Archive pour le Tag 'PCF'

Présidentielle : Fabien Roussel candidat du PCF

Présidentielle : Fabien Roussel candidat du PCF

 

 

Le parti communiste semble déjà acter  la future défaite de la gauche et ne voit pas l’intérêt d’une candidature commune qui profiterait d’ailleurs aux formations les plus importantes comme les insoumis ou Europe écologie les Verts pour mieux enterrer un parti communiste déjà en voie d’extinction. Du coup, le parti communiste préfère exister leur des élections présidentielles de 2022.

 

Cela sans doute pour mieux monnayer son apport électoral lors des législatives. Dans le cadre de l’union de la gauche, les intérêts du parti communiste seraient alors totalement noyés et les futures circonscriptions qui lui seraient octroyées très chichement comptées. Lesecrétaire national du Parti communiste français a été investi dimanche 11 avril candidat à la présidentielle de 2022 par une large majorité (plus de 73%) des plus de 800 membres de la conférence nationale des communistes, réunis en visioconférence ce week-end.

Fabien Roussel, député du Nord, âgé de 51 ans, a par le passé indiqué qu’il irait « jusqu’au bout » d’une candidature. Jean-Luc Mélenchon avait de son côté affirmé en mars dernier qu’il se sentirait « meurtri » et  »affaibli » sans le soutien du PCF.

 

Le PCF dénonce le totalitarisme de Mélenchon

Le PCF dénonce le totalitarisme de  Mélenchon

 

Jusque-là c’était la guerre larvée entre les communistes et Mélenchon mais cette fois elle devient ouverte et médiatisée. On sait que Mélenchon a adressé des reproches acerbes vis-à-vis de la conduite de du mouvement contre les ordonnances, des reproches qui s’adressaient à la CGT et aux communistes. Mais la critique revient en boomerang vers Mélenchon qui finalement a affaibli le mouvement syndical en voulant politiquement l’instrumentaliser. En outre, on accuse Mélenchon de propos complètement irresponsables en promettant quasiment la révolution, de renverser le coup d’État social et de faire venir les Champs-Élysées par 1 million de manifestants. On sait ce qu’il en est la mobilisation a été de plus en plus faible et finalement ce jeudi la protestation devrait ressembler à un enterrement de l’action contre les ordonnances relatives au code du travail. Les communistes ne veulent pas porter le chapeau de la responsabilité de l’échec de la contestation, ils accusent Mélenchon d’en être aussi responsables. Le totalitarisme de Mélenchon semble de moins en moins bien accepté par les autres partenaires de la gauche.  Olivier Dartigolles,  porte-parole du PCF n’accepte pas les critiques de Mélenchon et  s’attaque par ailleurs à l’idée de Jean-Luc Mélenchon de «déferler à 1 million sur les Champs-Élysées». Une initiative qui semble d’ailleurs avoir du plomb dans l’aile. «L’objectif, tel qu’il a été présenté, est difficile. Car il faut faire preuve d’humilité par rapport à la tâche à réaliser», prévient-on au PCF. Où on tacle le fondateur de La France insoumise: «Il faut savoir rassembler et ne pas se distinguer». «Toutes les composantes (de la fronde sociale) doivent se sentir respectées», ajoute encore le porte-parole qui estime que «personne ne peut dire seul qu’il décide de la date et des modalités» d’un rassemblement. Olivier Dartigolles, qui dit préférer le fond à la forme, dénonce «le débat politique trop souvent abîmé par les punchlines et le plan com’». «Je suis fier d’appartenir à une à une organisation qui maintient une exigence sur le contenu et sur la réflexion», souffle-t-il même s’il concède que «ce n’est pas spectaculaire». Là encore, une manière d’égratigner La France insoumise qui a multiplié les coups médiatiques. Ainsi, sur l’Europe, il estime «qu’on ne peut pas répondre à l’offensive européenne de Macron en ne parlant que du drapeau». «C’est à côté de la plaque!», s’étrangle-t-il.

Venezuela : Le PCF soutient le pouvoir

Venezuela : Le PCF soutient le pouvoir

 

Alors que Jean-Luc Mélenchon met la pédale douce sur son rêve bolivarien, le parti communiste français, lui, soutient totalement le président vénézuélien dans sa tentative de mettre au pas la démocratie faisant au passage l’impasse sur la répression qui a fait plus de 100 morts. . Dans un communiqué publié lundi, le PCF salue l’élection dimanche d’une Assemblée constituante dans ce pays où une centaine de personnes a été tuée en quatre mois. Cette assemblée remplacera le Parlement, où l’opposition était majoritaire.  «Le Parti communiste français, partisan de la paix et du dialogue national, appelle le gouvernement français à agir fermement plutôt que d’emboîter le pas à un président Trump qui multiplie ces jours-ci les déclarations et décisions agressives», écrivent-ils avant d’adresser leur «solidarité» aux «forces de paix, de la justice sociale et de la démocratie vénézuéliennes». Une expression utilisée pour qualifier le régime alors que le Parlement européen, notamment, a estimé qu’il était responsable d’une «répression brutale» à l’encontre de «manifestations pacifiques».

 

 

 L

« PCF, la mort et le néant » : (Mélenchon)

« PCF, la mort et le néant » : (Mélenchon)

La guerre succède à une lune de miel entre le parti communiste et Mélenchon qui ne fait pas dans la dentelle dans un SMS type Poutine ou Trump de gauche. C’est Le Canard enchaîné qui a révélé le message en question, soulignant qu’il avait été envoyé le 4 mai, soit quelques jours avant l’annonce officielle de l’échec des négociations pour les législatives. « Vous créez la confusion dans tout le pays en vous appropriant mon portrait et mon nom sans parler du logo Front de Gauche ! Bravo l’identité communiste ! Tout ça pour après des mois d’injures et manœuvres pour (sic) saboter ma campagne. Et vous recommencez ! Vous êtes la mort et le néant. Dix mois pour me ‘soutenir’, dix minutes pour soutenir Macron. Sans oublier les accords que vous ne respectez pas. J’en ai assez. Je vais donc annoncer notre rupture politique dès mon retour à Paris. Et je vais dire pourquoi. »

Municipales: le PCF en désaccord avec Mélenchon veut sauver les meubles

Municipales: le PCF en désaccord avec Mélenchon veut sauver les meubles

Le PC pour les municipales veut surtout sauver ce qui reste  qui reste des meubles, donc s’allier là où c’est possible avec le PS ; Du coup désaccord avec Mélenchon qui ne veut d’une alliance avec le PS qu’au deuxième tour. « Nous n’avons pas tout à fait la même appréciation des choses sur la conduite de listes au premier tour mais sur le rassemblement de la gauche au deuxième, je pense que nous pouvons tomber d’accord », a-t-il dit, interrogé par i>TELE.  Assurant que le PCF était « en position dans beaucoup d’endroits de conduire des listes », le numéro un communiste a expliqué que ce serait fait en priorité « là où nous avons des maires ».  Il a ajouté que son parti entendait également « participer à la constitution de rassemblements de gauche », vraisemblablement avec le PS, le but étant de ne « pas laisser la gestion des communes, surtout dans cette période, à la droite et à l’extrême droite ».  A Paris, le PCF présentera ses chefs de file aux municipales le 9 septembre et les militants voteront en octobre sur la stratégie. Ils auront à choisir entre une alliance avec le PS dès le premier tour, comme en 2001 ou en 2008, ou des listes communes avec le PG, son allié au sein du Front de gauche.  Le PG a d’ores et déjà annoncé qu’il ne se rangerait pas derrière le PS au premier tour des municipales parisiennes, et présenté son chef de file dans la capitale, la conseillère de Paris Danielle Simonnet.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol