Archive pour le Tag 'passé'

Page 4 sur 8

Passe sanitaire pour les ados : à partir de 12 ans

Passe sanitaire pour les ados : à partir de 12 ans

 

L’âge à partir duquel il sera exigé passe sanitaire sera finalement de 12 ans et deux mois, a précisé mercredi Matignon à l’AFP. Mesure qui  sera applicable à partir du 30 septembre..

 «le temps que les enfants qui viennent juste d’avoir 12 ans aient le temps de se faire vacciner», a précisé mercredi Matignon à l’AFP.

Le passe sanitaire supprimé dans les centres commerciaux

Le passe sanitaire supprimé  dans les centres commerciaux

En France, le passe sanitaire ne sera plus obligatoire à partir de mercredi à l’entrée des centres commerciaux situés dans les départements où le taux d’incidence du coronavirus s’est maintenu sous le seuil des 200 pour 100.000 habitants sur une semaine. Des exceptions subsistent, dans 64 centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés, situés dans neuf départements

Passe sanitaire : extension au-delà du 15 novembre

Passe sanitaire : extension au-delà du 15 novembre

 

Après le ministre de la santé, Emmanuel Macron n’a pas exclu jeudi à Marseille une extension de l’obligation du passe sanitaire au-delà du 15 novembre dans les territoires sous forte pression de l’épidémie de Covid-19.

«Il est trop tôt pour le dire» mais «si l’épidémie (de Covid-19) est encore présente dans les semaines qui viennent, il faudra se laisser cette possibilité pour les territoires qui sont les plus touchés», a indiqué le chef de l’État lors d’un point de presse après une visite d’une école à Marseille.

Sondage passe sanitaire : 67% des Français pour

Sondage passe sanitaire : 67% des Français pour

Si un sondage Odoxa-Backbone Consulting 67 % des Français sont favorables aux passe sanitaires. 8 adultes sur 10 (79%) sont complètement vaccinés – 85% avec une dose – l’étude précise que la moitié des récalcitrants refuse toujours de recevoir le sérum. D’«irréductibles antivax quoi qu’il arrive», selon l’institut.

Une donnée plus nuancée aux deux bouts de l’échiquier politique : 53% des sympathisants LFI et 45% RN (45%) sont contre. Dans leur ensemble, les Français demandent l’extension du passe dans le temps et dans son extension aux entreprises par exemple.

 

Les Français sont nettement plus partagés sur les politiques sanitaire du gouvernement. 48% considèrent que c’est un succès car «c’est la preuve que son intervention» a fonctionné. Au contraire, 49% des Français estiment que le chef de l’État au contraire «n’a pas réussi à convaincre».

 

 

Le défi climatique passe par l’innovation

 Le défi climatique passe par l’innovation

 

Le président du parti Les Républicains, Christian Jacob,  appelle, dans une tribune au « Monde », à miser sur la technologie, plutôt que sur la décroissance, afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Tribune.

 

Le dernier rapport du GIEC confirme que les ambitieux objectifs de réduction des gaz à effet de serre brandis comme des victoires en 2015 se révèlent inatteignables et sans effet. Auparavant, les experts du GIEC évoquaient un réchauffement climatique de l’ordre de 2,5 à 5,8 °C d’ici à la fin du siècle. Aujourd’hui, ils envisagent une hausse médiane de 3 °C. Même l’arrêt quasi total de la production mondiale, dû au Covid-19, n’a pas infléchi cette courbe. Quels que soient les efforts imposés aux populations, ils ont bien peu d’effet sur les émissions mondiales.

On oublie souvent cette évidence : la réduction des émissions des gaz à effet de serre n’est ni une affaire franco-française, ni uniquement européenne. Si elle l’était, les prévisions seraient plus optimistes. L’Union européenne ne produit que 10 % des émissions mondiales (dont moins de 1 % pour la France), les Etats-Unis 15 % et la Chine 30 %. Au lieu d’imposer des mesures clivantes, mieux vaudrait valoriser nos résultats, se montrer pragmatiques et diversifier notre approche à l’échelle de la planète.

Nous sommes l’un des pays dont le mix énergétique est le plus décarboné, avec seulement 51 % d’énergie fossile, contre une moyenne de 85 % dans le monde et de 76 % en Europe. L’électricité française est décarbonée à 89 % grâce au nucléaire (71 %), qui, de plus, garantit notre indépendance énergétique. Nous devons encore réduire drastiquement la part du carbone dans les transports, l’habitat et l’industrie, mais sans grever la croissance.

Alors que la population mondiale augmentera de 1,5 milliard d’habitants d’ici à 2030, la décroissance aggraverait davantage la situation des habitants réduits à la famine et à l’exode par le dérèglement climatique. Au contraire, l’agriculture devra produire davantage pour nourrir la planète. Ce qui est notre premier devoir. Les enjeux environnementaux et sociétaux demeurent, mais ils ne peuvent prévaloir sur ces enjeux stratégiques de sécurité alimentaire.

Il est primordial de maintenir notre indépendance énergétique. Tout miser sur l’électrique – comme l’a fait ce gouvernement, encore plus que le précédent – est dangereux, car nous deviendrons dépendants de la Chine, qui dispose de certains composants indispensables dans ce domaine.

Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

 

 

Le bavard ministre de la santé a déjà préparé le terrain en annonçant que le pass serait nécessaire au-delà de la date légale du 15 novembre. Il est donc vraisemblable que le fameux sésame sera obligatoire jusqu’aux fêtes de fin d’année voir même jusqu’à la veille des élections présidentielles.

La levée de cette mesure restrictive -mais- nécessaire constituerait un acte de libéralisation favorable au  pouvoir en place à la veille des élections. Pour justifier la mesure de prolongation du path le ministre de la santé a déclaré

«La quatrième vague n’est pas derrière nous mais elle diminue», a-t-il indiqué, invitant toutefois à rester vigilent à l’approche de la fin des vacances qui pourrait créer un brassage de population et de la rentrée des classes.

Vaccination et passe sanitaire : les ambiguïtés de Force ouvrière

Vaccination et passe  sanitaire : les ambiguïtés de Force ouvrière

 

Le secrétaire général de Force ouvrière parle de la rentrée et évoque avec beaucoup d’ambiguïté la question de la vaccination et du passe sanitaire dans une interview à l’Opinion (extrait)

Ce n’est pas faute de m’être exprimé pour défendre la vaccination et la nécessité de son accélération – ce qui m’a valu quelques commentaires peu amènes sur les réseaux sociaux – mais aussi sur les modalités du passe sanitaire pour ce qui concerne les salariés. Peut-être qu’il est compliqué d’être entendu dans un flux continu d’informations.

Vu le côté exceptionnel de la situation, pourquoi les syndicats, si soucieux de la santé des salariés, n’ont-ils pas adopté une position commune sur la question ?

Force ouvrière est un syndicat, tout un syndicat, et rien qu’un syndicat. Les décisions de santé publique relèvent de la compétence des autorités scientifiques, médicales, et, sur cette base et dans une démocratie comme la nôtre, des pouvoirs publics.

Votre rôle n’est donc pas d’inciter les salariés à se faire vacciner ?

En matière sanitaire, le rôle du syndicat est de s’assurer de la santé et de la sécurité des salariés sur leur lieu de travail. Dès le premier confinement, nous nous sommes battus pour que seuls les secteurs essentiels restent ouverts ; pour obtenir des protections, masques, gel, blouses, etc., à l’intention de ceux qui devaient continuer ; puis, lorsque la vaccination a été rendue possible plus largement, pour que les salariés en contact avec le public, dans un premier temps, puissent y accéder afin de les protéger eux-mêmes.

Vous vous êtes adressé aux pouvoirs publics pour accélérer la vaccination, pas aux salariés réticents…

Je n’ai pas attendu cet été pour faire part de ma confiance dans les vaccins. Mais chacun doit s’exprimer sur sa compétence reconnue, celle qui fonde sa légitimité. Vouloir tout embrasser finit par semer la confusion, en mettant tous les discours et affirmations, d’où qu’ils viennent, sur un même pied, et nourrit ainsi le trouble et la défiance. Nous avons besoin de rétablir une saine autorité de la parole publique. Force ouvrière s’est fondée sur l’indépendance syndicale et sur la laïcité au sens où elle sépare la sphère privée de la sphère publique. Nous sommes porteurs de l’intérêt particulier des salariés, nous ne sommes pas directeurs de conscience des citoyens. C’est un positionnement de fond, pas une fuite de responsabilité.

«Dès le départ, nous avons milité pour que les personnels du soin bénéficient d’une priorité pour se protéger eux-mêmes : c’est ainsi qu’il fallait s’adresser à eux, au lieu de dire qu’ils constituaient un danger pour les autres»

Que dites-vous aux soignants adhérents de FO, face à l’obligation de vaccination de leurs professions ?

La confédération et notre fédération santé estiment que l’obligation de vaccination relève d’une prescription d’ordre public. La vaccination des soignants est déjà obligatoire pour l’hépatite B. Dès le départ, nous avons milité pour que les personnels du soin bénéficient d’une priorité pour se protéger eux-mêmes : c’est ainsi qu’il fallait s’adresser à eux, au lieu de dire qu’ils constituaient un danger pour les autres. Il y a eu un défaut d’explication et de l’incompréhension : ne leur a-t-on pas dit, à certains moments, de continuer à venir travailler, même positifs à la Covid, s’ils étaient asymptomatiques ? J’ai contesté qu’à l’annonce de l’obligation vaccinale soit associée la menace de sanction, de licenciement. Il fallait mettre l’accent sur la nécessité de la vaccination, pour ces salariés en particulier comme plus largement, et déployer les ressources pour informer, expliquer et rassurer. La vaccination contre l’hépatite B, bien que controversée à l’époque, n’a pas posé de problème majeur.

FO est pour ou contre le pass sanitaire ?

Nous n’avons pas pris position sur le pass en tant que tel. Nous disons et redisons que la vaccination est le meilleur moyen de se protéger. Nous sommes intervenus pour que la sanction du licenciement, ou de la rupture de contrat dans le cas des CDD et des intérimaires, soit retirée. Nous avons évité le pire, mais la pénalisation retenue – la suspension du contrat de travail — crée une situation bancale dans laquelle ni le salarié, ni l’entreprise ne pourraient tenir longtemps.

Les pertes d’emplois redoutées ne se sont pas produites. Ce risque est-il durablement éloigné ?

Il faut être attentif à ce qu’une fois consommées les aides publiques, certaines entreprises ne passent à la case licenciements. Voilà pourquoi nous n’avons eu de cesse d’appeler à conditionner ces aides. Nous n’avons pas été entendus, c’est pourquoi nous insistons aujourd’hui pour que les pouvoirs publics surveillent le comportement des entreprises afin de détecter et prévenir les risques.

En avez-vous repéré ?

Notre crainte est nourrie par quelques exemples. Des entreprises comme Bridgestone ou Nokia ont à l’évidence profité du contexte de la crise sanitaire pour faire passer leurs restructurations et les licenciements en découlant.

On dit que les salariés retrouvent leur combativité quand la situation s’améliore. Est-ce le cas ?

Cet été, on a vu revenir des conflits où les salaires étaient mis en avant comme à ADP ou chez Auchan. Mais la situation reste incertaine, d’abord sur la santé, mais aussi sur l’emploi : dans certains secteurs comme l’aéronautique ou l’automobile, la lutte contre le réchauffement climatique alimente une autre source d’inquiétude.

Sur la réforme de l’assurance-chômage, Emmanuel Macron a annoncé, le 12 juillet, qu’un nouveau décret entrerait en vigueur le 1er octobre. Attaquerez-vous ce texte devant le Conseil d’Etat ?

Nous verrons ce qu’il contient, mais nous n’avons pas changé d’avis. Le gouvernement met en avant l’amélioration de l’emploi pour justifier sa réforme. Si c’est le cas, nul besoin de réforme, le problème financier sera résolu. Plus largement, quand je rencontrerai le Premier ministre, le 1er septembre, je lui dirai qu’il faut cesser de considérer le social comme un coût. Depuis trop longtemps, on nous parle Sécu, retraites, assurance-chômage, services publics comme d’une dépense, là où nous voyons un progrès social, plus égalitaire et plus juste. La finance s’en sort toujours mieux elle, mais on nous ressert des discours stigmatisant ce que les syndicats ont bâti.

Si la finance s’en sort, les protections ont été particulièrement élevées, en France, durant cette crise…

Protection du capital !

Des salariés aussi, grâce à l’activité partielle !

Oui et nous avons soutenu ces dispositifs. Mais quand on dit « les salariés ont bénéficié de l’activité partielle », on oublie de dire que les taux de marge des entreprises en ont tout autant bénéficié. C’est là qu’il fallait être vigilants sur leur utilisation !

Sur la réforme des retraites, le combat a cessé ?

Je suis toujours sur mes gardes. Quand le Président a reçu les partenaires sociaux, le 6 juillet, il nous a dit, en substance : la question n’est pas de savoir s’il faut faire une réforme, mais quand et comment. Le quand et le comment peuvent vite revenir. Dans ce cas, il nous trouvera sur son chemin.

Une concertation sur cette question va être ouverte, y participerez-vous ?

Je ne sais pas si elle sera ouverte, ni ce qu’elle sera. Je ne m’inscrirai pas dans une discussion destinée à évaluer de combien il faut reculer l’âge de départ en retraite. Ce sujet est bien dans l’esprit d’Emmanuel Macron, comme dans celui de certains de ses concurrents pour 2022. Le pouvoir actuel parle d’enjamber l’élection, mais moi, je suis un syndicaliste, je ne vais pas aller discuter du programme d’Emmanuel Macron pour la présidentielle. Ou de celui de n’importe quel autre candidat. Cette réforme est infondée : ce n’est pas notre système de retraite qui est en cause, c’est l’accès à l’emploi des jeunes, les bas salaires, le temps partiel subi, l’emploi des seniors. Le Président lui-même a mis l’accent sur la reprise d’activité et la qualité de l’emploi. Si l’on résout ces problèmes, on parviendra à l’équilibre financier de tous nos systèmes sociaux.

Comment cette crise fait-elle évoluer le métier de syndicaliste ?

Nous avons obtenu quelques victoires. Par exemple, le Ségur de la santé est un accord majeur pour les salariés de ce secteur. Malheureusement, il a fallu la crise pour qu’on nous entende. Par ailleurs beaucoup de salariés isolés se sont tournés vers nous, pour trouver des informations dans le contexte sanitaire ou en cas de licenciement abusif. Notre défi reste de les organiser. Nous n’avons pas encore trouvé la solution miracle.

 

Sondage Passe sanitaire : 64% des Français pour dans les cafés restaurants

Sondage Passe sanitaire : 64% des Français pour dans les cafés restaurants

Selon un sondage Elabe «L’Opinion en direct» pour BFMTV, entre 64% et 77% des Français cautionnent la mise en place du passe sanitaire selon les lieux, des chiffres en augmentation par rapport à un sondage réalisé le mois dernier juste après les annonces du président de la République.

Dans les cafés, bars et restaurants, 64% des Français approuvent l’extension du passe sanitaire, soit 10 points de plus que dans le précédent sondage réalisé. L’approbation monte à 72% pour l’accès aux lieux de culture et à 77% pour les transports (avions, trains, cars longue distance). Pour l’accès aux hôpitaux, 65% des personnes interrogées approuvent le passe, une baisse d’un point cette fois-ci par rapport au mois dernier.

Vaccination, un passe de liberté

  • Vaccination, un passe de liberté 

Marc Grassin  philosophe et docteur en éthique médicale considère que la vaccination est un gage de liberté. (Dans l’Opinion, extrait.)

 

 

De nouveaux renforts de soignants vont être envoyés ce vendredi en Guadeloupe et en Martinique. Depuis le début de la quatrième vague épidémique, au moins 36 malades de la Covid hospitalisés en soins critiques ont été transférés vers une autre région, dont 19 depuis les Antilles vers l’Ile-de-France. L’obligation vaccinale, annoncée le 12 juillet par Emmanuel Macron pour contrer la reprise épidémique, concerne les personnels soignants et non soignants des établissements de santé et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, les pompiers et les ambulanciers.

Marc Grassin est philosophe et docteur en éthique médicale. Il enseigne à l’Institut catholique de Paris et dirige l’Institut Vaugirard-Humanités et management.

Les soignants ont l’obligation de se faire vacciner, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble de la population. Il n’y a pas d’égalité entre ces deux groupes de population. D’un point de vue éthique, est-ce acceptable ?

La question primordiale n’est pas celle de l’égalité mais celle du sens de la responsabilité commune. L’homme vit dans un espace partagé, régi par des contraintes et des normes sociales. Nous sommes dans une situation de crise complexe, extrêmement mouvante, qui réclame une analyse globale des enjeux sociaux, relationnels, économiques et de santé publique. Cela commande également de réfléchir à la lumière des faits, qui sont les suivants : aujourd’hui, les services de réanimation se remplissent peu à peu de personnes non-vaccinées. Il y a dix-huit mois, lors de la première vague, les lits étaient également occupés, cette fois-ci par des personnes âgées. Dans les deux cas, les réanimations sont en tension voire saturées. Cela étant dit, quel autre choix que tendre à une couverture vaccinale maximale avons-nous pour faire face ? Des restrictions de type confinement, les gestes barrières. Ce n’est pas satisfaisant, au regard des enjeux nommés auparavant.

Mais que répondre aux soignants qui refusent de se faire vacciner au principe que cette décision ne s’applique pas à tous ​?

Je vais vous répondre en paraphrasant Paul Ricœur ​: la responsabilité éthique est de rendre compte parce qu’un autre compte sur moi. Quelque part, les Français qui vont être contaminés par l’épidémie comptent sur les autres pour ne pas l’être. Volontairement, je vais forcer le trait ​: être égalitaire ne veut pas forcément dire être juste. On peut être égalitaire dans des pratiques déshumanisantes, dans une politique de l’horreur. C’est pour cela que la notion de responsabilité prime sur celle d’égalité pour la vaccination. Pour revenir à l’obligation vaccinale aux soignants, elle s’impose pour la majorité d’entre eux comme une évidence. N’oublions pas qu’ils ont déjà l’obligation d’être vaccinés contre d’autres maladies pour exercer leur métier. Protéger les patients et les plus fragiles est un enjeu de santé publique majeur auquel ces professionnels sont sensibles, plus qu’on ne le dit.

«Ma liberté ne peut s’exprimer que dans un corps social contraignant. C’est parce que la liberté individuelle est mise en tension qu’elle existe, qu’elle s’affirme par la négociation»

L’obligation vaccinale et, plus largement, le pass sanitaire, enterrent-ils la notion de liberté individuelle, comme le clament leurs opposants ?

Il n’y a pas de liberté individuelle qui ne rencontre de contraintes. La vie en société réclame de négocier les contraintes et les normes éthico-morales de cette dernière au quotidien, jour après jour. Je négocie ma liberté dans le système scolaire, auprès de mon employeur, etc. En réalité, ma liberté ne peut s’exprimer que dans un corps social contraignant. C’est parce que la liberté individuelle est mise en tension qu’elle existe, qu’elle s’affirme par la négociation. Dit autrement : être libre, ce n’est pas ne pas être contraint.

A-t-on vraiment besoin de contraintes supplémentaires pour affirmer notre liberté ?

A moins de faire le choix de vivre en dehors de la société, des normes, des lois et des obligations sociales s’imposent à nous tous les jours. Les respecter, c’est être libre. Je vais utiliser une image caricaturale, à ne pas prendre au pied de la lettre : nous sommes libres de marcher les uns à côté des autres sans craindre de nous faire agresser par notre voisin car la loi lui impose une modération de son aptitude à la violence, un respect de notre personne. La loi sert à rendre possible la liberté de l’autre. La même logique de pensée s’applique à la vaccination. C’est une contrainte qui nous rend libre de marcher dans les rues, libre de ne pas mourir. Ou, pour être juste, de « moins » mourir. Ni nous, ni les gens qui nous entourent.

Le principe de « tri » des patients fait débat. Comment un médecin qui récite le serment d’Hippocrate au moment de sa thèse peut-il faire un « choix » entre deux patients ? Est-ce déontologiquement justifiable ?

C’est un élément très fort de l’éthique médicale. Je voudrais revenir sur cette notion de tri, qui n’est pas la même en temps pandémique et en temps «normal». On ne le dit pas assez : le triage des patients en médecine existe tous les jours. Face à un patient dans un état extrêmement grave en réanimation, un médecin va prendre sa décision en considérant le diagnostic, le pronostic, le traitement approprié. Il prendra, parmi plusieurs options, la meilleure décision médicale au regard de l’état clinique de son patient. Parfois, réanimer vaudra mieux que ne pas réanimer. La décision relèvera toujours d’un choix et, ce faisant, d’un tri. En temps de Covid, la notion de triage n’est pas la même, et les questions éthiques qu’elle soulève sont de nature différente. On trie car on a 15 patients pour 10 lits. On trie parce que les ressources sont limitées. L’éthique et la logique médico-sociale sont de soigner tout le monde mais la contrainte existe, on ne peut la nier. A l’hôpital, en réanimation, le seul moyen de desserrer l’étau de la contrainte est la vaccination.

«Ethiquement, il n’est pas possible de privilégier un patient souffrant de la Covid plutôt qu’un patient souffrant d’un cancer. Mais l’inverse est également vrai»

Accepter un patient Covid, c’est aussi, éventuellement, accepter de ne pas soigner tout de suite un autre patient dont les soins seront déprogrammés. Il y a un risque de perte de chance pour ce dernier. Est-ce un critère suffisamment pris en considération ? Autrement dit : la fin justifie-t-elle les moyens ?

La crise met en lumière le manque de ressources attribuées aux soignants et aux établissements de santé. Ethiquement, il n’est pas possible de privilégier un patient souffrant du Covid plutôt qu’un patient souffrant d’un cancer. Mais l’inverse est également vrai. Cette question ne devrait pas avoir à se poser. C’est pour cela que j’insiste : au nom de l’intérêt de l’autre, des patients qui subiront les effets délétères de la Covid, nous nous devons de négocier notre propre résistance au vaccin. Nous sommes comptables de l’autre.

Passe sanitaire : un contrôle trop souvent symbolique

Passe  sanitaire : un contrôle trop souvent symbolique

 

Dans nombre de commerces et de restaurants le contrôle des passes sanitaires  demeure relativement symbolique. Certes pour la forme, la présence du sésame est réclamée. Mais le contrôle se limite avec coup d’œil sur le QR code .

Seul le grand commerce utilise des machines pour vérifier la preuve de la vaccination. De toute manière, il n’y a pas de contrôle d’identité. Les commerçants d’une certaine manière en le cul entre deux chaises : il leur faut en effet demeurer attractif pour compenser des baisses provenant de la crise sanitaire et en même temps faire la police. Une  posture bien peu commerciale qui explique que le plus souvent le contrôle demeure symbolique.

Passe sanitaire: forte manif à prévoir

Passe sanitaire: forte manif à prévoir 

237.000 anti-passe sanitaire  le week-end dernier, selon les chiffres officiels. Ils n’étaient que 114.000 trois semaines plus tôt.

Les services de renseignement prévoient une mobilisation oscillant entre 200.000 et 250.000 manifestants.  En fait la participation est largement alimentée par les anti passe mais aussi par les anti Macron. Après le 15 août, cette constatation pourrait bien s’installer dans la durée et finalement prendre le relais des gilets jaunes mais avec un caractère encore plus politique qui vise à mettre en cause le pouvoir non seulement vis-à-vis de la crise sanitaire mais des orientations en général.

On objectera que les actions sont pas encore massives cependant si le mouvement se perpétue dans les semaines à venir, ce qui est probable, le risque pour le pouvoir c’est que s’agrègent à cette contestation sanitaire et politique des revendications d’ordre social à la rentrée.

Centres commerciaux Loire-Atlantique: le passe n’est pas obligatoire !

Centres commerciaux Loire-Atlantique: le passe n’est  pas obligatoire !

 

Le pass unitaire n’est plus obligatoire dans les grands centres commerciaux de Loire-Atlantique. Cette décision va évidemment réjouir les acteurs du commerce concerné. Mais c’est d’une certaine manière une sorte de paradoxe. En effet, il n’est peut-être pas judicieux de lever des mesures actuellement dans les zones particulièrement touristiques. La preuve que les pouvoirs publics jouent un jeu d’équilibre dangereux entre problématiques économiques et problématiques sanitaires.

 

En effet noter que les régions à vocation touristique affichent en général un taux d’incidence très au-dessus de la moyenne du faite du brassage des populations locales et des vacanciers en provenance d’autres régions.

 

«En application de cette décision (du Conseil de défense) le passe sanitaire ne sera en conséquence plus demandé dans les 6 plus grands centres commerciaux du département», indiquent les services de l’Etat en Loire-Atlantique dans un communiqué.

La préfecture rappelle que «cette disposition ne remet pas en cause l’ensemble des mesures de prévention» et assure que «bien évidemment, si la situation sanitaire devait évoluer défavorablement, un arrêté prescrivant la mise en place du passe sanitaire sera de nouveau pris».

Le passe ne sera pas demandé pour une visite chez un médecin généraliste!

Le passe ne sera pas demandé pour une visite chez un médecin généraliste!

 

Une grande victoire sans doute pour le ministre de la santé qui affirme que le pass sanitaire ne sera pas demandé pour une visite chez un médecin généraliste en revanche «dans les hôpitaux, il le sera mais en aucun cas il ne devra être un frein pour accéder à des soins utiles et urgents», a-t-il dit.

Notons d’abord que les propos sont ambigus car le fait d’être contaminé pourra être considérée comme ne nécessitant pas forcément des soins utiles et urgents ! Ensuite ces restrictions à l’accueil des malades dans un hôpital constituent non seulement une atteinte aux libertés fondamentales mais un contresens sociétal total. Le ministre de la santé depuis sa nomination à l’habitude de dire tout et le contraire mais là,  il atteint le sommet de l’incohérence.

 

Passe et licenciement : Elisabeth Borne pédale pour rattraper sa bévue

Passe et licenciement : Elisabeth Borne pédale pour rattraper sa bévue

  • ,

Pour attraper sa bévue, la ministre du travail qui avait annoncé les licenciements en l’absence de passe sanitaire pédale sérieusement dans la choucroute. D’abord les licenciements ont été rejetés par le conseil constitutionnel ensuite la ministre technocrate  ( de gauche !) parle maintenant de pédagogie. Observons cependant que la suspension de salaire va quand même constituer une sorte de suspension du contrat de travail.

 

A partir du 30 août, les employeurs des secteurs concernés par le passe sanitaire vont-ils être obligés de suspendre le contrat de travail de leurs salariés non vaccinés?
Nous voulons privilégier la pédagogie et faciliter avant tout la vaccination des salariés. Ceux-ci bénéficient d’une autorisation d’absence pour se faire vacciner sur leur temps de travail, avec maintien de la rémunération. Dans les secteurs concernés, si le salarié, qu’il soit en CDI, en CDD ou en intérim, ne se conforme pas à l’obligation de produire un passe sanitaire à compter du 30 août, un entretien est prévu avec son employeur pour trouver une solution. Il pourra notamment poser des jours de congé et de RTT ou se mettre en télétravail à 100% si son poste le permet. Avec son employeur, ils peuvent aussi convenir d’une affectation temporaire sur un poste qui n’est pas soumis au passe sanitaire. Ce n’est que si aucune de ces solutions n’est possible qu’il pourra y avoir une suspension du contrat de travail.

Passe sanitaire : nouvelle manif plus importante ce samedi

Passe sanitaire : nouvelle manif plus importante ce samedi

 

Le conseil constitutionnel ayant pratiquement entériné les principales dispositions-y compris les plus floues- la participation aux manifs des anti passe pourrait prendre de l’ampleur ce samedi. 140 manifestations sont en effet prévues sur l’ensemble du

Dans une note datée du 4 août, dont BFMTV a eu connaissance, le renseignement territorial table sur une mobilisation importante pour ce 7 août. Ainsi, 150 à 200.000 manifestants sont attendus en tout, dont plus de 10.000 à Montpellier, plus de 8000 à Toulon, 6000 à Bordeaux, 5000 à Perpignan, 5000 à Nice, 5000 à Mulhouse, 4000 à Nantes, Colmar, Annecy, ou encore 3000 à Bayonne et Pau.

123456...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol