Archive pour le Tag 'partis'

« Le pays avant les partis »(Carole Delga)

« Le pays  avant les partis »(Carole Delga)

Carole Delga a refusé de candidater comme Première ministre de l’alliance du Nouveau Front Populaire. Néanmoins, Carole Delga multiplie les interventions médiatiques pour faire entendre sa voix et que celle-ci soit prise en compte dans les prochaines heures et jours, qui s’annoncent décisifs. La présidente socialiste de la région Occitanie milite ardemment pour une coalition de centre-gauche. ( dans la Tribune)

 

« Il faut aller chercher des voix au niveau de la macronie. Je trouve cela surréaliste de la part de certains responsables politiques qui vous expliquent qu’ils vont appliquer rien que leur programme sans avoir la majorité (à l’Assemblée nationale, ndlr). Cela donne le sentiment d’être déconnecté », a-t-elle appuyé ce midi, lors d’une conférence de presse en marge de l’assemblée plénière.

Si Carole Delga estime que certains points sont « intangibles » pour constituer un programme commun, comme davantage de justice sociale et un projet européen assumé, l’élue régionale est consciente que des concessions devront être faites pour s’associer solidement avec l’aile gauche de l’ancienne majorité parlementaire. Surtout, elle souhaite que les responsables politiques sortent de la posture de ne pas contribuer à un gouvernement soutenu par des députés issus du parti présidentiel.

« Le pays passe avant les partis, mais aussi avant les stratégies politiciennes individuelles. Je refuse la position des postures car ça fera à terme le jeu de l’extrême droite (…) Les Français demandent qu’on travaille davantage ensemble », estime la présidente de la région Occitanie.

Le premier point de passage de ce prochain gouvernement sera la prochaine loi de finances, qui devra être votée avant la fin de l’année. Une chose est sûre : la présidente de l’association des Régions de France militera pour la fin des coupes dans les dotations aux collectivités territoriales.

« En 2024, nous constatons une baisse de 136 millions d’euros de nos recettes, accordées par l’État. C’est une baisse très importante pour nous, qui s’ajoute à celle de 73,3 millions d’euros en 2023. Cela va impacter notre capacité à agir, sinon cela nous obligerait à nous endetter de manière trop importante. Nous avons donc décidé de ne plus compenser le désengagement de l’État. Nous n’avons plus la capacité de le faire », peste Carole Delga.

Les dotations à l’apprentissage ont été réduites, tout comme celles pour la formation professionnelle, ou encore la dotation pour compenser la hausse du coût de l’énergie. En réponse à cela, la région Occitanie compte se désengager de certains projets et structures d’État pour éponger cette baisse des dotations, tout comme des projets vont être étalés dans le temps.

« Pour faire des économies, j’ai listé un certain nombre de partenaires avec lesquels des discussions vont être engagées, dans le cadre d’un travail partenarial respectueux (…) Les projets en lien avec les mobilités et la transition énergétique ne seront pas concernés », prévient l’élue.

Mali : partis politiques autorisés mais dictature maintenue

Mali : partis politiques autorisés mais dictature maintenue

C’est évidemment une caricature de démocratie que proposent  les militaires au pouvoir désormais au Mali. Certes ils viennent d’autoriser à nouveau l’existence et le fonctionnement des partis politiques mais entendent bien conserver le pouvoir pour le présent et même pour l’avenir avec la candidature du chef de la junte.

 

Le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, avait décrété la suspension en accusant les partis de «discussions stériles» et de «subversion». Il avait invoqué le danger que les activités des partis faisaient peser sur un «dialogue» national en cours sur l’avenir politique du Mali. Les partis protestaient à ce moment-là contre le maintien des colonels à la tête du pays après l’échéance de mars 2024 à laquelle ils s’étaient engagés à céder la place à des civils après des élections.
Les principaux partis et ce qu’il reste de l’opposition avaient décidé de boycotter ce «dialogue». Le dialogue s’est tenu depuis avec la participation des soutiens du régime et a débouché en mai sur des «recommandations» préconisant le maintien au pouvoir des militaires «de deux à cinq ans supplémentaires», ainsi que la candidature de l’actuel chef de la junte à une future élection présidentielle.

Élections européennes : montée des partis nationalistes

Élections européennes : montée des partis nationalistes

Recul des partis traditionnels , monté des nationalistes et relative défaite des écolos marquent le résultat de l’élection européenne.

À droite, le groupe du Parti populaire européen, auquel appartient les Républicains français, devrait rester le plus important, avec 189 élus selon les projections du Parlement européen, en légère hausse par rapport à la mandature précédente.
La droite nationaliste et l’extrême droite sont divisées entre les groupes des Conservateurs et réformistes européens (ECR) et Identité et démocratie, qui obtiennent respectivement 72 et 58 sièges, contre 68 et 59 jusqu’ici.

La gauche, à l’inverse, décroche, même si les sociaux-démocrates devraient rester la deuxième force du Parlement de Strasbourg, avec 135 élus. De son côté, le groupe écologiste chute, passant de 72 eurodéputés lors de la mandature sortante à 53 tandis que le groupe de la gauche, où siège la France insoumise, en obtient 35.

 

Jusqu’alors, aucun parti politique ne détenait la majorité absolue au sein du Parlement européen, qui comptait jusqu’ici 705 eurodéputés.

Conclusion, le jeu des alliances sera un peu plus complexe que précédemment avec sans doute notamment des unions de circonstances.

Emplois fictifs des partis : des procès politiques ?

Emplois fictifs des partis : des procès politiques ?

Les procès dits « politiques » sont ceux où la justice est instrumentalisée, par certains gouvernements, mais aussi des accusés qui politisent certains procès en les médiatisant.

Par Pierre Allorant, Université d’Orléans; Noëlline Castagnez, Université d’Orléans et Walter Badier, Université d’Orléans dans la « Tribune »

Pour preuve du caractère très politique de ces affaires d’emplois fictifs, celui des permanents syndicaux de grandes entreprises nationales qui par centaines œuvrent pour autre chose que la défense des intérêts de la société qui les emploie. Des permanents d’ailleurs indispensables pour prendre en compte les intérêts des salariés du privé. Des permanents qui agissent dans le cadre confédéral ( pour l’organisation globale) et non pour leur entreprise ( ou alors partiellement).

Le jugement de l’affaire des assistants des eurodéputés du MoDem a été mis en délibéré au 5 février 2024.
Le jugement de l’affaire des assistants des eurodéputés du MoDem a été mis en délibéré au 5 février 2024. (Crédits : POOL)
Ce 5 février est attendu le jugement du procès des assistants parlementaires européens de l’Union pour la démocratie française (UDF) et du MoDem, dirigé par François Bayrou. Certains de ces assistants sont suspectés d’avoir œuvré davantage pour le parti que pour leurs eurodéputés. Cette affaire fait écho à d’autres au sein de la classe politique française.

Le Rassemblement national (RN) et La France insoumise (LFI), sont également soupçonnés d’emplois fictifs. Une enquête sur les conditions d’emploi d’assistants d’eurodéputés de LFI est en cours. Quant au RN, deux juges d’instruction financiers ont ordonné le 8 décembre 2023 le renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris de Marine et Jean-Marie Le Pen, du parti et de 25 autres de ses membres pour détournement de fonds publics. Alors que les procès contre des responsables ou des partis politiques sont nombreux, les médias et les protagonistes eux-mêmes ne les qualifient pas systématiquement de « procès politiques ». Que recouvre alors cette notion dans le champ scientifique ?

Une double stratégie de politisation
Les procès dits « politiques » sont ceux où la justice est instrumentalisée soit par l’instruction puis le ministère public, soit par les accusés, voire par une combinaison stratégique de ces deux volontés. Comme l’a montré la politiste Vanessa Codaccioni, les procès politiques sont le produit d’une double stratégie de politisation, du pouvoir et de l’opposition. Le premier mobilise des incriminations qui peuvent justifier le recours à des juridictions d’exception (comme la Cour de sûreté de l’État durant la guerre d’Algérie) mobilisées contre les « ennemis de l’intérieur », offrant à l’accusation des outils extraordinaires tels les gardes à vue prolongées (dans la lutte antiterroriste) et de procédures militaires. Magistrats aux ordres du garde des Sceaux, débats contradictoires tronqués et condamnations pour l’exemple en sont les marques dans les régimes autoritaires et même parfois en régime démocratique.

Sur la longue durée, historiens et juristes ont plutôt interrogé cette première forme de politisation de la justice. Toutefois, si le procès politique appartient à l’arsenal répressif d’un régime, l’opposition peut retourner à son profit la procédure, si ce n’est au tribunal, du moins dans l’opinion en médiatisant l’événement. L’affaire politico-judiciaire devient alors un espace alternatif pour faire de la politique en dehors du cadre institutionnel. Ainsi en 1863, le procès des Treize fédère les défenseurs des « libertés nécessaires » contre le Second Empire. Les procès politiques peuvent donc devenir une véritable opportunité qui permet à une opposition de retourner le stigmate, de catalyser ses forces et de se structurer sur le long terme.

Dans l’affaire des emplois fictifs, les attitudes des partis varient non seulement selon leur rapport aux institutions, mais aussi en fonction de leur stratégie.

Au pouvoir ou dans l’opposition : des stratégies à géométrie variable
François Bayrou, leader de l’un des partis alliés de la coalition au pouvoir depuis 2017, a incarné la posture du défenseur de l’État de droit face aux atteintes et dérives de la présidence de Nicolas Sarkozy. Aussi, ne peut-il emprunter la posture outragée de la victime d’un procès politique pour dénoncer un quelconque acharnement d’une justice qui lui serait idéologiquement hostile. Garde des Sceaux démissionnaire en raison d’une enquête préliminaire qui mènera à sa mise en examen dans l’affaire des emplois fictifs du MoDem au Parlement européen, il a choisi de répondre aux éléments du dossier point par point, davantage en législateur expérimenté qu’en dirigeant d’une formation politique.

Jean-Luc Mélenchon

Tout à l’inverse, Jean-Luc Mélenchon a théorisé pour la Vᵉ République une justice à charge contre les opposants politiques, en s’appuyant sur des précédents historiques et des exemples étrangers. Assimilant la France aux systèmes illibéraux, voire dictatoriaux, le leader de La France insoumise dénonce, derrière une médiatisation à charge par les organes proches du pouvoir, une tentative de le discréditer et de le faire taire. La vigueur de ses réactions est renforcée par une perquisition qui éclaire l’interpénétration de sa vie privée et du financement de sa communication politique. La personnalisation grandiloquente – « la République, c’est moi ! » – vise à renouer avec les grandes heures des combats pour les libertés parlementaires – du Léon Gambetta sous le Second Empire à Léon Blum au procès de Riom -, en rappelant que la tradition républicaine française réserve la souveraineté populaire au Parlement.

Quelques jours avant la condamnation du leader de LFI par le tribunal correctionnel de Bobigny pour « actes d’intimidation envers l’autorité judiciaire, rébellion et provocation », l’ancien candidat à la présidentielle et ses soutiens avaient dénoncé un procès politique. Dans une tribune intitulée « Le temps des procès politiques doit cesser », publiée le 15 septembre dans le Journal du Dimanche, plus de 200 personnalités, parmi lesquelles Jean-Luc Mélenchon lui-même, le brésilien Lula, l’équatorien Rafael Correa ou encore l’espagnol Pablo Iglesias, mettaient en garde contre le recours croissant à la « tactique du lawfare », c’est-à-dire « une instrumentalisation de la justice pour éliminer des concurrents politiques ».

Quelques jours plus tard, le leader des insoumis faisait paraître Et ainsi de suite… Un procès politique en France, dans lequel il dénonçait une justice politique aux ordres de l’exécutif avec la complicité des médias :

« Le lawfare est une guerre judiciaire, médiatique et psychologique. La leçon des expériences montre qu’on ne peut rien négocier, rien stopper. Il ne faut jamais renoncer à mener cette bataille comme une bataille politique, un rapport de force. Jusqu’à ce que la réputation de l’adversaire devienne aussi discutée que celle de l’accusé sans preuve » [p. 179].

Quant à l’extrême droite, longtemps habituée à dénoncer, elle aussi, l’hostilité de la justice à son égard, le passage du Front au Rassemblement national vient percuter cette instrumentalisation des procédures judiciaires.

Jordan Bardella & Marine Le Pen

Si Jean-Marie Le Pen ne pouvait que se satisfaire de ses condamnations à répétition, qui venaient renforcer sa marginalité face à « l’establishment » et sa posture de tribun de la plèbe contre les élites coalisées, la normalisation et la dédiabolisation du Rassemblement de Marine Le Pen rendent complexe la posture victimaire. L’institutionnalisation du RN à l’Assemblée nationale depuis 2022 (vice-présidences et respect des codes parlementaires) apparaîtrait incohérente avec la dénonciation véhémente d’une justice politique et incompatible avec l’aspiration à devenir un parti de gouvernement apte à être admis au sein d’une coalition.

Le RN apparaît en conséquence à la croisée des chemins à l’occasion de cette affaire judiciaire : s’il renoue avec son héritage de mouvement hostile aux institutions politiques et judiciaires, il risque de mettre à bas une décennie d’efforts pour s’intégrer au système. À cette aune, le prochain procès sur les emplois fictifs constituera un test important sur la pérennité de la stratégie de notabilisation et de respectabilité du RN.

______
Par Pierre Allorant, Professeur d’Histoire du droit et des institutions, Université d’Orléans ; Noëlline Castagnez, Professeur d’Histoire politique contemporaine, Université d’Orléans et Walter Badier, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Orléans

Société-Pourquoi une conférence sociale avec les partis politiques ?

Société-Pourquoi une conférence sociale avec les partis politiques ?

Il n’est pas sorti grand-chose de la réunion provoquée par le chef de l’État avec les organisations politiques hormis cette perspective très floue de conférence sociale. Une conférence qui porterait sur les bas salaires et la révision à la hausse des minima dans les branches. Si l’objectif est louable et même urgent, par contre on peut s’interroger sur la présence de politiques pour discuter d’une question essentiellement sociale et qui doit être de la responsabilité des partenaires sociaux les syndicats d’un côté et les patrons de l’autre.

Il y a suffisamment de questions politiques générales et de questions sociétales pour occuper le monde politique sans qu’il mette inutilement son et dans les négociations sociales.

Largement discrédité les organisations politiques glissent vers le social pour tenter de rénover une image de marque bien ternie.

De leur côté , les syndicats et d’une façon plus générale les partenaires sociaux ne doivent pas contribuer à installer la confusion entre domaine social et domaine politique. On peut se demander d’ailleurs ce que les syndicats font par exemple dans le cadre du soi-disant conseil national de la Refondation qui évidemment n’a rien à voir avec l’ancien conseil de résistance et qui ne constitue qu’un gadget politique pour contourner les institutions. En voulant s’impliquer sur la question des carrières et des salaires, le gouvernement relance son travail d’équilibriste. Mais l’initiative pose de nombreuses questions.

Vacances: 88% des Français partis en France cet été

88% des Français sont partis en France cet été

La ministre déléguée au Tourisme, Olivia Grégoire, a annoncé que «88% des Français sont partis en France». Elle évidemment de préciser qu’il ne s’agit que des 50 % de Français qui partent en vacances ( autour de 55 %). Les vacances en France ont été privilégiées essentiellement en raison de la crise économique et de la réduction du pouvoir d’achat. D’une façon générale, les Français ont renié sur à peu près toutes les dépenses notamment la restauration. Pour l’ensemble de l’été, la ministre s’est félicitée d’une saison «globalement excellente en France, du même cru que l’an passé, qui était record». «L’été marque le grand retour de la clientèle internationale, alors que la fréquentation des Français est restée à ses très bons niveaux de 2022.

Le taux de départ en vacances a peu évolué au cours des trente dernières années. Il était de 61 % en 1989 selon l’Insee et de 64 % selon le Crédoc en 2019. En 2020 et 2021, la crise sanitaire qui logiquement a fait chuter le taux. Et en 2023 c’est la baisse du pouvoir d’achat qui a freiné le nombre de départs en vacances

Le boom des vacances s’est produit entre les années 1970 et 1980. Le taux de départ (selon la mesure de l’Insee) a grimpé de 42 % à 58 % entre 1964 et 1985 1. Le taux de départ a tout de même connu un creux dans les années 2000, autour de 55 %.

Hors période de crise, environ 40 à 45 % % de la population ne part pas chaque année. Prendre des vacances est loin d’être le lot commun. Et encore, la définition des congés est très large : il suffit de passer quatre jours hors du domicile personnel. Les vacances elles-mêmes peuvent être de nature très différente. Il peut s’agir de quelques kilomètres pour visiter de la famille ou des amis un week-end prolongé, comme de plusieurs semaines à l’étranger.

Le plafonnement du taux de départ peut s’expliquer de plusieurs façons. Depuis près d’une vingtaine d’années, les niveaux de vie stagnent pour les catégories les moins favorisées, ce qui n’aide pas à partir. La précarité de l’emploi rend aussi les départs difficiles. Une précédente étude du Crédoc avait montré que la hausse du taux de départ à la fin des années 2000 et au début des années 2010 résultait pour l’essentiel d’une progression chez les seniors : le taux de départ des plus de 70 ans est alors passé de 32 à 47 % entre 2008 et 2014. Les revenus de ces générations progressent, car elles ont moins été marquées par le chômage et du fait de l’activité féminine. En meilleure santé physique, leurs modes de vie – et leur rapport aux loisirs – changent. À l’inverse, entre 2009 et 2014, le taux de départ des 18-24 ans avait baissé de 65 à 60 %.

En matière de congés, le revenu joue bien entendu. Selon l’Insee de moins en moins de ceux qui figurent parmi les plus modestes disent « ne pas avoir les moyens de se payer une semaine de congés hors de leur domicile » (voir graphique). Pour autant, la moitié des 20 % les plus pauvres sont dans ce cas, ce qui représente environ six millions de personnes (enfants compris). Le contraste est grand entre le modèle véhiculé par exemple par la télévision sur les modes de vie des Français et le vécu d’une grande partie des familles de milieu populaire. Le modèle de la famille qui se met au vert l’été et au blanc l’hiver reste l’apanage du haut de l’échelle sociale. Parmi les ménages modestes, seuls ceux qui disposent d’un hébergement gratuit (famille ou amis) ou qui sont aidés par un comité d’entreprise (pour ceux qui travaillent dans les plus grandes entreprises) peuvent s’offrir de plus longs congés hors de chez eux.

Politique : Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Politique : Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Ce qui semble caractériser la période, c’est la présences de nombre de responsables politiques assez transparents et incompétents. Bref, une sorte de sociologie de « stagiaires ». C’est d’abord le cas du gouvernement avec 42 ministres dont 90 % ou presque sont inconnus et ne servent d’ailleurs pas à grand-chose. Ceci vaut aussi pour les premiers ministres choisis par Macron qui a dessein prend un Premier ministre relativement pâle et sans expérience politique. C’est vrai aussi à l’Assemblée nationale où le parti du président peine à faire émerger quelques députés un peu conséquents. La plupart du temps, on a l’impression qu’il s’agit d’un parti de « stagiaires » sortis tout juste des instituts de formation politique sans grande conviction et sans expérience.

Malheureusement, dans les autres parties en souffrent aussi d’un sérieux manque de compétence et de charisme. C’est vrai à droite où Ciotti ne fait guère le poids chez les « républicains ». Mais c’est vrai aussi à gauche où les députés de la NUPES cachent souvent par leur agitation leur manque de connaissances sur les dossiers. Ils adoptent une posture davantage syndicale que politique. À l’extrême droite, c’est le grand silence qui permet de faire l’impasse sur les capacités réelles de gestion politique.

D’une façon générale, le personnel politique actuel n’est pas à la hauteur des enjeux. À commencer par le président de la république condescendant et immature, incapable de prendre la dimension de son rôle qui consiste surtout à assurer l’unité du pays. Comme un ado, il réagit au quart de tour et multiplie les bavures verbales et les contradictions.

Beaucoup de ces responsables politiques sont un peu jeunes pour prétendre diriger un pays. Il cumule trois insuffisances notoires : le manque de maturité , le manque d’expérience et le manque de compétence. Certes on ne saurait prétendre que c’était forcément mieux avant mais on doit quand même constater l’insuffisance actuelle de leaders à la fois charismatiques et d’une certaine épaisseur politique.

Démocratie: Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Démocratie: Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Ce qui semble caractériser la période, c’est la présences de nombre de responsables politiques assez transparents et incompétents. Bref, une sorte de sociologie de « stagiaires ». C’est d’abord le cas du gouvernement avec 42 ministres dont 90 % ou presque sont inconnus et ne servent d’ailleurs pas à grand-chose. Ceci vaut aussi pour les premiers ministres choisis par Macron qui a dessein prend un Premier ministre relativement pâle et sans expérience politique. C’est vrai aussi à l’Assemblée nationale où le parti du président peine à faire émerger quelques députés un peu conséquents. La plupart du temps, on a l’impression qu’il s’agit d’un parti de « stagiaires » sortis tout juste des instituts de formation politique sans grande conviction et sans expérience.

Malheureusement, dans les autres parties en souffrent aussi d’un sérieux manque de compétence et de charisme. C’est vrai à droite où Ciotti ne fait guère le poids chez les « républicains ». Mais c’est vrai aussi à gauche où les députés de la NUPES cachent souvent par leur agitation leur manque de connaissances sur les dossiers. Ils adoptent une posture davantage syndicale que politique. À l’extrême droite, c’est le grand silence qui permet de faire l’impasse sur les capacités réelles de gestion politique.

D’une façon générale, le personnel politique actuel n’est pas à la hauteur des enjeux. À commencer par le président de la république condescendant et immature, incapable de prendre la dimension de son rôle qui consiste surtout à assurer l’unité du pays. Comme un ado, il réagit au quart de tour et multiplie les bavures verbales et les contradictions.

Beaucoup de ces responsables politiques sont un peu jeunes pour prétendre diriger un pays. Il cumule trois insuffisances notoires : le manque de maturité , le manque d’expérience et le manque de compétence. Certes on ne saurait prétendre que c’était forcément mieux avant mais on doit quand même constater l’insuffisance actuelle de leaders à la fois charismatiques et d’une certaine épaisseur politique.

Réforme des retraites : quel positionnement des partis de gauche ?

Réforme des retraites : quel positionnement des partis de gauche ?

Par Christophe Sente, membre du Cevipol au sein de l’Université libre de Bruxelles, ainsi que du conseil scientifique de la Feps (Fondation for European Progressive Studies). Il a récemment consacré des textes à l’évolution politique sociale américaine et européenne qui ont été publiés par la revue Social Europe et la Fondation Jaurès.

En pleine mobilisation contre le projet de réforme des retraites, les partis de gauche sont en mouvement. À entendre les réactions des responsables politiques, la direction prise relève d’une sortie du travaillisme, terme qui désigne une tendance à privilégier la recherche de compromis au service des intérêts matériels des travailleurs par rapport à une projection idéologique, même si rares sont les partis qui choisissent cette dénomination. La recherche d’un affrontement politique avec le gouvernement semble ainsi primer sur la recherche de nouveaux équilibres capables de satisfaire les intérêts des employés comme des entrepreneurs.

Du recul est nécessaire pour comprendre l’évolution en cours. Au XIXe siècle, la gauche socialiste européenne s’est organisée pour défendre les intérêts du monde ouvrier. Dans plusieurs pays dont la France ne fait pas partie, des partis socialistes ont été créés à l’initiative de syndicats pour assurer l’inscription à l’agenda parlementaire d’assurances sociales protégeant les actifs des risques liés à l’accident, la maladie ou encore à l’âge.

Au XXe siècle, la gauche française ne réussit pas à obtenir un monopole de la représentation des travailleurs qui préfèrent parfois voter pour des partis chrétiens, voire d’extrême droite, défendant aussi des programmes sociaux. Elle étend cependant cette représentation, d’abord limitée aux ouvriers, aux employés du secteur privé, aux fonctionnaires, aux retraités et aux chômeurs. Son discours anticapitaliste originel se fait discret à partir de 1945 et elle devient « travailliste ».

Autrement dit, si le travail conserve la centralité qu’il trouvait chez Karl Marx qui y voyait un facteur de production aussi important que le capital, la gauche lie désormais, le temps des trente glorieuses, le sort de ses revendications sociales au succès des entreprises capitalistes.

L’après-Seconde Guerre mondiale est caractérisé par la recherche de la paix sociale face au risque communiste. La gauche obtient alors, pour les catégories socioprofessionnelles qu’elle représente, des régimes légaux de pensions financés par la redistribution d’une part de la richesse nationale.

Cette évolution incite des observateurs à suggérer que les états démocratiques européens ne sont pas seulement caractérisés par un parlementarisme d’inspiration libérale mais aussi par un régime « néocorporatiste » c’est-à-dire une capacité des représentants du capital et du travail à assurer la convergence des intérêts de l’industrie et des salariés.
La sortie du travaillisme amorcée au XXᵉ siècle

En 2023, les discours et les choix stratégiques des partis qui forment l’opposition de gauche au gouvernement d’Elisabeth Borne indiquent une évolution en dehors du travaillisme. Celle-ci a en fait été amorcée au siècle dernier. Elle prend toutefois une nouvelle orientation. Les deux déterminants de cette nouvelle orientation ont environ cinquante ans d’âge.
Premièrement, à partir des années 1970, sous l’impulsion de la révolution culturelle de 1968 et de la théorisation de la possibilité d’un épanouissement individuel à l’intérieur d’une société post-industrielle prospère, la gauche, élargie au mouvement écologiste, intègre la revendication d’une libération du temps. Celle-ci est satisfaite par une diminution de l’horaire de travail hebdomadaire, des formules de pause dans la carrière et, en France, l’abaissement à 60 ans de l’âge de la retraite par le gouvernement de Pierre Mauroy.

Deuxièmement, au cours des années 1980, l’Europe est dans une situation de la stagflation, la croissance est en berne et l’inflation forte. Afin d’en sortir tout en optimisant leurs bénéfices, les détenteurs de la propriété industrielle et des capitaux abandonnent le compromis fordiste basé sur une consommation de masse et néocorporatiste.

La croissance est rétablie sur la base d’une stimulation des exportations et du développement des secteurs des services et de la finance. La confiance est par contre rompue entre les acteurs de l’entreprise depuis que le travail est redevenu, dans la doxa « néolibérale » anglo-saxonne, une variable d’ajustement, comme au XIXe siècle.

En 2023, l’orientation de l’opposition de gauche à Elisabeth Borne et Emmanuel Macron présente plusieurs caractéristiques qui accentuent la sortie du travaillisme.
Tout d’abord, l’orientation des partis qui forment la Nupes comme de l’extrême gauche traditionnelle comporte un double critique de la réalité économique présentée par le gouvernement. Le premier concerne les finances publiques et privées qui, selon les partisans de la réforme, ne peuvent soutenir une situation, impensée en 1945, dans laquelle le rapport entre le nombre d’actifs et de retraités tend à s’inverser.

Le second touche l’état du continent européen qui exigerait une réindustrialisation des nations pour assurer la sécurité économique, énergétique, écologique, sanitaire et militaire des populations. Or, le déploiement d’une nouvelle génération de politiques industrielles exige une mobilisation de ressources humaines dans un contexte de natalité faible et de résistances sociétales à l’immigration extraeuropéenne. C’est sur la base de l’une ou l’autre de ces considérations, voire des deux, que la plupart des états européens ont relevé l’âge de départ à la retraite et s’emploient à augmenter le taux d’emploi.

Ensuite, en dépit de la diversité du paysage salarial et des droits en matière de retraite, les forces politiques de gauche parient sur la constitution d’un front national et social du refus, incluant notamment les étudiants. À ce stade, ainsi qu’en témoignent notamment les interventions de la France Insoumise sur le sujet des recettes, elles ne misent pas sur la présentation d’alternatives abouties aux réformes envisagées par le gouvernement.

Le seul tempérament à cette opposition frontale est la revendication, encore que très générale et n’impliquant pas une reconsidération des régimes existants lorsque la nature du travail a évolué depuis l’institution de ceux-ci, d’une prise en considération de la pénibilité des métiers.

Alors que des think tanks progressistes comme la Fondation Jaurès ou Terra Nova ont présenté des modalités alternatives de réforme du système des retraites, la rhétorique de la gauche politique reste dominée par des slogans. La référence à la captation de « super profits » par des « élites » comme à la faible espérance de vie des Français les plus pauvres, est une expression de la stratégie populiste suggérée par Chantal Mouffe.

Enfin, la Nupes et l’extrême gauche refusent le débat ouvert par le président de la République sur le « dividende salarié », c’est-à-dire sur la possibilité d’augmenter les revenus que les travailleurs tirent de l’activité économique, voire leurs droits à l’intérieur de la gouvernance des entreprises. Ce refus est à la fois fondé sur une réticence à l’égard de la cogestion des entreprises et à une opposition de principe aux formes extrasalariales de rémunération qui ne sont pas intégrées aux calculs des droits en matière de chômage ou de pension.
Aux USA, ce type de proposition est notamment soutenu par Bernie Sanders, mais, à ce jour, la réactivation d’un compromis néocorporatiste n’est à l’agenda ni des partis socialiste et communiste, ni des Insoumis.

Les partis politiques qui forment l’opposition de gauche à Emmanuel Macron ne sont plus que travaillistes dans la mesure où ils acceptent, comme le 19 janvier, de défiler derrière les organisations syndicales.

Pour les partis qui défilent aujourd’hui dans la rue, la constitution d’un mouvement social est le prélude d’un débat parlementaire et au service d’un effritement de la majorité relative dont dispose Elisabeth Borne.

Cette stratégie peut être considérée comme à ce jour payante dès lors que de nombreux citoyens ont répondu aux appels à manifester et des tensions se sont révélées au sein du camp présidentiel. Elle ne sera pas nécessairement gagnante car elle expose la gauche d’opposition à deux risques.

L’un est celui d’une incapacité à canaliser le mouvement social dans un débat parlementaire. Ce scénario est celui d’un blocage du pays, le cas échéant par de nouveaux « gilets jaunes », si le mouvement échappe aux syndicats.

L’autre est celui de la concurrence, voire de la convergence, au sein de l’assemblée du Rassemblement national de Marine Le Pen, tenu jusqu’à présent à l’écart des manifestations par les organisations syndicales.

Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers

Enquête sur le financement de Partis politiques par de grandes firmes financières ou par des pays étrangers

 

Des  députés de Renaissance veulent une enquête sur d’éventuels financements russes au sein de partis français. Parallèlement, le parti de Marine Lepen demande une enquête sur les liens entre les géants américains et le parti du pouvoir en France

Pour la majorité il s’agit de « savoir si des partis politiques avaient bénéficié de financements russes » et ils ont notamment pointé « des prises de position en faveur de la Russie de plusieurs dirigeants politiques français de premier plan ». D’après ces  députés, « la gravité des faits » impose une enquête. Une autre de leurs accusations porte sur « des prêts contractés pour financer des campagnes électorales et dont les sommes sont toujours dues bien des années plus tard ». Ils visent ici le Rassemblement national .

Le parti de Marine Le Pen avait de son côté annoncé ce vendredi qu’il allait bientôt déposer une résolution afin de créer une commission d’enquête à l’Assemblée qui aurait pour rôle d’éluder les rapports de la majorité avec différentes puissances étrangères. Ils espèrent que cette commission pourra « préciser la nature des liens entre certains élus de la majorité présidentielle et le Qatar » et « enquêter sur ce qui s’apparente à une véritable coproduction législative entre le parti présidentiel et les géants américains Amazon, Microsoft, Google ou encore Uber ». De possibles liens entre la Chine et la majorité sont aussi évoqués par le Rassemblement national.

Macron responsable de l’audience des partis radicaux

Macron responsable de l’audience des partis radicaux

 

En tuant en grande partie les partis de gouvernement ( PS et Républicains), Macron a donné l’occasion aux partis extrêmes d’exister et de se faire entendre avec le risque qu’un jour ils prennent le pouvoir car le flou de l’idéologie macroniste et la virtualité du parti En marche ne résisteront  pas à l’après Macron.

 

La nouvelle donne politique, née avec l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir en 2017, a transformé le mode d’opposition sur lequel fonctionne notre démocratie, analyse Alexandre Viala, professeur de droit public, dans une tribune au « Monde ».

Lors d’une interview sur BFM-TV, le 5 juillet, Gérald Darmanin a distingué deux types d’opposition à la majorité présidentielle : si les députés Les Républicains et certains députés socialistes ou écologistes sont des « adversaires » avec lesquels il serait permis de trouver des compromis pour voter les lois, le Rassemblement national (RN) et La France insoumise seraient en revanche des « ennemis » sur lesquels il est impossible de compter. Le propos a choqué nombre de parlementaires qui, au sein de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) et du RN, se sont sentis regardés comme les parias de l’arc républicain, alors qu’ils représentent des millions d’électeurs à l’Assemblée nationale.

Les mots du ministre de l’intérieur ne devraient pourtant guère surprendre dès lors qu’ils s’inscrivent dans le prolongement de la stratégie d’Emmanuel Macron depuis le début de son aventure électorale. Pour conquérir l’Elysée en 2017, il a affaibli ses adversaires en s’appropriant les valeurs communes aux deux formations politiques à vocation majoritaire, de droite comme de gauche, afin d’être le seul à pouvoir tenir lieu de rempart au RN.

Dans un passé récent, Eric Dupond-Moretti a justifié son entrée en campagne dans les Hauts-de-France en vue de déstabiliser Xavier Bertrand aux élections régionales de juin 2021, avec la même nuance sémantique que celle de Gérald Darmanin : « Xavier Bertrand est un adversaire, précisait-il, Marine Le Pen un ennemi. » Révélatrice de l’évolution des rapports de force partisanes, cette stratégie consistant à affaiblir l’adversaire pour affronter confortablement l’ennemi est particulièrement intéressante du point de vue de la philosophie politique.

Depuis 2017, une règle tacite oriente le jeu de la campagne présidentielle, réitéré en 2022 : le Graal revient à celui qui se qualifiera en finale face à la représentante d’un électorat protestataire qui a fait sociologiquement sécession en se maintenant solidement au-dessus de 20 %, sans pouvoir rassembler au second tour. Pour nourrir cette stratégie gagnante, Emmanuel Macron a substitué au vieux clivage gauche-droite, celui qui oppose, disait le philosophe Karl Popper, les partisans de la société ouverte [démocratique et gouvernée par la raison] face aux tenants de la société fermée. Cette nouvelle donne politique est le symptôme d’une évolution sociologique qui outrepasse le contexte hexagonal.

Des partis politiques trop peu représentatifs en France pour envisager un pacte de gouvernement

Des partis politiques trop peu représentatifs en France pour envisager un pacte de gouvernement

 

Il y a une contradiction à vouloir, en France, un pacte de gouvernement similaire à celui de l’Allemagne, où les partis structurent la vie politique, « après avoir œuvré à dynamiter les partis français », estime l’historien et germaniste Jean-Pierre Gougeon dans une tribune au « Monde ».

 

À la différence de la France, les pactes de gouvernement sont possibles en Allemagne du fait de la puissance et de la représentativité des partis politiques. En France, la plupart des partis politiques sont essentiellement des sortes de groupes d’oppositions mais pas des partis de gouvernement. Des sortes de syndicats politiques pour contester et non pour gérer. Le problème ,c’est qu’une fois aux affaires ces partis sont contraints de faire à peu près le contraire de ce qu’ils avaient préconisé dans l’opposition  et se trouvent assez rapidement discrédités. Voir l’exemple du parti socialiste mais aussi des « Républicains ». Ce serait sans doute aussi le cas si les partis extrêmes venaient à  prendre le pouvoir NDLR

 

Tribune

 

la suite des élections législatives françaises, marquée par l’absence de majorité absolue pour le camp présidentiel, et à un moment où la nouvelle Assemblée nationale se met au travail, on peut s’étonner de voir apparaître dans le débat politique français la référence à un possible « modèle allemand » pour élargir la majorité. Cette idée est évoquée tantôt par ceux qui tentent de masquer une défaite en se montrant innovants et ouverts, tantôt par ceux qui essaient d’habiller un possible « contrat de gouvernement » ou « pacte de gouvernement ».

Cette évocation peut paraître bien singulière dans un contexte éloigné de la tradition et de la réalité allemandes. Si les coalitions constituent le mode de gouvernement en Allemagne, avec une exception notable lorsque le chancelier Konrad Adenauer put gouverner en 1957 seul avec son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), elles sont d’abord l’expression de la force des partis politiques et des groupes parlementaires qui en sont l’émanation. Elles se veulent l’expression d’une dynamique politique et non d’un quelconque pis-aller. Il y a une contradiction de fond à se réclamer soudainement du « modèle allemand » après avoir œuvré à dynamiter les partis politiques français.

En Allemagne, les partis et les groupes parlementaires structurent la vie politique. Les groupes parlementaires allemands ont un réel poids politique, financier et humain, en comparaison du statut très dégradé de leurs homologues français. En France, le président de groupe parlementaire « pèse » peu, alors qu’en Allemagne c’est une personnalité de premier plan, au même titre qu’un ministre important, voire plus. Quant aux partis politiques, en dépit des crises d’identité traversées par les uns et par les autres – les sociaux-démocrates après l’ère Gerhard Schröder [chancelier fédéral de 1998 à 2005] ou l’Union-chrétienne démocrate (CDU) dont certains membres déplorent le « recentrage » –, ils conservent un nombre d’adhérents enviable : 393 700 pour le Parti social-démocrate (SPD), 384 000 pour l’Union chrétienne-démocrate (CDU), 125 000 pour les Verts [chiffres de 2021].

Montée du RN: Tous les autres partis responsables ?

Montée du RN: Tous les autres partis responsables ?

 

Le président de SOS Racisme pointe, dans une tribune au « Monde », la responsabilité de toutes les familles politiques, des LR à la Nupes en passant par La République en marche, dans la percée du Rassemblement national.

 

Le second tour de ces élections législatives, dimanche 19 juin 2022, confirme de la pire des façons les enseignements du premier tour du 12 juin : une abstention massive – près de 55 % des inscrits – de nature à saper la légitimité des institutions et une percée historique du Rassemblement national (RN) qui, avec 89 députés élus à l’issue d’un scrutin majoritaire, traduit sur le plan institutionnel le visage inquiétant de l’état de notre corps électoral depuis 2002.

Il est également à noter que ce score de l’extrême droite est le fruit évident de l’effondrement du front républicain qui commandait à tout parti attaché à la préservation de la démocratie d’appeler à battre le candidat d’extrême droite en votant en faveur du candidat adverse, quand bien même ce dernier aurait été un adversaire politique.

A l’occasion de ces élections législatives, ce front républicain n’a été fermement tenu par aucune des principales familles politiques de notre pays. La droite républicaine, représentée par LR et l’UDI, est la famille politique dont l’attitude de distance à l’égard du front républicain étonnera le moins, tant elle est depuis longtemps éloignée d’un clair positionnement anti-RN.

A cet égard, la stratégie naguère impulsée par Nicolas Sarkozy sous sa présidence, en rupture avec la période de clarté qu’avait installée Jacques Chirac sur le plan des alliances électorales, produit des effets puissants depuis de nombreuses années. Car cette stratégie a libéré chez une partie des leaders de cette famille politique des paroles de complaisance à l’endroit de l’extrême droite.

Il n’est qu’à penser au positionnement d’Eric Ciotti, indiquant très clairement qu’il préférerait Eric Zemmour à Emmanuel Macron si le second tour de l’élection présidentielle avait opposé ces deux candidats. En accompagnement de cette disparition progressive d’une parole gaulliste mettant à distance les héritiers politiques de Pétain, l’électorat de la droite républicaine a progressivement fait tomber ses préventions à l’endroit de l’extrême droite.

Ce mouvement a été tellement massif que même Valérie Pécresse, pour conjurer sa chute électorale lors de la dernière élection présidentielle et pour séduire son électoral qui la fuyait, a cru qu’il était pertinent de reprendre à son compte des éléments de langage de l’extrême droite en agitant le risque du « grand remplacement ».

Quant à la majorité présidentielle, elle endosse une responsabilité centrale dans le visage défiguré de l’Assemblée nationale. Et cette responsabilité vient de loin. Elle vient d’ailleurs sans doute de la nature même du « macronisme » qui ne s’est pas tant présenté comme une alliance entre la gauche et la droite – soit une configuration dont nous ne sommes pas coutumiers en France, mais qui existe chez nombre de nos voisins, régulièrement dirigés par des coalitions de partis de gauche et de partis de droite – que comme une construction politique incarnant le dépassement de la droite et de la gauche.

Vers la mort des partis ?

Vers la mort des partis ?

Dans un entretien au « Monde », le professeur italien de sciences politiques explique la crise traversée par les partis traditionnels français, qui ne peuvent plus compter que sur leur forte implantation locale et sur l’aide de l’Etat.

 

Professeur de sciences politiques à l’université de Bologne (Italie), Piero Ignazi est l’un des plus grands spécialistes européens des formations politiques. Au lendemain d’une déroute sans précédent en France pour les partis traditionnels comme le Parti socialiste (PS) et Les Républicains (LR), et d’un grand succès pour les deux nouveaux partis que sont La République en marche (LRM) et La France insoumise (LFI), le politiste italien, auteur de Parti et démocratie, Histoire d’une légitimité fragile (Calmann-Lévy, 2021), analyse les mutations de la vie politique française.

Deux des trois partis qui sont arrivés en tête lors de l’élection présidentielle, LRM et LFI, ont été créés autour d’une figure importante de la vie politique – Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Relèvent-ils pour autant du même modèle partisan ?

Ces deux partis ont des points communs. Le premier, c’est effectivement qu’ils ont été construits autour d’une personnalité politique de premier plan : les formations de ce type se sont multipliées, ces dernières décennies, en raison du rôle croissant, dans la vie politique, des ressources en communication. Le deuxième, c’est qu’ils accordent une grande importance aux réseaux sociaux et à la société numérique, même si ce trait est plus accusé à LRM qu’à LFI : il n’y a quasiment pas, dans les groupes locaux du parti présidentiel, d’activités militantes au sens classique du terme. Le troisième, c’est qu’ils sont faiblement structurés : bien que LRM soit dirigé par le haut, les deux partis laissent beaucoup de liberté aux instances locales.

Malgré ces points communs, LRM et LFI ne relèvent pas tout à fait du même modèle. Emmanuel Macron a créé son parti de toutes pièces alors qu’il n’avait aucune autre expérience politique que celle de ministre : le mouvement s’est entièrement construit autour lui. Jean-Luc Mélenchon a en revanche derrière lui un long parcours d’élu : il a été conseiller municipal, sénateur, ministre, député européen et, quand il a quitté le PS, il a créé le Parti de gauche, puis LFI. Ce dernier aura sans doute beaucoup moins de mal à survivre au départ de Jean-Luc Mélenchon que LRM au départ d’Emmanuel Macron.

Comment définiriez-vous, en tant que politiste, le parti de Marine Le Pen, le Rassemblement national (RN) ?

Fondé en 1972, le Front national, devenu RN, est un parti beaucoup plus traditionnel que LRM ou LFI. D’abord parce que sur le plan idéologique, il puise l’essentiel de ses références dans une histoire et une tradition anciennes – celle de l’extrême droite française. Ensuite parce qu’il est aussi fortement structuré que les anciens partis dits « de masse » : le bureau politique national exerce un contrôle très fort sur l’ensemble de l’organisation, les échelons locaux, départementaux et régionaux sont nombreux et il y a des organisations de jeunesse.

Election présidentielle 2022 : Vers l’explosion des partis politiques traditionnels

Election présidentielle 2022 : Vers l’explosion des partis politiques traditionnels

 

Les chercheurs en science politique qui ont fondé le site La Boussole présidentielle analysent, dans une tribune au « Monde », la campagne en cours .

Tribune.

 

L’élection présidentielle de 2022 va-t-elle poursuivre la décomposition du système partisan français, spectaculairement révélée en 2017 par l’élection d’Emmanuel Macron ? Plusieurs éléments attestent de l’effondrement historique des forces politiques (Parti socialiste, Les Républicains) qui ont dominé les blocs de la gauche et de la droite tout au long de la Ve République. A gauche, la faiblesse impressionnante du camp écologiste et social-démocrate va de pair avec la nette domination de Jean-Luc Mélenchon. A droite, on assiste à l’impossible équation politique du parti Les Républicains (LR), doublement concurrencé sur le conservatisme culturel par l’extrême droite et sur le libéralisme économique par Emmanuel Macron. A l’extrême droite enfin, une nouvelle radicalité, représentée par Eric Zemmour, vient concurrencer le Rassemblement national. Les dernières enquêtes d’opinion laissent entrevoir que le « dégagisme » de 2017 pourrait se poursuivre, à travers l’élimination des candidats des partis traditionnels et un second tour similaire à celui de 2017, autour d’une opposition entre conservatisme et libéralisme culturel.

Ce clivage, identifié par les enquêtes du Cevipof dès les années 1990, n’a pas effacé la polarisation gauche-droite, mais coexiste avec elle. Cette dualité travaille en profondeur notre vie politique. Si la « tectonique des plaques » n’est pas encore apaisée et si le tableau de notre système partisan est toujours plein d’incertitudes, la séquence électorale de 2022 (présidentielle et législatives) permettra d’avancer fortement dans l’analyse des recompositions politiques à venir.

Pour analyser ces processus, de nouveaux outils scientifiques permettent de comprendre l’évolution du système partisan, au-delà des classiques enquêtes électorales par sondages, essentielles pour appréhender les motivations de vote et les univers idéologiques des électeurs. La Boussole présidentielle, que nous avons développée au Cevipof depuis l’élection de 2012, est l’un d’entre eux. C’est un site d’aide au vote (SAV) ou Voting Advice Application (VAA), qui permet aux utilisateurs de répondre à une trentaine de questions et d’être positionnés dans un espace structuré par deux axes sur lesquels nous avons, en amont, placé les candidats à l’issue d’un méticuleux travail de codage de leurs programmes. Ces deux axes correspondent horizontalement à une dimension gauche-droite (interventionnisme étatique contre libéralisme économique) et verticalement à une dimension conservatisme culturel-libéralisme culturel. Le principe de ce site est simple : après étude de ses réponses, l’utilisateur se retrouve placé à côté du candidat dont il est le plus proche.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol