Archive pour le Tag 'Passe sanitaire :'

Covid-Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

Covid-Passe sanitaire: jusqu’à Noël ou jusqu’à la veille des élections présidentielles ?

 

 

Le bavard ministre de la santé a déjà préparé le terrain en annonçant que le pass serait nécessaire au-delà de la date légale du 15 novembre. Il est donc vraisemblable que le fameux sésame sera obligatoire jusqu’aux fêtes de fin d’année voir même jusqu’à la veille des élections présidentielles.

La levée de cette mesure restrictive -mais nécessaire – constituerait un acte de libéralisation favorable au  pouvoir en place à la veille des élections. Pour justifier la mesure de prolongation du passe le ministre de la santé a déclaré

«La quatrième vague n’est pas derrière nous mais elle diminue», a-t-il indiqué, invitant toutefois à rester vigilent à l’approche de la fin des vacances qui pourrait créer un brassage de population et de la rentrée des classes.

Manif anti Passe sanitaire : près de 160.000 personnes

Manif anti Passe sanitaire :  près de 160.000 personnes

Une  mobilisation de nouveau en baisse, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur qui a recensé 160 000 manifestants samedi

Le week-end dernier, plus de 175.000 manifestants avaient été recensés par le ministère de l’Intérieur, dont 14.700 à Paris. Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, a recensé de son côté au moins 319.290 manifestants en France. Cette «première estimation», qui sera affinée dimanche, marque également une baisse par rapport au week-end dernier, avec 357.100 personnes comptabilisées.

SONDAGE – 54 % des Français contre les manifs anti passe sanitaire

SONDAGE – 54 % des Français contre les manifs anti passe sanitaire

Selon un sondage Elabe,  54% de Français désapprouvent désormais le mouvement contre le pass sanitaire. C’est six points de plus par rapport à début août.

L’opinion désapprouve de plus en plus la mobilisation contre le pass sanitaire. C’est l’enseignement à retenir du sondage* Elabe « L’Opinion en direct » pour BFMTV sur les Français et l’épidémie de Covid-19, dont vous dévoilons ce dimanche soir une première partie.

août 2021. © BFMTV

Dans le détail, 34% des Français soutiennent ou ont de la sympathie pour la mobilisation, 54% se déclarent opposés ou hostiles – soit six points de plus que lors de notre dernier sondage sur le sujet, le 3 août – et 11% y sont indifférents. Enfin, 1% des sondés se déclarent sans opinion.« Comparé aux autres mobilisations sociales depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, il s’agit d’un des niveaux les plus bas d’approbation », note notre partenaire Elabe.

En comparaison, le mouvement des gilets jaunes recueillait 60% de soutien en janvier 2019, après autant de samedis de mobilisation que les opposants au pass sanitaire actuellement.

 

*Sondage réalisé sur un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Interrogation par Internet les 19 et 20 juillet 2021.

 

Manif Passe sanitaire: le sud surtout mobilisé

Manif Passe sanitaire: le sud surtout mobilisé

Pour le cinquième samedi consécutif, 215.000 réfractaires ont défilé dans les rues de France, contre 237.000 le week-end précédent, soit une légère baisse, mais une détermination intacte. Dans les rangs, des habitués, mais aussi des novices, comme ce jeune couple parisien. Les participations les plus fortes ont surtout été observées dans le sud-est de la France. (Même tendance que pour le taux de vaccination).

Passe sanitaire: Macron divise le pays

Passe sanitaire: Macron divise le pays

 

 

Le président de l’institut Elabe, Bernard Sananès, analyse la stratégie de Macron face à la crise sanitaire. Une stratégie qui en fait  renforce l’anti macronisme. Un anti macronisme sans doute largement aussi fort que l’anti passe.

Le président de la République est monté au créneau avec gravité face à la crise sanitaire. Pourquoi cette tonalité aujourd’hui?

 

Bernard SANANÈS. - Emmanuel Macron veut montrer qu’il n’existe pas d’alternatives, ni sur un plan sanitaire ni sur un plan politique. Si l’on décortique sa stratégie en trois points, il y a d’abord une priorité claire: réussir à diminuer le nombre de réticents à la vaccination, pour atteindre, dans les prochaines semaines, 80 % de vaccinés. Deuxièmement, espérer qu’une forme de radicalisation des anti-passes, comme ce fut le cas avec les «gilets jaunes», finisse par détourner ceux qui pourraient en être sympathisants.

Troisièmement, éviter que le mouvement de contestation ne prenne de l’ampleur en étant nourri par d’autres colères, comme on l’a vu hier avec la décision de l’exécutif sur le contrôle technique des deux roues. Sans doute aussi a-t-il un peu d’inquiétude quant à la question de la hausse.

 

Passe sanitaire : une méfiance vis-à-vis du pouvoir

 

Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale estime, dans une tribune au « Monde », que les pouvoirs publics et au premier chef, le président de la République doivent prendre sérieux les protestations des anti passe.(Extrait)

Tribune. Les processions modernes que sont les manifestations hostiles au passe sanitaire ont réuni samedi 31 juillet 204 090 personnes. Dans une société sécularisée, la revendication des libertés publiques se substitue à l’invocation de la miséricorde divine par les pénitents au cours des grandes épidémies du passé.

L’affirmation de droits et de convictions personnelles, y compris à rebours des évidences et des contraintes imposées par la dynamique pandémique, serait le chemin du salut, sauvegardant les principes démocratiques érigés au rang de règles de foi. Ce recours au registre du religieux pour tenter d’interpréter nos croyances et nos pratiques laïques en temps de pandémie, peut s’appliquer à l’onction républicaine que représenterait la vaccination et au viatique que devient le passe sanitaire.

Le chef de l’Etat ne s’est-il pas investi d’une fonction hiératique à vouloir, dans le secret des délibérations du conseil de sécurité sanitaire, décider en tout ? Y compris en pariant contre l’expertise scientifique, estimant qu’infaillible il s’exonérait de tout jugement critique à l’égard de ses choix.

Nous n’avons pas produit une pensée et une politique à hauteur de défis inédits et complexes, dont l’issue ne dépend pas seulement des capacités biomédicales à produire un vaccin et de la résolution internationale à le rendre accessible à tous. Si les discours incantatoires n’ont aucune prise sur le réel, c’est parce qu’il leur manque une capacité d’analyse et de synthèse, et qu’établir des diagnostics immédiats ne suffit pas pour crédibiliser une stratégie et mobiliser une société qui a substitué la défiance à la foi.

Manifestants vaccinés

Manque un récit collectif qui permette de nous comprendre, de nous situer et d’être reconnus à notre juste place afin de contribuer, en responsabilité, à un engagement dans la durée. Mais ce qui semble faire tout autant défaut, c’est l’énoncé de règles de gouvernance respectueuses de notre attachement éthique à des principes que des décisions contestables sont de nature à bafouer.

L’exigence de réforme d’une méthode que réfutent ceux qui protestent dans la rue contre ce qu’ils considèrent comme une forme d’arbitraire déraisonnable, doit être prise au sérieux, respectée dans ce qu’elle exprime et considérée comme une alerte. Convient-il de rappeler que nombre de manifestants affirment être vaccinés ? Ils ne peuvent donc pas être assimilés à cette communauté informelle d’irrédentistes ou de factieux que certains stigmatisent à mauvais escient ?

Passe-sanitaire : les sites pour récupérer le QR ne fonctionnent pas!

Passe-sanitaire : les sites pour récupérer le QR ne fonctionnent pas! plateforme qui permet de récupérer son QR Code, en panne ! 

La plateforme SIDEP , le site ameli.fr qui normalement doivent  permettre de récupérer le QR code ne fonctionne pas. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de sortir des décrets pour sanctionner ce qui ne serait pas en possession du fameux sésame.

Passe sanitaire : Un déficit de pédagogie et de proportionnalité

Passe sanitaire : Un déficit de pédagogie et de proportionnalité

 

Le philosophe Abdennour Bidar s’étonne, dans une tribune au « Monde », que le principe de proportionnalité ne soit pas davantage au cœur du débat public pour juger du bien-fondé des mesures sanitaires. Cela permettrait à l’Etat de faire preuve de pédagogie vis-à-vis des plus réticents à la vaccination contre le Covid-19.(extraits )

 

Tribune.

 

Le Conseil d’Etat s’est exprimé le 19 juillet sur le projet de loi relatif à l’adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire, mais, curieusement, sa réflexion a très peu mobilisé le principe de proportionnalité. En 2018, son vice-président honoraire, Jean-Marc Sauvé, en développait la définition dans Les Cahiers Portalis :

« La puissance publique ne peut limiter la liberté des citoyens que “dans la mesure indispensable à la protection des intérêts publics” (Schwarze, 2009) : elle doit assurer en priorité la garantie des droits fondamentaux. Entre l’intervention de la puissance publique au nom de l’intérêt général et la sauvegarde des droits et des libertés des citoyens, le principe de proportionnalité permet d’opérer une mise en balance, métaphore de la justice. (…) Une mesure restrictive des droits et des libertés doit donc être à la fois appropriée ou adaptée, nécessaire et proportionnée. »

Le point sur le passe sanitaire : Ce que contient le projet de loi adopté définitivement par le Parlement

Comment se fait-il que le principe de proportionnalité ne soit pas au premier plan aujourd’hui dans le débat public alors qu’il est sans doute incontournable pour juger du bien-fondé des mesures sanitaires prises par l’Etat français depuis le début de la crise ? Pour cet Etat, sa mobilisation serait le signe qu’il considère les citoyens comme des êtres doués de raison, invités à réfléchir sur la série des questions éthico-politiques ouverte par ce principe.

Le degré de coercition de l’action de l’Etat en matière de sécurité sanitaire (confinements, couvre-feux, obligation du port du masque, contrainte forte à la vaccination) est-il bien proportionné au degré de menace du virus et à la pleine garantie des droits fondamentaux des citoyens ?

Comment a été pensé, s’il a été pensé, l’équilibre entre les réponses apportées à la menace et les lourdes conséquences humaines et sociales de ces réponses, avec toutes les détresses qu’elles ont causées ? Comment a été pensé l’équilibre entre le souci de protection de la santé publique et la préservation des libertés élémentaires d’aller et venir, des droits sacrés de visiter les mourants et les personnes âgées, du droit de disposer de son propre corps en se faisant vacciner ou pas – bref, tout ce qui a été si gravement affecté ces derniers temps ?

Voilà sur quoi l’Etat et les médias gagneraient à faire porter le débat public, parce que cet Etat ferait ainsi de son action une réelle question de justice. Il serait par là même transparent en proposant la « publicité » de cette action, au sens qu’Emmanuel Kant donnait au concept : un Etat est démocratique quand il expose « publiquement » les motifs de son action pour donner aux citoyens les pleins moyens d’en juger par eux-mêmes.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol