Archive pour le Tag 'patrons'

Page 6 sur 6

Salaires patrons : plafonnement…. en Allemagne

Salaires patrons : plafonnement…. en Allemagne

En France, on a beaucoup parlé des écarts de salaires entre patrons et salariés pendant la campagne électorale mais peu été fait depuis. Tout juste si on a abordé le salaire de Carlos Ghosn (plus de 12MF par an), une affaire vite enterrée puisqu’on a demandé aux salariés de Renault doublier et de souscrire au plan de compétitivité souhaité par Renault. En Allemagne, on parle moins mais on se prépare à agir. Le gouvernement allemand planche sur un projet de plafonnement de la rémunération des dirigeants de grandes entreprises allemandes, afin notamment d’éviter des écarts trop importants avec leurs salariés. Une commission, composée de fonctionnaires, d’experts et de chercheurs, a présenté une proposition de refonte du mode de gouvernance des sociétés cotées en Bourse. Elle propose en particulier que «les rémunérations individuelles soient plafonnées dans leur montant total, ainsi que dans leurs diverses composantes». Les conseils de surveillance devront contrôler plus strictement l’évolution de ces rémunérations afin d’éviter que l’écart de salaire entre dirigeants et salariés ne soit trop important, selon le document.  En outre, ces experts appellent les conseils de surveillance à publier un rapport détaillé de la rémunération des dirigeants, afin de faciliter, pour les actionnaires, la comparaison avec les autres entreprises. «La transparence et la durée doivent jouer un rôle plus grand dans les décisions du conseil de surveillance», plaide la commission. Les parties intéressées ont jusqu’au 15 mars pour apporter leurs modifications à cette proposition, dont la mouture finale sera présentée le 24 mai. Depuis 2006, chaque groupe du Dax publie dans son rapport annuel les rémunérations individuelles des membres de son directoire pour l’exercice écoulé. Mais il n’est jamais précisé combien ils ont effectivement touché les années précédentes grâce à la part variable de long terme, suscitant régulièrement de vives critiques. En 2011, la rémunération moyenne des patrons des 30 groupes allemands cotés sur l’indice vedette Dax s’était élevée à 5,04 millions d’euros (+ 8,7 % sur un an).

 

Patrons : inquiets pour l’économie

Patrons : inquiets pour  l’économie

 

Les chefs d’entreprise se disent majoritairement «pas confiants» pour l’économie française sur les mois qui viennent, selon le dernier baromètre des dirigeants d’entreprise réalisé par Viavoice pour CCI France, Les Échos et Radio Classique. Les sondés sont en revanche bien moins moroses sur leur propre business. Les deux tiers (68 % exactement) se déclarent «confiants» pour leur entreprise.

 

Patrons- Compétitivité : 90 milliards pour relancer la croissance

Patrons- Compétitivité : 90 milliards pour relancer la croissance

 

Pas sût que cet appel des patrons soit entendu. Deux raisons, l’image des grands patrons auprès- des français et l’inculture économique récurrente dans notre pays. . Pourtant les économies à réaliser au sein de l’Etat que demande le patronat sont incontournables, de même que l’allègement de la fiscalité sur le travail.  Dans une lettre adressée à François Hollande publiée dans le Journal du Dimanche. les PDG des 98 plus importantes sociétés françaises (Afep) exigent un «choc» de compétitivité «pour relancer la croissance et l’emploi». Une demande que leur a encore refusé dimanche le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici et à laquelle ne croit pas l’ancien patron de Renault, Louis Schweitzer. «La compétitivité n’est pas qu’une question de coûts et de salaires, affirme-t-il au Parisien. Les entreprises ont besoin de stabilité et de prévisibilité. On ne change pas les choses du jour au lendemain».  L’Afep demande à l’Etat de réaliser 60 milliards d’euros d’économies au cours des cinq prochaines années, soit trois points de produit intérieur brut. Concernant les entreprises, l’organisation préconise également une baisse du coût du travail d’au moins 30 milliards sur deux ans, en réduisant les cotisations sociales qui pèsent sur les salaires moyens. Ce transfert serait financé pour moitié par un relèvement de la TVA de 19,6 % à 21 % et pour l’autre par une baisse des dépenses publiques. «La France doit se transformer en profondeur, affirment-ils. Il est urgent d’agir maintenant et collectivement. Nous préconisons une réponse globale adossée à des mesures simples et concrètes». Autre proposition susceptible de faire polémique au sein du gouvernement, les grands patrons estiment qu’«il faut se donner les moyens d’explorer et d’exploiter nos ressources nationales comme les gaz de schiste». Une mesure à laquelle se sont farouchement opposé François Hollande et la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho. Les représentants de l’Association française des entreprises privées considèrent que le gouvernement doit «rester pragmatique» dans la mise en œuvre de la transition énergétique, «qu’il s’agisse de réduire nos émissions de CO2 ou notre exposition à la production d’électricité d’origine nucléaire». A une semaine de la publication du rapport Gallois, cette nouvelle pression des patrons intervient alors que François Hollande a promis un «pacte» de compétitivité de l’économie française et non un «choc». Une sémantique qui inquiète Laurence Parisot, la présidente du Medef. «François Hollande a eu un diagnostic juste mais nous attendons toujours l’annonce d’une stratégie et des décisions. Nous pouvons, sous certaines conditions, comprendre un étalement de la mesure sur deux ou trois ans, mais dans ce cas il faut aller jusqu’à 70 milliards de transferts.»

 

 

Sondage-patrons : les grands impopulaires; les PME appréciées

 

 

Sondage-patrons : les grands impopulaires, les PME appréciées

Les grands patrons sont quatre fois plus impopulaires en France que les dirigeants de petites et moyennes entreprises, selon un sondage* Ifop publié par le Journal du Dimanche, qui révèle aussi qu’un Français sur quatre a envie de créer ou de reprendre une entreprise. Seuls 12% des Français ont une « plutôt mauvaise » ou « très mauvaise » opinion des dirigeants de PME, une proportion qui grimpe à 50% pour les dirigeants de grandes entreprises, selon cette enquête d’opinion. Quand les sondés sont interrogés sur leur propre patron, 25% d’entre eux en ont une « plutôt » ou « très » mauvaise opinion. Si l’on se place cette fois du côté des opinions favorables, les dirigeants de PME sont plébiscités (87% d’opinion « très bonne » ou « assez bonne »), devant le patron de sa propre entreprise (74%) et très loin devant les grands patrons (49%). La proportion d’opinion « très » favorables reste néanmoins globalement faible : 15% pour les dirigeants de PME, 21% pour son propre patron et 5% pour les chefs de grandes entreprises, selon l’étude Ifop publiée par le JDD.

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol