Archive pour le Tag 'partiel'

Chômage partiel : très nette baisse

Chômage partiel : très nette baisse

Selon les dernières statistiques du ministère du Travail dévoilées lundi 30 août, 600.000 salariés étaient concernés par l’activité partielle en juillet dernier, soit environ 3% des salariés du secteur privé. Au mois de juin, plus de 1,4 million de personnes étaient encore dans cette situation. Avec une baisse de 56% entre juin et juillet, le chômage partiel atteint ainsi son plus bas niveau depuis le début de la pandémie au printemps 2020.

La réouverture de l’économie , la levée des barrières sanitaires et la moindre indemnisation du chômage partiel depuis le mois de juin ont fait diminuer les statistiques concernées. La progression de la vaccination a aussi facilité le retour au bureau d’un grand nombre de travailleurs.

Le chômage partiel recule de 42% !

Le chômage partiel recule de 42%  !

 

La DARES  se félicite de l’amélioration nette du chômage en s’appuyant notamment sur le recul du chômage partiel de 42 % en juin. Il n’y a rien d’étonnant à cette situation car la période de référence de 2020 était particulièrement catastrophique puisque presque 10 millions de salariés étaient concernés par le chômage partiel du fait de la crise sanitaire.

Selon  l’estimation de la Dares publiée, quelque 1,3 million de salariés du secteur privé ont été en chômage partiel en juin (7% des salariés du privé), au plus bas depuis septembre 2020, .

Cela représente une baisse de 42% par rapport au mois précédent (2,3 millions de salariés concernés en mai), selon cette enquête mensuelle du service de statistiques du ministère du Travail sur l’activité et les conditions d’emploi pendant la crise sanitaire du Covid-19.

Au plus fort de la crise au printemps 2020, près de 9 millions de salariés avaient été concernés par le chômage partiel.

Etla DARES de conclure que le chômage est à  imputer à la responsabilité des salariés eux-mêmes !

« Le recul en juin touche l’ensemble des secteurs et en particulier le commerce (-67%) ou l’hébergement-restauration (-40%), indique la Dares, la cause principale du chômage partiel restant l’indisponibilité des salariés »

Dépendance : Un financement partiel par l’assurance

Florence Lustman, présidente de la Fédération française de l’assurance, propose dans une tribune au « Monde » la création d’un « nouveau contrat de complémentaire santé responsable » qui pourrait ne coûter que quelques euros de plus par mois.

 

Tribune.

The Father, film de Florian Zeller, tout juste sorti en salle, aborde un sujet ambitieux : décrire, de l’intérieur, le déclin cognitif d’un vieil homme et faire ressentir aux spectateurs son angoisse devant la perte de contrôle. Pari réussi, le film a déjà remporté deux Oscars et les hommages unanimes de la critique. Au-delà du talent de l’équipe de réalisation, ce succès s’explique par le fait qu’il traite d’une réalité qui touche intimement toutes les familles : le grand âge et la dépendance.

En France, les personnes en perte d’autonomie seront 20 000 de plus chaque année d’ici à 2030, et 40 000 au-delà. Aujourd’hui, au moins un Français de plus de 45 ans sur dix accompagne déjà un proche dans cette situation. Pour autant, l’organisation de la prise en charge des personnes âgées dépendantes reste insuffisante.


Le gouvernement a certes envoyé un signal en créant une cinquième branche de la Sécurité sociale consacrée à la perte d’autonomie. La ministre déléguée en charge de l’autonomie [Brigitte Bourguignon] a récemment réaffirmé sa volonté de mettre une réforme sur les rails dès cette année. Mais personne ne sait encore comment ce futur modèle sera piloté… et surtout financé. Une chose est sûre : nous sommes tous concernés par le défi de la transition démographique.

 

Le manque de réponses satisfaisantes aux besoins engendrés par la perte d’autonomie suscite une grande frustration chez nos compatriotes. Selon une étude Louis Harris (2018), 85 % des Français estiment que les pouvoirs publics ne prennent pas assez en considération cette question majeure de société. Maintien à domicile ou accès à un établissement spécialisé, les deux options restent toujours difficiles à assumer financièrement pour la plupart des familles.

 

L’enjeu est tel qu’il appelle aujourd’hui la mobilisation de tous. Les assureurs, qui disposent d’une solide expérience en la matière, doivent naturellement faire partie de la solution.

Le meilleur moyen d’offrir un service de qualité au moindre au coût reste de mutualiser au maximum le risque, car plus nombreuses sont les personnes couvertes, plus faible est le coût de la garantie. C’est la raison pour laquelle les assureurs proposent une réponse concrète pour relever le défi du financement de la perte d’autonomie. Un dispositif qui, grâce à une large mutualisation et une approche intergénérationnelle, permettrait une prise en charge immédiate des personnes entrant en dépendance, sans période de carence, et qui intégrerait à la fois le versement d’une rente et une palette de services à domicile.

Un dépeçage partiel de Suez par Ardian et un fonds américain

La folle entreprise de vente par appartement de Suez au profit de  Veolia n’aura peut-être pas lieu mais le dépeçage de Suez  risque de se produire quand même avec la vente de l’activité internationale de l’eau de Suez à Ardian et à un fonds américain! .
s Mathias Burghardt fait valoir que l’offre d’Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait « Suez France et plusieurs activités à l’international encore à définir », aurait pour effet de « rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l’opération »
Mathias Burghardt, patron du fonds Ardian Infrastructure qui, avec le fonds GIP, propose de reprendre les activités France et « Eau et Technologie » à l’international de Suez pour 11,9 milliards d’euros, se dit « assez confiant » pour obtenir « un compromis » avec Veolia.

Le patron du fonds Ardian Infrastructure, Mathias Burghardt, se dit « assez confiant » sur« un compromis » dans la bataille entre les groupes de traitement de l’eau et des déchets, Veolia et Suez, dans un entretien avec le Journal du Dimanche. « Je suis assez confiant. Je crois qu’il y aura un compromis », déclare Mathias Burghardt qui propose d’acheter une partie de Suez – une offre soutenue par la direction de Suez mais rejetée par Veolia qui veut de son côté s’offrir l’intégralité de son grand concurrent français.

« On aura tout tenté pour trouver une solution », assure-t-il, jugeant que « ce serait un énorme gâchis pour les salariés et le tissu industriel français si on ne trouvait pas un compromis ». Mathias Burghardt fait valoir que l’offre d’Ardian Infrastructure (associé au fonds américain GIP) qui reprendrait « Suez France et plusieurs activités à l’international encore à définir », aurait pour effet de « rédui(re) considérablement le chèque que doit faire Veolia pour son OPA ainsi que son endettement pour réaliser l’opération ». Il assure aussi que cette offre apporterait à Veolia « une solution à ses problèmes de concurrence auprès des autorités qui pourraient être saisies »« Et nous préservons l’emploi », ajoute-t-il.

Malgré le rejet rapide par Veolia de cette solution, le dirigeant d’Ardian considère qu’ils sont « un peu revenus là-dessus, ce qui prouve qu’ils commencent à voir l’avantage de notre offre »« Notre projet est compatible avec le leur et acceptable », poursuit-il, ajoutant que « la solution qui est aujourd’hui envisagée permet de maintenir deux champions français ».

Le consortium Ardian-GIP a proposé de reprendre les activités France et « Eau et Technologie » à l’international de Suez pour 11,9 milliards d’euros. Ce projet, soutenu par Suez, a été rejeté par Veolia qui a lancé une OPA sur son concurrent après avoir acquis 29,9% de Suez auprès d’Engie.

 

Chômage : la progression masquée par le travail partiel

Chômage : la progression masquée par le travail partiel

Il est clair que les chiffres de pôle emploi sont complètement faussés pour dénombrer le nombre de chômeurs du faîte du travail partiel qui concerne plus de 2 millions de salariés indemnisés partiellement.

23 000 demandeurs d’emplois en catégorie A supplémentaires, soit une hausse de 0,6% par rapport à janvier a été constatés par le ministère. Celle-ci touche l’ensemble des tranches d’âges, jeunes, médians, comme séniors.

Le nombre de chômeurs en catégories B et C (activité réduite) est en baisse de 0,9% (- 28 000 personnes). Toutes catégories confondues, le nombre de demandeurs d’emploi est en légère hausse en France (hors Mayotte), de 2 700 personnes pour atteindre les 6,7 millions. Sur un an, par rapport à la même période en 2020, le chômage a augmenté de 9,5%.

Dégradation. Cette hausse mensuelle pourrait s’expliquer, selon la Dares, par l’augmentation du nombre de ruptures conventionnelles homologuées. Ces dernières ont bondi de 1,7% en février, pour un total de 35 800. Depuis le début de l’année, les chiffres du chômage sont inconstants. Ils avaient baissé de 0,9% en janvier (pour la catégorie A, soit – 34 600 personnes).

Chômage partiel : encore plus de 2 millions

Chômage partiel : encore plus de 2 millions

Le recours à l’activité partielle reste important : le nombre de salariés effectivement en activité partielle est estimé à 2,1 millions en février (11% des salariés du privé), après 2,3 millions en janvier. Le coût pour l’État et l’Unédic s’élèverait en février à 1,7 milliard d’euros (après 1,7 milliard en janvier et 2 milliards en décembre).

Fin février, 15% des salariés, comme fin janvier, sont employés par une entreprise dont les effectifs ont diminué du fait de la crise sanitaire. Cette part reste très élevée dans l’hébergement-restauration (39%) et diminue dans le commerce (14%, – 5 points).

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

Encore 3 millions de personnes en chômage partiel en novembre

 

Nul doute que le dispositif de chômage partiel à évité des drames économiques et sociaux. Il a permis à nombre  d’entreprises notamment les PME de résister à la diminution voir la suppression totale d’activité pendant une période. Il a permis aux salariés de leur assurer des revenus faute de travail effectif. Évidemment, ce dispositif qui va encore être prolongé sans doute encore assez longtemps avec la hausse exponentielle de la pandémie comporte un coup. Un coup qu’on évalue autour de 25 milliards entre janvier et novembre. Soit autour de 30 milliards par an.

 

Sur l’ensemble de l’année, en prenant également en compte le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD), le ministère du Travail table sur une dépense avoisinant les 30 milliards. Ce dispositif déployé depuis l’été et qui peut s’étendre jusqu’à 24 mois couvre désormais 420.000 salariés, avait dévoilé vendredi dernier Élisabeth Borne. Si ce chiffre est encourageant, celui des plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) l’est beaucoup moins…

Le nombre hebdomadaire de ruptures de contrats de travail envisagées en janvier dans le cadre d’un plan social fait plus que tripler par rapport aux deux dernières semaines de décembre, passant de 620 à 2 040. Preuve que 2021 s’annonce aussi compliquée, si ce n’est plus, que 2020 sur le front de l’emploi…

Coronavirus Royaume-Uni : reconfinement partiel décidé

Coronavirus Royaume-Uni : reconfinement partiel décidé

 

La situation sanitaire longtemps négligée par Boris Johnson est devenue incontrôlable. Le Royaume-Uni est le pays européen qui compte le plus de victimes. Par exemple dernièrement on enregistrait 1000 morts en 24 heures, soit trois fois plus qu’en France. L’apparition du variant appelé Covid britannique a largement contribué à la diffusion accélérée de la pandémie. Aujourd’hui Boris Johnson est contraint de faire exactement le contraire de ce qu’il disait il y a quelques semaines et quelques mois.

La campagne de vaccination, certes importante, ne portera ses effets bénéfiques réels que dans plusieurs mois. En attendant, Le Premier ministre britannique Boris Johnson va annoncer un reconfinement partiel du Royaume-Uni afin d’enrayer la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus.

Ce nouveau confinement ne sera pas aussi sévère que celui de mars, mais de nouvelles mesures de restrictions viendront s’ajouter à celles déjà imposées en Angleterre, en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, ciblant en particulier les pubs, bars et restaurants qui devront fermer à 22 heures à partir de jeudi.

En outre, quelques semaines seulement après avoir incité les Britanniques à revenir sur leur lieu de travail, Boris Johnson leur conseille dorénavant de travailler de chez eux s’ils le peuvent.

Ces mesures interviennent après que les conseillers médicaux du pays ont averti lundi que le Royaume-Uni s’exposait à une hausse exponentielle de décès liés au coronavirus dans les prochaines semaines à moins que le gouvernement n’agisse rapidement.

Le Royaume-Uni est le pays européen le plus endeuillé par le COVID-19 – 41.777 décès selon le dernier bilan en date -, et le cinquième au monde.

Le chômage partiel maintenu tant que la crise durera

Le chômage partiel maintenu tant que la crise durera

« Pour toutes les entreprises fermées totalement ou partiellement on prendra en charge à 100% l’activité partielle tant que la crise durera », a déclaré Élisabeth Born, la ministre du travail sur Europe 1.

Concernant une hausse éventuelle du fonds de solidarité pour éviter des faillites en cascade, Mme Borne a estimé qu’il fallait « maintenir » ce dispositif « pour les secteurs en difficulté tout le temps que ce sera(it) nécessaire ».

Interrogée sur la réforme des retraites, Mme Borne l’a jugée nécessaire et devant se faire « dans la concertation », en estimant que la « priorité absolue » était de « surmonter la crise » économique liée au Covid-19 dans le respect du « dialogue avec les partenaires sociaux ». Elle s’était opposée fin novembre sur ce sujet au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, qui l’avait qualifiée de « priorité absolue » et présentée comme un facteur de « retour à la croissance ».

Concernant la proposition du Conseil d’analyse économique (CAE), think tank rattaché à Matignon, d’institutionnaliser la reprise en main du régime par l’Etat de l’assurance-chômage et de faire fi des partenaires sociaux, la ministre a estimé qu’il s’agissait d’ »un avis qui n’engage qu’eux ».

Pour résumer en maintien les dispositifs d’aide pour faire face à la crise sanitaire mais pour les réformes structurelles on verra plus tard, sans doute après 2022.

Crise sanitaire : un confinement très partiel et inefficace

 

 

Le mix du gouvernement en matière de politique sanitaire qui consiste à autoriser certains déplacements et en interdire d’autres ne paraît pas très efficace ni d’un point de vue sanitaire ni d’un point de vue économique. Sur le plan sanitaire les flux de personnes sont certes affectés mais beaucoup moins que leur du confinement du printemps dernier.

Sur le plan économique les mesures restrictives sont cependant suffisantes pour peser de façon assez négative sur la croissance. Si l’on se fie aux indicateurs de mobilité,  le recours au confinement actuel est très partiel. Pendant le premier finement du printemps les déplacements avaient diminué de leurs deux 80 %. Dans le cadre du nouveau confinement la mobilité en moyenne a baissé seulement de 30 %.

Le constat est similaire sur Apple Plan. Mercredi 4 novembre, les demandes étaient en baisse de 38% par rapport à la normale pour les voitures. La diminution était de 45% pour les trajets de transports en commun et de 55% pour les trajets réalisés à pied. Soit des taux bien inférieurs à ceux du premier confinement, où les demandes de trajets en voiture et à pied avaient diminués de près de 80%.

D’autres chiffres attestent d’une baisse de trafic inférieure au premier confinement. Cette semaine, la Société des autoroutes du nord et de l’est de la France (Sanef), faisait état d’une réduction de 30% du flux automobile. Ce dernier s’était réduit de 80% lors du premier confinement. Même constat à Paris, où la circulation était en baisse de 29% comme la fréquentation des transports collectifs en Île-de-France.

Dispositif d’indemnisation du chômage partiel prolongé

Dispositif d’indemnisation du chômage partiel prolongé

 

Le dispositif sera prolongé jusqu’à la fin de l’année. Les salariés qui seront concernés par ce dispositif temporaire de sauvegarde de l’emploi dans les prochaines semaines, du fait de l’arrêt de leur activité, seront toujours indemnisés à hauteur de 84 % de leur salaire net (70 % du brut). Et le reste à charge à assumer pour leur employeur sera maintenu à 15 %. Les secteurs les plus sinistrés – à l’image de l’hôtellerie, la restauration, le tourisme ou les clubs sportifs notamment – bénéficient, eux, toujours d’un reste à charge nul.

Au plus haut de la crise, soit en avril, quelque 8,6 millions de salariés ont été couverts par ce dispositif. Au fil des mois, la décrue s’était enclenchée : il en restait 7,3 millions au mois de mai, 3,5 en juin, 1,9 en juillet et plus que 1,3 million au mois d’août. On devrait être autour du million en septembre.

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Dispositif Chômage partiel prolongé , si nécessaire !!!

Concernant le prolongement éventuel du chômage partiel «pour l’instant ce n’est pas prévu», a affirmé ce jeudi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. La preuve sans doute que le ministre sous-estime complètement l’importance de la chute économique. Il est évident que cette prolongation est nécessaire,  elle est incontournable. On sait que l’année 2020 va se terminer avec 1 million de chômeurs supplémentaires alors que le Premier ministre n’a annoncé pour 2021 que la création de 160 000 emplois. Un chiffre par ailleurs complètement fantaisiste comme tous les chiffres de création d’emplois. Le dispositif de chômage partiel aura coûté 30 à 40 milliards. Il a permis d’éviter une hécatombe en matière de chômage. Il convient évidemment de le prolonger en 2021. Ils devraient constituer le cœur du dispositif d’urgence pour sauver entreprises et emplois. L’expression « si nécessaire » pour la prolongation du chômage partiel témoigne bien de la sous-estimation de la gravité de l’environnement économique français

 «Pour les secteurs les plus exposés -l’hôtellerie, les cafés, les restaurants, l’événementiel- jusqu’à la fin de l’année il y a aura du chômage partiel. Si après il faut le maintenir nous le maintiendrons», a lancé le ministre sur France 2, quelques heures après la présentation du plan de relance de l’économie de 100 milliards d’euros. «Pour l’instant ce n’est pas prévu mais nous avons toujours répondu présent», a-t-il ajouté, en évoquant «cette angoisse de millions de Français pour leur emploi». Mis en place dès le début du confinement mi-mars, le système de chômage partiel, limité à six mois, prévoit l’indemnisation de 84% du salaire net pour le salarié (72% à partir d’octobre).

Chômage partiel : baisse sensible

Chômage partiel : baisse sensible

La reprise n’est évidemment pas suffisamment significative pour absorber les différentes formes de chômage dû à la crise sanitaire, on est encore loin d’une situation comparable à celle de fin 2019. Ceci étant,  les indicateurs sont meilleurs. Par exemple il y a nettement moins de salariés en chômage partiel, une baisse de l’ordre de 15 points.

58% des salariés se trouvaient fin juin dans une entreprise ayant mis au moins une partie de ses salariés au chômage partiel, contre 73% à la fin du mois de mai.

Les résultats de cette enquête, qui porte sur environ 38.000 entreprises, révèlent aussi une évolution du profil des entreprises faisant appel à ce dispositif et “contrairement au mois de mai, ce sont désormais les petites entreprises qui recourent le moins au chômage partiel”, note la Dares.

Au total, 42% des entreprises de 10 à 19 salariés ont eu recours en juin au chômage partiel, contre 60% pour les entreprises de 500 salariés ou plus.

Aide à domicile : « pas à temps partiel mais plutôt payés à temps partiel »

Aide à domicile : « pas à temps partiel mais plutôt payés à temps partiel »

 

Les deux économistes François-Xavier Devetter et Emmanuelle Puissant suggèrent au gouvernement, dans une tribune au « Monde », d’aller au-delà d’une prime exceptionnelle pour l’aide à domicile, mais aussi de repenser le décompte du temps de travail, ce qui conduirait à augmenter les revenus mensuels des aidants.

Tribune. Les aides à domicile appartiennent à la profession la plus dynamique de ce début de siècle, voyant ses effectifs quasiment doubler entre 2003 et 2018 : elles sont passées de moins de 350 000 à près de 600 000. La crise sanitaire a souligné leur rôle majeur dans l’accompagnement des personnes vulnérables, mais aussi la fragilité des conditions d’emplois qui caractérisent encore et toujours nombre d’entre elles.

Le manque de reconnaissance qu’elles continuent de subir est particulièrement visible lorsque le gouvernement invite les collectivités locales à verser à ces travailleuses et à ces travailleurs, dont on peine curieusement encore à reconnaître leur appartenance au monde du soin ou, au minimum du « prendre soin », une prime de 1 000 euros sans pour autant en prévoir le financement.

Appels inopérants

Malgré un effort constant et soutenu en termes de production de rapports, les pouvoirs publics continuent de promouvoir, par les modalités de solvabilisation des besoins d’accompagnement des personnes âgées, la fixation de salaires pour les aides à domicile à un niveau très faible.

En effet, la politique de lutte contre la perte d’autonomie repose essentiellement sur le versement d’une allocation aux personnes âgées (APA ou allocation personnalisée d’autonomie) calculée en fonction de leur degré d’autonomie et variable selon leur revenu.

Cette allocation consiste à attribuer une somme permettant « d’acheter » un certain nombre d’heures. La valorisation d’une heure obéit à des règles complexes et variables selon les départements mais, le dispositif aboutit de fait à un « tarif APA » par département, qui constitue en quelque sorte la référence au prix d’une heure d’aide à domicile.

La proposition d’un « tarif socle national » à la suite du rapport Libault confirme cette vision. Or les montants actuellement en vigueur dans la plupart des départements (tout comme le tarif national envisagé) dépassent rarement 21 euros alors même que toutes les études de coûts l’évaluent autour d’un minimum de 26 euros… dans des conditions restrictives ! L’écart est alors souvent payé par les aides à domicile elles-mêmes. A ce niveau les appels à une montée en qualification ou une amélioration des conditions d’emplois des salariés sont inopérants.

Epuisement

Car quel est le nœud du problème ? La profession d’aide à domicile est portée par des emplois dont la durée moyenne est de 25 heures par semaine… mais où le travail commence bien souvent à 7 heures – ou plus tôt – et ne s’arrête qu’à 19 heures, 20 heures, voire au-delà ; où l’emprise du travail sur la semaine dépasse nettement les 35 heures, et où les inaptitudes, les accidents du travail, sont à un niveau plus élevé que la plupart des autres professions. La prévalence des situations d’épuisement des salariés montre combien la dite « ressource humaine » est consommée « à taux plein ».

Chômage partiel jusqu’en 2022

Chômage partiel jusqu’en 2022

 

plusieurs concertations ont lieu avec les partenaires pour soutenir l’emploi, dont une sur les modalités d’un dispositif d’activité partielle, qui sera mis en place par un accord collectif d’entreprise ou de branche. Il donnerait lieu à une indemnisation en contrepartie du maintien dans l’emploi.

En avril, 8,6 millions de salariés étaient au chômage partiel, a rappelé la ministre, qui n’a pas encore les chiffres de mai.

Depuis le début de la crise en mars, le gouvernement a mis en place un régime exceptionnel de chômage partiel pour éviter les licenciements.

Depuis le 1e juin, la prise en charge par l’État et l’Unedic a baissé de 100% à 85% de l’indemnité versée au salarié, à l’exception des secteurs faisant l’objet de restrictions en raison de la crise sanitaire comme le tourisme ou la restauration.

« Ce dispositif permettra de garder son emploi, à l’entreprise de garder ses compétences », a expliqué la ministre.

Parmi les contreparties pour l’entreprise, le maintien dans l’emploi mais aussi,  »s’il y a une baisse de salaire pendant la crise (à l’issue de la crise, NDLR), on fait plus d’intéressement. Ce sera négocié dans l’entreprise ».

 

 

 

 

Chômage partiel : 15 % financés par les entreprises à partir du 1er juin

Chômage partiel : 15 % financés par les entreprises à partir du 1er juin

Pas de rupture brutale dans le mode de financement du chômage partiel mais une transition qui va solliciter les entreprises concernées. Pour les salariés ,l’indemnisation du chômage partiel ne devrait pas changer beaucoup. L’indemnité versée au salarié restera inchangée, autour de 70% de sa rémunération brute, soit environ 84% du salaire net. La différence viendra du mode de financement dont 15 % seront désormais à la charge de l’entreprise à partir du 1er juin. Une exception toutefois les secteurs particulièrement touchés notamment par des décisions de fermeture administrative qui vont continuer de bénéficier du dispositif antérieur de chômage partiel.

A partir du 1er juin, l’Etat et l’Unedic ne prendront plus à leur charge que 85% de l’indemnité, qui reste plafonnée à l’équivalent de 4,5 Smic, et les entreprises ne seront plus remboursées qu’à hauteur de 60% du salaire brut, contre 70% actuellement.

Le communiqué du ministère du Travail précise toutefois que les secteurs qui ont été visés par des “restrictions législatives ou réglementaires particulières en raison de la crise sanitaire, continueront à bénéficier d’une prise en charge à 100%”.

 

 

Hôpital un plan pour l’été….très partiel

Hôpital un plan pour l’été….très partiel

 

Le ministre de la santé donne l’ impression d’être très volontariste en affirmant qu’il y aura  un plan pour le pour l’été. Un plan qui risque d’être très partiel car il ne pourrait traiter que d’une partie de la problématique à savoir les rémunérations du personnel soignant….. et encore. Dans le cas d’une problématique globale,  il y a évidemment l’organisation et le financement de l’hôpital.

Les hôpitaux sont en effet devenu des usines certes très pointues médicalement mais qui en réalité ne sont guère gérés sauf par une superstructure bureaucratique et beaucoup trop nombreuse. Bizarrement, le Corona aura fait sauter les frontières de l’organisation, des services et des chapelles.

L’hôpital ne se limite pas  aux personnels soignants, il comprend un énorme appareil administratif et de très gros supports logistiques. L’ensemble mériterait d’être audité très sérieusement. Au-delà des questions d’organisation, se posent aussi le problème du financement et des critères objectifs d’évaluation de la performance des hôpitaux.

Concernant la question des salaires, pour le personnel soignant le niveau de rémunération se situe en France au 22e rang sur 27 pays européens. Pas vraiment très glorieux. Et la perspective de ramener cette rémunération à la moyenne européenne ne traduit pas un grand volontarisme. Finalement, on pourrait aboutir à une légère augmentation du salaire mensuel de ceux qui soignent les malades et une incitation à travailler davantage avec notamment le paiement des heures supplémentaires. “Je veux que le plan soit présenté cet été, pour traduire tout ce qui peut l’être dans le prochain budget de la Sécurité sociale”, explique pourtant  Olivier Véran dans l’entretien au JDD.

Ce nouveau plan doit notamment permettre une amélioration des rémunérations pour les salariés, pour beaucoup des femmes, travaillant dans les métiers du soin à la personne.

“La nation va devoir faire un effort important pour reconnaître leur rôle”, déclare Olivier Véran dans l’entretien. “Je souhaite que, rapidement, nous puissions atteindre un niveau de rémunération correspondant au moins à la moyenne européenne”.Outre les salaires, Olivier Véran recense parmi les principaux chantiers la mise au point d’un programme d’investissements, la réorganisation des soins mais aussi la revue du temps de travail.

“Si des salariés de l’hôpital souhaitent travailler davantage et augmenter leur rémunération, il faut que ce soit possible. Pour ça, il faut revoir le cadre d’organisation du temps de travail à l’hôpital”, explique-t-il.Mais les mesures prises jusqu’ici par le gouvernement, dont le versement d’une prime allant de 500 à 1.500 euros pour les soignants, et la remise d’une “médaille de l’engagement” face à l’épidémie, peinent à combler les attentes du personnel hospitalier.

L’hôpital “ne veut pas de médailles, juste des moyens”, avait réagi jeudi le collectif inter-hôpitaux.

Financement du chômage partiel remis en cause

 

 

Le financement du chômage partiel sera sans doute remis en cause sauf pour certains secteurs très touchés comme la restauration ou le tourisme. En clair une partie pourrait être prise par l’entreprise sans doute à partir du mois de juin. « aujourd’hui, les conditions de la reprise sont là. Donc il n’y a pas tellement de raison que ce soit l’Etat qui continue à payer l’intégralité des salaires de 12 millions de salariés en France », a indiqué  la ministre sur LCI.
« C’est pour ça qu’on va définir je pense dans la semaine quelle est la part de salaire que paiera l’entreprise », a-t-elle précisé, en indiquant que ce montant n’était « pas encore décidé ». « Ce sera modeste dans un premier temps mais progressif », a-t-elle néanmoins promis.

 

Coronavirus: un accord partiel de l’Eurogroupe

Coronavirus: un accord partiel de l’Eurogroupe

Un accord partiel est intervenu entre les 19 ministres des Finances concernant le Mécanisme européen de stabilité (MES). Il y a 500 milliards de prêts en jeu. Restera cependant à préciser les conditions d’attribution car ces  prêts normalement sont soumis à des obligations en matière de gestion budgétaire. Des conditions que pourraient refuser certains pays du Sud.

“Du fait du caractère exceptionnel de la crise, nous avons convenu de conditions financières favorables et adéquates”, a déclaré Mario Centeno, président de l’Eurogroupe, à l’issue de la réunion qui s’est déroulée en visioconférence.

“Les Etats membres de l’Eurogroupe se sont entendus vendredi sur une ligne de trésorerie de 240 milliards d’euros pour les Etats qui le souhaitent afin de faire face aux conséquences de la crise du coronavirus”, écrit quant à lui le ministre français de l’Economie et des Finances sur Twitter. “La ligne de crédit du Mécanisme européen de stabilité sera donc opérationnelle le 1er juin”, ajoute Bruno Le Maire.

On ignore toutefois si l’Italie, pays où le besoin est le plus urgent, pourra y avoir accès en raison du coût élevé du service de sa dette. Malgré les garanties répétées que les prêts seront accordés sans conditions, de nombreux membres du Mouvement 5 étoiles, membre de la coalition au pouvoir, restent opposés à l’utilisation des prêts du MES, craignant qu’elle ne soit assortie de mesures d’austérité.

Le MES, qui a joué un rôle clé dans le sauvetage de la Grèce, de Chypre, de l’Irlande, de l’Espagne et du Portugal pendant la crise de la dette de la zone euro, offrira des lignes de crédit représentant 2% du produit intérieur brut du pays demandeur et jusqu’à 240 milliards d’euros pour l’ensemble de la zone.

Les prêts seront mis à disposition dans les prochaines semaines et resteront disponibles jusqu’à la fin 2022.

Leur échéance sera de dix ans et ils seront accordés à aux taux d’intérêt très bas, voire négatifs, consentis dans le cadre du MES.

Les sommes empruntées pourront être utilisée “pour soutenir le financement national des coûts directs et indirects de soins de santé et de prévention liés à la crise COVID-19”, disent les ministres dans un communiqué conjoint.

Les Etats membres doivent encore finaliser les deux autres volets du plan de sauvetage, qui représentent 300 milliards d’euros. Il s’agit d’un programme temporaire de soutien à l’emploi et d’un fonds de garantie qui fournirait des liquidités aux entreprises touchées par la crise. Des accords définitifs sur ces deux points sont attendus avant la fin du mois.

Les Etats membres restent aussi divisés sur la manière dont ce fonds fonctionnerait et sur l’idée d’accorder des subventions en plus des prêts.

Indemnisation chômage partiel restreint après le 1er juin

Indemnisation chômage partiel restreint  après le 1er juin

 

 

Le chômage partiel restera pris en charge « à taux plein » après le 1er juin dans certains secteurs comme l’hôtellerie et la restauration, tandis que les autres entreprises devront contribuer aux salaires dans des « proportions raisonnables », a indiqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol