Archive pour le Tag 'personnes'

De plus en plus de personnes en extrême pauvreté

De plus en plus de personnes en extrême pauvreté

D’après un rapport du secours catholique qui se fonde sur les ménages aidés, le nombres de personnes en extrême pauvreté ne cessent de progresser. D’après d’autres rappeurs le nombre de personnes en extrême difficulté atteindrait maintenant autour de 20 % en France. ( France Info)

D’après l’association, 69% des ménages rencontrés vivaient sous le seuil d’extrême pauvreté en France en 2021, contre deux ménages sur trois en 2020, environ 66%, soit une légère hausse. Concernant le seuil de pauvreté, en 2021, 93% des ménages rencontrés par le Secours catholique vivaient sous ce seuil contre 92% en 2020. A noter que pour mesurer l’évolution de la pauvreté, la statistique publique étudie les ressources des ménages. On considère comme pauvres, les personnes ayant un niveau de vie inférieur à 60% du niveau de vie médian, 1132 euros en 2020, et comme extrêmement pauvres, celles dont le niveau de vie n’atteint pas 40% du niveau de vie médian, soit 755 euros en 2020.

Le rapport 2022 confirme enfin certaines caractéristiques récurrentes de la pauvreté dans le pays mais pointe tout de même des évolutions. Parmi elles, le Secours catholique souligne tout d’abord le fait qu’il y a plus d’enfants vivant au sein de ménages extrêmement pauvres. L’association parle de 30% d’enfants de moins de 5 ans vivant dans des familles sans ressources. C’est deux points de plus en un an. Le Secours catholique note également une hausse de la précarisation des étrangers : 50% des personnes rencontrées par l’association en 2021 sont étrangères, un chiffre en hausse depuis 10 ans. Autre point marquant, le vieillissement des personnes rencontrées. Même si la majorité des adultes à qui elle a affaire restent jeunes, avec un âge médian de 41 ans, l’association précise que la part d’adultes français de plus de 60 ans est passée de 7% en 2011 à 12% en 2021.

Chaque année, à partir de son enquête statistique annuelle et de ses milliers d’informations collectées, le Secours catholique propose une photographie de l’état de la pauvreté en France, à travers le prisme des personnes qu’il accueille : près d’un million en 2021, contre 770 000 en 2020, une année particulière à cause du Covid qui a contraint l’association à fermer ses locaux pendant un temps. Pour 2022, le Secours catholique se base donc sur ses statistiques d’accueil 2021 pour faire un nouveau bilan et met l’accent cette fois sur le budget des ménages face à l’inflation.
Pour faire face à la situation, l’association rappelle qu’elle « n’a pas pour projet de contribuer à gérer la pauvreté », elle vise « à ce que les personnes en sortent » et appelle donc « à une action publique déterminée pour combattre la pauvreté et ses causes. »

LREM rebaptisé « Renaissance » : un parti bidon de 12000 personnes qui ont voté pour

LREM  rebaptisé  « Renaissance » : un parti bidon de 12000  personnes qui ont voté pour 

 

On sait que Macon n’a jamais voulu s’encombrer d’institutions intermédiaires y comprit le soutenant. Ainsi le parti « en marche » LREM a-t-il toujours été une fiction. Pourtant ,vient d’être rebaptisé « Renaissance ». Un vrai parti bidon qui officiellement regroupe 27 000 adhérents  dont   seulement 12 486 personnes ont pris part au scrutin de baptême du nouveau parti.

D’une certaine manière, la création du nouveau parti « Renaissance » qui doit remplacer (LREM) ressemble davantage à un enterrement qu’à une résurrection. C’est en effet un curieux calendrier politique que de créer un parti politique après avoir été élu. Mais Macron transgresse toutes les règles y compris politiques.

La vérité sans doute c’est que Macron commence à percevoir lui aussi la fin du macronisme  et qu’il voudrait bien laisser quelque chose en héritage. Le problème est que la suite est largement préemptée par des responsables venant surtout du parti républicain comme Bruno Lemaire et surtout Édouard Philippe qui lui a créé son courant politique avant l’élection de 2022 et qui entend d’ailleurs peser très lourdement sur les orientations parlementaires.

Il ne restera pas grand-chose du macronisme  pour deux raisons essentielles. D’une part parce qu’il ne s’agit pas véritablement d’une idéologie mais d’une sorte de courant passager  supporté et financé par les groupes financiers. Deuxièmement parce que Macron a des rapports assez ésotériques avec la démocratie et qu’il n’a pas voulu s’encombrer d’un parti susceptible de bousculer Sa majesté. C’est donc seulement une fois réélu qu’il lance un courant politique qui disparaîtra sans doute rapidement en tout cas au plus tard en 2027.

Si le mouvement fondé en 2016 par Emmanuel Macron est renouvelé, les fondamentaux macronistes, eux, n’ont pas changé : l’Europe, l’écologie, le travail, la laïcité et l’égalité des chances. Chez Renaissance, «nous croyons que le mouvement est la seule solution possible», a déclaré la première ministre, Élisabeth Borne, pour mieux se distinguer des adeptes du «blocage». Comprendre : les oppositions, de la gauche qui «doute de la valeur travail» jusqu’aux Républicains, dont les «digues» avec le Rassemblement national «s’effritent», selon les mots de Stéphane Séjourné, le nouveau secrétaire général qui remplace Guerrini et qui sera sans doute aussi transparent que lui.

S’ils souhaitent obtenir l’investiture du parti pour 2027, tous savent qu’ils devront se soumettre à sa procédure de désignation – le casse-tête a été renvoyé à un congrès en octobre 2024 au plus tard, après les élections européennes. «Nous faisons le choix de la confiance», plutôt que celui de la «division» et de l’«affrontement», a prévenu le patron de LREM, Stanislas Guerini, avant de passer le flambeau à Stéphane Séjourné.Le problème et que la même investiture pourrait bien être donnée par Édouard Philippe….ou Bayrou !

Les partisans d’Emmanuel Macron ont toutefois dû revoir leurs plans. Le projet de «grand mouvement politique» souhaité au départ par le chef de l’État a fait long feu, contrarié par la volonté d’autonomie de ses alliés Édouard Philippe et François Bayrou. Résultat, il se réduit à Renaissance, que doivent rejoindre les petits partis Territoires de progrès, dirigé par le ministre Olivier Dussopt (Travail), et Agir, piloté par Franck Riester (Relations avec le Parlement).

Autre ombre sur l’opération, François Bayrou ne s’est pas présenté au meeting du Louvre, alors qu’une chaise lui avait réservée au premier rang. Un peu plus tôt, dans Le Parisien, le président du Mouvement démocrate (MoDem) s’est dit opposé à tout «passage en force» sur les retraites. Un avertissement lancé à Emmanuel Macron, qui envisage d’accélérer son chantier en faisant adopter sa réforme d’ici la fin de l’année, via le budget de la Sécurité sociale.

Covid France 27 juillet 2022:11 195 personnes contaminées en 24 heures

 

 

  • On enregistre 11 195 personnes  contaminées en 24h au 25 juillet, en baisse de 36 % sur les sept derniers jours. Le taux de positivité est de 30,2%. Par ailleurs, le nombre de personnes hospitalisées baisse sur une semaine, avec 8 118 hospitalisations sur les 7 derniers jours, soit une baisse de 7% en 7 jours. Au total, 20 769 personnes sont actuellement hospitalisées. Mais le nombre de décès demeure en hausse : 642 sur les sept derniers jours (+20%). 
  • Cependant  »les indicateurs se maintiennent à un niveau très élevé et l’augmentation du nombre de décès se poursuit », selon le bulletin épidémiologique de Santé Publique, publié ce 21 juillet. En semaine 28 (du 11 au 17 juillet 2022), la circulation du SARS-CoV-2 a diminué sur l’ensemble du territoire avec un R-effectif inférieur à 1 et un taux d’incidence en baisse de 16%, néanmoins « toujours à un niveau très élevé » et de façon « moins marquée chez les 60-79 ans ».
  • Les indicateurs hospitaliers restaient en outre « élevés, en particulier chez les 70 ans et plus tandis que le nombre de décès continuait d’augmenter », souligne. « L’effort de vaccination doit s’accentuer pour améliorer la couverture vaccinale qui reste insuffisante, notamment dans les territoires ultra-marins et chez les plus âgés, rappelle encore SPF. Seuls 39,5% des 80 ans et plus et 45,4% des résidents en EHPAD qui y étaient éligibles avaient reçu la seconde dose de rappel. » Dans le contexte de la circulation active du SARS-CoV-2 et des congés estivaux, l’application des gestes barrières reste nécessaire pour limiter la diffusion de l’épidémie. En cas de symptômes, de test positif ou de contact à risque, il reste primordial de suivre les mesures préconisées.

Covid France 19 février 2022 : : baisse mais 29.194 personnes encore hospitalisées

Covid France 19 février 2022 : : baisse mais 29.194 personnes encore hospitalisées

Globalement la baisse continue. Le nombre de contaminés n’est plus significatif compte tenu de la chute des contrôles.L’épidémie continue de sévir en France. Ces dernières 24 heures en France, 273 personnes sont mortes du Covid, selon Santé publique France. 29.194 malades sont hospitalisés, dont 1795 depuis la veille. 2970 patients sont traités en services de soins critiques – parmi eux, 196 sont arrivés ce vendredi. Si on observe une tendance à la baisse chez les patients hospitalisés atteints du Covid, en réanimation et dans le nombre de contaminations, le nombre de morts demeure stable.

Changement climatique : plus de 200 millions de personnes appelées à migrer

Changement climatique : plus de 200 millions de personnes appelées à migrer

 

D’après un rapport de la banque mondiale, Le réchauffement climatique pourrait forcer jusqu’à 216 millions de personnes à quitter leur région d’ici 2050, faute d’eau disponible ou d’une production agricole suffisante. . «Le changement climatique est un moteur de migration de plus en plus puissant», notent des experts de l’institution dans un rapport publié lundi, relevant «l’urgence à agir» alors que «les moyens de subsistance et le bien-être humain sont de plus en plus mis à rude épreuve».

«Si les pays commencent maintenant à réduire les gaz à effet de serre, les écarts en matière de développement, à restaurer les écosystèmes vitaux et aider les gens à s’adapter, la migration climatique pourrait être réduite d’environ 80%, à 44 millions de personnes d’ici 2050», explique la Banque mondiale.

Manif anti Passe sanitaire : près de 160.000 personnes

Manif anti Passe sanitaire :  près de 160.000 personnes

Une  mobilisation de nouveau en baisse, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur qui a recensé 160 000 manifestants samedi

Le week-end dernier, plus de 175.000 manifestants avaient été recensés par le ministère de l’Intérieur, dont 14.700 à Paris. Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, a recensé de son côté au moins 319.290 manifestants en France. Cette «première estimation», qui sera affinée dimanche, marque également une baisse par rapport au week-end dernier, avec 357.100 personnes comptabilisées.

Sahel : encore 47 personnes tuées au Burkina

Sahel : encore 47 personnes tuées au Burkina

 

 

Les attentats terroristes se multiplient au Niger, au Mali et au Burkina. Alors que la France donne des leçons sur la manière de gérer le conflit en Afghanistan, elle en oublie que le même processus est en route dans la région du Sahel où la force Barkhane se montre incapable de contrôler la situation. Pire après la prise de pouvoir par les militaires maliens, la force Barkhane  se replie sur des objectifs beaucoup moins ambitieux . Pendant ce temps-là l’insécurité monte dans la région. Pour preuve encore 47 personnes dont trente civils, quatorze soldats et trois supplétifs de l’armée ont été tuées mercredi 18 août lors d’une attaque par des djihadistes présumés contre un convoi militaire, escortant des civils, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le gouvernement burkinabè.

La commune de Gorgadji est située dans la province du Séno, dans le nord du Burkina Faso, zone dite des trois frontières, à cheval sur le Mali et le Niger. La zone des trois frontières est la région la plus touchée par les violences. Les morts, civils comme militaires, s’y comptent par milliers.

Cette attaque est la troisième d’une série qui a fait à chaque fois plus d’une dizaine de morts en deux semaines contre des soldats engagés dans la lutte anti-djihadiste dans le nord et le nord-ouest du Burkina Faso.

Burkina : encore 47 personnes tuées par des terroristes

Burkina : encore 47 personnes tuées par des terroristes

 

 

Alors que la France donne des leçons sur la manière de gérer le conflit en Afghanistan, elle en oublie que le même processus est en route dans la région du Sahel où la force Barkhane se montre incapable de contrôler la situation. Pire après la prise de pouvoir par les militaires maliens, la force Barkhane ne se replie sur des objectifs beaucoup moins ambitieux . Pendant ce temps-là l’insécurité monte dans la région. Pour preuve encore 47 personnes dont trente civils, quatorze soldats et trois supplétifs de l’armée ont été tuées mercredi 18 août lors d’une attaque par des djihadistes présumés contre un convoi militaire, escortant des civils, dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le gouvernement burkinabè.

La commune de Gorgadji est située dans la province du Séno, dans le nord du Burkina Faso, zone dite des trois frontières, à cheval sur le Mali et le Niger. La zone des trois frontières est la région la plus touchée par les violences. Les morts, civils comme militaires, s’y comptent par milliers.

Cette attaque est la troisième d’une série qui a fait à chaque fois plus d’une dizaine de morts en deux semaines contre des soldats engagés dans la lutte anti-djihadiste dans le nord et le nord-ouest du Burkina Faso.

Covid France : une troisième dose pour les personnes « âgées fragiles  » (Macron)

Covid France : une troisième dose pour les personnes « âgées fragiles «   (Macron)

 

La formule très ambiguë employée par le président de la république concernant la vaccination de personnes fragiles et âgées témoigne en fait d’un manque cruel de vaccins

 

le président de la république s’est encore dû en même temps en déclarant «Il faudra vraisemblablement une troisième dose. Pas pour tout le monde, tout de suite. Mais en tout cas, pour les plus fragiles et les plus âgés.» «À ce stade», indique-t-il, ces populations cibles seront les seules concernées.

 

En fait on ne sait pas si toutes les personnes âgées seront concernées ou si à l’intérieur de la catégorie des plus âgés on choisira ceux qui sont les plus fragiles.

Selon le ministère de la Santé, «pour la plupart des gens, le vaccin est encore efficace neuf mois après la première injection»même s’il n’est pas aussi affirmatif pour la période d’un an après. Avec la crainte d’une nouvelle saturation des hôpitaux, Emmanuel Macron et le gouvernement se «préparent» à «faire cette troisième dose.» «Nous le ferons à partir de la rentrée», affirme le chef de l’État.

30 000 personnes victimes de chauffards sans assurance

30 000 personnes victimes de chauffards sans assurance

 

En France, le nombre de conducteurs qui roulent sans assurance est estimé à 800 000 par la délégation à la sécurité routière. Selon un baromètre du fonds de garantie des victimes, ces personnes seraient en majorité de jeunes hommes, rapporte BFMTV.

Afin d’établir un portrait de ces conducteurs sans assurance, l’organisme d’indemnisation a croisé les données recueillies par les assureurs lors d’accidents avec celles des forces de l’ordre pendant les contrôles routiers. Ainsi, 60 % des automobilistes qui roulent sans assurance ont moins de 35 ans et 80 % sont des hommes.

Si une minorité conduit sans assurance en raison d’un non-renouvellement, un grand nombre décide de ne pas souscrire de contrat d’assurance automobile pour des raisons économiques. En effet, 31,3 % des non-assurés sont sans emploi et environ 24 % sont ouvriers.

Selon le Fonds de garantie des victimes (FGAO) à France Info  mercredi 4 août : quelque 30.000 personnes ont été victimes d’un accident de la route causé par un conducteur en défaut d’assurance sur les routes de France au cours de l’année 2020.

UN PROJET D’ISOLEMENT OBLIGATOIRE DES PERSONNES TESTÉES POSITIVES

UN  PROJET D’ISOLEMENT OBLIGATOIRE DES PERSONNES TESTÉES POSITIVES

 

Dans son projet de texte transmis au conseil d’État la future loi prévoit dans son article 4que les personnes contaminées pourraient être contraintes à un isolement obligatoire d’une dizaine de jours.

Une mesure qui se sera certainement très contestée sur le plan légal qui pose de nombreux problèmes de mise en œuvre, de contrôle et de sanction

.
Cette mesure présentera notamment des difficultés notoires de vérification puisque les intéressés théoriquement devraient demeurer dans leur lieu de quarantaine.. Or cette mesure peut être applicable avec quelques centaines de contaminés, elle deviendra particulièrement difficile à mettre en œuvre avec les 7000 contaminés constatés hier et les 20 à  40 000 qu’on envisage d’ici la fin juillet.Soit au total une population d’environ au moins 100 000 personnes à vérifier !

Se pose aussi la question des libertés individuelles et la compatibilité de la mesure envisagée.Enfin le gouvernement n’a rien prévu pour les cas contacts ce qui rend la mesure d’isolement beaucoup moins opérante

 

 

 

Pauvreté : 155 millions de personnes en crise alimentaire

 

Le nombre de personnes souffrant de famine a été multiplié par six dans le monde depuis le début de la pandémie de Covid-19, selon un nouveau rapport d’Oxfam France, rendu public vendredi 9 juillet. Selon cette enquête, sans action immédiate, 11 personnes pourraient mourir de faim et de malnutrition chaque minute d’ici la fin de l’année d’après un article de France Info.

Ce taux est plus élevé que celui de la mortalité mondiale actuelle due au Covid-19 qui est d’environ sept personnes par minute. Le rapport, intitulé « Le virus de la faim se propage », insiste sur le fait que les conflits restent la principale cause de la faim depuis la pandémie, poussant plus d’un demi-million de personnes dans des conditions proches de la famine, soit six fois plus qu’en 2020.

Globalement, 155 millions de personnes dans le monde sont en situation de crise alimentaire, l’équivalent de la population de la France, l’Allemagne et la Belgique réunies. Ce sont 20 millions de plus que l’année dernière. Deux personnes sur trois dans ces situations de crise vivent dans un pays en guerre ou en conflit.

L’impact des chocs économiques et de la crise climatique

Le rapport décrit également l’impact massif que les chocs économiques ont eu, exacerbés par la pandémie de coronavirus, et l’aggravation de la crise climatique, plongeant des dizaines de millions de personnes supplémentaires dans la faim. Le chômage de masse et la production alimentaire gravement perturbée ont entraîné une hausse de 40 % des prix alimentaires mondiaux, la plus forte hausse depuis plus de dix ans.

Selon Hélène Botreau, chargée de « plaidoyer sécurité alimentaire et agriculture » à Oxfam France : « On assiste aujourd’hui à une superposition des crises : conflits incessants, conséquences économiques du Covid-19 et une crise climatique qui s’affole, tous ces événements ont poussé plus de 520 000 personnes dans une situation catastrophique de famine. »

Il est insoutenable de constater que les Etats ne financent toujours pas l’appel des Nations Unies à mettre fin à la famine alors même que les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 51 milliards en 2020. La faim continue d’être utilisée comme une arme de guerre.

 

« Les civils sont intentionnellement privés de nourriture et d’eau et l’aide humanitaire est entravée. Les gens ne peuvent pas vivre en sécurité ou trouver de la nourriture, lorsque les marchés sont bombardés et les cultures et le bétail détruits », juge-t-elle. Certains des pires foyers de faim extrême dans le monde, dont l’Afghanistan, l’Éthiopie, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen, continuent d’être ravagés par les conflits et ont connu une augmentation des niveaux extrêmes de faim depuis l’année dernière selon Oxfam.

Selon une analyse récente du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), plus de 350 000 personnes dans la région éthiopienne du Tigré connaissent des conditions proches de la famine : le plus grand nombre enregistré depuis la Somalie en 2011, où un 250 000 Somaliens avaient succombé. Plus de la moitié de la population du Yémen devrait être confrontée à des niveaux d’insécurité alimentaire de crise ou pire cette année. La faim s’est aussi intensifiée dans les épicentres émergents de la faim – des pays à revenu intermédiaire comme l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil – qui ont par ailleurs connu de très fortes augmentations des infections par le Covid-19.

Les femmes et les filles sont particulièrement fragilisées

Hélène Botreau ajoute : « Les travailleurs informels, les personnes déplacées et les autres groupes marginalisés sont les plus durement touchés par les conflits et la faim. Les femmes et les filles sont particulièrement fragilisées car en situation de crise, elles sont souvent les dernières à manger et celles qui mangent le moins. »

Enfin, il y a aussi selon elle « urgence à combattre les causes structurelles de la faim. Les gouvernements doivent œuvrer pour un système agricole et alimentaire plus juste et durable qui garantisse les droits humains – dont le droit à l’alimentation – tout en respectant les limites de notre planète. Pour cela ils doivent soutenir les programmes de protection sociale et financer l’adaptation aux changements climatiques des pays et des communautés les plus pauvres. »

Covid Australie: retour au confinement pour 10 millions de personnes

  • Covid  Australie: retour au confinement pour 10 millions de personnes

Environ 10 millions d’Australiens ont reçu la consigne d’observer un confinement dans plusieurs villes de l’immense île-continent, confrontée depuis quelques semaines à une flambée de cas, en particulier du très contagieux variant Delta, en raison de failles dans les dispositifs de quarantaine pour les voyageurs en provenance de l’étranger.

Après les habitants de Sydney (sud-est), Darwin (nord) et Perth (ouest), ce sont ceux de Brisbane (est) et de plusieurs zones de l’État du Queensland qui vont devoir rester chez eux à compter de mardi soir, pour une durée initiale de trois jours.

Manif chômage et licenciement : seulement 1200 à 1300 personnes ! Ridicule

Manif chômage et licenciement : seulement 1200 à 1300 personnes ! Ridicule

Seulement 1200 à 1300 personnes selon les organisateurs, la moitié selon la police ont participé à l’appel des syndicats gauchistes Sud et la CGT contre la réforme de l’assurance-chômage et les licenciements en France. Parmi ces gauchistes aussi des politiques

les députés LFI Mathilde Panot, Eric Coquerel et Adrien Quatennens, la députée PCF Elsa Faucillon, le député européen Pierre Larrouturou (Nouvelle Donne) et l’ancien candidat à la présidentielle Olivier Besancenot (NPA).

Il est clair que on voudrait faire la preuve de la marginalisation totale du  mouvement sociale et de l’inutilité des syndicats qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Objectivement ces mouvements gauchistes sont les meilleurs alliés sans doute des forces qu’ils font semblant de combattre. Ces actions ultra minoritaire porte un discrédit mortel à l’action syndicale .

Plantations cacao Côte d’Ivoire : 22 personnes condamnées pour traite d’enfants

Plantations cacao Côte d’Ivoire : 22 personnes condamnées pour traite d’enfants

 

2000 enfants en provenance surtout de pays voisins comme le Burkina Faso ou encore le Mali travailleraient dans les plantations de cacao et ferait l’objet de trafic.  Vingt-deux personnes ont encore été condamnées mardi 18 mai à des peines de prison pour traite d’enfants dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire, a rapporté à l’AFP un responsable de la police. Cinq personnes ont été condamnées à 20 ans de prison et 17 personnes à cinq ans de prison par le tribunal de Soubré, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, la grande zone de production cacaoyère du pays, a indiqué le commissaire Luc Zaka, sous-directeur de la police criminelle ivoirienne.

Quelque 300 personnes ont été condamnées pour trafic d’enfants par la justice ivoirienne entre 2012 et 2020, selon le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS). Environ 2.000 enfants ont été retirés des plantations de cacao depuis 2019, toujours selon le CNS.

Les pays producteurs de cacao, dont la Côte d’Ivoire, et les multinationales du chocolat sont sous pression sur la question du travail des enfants, les consommateurs occidentaux exigeant de plus en plus le respect de critères éthiques dans les plantations.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol