Archive pour le Tag 'périphérique'

Journée sans voiture à Paris ; mais pas dans la France périphérique

Journée sans voiture à Paris ; mais pas dans la France périphérique

On peut évidemment se réjouir de cette journée sans voiture à Paris qui d’une certaine manière symbolise l’urgence de la transition énergétique. L’organisation d’une telle journée est possible parce que précisément Paris -en tout cas intra-muros dispose d’un consistant réseau de transport collectif d’habitude utilisé par plus de 50 % de la population locale. La mobilité assurée par ses transports collectifs est moins évidentes quand on s’éloigne de Paris ou du cœur des grandes villes. La France périphérique (à peu près la moitié de la population) doit se contenter pour tout transport collectif d’un bus de temps en temps voire dans les zones les plus reculées d’un par jour. Du coup, le transport individuel notamment automobile  est devenu incontournable. Justement ce qui avait justifié à l’origine le mouvement social des gilets jaunes lequel ensuite pris des allures politiques qui l’ont tué.   Il est clair que dans la France périphérique, compte tenu de la densité de la population, il sera toujours difficile de mettre en place des réseaux très maillés de transports collectifs lourds. Il conviendra donc sans doute de mutualiser les moyens de transport (le taux d’occupation d’une voiture et de 1,2 personnes). Une autre conception, plus structurelle celle-là, consisterait à remettre en cause un aménagement du territoire qui concentre la population sur une quinzaine de métropoles et qui organise le désert économique et démographique sur le reste du pays. “L’interdiction de circuler s’applique quel que soit le type de motorisation”, a expliqué la Mairie de Paris sur son site internet. “Au-delà de l’objectif de réduction de la pollution de l’air, essentiellement pédagogique (…) la Journée sans voiture vise à rendre l’espace habituellement dédié aux déplacements motorisés (…) aux déplacements doux.” Des déplacements doux qui peuvent s’appliquer à Paris mais inconcevable quand on se trouve à 25 km d’une grande métropole.

A paris, les taxis ont obtenu l’autorisation de rouler dans l’hypercentre, à une vitesse maximale de 20 kilomètres/heure, et les taxis et les VTC – pourtant majoritairement des grandes berlines diesel – ont été laissés libres de leurs mouvements dans tous les autres arrondissements, sans dépasser toutefois 30 kilomètres/heures.

Point d’orgue de la semaine de la mobilité, opération organisée à l’échelle européenne, cette journée sans voiture à Paris intervient une semaine environ après qu’entre 15.000 et 25.000 personnes ont rallié à vélo le salon de l’automobile de Francfort, samedi dernier, jour d’ouverture au public de la grand messe allemande de l’automobile, au nom de la défense du climat.

Elle se déroule également au surlendemain d’une journée mondiale de mobilisation pour la lutte contre le réchauffement.

Comment supprimer le périphérique (Gaspard Gantzer, candidat à la mairie de Paris)

Comment supprimer le périphérique  (Gaspard Gantzer, candidat à la mairie de Paris)

A priori le projet de destruction du périphérique parisien paraît assez loufoque. Ceci étant, à long terme, il est probable que l’usage individuel de la voiture sera fortement réglementé et même interdit dans de nombreuses zones. À la place comme dans d’autres grandes métropoles internationales, les transports collectifs et les transports individuels mutualisés se seront imposés non seulement pour des questions environnementales mais aussi d’aménagement de l’espace. Gantzer en a fait son cheval de bataille dans la course à la mairie de Paris. S’il est élu en aux élections municipales de 202, Gaspard Gantzer, ancien conseiller communication de François Hollande, entend détruire le boulevard périphérique qui encercle la capitale, utilisé chaque jour par un million de véhicules. À la place le candidat à la mairie de Paris propose de récupérer les terrains pour un vaste plan de réaménagement concernant en particulier le logement. Un projet qui apparaît sans doute très irréaliste pour les 10 à 20 ans à venir mais qui pourrait bien devenir crédible autour de  2050 ne serait-ce qu’en raison d’une crise immobilière qui risquait de vider complètement Paris de ces habitants, régulier « Nous proposons d’en aménager entre 300 et 400 hectares: un tiers d’espaces verts, un tiers de logements (environ 50.000 appartements, répartis équitablement entre habitat social, intermédiaire et libre) et un tiers d’équipements publics, de commerces et de bureaux », explique-t-il. Pour penser ce projet, Gaspard Gantzer indique qu’il a travaillé avec le géographe Cédrick Allmang ainsi que des architectes-urbanistes comme les collectifs Jigen et Rescubika. Gaspard Gantzer assure que la destruction suivie de la transformation du boulevard périphérique « ne coûtera rien aux Parisiens »: “En cédant du foncier à des promoteurs [...] nous pouvons encaisser au moins trois milliards d’euros pour les logements et 1,5 milliard pour les commerces et les bureaux. Largement de quoi financer les démolitions et aménagements paysagers, chiffrés à près de deux milliards d’euros”, selon lui. Reste à savoir quoi faire du million de véhicules qui emprunte tous les jours cette voie qui sépare la capitale de sa proche banlieue. Gaspard Gantzer estime que le trafic national et international devrait tout d’abord « être rabattu sur la Francilienne » (l’ensemble d’autoroutes permettant de contourner Paris à environ 30 kilomètres, NDLR), qui devrait donc être agrandie pour passer de deux à quatre voies de circulation. Concernant le trafic local des Parisiens et des habitants d’Île-de-France, le candidat de 39 ans mise tout sur les transports en commun. « Il y aura le Grand Paris Express, le CDG-Express jusqu’à Roissy, le prolongement de la ligne 10 du métro jusqu’à Ivry, détaille-t-il. Il faudra aussi boucler l’A86. Je souhaite également boucler le tramway T3 sur les Maréchaux et créer un vaporetto du Grand Paris sur la Seine entre les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. C’est ambitieux de chasser un million de véhicules. Mais on ne peut plus attendre face à l’urgence de santé publique.” Gaspard Gantzer précise cependant que « la destruction du périphérique ne se fera pas en quinze jours mais en quinze ans », tronçon par tronçon, après une période de concertation de trois ans, de 2020 à 2023. Il affirme que son projet, qui s’étendrait sur trois mandatures, serait terminé d’ici 2038. Une échéance peut-être un peu rapproché mais qui ne discréditent pas forcément l’idée à terme.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol