Archive pour le Tag 'partagés'

Sondage grève 22 mars : les Français partagés

Sondage grève 22 mars : les Français partagés

 

 

Une courte majorité approuvait le principe de la grève mais une aussi courte majorité considère et la mobilisation comme un échec. Sur la question de savoir si le gouvernemenet doit reculer et accepter des compromis, les Français se partagent en deux parties égales. La preuve que la bataille de l’opinion est encore indécise et que pour l’instant elle fabrique surtout des mecontents sans doute vis-à-vis des syndicats mais aussi vis-à-vis de Macron qui n’a jamais été aussi bas dans les sondages. Selon le sondage* Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publié vendredi, une courte majorité des personnes sondées (55%) estime que la journée de mobilisation des fonctionnaires et cheminots a été « plutôt un échec ». Mercredi, un sondage Odoxa pour la Banque française mutualiste, L’Obs et France Inter indiquait que 55% des Français considéraient cette grève comme « justifiée ».

La mobilisation, jeudi 22 mars 2018, des fonctionnaires et des cheminots est « plutôt un échec «pour 55% des Français. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO). Par ailleurs, 58% des Français sondés estiment que la décision des syndicats de la SNCF de prolonger cette journée de mobilisation par une grève reconductible et illimitée « n’est pas justifié ». Quatre Français sur dix estiment qu’ils seront pénalisés dans leurs déplacements, notamment pendant les vacances de printemps, à cause de cette grève perlée de trois mois décidée par les syndicats de l’entreprise ferroviaire. À la question « le gouvernement doit-il plus ferme ou plus souple ? » les Français sont partagés, 49% estiment que « le gouvernement doit tenir bon et ne rien lâcher aux syndicats, quitte à devoir subir un long conflit social ». Tandis que 50% jugent que « le gouvernement doit tout faire pour éviter cette grève, quitte à renoncer à certains points de sa réforme ».

*L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du jeudi 22 mars en fin de journée au vendredi 23 mars 2018 matin. L’échantillon de 1 018 personnes est représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles 227 sympathisants de gauche, 131 sympathisants LREM, 119 sympathisants de droite hors FN et 169 sympathisants du FN.

 

Notre-Dame-des-Landes Les Français partagés mais quand même opposés

Notre-Dame-des-Landes  Les Français partagés mais quand même opposés  

 

Un sondage qui montre que le recours au referendum pour des grands projets  n’est pas forcément un facteur de cohérence et de démocratie. D’ailleurs les Français eux-mêmes montrent qu’ils sont assez partagés. Si l’on devait sur chaque projet procéder par référendum ce serait sans doute soit la paralysie, soit la contradiction totale. Cela d’autant plus que la problématique est complexe.  En ce qui concerne Notre-Dame des Landes, il faut intégrer des éléments de politique des transports, de développement local, d’urbanisme et d’environnement notamment. En fait pour  Notre-Dame des Landes la préoccupation première des responsables était surtout de récupérer les terrains libérés  par l’actuel aéroport en vue d’une immense opération d’urbanisme, la problématique transport surtout apprécié du point de vue intermodal vient en second lieu. On ne doit pas oublier non plus les dimensions politiques à fin d’éviter le départ de Nicolas Hulot du gouvernement qui pour Macron constitue sa caution écolo.  D‘après une enquête Elabe, 40% des Français sont opposés à la construction d‘un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes et 27% y sont favorables et on compte 33% d‘indécis. C’est  est le “signe de la complexité et de la méconnaissance d‘un dossier local ayant pris une ampleur nationale ”dit Elabe Cette enquête a été réalisée en ligne les 12 et 13 décembre derniers auprès d‘un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française.

Mobilisation sociale : les Français toujours partagés

Mobilisation sociale : les Français toujours partagés

Une nouvelle qui confirme que les Français sont très partagés à l’égard de la mobilisation sociale. En gros,  les avis se  répartisse de manière à peu près égale entre ceux qui approuvent, ceux qui contestent la mobilisation sociale, ceux qui éprouvent  une sympathie pour cette action et ceux  qui sont indifférents. Une petite majorité de Français (53%) soutient ou éprouve de la sympathie pour la mobilisation contre la réforme du Code du travail, selon un sondage Elabe pour BFM TV publié mercredi. Dans Un autre sondage BVA-La Tribune  50% des Français approuvent le mouvement de mobilisation contre la réforme gouvernementale du Code du travail contre 48% qui ne l’approuvent pas et 2% qui ne se prononcent pas. Pour Elabe, près de deux tiers des personnes interrogées (65%) estiment que les ordonnances gouvernementales constituent une menace pour les droits des salariés, selon cette enquête publiée à la veille de la deuxième journée de contestation, organisée notamment à l‘appel de la CGT. Et, si 82% des sondés jugent que la réforme donnera plus de liberté aux entreprises, seuls 36% pensent qu‘elle permettra de créer des emplois. Dans le détail, 27% des personnes interrogées déclarent soutenir le mouvement et 26% avoir de la sympathie, tandis que 22% y sont opposés ou hostiles. Un quart des Français sont “indifférents” à la mobilisation. Pour BVA sur le fond, 58% des Français considèrent que la réforme du Code du travail peut permettre d’améliorer la compétitivité de la France. En février 2016, seuls 41% des Français étaient de cet avis face au projet de loi El Khomri, soit 17 points de moins. De même une forte minorité de 45% des sondés jugent que la réforme actuelle peut permettre de lutter contre le chômage, soit 15 points de plus que lors d’un sondage BVA réalisé en février 2016 au moment de la présentation du projet de loi El Khomri. En revanche, 24% seulement des Français pensent que les ordonnances réformant le Code du travail vont permettre d’améliorer leurs conditions de travail.

Réforme du Code du travail : les Français partagés

Réforme du Code du travail : les Français partagés

Selon un sondage exclusif BVA-La Tribune  50% des Français approuvent le mouvement de mobilisation contre la réforme gouvernementale du Code du travail contre 48% qui ne l’approuvent pas et 2% qui ne se prononcent pas. La contestation est surtout approuvée par les personnes les plus fragiles sur le marché du travail : 69% des catégories socioprofessionnelles « inférieures » (CSP -), ouvriers et employés ; 60% des personnes dont le niveau d’études est inférieur au Bac ; 54% des femmes et 53% des moins de 35%. A l’inverse, le taux de soutien à la contestation de la réforme est nettement plus faible auprès des populations dont la situation face à l’emploi est davantage assurée : 40% des cadres ; 38% des personnes issues de foyers dont les revenus mensuels sont supérieurs à 3.500 euros ; 36% des plus de 65 ans. Sur le fond, 58% des Français considèrent que la réforme du Code du travail peut permettre d’améliorer la compétitivité de la France. En février 2016, seuls 41% des Français étaient de cet avis face au projet de loi El Khomri, soit 17 points de moins. De même une forte minorité de 45% des sondés jugent que la réforme actuelle peut permettre de lutter contre le chômage, soit 15 points de plus que lors d’un sondage BVA réalisé en février 2016 au moment de la présentation du projet de loi El Khomri. En revanche, 24% seulement des Français pensent que les ordonnances réformant le Code du travail vont permettre d’améliorer leurs conditions de travail.

En cas de Crise, travailler plus : les Français partagés

En cas de Crise, travailler plus : les Français partagés

 

 

Un journal économique titre que les Français seraient prêts à travailler temporairement davantage encore de prise en cas de crise dans leur entreprise. Une interprétation un peu excessive d’une enquête  de Randstad qui montre qu’en fait 51,7 % des Français sont contre. Seulement 48,3% des Français seraient prêts à augmenter temporairement leur temps de travail sans hausse de salaire si leur entreprise était en difficulté, selon cette enquête de Randstad. Des résultats qui démontrent en tout cas qui ne se dégage pas une vraie majorité et qui témoigne aussi combien les Français sont partagés entre la valeur travail et la civilisation des loisirs. La preuve, les Français sont ceux qui travaillent le moins en Europe. Les Français travaillent désormais moins que les Finlandais ! Ceux qui sont à temps complet ont travaillé 1646 heures en 2015. Soit 199 heures de moins que les Allemands et 130 heures de moins que les Italiens. Les non-salariés, en revanche, travaillent relativement beaucoup. Notons que l’enquête ne porte pas sur une augmentation générale du temps de travail mais seulement sur la possibilité d’accepter un accroissement de ce temps de travail en cas de difficultés passagères de l’entreprise. Dès leur il ne faut pas s’étonner que la croissance soit aussi molle et que le chômage soit aussi massif. La compétitivité française et bien évidemment plombée par la fiscalité, la bureaucratie mais c’est également par un manque de productivité. Une productivité qu’on a notamment assommée avec les 35 heures. Les accords de sauvegarde d’entreprise sont pourtant au cœur de l’actualité. Une partie de la loi El Khomri vise en effet à permettre de déroger à la durée légale du travail via des accords d’entreprises, notamment dans le cas où la société connaîtrait des difficultés passagères. L’étude du cabinet d’intérim démontre que la durée légale du temps de travail à 35 heures reste très théorique. En effet, selon son enquête, seulement 54,1% des Français travaillent 35 heures selon leur contrat de travail. Un tiers effectuent un temps de travail compris entre 36 et 39h. Et 13,5% dépassent les 39h. En comptant les heures supplémentaires, la proportion de Français travaillant 35h devient même minoritaire avec 28,4% soit presque autant que ceux effectuant entre 36 et 39h (28%). Les Français avec une semaine de travail de plus de 40 heures sont alors les plus nombreux (43,6%).

(Avec Le Figaro éco)

En cas de crise, travailler plus : les Français partagés

En cas de Crise, travailler plus : les Français partagés

 

 

 

Une des raisons de la crise. Un journal économique titre que les Français seraient prêts à travailler temporairement davantage encore en cas de crise dans leur entreprise. Une interprétation un peu excessive d’une enquête de Randstad. Laquelle montre qu’en fait 51,7 % des Français sont contre Seulement 48,3% des Français seraient prêts à augmenter temporairement leur temps de travail sans hausse de salaire si leur entreprise était en difficulté, selon cette enquête de Randstad. Des résultats qui démontrent en tout cas qui ne se dégage pas une vraie majorité et qui témoigne aussi combien les Français  sont partagés entre la valeur et la civilisation des loisirs. La preuve,  les Français sont ceux qui travaillent le moins en Europe. Les Français travaillent désormais moins que les Finlandais ! Ceux qui sont à temps complet ont travaillé 1646 heures en 2015. Soit 199 heures de moins que les Allemands et 130 heures de moins que les Italiens. Les non-salariés, en revanche, travaillent relativement beaucoup. Notons que l’enquête ne porte pas sur une augmentation générale du temps de travail mais seulement sur la possibilité d’accepter un accroissement de ce temps de travail en cas de difficultés passagères de l’entreprise. Dès leur il ne faut pas s’étonner que la croissance soit aussi molle et que le chômage soit aussi massif. La compétitivité française est bien évidemment plombée par la fiscalité, la bureaucratie mais  également par un manque de productivité. Une productivité qu’on a notamment assommée avec les 35 heures. Les accords de sauvegarde d’entreprise sont pourtant au cœur de l’actualité. Une partie de la loi El Khomri vise en effet à permettre de déroger à la durée légale du travail via des accords d’entreprises, notamment dans le cas où la société connaîtrait des difficultés passagères. L’étude du cabinet d’intérim démontre que la durée légale du temps de travail à 35 heures reste très théorique. En effet, selon son enquête, seulement 54,1% des Français travaillent 35 heures selon leur contrat de travail. Un tiers effectuent un temps de travail compris entre 36 et 39h. Et 13,5% dépassent les 39h. En comptant les heures supplémentaires, la proportion de Français travaillant 35h devient même minoritaire avec 28,4% soit presque autant que ceux effectuant entre 36 et 39h (28%). Les Français avec une semaine de travail de plus de 40 heures sont alors les plus nombreux (43,6%). 

(Avec Le Figaro éco)

Loi travail : les chefs d’entreprise partagés

Loi travail : les chefs d’entreprise partagés

S’ils sont 75 % à considérer que le code du travail actuel est un frein à l’activité et à l’embauche, le projet gouvernemental partage les dirigeants. En effet, quand 47 % d’entre eux se déclarent favorables au texte, 46 % affichent leur défiance d’après Opinion Way pour CCI France/La Tribune/ Europe 1. Néanmoins certaines mesures séduisent. La possibilité de négocier au sein de chaque entreprise pour organiser la production et le temps de travail séduit 83 % des chefs d’entreprises. L’extension du forfait jour aux PME est saluée par 72% d’entre eux. Ils sont  66 % à réclamer l’allègement des conditions du licenciement économique, en cas de baisse de l’activité ou de pertes. Globalement les dirigeants d’entreprises se disent plus inquiets qu’en février. Ils sont 43 %, contre 40 % en février, à témoigner de leur inquiétude. La morosité est particulièrement élevée dans le secteur du commerce. Ils ne sont 7 %, contre 11 %, à se déclarer audacieux… A noter, les chefs d’entreprises les plus optimistes œuvrent dans le secteur des services. C’est dans l’industrie que le pessimisme est le plus élevé. Seul point positif que l’on peut relever de cette batterie d’indicateurs, les chefs d’entreprises sont plus nombreux à prévoir d’embaucher. Ils sont en effet 8 %, contre 6 % en février, à envisager d’augmenter leurs effectifs. Paradoxalement, compte tenu du pessimisme qui y règne, c’est dans l’industrie que les intentions d’embauche sont les plus élevées.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol