Archive pour le Tag 'petit'

Social SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

Social SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

Depuis toujours la SNCF se singularise par un taux de grève tout à fait exceptionnel au regard de la conflictualité générale. C’est une sorte de culture de l’entreprise. Pour tout et souvent pour rien, les organisations syndicales gauchistes menacent et font effectivement grève alors que la concertation n’est pas même terminée voir pas même entamée. Pourtant ce ne sont pas les organismes de concertation qui manque dans l’entreprise même si leur nombre a été réduit. Le problème c’est que ces organismes ne sont pas des lieux de négociation mais d’affrontement stérile. En cause sans doute une part de responsabilité de l’entreprise mais aussi la culture socio-économique de syndicalistes qui font de la radicalité le véritable objectif et non l’avancée sociale. Le véritable objectif est la révolution, la lutte contre le capitalisme, contre l’impérialisme. Bref surtout des objectifs politiques et qui instrumentalisent le poujadisme de certaines catégories.

D’une certaine manière, c’est une honte pour le syndicalisme de se mettre à la remorque d’une association douteuse de contrôleurs dont par ailleurs on pourrait comparer les conditions sociales avec d’autres dans l’entreprise mais aussi ailleurs.

Juridiquement les pouvoirs publics devraient s’interroger sur la légitimité de cette association de contrôleurs , sorte de syndicat poujadiste non déclaré mais soutenu par des organisations gauchistes qui se font la courte échelle en matière de radicalité.

Ce mouvement des contrôleurs porte évidemment préjudice à l’entreprise, au service public en général mais tout autant au syndicalisme qu’il discrédite et même ridiculise. Il suffit pour s’en persuader d’écouter l’argumentation d’une médiocrité désolante des syndicats gauchistes complètement irresponsables et syndicalement incompétents.

Depuis 1947, pas une seule année ne s’est écoulée sans que des mouvements sociaux ne viennent perturber le réseau ferré national. À la clé, un nombre impressionnant de jours de travail perdu. Le Figaro a fait les comptes.

Noël, la neige, les décorations, la Saint-Sylvestre, la Saint-Nicolas… Pour beaucoup, la fin d’année rime avec les fêtes, les cadeaux et les retrouvailles en famille. Ces dernières années, une nouvelle tradition, bien plus redoutée, semble toutefois s’être imposée : la crainte d’une grève à la SNCF. Tenace, cette coutume revient quasiment chaque mois de décembre, avec la régularité d’un métronome : depuis 2018, seule la pandémie de Covid-19 est parvenue à la faire s’effacer.

Rebelote en 2022. La grève surprise qui conduit à l’annulation de 60% des TGV et Intercités ce week-end inaugure le quatorzième mois de décembre perturbé sur le réseau ferroviaire français en moins de vingt ans : 2003, 2004, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2016, 2018, 2019, 2021. Des préavis de grève menacent déjà de torpiller les déplacements des week-ends de Noël et du jour de l’an, à l’heure où les Français sillonnent le pays pour retrouver leurs proches.

SNCF: une entreprise tuée à petit feu par les grèves

SNCF: une entreprise tuée à petit feu par  les grèves

Depuis toujours la SNCF se singularise par un taux de grève tout à fait exceptionnel au regard de la conflictualité générale. C’est une sorte de culture de l’entreprise. Pour tout et souvent pour rien, les organisations syndicales gauchistes menacent et font effectivement grève alors que la concertation n’est pas même terminée voir pas même entamée. Pourtant ce ne sont pas les organismes de concertation qui manque dans l’entreprise même si leur nombre a été réduit. Le problème c’est que ces organismes ne sont pas des lieux de négociation mais d’affrontement stérile. En cause sans doute une part de responsabilité de l’entreprise mais aussi la culture socio-économique de syndicalistes qui font de la radicalité le véritable objectif et non l’avancée sociale. Le véritable objectif est la révolution, la lutte contre le capitalisme, contre l’impérialisme. Bref surtout des objectifs politiques et qui instrumentalisent le poujadisme de certaines catégories.

D’une certaine manière, c’est une honte pour le syndicalisme de se mettre à la remorque d’une association douteuse de contrôleurs dont par ailleurs on pourrait comparer les conditions sociales avec d’autres dans l’entreprise mais aussi ailleurs.

Juridiquement les pouvoirs publics devraient s’interroger sur la légitimité de cette association de contrôleurs , sorte de syndicat poujadiste non déclaré mais soutenu par des organisations gauchistes qui se font la courte échelle en matière de radicalité.

Ce mouvement des contrôleurs porte évidemment préjudice à l’entreprise, au service public en général mais tout autant au syndicalisme qu’il discrédite et même ridiculise. Il suffit pour s’en persuader d’écouter l’argumentation d’une médiocrité désolante des syndicats gauchistes complètement irresponsables et syndicalement incompétents.

Depuis 1947, pas une seule année ne s’est écoulée sans que des mouvements sociaux ne viennent perturber le réseau ferré national. À la clé, un nombre impressionnant de jours de travail perdu. Le Figaro a fait les comptes.

Noël, la neige, les décorations, la Saint-Sylvestre, la Saint-Nicolas… Pour beaucoup, la fin d’année rime avec les fêtes, les cadeaux et les retrouvailles en famille. Ces dernières années, une nouvelle tradition, bien plus redoutée, semble toutefois s’être imposée : la crainte d’une grève à la SNCF. Tenace, cette coutume revient quasiment chaque mois de décembre, avec la régularité d’un métronome : depuis 2018, seule la pandémie de Covid-19 est parvenue à la faire s’effacer.

Rebelote en 2022. La grève surprise qui conduit à l’annulation de 60% des TGV et Intercités ce week-end inaugure le quatorzième mois de décembre perturbé sur le réseau ferroviaire français en moins de vingt ans : 2003, 2004, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2016, 2018, 2019, 2021. Des préavis de grève menacent déjà de torpiller les déplacements des week-ends de Noël et du jour de l’an, à l’heure où les Français sillonnent le pays pour retrouver leurs proches.

COP28: petit compromis pas clair

COP28: petit compromis pas clair

Les discussions dans le cadre de la Cop 28 tourne toujours autour de la délicate question de la mise en place d’un fonds d’indemnisation des dommages climatiques que subissent les pays vulnérables. Le principe semble désormais acquis mais dans le cadre d’un compromis fragile sur les conditions et surtout le montant.

Le texte propose d’établir le fonds provisoirement, pour quatre ans, au sein de la Banque mondiale, ce que refusaient initialement avec force les pays en développement, qui accusent l’institution d’être aux mains des Occidentaux et inadaptée à leurs besoins.

«Il est maintenant impératif que nous activions et capitalisions rapidement le fonds», car «le monde n’a pas besoin d’un compte bancaire vide» mais «d’un fonds opérationnel qui puisse réellement faire la différence», a déclaré le président émirati de la COP28, Sultan Al Jaber, dans un message lu aux délégués à l’issue de la réunion. Pays du nord et du sud sont parvenus ce samedi 4 novembre à un fragile compromis sur les contours du futur fonds sur les «pertes et dommages» climatiques des pays vulnérables, ouvrant la voie à un accord lors de la COP28 de Dubaï sur cette question cruciale pour la réussite du sommet. L’adoption sur le principe de ce fonds avait été considérée comme le résultat majeur de la COP27 en Égypte l’an dernier, et les discussions sur sa mise en œuvre (fonctionnement, donateurs, bénéficiaires…) ont été confiées à un comité de transition.

Samedi soir, une cinquième et ultime réunion de ce comité s’est conclue par l’adoption d’un texte de recommandations, malgré les réserves des États-Unis et de plusieurs pays en développement lors d’une séance plénière retransmise en ligne, a constaté l’AFP.

«Les recommandations sont faibles car elles ne font pas mention de la taille du fonds ni d’un plan clair de capitalisation», a abondé auprès de l’AFP Harjeet Singh, de l’ONG Climate Action Network, déplorant «un jour sombre pour la justice climatique».

«En outre, les États-Unis font pression pour que l’adhésion soit volontaire pour les pays développés», a-t-il ajouté, alors que les délégués des pays du sud défendaient une contribution obligatoire.

En vertu de cette responsabilité historique, établie par la Convention des Nations unies sur la lutte contre le changement climatique, les pays développés ont promis 100 milliards de dollars d’aide annuelle aux pays en développement.

Mais leur défaillance jusqu’à ce jour à honorer cette promesse est devenue un motif de tension majeur dans les négociations climat, faisant craindre une contribution limitée des pays riches au nouveau fonds.

Amazon : un « petit » profit de 10 milliards au troisième trimestre

Amazon : un « petit » profit de 10 milliards au troisième trimestre

Amazon qui se contente de distribuer (Plutôt de faire distribuer la plupart du temps !) engrange de nouveaux profits records grâce à la puissance de sa plate-forme et aura encore réalisé un « petit » Bénéfice de 10 milliards au troisième trimestre. Finalement la crise n’est pas pour les grandes sociétés qui au contraire profitent largement de l’environnement inflationniste.

Amazon a ainsi présenté un bénéfice net au troisième trimestre de près de 9,9 milliards de dollars. C’est trois fois plus que lors de l’été 2022 et 3 milliards de plus que les attentes des marchés.

Amazon, comme les autres géants de la tech, a vécu une année 2022 mouvementée avec le retour des consommateurs dans les magasins physiques après la pandémie, n’hésitant pas à licencier massivement début 2023. Depuis, la plateforme « a lentement retrouvé son élan », a commenté Andrew Lipsman, analyste d’Insider Intelligence. « Les résultats du troisième trimestre constituent un test important de la rapidité avec laquelle l’entreprise redresse la barre », dans un contexte économique défini par l’inflation.

Total: Un « petit bénéfice » de 6,7 milliards de dollars au troisième trimestre

Total: Un « petit bénéfice » de 6,7 milliards de dollars au troisième trimestre

Comme d’habitude les sociétés pétrolières engrangent d’autant plus de bénéfices que les prix du pétrole sont élevés. Il est en effet facile pour pétroliers et distributeurs de glisser quelques centimes supplémentaires à l’occasion d’une vague de hausse. Ce qu’on appelle l’inflation spéculative.

Ainsi le groupe TotalEnergies a enregistré un « petit » bénéfice de 6,7 milliards de dollars au troisième trimestre, en légère hausse de 1,5% par rapport au même trimestre de l’année 2022 marquée par des profits records pour la major française, a annoncé ce jeudi l’entreprise.

Se félicitant de «la pertinence de sa stratégie», la firme a annoncé à ses actionnaires la distribution d’un troisième acompte sur dividende de 0,74 EUR/action au titre de l’exercice 2023, en hausse de plus de 7% par rapport à 2022, selon son communiqué.

Société- Maroc : « Le petit peuple va encore payer « 

Société-Maroc : « Le petit peuple va encore payer  »

Choqué par l’ampleur du tremblement de terre qui a tué plus de 2 800 personnes, le romancier marocain Abdellah Taïa rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’un mouvement de contestation contre les injustices et la précarité était né après le séisme de 2004 dans les régions très pauvres du nord du pays.

Le tremblement de terre très puissant qui s’est produit dans la région de Marrakech a bouleversé le Maroc tout entier. Ses secousses ont été ressenties jusqu’à la ville de Fès. Presque personne n’a pu dormir dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre. Très choqués, mes proches avaient peur de rester à l’intérieur de leur maison. C’était l’apocalypse. C’était la fin. En quelques secondes, tout bouge, tout change, tout tombe, y compris les corps et les âmes. Sincères, ils disent en pleurant : désormais, vivre n’aura plus jamais le même goût.

Cette catastrophe a créé comme un lien inédit entre les Marocains. Ils ont vu la mort de leurs propres yeux. Ils ont compris à quel point ils sont plus que jamais vulnérables. Abandonnés. Seuls. Si seuls face à la nuit interminable et à ses forces destructrices.

Dès samedi matin, ils ont commencé à penser aux autres, qui ont été les plus touchés. Et, chacun à sa façon, ils ont voulu exprimer leur solidarité avec ces autres. Ce tremblement de terre a mis tout le pays face à cette vérité qu’on ne peut plus se permettre de cacher, de maquiller : ce sont les plus pauvres qui vont principalement souffrir des conséquences de cette tragédie. Les Marocains des villages de l’Atlas. Les bourgs. Les douars. Les souks.

Ils ne sont pas si loin que ça de Marrakech, de ses riads luxueux et de sa jet-set internationale. De la place Djemaa El-Fna, en levant la tête, on voit clairement cet autre Maroc ignoré, qui vit depuis trop longtemps dans le dénuement et la précarité. Les villageois qu’on voit sans réellement les voir. On passe constamment à côté d’eux. Ces Berbères que les touristes adorent prendre en photo. Ils sont si beaux, si simples, si généreux, si merveilleux, si authentiques, il ne faut surtout pas qu’ils changent. Des gens sans cesse transformés en objets exotiques. Des images d’un Maroc éternel qui fait tellement plaisir à ceux qui ne veulent toujours pas dépasser leurs fantasmes orientalistes.

Ce petit peuple marocain va encore une fois payer le prix fort. A Casablanca, à Agadir, à Rabat et ailleurs, les citoyens marocains ne cessent de s’organiser pour lui venir en aide. Ils improvisent comme ils peuvent. Il y a là quelque chose d’admirable. Vraiment. Mais malheureusement leur solidarité ne suffira pas.

Maroc : « Le petit peuple va encore payer « 

Maroc : « Le petit peuple va encore payer  »

Choqué par l’ampleur du tremblement de terre qui a tué plus de 2 800 personnes, le romancier marocain Abdellah Taïa rappelle, dans une tribune au « Monde », qu’un mouvement de contestation contre les injustices et la précarité était né après le séisme de 2004 dans les régions très pauvres du nord du pays.

Le tremblement de terre très puissant qui s’est produit dans la région de Marrakech a bouleversé le Maroc tout entier. Ses secousses ont été ressenties jusqu’à la ville de Fès. Presque personne n’a pu dormir dans la nuit du vendredi 8 au samedi 9 septembre. Très choqués, mes proches avaient peur de rester à l’intérieur de leur maison. C’était l’apocalypse. C’était la fin. En quelques secondes, tout bouge, tout change, tout tombe, y compris les corps et les âmes. Sincères, ils disent en pleurant : désormais, vivre n’aura plus jamais le même goût.

Cette catastrophe a créé comme un lien inédit entre les Marocains. Ils ont vu la mort de leurs propres yeux. Ils ont compris à quel point ils sont plus que jamais vulnérables. Abandonnés. Seuls. Si seuls face à la nuit interminable et à ses forces destructrices.

Dès samedi matin, ils ont commencé à penser aux autres, qui ont été les plus touchés. Et, chacun à sa façon, ils ont voulu exprimer leur solidarité avec ces autres. Ce tremblement de terre a mis tout le pays face à cette vérité qu’on ne peut plus se permettre de cacher, de maquiller : ce sont les plus pauvres qui vont principalement souffrir des conséquences de cette tragédie. Les Marocains des villages de l’Atlas. Les bourgs. Les douars. Les souks.

Ils ne sont pas si loin que ça de Marrakech, de ses riads luxueux et de sa jet-set internationale. De la place Djemaa El-Fna, en levant la tête, on voit clairement cet autre Maroc ignoré, qui vit depuis trop longtemps dans le dénuement et la précarité. Les villageois qu’on voit sans réellement les voir. On passe constamment à côté d’eux. Ces Berbères que les touristes adorent prendre en photo. Ils sont si beaux, si simples, si généreux, si merveilleux, si authentiques, il ne faut surtout pas qu’ils changent. Des gens sans cesse transformés en objets exotiques. Des images d’un Maroc éternel qui fait tellement plaisir à ceux qui ne veulent toujours pas dépasser leurs fantasmes orientalistes.

Ce petit peuple marocain va encore une fois payer le prix fort. A Casablanca, à Agadir, à Rabat et ailleurs, les citoyens marocains ne cessent de s’organiser pour lui venir en aide. Ils improvisent comme ils peuvent. Il y a là quelque chose d’admirable. Vraiment. Mais malheureusement leur solidarité ne suffira pas.

CGM: Un petit profit à plus de 23 milliards d’euros

CGM: Un petit profit à plus de 23 milliards d’euros

C’est la crise pour de plus en plus de défavorisés mais pas pour tout le monde. Ainsi la CGM alignent comme d’autres grandes entreprises des profits records ( et les Français payent l’addition à travers l’inflation).

Des profits records dans l’histoire des entreprises françaises. L’armateur CMA-CGM a enregistré en 2022 un bénéfice net record de plus de 23 milliards d’euros, signant le plus haut bénéfice publié par une société tricolore l’an dernier, devant ceux de TotalEnergies, Stellantis et LVMH.

Le troisième armateur mondial a été porté par les prix historiquement hauts du fret maritime depuis le début de la pandémie. En 2022, le chiffre d’affaires de CMA-CGM, non côté en bourse, a augmenté de 33,1% sur un an, à 74,5 milliards de dollars (environ 70,1 milliards d’euros).

Macron : le petit roi est nu

Macron : le petit roi est nu

 

Avec les résultats catastrophiques des législatives , Macron se retrouve presque seul. Cela d’autant plus que certains de ses soutiens historiques comme les sulfureux Ferrand et Castaner transfuges du parti socialiste ont été renvoyés à leurs chères études . De la même manière que certains ministres boutonneux issus pour la plupart d’instituts politiques et sélectionnés sur Internet. Macron a délibérément choisi des seconds voir des troisièmes couteaux pour que n’émerge pas un éventuel concurrent. Le roi a voulu gouverner seul mais le roi est désormais encore plus nu que précédemment. Une roi nu  dépouillé de ses soutiens historiques mais surtout  du fait de l’absence réelle d’orientation et de la faillite de ce  « en même temps » pseudo idéologie qui permet toutes les confusions.

Il est clair que Macron ne pourra pas résister dans la crise politique, économique et même géostratégique qui s’annonce. Il n’a pas l’expérience ni la résilience pour cela. Et ce n’est pas en choisissant une Première ministre complètement inodore et incolore comme Élisabeth Borne  qu’il parviendra à changer la tendance. Macron a voulu gouverner seul, aujourd’hui il est plus isolé que jamais. Et son isolement se nourrit surtout de la détestation qu’il génère presque physiquement dans l’opinion publique. Sa seule arme de défense est qu’il n’existe pas de leader crédible dans l’opposition.

Taux BCE: Un petit pas pour ne pas casser la croissance

Taux BCE: Un petit pas pour ne pas casser la croissance

Jeudi la BCE devrait procéder à un relèvement des taux de 25 points de base dès le mois prochain.

Les taux de la BCE vont augmenter d’un quart de point  début juillet soit 25 % autant dire pas grand-chose quand on sait que l’inflation a atteint plus de 8 % sur un an en mai.

La vérité c’est que la banque centrale est  contrainte de relever ses taux du faie du resserrement monétaire opéré par la banque centrale américaine.

Plus que jamais sans doute la gestion des taux se révèle particulièrement délicate voire dangereuse. Certes l’inflation assez exceptionnelle pourrait  justifier un relèvement du coût de l’argent. En même temps ,  nous sommes désormais inscrits dans une tendance de croissance quasi nulle. Et le relèvement significatif des taux pourrait contribuer encore à accentuer la dépression et nous conduire même vers la stagflation.

« Nous nous attendons à ce que la BCE annonce la fin de son programme d’achats d’actifs nets et s’engage à augmenter ses taux de 25 points de base en juillet, sa première hausse en 11 ans. Pendant ce temps, tous les yeux seront rivés sur le recalibrage des orientations prospectives de la BCE en matière de normalisation de sa politique monétaire, y compris sur le rythme envisagé et sur l’objectif de taux », indique Katharina Utermöhl, économiste chez Allianz Trade.

La BCE reste l’une des rares banques centrales à ne pas avoir enclenché une hausse des taux. « Avec des pressions inflationnistes qui continuent de se renforcer et un contexte

Mercato politique: Les lamentables trahisons pour un petit portefeuille de ministre

Mercato politique: Les lamentables trahisons pour un petit portefeuille de ministre

 

Nombre de responsables de gauche comme de droite n’hésitent pas à renier les convictions molles qui constituaient leur valeur pour  se vendre au pouvoir en place. Ces espèces de mercenaires- qui ont transformé la politique en métier -du jour au lendemain condamnent les propos qu’ils ont pu tenir pendant des années voir des dizaines d’années. Et tout cela pour un minable petit portefeuille de ministre que  l’histoire évidemment oubliera rapidement.

Ce mercato politique dirigé par Macron lui-même revêt un caractère aussi lamentable que pathétique. Il démontre à quel point la classe politique est en général discréditée par des comportements proches de ceux des voyous. Certes ce ne sont pas à mettre dans le même sac, loin s’en faut. Il suffit cependant d’une poignée d’arrivistes pour porter atteinte à ceux qui ont pour mission d’incarner la démocratie. De ce point de vue, les petites manœuvres de Macron relèvent davantage des pratiques de la IVe République que du XXIe siècle.

Ce débauchage, un par un,va porter un nouveau coup terrible à la classe politique dont beaucoup n’affichent  en effet que des convictions très plastiques . Certes il n’est pas interdit de changer d’idée au cours d’une vie politique, voire de partis; mais à l’occasion d’un changement ministériel pour obtenir un maroquin , cela révèle les comportements de voyous et d’opportunistes ordinaires.

 

 

Politique : Poutine : un petit officier de police introverti, pervers et de second rang

Politique : Poutine : un petit officier de police introverti, pervers  et de second rang

Nombre de personnalités russes ou internationales qui ont eu l’occasion de pratiquer Poutine ont pu vérifier le manque de personnalité de l’intéressé. Poutine a en effet profité de l’immense vacance du pouvoir laissé par Eltsine pour s’infiltrer dans un milieu politique qui n’était pas de son niveau. Poutine est en effet un pur produit du KGB. Son sens de la soumission de l’obéissance servile lui a permis d’accéder à un grade de policier de second rang. Il n’a jamais vraiment brillé mais a utilisacomme les autres avec un certain succès aux yeux des communistes toutes les techniques de répression individuelle et collective. C’est tardivement qu’il est venu un peu par hasard à la politique.

 

La culture du président Poutine est politiquement et même culturellement assez sommaire. De ce point de vue, il est assez représentatif de cet état d’esprit nationaliste russe qui revendique à la fois l’héritage tsariste, la révolution communiste et le stalinisme.

 

La force en même temps que la faiblesse Poutine s’est de n’avoir jamais connu réellement ni l’opposition, ni la démocratie, ni le compromis .  Sa solution est toujours l’écrasement de l’ennemi aussi bien en interne qu’en externe.La preuve la plus spectaculaire étend sans doute la condamnation à une dizaine d’années de prison pour  Navalny   qui avait dénoncé l’invraisemblable palais de 7000 ha construits pour Poutine.

 Bref ce président est non seulement un peu idiot mais également un peu dément. L’ampleur des détournements de la richesse nationale témoigne de son manque de discernement de la même manière que ses mises en scène médiatiques délirantes qui rappellent les années 50.

 

Poutine porte même sur son visage les stigmates de son manque d’ouverture intellectuelle et politique. Il adapte en permanence la posture de l’inquisiteur impassible qui doit terroriser son interlocuteur. Bref Poutine a bien 50 ans ou 100 ans de retard. Ce manque de compétence politique et ce tempérament de timide transformé en dictateur laisse malheureusement ouverte les différentes perspectives de sortie du conflit y compris les plus cruelles et les plus dramatiques.

Poutine : un petit officier de police introverti et de second rang

Poutine : un petit officier de police introverti et de second rang

 

 

Nombre de personnalités russes ou internationales qui ont eu l’occasion de pratiquer Poutine ont pu vérifier le manque de personnalité de l’intéressé. Poutine a en effet profité de l’immense vacance du pouvoir laissé par Eltsine pour s’infiltrer dans un milieu politique qui n’était pas de son niveau. Poutine est en effet un pur produit du KGB. Son sens de la soumission de l’obéissance servile lui a permis d’accéder à un grade de policier de second rang. Il n’a jamais vraiment brillé mais a utilisacomme les autres avec un certain succès aux yeux des communistes toutes les techniques de répression individuelle et collective. C’est tardivement qu’il est venu un peu par hasard à la politique.

 

La culture du président Poutine est politiquement et même culturellement assez sommaire. De ce point de vue, il est assez représentatif de cet état d’esprit nationaliste russe qui revendique à la fois l’héritage tsariste, la révolution communiste et le stalinisme.

 

La force en même temps que la faiblesse Poutine s’est de n’avoir jamais connu réellement ni l’opposition, ni la démocratie, ni le compromis .  Sa solution est toujours l’écrasement de l’ennemi aussi bien en interne qu’en externe.

 

Bref ce président est non seulement un peu idiot mais également un peu dément. L’ampleur des détournements de la richesse nationale témoigne de son manque de discernement de la même manière que ses mises en scène médiatiques délirantes qui rappellent les années 50.

 

Poutine porte même sur son visage les stigmates de son manque d’ouverture intellectuelle et politique. Il adapte en permanence la posture de l’inquisiteur impassible qui doit terroriser son interlocuteur. Bref Poutine a bien 50 ans ou 100 ans de retard. Ce manque de compétence politique et ce tempérament de timide transformé en dictateur laisse malheureusement ouverte les différentes perspectives de sortie du conflit y compris les plus cruelles et les plus dramatiques.

 

Covid: petit tassement des hospitalisations

Covid: petit tassement des hospitalisations

 

28.515 patients Covid sont hospitalisés ce samedi, contre 28.457 vendredi, et 24.544 il y a une semaine, précise Santé publique France. En 24 heures, 1994 personnes ont été admises à l’hôpital contre 3.077 la veille. Les autorités sanitaires surveillent en outre de près un sous-variant d’Omicron (BA2) apparu il y a quelques semaines, et qui s’est installé au Danemark. Ce sous-variant a été détecté en France «mais à des niveaux très faibles», selon l’agence sanitaire.Le problème,  c’est que la France n’a pas les moyens de procéder au séquençage suffisant pour en tirer une évaluation quantitative !

En 24 heures, 167 personnes sont mortes du Covid, selon les données publiées samedi par Santé publique France, contre 235 la veille, portant le bilan total des décès à 128.514 depuis le début de l’épidémie. Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 53.802.773 personnes ont reçu au moins une injection (soit 79,8% de la population totale) et 52.469.458 personnes ont un schéma vaccinal complet (77,8% de la population totale).

Vivendi un « petit nain … très politique !

Vivendi un « petit nain … très politique !

 

Bolloré a réussi un excellent numéro de claquettes face à une commission sénatoriale enquêtant sur le pluralisme dans les médias,.

Bolloré a réussi à noyer le poisson en mélangeant la problématique de l’information avec la problématique du divertissement. Il n’a cessé de sous-estimer le poids de Vivendi dans les médias. Sans doute pour dissimuler ses vraies intentions politiques situées nettement à l’extrême droite. Le problème, c’est que le groupe Bolloré jusque-là a surtout fait ses profits  grâce à ses activités en Afrique dans des conditions parfois discutables. Ces activités sont actuellement en vente et le recentrage est général dans les médias. D’une certaine manière, Vincent Bolloré s’investit dans un terrain très dangereux qui est celui de la politique. Mélanger politique et les affaires n’a jamais porté chance à ceux qui ont tenté le pari.

 Bolloré est en effet un groupe industriel dont l’objectif est évidemment de réaliser le meilleur profit. En ce moment Bolloré investit surtout dans des médias dont le taux de rentabilité est insignifiant voire complètement nul.

Il suffit pour se persuader de cet investissement dans la politique de constater l’évolution de la chaîne de télévision C news , chaîne très populiste et marquée à l’extrême droite. Pas vraiment une chaîne d’information à la française plutôt une chaîne à l’américaine au service d’une idéologie.

Il y a chez Vincent Bolloré l’envie d’en découdre avec le politiquement correct et d’assurer la promotion du radicalisme d’extrême droite. Avec en plus un populisme un peu provincial et pour tout dire un peu archaïque. Sur C News on ne gère pas l’information, on prophétise, on condamne, on pratique le prosélytisme radical de droite. Témoin cette tribune offerte pendant des heures et des heures, pendant des mois et des mois à l’évangéliste Zémmour. Les trois ou quatre complices qui l’entourent ne sont que des alibis pour conforter les propos du prédicateur ( Et Zemmour  a été remplacé par un   sociologue verbeux  encore plus insupportable à écouter).  Quant à l’émission qui suit celle de Pascal Prod, c’est évidemment une véritable caricature de débat, une vraie discussion de bistrot.

Il n’est pas certain que les investisseurs apprécient très très longtemps cette espèce de mélange des genres d’un Bolloré vieillissant reconverti  dans une activité médias aussi douteuse qu’incertaine.

Hier , Vincent Bolloré a cherché à relativiser le poids de son groupe dans le paysage médiatique ainsi que son pouvoir personnel. Il s’est également lancé dans une défense du patriotisme économique, lui qui a surtout fait sa fortune en Afrique.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol