Archive pour le Tag 'Parisot'

Page 2 sur 2

Après Poutine et Chavez, Parisot veut rester présidente

Après Poutine et Chavez, Parisot veut rester présidente

 

 

Quelques mois avant l’élection du nouveau président du Medef, Parisot utilise les méthodes de Poutine (et autres dictateurs), on change la règle pour se maintenir en place ; Il y a évidemment des enjeux personnels bien sûr car la président tire avantage de sa situation. Au-delà, il y a surtout  des enjeux sur le contrôle du Medef passé sous la coupe de CAC 40 et des services tandis que l’industrie était renvoyé au second rang. Le Medef s’intéresse peu à l’industrie- hormis pour quelques grands groupes comme Total- ce qui explique aussi en partie la situation de l’industrie française et s’intéresse peu aux PME. D’une certaine manière cette tentative de putsch ressemble à celle de Copé à l’UMP ; quand on n’est pas content des résultats d’une élection, on le change ou alors on change les règles comme dans certains pays africains, en Russie ou au Venezuela. Belle leçon de démocratie pour celle qui devrait être porteuse des valeurs républicaines et démocratiques du patronat. La « patronne des patrons » Laurence Parisot est donc engagée dans une tentative délicate pour se maintenir à la présidence du Medef au-delà de la fin de son mandat, qui lui a valu lundi les foudres et la contre-attaque de ses opposants.  Trois jours après l’accord sur la réforme du marché du travail, le conseil exécutif du Mouvement des entreprises de France (Medef), réuni dans l’après-midi à Paris, donnait le coup d’envoi de la bataille pour sa succession.  Elue en 2005 pour un premier mandat de cinq ans puis reconduite en 2010 pour une durée de trois ans, conforme aux statuts actuels de l’organisation, Laurence Parisot doit quitter son poste en juillet.  Mais elle a saisi le comité statutaire pour modifier les règles. Officiellement, il s’agit de « mettre en cohérence les deux mandats que peut faire un président, qui sont actuellement de cinq et trois ans », justifie un ténor du mouvement.  La vice-présidente de l’institut de sondages Ifop suggère de prolonger à cinq ans la durée du second mandat et/ou de lever la limitation du nombre de mandats. Si elles sont entérinées par le conseil exécutif puis par une assemblée générale du Medef, ces modifications « peuvent porter évidemment à la prolongation de la présidence de Laurence Parisot », reconnaît ce haut responsable proche de l’intéressée.  Autre soutien, le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip) Jean-Louis Schilansky plaide pour la « continuité ». « Une campagne électorale aujourd’hui au Medef, ce n’est pas opportun », dit-il à l’AFP.  Le conseil exécutif ne doit pas se prononcer dans l’immédiat. Mais la réunion de lundi devrait permettre de prendre la température. Qui risque d’être brûlante.   »On ne change pas les règles du jeu cinq mois avant une élection », a prévenu le président du Groupe des fédérations industrielles (GFI) Pierre Gattaz, jugeant que ce serait « irresponsable » et « désastreux » en termes d’image et de crédibilité.  Il a annoncé lundi sa candidature à la succession de Laurence Parisot, demandant que « la démocratie interne du Medef soit pleinement respectée ».  Candidat déjà déclaré, l’ex-médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot dénonce pour sa part une démarche « des plus curieuses » de la patronne du Medef. « Le temps est arrivé de repasser à l’élection », insiste-t-il.  Il lui reproche d’avoir « calculé son coup depuis longtemps ». « Elle a tout calé sur le calendrier des négociations sur l’emploi et une heure après l’accord, elle a lancé ses lettres pour nous prévenir », explique-t-il à l’AFP.  La bataille s’ouvre à l’issue d’une phase dévolue au bras de fer avec le gouvernement sur la fiscalité et la compétitivité, puis à la négociation sur l’emploi. Autant de fronts sur lesquels le patronat se targue d’avoir remporté des succès, avec le crédit d’impôt de 20 milliards d’euros pour les entreprises et une dose de flexibilité.   »Pendant toute cette période, au nom de l’unité patronale, personne ne pouvait s’exprimer », proteste-t-on de source proche du patronat industriel. « On n’a entendu que le discours catastrophiste de Laurence Parisot sur le thème +on ne change pas de capitaine en pleine tempête+ », ajoute-t-on.  Reste une inconnue: la position des grandes fédérations, à commencer par l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), souvent hostile à la présidente du Medef. Certains la soupçonnent d’avoir conclu un « deal » avec son président Frédéric Saint-Geours, afin qu’il lui succède dans deux ans.  L’entourage de M. Saint-Geours a démenti à l’AFP l’existence de tout « deal ».  Quoi qu’il en soit, le bilan de Laurence Parisot sera au coeur du débat.   »Elle a réalisé des choses de grande qualité, amélioré l’image des entreprises et du patronat », souligne Jean-Louis Schilansky. La source proche du patronat industriel rétorque: « les décisions sont prises par un petit cercle fermé et visent seulement la promotion de la personne de Laurence Parisot, ça ressemble à la Russie de Poutine ».

 

Parisot : coup d’Etat pour rester présidente du Medef

Parisot : coup d’Etat pour rester présidente du Medef

Laurence Parisot « s’est mise en ordre de marche pour pouvoir rester à la tête de l’organisation patronale au-delà de ce que prévoient les textes », à savoir un premier mandat de cinq ans pouvant être renouvelé une fois pour un second mandat de trois ans, rapporte le quotidien.   »Elle souhaite que le conseil exécutif planche sur une modification de la durée de ces mandats », précise-t-il. Mais « officiellement, la question d’un troisième mandat ne sera pas abordée directement ».  Le journal avance que la patronne des patrons a adressé un courrier en date du 2 janvier au président du comité statutaire dans lequel elle estime que « le débat sur +le nombre de renouvellements possibles+ des mandats du président mériterait lui aussi d’être ouvert ». « C’est un coup d’Etat », a déclaré au journal Jean-Claude Volot, ancien médiateur de la sous-traitance et candidat déclaré à la succession de Laurence Parisot. Le Parisien indique que la réforme des statuts concernerait également la limite d’âge des dirigeants de l’organisation, actuellement fixée à 65 ans.   »Le but est cette fois de s’assurer que (l’ancien patron de BNP Paribas) Michel Pébereau, bientôt frappé par cette limite, puisse rester à ses côtés », aurait indiqué au journal un adversaire de Mme Parisot au sein du Medef. « Pour être actées, ces modifications devront ensuite être adoptées par au moins la moitié de ses membres, puis par les deux tiers de l’Assemblée générale du Medef », a relevé le journal.

 

Parisot et les riches : « la guerre civile » ; en fuyant ? la honte des élites du fric

Parisot et les riches : «  la guerre civile » ; en fuyant ? la honte des élites du fric

 

Le Medef (qui ne représente que les grands groupes du CAC et non la multitude de PME) par la bouche de Parisot parle de guerre civile contre les riches, Afflelou, de 1789 ! Ils sont devenus fous et grotesques à la fois ; la guerre ne se faiat pas en fuyant même lorsqu’elle est civile. Il est vrai qu’un nombre non négligeable de patrons avait déjà trahi pendant la deuxième guerre mondiale ; ce qui avait justifié les nationalisations de De Gaulle ; Lâche et veule, voilà ce qui pourrait qualifier cette aristocratie du fric sans doute insensible à la montée de la pauvreté dans le pays et qui ne pense qu’à une chose protéger leur fortune. L’exil des riches est révélateur de l’effondrement des valeurs notamment républicaines. L’individualisme et l’égoïsme ont pris le pas sur les valeurs de solidarité et d’attachement au pays ; la valeur désormais se mesure au patrimoine financier ; il n’ya pas de honte chez les exilés fiscaux ;  au contraire, du mépris pour le pays qui leur a permis d’acquérir leur fortune. Ce comportement témoigne de la dérive d’un pays qui a perdu ce qui fait l’essence d’une nation ; c’est le chacun pour soi, l’individualisme, l’égoïsme surtout de la part d’une génération qui n’a pas connu la guerre mais a su récolté les fruits des efforts de redressement à partir des années 50.  Certes la fiscalité française est excessive (57% du PIB de prélèvement obligatoire), insupportable pour l’économie, source de notre perte de compétitivité, de l’écroulement de la croissance et du chômage. La faute à ces politiques qui pour l’essentiel sont des fonctionnaires qui n’ont qu’un rapport approximatif avec les réalités économiques, sociales et même sociétales ; un seul slogan de la plus petite collectivité locale jusqu’au sommet de l’Etat, des impôts, encore des impôts. Ceci étant qui subit le plus dramatiquement cette situation ? Les riches ou les smicards ? Curieuse inversion de la victimisation.  Des smicards qui précisément, outre la fiscalité, subissent la veulerie des grands responsables économiques qui se sont gavés de dividendes. Le smicard paye la fiscalité plein pot, avec la fiscalité locale, avec la TVA au supermarché, avec l’énergie, avec l’alimentation. La totalité de son revenu est soumise à l’impôt et il ne lui reste rien. Une différence de taille avec les riches qui eux se révoltent pour protéger des fortunes indécentes. Quand les élites  (financièrement, ce qui limite le qualificatif) se comportent ainsi et sans vergogne, cela démontre que le pays est en mauvaise santé morale. Aux valeurs traditionnelles qui fondent une nation se sont substitués la seule valeur de l’argent et cela dans des limites inqualifiables. Le pire, c’est qu’on hésite à légiférer pour arrêter cette pantomime de l’exil fiscal alors qu’on ne cesse de produire des lois par milliers aussi inutiles que couteuses.  L a crise est certes économique mais ne n’est que la conséquence d’une crise plus profonde de nature sociétale qui pourrit le pays, ses élites.et  contamine même une partie de la population.

 

 

Parisot : réforme de toutes les retraites

Parisot : réforme de toutes les retraites

 

Syndicats et patronat, qui gèrent les régimes complémentaires de retraites Arrco (tous les salariés du privé) et Agirc (cadres) ont déjà décidé le gel des retraites complémentaires. En cause,  les déficits de l’Agirc (cadres du secteur privé) et de l’Arrco (tous les salariés du privé), encore excédentaires en 2009, atteignent désormais environ 4,5 milliards d’euros. Une situation due à l’évolution démographique et à la conjoncture économique, avec un chômage accru qui entraîne une baisse des cotisations. Les réserves financières seraient épuisées dès 2017 pour l’Agirc et 2020 pour l’Arrco. Sachant que, selon les données communiquées par les deux régimes, « une moindre revalorisation d’un point des allocations » sur un an rapporterait 781 millions d’euros en 2017 et un gel en 2013 rapporterait 1,4 milliard en 2017 ». Des simulations sur une modification de la durée de cotisation ou de l’âge de départ à la retraite ont également été détaillées. Selon Philippe Pihet (FO), « il y aura vraisemblablement des mesures sur les ressources (cotisations) et sur les prestations », comme une revalorisation moindre des pensions, mais « on ne signera pas de chèque en blanc », a-t-il prévenu. Pour la CFDT, « ll faudra des efforts combinés des entreprises bien sûr, et aussi des salariés et des retraités. Mais on ne peut prendre des mesures conservatoires que si cela s’inscrit dans une vision à long terme », a expliqué Jean-Louis Malys, le négociateur du syndicat. Ce ne sont pas seulement les complémentaires qui sont en cause mais toutes les retraites dont le financement n’est plus assurée à court terme.   La présidente du Medef a estimé dimanche que la réforme menée sous la présidence de Nicolas Sarkozy est insuffisante et qu’il fallait œuvrer pour repousser l’âge minimum de départ à la retraite à 63 ans.  62 ans ce n’est pas assez. Les salariés devraient avoir au moins 63 ans pour pouvoir partir à la retraite en bénéficiant d’une pension à taux plein, considère Laurence Parisot, la présidente du Medef. Invitée dimanche sur BFM TV, elle a déclarait: « Nous disions déjà en 2010 qu’il faudrait au moins 63 ans, et je le redis aujourd’hui. Il faudra à nouveau repousser l’âge légal de départ à la retraite, allonger la durée de cotisations ». Elle s’est appuyé sur une comparaison avec la situation dans d’autres pays européens:  « Est-ce que nous, en France, on peut être les seuls à rester à 62 ans, alors que nos voisins espagnols, italiens, anglais allemands, sont suivant les cas entre 65 et 67 ans ? Non, ce n’est pas possible ».  La réforme menée sous le mandat Sarkozy qui a porté de 60 à 62 ans l’âge minimum et à 65 ans l’âge requis pour bénéficier d’une pension à taux plein quelle que soit la durée de cotisations est donc insuffisante a ses yeux.

 

 

Parisot : « scandaleuse » la menace de nationaliser Florange mais pas les licenciements !

Parisot : « scandaleuse » la menace de nationaliser Florange mais pas les licenciements !

Le Medef montre son rai visage par la vois de Parisot qui considère qu’il est scandaleux de nationaliser Florange. D’autant que cette éventuelle nationalisation ne serait que temporaire. La vérité c’est que le Medef prend peur ; le Medef  n’est évidemment pas le représentant du patronat mais des intérêts financiers de groupes internationaux y compris Mittal. En clair puisque que pour l’instant, il ne peut y avoir de repreneur du fat de l’opposition de Mittal, le MEDEF approuve les licenciements de Florange qui eux ne sont pas scandaleux.  La menace brandie par le gouvernement de nationaliser le site sidérurgique d’ArcelorMittal à Florange (Moselle) « est tout simplement et purement scandaleuse », a estimé jeudi la présidente du Medef, Laurence Parisot, sur RTL. « Il faut raison garder », a affirmé Mme Parisot qui a ajouté: « je ne doute pas que le président de la République soit beaucoup plus raisonnable que le ministre (Arnaud) Montebourg » qui a proposé cette nationalisation pour sauver les hauts-fourneaux de Florange dont le géant de l’acier veut se débarrasser.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol