Archive pour le Tag 'patrons'

Le mécénat : un beau cadeau fiscal aux patrons (Cour des comptes)

Le mécénat : un beau cadeau fiscal aux patrons (Cour des comptes)

La Cour des Comptes condamne la loi sur le mécénat qui permet à de nombreuses entreprises de bénéficier de réductions fiscales outrancières. En outre, ce sont surtout les très grandes entreprises qui profitent de cet évitement fiscal à caractère social au sens large. Le problème c’est que le mécénat est à la mode y compris au plan international. L’action des grandes entreprises dans le domaine culturel voire social a sans doute pour objet de faire oublier l’exploitation des travailleurs dans les pays en développement et parfois le massacre de l’environnement. Avec la loi Aillagon de 2003, la France s’est dotée d’un dispositif fiscal qui demeure «parmi les plus incitatifs sur le plan international», rappellent les magistrats financiers saisis par la commission des finances de l’Assemblée nationale. Cette loi, destinée à favoriser le financement de la culture, permet aux entreprises de déduire 60 % de leurs dépenses en faveur du mécénat, avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans, dans une limite de 25 % du don. Ce dispositif a «contribué à une multiplication par dix du nombre d’entreprises recourant à cet avantage fiscal», souligne la Cour. Toutefois, cela a ainsi «contribué à une multiplication par dix du montant de la dépense fiscale», aujourd’hui «de l’ordre de 900 millions d’euros». La Cour juge ce coût d’autant plus problématique que l’État se montre «dans l’incapacité de quantifier l’apport de son soutien, et plus largement du mécénat des entreprises, aux différents secteurs d’activité». Les magistrats dénoncent aussi le manque de contrôles et de vérifications. Autre problème: le mécénat demeure «fortement concentré sur les très grandes entreprises», selon les magistrats. En 2016, les 24 premiers bénéficiaires de ce dispositif représentaient ainsi 44 % du montant de la créance fiscale.

 

Salaires : les patrons du CAC 40 ont touché plus de 5 millions

Salaires :   les patrons du CAC 40 ont touché plus de 5 millions  

S’il est normal que les grands patrons notamment du CAC  40 soient bien rémunérés eu égard à leurs responsabilités, par contre, on peut s’étonner de la hausse qu’ils se sont accordés en 2017, une hausse de 14 % par rapport à 2016 alors que dans le même temps le pouvoir d’achat moyen des  salariés (calculé d’après l’indice discutable de l’INSEE) est autour de 1 % en euros constants. Sur le long terme,  on constate une hausse régulière du pouvoir d’achat moyen par contre l’écart tour de cette moyenne ne cesse de s’agrandir comme les inégalités. Difficile de faire comprendre aux salariés qu’il convient de faire des efforts pour améliorer la compétitivité notamment dans un cadre international alors que dans le même temps les grands patrons n’ont même pas la pudeur de s’associer à ces efforts souvent nécessaires. Ajoutons à cela que la France se caractérise aussi par une distribution privilégiée des profits aux actionnaires, beaucoup plus que dans la plupart des autres pays. Le  salaire moyen l’an dernier pour le CAC 40 r, en moyenne, était de plus de 5 millions d’euros (5,1 millions d’euros), rapporte une étude annuelle publiée ce mercredi par le cabinet Proxinvest spécialisé dans l’analyse de gouvernance et de politique de vote. C’est la première fois en dix ans que l’augmentation des salaires des patrons du CAC 40 franchit ce seuil. Même son de cloche du côté du SBF 120 – qui regroupe les 120 plus grandes entreprises de la cote parisienne – où un nouveau record a été établit avec une hausse de salaire de 10% soit une rémunération moyenne de 3,8 millions d’euros en 2017 pour les patrons des sociétés cotées dans cet indice, selon Proxinvest. Pour Proxinvest, cabinet de conseil aux investisseurs qui fixe la « rémunération maximale socialement acceptable » à 240 SMIC (4,87 millions d’euros), 29 PDG de l’indice phare de la Bourse de Paris dépassent désormais cette limite, contre 23 en 2016. Le cabinet dénonce  »une absence de justification de l’ampleur des hausses de 14% en 2017 et de 22% sur la période 2013-2017 pour le CAC 40, tant vis-à-vis de la surperformance actionnariale créée pour les actionnaires que vis-à-vis de l’évolution de la rémunération moyenne de leurs propres salariés ».

 

Salauds de patrons (Geoffroy Roux de Bézieux)

Salauds de patrons (Geoffroy Roux de Bézieux)

 

Un extrait d’un livre, au titre provocateur du nouveau patron du Medef sur les golden parachute qui choquent régulièrement l’opinion. Reste à savoir si ce livre aura inspiré les grands patrons dans leur pratique !

 

« Ce que les dérapages récents ont remis en cause, ce n’est pas seulement la prise de risque ou le montant des options. Bien sûr, je partage l’indignation des uns et l’écœurement des autres face à ces comportements cupides, et comme la très grande majorité des chefs d’entreprise, je suis l’une des victimes collatérales de ces affaires. Mais ce ne sont pas les montants, à quelques exceptions près, qui sont choquants, non c’est l’absence de partage. Je suis écœuré avant tout par la dérive monarchique de certains patrons qui s’octroient plus du tiers de la totalité des stock-options attribuées et plus de la moitié de celles réserves au comité de direction.

« Le patron, surtout dans un rôle de manager salarié, devrait être primus inter pares (premier parmi les égaux) au sein de son équipe de direction, celui sur qui repose la décision finale mais qui travaille avec ses collaborateurs. Selon cette conception du management, il ne peut accaparer une trop grande part des stock-options ou du bonus annuel, car les systèmes d’incentive mis en place le sont pour l’ensemble du management et, plus largement, des collaborateurs.

«Après les stock-options, ce sont les “golden parachutes” et “retraites chapeaux” qui se sont retrouvés dans le collimateur des médias et de l’opinion. C’est très simple à comprendre : le Français moyen fait immédiatement la comparaison avec son propre sort, sa retraite menacée, et surtout ses indemnités en cas de licenciement.

« En raison de ces conséquences sur l’opinion, mais aussi pour des raisons de morale, je suis contre l’attribution de parachutes dorés ou de retraites complémentaires, hors bien sûr une indemnité contractuelle pour remplacer l’absence d’Assedic pour les mandataires sociaux. Autant un patron qui développe un grand groupe doit pouvoir être très bien payé, autant, s’il part, de son fait ou contre son gré, il n’a pas à toucher des sommes faramineuses comme celles qui défrayent la chronique. Notons d’ailleurs que de nombreux patrons partent en fin de carrière sans passer par la case “golden parachute”. Il y a un vieil adage de droit qui dit : “Là où est le risque, là doit être le profit.” C’est bien tout le débat : on ne peut pas faire croire aux Français, actionnaires ou non, que plusieurs dizaines de millions d’euros d’indemnités de départ correspondent à une juste rémunération du risque.

« Un dernier point me paraît indispensable, c’est la transparence. Nous vivons à l’ère de la transparence dans tous les domaines de la société et rien n’est pire que de cacher les choses. “Pour vivre heureux, vivons cachés”, a longtemps été la devise du patronat français ; cela n’est plus tenable aujourd’hui. A chaque nouvelle affaire de salaires ou de “golden parachutes” patronaux, j’ai le choix entre deux attitudes : soit ne rien dire et laisser les médias se déchaîner, soit intervenir, non pas dans le détail de l’affaire, mais sur les principes généraux énoncés plus haut, au risque de me faire accuser par les pairs de jeter de l’huile sur le feu. Je continue à croire que la première attitude qui a longtemps prévalu est suicidaire.»

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef depuis le 3 juillet dernier, Salauds de patrons (Hachette, avril 2007).

 

Moral des patrons : peu d’évolution

Moral des patrons : peu d’évolution

Après avoir chuté entre avril et mai (142 point à 120 points), l’indicateur de l’optimisme chez les patrons se redresse très légèrement pour atteindre 122 points. Interrogés sur les perspectives des 12 prochains moins, les dirigeants sont 73% à indiquer qu’ils sont confiants alors qu’ils étaient 83% deux mois plus tôt. En revanche, l’indicateur de confiance pour l’économie française et l’économie mondiale se redresse en juin (61% en juin contre 55% en mai pour la France et 60% contre 58% pour le monde).

Moral des patrons : chute en mai

Moral des patrons : chute en mai

Détérioration d l’environnement international, climat social délétère, tassement de la croissance autant d’éléments qui peuvent expliquer la forte chute du moral des patrons en mai. Après avoir connu un point haut en avril dernier, la confiance des entrepreneurs sur la conjoncture recule en effet sérieusement. L’indicateur qui prend en compte les questions de confiance à l’égard de l’évolution de l’économie et d’appréciation de la situation actuelle est passé de 142 à 120. Il existe évidemment des contrastes entre les différentes tailles d’entreprise. Le niveau d’optimisme est bien plus bas dans les entreprises de 10 salariés ou plus que dans celles de moins de 10 salariés. Du côté des perspectives, la confiance est en baisse dans tous les domaines. La chute la plus spectaculaire concerne les projections pour l’économie française avec une baisse de 20 points passant de 75% à 55%. En ce qui concerne l’économie mondiale, la chute est de 11 points, passant de 69% à 58%. Les tensions relatives à la guerre commerciale pourraient affecter le moral des entrepreneurs. Enfin, les dirigeants interrogés sur les performances futures de leur propre entreprise se montrent légèrement moins pessimistes avec une baisse de 5 points (de 83 à 78%). Malgré ces différentes diminutions, l’état d’esprit des chefs d’entreprise demeure très bon rappelle l’institut de sondages. En dépit d’un léger recul, la part des chefs d’entreprise qui se déclarent confiants ou optimistes est toujours majoritaire (52% pour chacun de ces qualificatifs, respectivement -6 points et -3 points), « ce qui constitue dans les deux cas, leur second meilleur score depuis 2015″.

Sondage Macron : les patrons déçus

Sondage Macron : les patrons déçus

Selon le dernier baromètre CCI France/ La Tribune réalisé par OpinionWay, la satisfaction des patrons à l’égard du chef de l’État a perdu 34 points entre juin 2017 et mai 2018 (75% contre 41%). À l’inverse, le niveau d’insatisfaction est passé de 21% à 59% gagnant 38 points. Le ralentissement de la croissance et la hausse du chômage au cours du premier trimestre n’ont pas joué en faveur du locataire de l’Élysée alors que celui-ci avait profité d’une croissance en 2017 révisée dernièrement à 2,3%, un niveau jamais atteint depuis 2007. La multiplication des conflits sociaux relatifs à la SNCF, à la fonction publique ou encore à l’université semble avoir pesé sur le moral des dirigeants d’entreprise. Pour l’organisme de sondages, la satisfaction des patrons envers l’action de l’ancien ministre de l’Économie connaît  »un coup d’arrêt de même ampleur que celui observé durant l’été 2017. »  48% des personnes interrogées se déclarent désormais assez mécontentes et 11% très mécontentes de l’action de l’ancien banquier d’affaires. Dorénavant, la popularité du Président auprès des chefs d’entreprise n’est plus supérieure à celle mesurée auprès des Français.

Droits de douane US : les patrons allemand déçus de la rencontre de Merkel et de Macron avec Trump

Droits de douane US : les patrons allemand déçus de la rencontre de Merkel et de Macron avec Trump

Les patrons allemands n‘ont guère été sensibles l’opération de charme de Macron vis-à-vis de Trump, pas plus qu’à leurs « zamours » ou à la rencontre plus soft entre Merkel et le président américain. Ce qu’ils retiennent c’est que ni Macron, ni Merkel n’ont obtenu la moindre concession sur les futurs droits de douane américains. – Les milieux d’affaires allemands ont exprimé samedi leur déception après ces rencontres  faisant part de leurs craintes de voir l’administration américaine appliquer les tarifs douaniers annoncés sur les importations d’acier et d’aluminium. Washington avait décrété en mars l’adoption de droits de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium mais avait octroyé un moratoire à l’Union européenne jusqu’au 1er mai. “Je regrette que la visite de la chancelière à Washington n’ait produit aucun progrès tangible sur les questions contentieuses entre l’Allemagne et les Etats-Unis”, a déclaré Dierter Kempf, président de la fédération des industries allemandes (BDI). Lors de la conférence de presse commune avec la dirigeante allemande, Donald Trump s’est plaint du déficit commercial des Etats-Unis à l’égard de l’Union européenne. Lors de sa visite d’Etat de trois jours à Washington, le président français Emmanuel Macron a, lui aussi, plaidé en faveur d’un assouplissement de la position américaine. Aucun des deux dirigeants ne semble avoir convaincu Donald Trump. “Malheureusement, il semble que l’UE ne sera pas exemptée des droits de douane américains injustes”, a déploré Volker Treier de la chambre allemande de l’industrie et du commerce.

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Fuite des patrons à cause de la fiscalité : pas des centaines de milliers… 800 en 2015 !

Macron force un peu le trait pour justifier sa politique fiscale notamment la suppression de l’impôt sur la fortune. Des allègements fiscaux dont certains étaient nécessaires compte tenu du poids des prélèvements obligatoires en France ; mais qui ne sont cause du départ d’autant d’entreprises qu’indique Macron. Il ne s’agit pas de centaines de milliers de départ pour cause d’ISF mais de 8000 environ depuis 10 ans, soit de l’ordre de 800 par an et 754 en 2015 denier chiffre connu. C’est toujours trop évidemment mais c’est aussi à mettre en rapport avec les installations d’entreprises étrangères en France. Il faut aussi tenir compte du nombre total entreprise crées par an : autour de 500 000. Dans son premier budget, Emmanuel Macron a transformé l’ISF, l’impôt sur la fortune, en IFI, impôt sur la fortune immobilière. L’idée ? “On a gardé l’impôt sur la fortune quand il est investi dans l’immobilier, a expliqué le président de la République ce dimanche sur BFMTV. Mais on a enlevé l’impôt sur la fortune pour tout ce qui était investi dans l’économie.”

Sont maintenant exonérés : les yachts, voitures de luxe, mais aussi le livret A, assurance-vie et autres placements financiers. Seront-ils pour autant réinvestis par leurs détenteurs dans l’économie française, comme le souhaite le président ? “Non, vous n’avez aucune obligation de réinvestir, vous bénéficiez de cette exonération sans contrepartie” réplique Sabrina Atlan, avocate fiscaliste. D’ailleurs le président de la République le reconnaît. “Vous êtes sûr que cet argent n’ira pas dans la spéculation ? », l’a interrogé Edwy Plenel. Réponse :  »Je n’ai pas plus de garanties que vous… Et d’ailleurs dans la société, c’est pour ça qu’il faut constamment corriger les choses, il faut évaluer donc moi j’évaluerai dans deux ans.” Rendez-vous donc en 2020… Pour justifier sa réforme de l’ISF, Emmanuel Macron avance l’argument très approximatif  suivant. “Nous avions des centaines de milliers d’entrepreneurs qui vendaient leur entreprise et qui, parce qu’on les taxait à l’impôt sur la fortune alors même qu’ils voulaient réinvestir dans le pays, s’en allaient.”

 

Sondage confiance des patrons : tassement

Sondage confiance des patrons : tassement

 

Selon le cabinet Markit, l’indice qui synthétise l’activité dans les services ralentit pour le deuxième mois consécutif pour atteindre son plus bas niveau depuis août 2017. La même tendance est également visible dans l’industrie manufacturière. Ce fléchissement du secteur privé intervient alors le gouvernement traverse une séquence difficile. La grogne sociale s’envenime dans le monde du travail avec la multiplication des grèves dans des secteurs économiques majeurs, comme le transport aérien ou le rail. L’indicateur composite final de l’ensemble de l’activité (PMI) s’est établi à 56,3 points, a détaillé IHS Markit. Ce chiffre est légèrement supérieur à une première estimation publiée le 22 mars, qui évoquait un PMI à 56,2 points. Ce léger ralentissement s’explique principalement par une modération de la demande  Malgré ces signes de ralentissement, les entrepreneurs interrogés restent confiants sur les perspectives d’activité. Cet optimise repose avant tout sur des prévisions de forte croissance économique et de hausse des investissements. À ce sujet, la dernière note de conjoncture de l’Insee vient assombrir ces prévisions. En effet, les économistes de l’institut de statistiques envisagent un ralentissement de la croissance au cours du premier semestre marqué par une baisse du pouvoir d’achat des Français.

Moral des patrons : légère dégradation

Moral des patrons : légère dégradation

Une activité toujours assez dynamique mais qui se tasse au premier trimestre. En cause sans doute, la mauvaise appréciation de la baisse du pouvoir d’achat de début d’année sur le commerce de détail et plus généralement   la croissance. Les interrogations sur le commerce mondiales suite aux taxes Trump pèse aussi comme le climat social qui se dégrade. . Selon le dernier communiqué publié par l’Insee ce jeudi 22 mars, le  climat des affaires diminue légèrement au mois de mars. L’indice qui le synthétise calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, perd un point pour le troisième mois consécutif. Selon la dernière note de conjoncture de l’Insee, la hausse du PIB devrait s’établir à 0,4% au premier comme au deuxième trimestre. D’après les dernières prévisions de la Banque de France, la croissance devrait atteindre 1,9% sur l’ensemble de l’année, un niveau très proche de la croissance du PIB atteint en 2017 (2%). Selon les chefs d’industrie interrogés au cours du mois, la conjoncture dans l’industrie ralentit mais reste très favorable. « L’indicateur qui le synthétise perd un point, après deux en février. Il avait atteint en début d’année son plus haut niveau depuis dix-sept ans. À 111, il reste nettement au-dessus de sa moyenne de longue période (100). » Les patrons de l’industrie sont également moins optimistes qu’en février sur les perspectives de production. Les répondants considèrent que leurs carnets de commande sont moins remplis. Du côté du commerce de détail, la confiance des patrons s’érode un peu.  L’indicateur qui le synthétise perd deux points, à 113. Il reste largement supérieur à sa moyenne de longue période (100), qu’il atteint ou dépasse depuis février 2015. Concernant les perspectives, les chefs d’entreprise sont beaucoup moins nombreux qu’en février à prévoir un accroissement de leurs ventes et de leurs commandes à venir. Du côté des services, la confiance des entrepreneurs est relativement stable. D’après les patrons interrogés par le service de statistiques, le climat des affaires se stabilise à 107 après un recul de deux points le mois précédent. L’indicateur qui le synthétise reste bien supérieur à sa moyenne de long terme. Sur les perspectives générales, l’organisme de statistiques note un léger recul depuis le début de l’année.  La confiance des répondants dans le transport routier de marchandises demeure à des niveaux très élevés (115). En revanche, elle est en repli dans l’hébergement et la restauration. Le climat des affaires s’est amélioré dans le bâtiment, après un recul de deux points le mois précédent. « Les entrepreneurs sont bien plus nombreux qu’en février à indiquer avoir augmenté leurs effectifs au cours des trois derniers mois», précise l’Insee. Sur le front de l’emploi, les prévisions sont plutôt favorables. L’indice qui synthétise le climat de l’emploi est stable à 111,5, un niveau inédit depuis 2011.

 

Taxes américaines : les patrons américains contre

Taxes américaines : les patrons américains contre  

Pour Thomas Donohue, président de la Chambre de commerce des Etats-Unis, de telles mesures protectionnistes, constitueraient des “taxes néfastes pour les consommateurs américains”. Donald Trump envisage d’imposer des droits de douane sur 60 milliards de dollars (49 milliards d’euros) d’importations de produits chinois dans le domaine des technologies de l’information et des télécommunications. Le président américain compte aussi dresser des barrières face aux investissements des entreprises chinoises aux Etats-Unis. Thomas Donohue a déclaré que l’administration Trump avait raison de se concentrer sur l’impact négatif des pratiques commerciales et industrielles de la Chine mais que les tarifs douaniers étaient la mauvaise approche pour s’attaquer à ce problème. “Des droits de 30 milliards de dollars par an effaceraient plus d’un tiers des économies obtenues par les familles américaines avec le doublement de l’abattement prévu par la réforme fiscale”, affirme Thomas Donohue dans un communiqué publié jeudi. “Si ces droits atteignent 60 milliards de dollars, comme la rumeur le dit, l’impact serait encore plus dévastateur.” Il exhorte l’administration à ne pas s’engager dans cette voie. “Des droits de douane pourraient conduire à une guerre commerciale destructrice avec de graves conséquences pour la croissance économique des Etats-Unis et les créations d’emplois”, dit-il.

Moral patrons : tassement

Moral patrons : tassement

Le moral des patrons se situe toujours au dessous de sa moyenne de longue durée mais se tasse encore un peu en février. . D’après l’INSEE, le climat des affaires continue de reculer après avoir atteint des sommets en décembre dernier. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, perd deux points après un léger recul en janvier. À 109, il reste néanmoins bien au dessus de sa moyenne de long terme (100). La baisse de février a touché tous les secteurs, à l’exception du commerce de détail, dont l’indicateur est resté stable à 114. Pour Alex Gill, économiste chez IHS Markit, « la croissance ralentit en février dans le secteur privé français, les taux d’expansion de l’activité globale et des nouvelles affaires se repliant en effet chacun à un plus bas de quatre mois. » Les chefs d’entreprises dans l’industrie se montrent moins optimistes qu’en janvier dernier. Les soldes d’opinion des industriels sur leur production passée et sur leurs perspectives personnelles de production se replient en février. Ils sont également moins confiants sur les projections générales d’activité de production du secteur. L’indicateur de l’industrie manufacturière a perdu deux points à 112, son niveau de janvier ayant été révisé en hausse d’un point à 114, son niveau le plus haut depuis fin 2000. Les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 113. Du côté des services, les chefs d’entreprise interrogés ce mois-ci signalent que le climat des affaires est moins favorable que le mois précédent. L’indicateur qui le synthétise perd trois points après un premier recul de deux points le mois dernier. À 106, il reste cependant bien au-dessus de sa moyenne de long terme (100). Si la confiance des patrons dans le secteur des transports routiers de marchandises poursuit sa hausse, elle ralentit nettement (-3 points) dans le secteur de l’information-communication, ou dans le domaine des services administratifs et de soutien. Sur la majeure partie du mois de février, le climat de l’emploi est stable. L’indicateur s’élève à 109 pour le troisième mois consécutif, « bien au dessus de sa moyenne de 100 et au plus haut depuis août 2011. » Ce phénomène est également souligné par le cabinet Markit qui explique que « contrairement aux tendances observées pour l’activité et les nouvelles affaires, la croissance de l’emploi s’accélère en janvier ».

Moral patrons : tassement

Moral patrons : tassement

Le moral des patrons se situe toujours au dessous de sa moyenne de longue durée mais se tasse encore un peu en février. . D’après l’INSEE, le climat des affaires continue de reculer après avoir atteint des sommets en décembre dernier. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, perd deux points après un léger recul en janvier. À 109, il reste néanmoins bien au dessus de sa moyenne de long terme (100). La baisse de février a touché tous les secteurs, à l’exception du commerce de détail, dont l’indicateur est resté stable à 114. Pour Alex Gill, économiste chez IHS Markit, « la croissance ralentit en février dans le secteur privé français, les taux d’expansion de l’activité globale et des nouvelles affaires se repliant en effet chacun à un plus bas de quatre mois. » Les chefs d’entreprises dans l’industrie se montrent moins optimistes qu’en janvier dernier. Les soldes d’opinion des industriels sur leur production passée et sur leurs perspectives personnelles de production se replient en février. Ils sont également moins confiants sur les projections générales d’activité de production du secteur. L’indicateur de l’industrie manufacturière a perdu deux points à 112, son niveau de janvier ayant été révisé en hausse d’un point à 114, son niveau le plus haut depuis fin 2000. Les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 113. Du côté des services, les chefs d’entreprise interrogés ce mois-ci signalent que le climat des affaires est moins favorable que le mois précédent. L’indicateur qui le synthétise perd trois points après un premier recul de deux points le mois dernier. À 106, il reste cependant bien au-dessus de sa moyenne de long terme (100). Si la confiance des patrons dans le secteur des transports routiers de marchandises poursuit sa hausse, elle ralentit nettement (-3 points) dans le secteur de l’information-communication, ou dans le domaine des services administratifs et de soutien. Sur la majeure partie du mois de février, le climat de l’emploi est stable. L’indicateur s’élève à 109 pour le troisième mois consécutif, « bien au dessus de sa moyenne de 100 et au plus haut depuis août 2011. » Ce phénomène est également souligné par le cabinet Markit qui explique que « contrairement aux tendances observées pour l’activité et les nouvelles affaires, la croissance de l’emploi s’accélère en janvier ».

Moral des patrons de l’Industrie manufacturière : hausse

Moral des patrons de l’Industrie manufacturière : hausse

Selon l’indice PMI Markit publié ce jeudi 1er février, la confiance des entreprises a atteint son plus haut niveau depuis le début de la collecte des données en 2012.  La forte croissance du secteur manufacturier s’est poursuivie en janvier, la  production et les nouvelles commandes ont enregistré des taux d’expansion « historiquement élevés ». La bonne santé du secteur repose en grande partie sur une forte augmentation de la demande. « Le volume global des nouvelles commandes enregistre en janvier l’une de ses plus fortes hausses depuis 2010, malgré un repli du taux d’expansion par rapport à décembre ». L’autre bonne nouvelle pour le commerce extérieur est que les personnes interrogées par Markit indiquent que la hausse de la demande concerne aussi bien le marché intérieur que les marchés à l’export, « les nouvelles commandes à l’export enregistrant l’une de leur plus fortes expansions depuis 7 ans ». D’après les derniers résultats de Markit, cette embellie s’accompagne d’une hausse des prix des achats qui « atteint un plus haut de 9 mois, tendance que les répondants attribuent au renchérissement des matières premières, notamment l’acier, le cuivre et le papier. » Cette hausse des coûts a été répercutée en partie sur les prix de vente, marquant ainsi une accélération de l’inflation. Malgré une conjoncture favorable, les récents chiffres de la direction générale des entreprises publiés en décembre rappellent que l’industrie demeure un secteur sinistré.  Entre 2000 et 2016, le poids de l’industrie dans l’économie française est passé de 16,5% à 12,5% du produit intérieur brut. Du côté de l’industrie manufacturière, l’évolution est quasi similaire à celle de l’industrie en général.

Moral petits patrons : toujours en hausse

Moral petits patrons : toujours en hausse

Moral toujours en hausse chez les petits patrons, une hausse qui diverge de celle des salariés et des ménages moins optimistes. Mais cette progression laisse présager une très bonne tenue des investissements qui font l’emploi de demain. Selon l’observatoire OpinionWay en En janvier, la proportion de patrons de PME et ETI se déclarant confiants pour les perspectives d’activité à six mois de leur propre entreprise a progressé d’un point, à 88%, soit seulement un point de moins que son plus haut historique de septembre. Concernant l’économie française, le niveau de confiance des patrons interrogés s’adjuge quatre points, à 87%, un plus haut depuis la création du baromètre en 2010. Cet indicateur, qui ne s’élevait qu’à 56% en janvier 2017, a bondi dans le sillage des élections présidentielle et législatives et s’est consolidé à un haut niveau au cours du second semestre 2017. La confiance des dirigeants de PME et ETI dans les perspectives de l’économie mondiale, s’est nettement redressée : après un plongeon de quatre points en décembre, elle gagne neuf points, à 83%.

Sondage patrons PME : confiance en hausse

Sondage patrons PME : confiance en hausse

 

L‘indicateur de confiance de BPI France toujours en hausse  à +31, gagnant neuf points sur un an pour s‘inscrire nettement au-dessus de sa moyenne de long terme (+18) et se rapprocher de son niveau de 2007 (+33). Quasiment tous les secteurs d’activité anticipent une progression de leur chiffre d’affaires cette année à l‘exception du tourisme après l’embellie enregistrée par ce secteur en 2017. Les PME exportatrices sont également confiantes dans l’avenir et, comme à l’accoutumée, les entreprises innovantes ont des anticipations de croissance très au-dessus de la moyenne (solde d’opinion à +49). Dans ce contexte, les embauches devraient s’accélérer en 2018. L’indicateur prévisionnel de l’emploi progresse de 7 points en un an et s’établit à +21. Les effectifs sont prévus en augmentation dans tous les secteurs d’activité, plus fortement dans la construction où l’indicateur gagne 18 points en 1 an (solde à +20). Avec des carnets de commandes toujours bien orientés et des conditions de financement qui restent très favorables, les PME anticipent une nouvelle année dynamique en termes d’investissement. Fin 2017, 46% des entreprises envisageaient d‘investir au cours de l‘année à venir, soit deux points de plus qu’à fin 2016. L’indicateur prévisionnel du volume d’investissement progresse par ailleurs d’un point sur un an à +15, dépassant sa moyenne de long terme (+14), grâce pour l‘essentiel aux PMI. L‘enquête Bpifrance Le Lab a été réalisée auprès de 29.400 entreprises de un à 249 salariés interrogés début novembre, par voie postale ou numérique, l’analyse s’appuyant sur un échantillon de 4.290 réponses reçues avant le 5 décembre.

Moral Industrie : patrons optimistes

Moral Industrie : patrons  optimistes

 

Selon l’enquête d’opinion de la Banque de France  réalisée auprès des chefs d’entreprise, la production industrielle a fortement accéléré en décembre. Tous les secteurs sont concernés et en particulier l’automobile, les équipements électriques et les produits pharmaceutiques. Du côté des carnets de commande, le solde d’opinion ne cesse de se redresser depuis décembre 2015.  »Les livraisons et les prises de commandes, y compris étrangères, s’accroissent vivement. » Le taux d’utilisation de capacité des productions a progressé de 0,7 point par rapport à novembre pour s’inscrire à 81,7%, le niveau le plus haut depuis mai 2008. Pour le mois de janvier, les industriels s’attendent à une nouvelle hausse de leur production en janvier mais à un rythme moins prononcé. Les résultats de la Banque de France confirment ceux de l’Insee qui n’a pas encore publié de résultats pour décembre mais vient de confirmer une tendance favorable sur plusieurs mois. Si les économistes de l’institut de statistiques français ont noté que la production manufacturière s’était repliée en novembre, ils soulignent également que sur un an cette production est en forte hausse (+4,4 %). Elle est particulièrement dynamique dans les matériels de transport (+9%) et les biens d’équipement (+5,3%).

Sondage réformes Macron : 65% des patrons pour

Sondage réformes Macron : 65% des patrons pour

Des patrons plus optimistes nettement en faveur des reformes de Macron mais  pas encore vraiment décidés à embaucher. Ce que révèle  le sondage  Odoxa pour l’assureur Aviva, 6 % des patrons interrogés se déclarent confiants dans l’avenir de la France, soit une progression de 28 points par rapport à 2016. Un optimisme qui rejaillit sur leurs propres perspectives, 59 % (+ 21 points) étant confiants sur le futur de leur activité. Concernant la réforme du Code du travail, 65 % des entrepreneurs la jugent bonne, 64 % pensent qu’elle augmentera la compétitivité de la France et 60 % qu’elle favorisera l’emploi. Sans surprise, ils plébiscitent (à 81 %) la possibilité pour les petites entreprises de conclure un accord avec un représentant du personnel en dehors des syndicats. Malgré ce regain d’optimisme, 12 % seulement des entrepreneurs se disent prêts à recruter dans les six prochains mois des salariés qu’ils n’auraient pas embauchés sans la réforme. Dans 45 %, ils jugent une baisse des cotisations patronales comme plus incitative. Concernant le plan pour l’investissement et la croissance des entreprises, présenté par Édouard Philippe, baisser progressivement le taux d’impôt sur les sociétés de 33 % à 25 % est efficace pour 87 % des entrepreneurs sondés, comme la transformation du CICE en allégement de cotisations patronales (73 %). En revanche, 53 % d’entre eux jugent inefficace l’instauration d’un prélèvement forfaitaire unique de 30 % sur le revenu du capital et 60 % la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI) en l’appliquant désormais aux seuls patrimoines immobiliers supérieurs à 1,3 million d’euros.

Les patrons contre l’impôt à la source

Les patrons contre  l’impôt à la source

Les patrons sont clairement contre l’impôt à la source. Plusieurs régions à cela. D’abord le coût de l’opération qui  sera porté par les entreprises, un coup pouvant dépasser les 400 millions d’euros. La seconde raison est liée à l’alourdissement des formalités administratives imposées aux entreprises qui considèrent que ce n’est pas leur rôle de prélever l’impôt sur les revenus. Dernier élément et non des moindres, la perception de l’impôt sur les revenus par les entreprises mécaniquement fera baisser le salaire net perçu par les salariés. Il faudra alors gérer une pédagogie difficile pour expliquer à ces salariés leur baisse de rémunération. Notons aussi que si certaines grandes entreprises disposent de superstructures pourront absorber cette nouvelle disposition administrative et fiscale :  par contre  nombre de PME ne disposeront pas des moyens nécessaires et devront sans doute sous-traiter la gestion de ces opérations ce qui entraînera des coûts supplémentaires.  « Il en coûtera chaque année 3 fois plus cher par salarié à une TPE qu’à un grand groupe »… du fait de l’effet d’échelle estime les représentants des PME. Au Medef, on souligne aussi le flou du dispositif qui risque de faire s’arracher les cheveux des employeurs. Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef en charge du pole Economie explique : « Imaginons qu’une entreprise embauche un CDD. Le premier mois, il faudra d’abord lui appliquer un taux neutre, puis le deuxième mois, une fois qu’il aura perçu un premier salaire, on lui appliquera un taux personnalisé. Puis, si le salarié fini son CDD, en fonction de sa situation après, il recevra peut-être un rappel d’impôt. C’est trop compliqué. » À noter aussi que du faîte de l’intégration de l’impôt sur les revenus, les salariés d’une même qualification dans un même poste pourraient avoir des salaires nets différents.   »les salariés au même poste et gagnant le même salaire vont se retrouver avec un net différent en fonction du taux personnalisé appliqué qui va dépendre de leur situation familiale notamment. Cela risque de générer de l’incompréhension et de conduire à des revendications salariales » estime le Medef. Au lieu de l’impôt à la source les patrons préféreraient la généralisation de la mensualisation de l’impôt « Car, explique le président du Medef, la mission d’une entreprise c’est de créer, produire et vendre, pas de prélever l’impôt ». Du côté de la CPME, on craint les amendes prévues pour les chefs d’entreprise qui n’auront pas respecté l’obligation de confidentialité (divulgation du taux d’imposition applicable au salarié) « pourtant quasiment impossible à garantir dans une TPE ou une PME » et l’on regrette que les gouvernements n’aient  pas étudié la piste des banques pour le prélèvement à la source.

Racisme : Des grands patrons lâchent Trump après Charlottesville

Racisme : Des grands patrons lâchent Trump après Charlottesville

 

La réaction très tardive de Trump  après les violences racistes de Charlottesville a provoqué la rupture entre le président américain et certain grand patrons. Il aura fallu l’insistance des conseillers de Trump pour que ce dernier consente enfin à condamner avec fermeté les racistes blancs dont ceux du Ku Klux Klan et ceux d’organisations néonazies. Cette réaction tardive s’explique par le fait que nombre de petits blancs racistes constituent  la base électorale de Trump  qui toujours aussi provocateur  a pris acte des démissions en positivement considérant que cela lui donnerait davantage de temps pour faire baisser le prix des médicaments ! Les patrons de plusieurs grandes entreprises américaines ont démissionné lundi d’une commission consultative auprès de l’administration des Etats-Unis, après la réaction jugée trop faible et tardive de Donald Trump à la suite du rassemblement de l’extrême droite américaine au cours du week-end en Virginie. Tour à tour, le directeur général du laboratoire pharmaceutique Merck, Kenneth Frazier, celui de l’équipementier sportif Under Armour, Kevin Plank, et celui du géant des semi-conducteurs Intel, Brian Krzanich, ont annoncé qu’ils quittaient cette instance, le Manufacturing Council. La confédération syndicale AFL-CIO, qui représente 12,5 millions de travailleurs, a pour sa part déclaré qu’elle envisageait de retirer son représentant dans ce comité consultatif. Le rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville a coûté la vie samedi à une contre-manifestante, tuée par un automobiliste, un homme de 20 ans soupçonné de sympathies nazies, ayant précipité sa voiture dans la foule. Donald Trump a jugé dans un premier temps que les responsabilités étaient partagées dans ces violences. Vivement critiqué pour cette déclaration, le président américain a tenté lundi de rectifier le tir en qualifiant les néo-nazis et le Ku Klux Klan de criminels. Kenneth Frazier a annoncé qu’il quittait le Manufacturing Council en raison de la nécessité de « s’élever contre l’intolérance et l’extrémisme ». « Les dirigeants américains doivent honorer nos valeurs fondamentales en rejetant clairement les expressions de haine, de sectarisme et de suprématie d’un groupe qui vont à l’encontre de l’idéal américain selon lequel nous naissons tous égaux », a dit le patron de Merck, lui-même noir.

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol