Archive pour le Tag 'pas avant'

Impôts : baisse… pas avant en 2017

Impôts : baisse… pas avant  en 2017

La baisse des impôts, c’est pas pour demain mais juste avant les prochaines élections présidentielles, en 2017 ; un hasard sans doute !  La nouvelle trajectoire des finances publiques prévoit ainsi un déficit public (Etats, collectivités locales et comptes sociaux) ramené à 1,2% du PIB fin 2017, alors que le programme de stabilité du printemps dernier visait 0,7%. Pendant la campagne, François Hollande promettait un déficit nul à la fin de son mandat. La croissance atone de 2012 et 2013 a contraint à réviser les comptes. Paris assure pouvoir passer sous la barre des 3% de déficit en 2015, avec un taux à 2,8%. Un effort important qui devrait avoir des effets sur la dette publique. En pourcentage du PIB, elle devrait baisser d’un plus haut de 95,1% l’an prochain jusqu’à 91,0% fin 2017. Soit le niveau de 2012. Dans le terme « pause fiscale« , il fallait bien comprendre que les impôts n’allaient pas augmenter et non baisser. Selon le document de Bercy, il faudra attendre, comme François Hollande l’a promis, 2017. Après des dizaines de milliards d’euros de hausse des impôts ces dernières années, le gouvernement prévoit de stabiliser le niveau des prélèvements à 46,1% du PIB de 2014 à 2016. Un record toutefois. Dans la dernière année du mandat de l’actuel président, le taux baisserait jusqu’à atteindre 45,8%. François Hollande terminera donc son quinquennat avec un taux supérieur à celui observé à son arrivée, 45%. Pour réduire le déficit, c’est donc sur la dépense que le gouvernement veut continuer de s’appuyer. La progression des dépenses serait limitée à +0,2% (hors charge de la dette et pensions) à partir de 2015, après +0,4% prévu l’an prochain. A titre de comparaison, ces dépenses devraient augmenter de 1,7% cette année, après avoir progressé de 1% en 2012. C’est bien un effort considérable qui va encore être réalisé. Par exemple, le taux de dépenses publiques devrait baisser à 54% du PIB fin 2017 après avoir atteint un sommet cette année à 57,1%. Un seul pays européen fait mieux : le Danemark (58%). A 54%, la dépense retomberait à son niveau de 2008. Le gouvernement est optimiste : en 2013, il table sur une croissance de 0,1% du PIB mais le budget était calculé au départ sur une croissance de 0,8%), puis 0,9% en 2014, 1,7% en 2015 et 2% pour 2016 et 2017. Un niveau plus jamais vu depuis 2007. Un scénario jugé toutefois « prudent » par Bercy dans son document et qui s’appuie sur une reprise mondiale dont les entreprises françaises profiteraient « d’autant plus que leur compétitivité serait soutenue par le pacte de compétitivité ». Et aussi par une reprise de l’emploi. Car le gouvernement table sur une véritable embellie, avec + 90.000 emplois en 2014, contre – 55.000 en 2013. Soit une amélioration de +2,8%.

 

Supervision bancaire : pas avant fin 2014

Supervision bancaire : pas avant fin 2014

 

Le lancement du mécanisme unifié de supervision bancaire dans la zone euro, première étape vers l’union bancaire, risque d’être différé de trois mois, de juillet à septembre 2014, en raison de problèmes de calendrier. Il y a un an, les dirigeants de la zone euro se sont entendus pour que la Banque centrale européenne prenne en charge la supervision des banques afin d’assurer un meilleur suivi des grands établissements transfrontaliers. La BCE assumera cette nouvelle responsabilité 12 mois après l’adoption des textes nécessaires par le Parlement européen, un délai censé permettre à l’institution de se préparer. Il était prévu à l’origine que la législation soit votée en mars 2013, puis cette date a été repoussée à juillet, les négociations traînant en longueur. La finalisation du processus, avec vote du Parlement européen en session plénière, risque maintenant d’être reportée à septembre, a dit une source du Parlement européen. Ce report tient au fait que le Bundesrat, chambre haute du Parlement allemand, n’examinera le projet de texte que le 5 juillet. Or le Bundesrat, contrôlé par l’opposition sociale-démocrate et les Verts, a par le passé critiqué le projet de superviseur unique en estimant qu’il pourrait nuire à l’indépendance de la banque centrale. Le Parlement européen, a ajouté la source, entend s’assurer que le Bundesrat ne réclamera aucune modification du texte susceptible d’altérer le compromis auquel sont parvenus les gouvernements et les institutions de la zone euro. Le vote allemand interviendra au lendemain de la fin de la session plénière de juillet du Parlement européen, ce qui repousse le vote de ce dernier à la rentrée de septembre. Il reste en outre à négocier des nominations et des détails de fonctionnement du futur mécanisme de supervision. « Les négociations sont de première importance au niveau politique. Le transfert de pouvoirs de supervision au niveau européen implique d’être sûr que le nouveau superviseur pourra rendre des comptes », a déclaré la source de l’Europarlement. « Tel est l’objet de l’accord en train d’être discuté entre le Parlement et la BCE. »

 

Reprise vol Boeing 787, pas avant des mois

Reprise vol Boeing 787, pas avant des mois

Le directeur général d’International Airlines Group (IAG) s’est dit confiant samedi dans la capacité de Boeing à résoudre les problèmes de son Boeing 787 Dreamliner, mais estimé que cela pourrait prendre « des mois ». « Je suis confiant dans le fait que Boeing va trouver une solution technique aux problèmes qui ont été identifiés. Je m’attends à ce que le Dreamliner puisse voler à nouveau dans un délai raisonnable, mais il va y avoir du retard », a déclaré Willie Walsh, Le directeur général d’International Airlines Group (IAG) , à Dublin. « Je ne sais pas combien de temps cela va prendre car ils doivent revoir la conception de leur système de batterie et je m’attends à ce que cela prenne quelques mois », a-t-il ajouté.Willie Walsh a toutefois assuré qu’IAG, l’entité formée par British Airways et Iberia, ne remettait pas en question « les commandes passées à Boeing ». Tous les Boeing 787 sont cloués au sol depuis le 16 janvier en raison de plusieurs incidents récurrents, notamment avec les batteries au lithium. L’administration de l’aviation civile américaine (FAA) a toutefois autorisé jeudi Boeing à reprendre les vols d’essai de son Dreamliner.

 

Copé : des élections, oui mais pas avant 2014 !

 

Copé : des élections, oui mais pas avant 2014 !

Copé ne lâche rien surtout pas sa mainmise sur l’appareil de l’UMP. Donc pas d’élection avant 2014. Lundi, l’UMP entrera dans sa quatrième semaine de crise. François Fillon et Jean-François Copé doivent d’ailleurs se rencontrer une nouvelle fois pour tenter de trouver une solution au marasme dans lequel est plongé leur parti. En attendant, dans un entretien au Parisien, dimanche, le président proclamé a d’ores et déjà fermé la porte à un nouveau vote anticipé. C’est le dernier point d’achoppement entre les deux parties. Jean-François Copé a certes accepté l’idée d’un nouveau vote, réclamé par le camp Fillon, mais pas avant les municipales de 2014. Et il ne risque pas de changer d’avis : « nous ne pouvons pas nous permettre de repartir dans une campagne interne qui amènerait son nouveau lot de divisions alors que notre famille est déjà fragilisée. Il nous reste quinze mois avant les municipales. Une grande vague bleue est possible. L’urgence est donc au rassemblement et cela doit emporter sur tout le reste », fait-il valoir.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol