Archive pour le Tag 'Perspectives'

Existe-t-il encore des perspectives d’union de la gauche après les européennes ?

Existe-t-il encore des perspectives d’union de la gauche après les européennes ?

Alors que les sondages placent la liste de Raphaël Glucksmann en tête à gauche, la campagne pour les élections européennes voit se multiplier les invectives entre les anciens partenaires de la Nupes. L’alliance des partis de gauche semble avoir fini d’imploser à l’automne 2023. Face au refus de La France Insoumise (LFI) de qualifier les attaques du Hamas du 7 octobre de « terroristes », les communistes ont décidé que l’alliance avec cette formation constituait une « impasse », avant que le Parti socialiste (PS) ne vote un « moratoire » décrit par Jean-Luc Mélenchon comme « une rupture ». Refusant tour à tour l’union avec LFI, les différentes forces de gauche ont évité de porter seules les stigmates de la rupture, tout en en renvoyant la responsabilité aux choix stratégiques insoumis. Certes, cette rupture n’a pas mis un terme à toutes les tentatives d’union. Pour autant, ainsi qu’en attestent les derniers contacts de LFI avec Génération•s d’une part, et avec le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) de l’autre, les plus petites perspectives d’union échouent face aux faibles ambitions rassembleuses des différentes forces de gauche.

 

par 

Pierre-Nicolas Baudot, Université Paris-Panthéon-Assas dans The Conversation 

Parties divisées pour les élections européennes de juin 2024, les formations de gauche françaises exposent en traits grossis leurs différends idéologiques et stratégiques durant la campagne. En jeu, le rapport de force entre elles sur le terrain national.

Misez sur l’expertise, découvrez notre newsletter quotidienne.
Mise en suspens par le scrutin proportionnel européen, la question de l’union à gauche ne manquera pas d’être à nouveau posée par la perspective des scrutins nationaux – celui de 2027 en tête.
La campagne pour les élections européennes a rappelé une série de divergences. Les questions internationales y occupent une place centrale. Alors que LFI s’oppose à l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne, écologistes et socialistes la défendent. De la même façon, le rapport à l’Europe néolibérale continue de dessiner les oppositions.

Cependant, la campagne tend également à maximiser les différends, sinon à les exagérer, et à multiplier les invectives réciproques, entre dirigeants comme entre militants. Au-delà des désaccords idéologiques, ces oppositions révèlent des divergences stratégiques fortes.

Les communistes ont, les premiers, annoncé mener campagne seuls. Les écologistes, placés troisièmes lors des élections européennes de 2019 (13,48 %), devant LFI (6,31 %) et le PS–Place publique (6,19 %), les ont rapidement suivis. Comme en 2019, les socialistes ont misé sur Raphaël Glucksmann, un candidat projetant la perspective d’un espace entre un macronisme ne cessant de se déporter sur sa droite et la gauche insoumise à laquelle il s’oppose. Ces listes ont en commun de critiquer la stratégie insoumise et d’espérer une redistribution du rapport de force national à gauche.

Au soir de l’élection présidentielle de 2022, celui-ci s’était établi très en faveur de LFI et ses 21,95 %. Cependant, comme l’a récemment fait remarquer l’économiste Stefano Palombarini, cette hypothèse a ses limites, notamment dans le cas socialiste. La campagne menée par Raphaël Glucksmann plaide pour l’impossibilité durable d’une alliance avec LFI et le bien-fondé d’une option « réformiste » face à la gauche de rupture. Les vétérans du hollandisme, et François Hollande lui-même, n’ont pas manqué l’occasion d’y voir la perspective d’un retour en grâce. Glucksmann a même tenté – sans succès – d’enrôler François Ruffin (député LFI) dans cette direction, en misant sur les critiques émises par ce dernier sur la stratégie du mentor insoumis.

La mise en exergue des différends politiques et stratégiques éloigne les perspectives d’une nouvelle alliance à gauche, autant qu’elle brouille par avance la lisibilité d’une telle offre aux yeux de l’électorat. Pour autant, passée la proportionnelle intégrale des élections européennes, les scrutins nationaux ne manqueront pas d’interroger de nouveau la capacité des forces de gauche à s’entendre. Les éléments pour l’appuyer ne manquent pas. Ainsi, une note de la fondation Rosa Luxemburg publiée en 2023 relevait une forme de convergence des positions européennes à gauche contre la politique néolibérale de l’Union et pour sa réorientation écologique et sociale.

Sans occulter l’importance des désaccords, certains combats communs à l’Assemblée nationale, comme récemment au sujet d’un prix plancher pour les agriculteurs, plaident dans le même sens. L’attitude de la Nupes face à la réforme des retraites ou « la loi immigration » font de même.

 

Surtout, la perspective historique rappelle que les divisions à gauche ne sont ni nouvelles, ni irrémédiables. Mais elle souligne aussi que si l’union à gauche est si débattue, c’est – au moins en partie – parce que les partis eux-mêmes n’en finissent plus d’apparaître comme des organisations déclinantes. En janvier 2024, d’après le baromètre du CEVIPOF, ils représentaient même, pour 77 % des interrogés, l’institution la moins fiable, avec les réseaux sociaux.

L’émergence de nouvelles organisations – comme LFI – s’est faite dans la revendication d’un dépassement des formes traditionnelles des partis. Elle n’a cependant pas réussi, pour l’heure, à renouveler le genre. Certes les autres tendances politiques n’y échappent pas, et à l’exception du RN il paraît bien difficile de dire quel sera l’état des diverses écuries en 2027. Cependant, à droite, elles s’accommodent visiblement mieux du fond de l’air populiste, de l’hégémonie néolibérale et de positions de rejets.

C’est donc bien à une question organisationnelle que la gauche doit faire face d’ici à l’élection présidentielle de 2027. Elle paraît trop faible pour entrevoir une inversion du rapport de force politique sans s’entendre et développer des stratégies pour accroître son audience (à destination des classes populaires, des zones rurales, des abstentionnistes…).

La Nupes a atteint son objectif en maximisant le nombre de députés de gauche et en permettant aux différentes forces d’obtenir un groupe à l’Assemblée nationale. Cependant, elle n’a pas posé la question d’une nouvelle forme d’organisation collective à gauche. À l’inverse, en maintenant les groupes parlementaires, elle a prolongé les logiques partisanes et les mécanismes de différenciation qui en découlent.

C’est moins le risque d’une divergence idéologique qui se pose à la gauche, que celui de l’impossibilité du débat. Dans la perspective de l’élection de 2027, ce n’est donc pas la question de l’état de la Nupes qui apparaît, mais celle des formes d’une alliance à gauche qui assurent les délibérations collectives et la consécration militante que n’avait pas permis l’urgence de l’accord en 2022. Au prix d’une refonte organisationnelle réelle, la gauche peut tenter d’éviter la disjonction qui éloigne la diversité du mouvement social de l’espace électoral.

Comme l’a récemment souligné le philosophe Jean Quétier, l’analyse historique des partis permet de rappeler leur potentiel démocratique et émancipateur. Cependant, elle conduit également à constater, en pratique, la déception de ces perspectives. En se rapprochant de cet idéal démocratique et émancipateur, une forme organisationnelle nouvelle pourrait espérer relayer l’animation sociale et intellectuelle, et non s’y imposer verticalement. La gauche partisane pourrait alors s’attendre à apparaître à nouveau comme un espace à investir, et non comme un repoussoir.

Elle doit pour cela engager les chantiers d’une unité qui n’écrase pas le pluralisme, en pensant son rapport à la personnalisation dans un régime présidentialisé, à l’atomisation néolibérale, aux évolutions du militantisme, à la verticalité de son organisation ou encore à son implantation territoriale.

D’ici à 2027, la gauche fait donc bien face à un double enjeu collectif : collectif dans l’imaginaire qu’elle projette, mais également collectif dans la pratique. En ce sens, la question démocratique et le lien de la gauche à la société n’apparaissent pas que comme des enjeux formels mais bien, dans une perspective gramscienne, comme les fondements d’une transformation politique profonde.

Déficit et dette : quelles perspectives ?

Déficit et dette     : quelles  perspectives ?

5,5 % du PIB, telle est la mesure du déficit public communiquée mardi 26 mars par l’Insee. C’est bien au-delà des estimations de 4,9 % que partageait le gouvernement le 31 octobre 2023 dans le projet de loi de finances de fin de gestion 2023 et très loin de la moyenne de la zone euro de 3,2 %Anticipant cette annonce le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, Jean-François Husson, avait exercé le 21 mars le droit que lui confère l’article 57 de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle sur l’action du gouvernement, en se rendant au ministère des Finances pour une vérification sur pièces et sur place. À peine sorti de Bercy il avait dénoncé une rétention d’informations du gouvernement qui, selon lui, disposait déjà depuis décembre 2023, soit au cours de l’examen du projet de loi de finances de fin de gestion, d’une note évaluant le déficit 2023 à 5,2 %. Il a surtout indiqué que l’Exécutif envisageait désormais un déficit de 5,7 % en 2024 (contre les 4,4 % indiqués dans la loi de Finances pour 2024) et même de 5,9 % en 2025. L’écart pour 2024 est massif, 36 milliards d’euros de déficit supplémentaire en 2024. C’est sans commune mesure avec les 10 milliards d’économies décidés par décret en février. Pour 2025, les écarts avec les textes budgétaires grimpent jusque 65 milliards, pour une annonce début mars de 20 milliards d’économies pour l’ensemble de comptes publics en 2025. Toujours très éloignée du plafond de 3 % imposé par le Pacte de stabilité, la France est aujourd’hui le plus mauvais élève de la zone euro après l’Italie dont le déficit est de 7 % en 2023. 

par 

Professeur et directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier, Kedge Business School dans The Conversation 

L’évolution des dépenses publiques 2023 s’est avérée à peu près conforme aux attentes gouvernementales en hausse de 3,7 % après 4 % en 2022. Ce sont les recettes qui ont ralenti plus fortement qu’attendu en ne progressant que de 2 % après 7,4 % en 2022 sous l’effet du ralentissement de l’activité. Le phénomène se trouve amplifié pour des raisons techniques : le niveau des recettes fiscales s’avère en effet plus fortement dépendant de celui de l’activité que sa moyenne historique.

Dans le détail on retiendra que le déficit public reste très largement, à plus de 90 %, le fait de l’État et des administrations centrales et dans une moindre mesure de la Sécurité sociale, quasiment en totalité du fait de l’assurance-maladie. Les collectivités territoiriales qui ne peuvent, de par la loi, emprunter que pour des investissements, restent à l’équilibre. L’assurance chômage enregistre même un excédent de 1,6 milliard malgré les ponctions de l’État.

 

Depuis 1980 la dérive des comptes publics fut systématiquequelle que soit la couleur politique des gouvernements. Les crises les ont logiquement contraints à des relances keynésiennes nécessaires pour soutenir l’économie comme en 1993 (6,4 % de déficit) puis plus nettement encore en 2009 (7,2 %) le record étant atteint pendant le Covid en 2020 (9 %). La récurrence des déficits vient du fait que les périodes de forte croissance n’ont jamais été mises à profit pour désendetter l’État comme nous le rappelle l’épisode fameux dit de la « cagnotte » en 2000 : le Premier ministre Lionel Jospin annonçait alors comment il redistribuerait les 50 milliards de francs de surplus de rentrées fiscales.

En conséquence le déficit structurel, indépendant de la conjoncture économique, est resté au cours des dernières années assez stable, autour de 5 % du PIB malgré une sous-estimation récurrente (et parfois loufoque comme en 2020) du ministère de l’Économie.

Selon une jurisprudence constante, rappelée par le Conseil constitutionnel dans sa décision relative la loi de finances pour 2024 (considérant 20), « s’il apparaissait en cours d’année que l’évolution des charges ou des ressources était telle qu’elle modifierait les grandes lignes de l’équilibre budgétaire, il appartiendrait au Gouvernement de soumettre au Parlement un projet de loi de finances rectificative ». Au vu de l’ampleur des dérives constatées pour 2023 et annoncées pour 2024 et 2025, on voit mal comment le gouvernement pourrait faire l’économie d’une loi de finances rectificative, sans doute juste après les Européennes.

Or, pour la première fois depuis le début de cette législature, le groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée se déclare prêt à joindre ses voix aux autres groupes d’opposition face à ce qu’Éric Ciotti, président du parti, qualifie de « gestion calamiteuse des finances publiques », ajoutant :

« La situation des finances publiques constitue la première menace qui pèse sur l’avenir de notre pays. »

Une motion de censure adoptée impliquerait la chute du gouvernement Attal et très probablement de nouvelles élections législatives. Il n’est donc pas inutile de se pencher sur les doctrines budgétaires des trois principales forces d’opposition à l’Assemblée nationale.

À la différence de la majorité actuelle, adepte d’un statu quo sur les impôts mais d’une baisse relative des dépenses publiques, Les Républicains comme le Rassemblement national (RN) proposent des baisses d’impôt financées par d’hypothétiques coupes dans certaines dépenses mais en sanctuarisant – vraisemblablement pour des raisons électorales – les retraites. Le RN propose même un retour à la retraite à 60 ans pour de nombreux actifs alors que le déficit attendu des régimes de retraite est estimé, après la réforme si décriée de mars 2023, à 11 milliards en 2027.

La France insoumise assume, elle, une flambée des dépenses sociales avec un retour à la retraite à 60 ans, une hausse du point d’indice des fonctionnaires et du smic (17 milliards) ou encore l’indexation des retraites sur les salaires (16 milliards). Le tout financé par des hausses des impôts sur les ménages aisés et sur les sociétés, impôts au rendement très hypothétique.

Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron soutient qu’une augmentation du taux d’emploi au niveau de celui de nos voisins allemands assurerait des recettes supplémentaires qui feraient disparaître la totalité du déficit public. Certes le taux d’emploi est bien en hausse mais une telle parité prendra du temps alors que les intérêts de la dette publique passeront mécaniquement de 38,6 milliards d’euros en 2023 à au moins 74 milliards en 2027.

En conséquence les marges de manœuvre budgétaires du président qui étaient déjà particulièrement faibles au début de son second mandat semblent désormais inexistantes. Les agences de notation Fitch et Moody’s doivent d’ailleurs revoir la note qu’elles attribuent à la dette française le 26 avril et Standard & Poor’s le 31 mai, soit juste avant les élections européennes.

Ainsi, on voit mal comment le pays pourrait échapper à des hausses d’impôts, au moins sous la forme relativement indolore d’années blanches consistant à geler le barème de l’impôt sur le revenu (IR), sans prendre en compte l’inflation comme ce fut le cas en 2011 et 2012, à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et au début de celui de François Hollande. Une telle décision se traduirait par une hausse du rendement de l’IR de l’ordre de 6 milliards en 2025. D’autres mesures de justice sociale semblent également inéluctables comme l’alignement à revenu égal de la CSG des inactifs sur celle des actifs. Les entreprises seront sans doute également touchées et il faut s’attendre à un nouveau report de la baisse de la CVAE.

C’est néanmoins en taillant dans les dépenses publiques que le redressement des comptes serait le plus efficace, essentiellement dans les dépenses sociales très nettement supérieures aux autres pays de l’Union européenne. Ainsi sur les retraites (14,4 % du PIB contre 11,9 % dans l’UE) la désindexation sur l’inflation semble inexorable. Pour la santé (12,2 % du PIB contre 10,5 % dans l’UE) la logique de déremboursement progressive qui se traduira au 31 mars 2024 par un reste à charge de 1 euro par boite de médicaments va se poursuivre. Les subventions de France compétences à l’apprentissage en particulier dans le supérieur seront sans doute restreintes dès cette année malgré l’excellent rendement social à moyen et long terme de l’apprentissage.

Déficit public : quelles perspectives ?

Déficit public    : quelles  perspectives ?

5,5 % du PIB, telle est la mesure du déficit public communiquée mardi 26 mars par l’Insee. C’est bien au-delà des estimations de 4,9 % que partageait le gouvernement le 31 octobre 2023 dans le projet de loi de finances de fin de gestion 2023 et très loin de la moyenne de la zone euro de 3,2 %Anticipant cette annonce le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, Jean-François Husson, avait exercé le 21 mars le droit que lui confère l’article 57 de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle sur l’action du gouvernement, en se rendant au ministère des Finances pour une vérification sur pièces et sur place. À peine sorti de Bercy il avait dénoncé une rétention d’informations du gouvernement qui, selon lui, disposait déjà depuis décembre 2023, soit au cours de l’examen du projet de loi de finances de fin de gestion, d’une note évaluant le déficit 2023 à 5,2 %. Il a surtout indiqué que l’Exécutif envisageait désormais un déficit de 5,7 % en 2024 (contre les 4,4 % indiqués dans la loi de Finances pour 2024) et même de 5,9 % en 2025. L’écart pour 2024 est massif, 36 milliards d’euros de déficit supplémentaire en 2024. C’est sans commune mesure avec les 10 milliards d’économies décidés par décret en février. Pour 2025, les écarts avec les textes budgétaires grimpent jusque 65 milliards, pour une annonce début mars de 20 milliards d’économies pour l’ensemble de comptes publics en 2025. Toujours très éloignée du plafond de 3 % imposé par le Pacte de stabilité, la France est aujourd’hui le plus mauvais élève de la zone euro après l’Italie dont le déficit est de 7 % en 2023. 

par 

Professeur et directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier, Kedge Business School dans The Conversation 

L’évolution des dépenses publiques 2023 s’est avérée à peu près conforme aux attentes gouvernementales en hausse de 3,7 % après 4 % en 2022. Ce sont les recettes qui ont ralenti plus fortement qu’attendu en ne progressant que de 2 % après 7,4 % en 2022 sous l’effet du ralentissement de l’activité. Le phénomène se trouve amplifié pour des raisons techniques : le niveau des recettes fiscales s’avère en effet plus fortement dépendant de celui de l’activité que sa moyenne historique.

Dans le détail on retiendra que le déficit public reste très largement, à plus de 90 %, le fait de l’État et des administrations centrales et dans une moindre mesure de la Sécurité sociale, quasiment en totalité du fait de l’assurance-maladie. Les collectivités territoiriales qui ne peuvent, de par la loi, emprunter que pour des investissements, restent à l’équilibre. L’assurance chômage enregistre même un excédent de 1,6 milliard malgré les ponctions de l’État.

 

Depuis 1980 la dérive des comptes publics fut systématiquequelle que soit la couleur politique des gouvernements. Les crises les ont logiquement contraints à des relances keynésiennes nécessaires pour soutenir l’économie comme en 1993 (6,4 % de déficit) puis plus nettement encore en 2009 (7,2 %) le record étant atteint pendant le Covid en 2020 (9 %). La récurrence des déficits vient du fait que les périodes de forte croissance n’ont jamais été mises à profit pour désendetter l’État comme nous le rappelle l’épisode fameux dit de la « cagnotte » en 2000 : le Premier ministre Lionel Jospin annonçait alors comment il redistribuerait les 50 milliards de francs de surplus de rentrées fiscales.

En conséquence le déficit structurel, indépendant de la conjoncture économique, est resté au cours des dernières années assez stable, autour de 5 % du PIB malgré une sous-estimation récurrente (et parfois loufoque comme en 2020) du ministère de l’Économie.

Selon une jurisprudence constante, rappelée par le Conseil constitutionnel dans sa décision relative la loi de finances pour 2024 (considérant 20), « s’il apparaissait en cours d’année que l’évolution des charges ou des ressources était telle qu’elle modifierait les grandes lignes de l’équilibre budgétaire, il appartiendrait au Gouvernement de soumettre au Parlement un projet de loi de finances rectificative ». Au vu de l’ampleur des dérives constatées pour 2023 et annoncées pour 2024 et 2025, on voit mal comment le gouvernement pourrait faire l’économie d’une loi de finances rectificative, sans doute juste après les Européennes.

Or, pour la première fois depuis le début de cette législature, le groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée se déclare prêt à joindre ses voix aux autres groupes d’opposition face à ce qu’Éric Ciotti, président du parti, qualifie de « gestion calamiteuse des finances publiques », ajoutant :

« La situation des finances publiques constitue la première menace qui pèse sur l’avenir de notre pays. »

Une motion de censure adoptée impliquerait la chute du gouvernement Attal et très probablement de nouvelles élections législatives. Il n’est donc pas inutile de se pencher sur les doctrines budgétaires des trois principales forces d’opposition à l’Assemblée nationale.

À la différence de la majorité actuelle, adepte d’un statu quo sur les impôts mais d’une baisse relative des dépenses publiques, Les Républicains comme le Rassemblement national (RN) proposent des baisses d’impôt financées par d’hypothétiques coupes dans certaines dépenses mais en sanctuarisant – vraisemblablement pour des raisons électorales – les retraites. Le RN propose même un retour à la retraite à 60 ans pour de nombreux actifs alors que le déficit attendu des régimes de retraite est estimé, après la réforme si décriée de mars 2023, à 11 milliards en 2027.

La France insoumise assume, elle, une flambée des dépenses sociales avec un retour à la retraite à 60 ans, une hausse du point d’indice des fonctionnaires et du smic (17 milliards) ou encore l’indexation des retraites sur les salaires (16 milliards). Le tout financé par des hausses des impôts sur les ménages aisés et sur les sociétés, impôts au rendement très hypothétique.

Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron soutient qu’une augmentation du taux d’emploi au niveau de celui de nos voisins allemands assurerait des recettes supplémentaires qui feraient disparaître la totalité du déficit public. Certes le taux d’emploi est bien en hausse mais une telle parité prendra du temps alors que les intérêts de la dette publique passeront mécaniquement de 38,6 milliards d’euros en 2023 à au moins 74 milliards en 2027.

En conséquence les marges de manœuvre budgétaires du président qui étaient déjà particulièrement faibles au début de son second mandat semblent désormais inexistantes. Les agences de notation Fitch et Moody’s doivent d’ailleurs revoir la note qu’elles attribuent à la dette française le 26 avril et Standard & Poor’s le 31 mai, soit juste avant les élections européennes.

Ainsi, on voit mal comment le pays pourrait échapper à des hausses d’impôts, au moins sous la forme relativement indolore d’années blanches consistant à geler le barème de l’impôt sur le revenu (IR), sans prendre en compte l’inflation comme ce fut le cas en 2011 et 2012, à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et au début de celui de François Hollande. Une telle décision se traduirait par une hausse du rendement de l’IR de l’ordre de 6 milliards en 2025. D’autres mesures de justice sociale semblent également inéluctables comme l’alignement à revenu égal de la CSG des inactifs sur celle des actifs. Les entreprises seront sans doute également touchées et il faut s’attendre à un nouveau report de la baisse de la CVAE.

C’est néanmoins en taillant dans les dépenses publiques que le redressement des comptes serait le plus efficace, essentiellement dans les dépenses sociales très nettement supérieures aux autres pays de l’Union européenne. Ainsi sur les retraites (14,4 % du PIB contre 11,9 % dans l’UE) la désindexation sur l’inflation semble inexorable. Pour la santé (12,2 % du PIB contre 10,5 % dans l’UE) la logique de déremboursement progressive qui se traduira au 31 mars 2024 par un reste à charge de 1 euro par boite de médicaments va se poursuivre. Les subventions de France compétences à l’apprentissage en particulier dans le supérieur seront sans doute restreintes dès cette année malgré l’excellent rendement social à moyen et long terme de l’apprentissage.

Dette et déficits: Perspectives gouvernementales irréalistes pour Fitch

Dette et déficits: Perspectives gouvernementales irréalistes pour Fitch

 

Pour les agences de notation, il semble bien qu’on considère les prévisions gouvernementales de rétablissement des comptes comme assez improbables. C’est notamment l’avis de Moody’s et de Fitch.

Fitch estime qu’outre les 10 milliards d’euros « d’économies d’urgence » annoncées en février pour 2024, « des mesures budgétaires supplémentaires seraient probablement nécessaires pour respecter les objectifs du gouvernement de 4,4% en 2024 et de ramener le déficit à 2,7% d’ici 2027 ».

Des arguments qui rejoignent ceux de l’agence de notation Moody’s quelques jours plus tôt. Aux yeux de l’agence, une telle dégradation du déficit public « rend improbable » la tenue, par le gouvernement, de son objectif de réduction du déficit, « tel qu’il le prévoit dans son plan budgétaire à moyen terme présenté en septembre ». Elle estime également insuffisantes les 10 milliards d’économies supplémentaires en 2024.
De son côté, la Cour des comptes évoque 50 milliards d’économie d’ici la fin du quinquennat pour parvenir à ces 3% de déficit public d’ici 2027. L’OFCE évoque, de son côté, un effort de 70 à 80 milliards d’euros.

 

Selon Fitch, lle niveau d’endettement, « le deuxième plus élevé des Etats souverains de la catégorie AA », devrait encore « augmenter progressivement pour atteindre près de 113% du PIB d’ici à la fin de 2025 ».

 Selon le gouvernement, la France devrait dépenser plus de 74 milliards d’euros en 2027 pour rembourser les intérêts de sa dette, contre 38,6 milliards en 2023.

 

Déficit public : Responsabilités et perspectives ?

Déficit public    : Responsabilités et perspectives ?

5,5 % du PIB, telle est la mesure du déficit public communiquée mardi 26 mars par l’Insee. C’est bien au-delà des estimations de 4,9 % que partageait le gouvernement le 31 octobre 2023 dans le projet de loi de finances de fin de gestion 2023 et très loin de la moyenne de la zone euro de 3,2 %Anticipant cette annonce le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, Jean-François Husson, avait exercé le 21 mars le droit que lui confère l’article 57 de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle sur l’action du gouvernement, en se rendant au ministère des Finances pour une vérification sur pièces et sur place. À peine sorti de Bercy il avait dénoncé une rétention d’informations du gouvernement qui, selon lui, disposait déjà depuis décembre 2023, soit au cours de l’examen du projet de loi de finances de fin de gestion, d’une note évaluant le déficit 2023 à 5,2 %. Il a surtout indiqué que l’Exécutif envisageait désormais un déficit de 5,7 % en 2024 (contre les 4,4 % indiqués dans la loi de Finances pour 2024) et même de 5,9 % en 2025. L’écart pour 2024 est massif, 36 milliards d’euros de déficit supplémentaire en 2024. C’est sans commune mesure avec les 10 milliards d’économies décidés par décret en février. Pour 2025, les écarts avec les textes budgétaires grimpent jusque 65 milliards, pour une annonce début mars de 20 milliards d’économies pour l’ensemble de comptes publics en 2025. Toujours très éloignée du plafond de 3 % imposé par le Pacte de stabilité, la France est aujourd’hui le plus mauvais élève de la zone euro après l’Italie dont le déficit est de 7 % en 2023. 

par 

Professeur et directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier, Kedge Business School dans The Conversation 

L’évolution des dépenses publiques 2023 s’est avérée à peu près conforme aux attentes gouvernementales en hausse de 3,7 % après 4 % en 2022. Ce sont les recettes qui ont ralenti plus fortement qu’attendu en ne progressant que de 2 % après 7,4 % en 2022 sous l’effet du ralentissement de l’activité. Le phénomène se trouve amplifié pour des raisons techniques : le niveau des recettes fiscales s’avère en effet plus fortement dépendant de celui de l’activité que sa moyenne historique.

Dans le détail on retiendra que le déficit public reste très largement, à plus de 90 %, le fait de l’État et des administrations centrales et dans une moindre mesure de la Sécurité sociale, quasiment en totalité du fait de l’assurance-maladie. Les collectivités territoiriales qui ne peuvent, de par la loi, emprunter que pour des investissements, restent à l’équilibre. L’assurance chômage enregistre même un excédent de 1,6 milliard malgré les ponctions de l’État.

 

Depuis 1980 la dérive des comptes publics fut systématiquequelle que soit la couleur politique des gouvernements. Les crises les ont logiquement contraints à des relances keynésiennes nécessaires pour soutenir l’économie comme en 1993 (6,4 % de déficit) puis plus nettement encore en 2009 (7,2 %) le record étant atteint pendant le Covid en 2020 (9 %). La récurrence des déficits vient du fait que les périodes de forte croissance n’ont jamais été mises à profit pour désendetter l’État comme nous le rappelle l’épisode fameux dit de la « cagnotte » en 2000 : le Premier ministre Lionel Jospin annonçait alors comment il redistribuerait les 50 milliards de francs de surplus de rentrées fiscales.

En conséquence le déficit structurel, indépendant de la conjoncture économique, est resté au cours des dernières années assez stable, autour de 5 % du PIB malgré une sous-estimation récurrente (et parfois loufoque comme en 2020) du ministère de l’Économie.

Selon une jurisprudence constante, rappelée par le Conseil constitutionnel dans sa décision relative la loi de finances pour 2024 (considérant 20), « s’il apparaissait en cours d’année que l’évolution des charges ou des ressources était telle qu’elle modifierait les grandes lignes de l’équilibre budgétaire, il appartiendrait au Gouvernement de soumettre au Parlement un projet de loi de finances rectificative ». Au vu de l’ampleur des dérives constatées pour 2023 et annoncées pour 2024 et 2025, on voit mal comment le gouvernement pourrait faire l’économie d’une loi de finances rectificative, sans doute juste après les Européennes.

Or, pour la première fois depuis le début de cette législature, le groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée se déclare prêt à joindre ses voix aux autres groupes d’opposition face à ce qu’Éric Ciotti, président du parti, qualifie de « gestion calamiteuse des finances publiques », ajoutant :

« La situation des finances publiques constitue la première menace qui pèse sur l’avenir de notre pays. »

Une motion de censure adoptée impliquerait la chute du gouvernement Attal et très probablement de nouvelles élections législatives. Il n’est donc pas inutile de se pencher sur les doctrines budgétaires des trois principales forces d’opposition à l’Assemblée nationale.

À la différence de la majorité actuelle, adepte d’un statu quo sur les impôts mais d’une baisse relative des dépenses publiques, Les Républicains comme le Rassemblement national (RN) proposent des baisses d’impôt financées par d’hypothétiques coupes dans certaines dépenses mais en sanctuarisant – vraisemblablement pour des raisons électorales – les retraites. Le RN propose même un retour à la retraite à 60 ans pour de nombreux actifs alors que le déficit attendu des régimes de retraite est estimé, après la réforme si décriée de mars 2023, à 11 milliards en 2027.

La France insoumise assume, elle, une flambée des dépenses sociales avec un retour à la retraite à 60 ans, une hausse du point d’indice des fonctionnaires et du smic (17 milliards) ou encore l’indexation des retraites sur les salaires (16 milliards). Le tout financé par des hausses des impôts sur les ménages aisés et sur les sociétés, impôts au rendement très hypothétique.

Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron soutient qu’une augmentation du taux d’emploi au niveau de celui de nos voisins allemands assurerait des recettes supplémentaires qui feraient disparaître la totalité du déficit public. Certes le taux d’emploi est bien en hausse mais une telle parité prendra du temps alors que les intérêts de la dette publique passeront mécaniquement de 38,6 milliards d’euros en 2023 à au moins 74 milliards en 2027.

En conséquence les marges de manœuvre budgétaires du président qui étaient déjà particulièrement faibles au début de son second mandat semblent désormais inexistantes. Les agences de notation Fitch et Moody’s doivent d’ailleurs revoir la note qu’elles attribuent à la dette française le 26 avril et Standard & Poor’s le 31 mai, soit juste avant les élections européennes.

Ainsi, on voit mal comment le pays pourrait échapper à des hausses d’impôts, au moins sous la forme relativement indolore d’années blanches consistant à geler le barème de l’impôt sur le revenu (IR), sans prendre en compte l’inflation comme ce fut le cas en 2011 et 2012, à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et au début de celui de François Hollande. Une telle décision se traduirait par une hausse du rendement de l’IR de l’ordre de 6 milliards en 2025. D’autres mesures de justice sociale semblent également inéluctables comme l’alignement à revenu égal de la CSG des inactifs sur celle des actifs. Les entreprises seront sans doute également touchées et il faut s’attendre à un nouveau report de la baisse de la CVAE.

C’est néanmoins en taillant dans les dépenses publiques que le redressement des comptes serait le plus efficace, essentiellement dans les dépenses sociales très nettement supérieures aux autres pays de l’Union européenne. Ainsi sur les retraites (14,4 % du PIB contre 11,9 % dans l’UE) la désindexation sur l’inflation semble inexorable. Pour la santé (12,2 % du PIB contre 10,5 % dans l’UE) la logique de déremboursement progressive qui se traduira au 31 mars 2024 par un reste à charge de 1 euro par boite de médicaments va se poursuivre. Les subventions de France compétences à l’apprentissage en particulier dans le supérieur seront sans doute restreintes dès cette année malgré l’excellent rendement social à moyen et long terme de l’apprentissage.

Déficit : Responsabilités et perspectives ?

Déficit   : Responsabilités et perspectives ?

5,5 % du PIB, telle est la mesure du déficit public communiquée mardi 26 mars par l’Insee. C’est bien au-delà des estimations de 4,9 % que partageait le gouvernement le 31 octobre 2023 dans le projet de loi de finances de fin de gestion 2023 et très loin de la moyenne de la zone euro de 3,2 %Anticipant cette annonce le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, Jean-François Husson, avait exercé le 21 mars le droit que lui confère l’article 57 de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle sur l’action du gouvernement, en se rendant au ministère des Finances pour une vérification sur pièces et sur place. À peine sorti de Bercy il avait dénoncé une rétention d’informations du gouvernement qui, selon lui, disposait déjà depuis décembre 2023, soit au cours de l’examen du projet de loi de finances de fin de gestion, d’une note évaluant le déficit 2023 à 5,2 %. Il a surtout indiqué que l’Exécutif envisageait désormais un déficit de 5,7 % en 2024 (contre les 4,4 % indiqués dans la loi de Finances pour 2024) et même de 5,9 % en 2025. L’écart pour 2024 est massif, 36 milliards d’euros de déficit supplémentaire en 2024. C’est sans commune mesure avec les 10 milliards d’économies décidés par décret en février. Pour 2025, les écarts avec les textes budgétaires grimpent jusque 65 milliards, pour une annonce début mars de 20 milliards d’économies pour l’ensemble de comptes publics en 2025. Toujours très éloignée du plafond de 3 % imposé par le Pacte de stabilité, la France est aujourd’hui le plus mauvais élève de la zone euro après l’Italie dont le déficit est de 7 % en 2023. 

par 

Professeur et directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier, Kedge Business School dans The Conversation 

L’évolution des dépenses publiques 2023 s’est avérée à peu près conforme aux attentes gouvernementales en hausse de 3,7 % après 4 % en 2022. Ce sont les recettes qui ont ralenti plus fortement qu’attendu en ne progressant que de 2 % après 7,4 % en 2022 sous l’effet du ralentissement de l’activité. Le phénomène se trouve amplifié pour des raisons techniques : le niveau des recettes fiscales s’avère en effet plus fortement dépendant de celui de l’activité que sa moyenne historique.

Dans le détail on retiendra que le déficit public reste très largement, à plus de 90 %, le fait de l’État et des administrations centrales et dans une moindre mesure de la Sécurité sociale, quasiment en totalité du fait de l’assurance-maladie. Les collectivités territoiriales qui ne peuvent, de par la loi, emprunter que pour des investissements, restent à l’équilibre. L’assurance chômage enregistre même un excédent de 1,6 milliard malgré les ponctions de l’État.

 

Depuis 1980 la dérive des comptes publics fut systématiquequelle que soit la couleur politique des gouvernements. Les crises les ont logiquement contraints à des relances keynésiennes nécessaires pour soutenir l’économie comme en 1993 (6,4 % de déficit) puis plus nettement encore en 2009 (7,2 %) le record étant atteint pendant le Covid en 2020 (9 %). La récurrence des déficits vient du fait que les périodes de forte croissance n’ont jamais été mises à profit pour désendetter l’État comme nous le rappelle l’épisode fameux dit de la « cagnotte » en 2000 : le Premier ministre Lionel Jospin annonçait alors comment il redistribuerait les 50 milliards de francs de surplus de rentrées fiscales.

En conséquence le déficit structurel, indépendant de la conjoncture économique, est resté au cours des dernières années assez stable, autour de 5 % du PIB malgré une sous-estimation récurrente (et parfois loufoque comme en 2020) du ministère de l’Économie.

Selon une jurisprudence constante, rappelée par le Conseil constitutionnel dans sa décision relative la loi de finances pour 2024 (considérant 20), « s’il apparaissait en cours d’année que l’évolution des charges ou des ressources était telle qu’elle modifierait les grandes lignes de l’équilibre budgétaire, il appartiendrait au Gouvernement de soumettre au Parlement un projet de loi de finances rectificative ». Au vu de l’ampleur des dérives constatées pour 2023 et annoncées pour 2024 et 2025, on voit mal comment le gouvernement pourrait faire l’économie d’une loi de finances rectificative, sans doute juste après les Européennes.

Or, pour la première fois depuis le début de cette législature, le groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée se déclare prêt à joindre ses voix aux autres groupes d’opposition face à ce qu’Éric Ciotti, président du parti, qualifie de « gestion calamiteuse des finances publiques », ajoutant :

« La situation des finances publiques constitue la première menace qui pèse sur l’avenir de notre pays. »

Une motion de censure adoptée impliquerait la chute du gouvernement Attal et très probablement de nouvelles élections législatives. Il n’est donc pas inutile de se pencher sur les doctrines budgétaires des trois principales forces d’opposition à l’Assemblée nationale.

À la différence de la majorité actuelle, adepte d’un statu quo sur les impôts mais d’une baisse relative des dépenses publiques, Les Républicains comme le Rassemblement national (RN) proposent des baisses d’impôt financées par d’hypothétiques coupes dans certaines dépenses mais en sanctuarisant – vraisemblablement pour des raisons électorales – les retraites. Le RN propose même un retour à la retraite à 60 ans pour de nombreux actifs alors que le déficit attendu des régimes de retraite est estimé, après la réforme si décriée de mars 2023, à 11 milliards en 2027.

La France insoumise assume, elle, une flambée des dépenses sociales avec un retour à la retraite à 60 ans, une hausse du point d’indice des fonctionnaires et du smic (17 milliards) ou encore l’indexation des retraites sur les salaires (16 milliards). Le tout financé par des hausses des impôts sur les ménages aisés et sur les sociétés, impôts au rendement très hypothétique.

Depuis son élection en 2017, Emmanuel Macron soutient qu’une augmentation du taux d’emploi au niveau de celui de nos voisins allemands assurerait des recettes supplémentaires qui feraient disparaître la totalité du déficit public. Certes le taux d’emploi est bien en hausse mais une telle parité prendra du temps alors que les intérêts de la dette publique passeront mécaniquement de 38,6 milliards d’euros en 2023 à au moins 74 milliards en 2027.

En conséquence les marges de manœuvre budgétaires du président qui étaient déjà particulièrement faibles au début de son second mandat semblent désormais inexistantes. Les agences de notation Fitch et Moody’s doivent d’ailleurs revoir la note qu’elles attribuent à la dette française le 26 avril et Standard & Poor’s le 31 mai, soit juste avant les élections européennes.

Ainsi, on voit mal comment le pays pourrait échapper à des hausses d’impôts, au moins sous la forme relativement indolore d’années blanches consistant à geler le barème de l’impôt sur le revenu (IR), sans prendre en compte l’inflation comme ce fut le cas en 2011 et 2012, à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy et au début de celui de François Hollande. Une telle décision se traduirait par une hausse du rendement de l’IR de l’ordre de 6 milliards en 2025. D’autres mesures de justice sociale semblent également inéluctables comme l’alignement à revenu égal de la CSG des inactifs sur celle des actifs. Les entreprises seront sans doute également touchées et il faut s’attendre à un nouveau report de la baisse de la CVAE.

C’est néanmoins en taillant dans les dépenses publiques que le redressement des comptes serait le plus efficace, essentiellement dans les dépenses sociales très nettement supérieures aux autres pays de l’Union européenne. Ainsi sur les retraites (14,4 % du PIB contre 11,9 % dans l’UE) la désindexation sur l’inflation semble inexorable. Pour la santé (12,2 % du PIB contre 10,5 % dans l’UE) la logique de déremboursement progressive qui se traduira au 31 mars 2024 par un reste à charge de 1 euro par boite de médicaments va se poursuivre. Les subventions de France compétences à l’apprentissage en particulier dans le supérieur seront sans doute restreintes dès cette année malgré l’excellent rendement social à moyen et long terme de l’apprentissage.

Deux ans de guerre en Ukraine : Bilan et perspectives

Deux ans de guerre en Ukraine : Bilan et perspectives

Il convient  de se réjouir qu’il reste 62 % de Français à penser qu’il faille continuer à armer l’Ukraine, selon l’étude menée par le Conseil européen pour les relations internationales - European Council on Foreign Relations (ECFR). Néanmoins, ce soutien manifeste ne saurait masquer, que, selon la Fondation allemande Bertelsmann, seuls 10 % des Européens croient encore possible une victoire de l’Ukraine. Les Ukrainiens, eux, restent nettement plus déterminés. Ils sont sûrs à 60 %, de leur victoire, et 73 % à soutenir la guerre contre l’agression russe : c’est là d’ailleurs l’essentiel. dans le JDD par  Emmanuel Dupuy, président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe*.(Extrait)  

Il aura fallu l’évocation par Emmanuel Macron du « régime du Kremlin » ainsi que sa désignation comme « acteur méthodique de la déstabilisation du monde » pour rassurer quelque peu Volodymyr Zelensky, venu à Paris, pour obtenir les garanties de sécurités décennales promises par la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, à défaut des avions de chasse et d’attaques au sol, Mirage 2000, que Paris rechigne toujours à livrer.

Les Ukrainiens continuent de solliciter davantage d’armes plus sophistiquées, et en plus grande quantité, auprès des forces armées des pays européens et otaniens, et ce afin de tenir un front long de près de 1 000 km, juché d’infranchissables champs de mines, sur plusieurs dizaines de km. Au-delà des missiles de plus longue portée réclamés, avec insistance, auprès de Washington (ATACMS) et Berlin (Taurus), la solidarité diplomatique que nous, Européens, devons – en adhésion et cohésion – au peuple ukrainien reste déterminante. En d’autres mots, l’UE (avec une somme cumulée de 85 milliards + 50 milliards promis en 2024-2025) aura nettement plus « aidé » l’Ukraine que les États-Unis (72 milliards d’euros + 61 milliards promis en 2024-2025) entre le 24 janvier 2022 et le 31 octobre 2023.

 

Le hiatus est néanmoins plus marqué et inversé en matière d’aide militaire, alors que les États-Unis ont équipé, entraîné et aidé les forces armées ukrainiennes, en 2023, à hauteur de 44 milliards d’euros, contre les modestes 5,6 milliards de la Facilité européenne pour la Paix (FeP) et les quelque 3,4 milliards d’euros fournis par la France (sans compter, cependant les 3 milliards d’euros promis, lors de la visite, à Paris, du président ukrainien).

L’on estime, ainsi, qu’en cas d’attrition de l’aide bilatérale américaine vis-à-vis de l’Ukraine, l’UE devrait doubler son aide militaire en direction de Kyiv, et ce, dès les premiers mois de 2025, dans les deux cas de figure : que Joe Biden effectue un second mandat consécutif ou que Donald Trump ne réoccupe le Bureau ovale.

Par ailleurs, sur un plan plus diplomatique, l’Ukraine reste résolument déterminée à entrer dans la famille européenne, tel que l’ouverture – lors du dernier Conseil européen, de décembre dernier – des négociations en vue de l’adhésion de Kyiv à l’UE, lui en trace, désormais, la perspective, à l’horizon de la prochaine décennie…

La terrible guerre qui se déroule en Ukraine aura réussi, malgré tout, cahin-caha, à ressouder les Européens entre eux, malgré les querelles picrocholines qui accompagnent les doléances et caprices de l’agenda hongrois. La pusillanimité collective qui caractérisait l’enjeu des convergences en matière de défense européenne, ne devrait ainsi plus être de mise.

Les combats en Ukraine, mitoyens du front oriental de l’OTAN, sur 3 000 km, de la Finlande à la Roumanie, auront aussi eu l’insigne mérite de réveiller l’Alliance Atlantique de sécurité collective, liant désormais 31 (avec la Finlande) et bientôt 32 pays (une fois que « l’oukase » du Parlement hongrois sera levé, en ce qui concerne la Suède), de sa torpeur stratégique, ou de sa « mort cérébrale », comme l’avait caractérisé, à bon escient, Emmanuel Macron, en novembre 2019.

Nous sommes désormais à moins de trois mois, d’un scrutin européen, les 6-9 juin prochains, qui sera déterminant pour « jauger » de la volonté consensuelle et de la réelle détermination des Européens à soutenir l’Ukraine face à la Russie.

Il en va de même avec son corollaire présidentiel américain, le 5 novembre prochain, avec toutes les incertitudes qui accompagneraient un retour à la Maison-Blanche d’un Donald Trump, prompt et insistant à dire vouloir « lâcher » les Européens face aux velléités belliqueuses de Moscou.

Tous ces éléments conjoncturels demeurent déterminants, pour ancrer durablement et prosaïquement « l’autonomie stratégique » structurelle du continent européen, telle que la « Boussole stratégique » (Strategic Compass), adaptée, à Bruxelles, en mars 2022, nous en donne les moyens, ou en tout cas l’ambition : c’est déjà un premier pas, qui aura mis plusieurs décennies à faire consensus.

 

Ainsi, en testant notre résilience économique et énergétique, avec son corollaire de difficiles conséquences d’adaptations sociales et remises en cause de nos repères sociétaux – le maître du Kremlin, ne s’attendait, très certainement pas à ce que nous résistions, nous aussi, mieux que prévu.

Notre détermination à approfondir le soutien français, européen, international, qui va de pair avec la mise en exergue de nos « forces morales », ainsi que notre prise de conscience assumée et mise en accusation amplifiée quant à la vraie nature du « régime du Kremlin », nous obligent, nous aussi, à entrer enfin en « économie de guerre ».

Il aura fallu dix ans, depuis le Sommet de l’Alliance atlantique, à Newport, en 2014, pour que la France, avec la perspective des 413 milliards d’euros sanctuarisés par la Loi de Programmation Militaire (LPM 2024-2030) rejoigne le « club des 11 pays » (Pologne, USA, Grèce, Estonie, Lituanie, Finlande, Roumanie, Hongrie, Lettonie, GB, Slovaquie) consacrant 2 % de leur PIB à la défense.

Il y a pourtant urgence, alors que le budget militaire de la Russie est en nette hausse (+68 %), atteignant, désormais, 106 milliards d’euros, dont 30 % de dépenses fédérales et 6 % du PIB du pays. Il convient, désormais, que l’Europe (UE et 27 États européens) qui consacre, toute de même, plus de 363 milliards d’euros à sa défense, entre, elle aussi en « économie de guerre », à l’instar de la mise en place du fonds défense de 100 milliards d’euros pour « doper » la Base Industrielle et Technologique de Défense européenne (BITDe). Il en va de même, avec l’objectif de produire plus d’un million (voire 1,4 million) d’obus annuellement. Quand on comprend qu’au plus fort des combats (deuxième semestre 2022) la Russie tirait 50 000 obus par jour, contre 5 000 à 10 000 obus pour l’Ukraine, il nous faut, nous aussi en tirer, urgemment, les leçons !

La réduction de moitié des délais de livraison des canons Caesar (de 30 à 15 mois), des radars GM-200 (de 24 à 6 mois), des missiles Sol-Air Mistral (de 24 à 15 mois) ou l’augmentation par trois de la fabrication des obus de 155 mm (de 1000 à 3 000) ne sont que des pas balbutiants. Les Ukrainiens auront besoin, à titre d’exemple, au plus vite des 78 Caesar promis, pour 2024, en plus des 30 déjà livrés…

La désignation – enfin – dans la prochaine mandature de la Commission européenne, d’un commissaire dédié à la Défense, aura mis 25 ans à se réaliser, alors que le Traité de Nice, instituait la Politique européenne de sécurité commune (PSDC) en 1999 !

Il en va de notre sécurité, mais aussi et surtout de celle de l’Ukraine, à, l’instar de notre promesse de garantir pour les dix prochaines années, la sécurité de Kyiv, comme a tenu à le rappeler, avec justesse, il y a quelques jours, le président de la République, Emmanuel Macron, à, l’occasion de la visite de son homologue ukrainien, dans la foulée de la 60e édition de la Conférence sur la sécurité de Munich.

L’année 2024 sera dure et particulièrement compliquée, de l’aveu même du président ukrainien Volodymyr Zelensky, venu le rappeler à Paris en début de semaine.

Nous devons, dès lors, nous attendre à de nouvelles frappes aveugles russes, tuant femmes et enfants. Nous devrons encore compter et recompter le trop lourd bilan macabre des victimes civiles que ces dernières accompagnent.

L’Europe, désormais pleinement consciente de la nécessité de se protéger, à l’avenir seule, face à une Russie de plus en plus agressive à son égard, n’a plus le temps de se perdre en périlleuses circonvolutions quant à sa sécurité.

Secrétaire national chargé des questions de défense Les Centristes. Enseignant en géopolitique au sein de l’Université Catholique de Lille, l’Institut Supérieur de Gestion (ISG) et l’EDC Paris Business School.

 

Guerre en

Perspectives Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)

Perspectives Croissance mondiale : un affaiblissement durable ( Banque mondiale)


La banque mondiale constate un affaiblissement de la croissance prévisible en 2024 soit 2,4 % au lieu de 2,6 % 2023. Ce qui inquiète la Banque mondiale, c’est non seulement la faiblesse de la croissance mais aussi son caractère durable. La banque mondiale note que le tassement affectera plus durement les pays en développement. Deux facteurs pèsent notoirement sur l’évolution de la croissance d’une part le très net ralentissement du commerce extérieur, d’autre part le net affaiblissement de l’activité économique en Chine.

La banque mondiale prévoit une faible hausse du PIB, de 1,2%, pour les économies avancées, en recul sur un an, et de 4% pour les pays émergents, qui voient les investissements privés comme publics, ralentir. Deuxième économie mondiale, la Chine devrait passer de 5,2% en 2023 à 4,5% cette année, puis à 4,3% en 2025, soit le niveau le plus faible depuis 1990. Ce ralentissement traduit une forte baisse de la consommation intérieure, à mesure que l’élan donné par la réouverture du pays se dissipe et que le moral des consommateurs faiblit.

De manière plus générale, la Chine «est le reflet de l’économie» mondiale. L’empire du Milieu est sur la voie d’une croissance plus faible, amenée à se poursuivre en raison du vieillissement et de la diminution de la population ainsi qu’une hausse de l’endettement.

Le ralentissement et par exemple confirmé par KPMG.Selon le dernier rapport KPMG Global Economic Outlook, la croissance de l’économie en 2024 devrait s’établir à +2,4 % au niveau mondial et +0,8 % en France ;

La part du commerce mondial dans le PIB mondial n’augmente plus depuis 2008, où elle avait atteint 64 % .

Bien que l’inflation régresse en France (2,4 % en 2024) et dans le monde (5 % en 2024), les incertitudes géopolitiques freinent le potentiel de croissance de l’économie mondiale ;
Les politiques monétaires restrictives pourraient s’alléger progressivement mais le risque existe de divergences croissantes dans les politiques de baisse des taux menées par les banques centrales dans les différentes régions du monde ;
À long terme, la fragmentation géoéconomique du monde pourrait conduire à des pertes potentielles de production.

Croissance- Perspectives économiques de la France vers la stagnation

Croissance- Perspectives économiques de la France vers la stagnation

Les derniers résultats de l’activité économique ont été peu soulignés par les grands médias pour ne pas « désespérer Billancourt » et les Français. Pourtant, l’économie au troisième trimestre est bien en recul. Le journal les « Échos » revient aujourd’hui sur les inquiétudes des experts concernant le risque de stagnation de l’économie.

Depuis jeudi dernier, le doute s’est emparé des prévisionnistes. L’économie française parviendra-t-elle à éviter une récession dite « technique », à savoir un recul pendant deux trimestres consécutifs du PIB, selon la définition conventionnelle des économistes ? Les révisions statistiques sont monnaie courante en économie. Au lieu de progresser de 0,1 % au troisième trimestre, l’activité s’est finalement repliée de 0,1 % , a indiqué la semaine dernière l’Insee. Une correction minime sauf qu’elle a fait entrer l’économie française en territoire négatif.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle. Prenons garde néanmoins à ne pas la surinterpréter. Un recul de 0,1 %, c’est l’épaisseur du trait », relativise Mathieu Plane, économiste à l’OFCE qui rappelle que « paradoxalement, les chiffres de créations d’emplois dans l’Hexagone au troisième trimestre ont, eux, été révisés fortement à la hausse ». Dans sa première évaluation, l’Insee avait tablé sur une hausse modeste du PIB de 0,1%. Mais l’institut national de la statistique a abaissé sa première estimation en annonçant, ce mardi, une contraction de 0,1%.

L’activité économique française s’est contractée de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, pénalisée par des investissements et une consommation des ménages moins soutenus qu’estimé précédemment, a indiqué jeudi l’Insee.

L’Institut national de la statistique a abaissé sa première estimation, publiée fin octobre, d’une modeste hausse de 0,1% du produit intérieur brut entre juillet et septembre.

La France pourrait donc tomber vraiment en récession si la tendance de l’activité se confirme au quatrième trimestre. Il faut en effet deux trimestres consécutif juridiquement considéré qu’un pays est en récession.

Pourtant le ministre de l’économie a affirmé sur France Inter ses prévisions de croissance de la France pour 2023 (1%) et 2024 (1,4%).

Dans le détail, au troisième trimestre, la progression des investissements a été revue en nette baisse, à 0,2% contre 1% estimé auparavant. Si les investissements des entreprises ont continué à résister (0,5%), ceux des ménages sont passés dans le rouge (-1,1%). Pilier traditionnel de l’économie française, la consommation des ménages a certes rebondi de 0,6% par rapport au deuxième trimestre, mais un peu moins fortement que calculé auparavant (0,7%). Le commerce extérieur a également davantage contribué négativement à l’évolution du PIB (-0,4%), en raison d’importations revues en hausse.

Côté inflation, le ministre de l’Économie a assuré que «nous serons sous 4% d’ici fin 2023». Si l’Insee enregistre un ralentissement de 3,4% sur un an au mois de novembre, Bruno Le Maire a cherché à rassurer les Français : «En 2024-2025, il y aura beaucoup moins d’inflation, avec des taux d’intérêt stabilisés.». Mais contrairement à ce qu’avait indiqué le ministre pour les produits alimentaires il n’y aura pas de baisse remise mais sans doute toujours des hausses mais un peu moins fortes. Cependant au total des prix records car l’inflation s’ajoute à l’inflation.

La France a connu une quasi stagnation au troisième trimestre. Officiellement l’INSEE estime la hausse de la croissance à 0,1 %, autant dire presque rien d’autant que le chiffre pourra toujours être réévalué. Le coup classique pour faire ensuite davantage progresser les trimestres suivants. De toute manière, les annonces en hausse de l’ordre de 0,1 % n’ont aucune signification économique et même statistique. C’est purement du bricolage.

Perspectives croissance France : vers la stagnation

Perspectives croissance France : vers la stagnation

Les derniers résultats de l’activité économique ont été peu soulignés par les grands médias pour ne pas « désespérer Billancourt » et les Français. Pourtant, l’économie au troisième trimestre est bien en recul. Le journal les « Échos » revient aujourd’hui sur les inquiétudes des experts concernant le risque de stagnation de l’économie.

Depuis jeudi dernier, le doute s’est emparé des prévisionnistes. L’économie française parviendra-t-elle à éviter une récession dite « technique », à savoir un recul pendant deux trimestres consécutifs du PIB, selon la définition conventionnelle des économistes ? Les révisions statistiques sont monnaie courante en économie. Au lieu de progresser de 0,1 % au troisième trimestre, l’activité s’est finalement repliée de 0,1 % , a indiqué la semaine dernière l’Insee. Une correction minime sauf qu’elle a fait entrer l’économie française en territoire négatif.

« Ce n’est pas une bonne nouvelle. Prenons garde néanmoins à ne pas la surinterpréter. Un recul de 0,1 %, c’est l’épaisseur du trait », relativise Mathieu Plane, économiste à l’OFCE qui rappelle que « paradoxalement, les chiffres de créations d’emplois dans l’Hexagone au troisième trimestre ont, eux, été révisés fortement à la hausse ». Dans sa première évaluation, l’Insee avait tablé sur une hausse modeste du PIB de 0,1%. Mais l’institut national de la statistique a abaissé sa première estimation en annonçant, ce mardi, une contraction de 0,1%.

L’activité économique française s’est contractée de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, pénalisée par des investissements et une consommation des ménages moins soutenus qu’estimé précédemment, a indiqué jeudi l’Insee.

L’Institut national de la statistique a abaissé sa première estimation, publiée fin octobre, d’une modeste hausse de 0,1% du produit intérieur brut entre juillet et septembre.

La France pourrait donc tomber vraiment en récession si la tendance de l’activité se confirme au quatrième trimestre. Il faut en effet deux trimestres consécutif juridiquement considéré qu’un pays est en récession.

Pourtant le ministre de l’économie a affirmé sur France Inter ses prévisions de croissance de la France pour 2023 (1%) et 2024 (1,4%).

Dans le détail, au troisième trimestre, la progression des investissements a été revue en nette baisse, à 0,2% contre 1% estimé auparavant. Si les investissements des entreprises ont continué à résister (0,5%), ceux des ménages sont passés dans le rouge (-1,1%). Pilier traditionnel de l’économie française, la consommation des ménages a certes rebondi de 0,6% par rapport au deuxième trimestre, mais un peu moins fortement que calculé auparavant (0,7%). Le commerce extérieur a également davantage contribué négativement à l’évolution du PIB (-0,4%), en raison d’importations revues en hausse.

Côté inflation, le ministre de l’Économie a assuré que «nous serons sous 4% d’ici fin 2023». Si l’Insee enregistre un ralentissement de 3,4% sur un an au mois de novembre, Bruno Le Maire a cherché à rassurer les Français : «En 2024-2025, il y aura beaucoup moins d’inflation, avec des taux d’intérêt stabilisés.». Mais contrairement à ce qu’avait indiqué le ministre pour les produits alimentaires il n’y aura pas de baisse remise mais sans doute toujours des hausses mais un peu moins fortes. Cependant au total des prix records car l’inflation s’ajoute à l’inflation.

La France a connu une quasi stagnation au troisième trimestre. Officiellement l’INSEE estime la hausse de la croissance à 0,1 %, autant dire presque rien d’autant que le chiffre pourra toujours être réévalué. Le coup classique pour faire ensuite davantage progresser les trimestres suivants. De toute manière, les annonces en hausse de l’ordre de 0,1 % n’ont aucune signification économique et même statistique. C’est purement du bricolage.

Perspectives Elections européennes 2024 : les Européen optimistes sauf les Français

Perspectives Elections européennes 2024 : les Européen optimistes sauf les Français

Un nouveau sondage qui révèle l’extrême pessimisme des Français comparés à celui des autres pays de l’Europe. Un sondage qui sans doute caractérise le mécontentement relatif à l’union européenne mais sans doute tout autant et même davantage le mécontentement pour les questions purement hexagonales. Dans la perspective des élections européennes de 2024, tous les Européens sont majoritairement optimistes… sauf les Français. L’Eurobaromètre, publié régulièrement par les institutions européennes, se base sur 26 523 entretiens réalisés entre le 25 septembre et le 19 octobre auprès d’une population européenne âgée de 15 ans et plus dans les 27 Etats membres. Dans le détail, les Danois et les Irlandais sont les plus confiants, avec 83% de « très » ou « plutôt » optimistes. Cette proportion est de 58% pour les Allemands, 55% pour les Hongrois. Elle tombe sous la barre des 50% dans un seul pays, la France, où les sondés ne sont que 46% à se dire optimistes, dépassés par les pessimistes (49%).

Sur l’ensemble des 27 pays de l’UE toutefois, 48% des sondés estiment que « les choses vont dans la mauvaise direction » dans l’UE (contre 33% l’inverse). Mais 61% des personnes interrogées considèrent que l’adhésion de leur pays à l’UE est une bonne chose – une proportion à peu près stable par rapport à septembre 2018. Et quelque 70% des Européens estiment que les actions de l’UE ont « un impact sur leur vie quotidienne ». Un peu plus de la moitié (53%) pense que l’invasion russe de l’Ukraine doit être l’occasion d’accélérer l’élargissement de l’UE.

Perspectives de croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur ?

Perspectives de croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur ?

Il est clair que la tendance baissière de l’activité mondiale se confirme en cette fin d’année et va se prolonger en 2024. Beaucoup de pays pourraient tutoyer la stagnation voire la régression notamment en Europe. L’OCDE se veut optimiste en prévoyant un atterrissage en douceur mais prudente elle indique aussi que cette perspective n’est pas garantie. On ne peut non plus exclure une récession prévient-elle. Les questions de niveau d’intérêt, d’inflation, d’endettement, d’énergie voire d’environnement géopolitique risquent de peser sur l’inévitable tendance au ralentissement économique.

L’économie mondiale va marquer un léger ralentissement l’an prochain, d’après les dernières prévisions économiques de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publiées mercredi 29 novembre. L’organisation internationale prévoit que le produit intérieur brut (PIB) mondial progresse de 2,7 % en 2024 après une hausse anticipée à 2,9 % cette année. L’économie mondiale marquera ensuite un rebond en 2025, avec une prévision de croissance de 3,0 %.

« Nous prévoyons un atterrissage en douceur pour les économies avancées, mais cette issue est loin d’être garantie », écrit Clare Lombardelli, cheffe économiste de l’OCDE, sur le site de l’organisation. « La relation entre l’inflation, l’activité et les marchés du travail a changé, si bien qu’il est difficile d’évaluer pleinement l’impact du resserrement des politiques monétaires », poursuit-elle. L’OCDE note que le risque d’une récession n’est pas écarté, citant la faiblesse des marchés immobiliers, les prix élevés du pétrole et des emprunts atones.

L’économie américaine est plus solide qu’anticipé ( Notons quand même qu’elle a ralenti ces dernières semaines NDLR). Précédemment attendue à 2,2 % cette année, la croissance des Etats-Unis a été revue à la hausse, à 2,4 %, avant un ralentissement en 2024 moins important qu’anticipé auparavant (croissance de 1,5 % contre une précédente prévision de 1,3 %).

L’économie chinoise devrait elle aussi marquer un ralentissement, alors qu’elle fait face à une crise du secteur immobilier et que les consommateurs se montrent plus prudents dans un contexte d’incertitude croissante pour l’avenir. Dans ses prévisions, l’OCDE voit la deuxième économie mondiale croître de 4,7 % l’an prochain après 5,2 % cette année – des pourcentages légèrement supérieurs à ceux communiqués en septembre – et ralentir davantage en 2025, avec une croissance de 4,2 %.

Pour zone euro, l’économie devrait rebondir en 2024, avec une croissance attendue à 0,9 % contre une prévision de 0,6 % cette année, et continuer d’accélérer en 2025 avec une croissance de 1,1 %, dans le sillage de l’Allemagne, qui se relève d’une récession. Toutefois, l’OCDE a prévenu que, du fait du niveau élevé des financements bancaires, le plein impact de la hausse des coûts d’emprunts restait incertain et pourrait peser davantage qu’anticipé sur la croissance.

Les prévisions de croissance pour la France ont été revues à la baisse, avec une économie qui devrait ralentir l’an prochain avant de rebondir en 2025. L’OCDE anticipe une croissance de 0,8 % en 2024, contre 0,9 % cette année, puis de 1,2 % en 2025. Au Japon, seule économie majeure où les taux d’intérêt n’ont pas encore été relevés, la croissance est attendue à 1,7 % en 2023, avant de ralentir à 1,0 % l’an prochain puis de rebondir à 1,2 % en 2025.

Économie : Des perspectives de croissance menacées

Économie : Des perspectives de croissance menacées

Les perspectives d’activité économique ont tendance à s’assombrir en cette fin d’année 2023 et en 2024. En cause notamment un taux de l’argent particulièrement haut qui assèche les capacités financières des entreprises notamment en matière d’investissement. On ne prévoit plus que 0,8 % de croissance en 2023. L’Allemagne et l’Italie vont finir l’année 2023 en récession. Et les indicateurs avancés pour 2024 n’annoncent pas de rebond économique pour la zone euro.La France de son côté devrait se situer dans la moyenne.

L’avenir et surtout hypothéquer par le cout des emprunts finançant l’investissement; Il faudra y ajouter les difficultés de trésorerie.

Interrogés dans le cadre de la Grande consultation des entrepreneurs réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, 54% des dirigeants affirment qu’il est moins facile d’emprunter auprès des banques .

Sans surprise, les effets du resserrement de la politique monétaire de la BCE se font ressentir sur les volumes de prêts accordés par les banques.

Dans le baromètre dévoilé ce 31 octobre, 64% des dirigeants interrogés affirment que les obstacles aux financements vont avoir des effets négatifs sur les projets d’investissement. Et 28% s’attendent même à des effets très importants. Derrière cette moyenne, il existe des disparités entre les secteurs.

L’industrie (70%) et le tertiaire marchand (68%) sont plus exposés que la construction (59%) et le commerce (60%). Etant donné le poids des services marchands dans l’économie française, l’effondrement de l’investissement dans ce secteur pourrait avoir des répercussions délétères sur des pans entiers de l’économie. Des écarts existent aussi entre les plus petites entreprises (64%) et les plus grandes (55%).

Ces difficultés de financement vont également avoir des conséquences négatives sur la trésorerie des entreprises. Sur l’échantillon interrogé, 56% des entrepreneurs s’attendent à avoir des répercussions négatives sur le compte en banque de leur entreprise. Le retour des retards de paiement et la hausse récente des défaillances d’entreprises montrent que les tensions se multiplient dans les entreprises exposées aux chocs énergétiques et dépendantes des banques pour se financer.

L’atonie de la demande plombée par l’inflation et la hausse des taux pourrait mettre en difficulté de nombreux secteurs déjà fragilisés par toutes ces crises.

Méthode : Étude réalisée auprès d’un échantillon de 1.002 dirigeants d’entreprises comptant au moins un salarié. L’échantillon a été interrogé par téléphone a été interrogé par téléphone du 10 au 19 octobre.

Télécom et 6G: quelles perspectives ?

Télécom et 6G: quelles perspectives ?

Les téléphones intelligents seront remplacés par des expériences XR omniprésentes grâce à des lunettes légères offrant une résolution, des fréquences d’images et une plage dynamique sans précédent. Par Xavier Dalloz, consultant spécialisé dans les nouvelles technologies. dans La Tribune

La téléprésence sera rendue possible grâce à l’imagerie et à la détection haute résolution, aux écrans portables, aux robots et drones mobiles, aux processeurs spécialisés et aux réseaux sans fil de nouvelle génération. Les véhicules autonomes pour un transport et une logistique écologiquement durables sont rendus possibles grâce aux progrès des réseaux sans fil, de l’intelligence artificielle (IA) et de la détection distribuées.

Rappelons qu’une nouvelle génération de réseaux mobiles émerge tous les dix ans, contenant plus de technologies et de capacités pour permettre aux humains d’améliorer leur travail et leur style de vie.

L’ère pré-cellulaire avant les années 1980 est reconnue comme la génération zéro (0G) des réseaux de communication mobile qui fournissaient une fonctionnalité de communication radio simple avec des dispositifs tels que les walkietalkies .
La première génération (1G) a introduit les réseaux cellulaires disponibles publiquement et commercialement dans les années 1980.

Ces réseaux ont fourni une communication vocale utilisant la technologie mobile analogique .
La deuxième génération (2G) de réseaux de communication mobile a marqué la transition des réseaux mobiles de l’analogique au numérique.
Il a pris en charge les services de données de base tels que les services de messages courts en plus de la communication vocale .
La troisième génération (3G) a développé des services mobiles à large bande améliorée et a permis de nouvelles applications telles que les services de messagerie multimédia, les appels vidéo et la télévision mobile .

De nouveaux services mobiles à large bande, la communication tout IP, la voix sur IP (VoIP), le streaming vidéo ultra haute définition et les jeux en ligne ont été introduits dans la quatrième génération (4G).
La 5G succède à la quatrième génération, appelée 4G1, en proposant des débits plus importants et une latence fortement réduite, tout en évitant le risque de saturation des réseaux lié à l’augmentation des usages numériques (smartphones, tablettes, objets connectés).
La 6G facilitera les applications émergentes telles que les UAV, HT, IoE, Industry 5.0 et la conduite autonome collaborative.
Dans ce contexte, les réseaux 6G devraient être plus capables, intelligents, fiables, évolutifs et écoénergétiques pour répondre à toutes les attentes qui ne peuvent être réalisées avec la 5G.

Voici quelques-unes des principales caractéristiques envisagées pour la 6G :

Débits de données extrêmement élevés :
La 6G vise à fournir des débits de données encore plus rapides que ceux de la 5G, avec une capacité de transmission multimédia ultra-rapide.
On parle de débits de plusieurs centaines de gigabits par seconde, voire de téraoctets par seconde, pour prendre en charge des applications gourmandes en données telles que la réalité virtuelle et augmentée de haute définition, la diffusion en continu de contenus 8K/16K, et d’autres applications avancées.

Latence ultra-faible :
La 6G vise à réduire la latence, c’est-à-dire le temps de réponse entre l’envoi d’une requête et la réception de la réponse, à des niveaux extrêmement bas.
On parle de latences de l’ordre de la milliseconde, voire de la microseconde. Cela permettrait des communications en temps réel pratiquement instantanées, ce qui serait essentiel pour les applications telles que les voitures autonomes, la télémédecine, les jeux en ligne et les objets connectés.

Capacité massive et densité de connexion :
La 6G devrait être en mesure de prendre en charge une capacité de connexion massive pour répondre aux besoins de l’Internet des objets (IoT) et des communications de machine à machine (M2M).
Elle devrait être capable de connecter des milliards d’appareils simultanément, avec une densité de connexion beaucoup plus élevée par rapport à la 5G. Cela permettrait de soutenir des applications telles que les villes intelligentes, les réseaux de capteurs, l’automatisation industrielle et les communications dans des environnements à forte densité d’appareils.
Intelligence artificielle et apprentissage automatique intégrés :
La 6G devrait intégrer de manière étroite l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (machine learning) dans son architecture et ses fonctionnalités.
Cela permettrait une prise de décision autonome, une optimisation dynamique du réseau, des capacités de prédiction et d’adaptation, ainsi que des fonctionnalités avancées pour les utilisateurs, les appareils et les applications.

Sécurité et confidentialité renforcées :
La 6G devrait mettre l’accent sur la sécurité et la confidentialité des données, compte tenu des défis croissants en matière de cybersécurité.
Elle devrait intégrer des mécanismes de sécurité avancés, tels que le chiffrement de bout en bout, l’authentification renforcée, la détection des menaces et la résilience face aux attaques.

Durabilité environnementale :
La 6G devrait accorder une attention particulière à la durabilité environnementale en adoptant des technologies et des pratiques écoénergétiques.
Elle devrait viser à réduire la consommation d’énergie, à utiliser des sources d’énergie renouvelables, à optimiser l’utilisation des ressources et à minimiser l’impact environnemental des infrastructures de télécommunications.

La communication THZ
Les ondes THz sont situées entre les bandes de fréquences mmW et optiques. Cela permet l’utilisation de technologies basées sur l’électronique et la photonique dans les futurs réseaux de communication. En ce qui concerne les dispositifs électroniques, les technologies de nanofabrication peuvent faciliter la progression des dispositifs semi-conducteurs qui fonctionnent dans la bande de fréquences THz.

Intelligence artificielle
Grâce à des caractéristiques distinctives et à des capacités remarquables, l’IA a trouvé diverses applications dans les réseaux sans fil et mobiles.
Les données massives générées par des appareils IoT massifs peuvent être exploitées par des approches d’IA pour extraire des informations précieuses et ainsi améliorer le fonctionnement et les performances du réseau.

Blockchain
Rappelons que les applications de la Blockchain concernent en priorité : la finance et la banque, la chaîne d’approvisionnement industrielle et la fabrication, l’expédition et le transport, les soins médicaux et les dossiers des patients, ainsi que les processus éducatifs et la certification.

La Blockchain va améliorer les aspects techniques de la 6G tels que le partage dynamique du spectre, la gestion des ressources, la gestion de la mobilité et, d’autre part, il permet des applications imprévues telles que HT, XR, entièrement CAV, Industry 5.0 et bien d’autres.
Drones
Les réseaux d’essaims d’UAV pour la communication, la surveillance, les soins médicaux, la gestion des catastrophes, etc.
Les essaims d’UAV utilisent la communication sans fil pour interagir et partager des informations entre les drones, où chaque drone agit comme un nœud dans un réseau de communication multi-sauts.

L’IoT of everything
L’aube de la 6G augmentera la demande de connexion d’un grand nombre d’appareils IoE qui peuvent être situés en dehors de la zone de couverture des réseaux cellulaires terrestres et qui peuvent être difficiles à connecter à l’aide de technologies IoT conventionnelles telles que NB-IoT et Long Range Radio (LoRa). De plus, fournir une connectivité à l’aide de satellites est également difficile en raison de la latence inhérente et du débit de données limité.
Services zero touch
L’idée de ZSM est de responsabiliser le réseau afin qu’il puisse effectuer une auto-configuration pour effectuer une configuration autonome sans avoir besoin d’une intervention humaine explicite, une auto-optimisation pour mieux s’adapter à la situation dominante, une auto-guérison pour assurer un fonctionnement correct, l’autosurveillance pour suivre son propre fonctionnement et l’auto-mise à l’échelle pour engager ou désengager dynamiquement les ressources selon les besoins .

Le small data
Le terme «small data» fait référence à de petits ensembles de données représentant un pool limité de données dans un créneau d’intérêt . Ces ensembles de données peuvent fournir des informations significatives pour gérer des quantités massives d’appareils IoT. Contrairement au Big Data qui concerne de grands ensembles de données historiques, Small Data se préoccupe soit des données en temps réel, soit des données statistiques d’une durée limitée.
Le Small Data jouera un rôle déterminant dans de nombreuses applications, notamment le fonctionnement des équipements en temps réel et la maintenance d’un grand nombre de machines connectées en IIoT.

Les SSN
Les SSN peuvent effectuer des tâches telles que l’autogestion, l’auto-planification, l’auto-organisation, l’auto-optimisation, l’auto-réparation et l’autoprotection des ressources réseau pour maintenir en permanence ses indicateurs clés de performance (KPI).
Ceci est réalisé en adaptant le fonctionnement et les fonctionnalités du réseau en tenant compte de divers faits, y compris l’état de l’environnement, l’utilisation du réseau et les contraintes énergétiques.

Basse latence extrêmement faible
La 5G est soutenue par uRLLC et sa fiabilité est de 99,999%. Cependant, d’ici 2030, les innovations nécessiteraient une ultra-fiabilité extrêmement élevée non seulement dans MTC, mais également dans plusieurs autres communications, telles que la communication appareil-appareil, WiFi, appareil-cloud, etc.

Exemple de la santé
La technologie 6G va révolutionner le monde des soins de santé. Avec des vitesses de données ultra-rapides, nous disposerons de capteurs intelligents qui flotteront dans notre circulation sanguine et surveilleront et mesureront tous les aspects de notre santé.

Ces appareils connectés collecteront en permanence des données et analyseront les informations pour formuler des recommandations et prédire les problèmes de santé avant qu’ils ne surviennent. Nous verrons également des appareils intelligents capables de fournir une assistance physique et des médicaments – soutenus par des représentations numériques de nous-mêmes continuellement mises à jour en ligne.

Grâce à ces nouvelles avancées, notre secteur de la santé passera d’une approche réactive à un modèle prédictif et personnalisé. Cela révolutionnera la façon dont nous prendrons soin de notre santé à l’avenir et aura un impact majeur sur tous ceux qui travaillent actuellement dans le secteur de la santé.

Economie mondiale: perspectives contrastées pour 2024 ?

Economie mondiale: perspectives contrastées pour 2024 ?

Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) livre son décryptage annuel des grandes tendances à venir dans son ouvrage collectif « L’économie mondiale 2024 » publié aux Éditions La Découverte (collection Repères), à paraître le 7 septembre. Tour d’horizon des grandes questions de l’année à venir avec Isabelle Bensidoun et Jézabel Couppey-Soubeyran, coordinatrices de l’ouvrage.

dans The Conversation France

Dans un contexte des plus difficiles, à la fois de crise énergétique et de guerre sur le sol européen, d’inflation généralisée, de resserrement des politiques monétaires, de turbulences financières, l’économie mondiale n’aura pas si mal résisté. La croissance a certes été divisée par presque deux, de 6,1 % en 2021 à 3,4 % en 2022, mais, dans ces conditions, l’atterrissage aurait pu être bien plus brutal.

Sur le front de l’inflation, la hausse observée depuis fin 2021 dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’est repliée en octobre 2022, lorsque les tensions sur les marchés de l’énergie et de l’alimentation se sont atténuées.

Toutefois les pressions inflationnistes restent fortes, notamment en zone euro. Si, entre début 2022 et début 2023, l’inflation importée a largement contribué, pour 40 %, à celle des prix à la consommation en zone euro (plus précisément du déflateur de la consommation), la contribution de l’augmentation des profits a été plus forte encore, à hauteur de 45 %, d’après le Fonds monétaire international (FMI).

Pour faire face à la persistance de l’inflation, les banques centrales ont très fortement resserré leur politique monétaire en 2022 et en 2023. Ces resserrements n’allaient pas de soi, notamment en zone euro, où l’inflation ne résultait pas d’une surchauffe de l’économie. Leurs conséquences ont commencé à se manifester avec notamment des tensions dans le secteur bancaire, se traduisant par des faillites de plusieurs banques régionales aux États-Unis et du Credit Suisse sur le continent européen.

Avec les fortes hausses de taux de la Réserve fédérale américaine (Fed), ce sont aussi les dettes publiques des pays en développement qui ont été affectées. Le niveau record de défauts souverains dans ces pays en atteste : 9 entre début 2020 et début 2023, contre 13 entre 2000 et 2019.

Le durcissement des politiques monétaires a également conduit à un retournement du cycle immobilier dans les pays de l’OCDE et en Chine. C’est un moteur de la croissance qui se grippe, avec des conséquences d’autant plus fortes que la dépendance de l’économie au secteur de la construction l’est aussi.

Mais au-delà, c’est tout un modèle de croissance, fondé sur la demande et nécessitant en permanence la hausse des prix de l’immobilier et de l’endettement privé, qui apparaît à bout de souffle. La priorité est désormais donnée à la réindustrialisation pour regagner en autonomie et inverser les conséquences sociales de la désindustrialisation. Il n’est pas simple cependant de rétablir le tissu productif dans un modèle de croissance qui a déformé la structure de production en faveur des services et au détriment du secteur manufacturier. Ce redéploiement de l’industrie ne sera possible qu’en changeant de modèle et que s’il s’inscrit dans un plan de décarbonation indispensable face à la menace existentielle que constitue le dérèglement climatique.

Des reconfigurations annonciatrices d’un changement plus ou moins profond sont-elles à l’œuvre ?

Il nous semble que oui. C’est même le fil directeur de cette édition 2024 de l’ouvrage annuel du CEPII : l’économie mondiale est en phase de reconfigurations, au pluriel. D’abord celle de la mondialisation, pour laquelle un changement de paradigme s’observe. Et en la matière, Isabelle Bensidoun et Thomas Grjebine montrent dans leur contribution que ce sont les États-Unis qui ont donné le ton.

Certes les différents épisodes qui se sont succédé – l’après-crise financière, la crise sanitaire, les ruptures d’approvisionnement post-crise sanitaire et la guerre en Ukraine – ont tous conduit à faire de la sécurité une nouvelle priorité. Mais c’est bien la décision des États-Unis de changer de logiciel, pour faire de la réindustrialisation et de la lutte contre le changement climatique leurs priorités, et pour cela d’avoir recours à des subventions massives et des mesures protectionnistes, dans le cadre de l’Inflation Reduction Act notamment, qui ont mis un terme à la mondialisation telle qu’on l’a connue depuis quatre décennies.

C’est aussi en proposant un nouveau consensus de Washington en avril 2023, dont la politique industrielle est le pilier, où le retour des États dans la gestion économique est consacré, et où la promotion du libre-échange n’est plus en vogue, mais remplacée par la recherche d’alliances avec ceux qui partagent les mêmes valeurs, le friendshoring, que les Américains ont rompu avec l’ancien consensus qui reposait sur le retrait des États et la recherche d’une libéralisation toujours plus poussée des forces du marché.


S’il est un domaine où les questions de sécurité et de recompositions ont dû s’observer cette année c’est bien celui de l’énergie ?

Tout à fait. Et c’est un domaine où les recompositions ont dû se faire dans l’urgence, en faisant appel aux alliés ou « amis », comme on veut bien les appeler. Que ce soit les États-Unis pour le gaz liquéfié ou la Norvège et l’Algérie pour le gaz.

Pour Anna Creti et Patrice Geoffron, les conséquences de la guerre en Ukraine ont dépassé les frontières de l’Union européenne, en perturbant les routes mondiales d’acheminement des hydrocarbures, ainsi que le niveau et les mécanismes de prix (prix plafond, rabais forcés), avec pour conséquence un monde énergétique qui tend à se recomposer entre un « marché russe », regroupant les pays qui acceptent de commercer avec la Russie, et un « marché non russe », avec des passerelles comme l’Inde qui raffine du brut russe et le réachemine en partie en Europe.

Toutefois la vulnérabilité des approvisionnements européens, que la guerre en Ukraine a mis au jour, a surtout eu pour conséquence de faire s’envoler les prix du gaz et par contagion ceux de l’électricité, les craintes de rupture ayant pu être limitées par les recompositions. Si début 2023 les prix n’étaient plus aussi délirants qu’à la mi-2022, l’approche de l’hiver pourrait les faire à nouveau augmenter, ce qui réclame que la réforme du marché de l’électricité, pour le rendre moins dépendant des fluctuations des prix du gaz, soit rapidement opérationnelle.

Les politiques industrielles reviennent sur le devant de la scène, le nouveau consensus de Washington en fait son pilier, mais pourquoi un tel retournement ?

Dans leur présentation du nouveau consensus de Washington, les Américains ont été très clairs : tous les modèles de croissance ne se valent pas et celui qui a conduit à atrophier la capacité industrielle dans des secteurs essentiels comme les semi-conducteurs, a fait, de leur point de vue, trop de dégâts pour être poursuivi : dégâts en matière d’indépendance, dégâts sociaux, dégâts politiques.

C’est un nouveau paradigme, où, selon Thomas Grjebine et Jérôme Héricourt, la primeur donnée aux baisses de prix, que la libéralisation commerciale a permis, pour favoriser le pouvoir d’achat du consommateur au prix d’une concurrence accrue pour la production manufacturière nationale, n’est plus de mise.

La politique industrielle est aussi une condition nécessaire pour réussir la transition écologique. C’est une nouvelle révolution industrielle qui s’engage, dont l’enjeu pour les grandes puissances est de ne pas la rater. Et pour cela, l’histoire nous l’enseigne, l’État doit intervenir : protection des industries naissantes et révolutions industrielles sont allées de pair.

Si les raisons pour légitimer les politiques industrielles sont nombreuses, il n’en reste pas moins qu’elles posent de sacrés défis en économie ouverte. Car réindustrialiser est particulièrement difficile dans les pays où la consommation intérieure reste le moteur de la croissance économique et où la désindustrialisation est avancée.

Dans ce cadre, les politiques de relance pour soutenir la demande tendent à réduire la part du secteur manufacturier alors que ce qui est recherché par les politiques industrielles, c’est justement l’inverse. Se pose alors inévitablement la question des protections à mettre en place pour mener à bien la réindustrialisation.

Dans ce contexte, quelle place pour les politiques commerciales, dont l’objet était avant tout de favoriser la libéralisation ?

C’est effectivement le rôle qui leur a été dévolu au tournant des années 1970-1980 et que les années 1990-2000 ont semblé entériner. Les politiques commerciales recherchaient alors avant tout l’efficacité économique par l’exploitation des avantages comparatifs, la minimisation des coûts ou l’optimisation des chaînes de valeurs mondiales. Mais de nouveaux objectifs sont en train de supplanter ceux d’hier.

Pour Charlotte Emlinger, Houssein Guimbard et Kevin Lefebvre, la lutte contre le réchauffement climatique, la sécurité nationale ou encore la sécurisation des approvisionnements redessinent les contours des politiques commerciales. Ce faisant, ces politiques vont se trouver de plus en plus étroitement imbriquées avec les politiques industrielles nationales. À cela s’ajoutent l’augmentation des obstacles au commerce liés à la militarisation des politiques commerciales et la rivalité sino-américaine.

Tout cela laisse penser que les périodes de libéralisation du commerce international sont derrière nous. Le risque cependant dans ce monde qui se polarise est de voir les impératifs géoéconomiques de court terme l’emporter sur les défis environnementaux conditionnant le long terme de l’humanité. Pour éviter qu’il en soit ainsi, il va alors falloir trouver comment restaurer un minimum de multilatéralisme. Une entreprise dont le succès est loin d’être assuré !

La mondialisation commerciale se recompose, les impératifs climatiques et la sécurité économique prennent le pas sur la libéralisation, mais qu’en est-il de la mondialisation financière ?

Là encore, des mutations s’opèrent. L’encensement de la liberté des flux de capitaux et de la flexibilité des taux de changes a fait long feu. Certes, la mondialisation financière n’a pas disparu, mais la tournure qu’elle a prise au fil des crises et de la montée des tensions géopolitiques est très éloignée de l’illusion libérale qui en a été le berceau.

Les banques centrales prennent de plus en plus de mesures qui influencent les flux de capitaux, avec des implications géopolitiques. Elles interviennent sur les marchés des changes, s’accordent des prêts entre elles, échappant ce faisant au multilatéralisme hérité de la fin des années 1940, qui reposait sur de grandes institutions financières internationales telles que le FMI.

La question se pose de ce qui va advenir du dollar dans ce nouveau système monétaire international. Pour Éric Monnet, un monde plus multipolaire se dessine où, sans du tout faire disparaître le dollar, des monnaies différentes, et notamment le renminbi, seront utilisées et thésaurisées en fonction des liens commerciaux et géopolitiques.

Ces reconfigurations qui émergent, avec un rôle plus résolu de la puissance publique, sauront-elles relever le défi de la transition écologique ?

À l’heure où la plupart des limites planétaires, ces seuils que l’humanité n’aurait pas dû dépasser pour ne pas compromettre la viabilité de l’espèce, ont déjà été franchies, pour Michel Aglietta et Étienne Espagne, la planification écologique constitue le seul rempart face au capitalocène, cette ère dans laquelle non seulement l’activité humaine mais aussi le système d’accumulation dans lequel elle se déploie ont conduit à un tel désastre. Et qui dit planification, dit retour des États.

Donc oui ces reconfigurations, bien que très partielles encore, vont dans le bon sens, que ce soit le Green New Deal américain avec la loi IRA – Inflation Reduction Act, le_ Green Deal européen et son Net Zero Industry Act ou la promotion d’une Civilisation écologique en Chine.

Deux écueils toutefois à ces avancées : primo, le cadre de conflictualité géopolitique dans lequel elles s’organisent et les limites que cela produit pour bâtir une planification écologique à l’échelle mondiale, la seule valable pour répondre à la crise écologique ; secundo, la difficulté pour les pays du Sud de trouver leur place dans ce nouveau contexte, sachant que leurs leviers économiques sont bien en deçà de ceux que la Chine, les États-Unis et l’Union européenne peuvent mobiliser.

Dès lors, les stratégies que ces pays peuvent développer sont forcément subordonnées à celles de ces trois blocs, avec plusieurs menaces liées à la concurrence accrue pour les ressources minérales ou à la mise en place de nouvelles chaînes de valeur des technologies vertes. Aussi pour éviter que la planification écologique ne soit réservée à un club restreint, la coopération internationale, moteur fondamental et aujourd’hui manquant, doit être vigoureusement réactivée.

Une planification écologique se met en place, avec certes encore des limites, mais la plus importante d’entre elles n’est-elle pas l’insuffisance des investissements qui y sont consacrés ?

Les évaluations sont désormais nombreuses des besoins d’investissement pour la transformation écologique. Aussi diverses soient-elles, car fondées sur des périmètres sectoriels et des scénarios de transition contrastés, toutes font effectivement état d’un manque d’investissement. Cela pose inévitablement la question de savoir s’il n’y a pas là un problème de financement.

C’est à première vue assez paradoxal puisqu’il existe une masse énorme d’actifs financiers. De quoi se demander s’il ne suffirait pas de mieux les orienter : vers le financement de la transition. Mais pour Jézabel Couppey-Soubeyran et Wojtek Kalinowski, le financement de la transition ne se réduit pas à un problème de réorientation des flux.

D’abord, il ne faut pas surestimer la fluidité́ de cette réorientation : les investissements verts ne remplacent pas nécessairement les investissements bruns, et pour un temps au moins ne font que s’y ajouter, ce qui élève les besoins financiers. Le secteur agricole ou celui des transports fournissent des illustrations utiles.

Ensuite, si tout doit bien sûr être mis en œuvre pour permettre la réorientation des financements privés, il ne faut pas sous-estimer le besoin de fonds publics car, même bien réorientés, les fonds privés n’iront que vers des investissements suffisamment rentables, or ceux nécessaires à une transformation écologique juste ne le sont pas tous.

La part non rentable réclame des financements publics adaptés, protégés de la pression du marché, gratuits voire même sans exigence de retour financier. De nouvelles formes sont en ce sens envisageables sous la forme de dons de monnaie centrale, plus ou moins compatibles avec les cadres institutionnels actuels, selon qu’ils feraient intervenir directement la banque centrale ou des sociétés financières publiques. Nonobstant ces obstacles institutionnels que le débat démocratique pourrait lever, le chemin existe !

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol