Archive pour le Tag 'passés'

Où sont passés les milliards pour réduire les inégalités sociales

Où  sont passés les milliards pour réduire les inégalités sociales

 

Sarah E. Needleman, dans le Wall Street Journal s’interroge pour savoir où sont passés les milliards destinés à la réduction des inégalités sociales aux États-Unis.

En 2020, les entreprises américaines ont promis de dépenser des dizaines de milliards de dollars pour promouvoir l’égalité raciale. En 2021 et au-delà, le défi sera de suivre ces dollars à la trace et de voir en quoi ils ont pu changer les choses.

Au cours des six derniers mois, de grandes entreprises se sont engagées à consacrer 35 milliards de dollars au total au combat contre les inégalités raciales, selon les analyses du Wall Street JournalCes annonces ont fait suite au décès de George Floyd lors de son arrestation par la police à Minneapolis le 25 mai, et au débat national sur le racisme systémique que l’affaire a déclenché. Les entreprises concernées ont affirmé que les fonds serviraient à accroître le patrimoine des familles noires, à offrir des opportunités professionnelles aux minorités et à favoriser la diversité dans leurs propres rangs, entre autres.

L’essentiel des 35 milliards de dollars provient de JPMorgan Chase qui, en octobre, a promis d’investir 30 milliards sur les cinq prochaines années dans le financement de logements abordables ou l’ouverture d’agences dans des quartiers où les services financiers se font rares.

Les grandes banques comptent parmi les entreprises ayant pris les engagements les plus importants — avec aussi un milliard de dollars de la part de Bank of America et 1,5 milliard de la part de Citigroup visant à financer des chefs d’entreprise noirs ainsi que des ménages noirs souhaitant accéder à la propriété.

Le distributeur Walmart, pour sa part, s’est engagé à financer un centre pour l’égalité raciale qui effectuera des dons à des associations à but non lucratif d’un montant de 100 millions de dollars sur cinq ans. Google, la filiale d’Alphabet, investit 175 millions de dollars dans le soutien à des chefs d’entreprise, fondateurs de start-up, demandeurs d’emploi et développeurs noirs. Une somme qui vient s’ajouter aux 100 millions de dollars d’un fonds de YouTube dédié aux artistes et créateurs noirs.

Ces montants, qui incluent aussi la levée, annoncée ce mois-ci, de plus de 100 millions de dollars par des chefs d’entreprise en faveur d’une start-up visant à créer un million d’emplois pour les noirs américains, ont le potentiel d’améliorer la mobilité des familles noires et de corriger les inégalités qui affectent de longue date la communauté, selon des observateurs et défenseurs de l’initiative.

« Je n’ai jamais rien vu de cette envergure, et dans tous les domaines », déclare Pamela Newkirk, auteure de l’ouvrage Diversity, Inc. : The Failed Promise of a Billion-Dollar Business.

Si certaines entreprises tiennent leur promesse de transparence sur leurs actions, peu ont fait publiquement état de la manière dont elles en assureraient le suivi et l’évaluation, ou précisé quelle était la proportion de nouvelles dépenses dans les engagements pris cette année.

La plupart du temps, personne ne cherche à vérifier si les grandes annonces des entreprises en matière de philanthropie se concrétisent, souligne Mark Kramer, conférencier à la Harvard Business School et cofondateur de FSG, une société de conseil spécialisée dans l’impact social des entreprises.

Une grande majorité des vingt premières entreprises du classement Fortune se sont engagées cette année à investir en faveur de l’égalité raciale. Contactées par The Wall Street Journal, la plupart d’entre elles ont apporté des précisions sur ce qu’elles comptaient faire, et quelques-unes n’ont pas répondu aux demandes d’information ou ont refusé d’entrer dans le détail de leurs projets. Plusieurs ont indiqué qu’elles n’avaient pas pris d’engagements en lien direct avec les événements déclenchés par la mort de George Floyd, mais ont fait valoir leurs initiatives philanthropiques régulières.

« Toute la question sera de suivre ces montants et de voir ce qui se passe effectivement, note Deborah Elam, ancienne directrice en charge de la diversité chez General Electric (2002-2017) et aujourd’hui consultante. Chaque trimestre, il faudra leur demander : “Où en êtes-vous ?” Et dans six mois : “Quel est votre bilan ?” Est-ce qu’une équipe vérifie où va l’argent ? Est-ce que quelqu’un analyse l’impact dans la communauté ? »

Facebook a promis de consacrer 100 millions de dollars par an à des fournisseurs noirs à compter de 2021, soit un triplement de ces dépenses par rapport à 2019. Le groupe publie des rapports détaillant les dépenses envers ses fournisseurs selon que ces entreprises sont détenues par des minorités ethniques, des femmes, des anciens combattants, entre autres, et entend affiner encore ses données, a indiqué une porte-parole. Facebook va également consacrer 100 millions de dollars de subventions et de crédits publicitaires à des créateurs, chefs de petite entreprise et associations à but non lucratif issus de la communauté noire, a précisé la porte-parole.

Le patron de Walmart, Doug McMillon, a déclaré avoir réuni une équipe de sept personnes, dont lui-même, qui veillera à suivre et rendre publics les progrès accomplis par l’entreprise en termes d’égalité raciale et de diversité. JPMorgan Chase entend faire part régulièrement de ses avancées à l’équipe dirigeante ainsi qu’à un groupe de conseillers extérieurs.

Parmi les engagements financiers les plus importants, certains visent à financer des prêteurs en contact avec les communautés noires. Selon les cadres de ces établissements financiers, ces ressources produisent un effet ricochet car elles leur permettent de prêter davantage aux propriétaires et chefs d’entreprise noirs, ce qui contribue au développement du patrimoine des familles noires. En définitive, les résultats seront là si les communautés noires desservies par ces prêteurs constatent une augmentation du nombre de petites entreprises dynamiques, une amélioration de l’emploi et une hausse du revenu et du patrimoine des ménages.

Des initiatives très médiatisées, comme l’attribution par Netflix de 100 millions de dollars en espèces à des prêteurs communautaires — les premiers 10 millions ayant été affectés cet été à Hope Credit Union, dans le Mississipi — ont permis d’attirer d’autres engagements se chiffrant en millions de dollars, indique Bill Bynum, le patron de Hope Credit Union.

« Mis à part le très léger désagrément d’avoir des comptes dans plusieurs établissements, il n’y a vraiment aucun coût ou risque » particulier à placer son argent dans des banques appartenant à la communauté ou auprès de prêteurs communautaires, affirme M. Kramer, de la Harvard Business School.

Bank of America, qui comptait lancer un programme de 500 millions de dollars pour promouvoir l’égalité raciale et les opportunités économiques, a décidé en juin de doubler ses engagements, a fait savoir une porte-parole de la banque. La moitié de la somme sera dédiée à des investissements dans des entreprises, au travers par exemple de l’acquisition de petites participations au capital de banques détenues par des minorités et des prêteurs communautaires. Les prêts aux établissements financiers axés sur le développement communautaire atteindront « le point d’équilibre, voire une meilleure rentabilité, grâce aux excellents historiques de remboursement » de ces prêteurs, a ajouté la porte-parole.

Des investissements comme ceux de Bank of America jouent le rôle de catalyseur pour ces prêteurs communautaires, explique Darrin Williams, le patron de Southern Bancorp, dans laquelle Bank of America a pris une participation. Southern Bancorp, qui est présente essentiellement dans l’Arkansas et le delta du Mississipi, compte utiliser une partie de ces fonds propres pour se développer sur de nouveaux marchés.

D’autres types d’engagements sont plus difficiles à suivre. Souvent, les dons ou montants affectés à des initiatives internes ne sont « pas totalement nouveaux, il s’agit plutôt de récapituler ou d’annoncer des programmes déjà en cours », note Laszlo Bock, un ancien dirigeant de Google aujourd’hui patron de la start-up Humu, spécialisée dans les ressources humaines. M. Bock ajoute que les entreprises incluent parfois dans les montants « donnés » les coûts salariaux des employés participant aux initiatives.

Garantir l’impact effectif des engagements annoncés cette année nécessitera « un effort actif, dédié et appliqué », même si l’attention du public se réoriente vers d’autres sujets, estime Cyrus Mehri, avocat des droits de la personne qui a remporté certaines des plus grandes affaires de discrimination raciale aux Etats-Unis.

« Tout se résume à la question : le PDG est-il lui-même engagé, et l’entreprise a-t-elle des structures durables en place ? En d’autres termes, avez-vous des comptes à rendre ? »

Sarah E. Needleman a contribué à cet article.

Traduit par Anne Montanaro.

Traduit à partir de la version originale en anglais




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol