Archive pour le Tag 'patrimoine'

Page 3 sur 3

Députés : le PS se rallie à la transparence du patrimoine

Députés : le PS se rallie à la transparence du patrimoine

 

Les députés socialistes, scandalisés pour la plupart à l’idée de dévoiler leur patrimoine, ont assoupli mardi leur position, renvoyant à la future Haute autorité de contrôle le soin de fixer les règles de la transparence voulue par l’exécutif. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et ses ministres ont rendu publics lundi leurs patrimoines respectifs près de deux semaines après l’affaire Jérôme Cahuzac, au nom de la « moralisation » de la vie publique. « La transparence s’impose. Elle s’est imposée hier pour les ministres. Il n’y a pas de raison qu’elle ne touche pas demain les parlementaires », a expliqué Thierry Mandon, porte-parole du groupe PS de l’Assemblée, lors de son point de presse hebdomadaire. Un changement de ton du député de l’Essonne qui s’était inquiété du « chemin à trouver entre la transparence indispensable et le respect de la vie privée ». Le président de l’Assemblée, Claude Bartolone, s’est démarqué de François Hollande et Jean-Marc Ayrault en exprimant à plusieurs reprises ses réserves sur le futur projet de loi qui prévoit une déclaration de patrimoine obligatoire pour les élus. Mais le gouvernement a appelé mardi les élus à surmonter leurs réticences pour accompagner l’exercice. « Il faut aller jusqu’au bout de cette transparence et les élus doivent se rendre compte qu’ils doivent eux aussi être exemplaires », a dit le ministre de l’Intérieur Manuel Valls. « Il faut bien prendre conscience du choc provoqué par l’attitude de Jérôme Cahuzac, par la défiance des Français (…) vis-à-vis des responsables publics », a-t-il ajouté sur RTL. Manuel Valls semble avoir été entendu, même si le PS pose des conditions. « Il faut faire des modalités de publicité des patrimoines un objet de consensus. Il faut donc fabriquer sur tous les bancs de cette assemblée, à commencer dans le groupe socialiste, des règles qui aillent à tout le monde », a dit Thierry Mandon. « Il ne s’agit pas d’imposer à des parlementaires des règles en donnant le sentiment qu’ils s’y opposent ou qu’ils freinent. « Nous avons une proposition: nous pensons que c’est à la Haute autorité indépendante, qui va être nommée demain (mercredi) pour gérer ces déclarations de patrimoine, qu’il appartiendra de définir les modalités de la publicité de ces déclarations », a ajouté l’élu. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a pour sa part opposé une fin de non-recevoir à la proposition gouvernementale de publication du patrimoine des parlementaires. « Nous sommes totalement contre. Je pense que la loi ne sera pas votée, si je vois ce qui se passe au groupe socialiste. J’ai le sentiment que le groupe PS est très partagé pour des raisons de bon sens », a-t-il estimé lors d’un point de presse. « Que l’on renforce les contrôles, les sanctions, tout cela, on peut en discuter tranquillement à froid. Simplement à chaud, cautionner une opération de diversion, on n’est pas là pour ça. » L’initiative gouvernementale, a-t-il répété, « relève du voyeurisme ». « Ça flatte ce qu’il y a de moins élégant et ça n’apporte aucune réponse à la situation dans laquelle on est ». Un avis que partage le centriste Jean-Christophe Lagarde, le porte-parole du groupe UDI. « Ceux qui veulent la publication du patrimoine voudront demain la publication des revenus, après-demain des héritages. Ça n’a pas de sens », a-t-il jugé en se déclarant favorable à la publication du patrimoine devant la Haute autorité, qui vérifiera les données fournies.

 

Patrimoine politique : le grand décalage avec les français

Patrimoine politique : le grand décalage avec les français

 

 8 ministres socialistes  millionaires:  la déclaration du patrimoine des ministres va constituer une journée de deuil démocratique ; en cause, la découverte que la classe politique n’est pas représentative des français ( 8 ministres socialistes ) millionaires ; Pourtant on va sous-évaluer ces patrimoines par exemple avec des valeurs d’estimation très approximative de l’immobilier ( genre en valeur d’achat au lieu de la valeur du marché, en ne prenant pas en compte le patrimoine redistribué sur la famille, les parts de sociétés, voire les comptes à l’étranger ou encore les objets d’art et les bijoux). Pourquoi un deuil démocratique ? Parce qu’en réalité en dépit de leurs déclarations les politiques sont globalement riches ;  par héritage, par situation professionnelle et aussi grâce aux revenus d’élus. Un député maire touche en effet de l’ordre de 20 000 euros mensuels (avec un attaché parlementaire) plus de nombreux avantages. Alors que le salaire moyen en France est de 1600 euros mensuels environ ; le montant moyen d’ une retraite au régime général es de 1000 euros environ. Le montant moyen du patrimoine des français est de l’ordre de 230 000 euros par ménage (donc moins de 100 000 euros par individu si on compte les adulte autre que les parents). La politique rapporte donc, d’autant qu’on a transformé le service démocratique qui ne devrait durer que quelques années en véritable carrière. Hollande pour masquer l’affaire Cahuzac a mis le doigt dans l’engrenage fatal du discrédit de la classe politique. Comment, un élu disposant d’au moins 20 000 euros par mois pourrait comprendre les réalités de la vie quotidienne d’un smicard, ou  d’un chômeur. C’est tout le drame de la démocratie et qui ne concerne malheureusement pas que la France. Dans un autre temps, on pourrait ignorer la richesse des élus mais dans une période caractérisée par une crise d’une telle ampleur ce n’est pas possible. D’une part pour des motifs de justice sociale mais surtout pour l’incapacité de nos élus à comprendre la problématique économique et sociale de ceux qu’ils sont censés représenter. Du coup, leurs orientations sont essentiellement fondées sur ce que pensent les élites qui n’ont aucune capacité à comprendre les conséquences de l’austérité, du chômage et de la pauvreté.

Patrimoine ministres : vite un fonds d’aide sociale pour les ministres désargentés

Patrimoine ministres : vite un fonds d’aide sociale pour les ministres désargentés

 

Des vieilles voitures, un combi de 1998, des comptes à découverts, des emprunts, des soldes bancaires de moins de 500 euros, une vieille moto, un fauteuil, un bateau Bénéteau démâté à 2000 euros, un scooter ancien, il y a de quoi être scandalisé par l’extrême dénuement de nos ministres ; en tout cas si on se fie à leurs déclarations de patrimoines. De quoi justifier l’urgence d’un fonds spécial de solidarité avec ces démunis qui ont du faire les fonds de tiroir pour énumérer tout ce qui pouvait n ‘avoir qu’une valeur dérisoire pour ne pas dire ridicule. Il y a bien 8 millionnaires dont Michèle Delaunay mais qui possède 11 comptes bancaires de moins de 500 euros (sur 23 comptes bancaires, quand même). Finalement une belle opération enfumage pour masquer l’affaire Cahuzac ; enfumage aussi parce ces déclarations sont pour le moins aussi mal ficelée que la politique économique.

Patrimoine : un président et 8 ministres socialistes millionnaires

Patrimoine : un président et 8 ministres socialistes millionnaires

 

Ces déclarations font apparaître huit ministres « millionnaires », parfois en ajoutant les avoirs de leur conjoint: Laurent Fabius, Michèle Delaunay, Jean-Marc Ayrault, Michel Sapin, Marisol Touraine, Victorin Lurel, Valérie Fourneyron et George Pau-Langevin.  Prévu à 17H00, c’est finalement une heure plus tard que les services de Matignon ont mis en ligne sur le site www.declarations-patrimoine.gouvernement.fr les 38 déclarations de patrimoine. Ces déclarations avaient été regroupées ces derniers jours et numérisées par le Service d’information du gouvernement (SIG).  La déclaration recense tous les biens mobiliers et immobiliers, les véhicules, comptes bancaires, emprunts, assurances-vie, ainsi que les oeuvres d’arts et les bijoux, même s’ils ne sont pas précisés en tant que tels. En revanche n’y figurent pas les déclarations de revenus.  Les ministres, pour certains à reculons, ont dû se plier à cette exigence de François Hollande et Jean-Marc Ayrault qui tentent d’éteindre l’incendie Cahuzac et de reprendre la main après une séquence désastreuse.  Le projet de loi, qui sera examiné le 24 avril en Conseil des ministres, devrait étendre cette obligation à l’ensemble des parlementaires, des membres des cabinets ministériels, présidents de collectivités territoriales et directeurs d’administration centrale.  Parmi les ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Michèle Delaunay (Personnes âgées) ont déclaré les patrimoines les plus élevés. L’ex-Premier ministre déclare un peu plus de 6 millions d’euros de patrimoine, dont des biens immobiliers d’une valeur supérieure au total à 3 millions d’euros. Mme Delaunay avait quant à elle pris les devants en annonçant un patrimoine de 5,4 millions d’euros, à 80% des biens immobiliers.  Le Premier ministre possède deux maisons, une en Loire-Atlantique et une dans le Morbihan, ainsi qu’un garage à Nantes d’un coût de 20.000 euros. Propriétaire d’un combi Volkswagen acheté en 1988, évalué à 1.000 euros, le chef du gouvernement a aussi contracté plusieurs crédits à la consommation. Son patrimoine s’élève à 1,55 million d’euros.  Quant à Michel Sapin (Travail), il a déclaré plusieurs maisons et appartements à Paris, sur l’île d’Yeu ou encore à Argenton-sur-Creuse, son fief familial. Le total de son patrimoine s’élève à 2,15 millions.  La garde des Sceaux, Christiane Taubira, dispose de plusieurs biens immobiliers en Guyane et de trois vélos. Son collègue de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a pour sa part deux maisons, ainsi qu’une moto BMW évaluée à 300 euros. Manuel Valls (Intérieur) ne dispose sur son compte courant à la BNP que de 108,71 euros.  Les ministres plus jeunes, comme Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes), déclarent moins de biens. La porte-parole du gouvernement a ainsi un scooter Piaggio 50 cm3 et un contrat d’assurance-vie.  Contrairement à ses 38 ministres, François Hollande n’a pas eu à publier son patrimoine, celui-ci ayant déjà été déclaré il y a un an, à l’occasion de l’élection présidentielle.  Selon cette « déclaration de situation patrimoniale », publiée au Journal officiel du 11 mai 2012, le patrimoine du chef de l’Etat s’élève à 1,17 million d’euros, soit un montant inférieur au seuil de l’impôt sur la fortune, qui s’applique à partir de 1,3 million.

 

Patrimoine Delaunay : « déclaration de patrimoine à 5.4 millions, une épreuve » !

 

Patrimoine Delaunay : « déclaration de patrimoine à 5.4 millions, une épreuve » !

 

On comprend que pour la Ministre Delaunay ce soit une éprouve car les retraités dont elle est supposée s’occuper touche en moyenne au régime général autour de 1000 euros environ par mois ; beaucoup sont autour de 75O euros. La Ministre « socialiste » se justifie donc « C’est un patrimoine très important. Et difficilement compréhensible de la majorité des Français qui sont dans la difficulté » (…) « Sachant le contexte politique très tendu, c’est pour moi une épreuve au premier sens du terme ». En dévoilant lundi dans Sud Ouest son patrimoine estimé à 5,4 millions d’euros, la ministre en charge des Personnes âgées, Michèle Delaunay se préparait visiblement à susciter des interrogations, voire des réactions franchement hostiles. Elle a pu le constater d’elle-même, via Twitter.

 

Patrimoine ministres : que des vieilles voitures !

Patrimoine ministres : que des vieilles voitures !

Bientôt une prime à la casse pour les ministres, c’est possible, en tout cas nécessaire car nos ministres possèdent surtout de vieilles voitues ! Deux raisons, la première ils se font véhiculés aux frais de la princesse par des voitures de fonction, le seconde s’il possède une voiture récente, elle n’est pas à leur nom. Sur les 38 membres du gouvernement, 25 ministres se déclarent en possession d’au moins une voiture. C’est proportionnellement moins que l’équipement automobile des Français : d’après l’Insee, 83,5% des ménages sont motorisés. Plus de la moitié des voitures (58,9%) ont été achetées d’occasion. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a déclaré deux véhicules, une Renault Clio âgée de 20 ans et une Peugeot 206 âgée de 14 ans. Soit nettement plus que la moyenne d’âge des véhicules que possèdent les ménages français (8 ans).

 

Patrimoine gouvernement : inventaire à la Prévert

Patrimoine gouvernement : inventaire à la Prévert

• Le plus riche : Laurent Fabius. Chez les millionnaires du gouvernement, c’est Laurent Fabius qui arrive en tête, avec une fortune estimée à 6,04 millions d’euros. Le célèbre collectionneur d’art possède notamment trois biens immobiliers d’environ 4 millions d’euros et 1,2 millions d’euros de participation dans la maison d’enchères Piasa. Cela n’empêche pas le ministre des Affaires étrangères d’avoir un compte HSBC déficitaire de 30.716 euros…

• La plus « modeste » : Yamina Benguigui. La ministre déléguée à la francophonie est la plus « modeste » du gouvernement avec un patrimoine estimé à 90.200 euros. Elle fait partie des quatre ministres (avec Vallaud-Belkacem, Batho et Escoffier) à ne pas être propriétaire immobilier. La réalisatrice se démarque aussi par son PEA (80 euros) et ses cinq comptes bancaires sur lesquels sont placés 199 euros. En revanche, Yamina Benguigui possède 39,62% (estimées au total à 75.000 euros) de la SAS Elemiah, spécialisée dans la production de programmes télévisés. Elle est suivie de très près par Fleur Pellerin, dont le patrimoine est estimé à 91.100 euros.

• La plus « écureuil » : Michèle Delaunay. Deuxième du classement des patrimoines de ministres, Michèle Delaunay compte surtout une grosse épargne, avec 887.000 euros répartis sur… 23 comptes ! Dans le détail, elle en possède douze au Crédit agricole, six à la Société générale et cinq à la BNP. Et si trois d’entre eux sont bien fournis – au-dessus de 100.000 euros – 11 d’entre eux comptent moins de 500 euros.

• Le plus boursicoteur : Fabius et Delaunay. Sans surprise, les plus riches sont aussi ceux qui ont le plus d’argent en bourse. Avec 1,28 million d’euros d’actions, Laurent Fabius remporte la palme, devant, donc, Michèle Delaunay et ses dix placements d’un montant total d’1,1 million. Seize ministres possèdent également une ou plusieurs assurances-vie.

• Les plus « bagnoles » : Kader Arif et George Pau-Langevin. Les deux ministres délégués s’imposent sur le nombre. Car sur la valeur, on se rend compte que les ministres ne sont pas très collectionneurs en matière d’auto. Kader Arif possède trois voitures (une Renault Clio, une Renault Twingo et une Suzuki Splash) et un scooter Sym estimés au total à environ 17.000 euros. George Pau-Langevin, elle, possède une Renault Mégane, une Renault Clio et une Citroën C1. Dans l’ensemble, les ministres sont raccord avec les Français « moyens ». Voiture la plus vendue encore en 2012, la Renault Clio est aussi la plus représentée chez les ministres. Six d’entre eux la possèdent, devant la 407 Peugeot (cinq ministres) et la Renault Mégane (quatre ministres).

• Les plus décalés : Ayrault, Taubira et Lebranchu. La déclaration de patrimoine donne lieu à des confessions surprenantes. Après Eva Joly et ses kayak, les ministres se sont aussi laissés aller à des confessions légères. On apprend ainsi que Jean-Marc Ayrault possède un Combi Volkswagen, que Christiane Taubira a dépensé 900 euros pour trois vélos, et que Stéphane Le Foll est l’heureux propriétaire d’une moto BMW 650 GS estimée à 300 euros. De son côté, Marylise Lebranchu confie posséder un bateau Bénéteau, acquis en 2010 contre 2.000 euros… Surprenant quand on voit sur le site de la marque qu’aucun bateau n’est vendu en-dessous de 20.000 euros

 

Patrimoine : la « cagnotte » parlementaire en cause

Patrimoine : la « cagnotte »  parlementaire en cause

 

. Depuis l’an dernier, 130 000 euros sont attribués à chaque député, quelle que soit son étiquette politique. Les patrons de groupe reçoivent 260 000 euros, et le président de l’Assemblée Nationale perçoit 520 000 euros. Le dispositif fait l’objet de nombreuses critiques sur son opacité. Claude Bartolone, le président de l’Assemblée, a annoncé la publication d’ici à la fin de l’année des organismes bénéficiaires de la générosité des députés. Près de 130 élus ont devancé l’appel, faisant la transparence sur l’utilisation de leur manne. René Dosière, député PS de l’Aisne spécialiste des finances publiques, est bien évidemment pour la suppression de cette enveloppe. « Le plus simple, explique-t-il, c’est de la supprimer. On peut créer une association donc on est le président. On peut financer une collectivité dont on est le maire. Donc on voit que les critères n’étant pas bien bordés, cette réserve parlementaire conduit à beaucoup de critiques. Donc je pense que le plus simple est effectivement la suppression ». Ce n’est pas le même avis du côté de l’UMP où le député de la Manche Philippe Gosselin, milite pour le maintien de cette enveloppe qu’il juge indispensable. « J’aide la banque alimentaire, des associations culturelles, des restaurations de patrimoine ou des petites collectivités locales qui ont des petits projets qui ne sont pas financés par ailleurs. Donc abandonner la réserve parlementaire, c’est abandonner certaines associations et collectivités sur le bas-côté et ne pas permettre qu’elles réalisent un certain nombre de projets et c’est bien dommage ».

Patrimoine, Filon ouvre un cabinet conseil »J

Patrimoine, Filon ouvre un cabinet conseil »J

 

Bruno Le Roux, au Grand jury RTL/Le Figaro/LCI.   »Vous savez moi, les députés qui, ouvrent pendant leur temps d’activité, des cabinets de conseil, ça m’interroge. Si c’est un cabinet de conseil pour conseiller les touristes qui viennent en France sur les meilleurs lacs de la Sarthe pour aller pêcher, le conflit d’intérêt est minime… Mais on peut imaginer qu’il s’agisse là de mettre une relations entre le carnet d’adresses qui est le sien, les responsabilités qui sont les siennes et un certain nombre de conseils », a ajouté Bruno Le Roux.  Interrogé dimanche lors du Grand Rendez-Vous Europe1/i-Télé/Le Parisien sur l’absence de référence à sa société de conseil, 2F Conseil, créée en juin, dans sa déclaration de patrimoine, François Fillon a répondu qu’elle était mentionnée dans sa déclaration d’intérêts. « Elle ne pouvait pas l’être dans une déclaration de patrimoine qui date du mois de juin pour une raison très simple : elle n’avait pas encore de chiffre d’affaires. Quand elle en aura, elle sera dans la déclaration de patrimoine que je ferai en fin de mandat », a-t-il dit. « Je n’ai pas l’intention de déclarer mon patrimoine toutes les semaines », a-t-il lancé. « J »ai toujours exercé, jusqu’à la création de cette société de conseil, une activité purement politique », a-t-il ajouté.

Sondage patrimoine politique : 63% pour

Sondage patrimoine politique : 63% pour

 

Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s’ils apprenaient qu’un ministre ou un député était très riche, selon un sondage* IFOP dans le Journal du Dimanche.Invitées à réagir au futur projet de loi qui, rappelle la question posée, « prévoit pour les ministres, parlementaires et présidents de conseils généraux et régionaux l’obligation de rendre public leur patrimoine », 63% répondent que « c’est une mesure nécessaire pour garantir la transparence dans une démocratie moderne », contre 36% qui jugent que « c’est une dérive malsaine qui ressemble à du voyeurisme » (1% sans opinion). Si les sympathisants de gauche et du FN approuvent cette mesure, 51% de ceux de l’UMP y sont opposés.

 

Patrimoine : en slip ? Non à poil !

Patrimoine : en slip ? Non à poil !

 

C’est la grande trouille à droite comme à gauche, ici on s’oppose à la liste du patrimoine ; là on est d’accord mais sans publication, pour d’autres encore il ne faut pas parler des biens « familiaux »‘ (sous- entendu le patrimoine dissimulé au nom du conjoint, des enfants ou d’autres); Ces clivages traversent presque toutes les tendances  politiques. L e grand déballage sème la peur, simplement parce que es élus craignent l’effet de surprise chez les électeurs. La plupart des élus sont riches, beaucoup plus riches  en moyenne que les français qu’ils sont chargés   de représenter. C’est ce grand décalage qui va apparaitre en plus de quelques doutes sur les conditions d’acquisition de certains patrimoines. Compte tenu de leur niveau de rémunération et de leur patrimoine, la plupart des élus ont perdu tout sens des réalités économiques et sociales. Facile alors d’exiger des plus pauvres et de ceux qui ne peuvent rien dissimuler  de l’austérité encore de l’austérité ;  au nom d’une logique économique qu’ils seraient incapable d’expliquer et qui conduit toute l’Europe dans le mur.  Il est vrai que la carrière politique est grassement rémunérée au regard des compétences et du travail fourni ‘ ( 10 à 20 000 euros par mois). En effet  Un député gagne 7100,15 euros brut par mois, soit 5287,31 euros net mensuel selon les derniers chiffres au 1er juillet 2010. Mais le salaire d’un député ne constitue que le tiers de ce que l’Etat lui verse.   Car en plus de son salaire, le député perçoit une première indemnité dite « de frais de mandat » de 6 412 euros brut. Cette indemnité est censée être utilisée pour les « diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’Assemblée ». Puisqu’il s’agit d’une indemnité, elle est non imposable. Avec cette somme, les députés sont donc censés couvrir toutes leurs dépenses de représentations: déplacement sur le terrain, costumes et autres frais divers.   A cela s’ajoute également un crédit de 9138 euros par mois destiné à la rémunération des collaborateurs. Les députés payent ainsi des collaborateurs qui les aident dans leurs tâches quotidiennes. Mais le versement de ce crédit n’est pas contraignant. Le député décide qui il veut embaucher, pour quelle tâche, pour une durée limitée ou non. Le nombre de collaborateurs ainsi que leurs rémunérations n’est pas limité. Certains députés en ont qu’un, d’autres jusqu’à 5.  Enfin, les députés français bénéficient de divers avantages en nature. Ainsi, un bureau est mis à leur disposition, le téléphone et le courrier est gratuit. Les transports en commun sont aussi gratuits. Les députés peuvent voyager en première classe en train et en avion, mais ils ont un quota de déplacements pour ce transport aérien. (À cela s’ajoutent d’autres avantages, retraites, transports gratuits etc.) . Il s’agit des revenus officiels de députés auxquels s’ajoutent d’autres  indemnités, de maire par exemple ; pas étonnant que la France soit l’un des pays qui compte le plus de parlementaires (près de 1000 !). La  France compte 348 sénateurs pour 100 aux Etats Unis !! Comme dit Mariani, ils vont devoir montrer la marque de leur slip mais aussi les taches ; pas sûr encore que certain même en slip ne dissimuleront pas encore quelque chose. C’est donc à poil qu’il faudra évaluer leur nudité financière. Mais ce ne sont pas seulement des individualités qui sont en cause mais un système oligarchique politico-financier qui se reproduit, n’a même pas consciences de ses liaisons dangereuses et encore moins de l’inconsistance et de la folie de sa politique économique et financière.

Déclaration patrimoine : la mascarade

Déclaration patrimoine : la mascarade

A la lecture des premières déclarations de patrimoine, on ne sait pas sil faut rire ou bien pleurer. Duflot avec sa 4L, Montebourg avec ses dettes, Touraine avec ses emprunts (et quand même son impôt sur la fortune) ; sur la forme ces déclarations sont nulles et leur flou démontre assez bien le degré de rigueur de nos élus. c’est évidemment une grande mascarade aussi , car on voit mal certains déclarer leurs comptes à l’étranger ou leur parts de sociétés ( type société civile ou autre) ; plus grave , cette décision prise à la hâte après l’affaire Cahuzac ne pose pas la question de fond qui est celle des conflits d’intérêt ( celui de Cahuzac en particulier qui n’était pas avocat d’affaires mais médecin) et du système politique oligarchique qui entretient des relations trouble avec le système financier; exemple, d’innombrable conseillers de cabinets devenus millionnaires grâce à leurs pantouflage dans de grandes entreprises) ; c’est aussi la sociologie politique qui est en cause car la plupart des élus sont des nantis au regard de la situation du citoyen moyen ; ils ne perçoivent guère les effets de l’austérité qu’ils imposent. Encore plus fondamentalement, la soi-disante moralisation de la vie politique est une tartufferie pour masquer l’échec total de ce gouvernement ; pour masquer aussi le fait qu’en réalité personne ne veut s’attaquer aux excès scandaleux de le financiarisation de l’économie ( et à ses conséquences en termes d’évasion fiscale). Huit jours après les aveux de Jérôme Cahuzac, c’est le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui tentera vainement de mettre un terme à cette séquence désastreuse en présentant devant le chef de l’Etat et l’ensemble des membres du gouvernement les grandes lignes de ce futur texte. Le projet gouvernemental abouti sera examiné au Conseil des ministres du 24 avril.  Dans un climat politique délétère, sur fond de crise économique et sociale, le gouvernement veut à tout prix éviter que les turpitudes de l’ex-ministre du Budget, exclu mardi du PS, éclaboussent l’ensemble de la classe politique.   »Les mesures que je suis en train de préparer n’ont pas pour but de stigmatiser mais de garantir aux citoyens la transparence et le contrôle, et pas seulement pour les élus », a ainsi assuré mardi M. Ayrault, qui a toutefois imposé à ses ministres la publication avant le 15 avril de leur patrimoine.  Pour préparer ces mesures, l’exécutif a « avancé très vite », se réjouit-on à Matignon. Mais le dispositif ne devrait pas encore être finalisé dès mercredi. « Le Premier ministre fixera en Conseil des ministres les têtes de chapitre » du futur texte, explique son entourage.  En fait, on ne sait pas quoi exactement écrire mais il faut écrire.

Patrimoine : une souscription nationale pour changer la vieille 407 de Montebourg

 

Patrimoine : une souscription nationale pour changer la vieille 407 de Montebourg

 

 

 Pendant les travaux de ravalement de la popularité du gouvernement, le cirque du patrimoine continue. Cette fois c’est Montebourg qui déclare 1 million d’euros mais avec combien de dettes ! L’émotion a été grande dans les usines fermées et menacées et on parle d’une souscription nationale pour aider Montebourg à changer sa 407 vieille de 7 ans. Montebourg signale aussi avoir acheté un fauteuil de style pour plus de 4000 euros, par contre pour son fauteuil de ministre de redressement économique, il n’aurait rien payé ; normal, il ne s’en sert pas et l’économie française non plus. A son tour, Arnaud Montebourg détaille donc son patrimoine mardi après-midi et la lecture attentive fera sans doute sourire…ou pleurer, autre exemple, par souci d’honnêteté Montebourg déclare même des biens qu’il ne possède plus ! Le ministre du Redressement productif est à la tête de biens immobiliers d’une valeur totale supérieure à 1 million d’euros, mais ne possède aucun placement, et a notamment contracté 200 000 euros d’emprunt.  Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, détaille à son tour son patrimoine, dans un entretien publié mardi sur le site internet du quotidien Le Monde. Dans la tourmente de l’affaire Cahuzac, le gouvernement présentera le 24 avril en conseil des ministres un projet de loi sur la moralisation de la vie politique en vue d’une adoption avant l’été, et les déclarations de patrimoine de tous les membres du gouvernement seront publiées d’ici le 15 avril. Arnaud Montebourg dit avoir été « nu-propriétaire d’une propriété à Fixin, en Côte-d’Or, d’une valeur de 670 000 euros, partagée avec ma mère et donc divisée par deux. Elle a été vendue depuis ». Il est aussi nu-propriétaire à 50% d’une place de parking souterrain à Dijon, « d’une valeur inconnue », et, avec 100% d’usufruit pour sa mère, d’un appartement de 55 m2 occupé par celle-ci à Paris. « Je suis propriétaire indivis, pour 40%, d’un appartement situé à Paris 2e, dont la valeur actuelle est estimée à 890 000 euros. Je suis propriétaire d’une maison à Montret [en Saône-et-Loire, NDLR] d’une valeur de 235 000 euros, ajoute-t-il. Je ne possède ni valeurs mobilières, ni placement, ni assurance-vie. Je détiens deux comptes bancaires à la Caisse d’épargne de Gevrey-Chambertin [en Côte-d'Or, NDLR], pour moins de 1 000 euros chacun, et un compte bancaire au Crédit du Nord (…). J’ai une 407 Peugeot de 2007 et un fauteuil Charles Eames que j’ai acheté pour 28 000 francs [environ 4 250 euros, NDLR]. Je n’ai pas de fonds de commerce, je ne détiens pas de compte à l’étranger et j’ai beaucoup de dettes, des prêts immobiliers et 200 000 euros d’emprunt ».

 

Scandale patrimoine : Cécile Duflot possède une 4L !

Scandale patrimoine : Cécile Duflot possède une 4L !

 

Non seulement Cécile Duflot,  la ministre du logement possède une Twingo d’une quinzaine d’années d’une valeur d’environ 300 euros mais en plus elle a déclaré détenir aussi une 4L datant d’après les historiens de la fin du 19ème siècle ou de la première moitié du 20 ème  qui vaut sans doute moins de 100 euros et quelques bricoles (dont une maison de 150 m2). Un vrai scandale car d’après des informateurs qui veulent conserver l’ anonymat, elle posséderait aussi un solex de 1965 et un vieux vélo acheté 10 euros dans une brocante. Deux biens non signalés qui en fait pourraient bien être garés en Suisse. Moscovici interrogé a déclaré n’avoir jamais été informé du scandale ; ému par cette affaire, le secours écologiste a lancé une souscription pour aider Cécile Duflot à changer sa 4L.

Patrimoine : hypocrisie » (Copé)

Patrimoine : hypocrisie » (Copé)

Jean-François Copé, le président de l’UMP, a mis en garde mardi contre le « numéro de voyeurisme et d’hypocrisie » qu’il accuse le pouvoir d’organiser autour du patrimoine des politiques pour, dit-il, occulter l’affaire Cahuzac. Comme France 2 demandait au député-maire de Meaux s’il allait rendre public son patrimoine, à l’image de ce qu’a fait la veille son adversaire de l’automne François Fillon, le député-maire de Meaux a répondu : « naturellement je le ferai, le jour où la loi le prescrira ». Pourquoi pas tout de suite ? « Parce que je ne concours pas à ce numéro de voyeurisme, d’hypocrisie ». Le président François « Hollande souhaite jeter un écran de fumée pour faire oublier une affaire qui n’a rien à voir, celle d’un de ses ministres qui a menti et fraudé le fisc ». « On est donc en train de tout mélanger », a déclaré l’ancien ministre du budget.

Déclaration patrimoine politique : du cinéma !

Déclaration patrimoine politique : du cinéma !

Hollande va organiser la fausse transparence mais il y aura un retour de bâton car beaucoup vont maquiller leur patrimoine ; la preuve, les premiers qui ont faiat l’exercice déclare des biens immobiliers sous évalués, un PEA de 120 euros !, des voitures de plus de dix ans ! Des sortes d’auto proclamation sans aucune vérification. De quoi nourrir la presse pendant des mois. Le projet de loi fera l’objet d’une communication, selon l’Elysée « précise », en Conseil des ministres dès mercredi, avec pour objectif sa présentation devant ce même Conseil deux semaines plus tard, le 24 avril, et une adoption définitive par le Parlement « avant l’été ».  Sans attendre et devant le risque d’une décrédibilisation encore plus profonde du pouvoir et de la classe politique, onze mois après l’élection de François Hollande à l’Elysée, le Premier ministre a annoncé par ailleurs la publication des déclarations de patrimoine de l’ensemble des ministres d’ici au 15 avril.  Pour le chef du gouvernement, cet exercice de transparence est « de nature à recréer de la confiance ». « C’est bien que ceux qui exercent une responsabilité publique, ministres, parlementaires ou encore élus de grandes collectivités territoriales, rendent public leur patrimoine », a déclaré à la presse M. Ayrault, lors d’un déplacement à Tours.  A l’Elysée, on est conscient du risque de cette opération de transparence. « Psychologiquement ça va être dur et politiquement ça peut être ravageur », affirmait ainsi un conseiller.   »La marge est très étroite entre la dissimulation d’un côté et le déballage de l’autre. La solution intermédiaire c’est la transparence », plaidait-on. « Ca va dépendre beaucoup de la situation des parlementaires chez eux » mais « on sait que pour la gauche c’est toujours plus dur ».  Quant à la « rumeur » repercutée par le quotidien Libération, prêtant au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius un compte en Suisse, en reprenant une piste « explorée » par Médiapart, c’est « un scoop assez spécial », ironisait-t-on à l’Elysée. « Personne ne sait quelle est la consistance de la rumeur » concernant M. Fabius, ajoutait-on cependant.  On a en tous cas formellement démenti tout mouvement de panique à l’Elysée à ce sujet. Quant à la possibilité que d’autres personnalités soient mises en cause, « on ne va pas vivre dans la paranoïa non plus », affirmait-on.   »Il n’existe à Mediapart que ce qui est publié sur notre site », a pris soin de souligner un journaliste du site d’information, tandis que M. Fabius a « formellement démenti » les assertions du journal, promettant « des procédures juridiques ».  Les consultations sont allées bon train tout au long du week-end avec une entrevue entre le chef de l’Etat et Jean-Marc Ayrault dimanche. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, et celui du Redressement productif, Arnaud Montebourg, ont également été vus au palais présidentiel.  Des réunions devaient se dérouler encore lundi soir à l’Elysée.  Visiblement affecté par la tournure des événements, François Hollande y a de nouveau fait allusion, au cours de la réception lundi des skippers du Vendée Globe, comme il l’avait fait samedi lors d’une brève visite sur ses terres corréziennes.  Les Français « s’interrogent », a-t-il dit. « Est-ce que le cap est bon, est-ce que la direction est bien la plus courte pour arriver à l’essentiel, est-ce qu’au-delà des tumultes, des turbulences, nous pouvons réussir? », s’est-il demandé.  Il a répondu d’un simple « oui », saluant la capacité des marins, « quand il y a un certain nombre d’intempéries et qu’il y a quelques cassures », de « tenir bon, de réparer, de repartir et de finir ».  Prenant les devants, la ministre Marie-Arlette Carlotti a publié dès lundi sa déclaration de patrimoine sur son blog. Les deux ministres écologistes du gouvernement, Pascal Canfin et Cécile Duflot, l’ont imitée en fin d’après-midi, tout comme plusieurs députés de tous bords plaidant aussi pour la « transparence ».  François Fillon a annoncé dans la soirée qu’il le ferait également.  Deux propositions de loi seront également déposées par les députés écologistes, dès mardi à l’Assemblée, sur la lutte contre les paradis fiscaux et la moralisation de la vie politique.  Après le calendrier annoncé par Matignon, le patron du PS Harlem Désir a appelé « toutes les formations républicaines représentées au Parlement » à adopter le futur projet de loi du gouvernement.  Pour l’UMP Valérie Pécresse, qui avait précédé Jérôme Cahuzac au ministère du Budget, « toutes les propositions (de moralisation de la vie publique, ndlr) qui sont sur la table ne servent qu’à faire diversion face à la gravité du séisme ». Elle a assuré n’avoir eu en sa possession « absolument aucun élément » sur les comptes à l’étranger de Jérôme Cahuzac lorsqu’il était à la tête de la commission des Finances de l’Assemblée nationale.  Quant au président UMP de cette commission, Gilles Carrez, il a affirmé ne pas être « satisfait » des réponses apportées par le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, sur l’enquête fiscale qui devait déterminer si Jérôme Cahuzac était détenteur d’un compte en Suisse. Le député s’interroge encore sur les raisons pour lesquelles Bercy n’a pas sollicité Singapour et ne s’était intéressé qu’à une seule banque suisse, UBS.  Ancien chirurgien, Jérôme Cahuzac doit désormais faire face aussi à ses pairs. L’Ordre des médecins souhaite l’entendre sur d’éventuels manquements à la déontologie et tout particulièrement sur ses relations avec les laboratoires pharmaceutiques. La sanction maximale encourue est la radiation à vie du droit d’exercer la médecine  L’affaire Cahuzac enfin continue à avoir des effets délétères sur l’opinion : ainsi, selon un sondage BVA-Orange pour l’Express-France Inter et la presse régionale, 63% des Français (contre 54% en juillet 2010) pensent que les affaires sont le signe que les personnalités politiques sont le plus souvent corrompues  D’après le baromètre de l’action politique Ipsos/Le Point publié lundi, le président François Hollande perd 5 points de popularité en un mois avec 26% de satisfaits de son action, tandis que son Premier ministre Jean-Marc Ayrault en perd 3 points à 28%.

 

Insee : le patrimoine des ménages en hausse ?

Insee : le patrimoine des ménages en hausse ?

En apparence, le patrimoine des français se porte bien pour l’INSEE. Un détail toutefois il s’agit d’une étude sur 2011 et surtout ce patrimoine est constitué pour 75% par l’immobilier ; Or le prix de l’immobilier a abusivement doublé en une dizaine d’années à nous sommes à la veille d’une bulle immobilière (témoin l’écroulement des ventes et bientôt des prix). Le patrimoine des ménages français a continué d’augmenter en 2011 après un fort rebond en 2010, dépassant son niveau d’avant la crise malgré l’accalmie de la flambée immobilière et un endettement croissant, selon une étude publiée mardi par l’Insee.  Le patrimoine économique national s’est établi à 13.260 milliards d’euros en 2011, soit près de huit fois le produit intérieur net de la France (1.717 milliards d’euros), en augmentation de 5% par rapport à 2010, précise l’Institut national de la statistique et des études économiques dans un communiqué.  Le patrimoine des ménages français s’est élevé en 2011 à 10.411 milliards d’euros, soit 7,9 fois leur revenu disponible net, détaille l’Insee. Ce patrimoine progresse de 4,1% par rapport à 2010, année au cours de laquelle il avait rebondi de 8,1%, retrouvant son niveau d’avant la crise.  S’il continue d’augmenter, il le fait donc moins vite qu’en 2010.  Composé aux trois quarts d’actifs non-financiers, des biens immobiliers essentiellement, ce patrimoine est en effet le premier affecté par la décélération du prix des terrains (+3,4%) qui étaient à l’origine de la forte hausse de 2010 (+14,3%). Ce ralentissement n’est cependant pas compensé par l’accélération du patrimoine en logements (+9,2%, après +4,5% en 2010), selon l’Insee.  Au total, la différence entre actifs et passifs du patrimoine non financier des ménages croît de 6% en 2011, après +8,9% en 2010.  Le patrimoine financier net des ménages, un quart de leur patrimoine total, baisse légèrement (-0,8% après +5,9% en 2010). L’assurance-vie demeure le premier placement avec un encours évalué à 1.430 milliards d’euros en 2011, qui progresse néanmoins moins vite qu’en 2010 (+1,5% après +7,6%).  Parallèlement, les avoirs des ménages en actions et titres d’Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) diminuent de 7,6% en raison essentiellement de la l’évolution défavorable des marchés boursiers (l’indice CAC 40 a baissé en 20,8% en 2011). Globalement, les ménages se tournent davantage vers les placements bancaires (+5,8% en 2011 contre +3,3% en 2010). Les ménages privilégient notamment les livrets d’épargne, surtout le Livret A.  Leur passif financier augmente moins vite en 2011, leurs crédits bancaires, destinés pour l’essentiel au financement de leurs  acquisitions immobilières, progressant en effet de 4,6% (+5,9% en 2010).  La valeur nette des sociétés non financières s’est établie à 2.076 milliards d’euros, en forte progression (+16,3% contre +10,7% en 2010) grâce notamment à un repli du passif financier. A l’inverse, l’augmentation de la valeur nette des sociétés financières marque le pas (+3,3% après +25% en 2010), en raison d’une importante collecte de dépôts liée aux placements des ménages sur leurs livrets d’épargne. Enfin, le patrimoine des administrations publiques se réduit (-13,2%) après une quasi stagnation en 2010 (-0,8%), à 507 milliards d’euros, soit un tiers du produit intérieur net. Leur passif financier net atteint -1.256 milliards d’euros, une dégradation de 13,2% comparé à 2010.

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol