Archive pour le Tag 'patine'

Réforme Constitution : le gouvernement patine

Réforme  Constitution : le gouvernement patine

Le Premier ministre Edouard Philippe pour cacher que le gouvernemenet patine sur ce dossier a surtout fait savoir son intention sur la procédure : un rapport à Macron, puis au conseil d’Etat avant le conseil des ministres puis le parlement. Pas vraiment uen information car c’est  le circuit que suivent toutes les réformes législatives. La vérité c’est que le gouvernemenet est un peu coincé. Il souhaiterait passer par le parlement mais il faut un accord des 3/5 ème  des élus. Or l’opposition est clairement opposées à deux reformes, la limitation du nombre de parlementaires et le non cumul des mandats. Du coup,  le gouvernemenet pourrait saucissonner la réforme, ce à quoi s’oppose aussi l’opposition. L’autre solution est le recours au référendum mais avec un énorme risque politique : celui de voir les Français ne pas répondre à la question et en profiter pour exprimer leur mécontentement.  Le couple exécutif, qui doit obtenir une majorité des trois cinquièmes du Parlement, a prévenu qu’en cas de blocage de l’opposition – notamment au sein d’un Sénat à majorité de droite-, qu’il pourrait avoir recours au référendum tout en précisant que cette option n’avait pas sa préférence. Le gouvernement pourrait également être tenté de faire passer certaines mesures – comme l’introduction de la proportionnelle – via une loi ordinaire, sur laquelle l’Assemblée nationale a le dernier mot, une perspective de “tronçonnage” de la réforme qui suscite l’ire de l’opposition. “A ce stade, si on arrivait à un accord ce ne pourrait être qu’un accord global”, a prévenu le chef de file des députés Les Républicains (LR), Christian Jacob, à l’issue de son entretien avec Edouard Philippe mercredi. “On ne vend pas par appartement. Soit on trouve un accord sur la loi organique, sur la loi ordinaire et sur la réforme de la constitution les trois ensembles, sinon on fait le constat qu’il n’y a pas d’accord”, a-t-il ajouté. A ses côtés, le chef de files des sénateurs LR Bruno Retailleau a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas partir “du principe qu’il ne p[ouvait] pas y avoir d’accord”. “Il y a des mesures sur lesquelles il y a un point d’accord, un consensus, sur le Conseil constitutionnel, sur le Conseil supérieur de la magistrature (…) simplement il faut qu’il y ait un gouvernement qui accepte de discuter”, a-t-il souligné. “On a mis en garde le Premier ministre, il faut que la réforme soit utile aux Français”, a-t-il ajouté, pointant un risque d’”hyperprésidentialisation” avec un Parlement “affaibli” et un “fossé démocratique” creusé avec une baisse du nombre de parlementaires.

Municipale Orthez: LREM patine

Municipale Orthez: LREM patine

 

À  Orthez, comme en Corse,  il se confirme que la république en marche éprouve  des difficultés pour son implantation locale. pas vraiment étonnant car la république en marche ne constitue pas un véritable parti politique mais une sorte de mouvement ultra centralisé sans structure locale, départementale ou régionale. A Orthez la liste en marche a tout juste dépassé les 10 % La liste du candidat PS est arrivée en tête, devançant le maire sortant (sans étiquette) dimanche au premier tour d’une élection municipale anticipée à Orthez (Pyrénées-Atlantiques), où la liste menée par une LREM, une première à valeur de test pour le mouvement, s’est qualifiée de justesse pour le second tour.
Le scrutin était provoqué par la démission en septembre de 11 membres de l’équipe du maire sortant Yves Darrigrand (SE), dernier épisode d’une fronde de deux ans au sein de sa majorité municipale.  Au terme d’un premier tour marqué par une faible participation (51,80 %), la liste du candidat PS Emmanuel Hanon a recueilli 39,48% des voix, devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (33,64%). Des candidats du MoDem, de l’UDI et des Constructifs s’étaient regroupés aux côtés de « Marcheurs » dans une liste d’union chapeautée par Marie-Hélène Marest, une enseignante et animatrice locale LREM. Elle est arrivée troisième avec 11,58% des voix, se qualifiant de justesse pour le second tour. Deux listes ont été éliminées à Orthez, celle de Dominique Lalanne (SE) avec 7,49 % des voix, et celle d’Eric Delteil (Parti ouvrier indépendant et démocratique, PCF, Front de Gauche) avec 7,81 %. Le deuxième tour aura lieu le 10 décembre. Inversement dans une autre municipale anticipée à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), la liste en marche à obtenu 50 % grâce à une alliance avec des barons locaux.

Classement Universités : la France patine

Classement Universités : la France patine

Les universités américaines raflent huit des dix premières places du classement des 500 meilleures universités au monde publié vendredi par l’université Jiaotong (communications) de Shanghai, avec l’université de Harvard en tête pour la 13e année consécutive. Les dix meilleures universités restent virtuellement inchangées depuis l’année dernière: les prestigieuses américaines Stanford, le MIT et Berkeley arrivent une nouvelle fois derrière Harvard, suivies de Cambridge, la britannique. Pour distinguer 500 établissements dans le monde parmi les 1.200 répertoriés, le classement de Shanghai, créé en 2003, prend en compte six critères, dont le nombre de Nobel parmi les anciens élèves, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline, ou le nombre de publications dans les revues de référence mondiale que sont « Science » et « Nature« . Si l’université chinoise décrit son classement comme « le plus fiable« , ses critères tournés vers la recherche et les sciences de la vie, occultant entre autres les sciences humaines et sociales, sont dénoncés par de nombreux responsables européens comme un biais dommageable pour leurs établissements. Dans le Top 20, on ne compte que trois autres établissements non-américains : Oxford, à la 10e place, l’University College de Londres atteignant la 18e place, et l’Institut fédéral de technologie de Zurich (Suisse) descendant de la 19e à la 20e place. L’université Jiaotong, qui souhaitait initialement classer les universités chinoises selon leurs performances, assure que ces résultats sont issus d’une méthodologie transparente et de données externes. La première université chinoise, l’université de Pékin, grimpe à la 115e place, tandis que Jiaotong elle-même gagne quatre places et se classe 118e. La France possède pour sa part 22 universités dans le Top 500, dont quatre dans le Top 100 : Pierre et Marie Curie (36e, perd une place, elle était 35e en 2014), Paris-Sud (41e, contre 42e en 2014), Normale sup (72e, contre 67e en 2014) et l’université de Strasbourg (87e qui gagne 8 places comparé à son classement 2014, 95e). ( La tribune)

Croissance Japon : ça patine encore

Croissance Japon : ça patine encore

 

Plus 2.2%  sur un an c’est pas brillant surtout .après  contraction de 2,3% au troisième trimestre 2014, quand l’économie souffrait encore d’une hausse de la TVA. La sortie de la récession est laborieuse En fait comme ailleurs c’set une panne d’investissement et de consommation.  La croissance du PIB est cependant moins forte que n’escomptaient les économistes interrogés par Reuters, dont la médiane des estimations s’établissait à +3,7%. De trimestre à trimestre, le PIB s’est accru de 0,6% sur la période. Dans le détail, la demande externe a ajouté 0,2 point de pourcentage à la croissance du trimestre d’octobre à décembre, grâce à des exportations robustes vers la Chine et les Etats-Unis, les deux principaux marchés extérieurs des entreprises nippones. Mais la consommation des ménages, qui représente environ 60% du PIB, a augmenté seulement de 0,3% au dernier trimestre alors que les économistes prévoyaient une hausse de 0,7%. L’investissement n’a augmenté que de 0,1% après deux trimestres consécutifs de baisse, ce qui suggère que la politique de la planche à billets pratiquée par la banque centrale n’incite que moyennement les sociétés à investir. Commentant les statistiques, le ministre de l’Economie Akira Amari a déclaré à la presse que l’économie était en voie de se reprendre, avec des signes d’amélioration du moral des ménages. Cependant, des analystes font la fine bouche devant le faible rebond de la consommation et de l’investissement. Ainsi, selon Takeshi Minami, économiste en chef à l’institut de recherche Norinchukin, « ce sont des chiffres plutôt décevants »: « La situation reste faible et les entreprises reportent clairement leurs investissements », estime-t-il. La sortie de la récession devrait néanmoins permettre à la Banque du Japon de geler pour l’instant son programme monétaire incitatif, même si son objectif d’inflation à 2% s’est encore éloigné avec la chute des prix du pétrole.  Taro Saito, directeur des recherches économiques à l’institut NLI, prédit: « La BOJ devrait maintenir sa politique monétaire inchangée pendant un moment pour observer l’impact du dernier assouplissement quantitatif. » Les chiffres de la croissance devraient être scrutés de près lors de la réunion de deux jours de la BOJ, mardi 17 et mercredi 18 février.

v




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol