoup de pays d’Asie et d’Amérique latine dans les années 1960 et 1970. Ils ont dû notamment revoir sensiblement à la baisse leur projection démographique pour ces continents. Une autre surprise, plus récente, est venue de l’Afrique intertropicale. On s’attendait à ce que sa fécondité baisse plus tardivement qu’en Asie et en Amérique latine, en relation avec son retard en matière de développement socio-économique. Mais on imaginait un simple décalage dans le temps, avec un rythme de baisse similaire aux autres régions du Sud une fois celle-ci engagée. C’est bien ce qui s’est passé en Afrique du Nord et en Afrique australe, mais pas en Afrique intertropicale où la baisse de la fécondité, bien qu’entamée aujourd’hui, s’y effectue plus lentement. D’où un relèvement des projections pour l’Afrique qui pourrait rassembler plus d’un habitant de la planète sur trois en 2100. La fécondité diminue bien en Afrique intertropicale, mais dans les milieux instruits et en villes plus que dans les campagnes où vit encore la majorité de la population. Si la baisse de la fécondité y est pour l’instant plus lente que celle observée il y a quelques décennies en Asie et en Amérique latine cela ne vient pas d’un refus de la contraception. La plupart des familles rurales ne se sont certes pas encore converties au modèle à deux enfants, mais elles souhaitent avoir moins d’enfants et notamment plus espacés. Elles sont prêtes pour cela à utiliser la contraception mais ne bénéficient pas de services adaptés pour y arriver. Les programmes nationaux de limitation des naissances existent mais sont peu efficaces, manquent de moyens, et surtout souffrent d’un manque de motivation de leurs responsables et des personnels chargés de les mettre en œuvre sur le terrain. Beaucoup ne sont pas persuadés de l’intérêt de limiter les naissances y compris au plus haut niveau de l’État, même si ce n’est pas le discours officiel tenu aux organisations internationales. C’est là une des différences avec l’Asie et l’Amérique latine des années 1960 et 1970 et l’un des obstacles à lever si l’on veut que la fécondité baisse plus rapidement en Afrique subsaharienne. Au-delà des cinquante prochaines années, l’avenir est en revanche plein d’interrogations, sans modèle sur lequel s’appuyer. Celui de la transition démographique, qui a fait ses preuves pour les évolutions des deux derniers siècles, ne nous est plus guère utile pour le futur. L’une des grandes incertitudes porte sur la fécondité. Si la famille de très petite taille devient un modèle dominant de façon durable, avec une fécondité moyenne inférieure à deux enfants par femme, la population mondiale, après avoir atteint le niveau maximum de dix milliards d’habitants, diminuerait inexorablement jusqu’à l’extinction à terme. Mais un autre scénario est possible dans lequel la fécondité remonterait dans les pays où elle est très basse pour se stabiliser à l’échelle mondiale au-dessus de deux enfants. La conséquence en serait une croissance ininterrompue, et à nouveau la disparition de l’espèce à terme, mais cette fois par surnombre. Si l’on ne se résout pas aux scénarios catastrophes de fin de l’humanité, par implosion ou explosion, il faut imaginer un scénario de retour à terme à l’équilibre. » Les hommes doivent certes dès maintenant réfléchir à l’équilibre à trouver à long terme, mais l’urgence est le court terme, c’est-à-dire les prochaines décennies. L’humanité n’échappera pas à un surcroît de 2 à 3 milliards d’habitants d’ici 2050, en raison de l’inertie démographique que nul ne peut empêcher. Il est possible d’agir en revanche sur les modes de vie, et ceci sans attendre, afin de les rendre plus respectueux de l’environnement et plus économes en ressources. La vraie question, celle dont dépend la survie de l’espèce humaine à terme, est finalement moins celle du nombre que celle des modes de vie.

__________

Par Gilles Pison, Professeur au Muséum national d’histoire naturelle et chercheur associé à l’INED, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol